Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Fables du politique des Lumières à nos jours

 | 
Éléonore Reverzy
, 
Pierre Hartmann
, 
Romuald Fonkoua

Hommage à Jean-Paul Schneider

Texte intégral

1La montagne a marqué la vie de Jean-Paul Schneider. C’est encore elle que ce sportif regardait, depuis la fenêtre de sa chambre d’hôpital, avec une sorte de détachement souriant, en évoquant le goût ancien de la marche et des paysages vosgiens.

2Né en 1936 à Munster, dans un milieu d’enseignants, il tirera de ces origines son attention à la nature, son exigence intellectuelle et son intérêt pour les climats et les peuples. Sa vision rationaliste, mais non dénuée d’ironie, le conduit naturellement vers Montesquieu, auquel il ne cessera de revenir. C’est à lui qu’il consacre son dernier article, placé en tête de ce volume. La thèse qu’il avait inscrite après avoir été brillamment reçu à l’agrégation des lettres, portait sur la découverte de la montagne dans la littérature du xviiie siècle.

3L’engagement dans la vie de l’université et pour ses valeurs a marqué toute la carrière de Jean-Paul Schneider. Il n’aura pas même négligé le sport universitaire, ayant occupé durant de longues années des fonctions au plan national en ce domaine. Il aura également rempli les fonctions de doyen de l’UFR des Lettres et de vice-président de l’Université Marc Bloch, en charge des Relations internationales. Sa forte présence a d’ailleurs marqué des programmes d échanges bilatéraux importants, en particulier avec l’université de Tunis et avec celle de Poznan. Jamais, en effet, les responsabilités administratives, si lourdes qu’elles aient pu être, n’ont eu le dessus sur ce qui était sans doute à ses yeux l’essentiel : l’éducation et la transmission, hors desquelles la recherche même ne pouvait avoir tout son sens. Et ce vrai érudit, qui pouvait se permettre de dire très simplement qu’il avait lu l’intégralité de l’Encyclopédie sans qu’on puisse en douter un seul instant ni, surtout, y soupçonner la moindre vanité, a écrit en effet avec la franchise limpide de celui qui se soucie d’abord de faire toute sa place à la compréhension et à la musique des œuvres.

4Il a consacré une grande partie de sa carrière universitaire à la réflexion sur la pédagogie, imprimant sa marque aux programmes d’enseignement pour que les lettres aient toute leur place dans le champ des savoirs qui comptent. Lui-même, en tant qu’acteur de cet enseignement, a visé constamment la précision des notions, des idées, de leur style particulier dans le domaine littéraire. Son attention au détail des textes l’a amené à proposer une série de subtiles micro-lectures dont il a donné l’exemple aussi bien dans son enseignement, auquel de nombreux anciens étudiants, parfois devenus jeunes chercheurs associés au destin du groupe de recherches dix-huitiémistes à Marc Bloch, ont souvent rendu l’hommage d’un souvenir admiratif. Ses publications scientifiques portent non seulement sur les grands classiques du roman des Lumières, genre vers lequel sa prédilection de chercheur le poussait, mais aussi sur ce que son collègue et ami Jacques Rustin a appelé « la planitude de l’univers romanesque », fait d’éparpillements et de bifurcations en suites, imitations ou reprises donnant au siècle sa tonalité singulière.

5Toujours à la fois enseignant, chercheur et administrateur au service du bien commun, Jean-Paul Schneider a été de ceux qui souhaitent avant tout que l’Université ait sa place dans la cité et ne soit pas, pour le coup, une fiction du politique : impliqué dans la réflexion sur les réformes, il a accompagné l’histoire de l’Université de 1968 à sa retraite, en 1999. Ajoutons qu’il fut l’un des membres fondateurs en 1980 du Groupe d’Études du xviiie siècle, ancêtre du CELUS (Centre d’Études des Lumières de l’Université de Strasbourg).

  • 1 Jean-Paul Schneider, « Les jeux du sens dans les Lettres persanes. Temps du roman et temps de l’Hi (...)

6C’est en tant que dix-huitiémiste qu’il nous a fait l’honneur d’ouvrir ces journées de janvier 2009. Fidèle à sa manière, la contribution qu’il a proposée sur les Lettres persanes, l’un de ses textes-fétiches, procède par touches successives creusant de moment en moment la profondeur d’une question à partir de figures d’abord saisies comme des silhouettes plus ou moins fugitives et labiles, puis révélant un tracé d’ensemble, à la manière d’une chorégraphie cachée ou d’un tableau se révélant à travers des formes éparses ou lacunaires : « ici un fragment de bordure, là un début de paysage, là encore un profil isolé1 ». Lecture de randonneur et de géologue, curieux du détail où gît l’ouverture à venir d’un panorama ou la trace incomplète d’un organisme. Lecture d’homme apte à la vision large, mais toujours à partir de ce qui est ici et maintenant, modestement, sans fracas ni grands mots.

Notes

1 Jean-Paul Schneider, « Les jeux du sens dans les Lettres persanes. Temps du roman et temps de l’Histoire », Revue Montesquieu, 4, 2000, p. 150 [1980].

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site