Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

IIe Partie. Mottes, châteaux et manoirs

Deux contre-châteaux d’Henri Ier Beauclerc en 1118-1119 : approche historique et topographique

Bruno Lepeuple

Texte intégral

1Les sources écrites médiévales relatent fréquemment la construction d’ouvrages fortifiés destinés à appuyer des opérations de siège. C’est d’ailleurs ainsi que sont interprétées nombre de petites mottes qui se trouvent dans l’environnement de châteaux plus importants. Lorsque les textes font défaut ou qu’ils ne sont pas suffisamment explicites, il est difficile de classer ces constructions périphériques qui ne révèlent que peu d’indices sur le terrain. Ainsi, fonction et même datation apparaissent souvent comme des problèmes insolubles.

2Parmi les nombreux conflits qui ponctuent l’histoire de la Normandie ducale, le règne particulièrement agité d’Henri Ier Beauclerc connut un épisode qui nous est rapporté avec de nombreux détails par les chroniques de Suger et d’Orderic Vital. En 1118, lors d’une confrontation autour de Gasny, les Normands édifièrent deux châteaux de siège dont l’un, « Malassis », est clairement identifié sur le terrain (fig. 1). L’année suivante, les Français s’avancent plus au cœur du Vexin, aux Andelys. Les récits sont là aussi circonstanciés, mais il n’est fait aucune mention d’une stratégie similaire pour serrer la place au plus près. La comparaison du plan du « Malassis » à une fortification de terre isolée permet de formuler l’hypothèse d’un contre-château destiné à contenir l’avancée des Français en 1119. Plus largement, ces deux témoins réunissent plusieurs caractéristiques des transformations qui affectent l’architecture castrale normande dans le premier quart du XIIe siècle.

Le « Malassis »

  • 1 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, M. Chibnall (éd. et trad.), 6 tomes, Oxford, Clarendon Pres (...)
  • 2 Suger, Vie de Louis VI le Gros, H. Waquet (éd. et trad.), Paris, 1929, p. 184-186 : « Verum quia N (...)
  • 3 Orderic Vital, livre XII, p. 184-186 : « Hoc uero rex Anglorum ut [p. 186] audiuit, illuc cum exer (...)
  • 4 Suger, p. 188 : « Interea idem rex Anglie castelli aparatum multa instancia preparat, operosos sol (...)

3En 1118, le conflit franco-normand dure depuis plusieurs décennies et Henri Ier Beauclerc se situe dans la ligne de ses prédécesseurs, Guillaume le Conquérant et Guillaume le Roux, en prenant le château de Saint-Clair-sur-Epte pour mener des raids le long de la frontière1. Ces incursions en territoire adverse sont jusque-là à l’initiative des Normands et, au printemps de cette année, les Français répliquent dans la basse vallée de l’Epte en s’emparant du village de Gasny. C’est le fait d’une petite troupe qui s’introduit dans la place par ruse, en gardant leurs armes sous leurs capes. La description de Suger est assez précise pour saisir le contexte topographique des événements. Gasny est décrit comme une agglomération ancienne, traversée par une voie publique, et entièrement ceinturée par le cours de l’Epte. Les Français s’assurent le contrôle de la place en prenant appui sur le clocher de l’église, qualifié pour l’occasion de tour2. La réaction normande n’est pas longue à venir. Pour empêcher la progression des Français, Henri Ier Beauclerc fait élever deux fortifications pour isoler Gasny, les assiégés les nomment « Malassis » et « Gîte de Lièvre », toponymes moqueurs, signe que ces ouvrages n’impressionnent guère les Français3. À son tour, le roi de France, Louis VI le Gros, fait élever son propre château sur la hauteur la plus proche4.

Fig. 1 : localisation des sites étudiés et principaux châteaux du Vexin.

  • 5 Suger, p. 112-122.

4On ne compte donc pas moins de trois châteaux élevés autour de Gasny. Seul l’un d’entre eux est facilement identifiable, il a gardé le nom qui lui a été donné lors de sa construction : « Malassis ». Dans l’environnement de Gasny, on dénombre trois autres sites toujours visibles aujourd’hui (fig. 2). Le château de La Roche-Guyon qui, bien qu’il ne comporte pas encore son donjon en amande ceinturé par deux chemises rapprochées, est un point important, sans doute contrôlé par le pouvoir capétien depuis l’assassinat de son seigneur, Guy de La Roche, vers 11125. Deux autres petites fortifications de terre se situent sur la rive gauche de l’Epte : une enceinte établie sur le coteau au-dessus du hameau de Mal-Gardé et une butte quadrangulaire au lieu-dit Bellevue, où les possibilités de surveillance sont très étendues sur les vallées de l’Epte et de la Seine.

  • 6 Pour le plan du site de Bellevue, voir Bruno Lepeuple, « Gommecourt (Yvelines), le site de Bellevu (...)

5Il est difficile de rapprocher les ouvrages mentionnés dans les textes des traces sur le terrain, il faut néanmoins fournir une interprétation. La logique serait de placer le second contre-château normand, Trulla Leporis, sur la rive droite de l’Epte. Un promontoire, défini par le cours de la rivière et un vallon sec, fournit un schéma plausible d’encadrement du site de Gasny destiné à interdire l’accès vers l’intérieur des terres. Il est fort probable que ce château ait disparu, en raison d’une faible puissance de fortification, ce qui est induit par le toponyme faisant référence au lièvre, animal qui n’a pas de pratique constructive et se contente de récupérer des terriers anciens ou de nicher dans des creux de terrain favorables. Le château élevé par Louis VI peut être l’un des deux points que l’on trouve sur la rive gauche de la rivière, le Mal-Gardé ou Bellevue. Le second l’emporte pour ses possibilités visuelles6.

  • 7 Suger, p. 188 : « Cui rex Francorum, jaculata retorquens, absque mora vicem reddit, cum subito col (...)

6Tous les châteaux ne sont pas aisément identifiables, seul Malassis ne résiste pas au doute : la toponymie a conservé le souvenir du qualificatif dont il avait été affublé, d’autre part, sa position correspond à la description donnée par les textes. Peu de temps après la mise en place des fortifications autour de Gasny, ce contre-château subit une attaque des Français qui le détruisent7, le site a ainsi eu une durée de vie très courte, il ne sera plus jamais mentionné à l’époque médiévale.

7Le « Malassis » est une fortification de terre classique, de type motte avec basse-cour (fig. 3a et 3b). La motte, en tronc de cône, est de dimension modeste, la plate-forme sommitale mesure 17 m de diamètre pour une hauteur d’environ 4 m par rapport au sol environnant. Elle est entièrement ceinturée d’un fossé large de 9 m et profond de 2 m, qui la sépare de la basse-cour. Celle-ci est constituée d’un fossé et d’une levée de terre qui sont interrompus au sud-ouest pour laisser un accès à l’intérieur de l’ouvrage. L’homogénéité des courbes et l’aspect très lisse des reliefs connaissent une distorsion dans le quart nord-est, au contact de la motte. Un large épaulement vient se refermer sur la motte très en avant, en ne lui laissant ainsi qu’un faible angle d’ouverture vers l’extérieur, moins de la moitié de sa circonférence alors que la proportion dégagée habituellement est plutôt des deux tiers.

Fig. 2 : environnement topographique de Gasny et localisation des fortifications évoquées.

8Dans le quart septentrional de l’ensemble, une légère saignée du sol a été réalisée, elle épouse la silhouette des reliefs précédents et est située immédiatement après le fossé. Cette trace ne peut que s’expliquer par la volonté de créer un fossé parallèle au premier, pour doubler le réseau défensif. Le tracé ouvert et la faiblesse du creusement, tant en profondeur qu’en largeur, indiquent un travail abandonné en cours de réalisation. L’attaque française menée assez tôt sur le site est sans doute à l’origine de cet état, celui d’un chantier non terminé.

9L’ensemble laisse une impression de déséquilibre, l’emprise de la basse-cour est importante en comparaison de la motte qui ne paraît pas assurer une protection efficace. D’autant plus que les choix d’agencement par rapport à la topographie initiale du lieu ont été mis en œuvre de telle manière que l’extrémité de la basse-cour se situe en hauteur, à l’opposé de la motte qui, elle, occupe un point bas. Ainsi, les levées de terre qui encadrent l’entrée sont plus élevées en altimétrie que le tertre.

Fig. 3a : Sainte-Geneviève-lès-Gasny, « Malassis », plan de la fortification.

Fig. 3b : Sainte-Geneviève-lès-Gasny, « Malassis », coupes de la fortification.

10Précisément daté et identifié sur le terrain, « le Malassis » correspond également bien à la description qui en faite, ce « château malchanceux » semble donc avoir été raté, ce qui lui a valu le sobriquet qu’il porte depuis. Néanmoins, la spécificité des formes du château permet de tirer certaines conclusions sur la morphologie et les objectifs que s’étaient fixés les concepteurs du site. La motte, dès le départ, n’a pas été envisagée comme un élément destiné à surplomber le site en raison de sa petitesse relative et de sa position en contrebas, l’entrée du site est rendue plus difficile avec l’aménagement d’une chicane, et enfin, le projet était de doubler les défenses fossoyées autour du site. Cette dernière idée apparaît d’autant plus crédible que sa réalisation complète aurait entraîné une occupation de toute la surface de l’éperon, en supprimant cette bande relativement élevée par rapport au site où est aujourd’hui installé un chemin de circulation.

  • 8 Orderic Vital, livre XII, p. 232 : « Ludouicus rex castellum Dangu obsedit, […] et Nouum Castrum q (...)
  • 9 Suger, p. 190-192 : « Qua tempestate quidam etiam Engerranus de Calvo Monte, vir strenuus et corda (...)

11Après l’épisode de Gasny, les faits militaires se sont accumulés dans la vallée de l’Epte dans cette même année 1118. Les Français ont assiégé les châteaux de Dangu et de Château-sur-Epte8. Ce n’est que l’année suivante qu’une incursion est vraiment déterminante dans la suite du conflit, une petite troupe, comme cela semble être fréquent pour ce genre de coup de main, menée par Enguerrand de Chaumont, s’empare du château des Andelys après s’être assurée de l’alliance de gens dans la place et le met en état de défense9.

  • 10 Orderic Vital, livre XII, p. 234-240, et Suger, p. 196-198.

12La réponse d’Henri Ier ne se fait pas attendre, elle est renseignée par Orderic Vital qui situe, immédiatement après, la construction d’un château à Noyon (aujourd’hui Charleval). Orderic était sur ce dernier point sans doute bien informé car l’abbaye de Saint-Évroult possédait un prieuré dans la localité. Dans le même temps que le roi d’Angleterre prépare sa riposte, le roi de France rejoint la troupe qui occupe le château des Andelys. Les sources s’étendent longuement sur la suite des événements qui voient un affrontement sous la forme d’une véritable bataille rangée près de Brémule (fig. 1), le 20 août 1119. La victoire d’Henri Ier prend une large place dans les deux chroniques10.

13Les sources restent muettes quant à un dispositif plus complexe. Le site de Noyon est relativement éloigné des Andelys et ne permet pas d’empêcher les Français de mener des raids sur la campagne environnante. En aucun cas il n’est fait mention d’un dispositif semblable à celui qui avait été mis en place autour de Gasny. Cependant, un examen attentif de toutes les fortifications du Vexin permet d’en isoler une, la « Butte Castel », qui ne se place dans aucun contexte évident, à l’écart de l’habitat, n’étant associée à aucune seigneurie. Cette fortification trouve de nombreux points de comparaison avec les solutions mises en œuvre à « Malassis ». Éléments qui semblaient suffisamment probants pour annoncer une partie de la conclusion de cet article dès son titre, à savoir qu’il s’agissait d’un contre-château élevé par le pouvoir normand après la prise des Andelys par Enguerrand de Chaumont.

La « Butte Castel »

  • 11 Suger, p. 192, voir note 9.

14La « Butte Castel », située sur la commune du Thuit, prend place dans un ensemble déjà défendu, un important rempart de terre définit un éperon barré d’une surface importante et certainement antérieur au Moyen Âge (fig. 4). Implantée à l’extrémité du plateau, elle surplombe un vallon qui débouche sur le méandre de la Seine en aval des Andelys. L’éloignement de la position française est conséquent, plus de 5 km. Le site verrouille néanmoins l’un des deux accès vers le plateau, notamment vers la vallée de l’Andelle et Pont-Saint-Pierre, jusqu’où les troupes d’Enguerrand de Chaumont pouvaient rayonner selon Suger11.

  • 12 Cet état semble être dû à une coupe forestière qui a créé de nombreuses perturbations du terrain. (...)

15La « Butte Castel » est une petite fortification de terre composée d’une motte et d’une basse-cour (fig. 5). L’ensemble n’est pas parfaitement conservé, le côté oriental de la fortification est plus érodé et couvert d’une végétation épineuse dense12. La motte est assise sur le rebord du coteau, au niveau d’une rupture de pente très prononcée, le tronc de cône n’est pas homogène sur l’ensemble de sa circonférence du fait de la déclivité du terrain. Le remblai est plus important vers le nord où davantage de terre a dû être apportée pour créer une plate-forme qui mesure aujourd’hui14 m de diamètre. Le fossé ne ceinture pas complètement le tertre, au nord, il est ouvert sur la forte pente du coteau, et au sud, une bande n’a pas été décaissée pour laisser un pont de terre.

Fig. 4 : environnement topographique des Andelys et localisation des fortifications évoquées.

Fig. 5 : Le Thuit, « La Butte Castel », plan et coupe de la fortification.

16La basse-cour ne se raccorde pas sur la motte selon un plan classique, elle l’enveloppe en venant doubler la défense fossoyée sur le flanc occidental du tertre et s’en détache pour dessiner un enclos qui se développe vers l’est. Le dessin du fossé n’adopte pas une courbe parfaite, tout le flanc sud-ouest s’effectue selon un tracé rectiligne. C’est dans cette portion qu’est aménagé l’accès vers la motte, dans la continuité du pont de terre qui interrompt les deux fossés, non pas perpendiculairement, mais de biais. L’entrée vers la basse-cour n’est pas aisément discernable, on peut l’imaginer à côté de l’aménagement précédent, mais l’état perturbé du rempart de terre dans ce secteur ne permet pas de résoudre clairement ce problème.

  • 13 Jacques Le Maho, « Fortifications de sièges et “contre-châteaux” en Normandie (XIe-XIIe siècles) » (...)

17Néanmoins, certaines particularités du site se dégagent nettement. La motte a volontairement été placée à l’intérieur de la basse-cour pour augmenter la profondeur des défenses autour du tertre. Cette extension en surface autorise une faible élévation de la motte dont l’altitude est rapidement dépassée par le plateau environnant. D’autre part, l’accès de biais traduit la volonté de le rendre difficile. Ces trois thèmes ont déjà été soulevés pour le site de « Malassis » par rapport auquel « la Butte Castel » paraît un aboutissement des expériences tentées en 1118. D’autre part, un examen attentif du sol a permis de recueillir quelques témoins céramiques – essentiellement des fragments de panses à pâtes blanches qui semblent provenir d’oules et un tesson montrant une bande appliquée digitée – qui ne contredisent pas une occupation courte durant la première moitié du XIIe siècle. L’éloignement relativement important du château des Andelys n’apparaît pas comme discriminant pour l’hypothèse ici soutenue. L’étude de ces fortifications de siège montre que la distance entre les deux points peut être variable de quelques centaines de mètres à plusieurs kilomètres, nous retiendrons le cas du site de « Mateputain », à Vieux-Rouen-sur-Bresle où, en 1119, Henri Ier a fait construire un château destiné à assurer le blocus d’Aumale, à 8 km13, au-delà des possibilités de surveillance strictement visuelles.

Hypothèses et enseignements

18Les deux mottes, d’un module comparable, n’offrent pourtant pas un aspect parfaitement identique quant aux dimensions de la plate-forme et à la hauteur du tertre. Cependant, l’état final de la fortification ne rend pas compte du tracé qui a été défini pour la construction de la motte. L’hypothèse généralement soutenue et probable pour la construction des fortifications de terre est que l’on a utilisé un cordeau pour tracer au sol la limite entre la surface creusée et celle qui sert d’assiette au tertre. En l’absence de fouilles, il est difficile de définir précisément ce tracé car les terres accumulées ont pu faire l’objet d’une forte érosion et donc d’un glissement important. Néanmoins, la précision des relevés topographiques permet une approximation de localisation de ce point de contact entre le déblai et le remblai (fig. 6). Au « Malassis » et à la « Butte Castel », le résultat ne donne pas un cercle parfait en raison du dénivelé naturel : l’épure circulaire tracée au sol rend un ovale dans le cadre d’une vue planimétrique et c’est le diamètre le plus important qu’il faut retenir sur ce type de plan. Le résultat ne doit pas tenir au seul hasard, la mesure obtenue est la même sur les deux sites : 27,7 m. Cette donnée peut être considérée comme un indice supplémentaire à la quasi-contemporanéité des deux sites et au fait qu’elles sont probablement l’œuvre du même architecte.

  • 14 Anne-Marie Flambard Héricher, « Quelques réflexions sur le mode de construction des mottes en Norm (...)
  • 15 Abbé Philippe, « Mérey, son cimetière barbare et son donjon », Bulletin de la Société normande d’é (...)
  • 16 Jacques Le Maho, « Notes de castellologie haut-normande : châteaux à motte, enceintes et églises f (...)

19Il faut encore remarquer que, du fait de la différence du terrain choisi pour l’implantation du site, le centre du cercle n’adopte pas la même position lorsqu’il est projeté à la surface de la motte. Proche du milieu de la plate-forme au « Malassis », il est décalé vers la bordure à la « Butte Castel ». Ce fait est dû, dans le second cas, à la forte pente dans cette zone, ce qui rend un remblai asymétrique, plus important là où le dénivelé est fort. Dans les deux cas, ce point coïncide avec une légère dépression que l’on observe à la surface de la motte. Cette anomalie micro-topographique peut trouver plusieurs explications et, bien que là encore la solution ne puisse être fournie que par une fouille archéologique, une hypothèse nous paraît particulièrement intéressante à développer. Ce tassement différentiel peut trouver son origine dans la structure même de la motte et la présence d’une armature de bois destinée à assurer la cohésion de l’ensemble. Proche des quelques cas recensés où la motte est venue recouvrir un bâtiment antérieur14, le but ici recherché serait de préparer la construction d’une tour venant coiffer le tertre. En effet, la présence d’une construction de bois au sommet d’un remblai frais semble être une entreprise difficile à la stabilité aléatoire et, même si ces constructions sont qualifiées de constructions légères, elles devaient totaliser un poids important. On ne retient pas la possibilité d’une phase antérieure qui aurait fourni un cadre rigide à l’assise de la motte. Ainsi, il paraît logique d’apprêter la mise en place d’une tour dès le début de la construction de la motte en ancrant des poteaux dans le terrain naturel. Ce cas de figure semble être celui qui a été rencontré à Mérey, où une motte d’un module comparable aux deux exemples qui ont servi de corps à cet article a fait l’objet d’une fouille menée par l’abbé Philippe avant 1928. Le tertre, démonté par le flanc, avait révélé la trace de poteaux équarris de 40 cm de côté et reliés à leur base par des poutres horizontales de 16 cm de section, l’ensemble dessinait un carré de 3,5 m de côté15. Ce module relativement petit correspond à ce qu’on peut attendre des dimensions d’une tour dont la fonction essentielle serait la surveillance et non la résidence. C’est d’ailleurs l’hypothèse qui était retenue par Jacques Le Maho : une petite fortification érigée sur les terres des seigneurs de Breteuil durant les troubles des années 1118-111916.

Fig. 6 : comparaison des hypothèses de tracés d’épures sur les sites de « Malassis » et de « La Butte Castel ».

  • 17 Ces observations sont réalisées dans le cadre d’une thèse préparée à l’université de Rouen sous la (...)
  • 18 Bruno Lepeuple, « Un bourg castral du Vexin normand : Château-sur-Epte », Château-Gaillard 22. Châ (...)
  • 19 Ces données sont issues d’une étude en cours à la suite d’une fouille archéologique menée par nos (...)
  • 20 Voir supra, note 8.
  • 21 Orderic Vital, livre XII, p. 212 : « […] castella sua Liram et Gloz Pontemque Sancti Petri et Pace (...)

20Plus largement, les deux exemples qui ont été développés offrent des comparaisons avec d’autres sites proches, essentiellement sur un aspect, celui du doublement des fossés autour du point fort. Ce fait a été remarqué sur plusieurs châteaux ayant fait l’objet d’un relevé topographique dans l’espace du Vexin normand et dont on peut souligner la construction ou les réaménagements durant le premier quart du XIIe siècle17. À Château-sur-Epte, au pied d’une motte avec basse-cour, la création d’un bourg castral a été l’occasion de doubler le fossé autour du point fort, certainement dans les années 112018. Le même schéma est perceptible à Lyons-la-Forêt : un bourg vient s’accoler au château sur son flanc oriental en se refermant au niveau d’un grand donjon quadrangulaire construit dans les années 1120 et qui apparaît comme l’aboutissement d’un vaste programme19. À Dangu, dont la première mention remonte à l’année 111820, le site est caractérisé par une motte large et peu élevée à laquelle est jointe une basse-cour dont le fossé vient doubler celui de la motte. Enfin, à Pont-Saint-Pierre, où le château a été agrandi en 111821, un fossé rectiligne vient compléter la défense d’une enceinte primitive. Aussi, ces quelques exemples permettent de supposer que l’augmentation des défenses en hauteur avec la multiplication des tours au XIIe siècle se mène aussi en profondeur avec l’élargissement du réseau de fossés autour du point fort.

21Loin d’aboutir à des conclusions larges et définitives, cette courte enquête permet de mettre l’accent sur un point méthodologique, celui de l’intérêt que représente l’élaboration de plans pour l’étude des fortifications de terre. Cette entreprise, largement aidée par les développements récents des outils topographiques, n’en reste pas moins une entreprise longue, quelquefois fastidieuse en raison de la végétation qui recouvre ces sites. D’autre part, la lecture des documents graphiques ne permet certainement pas la reconnaissance immédiate des plans originels. L’entretien et le réaménagement des châteaux ont largement parasité les ouvrages primitifs. Les deux cas qui ont été développés ici, des sites à l’occupation courte, sont exceptionnellement lisibles par rapport au nombre de châteaux pour lesquels une bonne représentation manque encore.

22Néanmoins, les arguments apportés pour cette étude mettent en avant la complexité et le véritable programme architectural que revêt l’élaboration d’une fortification de terre qui est souvent évoquée comme une solution simple pour laquelle aucune compétence particulière n’est requise. Il apparaît pourtant que leur conception est au cœur d’une recherche d’efficacité et d’adaptation, ce qui implique l’existence de types. De mieux en mieux cernés au fur et à mesure de l’avancement du travail, on peut espérer leur classification et l’établissement d’un calage chronologique. Enfin, l’approche ne doit pas laisser de côté ce qui fait la spécificité de l’archéologie médiévale, le dialogue permanent entre sources écrites et données du terrain.

Notes

1 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, M. Chibnall (éd. et trad.), 6 tomes, Oxford, Clarendon Press, 1969-1980, livre XII, p. 184 : « Henricus autem castrum Sancti Clari sirripuit, diuque contra Odmundum aliosque collimitaneos predones tenuit, et Gallos multus grauauit. »

2 Suger, Vie de Louis VI le Gros, H. Waquet (éd. et trad.), Paris, 1929, p. 184-186 : « Verum quia Normannorum marchia, tam regum Anglorum quam Normannorum ducum nobili providentia, et novorum positione castrorum et invaladium fluminum decursu extra alias cingebatur, rex, quia his callebat, transitum in Normanniam sibi affectans, cum pauca militum manu, ut secretius agendis provideat, ad eandem marchiam contendens, viros caute premittit qui, tanquam viatores, loricati sub cappis et gladiis cincti, publica via descendentes, ad villam que dicitur Vadum Nigasii, villam antiquam, patulum et gratum Francis prebere paratam ad Normannos accessum, que, Ette fluvio circumfluente, cum in medio sui tutum prebeat, extra inferius et superius longe prohibet transitum, subito cappas deponunt, gladios exponunt, accolas animadvertentes et armis gravissime insistentes fortissime resistendo repellunt, cum subito rex jam pene lassatis, per declivum montis periculose accelerans, opem oportunam ferre precipitat, tam ville atrium quam munitam turre ecclesiam non sine suorum damno occupat. »

3 Orderic Vital, livre XII, p. 184-186 : « Hoc uero rex Anglorum ut [p. 186] audiuit, illuc cum exercitu uelociter accessit, ibique duo castra firmauit quae hostilis derisio turpibus uocabulis infamauit. Unus enim Malassis et aliud nuncupatur Trulla leporis. »

4 Suger, p. 188 : « Interea idem rex Anglie castelli aparatum multa instancia preparat, operosos sollicitat et, dum rex suum presidio militum munitum relinquit, ipse suum proximo monte erigit castrum, ut exinde militari copia, balistariorum et saggitariorum repulsione, et cibaria terre eis excuteret et pro his terram suam jugi necessitate confundere coartaret. »

5 Suger, p. 112-122.

6 Pour le plan du site de Bellevue, voir Bruno Lepeuple, « Gommecourt (Yvelines), le site de Bellevue », Archéologie médiévale, t. XXXVI, 2005, p. 321-322. L’hypothèse émise pour ce site était qu’il correspondait au site du Gîte au Lièvre, cette proposition est maintenant écartée.

7 Suger, p. 188 : « Cui rex Francorum, jaculata retorquens, absque mora vicem reddit, cum subito collecto exercitu, sicut qui thesseris ludit, in aurora remeans, novum illud castrum, quod vulgo nominabatur Malesessum, virtuose aggreditur, multo conatu, multa gravissimorum ictuum donatione et receptione – tali enim foro tale vulgo solvitur teloneum –, viriliter suppeditat, diripit et pessundat et, ad regni excellentiam et oppositi contumeliam, quicquid machinatum inde fuerat vera virtute dissolvit. »

8 Orderic Vital, livre XII, p. 232 : « Ludouicus rex castellum Dangu obsedit, […] et Nouum Castrum quod Guillelmus Rufus apud Fuscellimontem propre Eptam construxerat obsedit […]. »

9 Suger, p. 190-192 : « Qua tempestate quidam etiam Engerranus de Calvo Monte, vir strenuus et cordatus, audacter militari manu progrediens, castellum cui nomen Andeliacum, quorundam factione clam munitis propugnaculis, strenue occupavit, fretusque regis presidio, occupatum audacissime munivit, quo terram usque ad fluvium qui dicitur Andella, a fluvio Ette usque etiam ad Pontem Sancti Petri, omnino subjacere cogebat. »

10 Orderic Vital, livre XII, p. 234-240, et Suger, p. 196-198.

11 Suger, p. 192, voir note 9.

12 Cet état semble être dû à une coupe forestière qui a créé de nombreuses perturbations du terrain. L’absence d’autorisation de défrichement sur le site n’a pas permis de rendre un dessin fin de cette partie de la fortification, très endommagée.

13 Jacques Le Maho, « Fortifications de sièges et “contre-châteaux” en Normandie (XIe-XIIe siècles) », Château-Gaillard 19, actes du colloque international de Graz (Autriche), 22-29 août 1998, Caen, Publications du CRAM, 2000, p. 181-188, p. 183.

14 Anne-Marie Flambard Héricher, « Quelques réflexions sur le mode de construction des mottes en Normandie et sur ses marges », Mélanges Pierre Bouet, Caen, « Cahier des Annales de Normandie » no 32, 2002, p. 123-132, plus spécifiquement p. 125.

15 Abbé Philippe, « Mérey, son cimetière barbare et son donjon », Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, t. XXXI, années 1936-1937, 1938, p. 211-226.

16 Jacques Le Maho, « Notes de castellologie haut-normande : châteaux à motte, enceintes et églises fortifées (XIe-XIIe siècles) », Autour du château médiéval, Alençon, Société historique et archéologique de l’Orne, « Mémoires et documents » no 1, 1998, p. 219-243, p. 234.

17 Ces observations sont réalisées dans le cadre d’une thèse préparée à l’université de Rouen sous la direction d’A.-M. Flambard Héricher et ayant pour thème « les châteaux du Vexin du Xe au milieu du XIIe siècle ».

18 Bruno Lepeuple, « Un bourg castral du Vexin normand : Château-sur-Epte », Château-Gaillard 22. Château et peuplement, actes du colloque international de Voiron (Isère, France) 27 août-4 septembre 2004, Caen, Publications du CRAHM, 2006, p. 237-241, p. 238.

19 Ces données sont issues d’une étude en cours à la suite d’une fouille archéologique menée par nos soins en 2007.

20 Voir supra, note 8.

21 Orderic Vital, livre XII, p. 212 : « […] castella sua Liram et Gloz Pontemque Sancti Petri et Paceium muniuit, et ne rex seu fideles eius in illa intrarent diligenter opturauit. »

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : localisation des sites étudiés et principaux châteaux du Vexin.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 725k
Légende Fig. 2 : environnement topographique de Gasny et localisation des fortifications évoquées.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9993/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Légende Fig. 3a : Sainte-Geneviève-lès-Gasny, « Malassis », plan de la fortification.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9993/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 711k
Légende Fig. 3b : Sainte-Geneviève-lès-Gasny, « Malassis », coupes de la fortification.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9993/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 4 : environnement topographique des Andelys et localisation des fortifications évoquées.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9993/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende Fig. 5 : Le Thuit, « La Butte Castel », plan et coupe de la fortification.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9993/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Légende Fig. 6 : comparaison des hypothèses de tracés d’épures sur les sites de « Malassis » et de « La Butte Castel ».
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9993/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 503k

Auteur

Université de Rouen, GRHis
Doctorant de l’université de Rouen sous la direction d’A.-M. Flambard Héricher. Il étudie « les châteaux du Vexin du Xe au milieu du XIIe siècle ». Parmi ses dernières publications : « Notes archéologiques sur quatre châteaux du Vexin normand : Baudemont, Longchamps, Cléry et Château Saussart », 1204, La Normandie entre Plantagenêts et Capétiens, A.-M. Flambard Héricher et V. Gazeau (dir.), Caen, Publications du CRAHAM, 2007, p. 113-136 et « Le château de Saint-Clair-sur-Epte dans le contexte frontalier franco-normand, Xe-XIIe siècle », Bulletin archéologique du Vexin Français, no 37, 2005, p. 57-68.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540