Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

IIe Partie. Mottes, châteaux et manoirs

À propos de deux mottes castrales de la région de Crèvecœur-le-Grand : Francastel et Lihus (Oise)

Philippe Racinet und Didier Quenehen

Volltext

1Deux diagnostics effectués par le laboratoire d’archéologie et d’histoire de l’université de Picardie pour le compte de l’INRAP, en novembre 2006, ont été l’occasion de s’intéresser de près à deux mottes castrales situées entre Amiens et Beauvais, secteur étudié dans le cadre d’une thèse par Didier Quenehen, qui a réalisé l’approche historique ci-après.

2Les villages de Francastel et de Lihus sont situés sur un plateau calcaire composé de craie blanche plus ou moins riche en silex, à une altitude moyenne de 180 m (Fig. 1). Ils sont établis sur la ligne de partage des eaux entre les bassins de la Somme et de l’Oise. Francastel domine l’extrémité de la vallée de la Noye, située à moins de 4 km à l’est, mais il n’y a pas d’eau de surface sur la commune. À 3 km au nord-est du village de Lihus se trouve la vallée de la Celle qui se jette dans la Somme et, à moins de 2 km au sud, la vallée de l’Herperie, affluent du Thérain qui se jette dans l’Oise. Sur le plateau, autour de Lihus, il n’y a pas d’eau de surface. Pour les deux communes, le couvert forestier, rare, se compose de plusieurs bosquets et de bois de faible superficie, à l’exception du « Bois de Francastel » au sud. Dans la commune de Lihus, il se concentre à la limite nord du territoire, le séparant de la commune d’Hétomesnil.

Approche historique

  • 1 Pour les seigneurs de Milly, Sagalon est connu par une douzaine d’actes, de 1032 à 1080 environ, c (...)

3Au début du XIe siècle, les confins des diocèses d’Amiens et de Beauvais semblent être encore des espaces peu structurés et mal intégrés à l’encadrement politique qui se met en place ailleurs. C’est probablement à cette époque que se forment les seigneuries de Breteuil et de Milly, qui restent très liées au lignage de Blois-Champagne1, malgré l’abandon des droits comtaux par Eudes II de Blois, à Beauvais, en 1015.

Fig. 1 : Environnement historique.

  • 2 Les paroisses issues du démembrement de celle de Breteuil sont Saint-Nicolas de Rouvroy-les-Merles (...)

4Dans le nord du diocèse de Beauvais, le cadre religieux est ce que l’on connaît le mieux pour le XIe siècle. De très grandes paroisses, comme Breteuil, Bonneuil-les-Eaux et Lihus, voisinent avec quelques paroisses de taille plus modeste, comme Francastel (Fig. 1). Aux XIIe et XIIIe siècles, les grandes paroisses sont démembrées2. En effet, de nouvelles paroisses sont créées, à partir du XIe siècle, pour deux raisons essentielles : l’établissement d’un nouvel habitat, lié à un défrichement le plus souvent ; le développement de l’habitat existant, nécessitant un renforcement de l’encadrement religieux de la population. La situation des deux villages correspond à deux cas bien différents : Lihus est une vaste paroisse démembrée au XIIe siècle ; Francastel est une paroisse déjà formée, semble-t-il, au XIe siècle.

  • 3 Georges-Pierre Woimant, Carte archéologique de la Gaule. L’Oise, Paris, Académie des inscriptions (...)
  • 4 Michel Roblin, Le terroir de l’Oise aux époques gallo-romaine et franque. Peuplement, défrichement (...)

5À Francastel, la chapelle cémétériale Saint-Germain est l’église paroissiale d’origine. La titulature permet de proposer une fondation mérovingienne, ce que confirment quelques découvertes archéologiques sur le territoire de la commune3. Cette église est supplantée par une nouvelle, titrée Notre-Dame, située au centre de l’habitat4, à 30 m à peine de la motte. Ce déplacement du centre paroissial est important puisque la distance entre les deux édifices est de 1 200 m. Deux éléments peuvent aider à la datation relative de ce déplacement : la titulature Notre-Dame est caractéristique des deux premiers siècles du deuxième millénaire ; la proximité de la nouvelle église paroissiale avec le site fortifié montre le lien étroit qui existe entre l’édifice religieux et la mise en place de la motte.

  • 5 Émile Lambert, Toponymie du département de l’Oise, Amiens, 1963, p. 199, nos 479-480 pour Francast (...)

6La situation est un peu plus complexe pour Lihus. L’archéologie n’indique pas une occupation du territoire durant le haut Moyen Âge et, comme pour Francastel, la toponymie permet d’envisager une origine médiévale pour le village5. Par ailleurs, la titulature de l’église paroissiale, Notre-Dame, est, comme pour Francastel, fréquente aux XIe et XIIe siècles. Toutefois, Lihus est aussi le cœur d’un vaste territoire paroissial, dont sont issues les paroisses d’Hétomesnil, de Conteville et de Crèvecœur-le-Grand.

7Ces quelques données montrent une organisation ecclésiastique encore balbutiante aux confins nord du diocèse de Beauvais. C’est au cours du XIe et surtout du XIIe siècle que l’encadrement religieux se fait beaucoup plus dense et plus proche des populations, en parallèle avec l’implantation castrale des seigneuries locales, Milly et Breteuil pour l’espace étudié. Les deux sites de Lihus et de Francastel sont, en effet, dans la mouvance de ces deux seigneuries, à l’extrémité de leurs zones d’influences réciproques.

  • 6 Oscar de Poli, Inventaire des titres de la maison de Milly, Paris, 1888, no 146. Il s’agit d’un éc (...)
  • 7 La motte d’Oudeuil appartient aux seigneurs de Milly à la fin du XIIe siècle. Elle a encore une fo (...)
  • 8 Rothois, commune à l’ouest de Lihus. Une contestation entre les seigneurs de Milly et l’abbaye Sai (...)
  • 9 En 1186, Jean de Lihus lègue une forêt en pays de Bray, près de Lhuyère (commune de Lachapelle-aux (...)

8La seigneurie de Milly est centrée sur la vallée du Thérain. En dehors de quelques possessions dans le pays de Bray, elle ne peut s’étendre que vers le nord, étant limitée à l’ouest par les possessions des vidames de Gerberoy et à l’est par celles du comte-évêque de Beauvais. Deux axes d’expansion sont visibles : en amont de la vallée du Thérain avec l’acquisition de la seigneurie d’Achy en 11366 et le long du ruisseau de l’Herperie, affluent du Thérain, avec comme point d’appui la motte d’Oudeuil7. La limite nord de la présence des seigneurs de Milly semble être Rothois8 et Lihus9.

9La seigneurie de Breteuil est centrée plus au nord, sur la vallée de la Noye où se trouve son chef-lieu. Les seigneurs du lieu cherchent, aux XIe et XIIe siècles, à étendre leur aire d’influence vers l’ouest. Ils sont probablement présents à Catheux et à Francastel dès la fin du XIe siècle, et c’est sans doute à partir de ces deux points qu’ils organisent leur progression. Il est à noter que cette seigneurie n’a pas l’unité territoriale que paraît avoir celle des seigneurs de Milly. En effet, autour de Fontaine-Bonneleau, un vaste territoire appartient à l’église d’Amiens, d’où l’importance du territoire de Lihus pour réunir les possessions de Breteuil entre Catheux, au nord, et Francastel, au sud, à l’extrémité occidentale de leurs possessions.

  • 10 Dans un don en faveur de l’abbaye de Beaupré, Robert de Milly est dit « reversus de captione Ewrar (...)

10La vaste paroisse de Lihus se trouve donc, au début du XIIe siècle, au centre d’une région très convoitée par les deux puissances locales. On sait qu’une guerre oppose les seigneurs de Breteuil et de Milly dans la décennie 1130, puisque Robert, fils de Pierre, seigneur de Milly, est fait prisonnier par les seigneurs de Breteuil10. Qu’en est-il des forces en présence ?

  • 11 Pour Woimaison, Hugues Merlez et sa femme Basile donnent à l’abbaye de Beaupré la ferme et ses dép (...)
  • 12 Sagalon de Milly, en 1184, reconnaît son tort pour y avoir fait couper du bois (AD Oise H 4675-3).
  • 13 Prévillers est jusqu’au XVIIe siècle dans la cure de Haute-Épine. Cette paroisse est composée d’un (...)
  • 14 Mathieu d’Hétomesnil et sa femme Odeline, Enguerrand de Fomerons et sa femme Isabelle font don de (...)
  • 15 Ils y perçoivent un péage (BnF ms. fr. 8579, p. 73).

11Les seigneurs de Milly sont présents directement, du fait de leur seigneurie d’Achy, dans la forêt de Malmifait qui est partiellement défrichée à la fin du XIIe ou au début du XIIIe siècle à partir des possessions du lignage, à savoir Woimaison au nord du massif forestier, La Neuville-sur-Oudeuil à l’est et Oudeuil au sud-est11. Cette forêt reste mouvante des seigneurs de Milly, qui y sont présents parfois à tort12. En tant que seigneurs d’Achy, ils possèdent aussi le territoire de Prévillers13 et quelques terres proches, comme le « Val du Vallon » ou la « Vallée d’Hérembert ». Le lignage est aussi présent à Hétomesnil : Robert I donne le tiers de la dîme à l’abbaye Saint-Paul, près de Beauvais, en 1136. Près d’un siècle plus tard, en 1221, un certain Mathieu d’Hétomesnil donne à l’église de Gerberoy la dîme de tout son fief près de Crèvecœur, don confirmé par Henri de Lihus de qui dépendait cette dîme14. On voit là les liens étroits entre Lihus, Crèvecœur et Hétomesnil, les deux derniers villages semblant être dans la mouvance des seigneurs de Lihus, eux-mêmes liés aux seigneurs de Milly comme on a pu le voir plus haut. Enfin, les seigneurs de Milly sont présents à Rothois15 et seigneurs d’Oudeuil.

  • 16 AD Oise H 1723.
  • 17 Le même texte permet de compléter l’entourage des seigneurs de Breteuil puisque les témoins sont B (...)

12Les seigneurs de Breteuil dominent à Francastel dès la première moitié du XIe siècle, puisque la dîme du lieu est en partie donnée à l’abbaye Notre-Dame de Breteuil lors de sa fondation16. Ils y possèdent la justice. Les seigneurs de Francastel sont dans leur mouvance au milieu du XIIe siècle ; lorsque Girard de Noirvaux confirme une donation de son père en faveur de l’abbaye de Breteuil, il lui faut le consentement de Galeran, seigneur de Breteuil, de Rainaud, châtelain de Breteuil, et de Baudouin de Francastel, du fief desquels faisait partie le bois donné17. Les possessions des seigneurs de Francastel sont d’ailleurs liées à la seigneurie de Breteuil puisqu’en 1277, Jean Leclerc de Francastel et Jean de Francastel vendent la dîme de Fléchy à l’abbaye de Chaâlis.

  • 18 Olivier Guyotjeannin, Episcopus et comes. Affirmation et déclin de la seigneurie épiscopale au nor (...)

13Trois autres acteurs sont présents. Tout d’abord, l’abbaye Saint-Symphorien de Beauvais a, dans son patronage, les cures de Saint-Nicolas de Conteville, de Saint-Nicolas de Crèvecœur et de Saint-Jean-Baptiste d’Hétomesnil, toutes trois démembrées de la paroisse de Lihus peu avant 1157, elle-même dans le patronage de cette abbaye. Ensuite, le chapitre Saint-Laurent de Beauvais a le patronage de la cure Notre-Dame de Francastel. Enfin, et ce n’est pas le moindre, un des lignages de Gerberoy est dominant à Rotangy, entre Lihus et Francastel, et Hugues de Breteuil, seigneur de Crèvecœur, épouse Ade, fille du vidame Hélie18.

14À partir de ces différents éléments, on peut entrevoir les événements des années 1130-1150 autour de Lihus. Les lignages de Breteuil et de Milly ont très certainement voulu se rendre maîtres de cette paroisse trop vaste et mal contrôlée. Après un conflit au début de la décennie 1130, on aboutit à un partage d’influence. Pour Milly, une domination sur Lihus et, dans une moindre mesure, sur Hétomesnil ; pour Breteuil, le contrôle indirect de Crèvecœur et de Conteville par la création d’une seigneurie en faveur d’un cadet du lignage. Deux autres forces en présence ont également joué un rôle et probablement tiré profit de cet affrontement. Pour l’abbaye Saint-Symphorien, le démembrement de la paroisse de Lihus permet la fondation de trois nouvelles paroisses qui resteront dans son patronage, le tout accompagné de nombreuses donations en faveur de différents établissements religieux dans ces mêmes années. De leur côté, les vidames de Gerberoy renforcent probablement leur présence à Rotangy grâce à l’alliance matrimoniale qui fait d’Ade la femme de Hugues de Crèvecœur. Il s’agit là d’une vision purement « politique » qui n’intègre pas, par exemple, une éventuelle hausse de la population dans cette zone frontière, nécessitant naturellement une réorganisation de l’encadrement religieux et castral.

15Dès le milieu du XIIe siècle, l’autonomie relative dont jouissent ces seigneuries tend à disparaître. La lutte d’influence qui s’est jouée autour de Lihus semble être l’une des dernières. En 1147, de nombreux seigneurs de la région se croisent autour de l’évêque de Beauvais. Parmi eux, Évrard de Breteuil et Pierre de Milly, même si ce dernier meurt avant de partir. La décennie suivante verra Henri II Plantagenêt et hibaud de Blois ravager le Beauvaisis dans leur lutte contre le roi de France (1159). Ce sont là les premiers signes d’une mise sous contrôle par la monarchie de toutes ces petites entités, effective dès la fin de ce siècle.

  • 19 Notices archéologiques sur le département de l’Oise, Paris, 1856, p. 409.

16Pour la fin du Moyen Âge, Louis Graves19 signale des faits importants, sans référence toutefois. Le château de Francastel aurait joué un grand rôle pendant les guerres du XVe siècle et aurait été détruit par les Bourguignons après leur échec devant Beauvais en 1472.

Description des sites et méthode d’investigation archéologique

Fig. 2 : Francastel. Photographie aérienne verticale.

  • 20 Dossier de la Carte archéologique, service régional de Picardie.

17La motte castrale de Francastel, appelée « Caté », est située au centre du village, à moins de 30 m de l’église (Fig. 2 et fig. 3). Le parcellaire a conservé la forme de cette motte bien préservée, haute de 6 à 7 m. C’est une butte de terre circulaire d’un diamètre de 63 m à la base. Sa plate-forme est boisée ainsi qu’une partie de ses versants. Cette plate-forme sommitale, d’un diamètre de 43 m, contient les vestiges d’une construction en pierres calcaires et silex (hauteur de 2 à 2,50 m), qui pourrait être une tour. Au début du siècle dernier, on voyait encore l’ouverture d’un puits20. La motte a été rognée en de multiples endroits pour combler la cuvette correspondant au fossé, en liaison avec des constructions. La parcelle diagnostiquée (no 625) matérialise la trace du fossé entourant la motte, dans sa partie sud-est (Fig. 4). Le village s’est développé à l’ouest et au nord de la motte sous la forme d’un espace ovalaire (ressemblant à une basse-cour !), avec une extension vers le sud-ouest de chaque côté d’une voie (Fig. 2).

Fig. 3 : Francastel. Extrait du plan cadastral et emplacement du sondage.

18La motte castrale de Lihus est située au centre du village à une cinquantaine de mètres de l’église (Fig. 5). Le parcellaire actuel ne permet pas de distinguer le tertre, haut de 3 m environ (arasement probable) et d’un diamètre estimé à la base de 55 m (Fig. 6). La plate forme sommitale, en partie détruite par une construction récente, est recouverte d’herbe et comporte un replat central ; aucun vestige de structure n’y a été détecté. Correspondant à une pâture, le secteur diagnostiqué est bien dégagé et très lisible (Fig. 8) ; sa topographie révèle une zone en creux entourant la butte (fossé) suivie d’un secteur plat (basse-cour). Le village est installé le long d’un axe nord-sud passant à l’extrémité orientale de la basse-cour, qui est restée en grande partie vide de constructions (Fig. 5 et 7). Le cadastre dit napoléonien ne permet pas de trancher quant à la forme originelle de la basse-cour, incluant ou non l’église paroissiale et une partie du village.

  • 21 Pour le dégagement du comblement du fossé, nous avons procédé en deux temps pour des raisons de sé (...)

19Ain d’avoir une longueur maximum (25 m) dans l’étroite parcelle de Francastel (Fig. 3), nous avons choisi d’établir une tranchée oblique par rapport à l’axe supposé du fossé circulaire entourant la motte, large de 4,30 m. Cinq passes mécaniques ont été effectuées : la première à une profondeur constante de 0,50 m pour évaluer la densité des vestiges archéologiques en place ; la seconde à une profondeur variable pour déterminer les limites du fossé et le niveau du sol naturel ; la troisième, la quatrième et la cinquième pour vider le comblement du fossé, une fois ce dernier bien localisé21.

Fig. 4 : Francastel. Emplacement du sondage dans le fossé et motte, vus de l’est.

20À Lihus (Fig. 8), nous avons établi une première tranchée (T1), de direction nord-nord-est/sud-sud-ouest, depuis la rue jusqu’au flanc de la motte, d’une longueur totale de 35 m et d’une largeur de deux godets, soit environ 3,20 m. Une seconde tranchée (T2) a été creusée à 1,50 m au nord de la précédente et en parallèle, d’une seule largeur de godet (environ 1,60 m) et sur une longueur réduite de 7,50 m, en vue de vérifier si les structures en creux déterminées dans la première tranchée se poursuivaient bien.

Fig. 5 : Lihus. Photographie aérienne verticale.

Fig. 6 : Lihus. Extrait du plan cadastral et emplacement du sondage.

Fig. 7 : Lihus. Cadastre dit « Napoléonien ».

Fig. 8 : Lihus. Emplacement des sondages depuis la plate-forme de la motte (vue du sud).

Analyse archéologique du site de Francastel (Fig. 9)

Fig. 9 : Francastel. Plan et coupe du sondage.

21Le fossé a été retrouvé à partir de 9,50 m du début nord-ouest de la tranchée (Fig. 10). Du côté de l’escarpe, il pourrait être associé à une palissade de bois, constituant une défense de base de motte. La forme topographique issue de ce fossé est décalée par rapport aux limites originelles de l’escarpe et de la contrescarpe. En fait, le fossé réel n’occupe qu’une partie, non centrale, de la forme topographique. Il est établi à environ 5,50 m de la base de la motte mais ce décalage est exagéré par l’entaille de la butte à cet endroit. Le fossé est large (12,50 m) et peu profond (3 m par rapport au sol actuel et seulement 2 m par rapport au sol de fonctionnement). De structure concave simple, son profil régulier est évasé.

22Le fossé et son comblement relativement simple sont scellés par une couche de terre argilo-marneuse (épaisseur : 0,60 m) avec inclusions de craie, quasiment vierge mais compactée, ce qui indique un scellement volontaire (Fig. 10). Le comblement proprement dit, également compact, est composé d’une terre argileuse noire à grise (ép. 1 m) avec quelques pierres, des fragments de tuile et un peu de mobilier médiéval (tessons de céramique, ossements animaux). La cuvette de fond (largeur : 7,50 m ; hauteur : 0,90 m), creusée dans la marne, était remplie de grosses pierres calcaires, équarries ou taillées, avec de la céramique de la fin du Moyen Âge et des ossements animaux. Il s’agit probablement des rejets liés à la démolition du château situé sur la plate-forme de la motte, dans le courant du XVIe siècle ou juste après.

Fig. 10 : Francastel. Partie nord-ouest du fossé castral, vue du sud-est.

  • 22 L’étude du mobilier des deux diagnostics a été réalisée par Sandrine Mouny, ingénieur au laboratoi (...)

23Le sondage a mis au jour un abondant mobilier (Fig. 11)22 : plus de 156 tessons, comprenant des céramiques modernes, glaçurées ou non, décorées à la corne (no 5), des céramiques dites « a sgraffiato » (no 2), des grès (no 3 et 4) et des porcelaines. Les fragments médiévaux ne représentent que 10 %. Il semble que la couche crayeuse du fond du fossé (« passe » 5) corresponde à la démolition du château, car elle est composée de gros moellons de pierres équarris et de quelques tessons médiévaux. Un fragment de plat (no 1), recouvert d’une épaisse glaçure verte, typique du XVIe siècle, a été mis au jour dans la coupe, au niveau du fond du fossé. Les récipients retrouvés sont en majorité des formes ouvertes, avec des plats, des assiettes ou des jattes. Le service à liquide est également représenté par un pichet à haut col cannelé (no 6) et un élément de goulot rapporté (no 4) en grès, pouvant être associé à une gourde ou à une bouteille. Une coupelle de lampe à huile (no 7) a aussi été retrouvée ; elle est recouverte sur le fond d’une glaçure jaunâtre, tachetée de traces de feu.

Fig. 11 : Francastel. Planche de mobilier.

Analyse archéologique du site de Lihus (Fig. 12)

24À 5 m du début de la tranchée T1, une structure excavée profonde de 1,60 m (ST1), creusée à travers le substrat argilo-marneux, correspond à un large fossé (7 m), de direction est-ouest, puisque sa poursuite a été retrouvée dans la seconde tranchée parallèle (T2). Il pourrait s’agir de la délimitation de la basse-cour. Son profil, régulier, est concave (Fig. 13). Son comblement, un sédiment argilo-marneux gris verdâtre (en liaison avec la stagnation de l’eau ?), contenait un tesson gallo-romain tardif, deux tegulae, des tessons du XIIIe siècle, en général de grande taille, et beaucoup de charbon de bois.

25À 5 m au sud-ouest de ST1, un petit fossé (ST2 : 0,75 m de large, 0,50 m de profondeur et une rigole de fond large de 0,20 m) contenait des tessons des XIe-XIIe siècles, des grès des XVIe-XVIIe siècles, des briques et des tuiles ainsi que des moellons de silex recouverts de mortier beige (Fig. 14 et 15). Ce fossé en V, de direction générale nord-est/sud-ouest, recoupe une structure excavée de forme semi-circulaire mais aucune différence dans le mobilier n’a pu être relevée. Il pourrait s’agir d’un système de drainage en liaison avec la mise en eau supposée des fossés de la motte et de la basse-cour ou encore une limite parcellaire, postérieure au comblement du fossé castral.

Fig. 12 : Lihus. Plan et coupe du sondage.

Fig. 13 : Lihus. Profil du fossé de la basse-cour vu de l’est.

26Juste au sud-ouest, en bordure, parallèles au fossé entourant la motte, les vestiges fugaces d’une possible palissade (ST3) ont été retrouvés (largeur de 0,60 ; Fig. 14).

27La limite de la contrescarpe du fossé circulaire (ST4) entourant la motte a été aisément déterminée (Fig. 16). Ce fossé, large (emprise de 13 à 14 m) et assez profond (3,50 m), est directement établi au pied de la motte, en liaison effective avec sa base. La pente de l’escarpe est plus raide que celle de la contrescarpe ; le fond est légèrement incurvé. Sous la terre végétale couvrant l’ensemble des structures archéologiques, une argile beige scelle, d’une manière volontaire, le comblement proprement dit du fossé, constitué en partie par des éboulis (avec briques) provenant de la motte (Fig. 16). La cuvette de fond (largeur : 3,80 m ; hauteur : 1,40 m) est remplie d’argile verte, marquant le fonctionnement du fossé, qui était donc peut-être en eau ; elle est creusée dans le substrat naturel, une argile à silex rouge.

Fig. 14 : Lihus. Contrescarpe du fossé castral vue de l’ouest.

Fig. 15 : Profil de la structure 2 (petit fossé de drainage ou de parcellaire), vu de l’est.

28En fin de tranchée, nous avons pu réaliser une coupe à travers les éboulis couvrant le versant de la motte, sans aller jusqu’à la limite de la plate-forme (Fig. 16). Elle a indiqué le caractère anthropique de la butte et aussi sa forte érosion, qui a largement modifié son apparence.

Fig. 16 : Lihus. Emprise du fossé castral et motte (vue du nord-est).

  • 23 68 tessons de céramique, 15 fragments de tuile, 8 ossements animaux et 1 pointe métallique.

29Les sondages ont révélé la présence d’un mobilier d’époque médiévale, avec des traces résiduelles de la période gallo-romaine (Fig. 17)23. L’absence quasi totale d’objets d’époque moderne, à l’exception de deux fragments de grès des XVIIe-XVIIIe siècles, montre que cet espace n’a plus été occupé après le XVIe siècle.

30Le mobilier céramique provient principalement du Beauvaisis. Il s’agit de fragments appartenant à des récipients tournés et cuits en milieu oxydant, de teinte claire, allant du blanc au rosé. Les formes sont peu variées : en majorité des pots de stockage ou de conservation avec quelques oules et des pichets à large ouverture (nos 1 et 2), à haut col et à lèvre en bandeau, aux arêtes assez saillantes. La particularité est la forte présence d’anses creuses de section ronde ou plate (nos 2 et 6), connues dans la région du Beauvaisis dès le milieu du XIIIe siècle. L’anse est fixée sur l’arête inférieure de la lèvre en bandeau (no 2) et percée à sa base pour l’échappement des gaz au moment de la cuisson (no 6). Les éléments de traitement de surface sont essentiellement composés d’un décor peint de lignes parallèles qui ondulent (no 3), de traits ou de points (no 4), disposés en lignes qui se superposent, et peints en rouge. Ce type d’ornement est connu pour le XIIIe siècle dans le Beauvaisis.

Fig. 17 : Lihus. Planche de mobilier.

31Ces éléments proviennent essentiellement du comblement de la structure 1, qui pourrait donc être daté de la seconde moitié du XIIIe siècle. La structure 2 contient un lot plus hétérogène avec du mobilier des XIe-XIIe siècles, notamment un col certainement associé à une oule, à pâte sombre et à lèvre de section triangulaire, en proto-bandeau (no 8). La présence de grès des XVIe-XVIIe siècles montre un comblement plus tardif que la structure 1.

32Si, à Francastel, aucune occupation antérieure n’a été repérée, le bruit de fond antique est plus fort à Lihus avec trois tessons, cinq fragments de tegula et un fragment d’imbrex, sans constituer toutefois une preuve d’occupation aux environs du site pour cette période. Pour les deux sites, le fossé a probablement été creusé au moment de l’implantation de la motte, entre la première moitié du XIe et le premier tiers du XIIe siècle d’après l’étude historique. Les deux sites ont certainement joué un rôle lors des luttes d’influence opposant les lignages de Breteuil et de Milly pour le contrôle de ce territoire, placé aux confins des diocèses d’Amiens et de Beauvais. Mais ces châteaux sont aussi un moyen d’accaparer les profits du renouveau économique, d’encadrer la mise en valeur des espaces incultes ou anciennement abandonnés et de contrôler une population qui s’accroît. La motte castrale a donc un rôle qui dépasse la simple protection. Elle est l’expression matérielle d’un groupe social qui s’affirme et qui tire justement son importance du fait qu’elle possède un château. La multiplication de ce type d’habitat n’est pas seulement le reflet de l’insécurité qui règne encore au XIe et au début du XIIe siècle, c’est aussi l’indice d’une nouvelle organisation qui se fonde sur les prémices d’une expansion économique et démographique de l’Europe occidentale.

33Le fossé de Francastel est de structure simple et de profondeur réduite mais il est large. Associé à une butte, de forte hauteur et de grande dimension, il concourt à donner au site une valeur militaire non négligeable. Son comblement, volontaire, date probablement du XVIe siècle. Le dispositif de protection de Lihus comporte un fossé circulaire large, assez profond et peut-être en eau ; une possible palissade surmontant la contrescarpe ; un large fossé moins profond pouvant délimiter la basse-cour à un endroit où elle se restreint considérablement. Entre les deux fossés pourrait se trouver un système de drainage en liaison avec l’alimentation en eau du ou des deux fossés. Le comblement volontaire du fossé de motte, avec scellement, est postérieur à la fin du Moyen Âge mais le comblement du fossé de basse-cour est certainement plus ancien.

34Deux leçons de méthode peuvent être tirées de cette expérience. D’une part, un diagnostic peut éviter une fouille lourde à condition que les objectifs soient nettement définis et que la zone soit bien identifiée. D’autre part, il s’avère très difficile, et même hasardeux, d’établir la morphologie d’une motte castrale, en vue d’une typologie, sans intervention de terrain. Pour les deux sites, il convient de souligner une discordance entre la forme actuelle de la motte et de son fossé, et la réalité archéologique. Le fossé ne correspond pas exactement au creux topographique et la motte est « empâtée », c’est-à-dire moins haute et plus large que la construction originelle. L’archéologie de terrain s’avère donc l’instrument indispensable pour améliorer nos connaissances sur cette question de la motte castrale.

35Comparée à celle de Lihus, la motte de Francastel est plus importante matériellement. Il est intéressant de noter une logique avec ce que peut nous apprendre la documentation historique et archéologique, comme une occupation alto-médiévale attestée à Francastel ou encore le rôle joué par ce château durant les guerres du XVe siècle. En revanche, il convient de retenir que ces deux sites ne survivent pas à la fin du Moyen Âge, du moins dans leur fonction castrale primitive.

Anmerkungen

1 Pour les seigneurs de Milly, Sagalon est connu par une douzaine d’actes, de 1032 à 1080 environ, comme sénéchal d’Eudes II et de Thibaut I (Michel Bur, La formation du comté de Champagne (vers 950-vers 1150), Nancy, université de Nancy, 1977, p. 252). Pour les seigneurs de Breteuil, Galeran, seigneur de Breteuil, est blessé à la bataille de Bar en 1037 où Eudes II trouve la mort (ibid., p. 213). Ces deux exemples montrent que les liens persistent, même après le retrait de Picardie d’Eudes II.

2 Les paroisses issues du démembrement de celle de Breteuil sont Saint-Nicolas de Rouvroy-les-Merles, en 1236, et Saint-Martin de Tartigny, vers 1236. Les paroisses démembrées de Bonneuil sont Saint-Pierre d’Esquennoy, fondation liée à la création du village en 1239 par l’abbaye de Notre-Dame de Breteuil, et Saint-Pierre d’Hardivillers, dont l’église est construite dans le village au XIIIe siècle par l’abbaye de Breteuil.

3 Georges-Pierre Woimant, Carte archéologique de la Gaule. L’Oise, Paris, Académie des inscriptions et des belles-lettres, 1995, p. 254-255, notamment no 253 : sarcophages du haut Moyen Âge à « la Vallée du Moulin ».

4 Michel Roblin, Le terroir de l’Oise aux époques gallo-romaine et franque. Peuplement, défrichement, environnement, Paris, Picard, 1978, p. 172.

5 Émile Lambert, Toponymie du département de l’Oise, Amiens, 1963, p. 199, nos 479-480 pour Francastel, et p. 53, no 66 pour Lihus.

6 Oscar de Poli, Inventaire des titres de la maison de Milly, Paris, 1888, no 146. Il s’agit d’un échange avec la seigneurie de Conty.

7 La motte d’Oudeuil appartient aux seigneurs de Milly à la fin du XIIe siècle. Elle a encore une fonction défensive en 1188 (Arch. dép. [désormais AD] Oise H 1083 : Sagalon, seigneur de Milly, donne aux religieux de Saint-Lucien de Beauvais l’autorisation de défricher le bois d’Oudeuil qu’il s’était réservé « infra constitutas metas pro districto, scilicet ad munitionem castri »).

8 Rothois, commune à l’ouest de Lihus. Une contestation entre les seigneurs de Milly et l’abbaye Saint-Lucien de Beauvais, à propos de droits de moulins banaux, montre la présence des premiers.

9 En 1186, Jean de Lihus lègue une forêt en pays de Bray, près de Lhuyère (commune de Lachapelle-aux-Pots), dans la mouvance des seigneurs de Milly.

10 Dans un don en faveur de l’abbaye de Beaupré, Robert de Milly est dit « reversus de captione Ewrardi Brituliensis » en 1131-1134 (AD Oise H 4800-1).

11 Pour Woimaison, Hugues Merlez et sa femme Basile donnent à l’abbaye de Beaupré la ferme et ses dépendances avec le consentement de Pierre I de Milly qui, lui-même, donne en 1144 ses propres terres et bois de Woimaison à ladite abbaye. Pour La Neuville-sur-Oudeuil, Pierre II, seigneur de Milly de 1191 à 1222, fonde ce village dans la forêt de Malmifait. Pour Oudeuil, voir note 7.

12 Sagalon de Milly, en 1184, reconnaît son tort pour y avoir fait couper du bois (AD Oise H 4675-3).

13 Prévillers est jusqu’au XVIIe siècle dans la cure de Haute-Épine. Cette paroisse est composée d’un territoire étroit, orienté nord-sud, entre les territoires de Rothois, de Lihus et de La Neuville-sur-Oudeuil, tous trois dans la mouvance des seigneurs de Milly. On peut donc légitimement supposer que Haute-Épine, malgré l’absence de texte, est dans cette mouvance.

14 Mathieu d’Hétomesnil et sa femme Odeline, Enguerrand de Fomerons et sa femme Isabelle font don de la dîme de tout leur fief près de Crèvecœur (AD Oise G 2353).

15 Ils y perçoivent un péage (BnF ms. fr. 8579, p. 73).

16 AD Oise H 1723.

17 Le même texte permet de compléter l’entourage des seigneurs de Breteuil puisque les témoins sont Bernard de Paillart et son fils Wautier, Grégoire de Campremy, Wautier de Chepoix et Eustache de Hilli. AD Oise H 1810.

18 Olivier Guyotjeannin, Episcopus et comes. Affirmation et déclin de la seigneurie épiscopale au nord du royaume de France (Beauvais-Noyon, Xe-début XIIIe siècle), Genève-Paris, Droz, 1987, p. 139.

19 Notices archéologiques sur le département de l’Oise, Paris, 1856, p. 409.

20 Dossier de la Carte archéologique, service régional de Picardie.

21 Pour le dégagement du comblement du fossé, nous avons procédé en deux temps pour des raisons de sécurité (installation d’une rampe de terre) : temps 1, section nord-est du fossé, et temps 2, section sud-ouest du fossé.

22 L’étude du mobilier des deux diagnostics a été réalisée par Sandrine Mouny, ingénieur au laboratoire d’archéologie et d’histoire de l’université de Picardie.

23 68 tessons de céramique, 15 fragments de tuile, 8 ossements animaux et 1 pointe métallique.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Fig. 1 : Environnement historique.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9996/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 537k
Bildunterschrift Fig. 2 : Francastel. Photographie aérienne verticale.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9996/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 560k
Bildunterschrift Fig. 3 : Francastel. Extrait du plan cadastral et emplacement du sondage.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9996/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 313k
Bildunterschrift Fig. 4 : Francastel. Emplacement du sondage dans le fossé et motte, vus de l’est.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9996/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 664k
Bildunterschrift Fig. 5 : Lihus. Photographie aérienne verticale.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9996/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 726k
Bildunterschrift Fig. 6 : Lihus. Extrait du plan cadastral et emplacement du sondage.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9996/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 412k
Bildunterschrift Fig. 7 : Lihus. Cadastre dit « Napoléonien ».
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9996/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 684k
Bildunterschrift Fig. 8 : Lihus. Emplacement des sondages depuis la plate-forme de la motte (vue du sud).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9996/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 488k
Bildunterschrift Fig. 9 : Francastel. Plan et coupe du sondage.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9996/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 190k
Bildunterschrift Fig. 10 : Francastel. Partie nord-ouest du fossé castral, vue du sud-est.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9996/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 399k
Bildunterschrift Fig. 11 : Francastel. Planche de mobilier.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9996/img-11.jpg
Datei image/jpeg, 304k
Bildunterschrift Fig. 12 : Lihus. Plan et coupe du sondage.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9996/img-12.jpg
Datei image/jpeg, 303k
Bildunterschrift Fig. 13 : Lihus. Profil du fossé de la basse-cour vu de l’est.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9996/img-13.jpg
Datei image/jpeg, 894k
Bildunterschrift Fig. 14 : Lihus. Contrescarpe du fossé castral vue de l’ouest.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9996/img-14.jpg
Datei image/jpeg, 475k
Bildunterschrift Fig. 15 : Profil de la structure 2 (petit fossé de drainage ou de parcellaire), vu de l’est.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9996/img-15.jpg
Datei image/jpeg, 556k
Bildunterschrift Fig. 16 : Lihus. Emprise du fossé castral et motte (vue du nord-est).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9996/img-16.jpg
Datei image/jpeg, 949k
Bildunterschrift Fig. 17 : Lihus. Planche de mobilier.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9996/img-17.jpg
Datei image/jpeg, 462k

Autoren

Doctorant de l’université d’Amiens-Picardie Jules-Verne, sous la direction de Philippe Racinet. Sa thèse porte sur « Les systèmes castraux entre Amiens et Beauvais (XIe-XIIIe siècle).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540