Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

IIe Partie. Mottes, châteaux et manoirs

Les « seigneurs du marais ». Regard sur l’encadrement des hommes au bord des marais de la Dives (Calvados) : châteaux, maisons fortes, manoirs et prieurés, XIe -XVIIIe siècle

Vincent Carpentier

Texte intégral

  • 1 Vincent Carpentier, « Les pieds dans l’eau... » La basse Dives et ses riverains, des origines aux T (...)

1Enclave physique et paysagère entre la plaine de Caen et le pays d’Auge, la basse vallée de la Dives n’a pas échappé aux enjeux du contrôle seigneurial opéré sur les ressources nombreuses et diverses produites par le fleuve ou à partir de celui-ci, au cours du Moyen Âge et jusqu’à l’achèvement récent des grands travaux de dessèchement qui sonnèrent le glas du marais inondé. Indissociable de l’exercice de ce contrôle, la question de l’encadrement des hommes et des ressources constitue un chapitre spécifique au sein d’une enquête interdisciplinaire consacrée à l’histoire longue de cet espace, à mi-chemin entre terre et eaux1, qui requiert un croisement étroit entre sources écrites et archéologiques, celles-ci s’avérant au sujet des modalités concrètes du phénomène, et en particulier de l’aspect matériel de l’habitat des élites aristocratiques, beaucoup plus prolixes que celles-là.

Des sources revisitées

  • 2 Joseph Decaëns, « L’enceinte de La Chapelle-Colbert dans la forêt de Saint-Gatien, près du Vieux Bo (...)
  • 3 Laurent Dujardin, Christophe Maneuvrier, « Histoire et archéologie. La pierre à bâtir comme marqueu (...)
  • 4 Dr Doranlo, « Camps, enceintes, mottes et fortifications antiques du Calvados », Bulletin de la Soc (...)

2Notre dossier se fonde en effet sur une assez large palette de données archéologiques réunies à l’aune de quelques campagnes d’investigations, à l’instar des fouilles menées dans la forêt augeronne de Saint-Gatien par Joseph Decaëns, dans le cadre de ses travaux sur les enceintes médiévales2 ; des relevés du bâti en élévation du château ducal de Bonneville-sur-Touques dont la récente relecture, proposée par Laurent Dujardin et Christophe Maneuvrier, tend à dévoiler quelques pans de son histoire architecturale3 ; ou encore à la suite de plusieurs monographies et travaux d’inventaire produits depuis le début du XXe siècle et dont les plus achevés sont ceux qu’a élaborés Marc Daliphard au sujet de quelques sites voisins ou résidents de la vallée de la Dives4.

  • 5 Christophe Brière, Une seigneurie foncière et son centre d’exploitation : l’habitat seigneurial du (...)
  • 6 Vincent Carpentier, Laurent Lespez, Michel Besnard, Christophe Brière, « Basse vallée de la Dives. (...)
  • 7 Philippe Bernouis, Guy San Juan, « Les fortifications protohistoriques de relief dans le départemen (...)

3Dans le fil de ces travaux, une fouille programmée a de plus été conduite au début des années quatre-vingts par Christophe Brière, alors étudiant sous la direction de feu le professeur André Debord, sur un moated site identifié au lieu-dit « Le Ham », commune de Hotot-en-Auge, juste au bord de la Dives dont cette petite fortification contrôlait l’un des points de franchissement les plus fréquemment usités au Moyen Âge5. Récemment publiés, les résultats de cette fouille nous livrent un éclairage sur l’une de ces petites résidences seigneuriales implantées sur la rive des marais, d’autant plus circonstancié que les données qui en résultent peuvent être aujourd’hui confrontées avec un dossier relativement fourni de sources écrites et archéologiques réunies à l’occasion d’une prospection-inventaire consacrée en 2004 et 2005 aux sites fossoyés de la basse vallée de la Dives6, renouant ainsi avec les recherches antérieures qu’ont dédiées Philippe Bernouis et Guy San Juan aux sites de hauteur protohistoriques du département du Calvados7.

4L’ensemble des informations aujourd’hui disponibles permet d’illustrer, sur la base d’un corpus relativement varié, d’une part les formes, localisation et chronologie des établissements seigneuriaux laïques et monastiques, et d’autre part les relations éventuelles que ces derniers entretenaient avec le maillage de l’habitat, la topographie et les modalités d’exploitation de la vallée au cours du Moyen Âge et de l’époque moderne.

L’inventaire des sites

5Au total ont été identifiés sur les rives de la basse Dives, depuis Cléville jusqu’à son embouchure, soit sur une profondeur d’environ 16 km à l’intérieur des terres, dix-huit sites dont quatre sujets à une identification hypothétique (fig. 1). La cartographie des données de prospection compilées avec les mentions de bourgs, fondations religieuses, léproseries, manoirs et prieurés glanées à travers les sources écrites permet d’emblée d’observer une répartition homogène sur tout le pourtour de la basse vallée, avec une concentration relativement importante dans sa moitié amont, entre Troarn et Cléville, au cœur du marais abbatial de Saint-Martin-de-Troarn. Ce clivage général découle du fait que la géographie seigneuriale est davantage émiettée à la périphérie du temporel de cette abbaye, formant bloc dans la partie amont du secteur étudié, tandis que les terres situées en aval, de Bavent à Dives-sur-Mer, relevaient à peu près en entier du fisc ducal, puis du Domaine après 1204.

6La typologie des établissements rencontrés se décline en trois grandes familles : les châteaux à motte, que l’on trouve associés aux bourgs ; les maisons fortes ou moated sites ; les prieurés et manoirs abbatiaux. Chacun de ces ensembles se distingue par une configuration topographique qui lui est propre, en rapport avec l’encadrement des hommes et des ressources dans la vallée.

Fig. 1 : localisation et typologie générale des sites médiévaux ou présumés tels de la basse vallée de la Dives. Les dates indiquées entre parenthèses renvoient à leur mention initiale (DAO Vincent Carpentier).

Bourgs et châteaux à motte

  • 8 Voir un extrait du censier de Saint-Martin-de-Troarn dit « Livre rouge » de Saint-Martin-de-Troarn (...)

7On trouve en tête du dispositif d’encadrement les binômes formés par une fortification de type château à motte et un bourg, que l’on rencontre à Dives-sur-Mer, Varaville et Dozulé, en liaison dans ces trois cas avec l’existence d’un pôle de regroupement démographique et d’activité économique (marchés, foires, le port à Dives) desservi par un nœud de communication majeur. Chacun de ces sites est contrôlé au moins dès le XIe siècle et sans doute avant par des entités seigneuriales éminentes qui doivent leur fortune aux ducs, relayés après 1204 par le souverain : l’abbé de Saint-Étienne de Caen à Dives, les comtes d’Évreux à Varaville, les Montfort-sur-Risle à Dozulé. On retrouve une organisation analogue à Troarn où le monastère est implanté, selon un schéma topographique voisin de celui des châteaux à motte, sur la rive de « ses » marais et à l’entrée de l’agglomération, juste au bord de la chaussée reliant Troarn et Saint-Samson, dont l’édification remonte à l’origine du bourg monastique8.

  • 9 Voir le bail de la fiefferme de Dives et Beuzeval en faveur de Saint-Étienne de Caen, ratifié par P (...)
  • 10 Voir un « Roulle des rentes de l’Aumosne de Dive » [1351], Arch. dép. Calvados, H 3140 (rôle parche (...)

8Dans tous les cas recensés, le contrôle seigneurial est clairement affirmé par le choix d’un point haut d’où il est possible d’embrasser du regard les principales composantes de la seigneurie : à Dives, l’estuaire et le port ; à Troarn ou Varaville, la chaussée et le marais ; à Dozulé, le Val d’Ancre. Dans les faits, ces établissements étaient bien avant tout des vitrines de l’autorité dont ils émanaient, car il est bien peu probable que les barons ou abbés dont il est question aient effectivement habité ces fortifications. Le site de Dives-sur-Mer en constitue sans doute la meilleure illustration car les textes qui lui font référence à la fin du XIIIe siècle, notamment à travers l’emploi du terme mota, désignent, bien davantage que le château proprement dit, d’une part la réalité topographique importante qu’il représente à cette époque dans la structure parcellaire de l’agglomération, et d’autre part l’ensemble des coutumes seigneuriales attachées à cette seigneurie que l’on trouve baillée en fiefferme à ses anciens détenteurs, selon l’usage capétien, après 12049. Notons toutefois que l’identification à Dives-sur-Mer d’une motte castrale ne fait aucun doute ; elle nous est notamment confirmée par un passage inédit lu sur un « Roulle des rentes de l’Aumosne de Dive », daté de 135110. Ce dernier indice nous confirme bien l’existence concrète d’une motte, dont rien n’indique qu’elle ait encore été habitée à cette époque, en surplomb immédiat des halles et de la place du marché, au lieu-dit actuel de La Gentilhommière. Quelques mots s’imposent au sujet de cet ensemble relativement original.

  • 11 Cette villa n’apparaît pas encore sur un plan de Dives-sur-Mer levé en 1875 (Arch. mun. Dives-sur-M (...)
  • 12 Voir un acte de Guillaume le Conquérant délivré en 1080/1081-1083, dans David Bates, Regesta Regum (...)
  • 13 Voir par exemple, dans le registre de tabellionage de Troarn, Argences et Varaville pour 1386-1417 (...)
  • 14 Oliver H. Creighton, « The rich man in his castle, the poor man at his gate: Castle baileys and set (...)

9Les vestiges du château de Dives-sur-Mer sont implantés sur une hauteur naturelle, en surplomb immédiat du port et du bourg (fig. 2). Leur structure bipartite se manifeste clairement dans le parcellaire à travers une haie de haut vol plantée sur un talus épousant le contour de la butte et dont la hauteur dépasse 2 m par endroits. La partie haute du dispositif, où se dressait la motte, est aujourd’hui occupée par une villa qui fut bâtie entre 1875 et 1882 par Le Rémois, antiquaire féru d’histoire locale11. Les dimensions de la basse-cour trapézoïdale qui se développe sur la butte, en arrière de la motte, sont plutôt respectables avec quelque 1,9 ha. Or cet élément fait résonner le contenu d’une clause relative à la fondation du bourg de Saint-Étienne, en vertu de laquelle l’abbé de Caen se réservait le droit, au cas où les dégâts occasionnés par la mer l’y contraindraient, de faire « transférer son bourg » sur le fief adjacent de Caumont-sur-Dives, concédé à Beuselin, modeste seigneur du lieu, c’est-à-dire sur le coteau voisin du château12. De toute évidence, ce que l’abbé considère ici comme son « bourg », c’est bien avant tout le marché de Dives dont on sait qu’il occupait une place notable dans la vie comme dans la topographie de cette agglomération portuaire au XIVe siècle13, au même titre que l’ensemble des activités économiques pratiquées sur le port d’échouage et les rives de l’estuaire. Il faudrait donc entendre que l’abbé se réservait ainsi la possibilité de faire déplacer le site du marché et autres installations économiques en direction du coteau, à l’abri de la mer, dispositif qui n’est pas sans rappeler un certain nombre de fortifications anglo-normandes dont la basse-cour accueillait une large gamme d’activités artisanales et commerciales14.

Fig. 2 – Le site de Dives-sur-Mer. (DAO V. Carpentier ; cl. DDE Calvados).

  • 15 Voir une charte inédite de Robert de Beaufou « le jeune », délivrée entre 1106 et 1118 (probablemen (...)
  • 16 Arcisse de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, t. IV, 1859, p. 125 sq. (rééd. fac-similé (...)

10Le couple formé par la motte et le bourg de Varaville, ce dernier fondé dans les premières années du XIIe siècle par le comte d’Évreux autour de l’église Saint-Germain, une dédicace qui accuse une origine bien antérieure, relève d’une configuration voisine15. Même chose encore à Dozulé, sachant que la motte aujourd’hui dissimulée dans les bois dominait le bourg médiéval de Dozulé, jadis connu sous le nom du Plessis-Ermengard, qui fut déplacé au XIXe siècle un peu plus bas dans le Val d’Ancre, au bord de la route royale (actuelle RN175), afin de se rapprocher du champ de foire16.

  • 17 Voir à nouveau la charte inédite de Robert de Beaufou dit « le Jeune », par laquelle il concède à S (...)
  • 18 Arcisse de Caumont, « Relation de la visite des forteresses du bailliage de Caen (1371) », Mémoires (...)
  • 19 Pierre Bauduin, La première Normandie (Xe-XIe siècles), Caen, Presses universitaires de Caen – Roue (...)

11On sait peu de choses sur la vie économique du bourg de Varaville sinon que son origine fut apparemment motivée par le besoin de main-d’œuvre suscité par la conquête des schorres du marais estuarien, ces « dics » dont le comte d’Évreux s’appropriait la dîme, au même titre que celle des essarts gagnés sur sa forêt de Bavent17. L’époque de fondation de ce château à motte n’est pas précisée, le site n’étant attesté qu’en 137118, mais il est très probable qu’il fut édifié peu après la restitution officielle de l’honneur de Bavent-Varaville par Robert Courteheuse, vers 109019. Au XIIe siècle, les comtes d’Évreux faisaient administrer indirectement leur honneur par l’intermédiaire de sergents comtaux, et le château de Varaville a très bien pu servir de résidence à l’un de ces officiers.

Fig. 3 – Vue du manoir de Beuvron-en-Auge, sur la place du village. Au début de l’Époque moderne, cette résidence s’est substituée à l’ancien château des Harcourt, seigneurs du lieu, situé hors de l’agglomération (cl. Vincent Carpentier, 2006).

  • 20 René-Norbert Sauvage, op. cit., no 8, pl. h. t.
  • 21 Arcisse de Caumont, Statistique…, op. cit., t. IV, p. 138.
  • 22 M. Pellerin, art. cité, no 4.

12Les autres châteaux à motte recensés dans la basse Dives se positionnent tous à côté d’une église et d’un ancien habitat qui, parfois, s’est déplacé par la suite. C’est le cas par exemple à Beuvron où le village se situe un peu à l’écart du « Vieux Château » dont les tours sont représentées sur un plan de 1536, aujourd’hui perdu, reproduit dans la thèse de René-Norbert Sauvage20. Selon Arcisse de Caumont, cette demeure fortifiée aurait été réoccupée à l’époque moderne21, mais un manoir bâti sur la place du village, a manifestement succédé à l’ancienne fortification au XVIe ou XVIIe siècle (fig. 3). La configuration originale semble bien s’être toutefois figée à Hotot-en-Auge (fig. 4), de même peut-être qu’à Cléville où le tertre d’une ancienne motte, encore visible sur les clichés aériens et satellitaires, fut rasé au bulldozer dans les années trente22. Il est intéressant de noter la position dominante et véritablement panoramique du site de Hotot en direction de la vallée. La motte de Cléville, en revanche, était implantée en contrebas de l’église et du village, sur la rive même du Laizon, affluent de la Dives, un peu en amont de leur confluence médiévale, de façon à aicher ostensiblement le contrôle seigneurial sur la vallée et les communications. Notons que le dispositif fossoyé illustré ici diffère assez nettement, d’après la relation du Dr Pellerin, de celui de Hotot. Le château de Cléville, en effet :

  • 23 On note par ailleurs qu’un « manoir à motte » avec pêcherie et colombier est attesté pour le fief d (...)

consistait en un retranchement semi-circulaire (demi-lune), protégé à l’avant, dans sa partie incurvée, par un fossé, et, à l’arrière, dans sa partie rectiligne, par la rivière du Laizon. Elle était pour ainsi dire adossée au marais qu’elle devait protéger, et elle faisait face au petit vallon d’Héritot, dont elle commandait l’accès. C’était un des points stratégiques de l’ancienne baronnie de Méry et de Cléville23.

Fig. 4 – Vue aérienne du site de la motte de Hotot-en-Auge (au centre), toute proche de l’église (à gauche du cliché). Le marais de la Dives s’étend au premier plan, en contrebas de la route (cl. Guillaume Hulin, 2006).

  • 24 Arcisse de Caumont, Statistique…, op. cit., t. II, p. 3 (épisode de 1467 évoqué d’après l’Histoire (...)

13Trois autres sites potentiellement rattachés à la famille des châteaux à motte demeurent relativement obscurs. À Merville ne subsistent du château détruit en 1467 que la tour de pierre du colombier, à côté de l’église (fig. 5), ainsi que la tour d’un moulin à vent24. Il est dès lors très difficile de se prononcer sur la présence, seulement hypothétique, d’une motte à cet emplacement.

Fig. 5 – Les ruines de la tour dite « du Colombier », à Merville-Franceville-Plage, au pied de l’église. Cette tour est l’unique vestige du château de Merville, rasé en 1467 (cl. Vincent Carpentier, 2006).

  • 25 Georges Mariette de La Pagerie, Carte topographique de la Normandie [vers 1720], Paris, BnF Richeli (...)

14À Saint-Clair de Basseneville, l’identification éventuelle d’un château à motte ne repose quant à elle que sur quelques évocations écrites, sans précision aucune quant à la forme du site, ainsi que sur la mention d’un « manoir » situé à Basseneville (jadis « Barneville ») par la carte de Mariette de La Pagerie25. Ces éléments indiquent à tout le moins que le site actuel du château de Saint-Clair, aujourd’hui converti en haras, a dû être occupé en continu depuis le Moyen Âge.

15L’hypothèse d’un autre château localisé dans les parages de Bures-sur-Dives repose quant à elle sur l’existence d’un site fossoyé repéré en prospection aérienne dans une entaille du contrefort occidental du coteau de Bavent, sur la paroisse de Sannerville, au lieu-dit « Maizeret », tout près de la limite communale de Toufréville (fig. 6).

Fig. 6 – Vue satellitale et relevé du site fossoyé du Maizeret, à Sannerville. Ce site n’est pas daté, mais il pourrait s’agir de l’ancien château des Montgommery, au cœur de leur seigneurie de Bures à partir de laquelle fut constitué le premier temporel de Saint-Martin de Troarn, en 1059. Ce même site est peut-être encore désigné comme castrum dans le Census de Buris au début du XIVe siècle, longtemps après sa désertion (image Orthophotoplan, Conseil général du Calvados, interprétation Vincent Carpentier, 2006).

  • 26 Gérard Louise, La seigneurie de Bellême, Xe-XIIe siècle. Dévolution des pouvoirs territoriaux et co (...)
  • 27 René-Norbert Sauvage, op. cit., no 8, p. 140, et première charte de dotation de Saint-Martin-de-Tro (...)
  • 28 Voir un censier inédit de Saint-Martin-de-Troarn : Arch. dép. Calvados, H 7747, « Census de Buris » (...)

16Il faut bien avouer que cet introuvable « château de Bures » reste une énigme. On sait par le récit d’Orderic Vital que Mabille de Bellême, épouse de Roger II de Montgommery, le fondateur de Saint-Martin-de-Troarn, fut inhumée le 5 décembre 1077 dans l’abbatiale de Troarn après avoir été assassinée en son château de Bures (-sur-Dives), vraisemblablement dans sa chambre, au sortir de son bain, par un vassal des Montgommery à qui sa terre avait été confisquée26. Or, avant la fondation de Saint-Martin-de-Troarn en 1059, les Montgommery avaient possédé les alleux de Bures et de Lirose (ancienne paroisse aujourd’hui rattachée à la commune de Sannerville) dont le vicomte d’Hiémois n’aurait conservé après 1059 qu’une fortification formant le chef de sa seigneurie27. On trouve plus tard dans ce même secteur une curieuse allusion à une ancienne fortification à travers la mention d’un castrum faite par le censier de Bures au début du XIVe siècle28. Ce terme paraît alors désigner une fortification abandonnée, mais encore bien visible dans le paysage.

  • 29 M. Béziers, Mémoires pour servir à l’état historique et géographique du diocèse de Bayeux, publiés (...)
  • 30 René-Norbert Sauvage, op. cit., no 8, pl. h. t.

17La localisation de ce site pose problème, du moins si l’on s’en tient à la tradition peu fiable rapportée par les Mémoires de Béziers au XVIIIe siècle29. On retiendra en dernier lieu que la carte de Mariette de La Pagerie fait état d’une tour non légendée à l’emplacement du site fossoyé repéré en prospection aérienne au Maizeret, sur le coteau de Touffréville. On note par ailleurs que ce site avait peut-être déjà été représenté, avec le même laconisme, sur le plan de 1536 reproduit dans la thèse de Sauvage30. Cet indice récurrent nous porte à croire qu’il pourrait s’agir de l’ancienne fortification médiévale des Montgommery.

Fig. 7 : relevé de surface du site de Goustranville. En grisé : les reliefs positifs formant la double enceinte (relevé Michel Besnard et Vincent Carpentier).

Fig. 8 : vue aérienne du site du Ham (comm. Hotot-en-Auge), au bord de la Dives. Ce site a été sondé en 1981-1984 par Christophe Brière (cl. Guillaume Hulin, 2006).

Maisons fortes ou moated sites

  • 31 Marc Daliphard, « Les fortifications de terre… », op. cit., no 4. Les données qui suivent sont extr (...)
  • 32 Gérard Louise, « Les maisons fortes du Bocage normand (XIIe-XVe siècle) », dans Michel Bur (dir.), (...)

18La deuxième catégorie d’établissements correspond au groupe des maisons fortes, appellation générique d’une famille polymorphe de sites fossoyés intégrant, selon des dispositions variables, une ou plusieurs plates-formes plus ou moins puissamment retranchées derrière des fossés, généralement en eau. Les recherches menées par Marc Daliphard sur les fortifications de terre du pays d’Auge l’ont conduit à envisager l’apparition relativement précoce, dès le XIe siècle et de façon certaine au siècle suivant, de ces établissements polymorphes idéalement adaptés à ce secteur vallonné, entaillé par de nombreux thalwegs, des contreforts occidentaux du pays d’Auge31. D’autres enquêtes régionales, à l’image de celle de Gérard Louise sur le Bocage normand, aboutissent à des conclusions similaires32.

19Les exemples révélés par l’enquête de Marc Daliphard encadrent notre zone d’étude : la motte du Mesnil-Mauger, située « dans une île marécageuse formée par les deux bras de la Vie » ; celles de Saint-Loup-Fribois et de Saint-Julien-le-Faucon, également voisines de Mézidon, aujourd’hui détruites mais connues par des mentions anciennes ; celle de Livarot, disparue mais portée au cadastre napoléonien… Plusieurs parmi ces sites comportent des appareils fossoyés vraisemblablement imités, quoique à un degré moins abouti, des châteaux à motte et basse-cour. C’est notamment le cas du tertre d’Héricourt, à Beuvron-en-Auge, un peu plus en amont dans la vallée du Doigt, affluent de la rive droite de la Dives, qui apparaît dans un aveu de 1459 invoqué par Marc Daliphard. Ce site, implanté au bord même de la rivière, forme une esplanade rectangulaire aux angles arrondis de 38 x 28 m, ceinturée par un fossé de 6 m d’ouverture, et dotée d’une basse-cour. C’est encore le cas du site d’Angerville, visible depuis l’autoroute A13 à la sortie est de Dozulé. La plate-forme, aux dimensions sensiblement équivalentes à celles de la précédente (35 × 27 m), est entourée par un fossé de 11 à 12 m de large pour plus de 2 m de profondeur, et dotée en outre de deux basses-cours au nord et à l’est.

  • 33 Cyrille Billard, « Moisville, “le Clos de Bières” », Bilan scientifique, Haute-Normandie, année 199 (...)
  • 34 F. A. Aberg (éd.), Medieval Moated Sites, Londres, CBA Research Report, 17, 1978, notamment p. 7, f (...)
  • 35 Ce site douteux est signalé par Jacques Lalubie, op. cit., no 24, t. I, p. 96, d’après un témoignag (...)

20Divers établissements fossoyés organisés à partir de plates-formes relativement vastes comportent des traces de constructions : manoir du Bais à Cambremer, Auvillars, Le Ham… D’autres tertres du même type, mais dépourvus de basse-cour (du moins, visible), sont encore mentionnés à Saint-Pierre-Azif, Gonnonville, Ouilly-le-Vicomte, etc. À cette même catégorie se rattache un site dont nous avons effectué le relevé topographique avec Michel Besnard (INRAP) sur la commune de Goustranville, au niveau des lieux-dits « le Manoir » et « le Lieu Castel », au bord de l’autoroute A13 (fig. 7). Le dispositif rencontré ici correspond à une plateforme grossièrement rectangulaire dotée d’angles arrondis et délimitée par deux fossés de ceinture concentriques avec talus. Un accès est visible sous la forme d’une rampe de terre à l’ouest. Un ancien chemin arrivant du sud, encore fréquenté voilà quelques décennies avant la construction de l’autoroute, passait à côté de ce petit établissement. La plate-forme, légèrement surélevée, accueille plusieurs microreliefs susceptibles de correspondre à des vestiges de constructions. Une configuration relativement proche mais avec basse-cour se retrouve par exemple sur le site de Moisville, le Clos de Bières (Eure), pour les XIIIe-XIVe siècles33, tandis qu’on en connaît également divers exemples outre-Manche, par exemple à Hawton (Nottingham)34. Un hypothétique établissement mentionné non loin de là, à Putot-en-Auge (fig. 1), et qui aurait été détruit au bulldozer35, incluait peut-être un système comparable de fossés concentriques. Évoquons en outre la présomption d’un autre site à Basseneville, au lieu-dit « la Cour Barette », révélé par les clichés aériens de Guillaume Hulin. Il pourrait s’agir d’une maison forte sur laquelle se trouve aujourd’hui une ferme, distante d’environ 750 m de l’église, sur la rive du marais.

  • 36 Christophe Brière, « L’habitat seigneurial du Ham… », op. cit., no 5.
  • 37 Voir en particulier Henri Dubois (dir.), Un censier normand du XIIIe siècle. Le Livre des Jurés de (...)

21Ces données réunies voici une bonne vingtaine d’années ont été enrichies depuis par les sondages effectués par Christophe Brière au début des années quatre-vingt sur le site fossoyé du Ham implanté juste au bord de la Dives, non loin des châteaux à motte de Hotot et Beuvron36 (fig. 8). Ce modeste établissement fait son apparition dans les sources écrites au XIIIe siècle. Le petit fief du Ham relevait à cette époque des moines de Saint-Ouen-de-Rouen, établis non loin de là, à Saint-Ouen-du-Mesnil-Oger, sur la rive opposée de la Dives. On sait que ces derniers ont entretenu une rivalité croissante au cours du siècle suivant avec les Harcourt, barons de Beuvron ; quoi qu’il en soit, les détails que nous fournit le Livre des Jurés de cette abbaye sur les composantes économiques de cette seigneurie monastique renforcent la valeur informative du site du Ham pour la basse vallée de la Dives37.

22Les sondages entrepris par Christophe Brière ont été ouverts au niveau d’une proéminence observée en surface à l’extrémité ouest de la plate-forme, laissant présager de l’existence d’un habitat comportant des éléments de chronologie. Les vestiges observés se rattachent à quatre phases d’occupation, marquées par d’importants réaménagements et échelonnées de la fin du XIIIe siècle au démantèlement final qui intervient vers le milieu du XVIIe siècle.

  • 38 Nous avons constaté à mainte occasion que ce type de décor peut être généralement attribué, dans la (...)

23La première phase, de la fin du XIIIe au début du XIVe siècle, est matérialisée par les arases d’un mur de pierre large de 60 à 80 cm et flanqué d’une assise hémicirculaire dans laquelle se dessine apparemment la base d’un four. Le mur adopte un tracé incurvé sur 6 m de long en direction du fleuve. Quelques calages de poteau ainsi qu’un radier de silex, sans doute destiné à assainir le sol argileux, environnent ces éléments. Quelques objets remaniés, dont un tesson à pâte claire décoré à la molette d’un décor losangique38, ont été recueillis dans les niveaux de la première phase, suggérant ainsi l’existence d’un état antérieur, et probablement initial, de l’occupation dans le cours du XIIe siècle.

24Ce premier niveau a été remblayé par un apport d’argile incluant des pierres, débris calcinés de torchis, et de la poterie des XIIIe-XIVe siècles. Un ensemble de monnaies permet de préciser la datation de ce remblai, dans le deuxième tiers du XIVe siècle, soit à l’époque de la destruction du manoir par les Anglais, attestée par les textes entre 1340 et 1370. L’habitat est ensuite restauré au-dessus du remblai sur lequel est élevé un édifice de terre et bois dont le plan peut être restitué à partir des trous de poteau. Une couche d’incendie immédiatement postérieure, emballant des blocs de torchis rubéfiés, indique que cette construction a brûlé. L’ensemble intègre un accès empierré ainsi qu’un foyer posé à même le sol – témoins d’un confort relativement spartiate, analogue à celui de la plupart des habitats paysans de cette époque. Les céramiques issues de ce niveau sont bien datées du cours du XIVe siècle au début du siècle suivant (productions utilitaires d’origine augeronne, quelques « proto-grès » domfrontais à hauteur de 1 % du lot). Trois monnaies indiquent une fourchette comprise entre 1360 et 1422.

  • 39 Voir un dénombrement de la terre du Ham enregistré à la Chambre des comptes en 1423, transcrit dans (...)

25Une troisième phase, qui se superpose aux aménagements précédents, paraît bien correspondre au relèvement du site attesté par les textes entre 1417 et 1423, alors que le manoir du Ham échoit aux mains d’un chevalier anglais, Sir Thomas Criqueby39. Cette époque voit le creusement d’un fossé annulaire avec talus interne autour de la plate-forme, ce fossé étant en prise sur la Dives, de manière à former une douve autour de la fortification. La petite éminence concernée par la fouille est isolée du reste de la plate-forme par un second fossé intérieur, de moindre dimension que le précédent, l’ensemble s’assimilant désormais parfaitement à un moated site de type anglais. La partie résidentielle a, de plus, été surélevée par l’apport des terres enlevées lors du percement du fossé ; celles-ci contenaient notamment une dizaine de monnaies du Bas-Empire qui témoignent très vraisemblablement de l’existence, par ailleurs invisible, d’un antécédent d’occupation gallo-romain. Un édifice rectangulaire mesurant 14 x 7,50 m, monté en pan de bois à la mode augeronne (ce que confirme la découverte d’un fragment complet de hourdis portant l’empreinte du chevillage et son enduit blanc), fut ensuite élevé sur le tertre à partir d’un assemblage de sablières basses posées sur un radier irrégulier de silex. Le bâtiment se divise en deux pièces selon un rapport classique deux tiers/un tiers, séparées par une cloison à fondation de pierre. Des traces rubéfiées révèlent l’existence d’un foyer à l’intérieur. Les longs côtés forment une saillie de part et d’autre du pignon nord, ce qui évoque la présence d’un auvent ou d’un escalier permettant d’accéder à l’étage. La céramique recueillie dans la couche d’occupation de la résidence se rapporte aux XIVe-XVe siècles et intègre des éléments résiduels antérieurs, probablement issus des terres du remblai de la « motte ». Un denier tournois d’Henry VI retrouvé sur le dernier niveau d’occupation permet de préciser cette datation entre 1422 et 1453. Aucun élément postérieur au milieu du XVe siècle n’a été observé, ce qui semble indiquer un abandon du site après le départ des Anglais.

26Une quatrième et dernière phase, située vers la toute fin du XVe et au cours du siècle suivant, voit le remplacement du bâtiment par un nouveau, aux dimensions sensiblement équivalentes (13,50 x 8 m), comportant désormais des fondations de pierre. La « motte » est élargie à cette occasion aux dépens des remblais de la phase précédente, qui sont rejetés vers le fossé intérieur. Une série de liards de France recueillis dans la couche de démolition indique que l’édifice fut en grande partie démantelé vers le milieu du XVIIe siècle (1650-1658). Les textes nous apprennent en effet que le site a fait l’objet d’une saisie en 1599, ce qui augure un abandon effectif vers 1600. Tuiles et ardoises révèlent le type de couverture utilisé. Le sol était recouvert d’un pavage. Au plus près de l’édifice, mais dans le péri mètre de la basse-cour, ont été dégagées les arases d’une autre construction, de plan circulaire, fondée sur un radier de calcaire. Il pourrait s’agir des ultimes vestiges d’un colombier. Cet ensemble, identifié par Christophe Brière dans un aveu de 1496, s’insère dans un contexte matériel typique du pays d’Auge. Le mobilier associé à cette phase, relativement diversifié, reflète le statut de cet habitat aristocratique : trois éperons en fer avec molette, dont l’un ouvragé et possédant encore ses boucles de fixation ; une bouterolle en bronze, détachée du fourreau d’une dague ; des tessons de verre à boire de teinte bleutée ainsi qu’un bouchon de carafe ou de fiole ; des chantepleures en bronze ainsi que des éléments de sonnaille, grelot, clochette, probablement portés par des chiens. En parallèle se manifeste une dimension utilitaire et agricole à travers la céramique (jattes et pots à anse, assiettes en terre cuite glaçurée, couvercles à anse, une écuelle, des éléments détachés d’un réchauffoir orné de têtes anthropomorphes, le tout d’origine augeronne, quelques tessons en grès du Bessin), de nombreux clous, des éléments de suspension en fer, des boucles, faucilles, une alène en bronze, neuf couteaux dont sept pliants et deux emmanchés, des cuillères, un poêlon en métal, de nombreuses épingles en bronze et têtes d’aiguilles en os décorées. Des jetons en cuivre du XVIe siècle, dont deux frappés à Nuremberg, ainsi qu’un dizain de François Ier, illustrent la dernière période d’occupation.

27En ce qui concerne ce dernier chapitre dans l’existence de la maison forte du Ham, il est tentant d’esquisser un rapprochement entre les données de cette fouille et la représentation qu’en donne le plan de 1536 publié par Sauvage en 1911 (fig. 9). En effet, ce document exceptionnel met en scène plusieurs habitats aristocratiques localisés au bord des deux anciens chenaux de la Dives, avant leur réunion en un seul cours vers le début du XVIIe siècle. Il est toutefois difficile de distinguer dans cette peinture la part d’embellissement apportée au document original, à ce jour égaré, par le graveur.

28L’établissement du Ham est figuré par un grand bâtiment à étage doté d’un encorbellement partiel, d’une imposante toiture et flanqué d’une tourelle d’angle circulaire qui paraît bien correspondre au colombier identifié dans l’angle de la basse-cour. L’ensemble est manifestement juché sur un tertre. Deux autres « mottes » sont mises en scène sur la rive opposée du marais, à hauteur de Saint-Pierre-du-Jonquet et peut-être de Cléville qui, dans cette hypothèse, serait placée trop en aval sur la berge. On note toutefois que la perspective, grossièrement esquissée à partir des églises formant les repères topographiques, n’est pas la qualité première de ce document. Le site de Saint-Pierre-du-Jonquet peut toutefois être identifié avec certitude car il se poste au débouché d’une chaussée qui contourne le bois et aulnaie de Rupierre par le sud, depuis le pont sur la Muance (Ponts de Janville), pour rejoindre la rive gauche de la Dives au niveau de la motte. En outre, cet itinéraire coïncide parfaitement avec le tracé des actuelles routes RD 231 et RD 80. Le dispositif dans lequel s’inscrit ce site est curieux, car il est formé d’un ensemble de fossés et, surtout, inscrit dans le marais, à l’écart de la rive. Il faut peut-être y voir une certaine fantaisie de l’illustrateur. Le plan de l’établissement, en revanche, s’avère extrêmement proche de celui d’une grande ferme qui subsiste aujourd’hui au pied de l’église de Saint-Pierre-du-Jonquet : un imposant corps de logis parallèle à l’ancien chenal de la Dives, encadré par deux ailes perpendiculaires enserrant une vaste cour à laquelle on accède par un portail monumental à côté de l’église (fig. 10).

  • 40 Voir une copie du XIVe siècle insérée dans le Parvus liber rubeus Troarni (Arch. dép. Calvados, H 7 (...)

29Ces détails sont convaincants. On retrouve en effet une organisation analogue, en cour fermée, au manoir du Buisson, ancienne paroisse rat tachée à Merville, sur la rive gauche de la Dives. Ce dernier site est mentionné en 1317 comme un établissement relativement modeste, contenant grange, four et colombier, tenu par un membre de la famille de Cabourg40. Il s’agit très probablement de la grande ferme en pierre, habitée de nos jours, qui se dresse encore au lieu-dit « le Buisson », au sud de l’église de Merville (fig. 11). Le plan de 1536 nous révèle encore le plan, nettement plus sobre, d’une autre « motte » située en amont de Saint-Pierre-du-Jonquet (fig. 9). Le site s’inscrit cette fois directement sur la berge et adopte la forme d’un demi-cercle ceinturé par un fossé qu’alimente l’ancien bras de la Dives, dispositif tout à fait conforme à celui décrit par le Dr Pellerin au sujet de la motte de Cléville avant son nivellement.

Fig. 9 – Reproduction zincographique d’un plan levé vers 1536, aujourd’hui perdu, publié dans René-Norbert Sauvage, L’abbaye de Saint-Martin de Troarn des origines à la fin du seizième siècle, Mémoires de la société des antiquaires de Normandie, t. XXXIV, 1911, pl. h.-t. Au bas du plan apparaissent plusieurs habitats aristocratiques.

Fig. 10 – Vue satellitale du site de Saint-Pierre-du-Jonquet. La grosse ferme à cour fermée implantée au bord de l’ancien chenal de la Dives, au pied de l’église, correspond à un habitat seigneurial représenté sur le plan de 1536 (image Orthophotoplan, Conseil général du Calvados, 2006).

Prieurés et manoirs abbatiaux

  • 41 Arcisse de Caumont, Statistique…, op. cit., no 16, t. IV, p. 99-101. Le prieuré de Bavent, converti (...)

30Une troisième catégorie de sites concerne des établissements relativement proches des précédents, du point de vue de leurs organisation et forme, mais liés à des seigneuries ecclésiastiques : les manoirs abbatiaux de Saint-Ouen-du-Mesnil-Oger et de Robehomme, respectivement dépendances de Saint-Ouen de Rouen et Saint-Martin-de-Troarn. À ces manoirs abbatiaux s’ajoutent plusieurs prieurés qui, à une exception près, celle de Brucourt, peuvent être aisément identifiés à partir des sources écrites et du bâti subsistant – du moins jusqu’à la seconde moitié du XIXe siècle dans le cas de Saint-Pierre de Rouville (fig. 12)41.

Fig. 11 – Les vestiges du manoir du Buisson, à Merville-Franceville-Plage, attesté à la fin du Moyen Âge (cl. Vincent Carpentier, 2006).

Fig. 12 – Gravure de 1848 montrant les ruines de l’ancien prieuré roman de Rouville (com. Périers-en-Auge), insérée dans Arcisse de Caumont, Statistique monumentale, t. IV, 1859, p. 101.

  • 42 Cette fondation est bel et bien située à « Bassebourg » par les pouillés du diocèse de Lisieux, et (...)
  • 43 Roger Aubrey Baskerville Mynors (éd.), William of Malmesbury, Gesta Regum Anglorum, Oxford/New York (...)
  • 44 Frédéric Pluquet (éd.), Wace, Le Roman de Rou, Rouen, É. Frère, 1827, t. II, p. 93 (éd. plus récent (...)

31Si le cas de Brucourt demeure relativement flou, la présence à cet endroit d’un ancien établissement médiéval est fort probable au vu des vestiges de talus fossilisés sur la butte du même nom, juste à côté de l’église Saint-Laurent qui intègre des parties romanes. Le sommet de la colline est occupé de nos jours par une grande résidence appartenant aux sœurs de l’Annonciade, susceptible d’occulter d’éventuels vestiges antérieurs. Il est à peu près certain que cette butte de Brucourt a accueilli le premier emplacement de la communauté qui, plus tard, en 1255, est allée s’établir sur le site du prieuré de Royal-Pré, alias Saint-Michel de Bassebourg, situé à Angoville, aujourd’hui Cricqueville, dans le fond du Val d’Ancre. On note que le toponyme « Bassebourg », qui désigne aujourd’hui précisément une hauteur voisine de Brucourt, a longtemps désigné le premier comme le second site42. Il s’agissait donc manifestement d’un toponyme à l’acception topographique assez vague, qui s’appliquait jadis en général aux pentes et collines formant les contreforts de la butte de Bassebourg proprement dite, jusqu’au marais de l’Ancre. C’est ainsi que Guillaume de Malmesbury relate qu’en 1142 les troupes angevines enlevèrent aux partisans du roi Étienne un introuvable « château » qu’il situe à « Bassebourg »43. Wace pour sa part, au sujet de la bataille de Varaville (1057), nous dépeint le roi de France assistant à la déroute de ses hommes alors qu’il se trouvait sur la rive droite de la Dives, après avoir franchi la chaussée de Varaville, « à Bassebourg »44. Or la butte de Brucourt est bien la première éminence après le débouché ouest de la chaussée, d’où l’on jouit effectivement d’une vue imprenable sur le marais de Varaville. En définitive, il est bien probable que ce « château » de Bassebourg se soit trouvé quelque part autour de l’actuel Bassebourg et non pas à l’emplacement stricto sensu de ce toponyme, pourquoi pas à Brucourt, où il s’agirait tout bonnement du premier prieuré de Royal-Pré, qui fut peut-être fortifié à la hâte pour l’occasion...

  • 45 M. Simon, op. cit., no 4.
  • 46 Institut géographique national (éd.), Carte de Cassini [fin du XVIIIe siècle], 1999, éch. 1/86 400 (...)

32Quelques données complémentaires peuvent être glanées dans une note un peu étrange de l’abbé Simon, parue en 1932, qui mêle sans vergogne éléments légendaires et informations archéologiques autour du site primitif de Royal-Pré45. Celui-ci rapporte notamment le témoignage d’un entrepreneur nommé Henry qui fut chargé, en décembre 1841, de surseoir à la démolition de la première « abbaye » de Royal-Pré qu’il place, conformément à la tradition dans laquelle il se complaît, au sommet de la colline de Bassebourg. Mais il s’agit bien plutôt de la colline de Brucourt où a été rebâtie ultérieurement, sans doute peu de temps après ces travaux de démolition, la grande bâtisse de l’Annonciade qui s’y dresse encore. Notre abbé antiquaire rapporte en outre que ledit entrepreneur aurait découvert dans les fondations du prieuré une pierre sur laquelle on lisait la date de sa fondation, en 996, sous le règne de Robert le Pieux (996-1031). Tout cela n’est guère vérifiable, cette pierre étant déjà considérée comme perdue en 1932. Quoi qu’il en soit, c’est très vraisemblablement à ce même site que se rapportent les toponymes « Château de Brucourt », attesté à cet emplacement sur la carte de Mariette de La Pagerie, et « la Motte », sur la carte de Cassini, qui est devenu « le Château » sur la carte cantonale de 1840, à la suite d’un double glissement, à la fois sémantique et topographique, vers le fond de vallée46.

33Les manoirs abbatiaux de Saint-Ouen-du-Mesnil-Oger et de Robehomme se rangent dans cette même catégorie des établissements d’obédience monastique. Leur apparition semble relativement précoce au regard des maisons fortes puisque le premier de ces manoirs est vraisemblablement déjà en place au début du XIe siècle. D’autres établissements du même type ont certainement existé sous la dépendance de La Trinité de Caen à Descanneville, Gonneville-en-Auge, ou de Saint-Julien de Tours au Bas-Cabourg, etc.

  • 47 Henri Dubois (dir.), Un censier normand du XIIIe siècle…, op. cit., no 37, p. 78-80.
  • 48 Henri Dubois, « Le fief de l’eau de l’abbaye de Saint-Ouen de Rouen et la pêche au Moyen Âge », Rev (...)
  • 49 Lucien Musset, « Ce qu’enseigne l’histoire d’un patrimoine monastique : Saint-Ouen de Rouen du IXe (...)
  • 50 Ibid., p. 124. Ce domaine se complétait de quelques annexes à Croissanville (dép. Calvados, cant. M (...)

34On ne sait pas grand-chose au sujet de ces sites hormis, en ce qui concerne Le Mesnil-Oger, ce que nous dévoilent les descriptions fournies par le Livre des Jurés de Saint-Ouen de Rouen vers la toute fin du XIIIe ou l’orée du siècle suivant47. Cette abbaye était essentiellement possessionnée dans l’actuelle Haute-Normandie, notamment bien sûr à Rouen où elle tenait son « fief de l’eau »48. Ses domaines bas-normands étaient situés dans la plaine de Caen (Rots, Falaise), dans le pays d’Auge (Authieu-après-le-Mont-Pinchon, Saint-Ouen-du-Mesnil-Oger), ainsi qu’à la source de la Muance, affluent de la Dives (Fierville, Saint-Martin-en-Hiémois)49. Au Mesnil-Oger, ce monastère avait probablement reçu des seigneurs de Mézidon un domaine d’au moins 100 acres de superficie50, constitué de labours et de prés, et dont la gestion est illustrée dans le Livre des Jurés par diverses mentions de corvées relatives aux bouveries, à la fenaison, aux travaux de hersage ou à l’épandage des fumiers, etc. Le fief du Ham relevait à cette époque du manoir du Mesnil-Oger, qui se présentait à peu près comme une ferme cossue, équipée notamment d’un important appareil lié à l’élevage bovin et dotée d’un ensemble de dépendances à la fois matérielles et spirituelles, incluant l’église annexe du manoir et son patronage ainsi que les droits sur l’église paroissiale. La localisation précise de ce site demeure cependant sujette à caution ; nous pensons pouvoir le reconnaître dans une grosse ferme à cour fermée, intégrant de grandes étables, établie en face de la mairie du Mesnil-Oger. Un chemin rectiligne relie cette exploitation à l’ancienne église paroissiale à environ 700 m au Nord.

  • 51 Le manoir abbatial de Lirose est attesté dans un acte de vente original de 1246 (Arch. dép. Calvado (...)
  • 52 Voir par exemple l’aveu rendu au roi le 3 juillet 1498 par Guillaume de Silly, abbé commendataire d (...)
  • 53 Yannick Lecherbonnier, « L’abbaye de Belle-Étoile des origines à la fin de la guerre de Cent Ans, I (...)
  • 54 René-Norbert Sauvage, op. cit., p. 192-193.
  • 55 Philippe Racinet, « Les moines au village : pour une étude des installations monastiques dans le mo (...)

35Le manoir de Robehomme, en revanche, est précisément localisé (fig. 1) bien que ses ruines, fossilisées dans un grand herbage au sud-est de l’ancienne île, soient difficilement repérables sur les clichés aériens. Les archives de Saint-Martin-de-Troarn permettent de savoir qu’au Moyen Âge cette abbaye entretenait au moins deux manoirs dans la basse Dives, situés à Robehomme et à Lirose (aujourd’hui Sannerville)51, qui comptent au nombre d’une liste assez longue dressée à partir des aveux rendus par les abbés au XVe siècle (Guillerville, Lion-sur-Mer, Caen, Annebault, Moyon, Crocy, Le Désert, plus divers autres en Angleterre)52. Outre celui de Saint-Ouen de Rouen, nous avons connaissance d’un autre établissement de ce type à Brocottes, près du Ham, où le manoir de l’abbaye ornaise de Belle-Étoile percevait notamment des rentes en « pimperneaux » (petits poissons blancs), frais ou salés, avec les revenus du moulin et de la pêcherie de Beuvron53. René-Norbert Sauvage ne livre que de maigres précisions sur l’organisation de ces manoirs abbatiaux, dans lesquels il se bornait à reconnaître « l’ancienne villa »54. On sait que le terme manerium désignait dans les sources écrites médiévales et a fortiori anglo-normandes, le siège d’une exploitation domaniale dont le degré de fortification était variable55. On y trouvait regroupés des terres, une résidence seigneuriale et plusieurs bâtiments liés aux offices domaniaux, banalités et entrepôts des dîmes (granges, etc.), structures présentes dans la plupart des établissements ruraux d’obédience monastique, sur le continent comme en Angleterre.

36Le manoir de Robehomme fut occupé jusqu’au début du XIXe siècle. Il figure notamment sur des plans aquarellés de la fin du XVIIIe siècle qui le montrent en plan et en vue cavalière, dans son environnement paysager, en nous donnant le détail de ses principales composantes (fig. 13). Dans son état terminal, cet établissement offrait lui aussi l’aspect d’une grosse ferme à plan carré, regroupant autour d’une grande basse-cour un ensemble de bâtiments résidentiels et ancillaires (fig. 14). La résidence principale, formant en quelque sorte le chef du manoir, était séparée de la cour par un fossé profond d’environ 1,50 m, encore bien visible de nos jours, qui ceinture un tertre aménagé en plate-forme. De fait, l’ensemble se rattache clairement à la vaste famille des moated sites. Le manoir proprement dit s’inscrit à l’intérieur d’un ample réseau fossoyé qui colonise sur toute sa hauteur le versant oriental de la butte de Robehomme. De toute évidence, le site a été choisi en raison du panorama exceptionnel qu’il offre sur le marais, et qui se double ici d’un net caractère ostentatoire.

  • 56 Voir David Bates, op. cit. (no 12), no 281, version I, p. 844-845.
  • 57 Voir une longue jurée de Robehomme, datée de 1321, dans laquelle sont énumérées les tenures de Sain (...)
  • 58 René-Norbert Sauvage, op. cit., (no 8), Pr. no XIV, p. 386-387 : « Sciatis controversiam que verseb (...)

37L’apport des textes intervient ici de façon notable pour en savoir davantage sur l’histoire de cet établissement. La « troisième charte de dotation de Saint-Martin-de-Troarn », délivrée en cette abbaye entre 1080 et 1082, nous apprend en effet que Roger II de Montgommery, vicomte d’Hiémois, assisté de son fils Robert II Talvas, comte de Ponthieu, confirma la dotation initiale de 1059 en « restituant » l’île de Robehomme aux Bénédictins - il s’agit sans doute plus exactement d’une vente déguisée accordée par Philippe, le fils de Robert, aux moines favorisés par Roger de Montgommery56. À partir de cette date, les moines-de-Troarn engagèrent véritablement la conquête de cette partie du marais située en aval de leur premier temporel, en créant de vastes surfaces d’herbages et de prés de fauche dont ils ont su tirer, jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, un profit considérable. Ce paysage est décrit avec une remarquable précision par une longue jurée datée de 1321 qui confirme l’achèvement de la mise en valeur de la totalité du fond de vallée aux abords de Robehomme, sans doute dès la fin du XIIe siècle, soit une ou deux générations au plus après la première mention du manoir57. Aucune précision ne transparaît en revanche dans les sources écrites sur la nature des aménagements implantés sur cette île au Moyen Âge, le manoir de Robehomme n’étant laconiquement cité pour la première fois qu’en 1171 par un acte d’Henri II58.

Fig. 13 : Plan aquarellé de Robehomme (XVIIIe siècle). En haut à gauche, le manoir abbatial est figuré en vue cavalière, au sommet de l’ancienne île dominant les herbages du marais alentours (Archives départementales du Calvados, Fi H 8125).

Fig. 14 : Relevé topographique du manoir de Robehomme et restitution de ses principales composantes à partir des plans du XVIIIe siècle (relevé Michel Besnard et Vincent Carpentier).

  • 59 Divers exemples dans F. A. Aberg, op. cit., (no 34), notamment à Halesowen Abbey, ou sur le site du (...)

38Il est possible que le manoir abbatial ait succédé à une fortification antérieure des Montgommery-Bellême. Toujours est-il qu’au vu de son plan terminal, cet établissement offre d’évidentes comparaisons avec nombre de manoirs d’origine anglo-normande, à la fois résidences et centres d’exploitation agricoles, recensés dans le vaste corpus des moated sites britanniques, de même qu’avec un certain nombre de résidences épiscopales, parfois qualifiées de « palais » mais qui, dans les faits, déclinent une assez large gamme de configurations selon que leurs fonctions, résidentielle ou économique, revêtent un caractère dominant59. Des cours, jardins, vergers, vignes, etc., cloisonnés à l’intérieur de la ou des cours attenantes à la résidence, se rencontrent fréquemment dans ces établissements à la fin du Moyen Âge. On notera à Robehomme la présence d’un étang attestée sur le plan du XVIIIe siècle, élément récurrent dans bon nombre d’établissements d’obédience monastique. De nombreuses interrogations gravitent autour de cet ensemble exceptionnel à plus d’un titre, fossilisé dans un herbage qui n’a manifestement jamais été mis en culture, gage d’un remarquable état de conservation des vestiges. Une fouille fournirait sans aucun doute un aperçu majeur sur l’histoire de la vallée au cours du dernier millénaire.

Des formes d’implantation distinctes et hiérarchisées, traduisant l’appropriation de la vallée par les élites seigneuriales du Moyen Âge adulte

39Notre enquête suscite un certain nombre de remarques quant à l’organisation des structures d’encadrement seigneuriales et monastiques dans la basse vallée de la Dives. On note toutefois que la chronologie de ces établissements, quels qu’ils soient, demeure à ce jour largement méconnue. Seules les fouilles conduites par Christophe Brière sur le site du Ham permettent de relayer l’information déduite des sources écrites. Des sondages ciblés seraient donc extrêmement bienvenus dans l’optique de préciser davantage les origines et la durée d’occupation des sites en question. Malgré cette importante limite, quelques grandes lignes peuvent être d’ores et déjà esquissées.

  • 60 Christophe Maneuvrier, Paysages et sociétés rurales au Moyen Âge : le pays d’Auge jusqu’à la fin du (...)
  • 61 Benjamin Guérard (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Saint-Père de Chartres, Paris, Impr. Crapelet, «  (...)

40La plupart sinon la totalité des châteaux à motte paraissent déjà en place dans la seconde moitié du XIe siècle, leur émergence pouvant classiquement être liée à l’histoire féodale de la « première Normandie », entre le cours du Xe et le début du siècle suivant. Au cours des XIe-XIIe siècles, ces fortifications forment le chef des principaux fiefs ou honneurs attestés sur les rives de la basse Dives, à Dives-sur-Mer, Varaville, Dozulé, Cléville… Les mottes se dressent systématiquement à proximité immédiate d’une église paroissiale, au centre d’un village qui peut offrir un plan tantôt groupé (Dives-sur-Mer, Varaville), tantôt éclaté (Hotot, Cléville). L’étendue des basses-cours est globalement méconnue, leur aménagement à peu près non renseigné. Seul le site de Dives-sur-Mer se prête à une interprétation topographique permettant de distinguer une vaste bassecour trapézoïdale enserrant quelque 1,9 ha de terrain, potentiellement en rapport avec la tenue du marché. Il convient en outre de souligner le rapport entre ce type de fortification et les mentions de bourgs attestées au cours des XIe-XIIe siècles. D’une façon plus générale, le lien étroit a été démontré, notamment dans le pays d’Auge, entre ce type d’établissement seigneurial et l’émergence de ces bourgs, généralement fondés à l’emplacement d’habitats agglomérés préexistants, dotés de fonctions économiques, commerciales et artisanales, prédominantes60. Dans le cas de Dives-sur-Mer, il ne fait pas de doute que le site castral matérialise également le contrôle exercé sur l’activité du portus dont l’existence est assurément antérieure au IXe siècle61. Les pièces de la fin du XIIIe et du XIVe siècle relatives à l’organisation et la gestion de cet ensemble par Saint-Étienne de Caen traduisent clairement l’imbrication des réalités topographiques et juridiques attachées à cette époque au souvenir de cette fortification d’époque ducale.

  • 62 Vincent Carpentier, « Les pieds dans l’eau… », op. cit.

41La famille relativement polymorphe des « maisons fortes » se manifeste quant à elle de façon relativement précoce, au moins dès le XIIe siècle au Ham, et peut-être dès le siècle précédent au sein du pays d’Auge. Il semble que ces établissements aient également connu une durée d’occupation notable, attestée par les sources écrites et planimétriques jusqu’au début de l’époque moderne, leur histoire étant jalonnée par diverses phases d’abandon et de réaménagement, en particulier au cours de la guerre de Cent Ans. On trouve une documentation écrite relativement significative au sujet de ce groupe pour les XIVe-XVe siècles, dans laquelle transparaissent fréquemment d’importantes difficultés économiques affectant la petite aristocratie riveraine. À l’instar des prieurés, ces maisons fortes se répartissent volontiers au plus près du marais, à l’écart des principaux noyaux de peuplement, distribution qui reflète assez clairement l’appropriation par une classe de hobereaux de certaines portions de marais, en rapport avec les droits d’usage (pêche, chasse, herbe) sur lesquels ils veillaient jalousement. Certaines parmi ces petites seigneuries apparaissent ainsi comme de véritables enclaves, parfois minuscules mais à peu près irréductibles, au sein des grands ensembles et en particulier du temporel de Saint-Martin-de-Troarn (Rupierre, Saint-Pierre-du-Jonquet, Le Ham). Elles ont dans l’ensemble subsisté jusqu’au XVIIe siècle, époque à laquelle les petits fiefs et membres de fiefs auxquels elles correspondent furent progressivement aliénés par leurs détenteurs au profit de la classe alors en pleine ascension des « marchands herbagers » et autres spéculateurs de la vallée d’Auge62.

42Les établissements d’obédience monastique, prieurés et manoirs abbatiaux, affichent une organisation hiérarchisée, étroitement imbriquée dans le dispositif d’ensemble de l’encadrement des hommes et des ressources. Les nombreux prieurés égrenés sur les rives du marais dès le début et surtout à compter de la seconde moitié du XIe siècle, accompagnent la mise en valeur progressive de cet espace par les communautés religieuses qui ciblent les disponibilités locales en sel, foin, roseaux et poisson. Dès le début du XIe siècle, les moines de Saint-Ouen de Rouen implantent également un manoir abbatial à Saint-Ouen-du-Mesnil-Oger dont la spécialité semble avoir évolué au XIIIe siècle vers l’élevage bovin, en liaison avec la qualité remarquable des herbages du fond de vallée. Les bénédictins de Troarn, véritables spécialistes de la mise en valeur et de la transformation paysagère des marais inondés, ont fondé un autre manoir du même type sur l’île de Robehomme, peut-être à l’emplacement d’une fortification antérieure des vicomtes d’Hiémois, hypothèse qui, comme bien d’autres, ne pourrait être argumentée que sur la base de plus amples investigations archéologiques. Quoi qu’il en soit, cet établissement s’est développé au cœur d’un espace encore disponible qui fut progressivement gagné à la polyculture entre le dernier quart du XIIe et le cours du XIIIe siècle.

43Dès leur fondation, ces manoirs monastiques apparaissent comme des structures d’encadrement domanial de premier plan, à la fois centres de perception des dîmes, de regroupement des journées de travail incombant aux tenanciers des monastères, et sièges de domaines agricoles. Ils constituent manifestement la plus claire illustration de la présence et de l’appropriation seigneuriales sur les rives comme au cœur des marais, en un temps qui vit l’achèvement d’un processus de conquête des ressources de la zone humide, amorcé de longue date depuis les versants et plateaux limitrophes en direction du fond de vallée.

44La typologie comme la chronologie de ces établissements du Moyen Âge souffrent encore de nombreuses lacunes qu’il serait souhaitable de réduire par des moyens d’investigation modernes et adéquats. Leur interprétation historique, en tant que composantes de premier ordre dans l’organisation des systèmes relationnels entre les communautés médiévales et les terroirs qu’elles exploitent, se doit également d’être reconsidérée dans une perspective étendue, à la lumière des données écrites, archéologiques et paléoenvironnementales dont seule la réunion autorise à recontextualiser le problème de l’appropriation et de la transformation du milieu, central pour cette période, mais aussi, sur une plus vaste échelle, en vue de l’écriture d’une histoire des relations socio-environnementales et des systèmes agro-paysagers encore largement méconnus qu’elles sous-tendent sur la longue durée.

Notes

1 Vincent Carpentier, « Les pieds dans l’eau... » La basse Dives et ses riverains, des origines aux Temps modernes. Contribution à l’histoire environnementale des zones humides et littorales de Normandie, thèse de doctorat sous la direction de C. Lorren, 2007, 7 vol. dactyl.

2 Joseph Decaëns, « L’enceinte de La Chapelle-Colbert dans la forêt de Saint-Gatien, près du Vieux Bourg (Calvados) », Mélanges d’archéologie et d’histoire médiévales en l’honneur du doyen Michel de Boüard, Paris-Genève, Droz, « Mémoires et documents publiés par la Société de l’École des chartes », t. XXVII, 1982, p. 91-104.

3 Laurent Dujardin, Christophe Maneuvrier, « Histoire et archéologie. La pierre à bâtir comme marqueur chronologique. L’exemple de Bonneville-sur-Touques », dans Guy San Juan, Jacky Maneuvrier (dir.), L’exploitation ancienne des roches dans le Calvados : histoire et archéologie, Caen, SDAC, 1999, p. 250-255.

4 Dr Doranlo, « Camps, enceintes, mottes et fortifications antiques du Calvados », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. XXIX, 1914, p. 219-250 ; id., « Essai d’inventaire des camps, retranchements, mottes et fortifications antiques du Lieuvin », Bulletin de la Société historique de Lisieux, no 26, 1926, p. 3-25 ; M. Pellerin, « La motte de Cléville (Calvados) », ibid., p. 528-531 ; abbé Simon, « Les origines du prieuré de Royal-Pré à Angoville (Calvados) », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, t. XXXIX, 1932, p. 445-451 ; Marc Daliphard, « Angerville, L’Herbage Thibaut », Annales de Normandie, 30e année, fasc. 4, déc. 1980, p. 339-340 ; id., Seigneurs et châteaux dans le pays d’Auge aux XIe et XIIe siècles. Introduction à une étude archéologique de l’habitat seigneurial fortifié, thèse de l’École des chartes, 1980, 1 vol. dactyl. ; id., « Seigneuries et châteaux dans le pays d’Auge aux XIe et XIIe siècles. Introduction à une étude archéologique de l’habitat seigneurial fortifié », Bibliothèque de l’École des chartes, 1981, p. 73-81 ; id., « Les fortifications de terre aux XIe et XIIe siècles dans le pays d’Auge et l’apparition des moated sites », La Normandie. Études archéologiques, actes du 105e congrès national des Sociétés savantes (Caen, 1980), Paris, Éd. du CTHS, Section « Archéologie et Histoire de l’art », 1983, p. 183-190.

5 Christophe Brière, Une seigneurie foncière et son centre d’exploitation : l’habitat seigneurial du Ham et l’occupation du sol au bord de la Dives, mémoire de maîtrise d’histoire et archéologie médiévales, sous la direction de A. Debord, université de Caen, 1984, 1 vol. dactyl. ; en dernier lieu, id., « L’habitat seigneurial du Ham et l’occupation du sol au bord de la Dives », Bulletin de la Société historique de Lisieux, no 56, juin 2004, p. 21-58.

6 Vincent Carpentier, Laurent Lespez, Michel Besnard, Christophe Brière, « Basse vallée de la Dives. Les sites fossoyés médiévaux. Prospection thématique », Bilan scientifique, Basse-Normandie, année 2004, Caen, DRAC Basse-Normandie, 2005, p. 26-27 ; Vincent Carpentier, « Basse vallée de la Dives. Sites fossoyés médiévaux », ibid., année 2005, 2006, p. 32.

7 Philippe Bernouis, Guy San Juan, « Les fortifications protohistoriques de relief dans le département du Calvados, inventaire actualisé », dans Vincent Juhel (dir.), Archéologie et prospection en Basse-Normandie, recueil de textes publiés par Archéo 125 et la Société des antiquaires de Normandie, « Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie », t. XXXVIII, 2006, p. 137-177.

8 Voir un extrait du censier de Saint-Martin-de-Troarn dit « Livre rouge » de Saint-Martin-de-Troarn (Liber rubeus Troarni de censibus et redditibus), concernant la coutume et la prévôté du bac de la chaussée de Troarn, rédigé le 12 mars 1237 (nouveau style) (Arch. dép. Calvados, H 7747, fo 100), transcrit par René-Norbert Sauvage, L’abbaye de Saint-Martin-de-Troarn des origines à la fin du seizième siècle, Caen, « Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie », t. XXXIV, 1911, p. XXXIV-XXXVI.

9 Voir le bail de la fiefferme de Dives et Beuzeval en faveur de Saint-Étienne de Caen, ratifié par Philippe le Hardi à Paris en juillet 1282, édité par Léopold Delisle, Cartulaire normand de Philippe-Auguste, Saint-Louis, Louis VIII et Philippe-le-Hardi, Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XVI, 1852, 2e partie, no 996, p. 256. Sur cet aspect, voir en outre André Debord, « À partir de l’Angoumois : réflexion lexicographique sur la notion de maison forte », dans Michel Bur (dir.), La maison forte au Moyen Âge, Paris, Éd. du CNRS, 1986, p. 307-315.

10 Voir un « Roulle des rentes de l’Aumosne de Dive » [1351], Arch. dép. Calvados, H 3140 (rôle parchemin constitué de deux peaux cousues, 230 x 940 mm, 4 plis) : « Item, il tient I herbergage avec le gardin iouxte la mote et en fait X s. II capons […] Les hoirs Guillaume Tirebarbe por I tenement entre les halles as Bouchiers et la mote V s. II capons. »

11 Cette villa n’apparaît pas encore sur un plan de Dives-sur-Mer levé en 1875 (Arch. mun. Dives-sur-Mer) mais sa construction est évoquée quelque temps après par Jules Sévrette, Les plages normandes, Paris, Roger & Chernoviz, « Bibliothèque coloniale et de voyages », 1882, p. 72 (avec une gravure).

12 Voir un acte de Guillaume le Conquérant délivré en 1080/1081-1083, dans David Bates, Regesta Regum Anglo-Normannorum. The acta of William I (1066-1087), Oxford, Clarendon Press, 1998, no 53, p. 249-257: « Si vero maris sevicia oportuerit burgum mutari, super praefatam terram licebit abbati transferre. »

13 Voir par exemple, dans le registre de tabellionage de Troarn, Argences et Varaville pour 1386-1417 (Arch. dép. Calvados, 7 E 4), fo 4, au 12 janvier 1387 n. st. : « Samson de la Villière de la paroisse de Saint-Sauveur-de-Dives vend à Monsieur Jean Calles, prêtre, et à ses hoirs 40 sous, 2 capons de rente, moitié au terme de Saint Michel en septembre, l’autre moitié au terme de Noël o les capons et I hommage toute fois que le cas s’offrira, à prendre par chacun an aux dits termes sur le manoir dudit Sanson en ladite paroisse, jouxte le marché d’icelle paroisse d’une part, à buter d’1 bout à la place qui fut Normen Lebonhomme et Colin Menout, à buter d’un côté à la quemine qui vient au marché. »

14 Oliver H. Creighton, « The rich man in his castle, the poor man at his gate: Castle baileys and settlement patterns in Norman England », Château-Gaillard 21, 2004, p. 25-36; Thomas Kühtreiber, „Wirtschaft im Schatten der Burg zur Bedeutung herrschaftlicher Strukturen im unmittelbaren topographischen Kontext mittelaterlicher Burgen“, ibid., p. 163-177.

15 Voir une charte inédite de Robert de Beaufou « le jeune », délivrée entre 1106 et 1118 (probablement 1114), avant le 18 avril, et qui nous est connue par une copie partielle insérée au début du XIVe siècle dans le cartulaire ou Chartrier rouge de Saint-Martin-de-Troarn (Paris, BnF, ms lat. 10086, fo 44-44 vo, transcrite dans Vincent Carpentier, « Les pieds dans l’eau… », op. cit., t. IIIA, no 46).

16 Arcisse de Caumont, Statistique monumentale du Calvados, t. IV, 1859, p. 125 sq. (rééd. fac-similé en 1988, s. l., Éd. du Bastion). Il s’agit de l’ancienne paroisse Notre-Dame du Plessis-Ermengard, dont l’église fut donnée à Sainte-Barbe-en-Auge par Robert de Montfort-sur-Risle : Léopold Delisle, Élie Berger, Recueil des actes de Henri II, Paris, Imprimerie nationale, « Chartes et diplômes relatifs à l’histoire de la France », 1909-1927, t. III, no DCCLVI, p. 405, l. 19 sq. Les foires du Val d’Ancre sont attestées entre 1261 et 1270 : Joseph Reese Strayer, The Royal Domain in the Bailliage of Rouen, London & Princeton, H. Milord, Oxford University Press & Princeton University Press, 1936, p. 175-203 (sergenteries de « sur la mer », et de Beuvron).

17 Voir à nouveau la charte inédite de Robert de Beaufou dit « le Jeune », par laquelle il concède à Saint-Martin-de-Troarn, avec l’accord du comte d’Évreux Guillaume, l’église Saint-Germain de Varaville, jadis donnée par son vassal Raoul fils Ernost, à l’exception de deux gerbes de dîme qu’il a conservées, le monastère étant affranchi de tout le « service du saunage » (selnari servicium). Le comte Guillaume confirme la donation et ajoute pour sa part tous ses hommes demeurant en son bourg de Varaville ou tous les paroissiens de ladite église. Herbert de Beaufou ajoute ensuite une acre de terre située près du bourg de Varaville à la donation de son frère Robert, ainsi que le salnerium (droit sur le sel) donné par Hugues fils Louvet (Chartrier rouge de Saint-Martin-de-Troarn, Paris, BnF, ms lat. 10086, fos 44-44 vo, transcrite dans Vincent Carpentier, « Les pieds dans l’eau… », op. cit., t. IIIA, no 46).

18 Arcisse de Caumont, « Relation de la visite des forteresses du bailliage de Caen (1371) », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XI, années 1837-1839, 1840, p. 203 : « Item ce jour [lundi 21 mars] le fort de Varaville, commandé fut à Robert de Hérouville, escuier, que le fort fut appareillé de denz la XVe de Pasques. »

19 Pierre Bauduin, La première Normandie (Xe-XIe siècles), Caen, Presses universitaires de Caen – Rouen – Le Havre, coll. « Bibliothèque du Pôle universitaire normand », 2004, p. 334 et note 59. Robert Wace n’y fait d’ailleurs aucune allusion dans son récit de la bataille de 1057 : Anthony J. Holden (éd.), Wace, Le Roman de Rou, Paris, Picard, 1970-1973, 3 vol. 

20 René-Norbert Sauvage, op. cit., no 8, pl. h. t.

21 Arcisse de Caumont, Statistique…, op. cit., t. IV, p. 138.

22 M. Pellerin, art. cité, no 4.

23 On note par ailleurs qu’un « manoir à motte » avec pêcherie et colombier est attesté pour le fief de chevalier de Méry, tenu du roi, en 1377 et 1403 : ms Dom Le Noir, t. 298-299, « Aveux & dénombrements du bailliage de Caen », no IICX, fos 131-134, aveu de 1377 ; no IICXXIIIIII, fo 181, aveu de 1403 pour la baronnie de Méry ; no CL, fo 89, aveu de 1484 (mss microfilmés conservés au CRAHM).

24 Arcisse de Caumont, Statistique…, op. cit., t. II, p. 3 (épisode de 1467 évoqué d’après l’Histoire ecclésiastique & civile de Bretagne continuée par Dom Tallandier, t. II, p. 105) ; Jacques Lalubie, Randonnées et patrimoine en pays d’Auge, Condé-sur-Noireau, Heim dal, t. I, p. 69-70. Le site est bien attesté par la copie d’un aveu rendu le 8 janvier 1454 par Ernoullet de Vaulx, écuyer, pour un demi-fief de chevalier à Merville, avec manoir et motte, place de moulin à vent, droit de vrec depuis La Roque Saint-Germain (sur la rive droite de l’estuaire de l’Orne, vers Sallenelles) jusqu’à la terre de l’abbé de Troarn, etc. (ms Dom Le Noir, t. 298-299, « Aveux & dénombrements du bailliage de Caen », no IIICLIX, f° 221).

25 Georges Mariette de La Pagerie, Carte topographique de la Normandie [vers 1720], Paris, BnF Richelieu, Cartes & Plans, f. 2 : Falaise et Beuvron-en-Auge (http://gallica.bnf.fr).

26 Gérard Louise, La seigneurie de Bellême, Xe-XIIe siècle. Dévolution des pouvoirs territoriaux et construction d’une seigneurie de frontière aux conins de la Normandie et du Maine à la charnière de l’an mil, Flers, Le Pays bas-normand, t. II, 1991, p. 152-158. La mort de Mabille est relatée par Orderic Vital (lib. V, VIII et IX): Marjorie Chibnall (éd.), The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, Oxford, Clarendon Press, 1969-1980, t. III, p. 134-138; t. IV, p. 152; t. V, p. 156. Son épitaphe fut composée par l’abbé Durand Ier de Troarn : René-Norbert Sauvage, op. cit., p. 288. Une reproduction du gisant de Mabille de Bellême est également visible sur l’une des planches insérées dans cet ouvrage.

27 René-Norbert Sauvage, op. cit., no 8, p. 140, et première charte de dotation de Saint-Martin-de-Troarn, ibid., Pr. no I, p. 347 ; éd. plus récente dans Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), « Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie », t. XXXVI, 1961, no 144, p. 324-325.

28 Voir un censier inédit de Saint-Martin-de-Troarn : Arch. dép. Calvados, H 7747, « Census de Buris », f° 157 r°-v° (pièce transcrite dans Vincent Carpentier, « Les pieds dans l’eau… », op. cit., t. IIIB, no 90).

29 M. Béziers, Mémoires pour servir à l’état historique et géographique du diocèse de Bayeux, publiés par G. Le Hardy, Rouen-Paris, Lestringant-Picard, 1894-1896, t. III, p. 51 : « Suivant une ancienne tradition […] devait se trouver dans les bois de Troarn, à Bures, dans un endroit qui s’appelle la cour des châteaux, où l’on voit encore d’anciens fossés. » Cet ancien lieu-dit paraît coïncider avec « la Coupe des Castiaux », situé de nos jours dans le bois de Bavent, mais aucune fortification n’y est aujourd’hui visible. À la même époque, la carte de Mariette de La Pagerie fait mention dans ces mêmes parages du bois de Bavent, non loin de la source du ruisseau du Pont-Bâle, sur la commune de Touffréville, d’une chapelle placée sous l’invocation de saint Michel-ès-Bois, apparemment inconnue de Béziers, mais dont l’existence est effectivement attestée au Moyen Âge. Sa dédicace fut prononcée par l’abbé Durand de Troarn, le 10 août, entre les années 1179 et 1203 ; voir une digression de Frère Thomas, scribe du Chartrier rouge, transcrite et commentée par D. Rouet, Entre gestion et historiographie : les cartulaires monastiques de la Normandie moyenne (XIIe-XVe siècle), l’exemple des cartulaires de Notre-Dame de Mortemer, Saint-Pierre-de-Préaux et Saint-Martin-de-Troarn, École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, diplôme de conservateur de bibliothèque, mémoire d’étude, rapport d’étape de la recherche, sous la direction de M. Arnoux, 2000, p. 68. Dès lors, il est fort probable que Béziers ait pris cette chapelle pour le château de Bures...

30 René-Norbert Sauvage, op. cit., no 8, pl. h. t.

31 Marc Daliphard, « Les fortifications de terre… », op. cit., no 4. Les données qui suivent sont extraites de cet article auquel nous renvoyons une fois pour toutes.

32 Gérard Louise, « Les maisons fortes du Bocage normand (XIIe-XVe siècle) », dans Michel Bur (dir.), La maison forte…, op. cit., p. 32-35.

33 Cyrille Billard, « Moisville, “le Clos de Bières” », Bilan scientifique, Haute-Normandie, année 1997, Rouen, DRAC Haute-Normandie, 1998, p. 36, 2 fig.

34 F. A. Aberg (éd.), Medieval Moated Sites, Londres, CBA Research Report, 17, 1978, notamment p. 7, fig. 3.

35 Ce site douteux est signalé par Jacques Lalubie, op. cit., no 24, t. I, p. 96, d’après un témoignage oral. Nous n’avons rien détecté à cet emplacement bien que le relief, probablement naturel, y soit effectivement très suggestif.

36 Christophe Brière, « L’habitat seigneurial du Ham… », op. cit., no 5.

37 Voir en particulier Henri Dubois (dir.), Un censier normand du XIIIe siècle. Le Livre des Jurés de l’abbaye Saint-Ouen de Rouen, Paris, Éd. du CNRS, « Documents, études & répertoires publiés par l’Institut de recherche et d’histoire des textes », no 62, 2001, p. 78-80 (Livre des Jurés, Arch. dép. Seine-Maritime, H 14417, fos 72 v°-74).

38 Nous avons constaté à mainte occasion que ce type de décor peut être généralement attribué, dans la région, au XIIe siècle.

39 Voir un dénombrement de la terre du Ham enregistré à la Chambre des comptes en 1423, transcrit dans Christophe Brière, « L’habitat seigneurial du Ham… », op. cit., doc. no 8, p. 54-57, d’après une copie partielle établie en 1552 pour servir de pièce à un procès engagé par l’abbaye de Troarn contre Thomas de Courseulles, seigneur du Ham, à propos du droit de bac dans les marais de la Dives (Arch. dép. Calvados, H 8111).

40 Voir une copie du XIVe siècle insérée dans le Parvus liber rubeus Troarni (Arch. dép. Calvados, H 7748), f° 47, no 82 « Littera Henrici de Cabort pro sale » (pièce inédite transcrite dans Vincent Carpentier, « Les pieds dans l’eau… », op. cit., t. IIIB, no 94).

41 Arcisse de Caumont, Statistique…, op. cit., no 16, t. IV, p. 99-101. Le prieuré de Bavent, converti en une luxueuse résidence sous l’Empire, et celui de Royal-Pré sont encore habités de nos jours.

42 Cette fondation est bel et bien située à « Bassebourg » par les pouillés du diocèse de Lisieux, et ce longtemps après son déplacement vers le fond de vallée en 1255 : Auguste Le Prévost, « Pouillés du diocèse de Lisieux », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XIII, 1844, p. 1-100.

43 Roger Aubrey Baskerville Mynors (éd.), William of Malmesbury, Gesta Regum Anglorum, Oxford/New York, Clarendon Press, « Oxford Medieval Texts », 1998-1999, 2 vol. 

44 Frédéric Pluquet (éd.), Wace, Le Roman de Rou, Rouen, É. Frère, 1827, t. II, p. 93 (éd. plus récente, par A. J. Holden, op. cit.) : « Li Reis les veit, sei descunforte ;/ Munté fu de suz Basteborc [Bassebourg, auj. Cricqueville-en-Auge, cant. Dozulé], / Vit Varaville è vit Caborc [Cabourg, ch. -l. de cant.], / Vit les marez, vit les valèes / De plusors païs lunges è lées ; / Vit l’ewe grant, vit li pons frait, / Vit sa grant gent ki a duil vait. / Prendre vit les uns è loies/li altres vit en mer néier. »

45 M. Simon, op. cit., no 4.

46 Institut géographique national (éd.), Carte de Cassini [fin du XVIIIe siècle], 1999, éch. 1/86 400 (CD-Rom) ; ingénieur Simon, Carte topographique du canton de Dozuley, Atlas du Calvados, f. XXVI, 1840.

47 Henri Dubois (dir.), Un censier normand du XIIIe siècle…, op. cit., no 37, p. 78-80.

48 Henri Dubois, « Le fief de l’eau de l’abbaye de Saint-Ouen de Rouen et la pêche au Moyen Âge », Revue des Sociétés savantes de Haute-Normandie, no 61, 1er trim. 1971, p. 5-10.

49 Lucien Musset, « Ce qu’enseigne l’histoire d’un patrimoine monastique : Saint-Ouen de Rouen du IXe au XIe siècle », dans Lucien Musset, Jean-Michel Bouvris, Véronique Gazeau, Aspects de la société et de l’économie dans la Normandie médiévale (Xe-XIIIe siècle), Caen, « Cahiers des Annales de Normandie », no 22, 1988, p. 115-129.

50 Ibid., p. 124. Ce domaine se complétait de quelques annexes à Croissanville (dép. Calvados, cant. Mézidon-Canon).

51 Le manoir abbatial de Lirose est attesté dans un acte de vente original de 1246 (Arch. dép. Calvados, H 7843).

52 Voir par exemple l’aveu rendu au roi le 3 juillet 1498 par Guillaume de Silly, abbé commendataire de Saint-Martin-de-Troarn, édité par René-Norbert Sauvage, op. cit., no 8, Pr. no XXXVII, p. 435-440.

53 Yannick Lecherbonnier, « L’abbaye de Belle-Étoile des origines à la fin de la guerre de Cent Ans, IV, le temporel (1er fasc.) », Le Pays bas-normand, no 157, 79e année, fasc. 1, 1980, p. 636-638 ; Arch. dép. Orne, H 203, « prieuré de Brocottes » (1218-1286) et diverses pièces jusqu’à la Révolution.

54 René-Norbert Sauvage, op. cit., p. 192-193.

55 Philippe Racinet, « Les moines au village : pour une étude des installations monastiques dans le monde rural », dans Laure Feller, Perrine Mane, Françoise Piponnier (dir.), Le village médiéval et son environnement. Études offertes en hommage à Jean-Marie Pesez, Paris, Publications de la Sorbonne, série « Histoire ancienne et médiévale », no 48, 1998, p. 185 sq.

56 Voir David Bates, op. cit. (no 12), no 281, version I, p. 844-845.

57 Voir une longue jurée de Robehomme, datée de 1321, dans laquelle sont énumérées les tenures de Saint-Martin-de-Troarn dans la villa de Robehomme (copie dans le Parvus liber rubeus Troarni, Arch. dép. Calvados, H 7748, fos 16-32 v°, pièce inédite transcrite dans Vincent Carpentier, « Les pieds dans l’eau… », op  cit., t. IIIB, no 97).

58 René-Norbert Sauvage, op. cit., (no 8), Pr. no XIV, p. 386-387 : « Sciatis controversiam que versebatur inter abbatiam Troarni et comitem Johannem, hoc modo terminatam esse, scilicet quod abbas Gislebertus et conventus abbatie Troarni clamaverunt quieta comiti Johanni et heredibus suis totum manerium de Reinberthomme [Robehomme] et decimam foreste Gufferni de Vinaz, et comes Johannes concessit predicte abbatie decimam thelonei de Montgumeri et tenementum filiorum Roise apud Troarnum et insuper omnia tenementa que continentur in cartis ipsius abbatie, quas habet de comite Rogero, antecessore comitis Johannis, in bosco et plano, in pratis et pasturis, in aquis et molendinis et in omnibus aliis rebus. »

59 Divers exemples dans F. A. Aberg, op. cit., (no 34), notamment à Halesowen Abbey, ou sur le site du palais épiscopal d’Alvechurch (Worcs.), p. 75, fig. 26. Pour la Basse-Normandie, voir Marie Casset, « Le vocabulaire des résidences “secondaires” des archevêques et évêques normands au Moyen Âge : une image du bâti ? », dans Annie Renoux (dir.), « Aux marches du palais » Qu’est-ce qu’un palais médiéval ?, université du Maine, Publications du LHAM, 2001, p. 163-176. Signalons d’autres illustrations continentales dans Marie-Cécile Bertiaux, « Palais et séjours urbains et ruraux des évêques de Troyes aux XIVe et XVe siècles », ibid., p. 177-188, en particulier p. 181 sq. pour les résidences rurales.

60 Christophe Maneuvrier, Paysages et sociétés rurales au Moyen Âge : le pays d’Auge jusqu’à la fin du XIIIe siècle, thèse d’Histoire médiévale sous la direction de C. Lorren, université de Caen, 2000, t. 1, p. 390 sq.

61 Benjamin Guérard (éd.), Cartulaire de l’abbaye de Saint-Père de Chartres, Paris, Impr. Crapelet, « Collection de documents inédits sur l’histoire de France, 1re série, Collection des cartulaires de France », t. I, 1840, p. 6, 8-9, 45-46.

62 Vincent Carpentier, « Les pieds dans l’eau… », op. cit.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : localisation et typologie générale des sites médiévaux ou présumés tels de la basse vallée de la Dives. Les dates indiquées entre parenthèses renvoient à leur mention initiale (DAO Vincent Carpentier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9999/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Légende Fig. 2 – Le site de Dives-sur-Mer. (DAO V. Carpentier ; cl. DDE Calvados).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9999/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Fig. 3 – Vue du manoir de Beuvron-en-Auge, sur la place du village. Au début de l’Époque moderne, cette résidence s’est substituée à l’ancien château des Harcourt, seigneurs du lieu, situé hors de l’agglomération (cl. Vincent Carpentier, 2006).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9999/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Légende Fig. 4 – Vue aérienne du site de la motte de Hotot-en-Auge (au centre), toute proche de l’église (à gauche du cliché). Le marais de la Dives s’étend au premier plan, en contrebas de la route (cl. Guillaume Hulin, 2006).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9999/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Légende Fig. 5 – Les ruines de la tour dite « du Colombier », à Merville-Franceville-Plage, au pied de l’église. Cette tour est l’unique vestige du château de Merville, rasé en 1467 (cl. Vincent Carpentier, 2006).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9999/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 6 – Vue satellitale et relevé du site fossoyé du Maizeret, à Sannerville. Ce site n’est pas daté, mais il pourrait s’agir de l’ancien château des Montgommery, au cœur de leur seigneurie de Bures à partir de laquelle fut constitué le premier temporel de Saint-Martin de Troarn, en 1059. Ce même site est peut-être encore désigné comme castrum dans le Census de Buris au début du XIVe siècle, longtemps après sa désertion (image Orthophotoplan, Conseil général du Calvados, interprétation Vincent Carpentier, 2006).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9999/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 7 : relevé de surface du site de Goustranville. En grisé : les reliefs positifs formant la double enceinte (relevé Michel Besnard et Vincent Carpentier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9999/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 8 : vue aérienne du site du Ham (comm. Hotot-en-Auge), au bord de la Dives. Ce site a été sondé en 1981-1984 par Christophe Brière (cl. Guillaume Hulin, 2006).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9999/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Légende Fig. 9 – Reproduction zincographique d’un plan levé vers 1536, aujourd’hui perdu, publié dans René-Norbert Sauvage, L’abbaye de Saint-Martin de Troarn des origines à la fin du seizième siècle, Mémoires de la société des antiquaires de Normandie, t. XXXIV, 1911, pl. h.-t. Au bas du plan apparaissent plusieurs habitats aristocratiques.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9999/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Légende Fig. 10 – Vue satellitale du site de Saint-Pierre-du-Jonquet. La grosse ferme à cour fermée implantée au bord de l’ancien chenal de la Dives, au pied de l’église, correspond à un habitat seigneurial représenté sur le plan de 1536 (image Orthophotoplan, Conseil général du Calvados, 2006).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9999/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Fig. 11 – Les vestiges du manoir du Buisson, à Merville-Franceville-Plage, attesté à la fin du Moyen Âge (cl. Vincent Carpentier, 2006).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9999/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Légende Fig. 12 – Gravure de 1848 montrant les ruines de l’ancien prieuré roman de Rouville (com. Périers-en-Auge), insérée dans Arcisse de Caumont, Statistique monumentale, t. IV, 1859, p. 101.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9999/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Légende Fig. 13 : Plan aquarellé de Robehomme (XVIIIe siècle). En haut à gauche, le manoir abbatial est figuré en vue cavalière, au sommet de l’ancienne île dominant les herbages du marais alentours (Archives départementales du Calvados, Fi H 8125).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9999/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Légende Fig. 14 : Relevé topographique du manoir de Robehomme et restitution de ses principales composantes à partir des plans du XVIIIe siècle (relevé Michel Besnard et Vincent Carpentier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9999/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 227k

Auteur

INRAP Basse-Normandie CRAHAM – FRE 3119, CNRS
Conservateur au service de recherche archéologique de Caen Basse-Normandie, a soutenu en 2007 sa thèse intitulée « Les pieds dans l’eau… » La basse Dives et ses riverains, des origines aux Temps modernes. Contribution à l’histoire environnementale des zones humides et littorales de Normandie, sous la direction de C. Lorren, 7 vol. dactyl.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540