Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

IIe Partie. Mottes, châteaux et manoirs

De la « motte » à l’hébergement fossoyé : étude de cas manceaux (Xe-XVIe siècle)

Annie Renoux

Texte intégral

  • 1 C’est-à-dire en gros la Sarthe et la Mayenne.
  • 2 À la fin du Moyen Âge, dans un souci de clarification, les rédacteurs de la Coutume du Maine oppos (...)

1Du Xe au XVIe siècle, le comté du Maine1 juxtapose, comme il est de règle en France, divers types de résidences nobles. Lieux de vie et de pouvoir, ces ensembles fortifiés, semi-fortifiés ou non fortifiés évoluent au fil des siècles et des circonstances. À une minorité de gros châteaux se joint une pléiade d’ouvrages plus modestes communément désignés sous l’appellation de mottes, maisons fortes et maisons nobles. Le premier groupe est exclu de l’étude et l’on a, au sein du second, opéré une sélection en limitant la réflexion aux ensembles fossoyés afin d’intégrer les mottes et ce que, dans le Maine, on appelle des hébergements fossoyés ; une expression qui est préférée à celle, rare et tardive, de maison forte et rassemble des complexes semi-défensifs dotés d’un certain nombre d’éléments du répertoire militaire et des ensembles ne disposant pour l’essentiel que d’un fossé, d’une clôture plus ou moins robuste et d’un pont dont la valeur militaire est plus que médiocre2.

  • 3 L’opération est menée à l’université du Maine (masters 1 et 2). Les inventaires utilisés sont ceux (...)

2Mottes et hébergements fossoyés abondent dans le comté où ils font l’objet d’un recensement méthodique en cours d’achèvement et de publication que vient enrichir un second inventaire, celui des demeures aristocratiques maçonnées affectées d’une massive campagne de (re)construction vers la seconde moitié du XVe siècle et le début du XVIe siècle3. Chronologiquement situés aux deux extrémités de la chaîne, les deux groupes sont relativement bien cernés dans la documentation textuelle, graphique et archéologique qui sert de base aux enquêtes mais, entre les deux, prennent place une série de cas mixtes que l’on tend volontiers, en maintes régions, à considérer comme des cas intermédiaires. C’est sur cette question du passage de la motte à l’hébergement fossoyé et sur la part qu’y prennent éventuellement ces cas ambigus que l’on centrera le propos en s’attachant essentiellement aux évolutions topographiques, morphologiques et fonctionnelles au moment où, avec la fin du Moyen Âge, sévit comme dans le reste de l’Hexagone une longue crise multiforme que viennent clore l’ébauche puis l’amplification d’une reprise généralement située vers 1450-1480.

3Méthodologiquement, les pierres d’achoppement inhérentes à ce type d’étude sont bien connues. Face à une documentation écrite lacunaire et en l’absence de fouilles, la datation et les caractéristiques de ces complexes restent volontiers du domaine de la conjecture. Les données contextuelles géohistoriques, les observations graphiques et l’examen approfondi des vestiges apportent des éléments de réponse mais ils sont sujets à caution. Les restes en place ne révèlent qu’un état final, susceptible d’induire en erreur. Quant aux plans, ils ne remontent au mieux qu’à l’époque moderne. L’état initial et les évolutions de ces ensembles échappent trop souvent à l’analyse. Dans ce contexte, la critique est aisée mais s’y cantonner est de peu d’intérêt. Aussi, dans un souci constructif, après avoir brièvement décrit la situation et les enjeux de départ, attirera-t-on l’attention sur un certain nombre d’exemples manceaux significatifs et plus particulièrement sur le témoignage de quelques documents cadastraux du XIXe siècle. Les séjours nobles y sont figés à un stade évolutif que des témoignages textuels et/ou monumentaux autorisent parfois à situer plus précisément dans le temps.

Mottes et hébergements fossoyés

  • 4 Pour la bibliographie, voir note 1.
  • 5 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Calais, éd. Louis Froger, Le Mans, 1888, no 26. On ne prétendra to (...)
  • 6 Voir par exemple la donation réalisée, vers 1080-1100, « in castello de Miletia, in mota scilicet  (...)

4Les mottes foisonnent dans le Maine4. En l’absence de fouilles, on ignore à quand remontent les premières expériences en la matière et jusques à quand se prolonge le phénomène mais on n’a a priori aucune raison de suspecter une quelconque spécificité mancelle. Les castra les plus anciens n’en ont pas ou n’en ont plus (Mayenne au Xe siècle, Fresnay-sur-Sarthe vers l’an mil…). De rares textes – comme celui relatif à la construction vers 1015-1036 du castellum de Saint-Calais, toujours muni d’un beau tertre5 – donnent à penser que la région est touchée dès la première moitié au moins du XIe siècle. Les plus anciennes mentions de mota (castrale) remontent au deuxième tiers du XIe siècle. Ici comme ailleurs, ces buttes artificielles fossoyées sont volontiers dotées d’une ou de plusieurs basses-cours, ovales ou parfois subrectangulaires, que ceint un rempart précédé d’un fossé. Fonctionnellement, dans les sources écrites, l’assimilation entre la motte et le château est claire et précoce6. Quelques restes de tours maîtresses en place (Saint-Calais) et diverses évocations de donjons et de tours, échelonnées de la fin du Moyen Âge à nos jours, suggèrent que le tertre supporte volontiers un donjon, ce qui en fait avant tout le pôle militaire et féodal du castrum. Mais dans la mesure où les superstructures sommitales échappent généralement à l’analyse, il convient de rester prudent.

  • 7 On se reportera entre autres aux travaux d’Anne-Marie Flambard Héricher (« Le château des comtes d (...)
  • 8 Commune de Saint-Christophe du Luat.

5Les mêmes lacunes documentaires et les mêmes incertitudes règnent en ce qui concerne les structures de la basse-cour. En France du Nord, les fouilles récentes mettent en exergue l’importance du second pôle noble, souvent non fortifié, qui y est aménagé7. C’est là que se dressent volontiers les édifices civils majeurs liés à la résidence et à l’exercice du pouvoir noble (salle, chambre), auxquels se joignent des constructions utilitaires annexes propres à assurer le bon fonctionnement du complexe et celui de la seigneurie (cuisine, écurie, grange, logements des dépendants…) ainsi éventuellement qu’un complexe ecclésiastique. Un troisième enclos, plus vaste et moins protégé que le précédent auquel il est greffé, complète souvent ce binôme organique motte/basse-cour. Il peut intégrer un peuplement villageois ou pré-urbain ou bien englober un simple espace agraire, apte ou non à renforcer en la fractionnant la défense. Dans le Maine, le site des Murailles (Mayenne) illustre parfaitement dans sa globalité ce schéma. La basse-cour, accolée à une motte de plus de 4 m de hauteur, y comporte un ancien logis noble des XIIe-XIIIe siècles et un espace agraire ceint le tout (fig. 1)8.

Fig. 1 : les Murailles (plan cadastral de 1837).

6Bien que maigrement étoffée, faute de sources bien datées, l’image qui se dégage est classique et les études contextuelles menées en parallèle montrent que le comté ne se singularise pas en la matière. Ces résidences aristocratiques fortifiées assurent pour l’essentiel, au sein du monde rural, la mise en place et l’essor de la seigneurie châtelaine aux XIe et XIIe siècles. Divers points méritent toutefois d’être soulignés.

  • 9 Toutes ces petites et moyennes mottes ne sont pas du même type. Certaines, dotées d’un diamètre re (...)

7Ces mottes munies de basses-cours n’appartiennent pas toutes à la même catégorie. Certaines développent de très médiocres volumes alors que d’autres ne présentent aucune élévation. Dans ce lot manceau, il y a en effet peu de gros tertres et beaucoup de buttes dotées d’un gabarit très moyen si ce n’est faible9. La distinction peut prêter à sourire dans la mesure où les ravages du temps peuvent sans peine convertir une belle et haute motte en une petite motte, mais lorsque à la faible hauteur se joint un faible diamètre (fossé), que le contexte géohistorique est différent et qu’au sommet de ces tertres réduits se détachent des restes médiévaux, l’observation prend du corps. Avec ses 25 m de hauteur et ses 40 m environ de diamètre, la motte de Beaumont, située dans l’un des centres majeurs de la puissance vicomtale des XIe et XIIe siècles, appartient à un autre registre que ces petites mottes du sud manceau avec leurs 2 à 3 m de hauteur, leur faible diamètre et leurs médiocres détenteurs dotés de droits et de biens mineurs. Il y a différentes catégories de mottes aux faciès et aux fonctions différenciés qui, telle est du moins l’hypothèse à laquelle on est en droit de souscrire, pourraient bien correspondre en partie à des vagues chronologiques et fonctionnelles distinctes. Ces modestes volumes laissent peu de place aux structures sommitales, ce qui plaide en faveur des répartitions fonctionnelles évoquées ci-dessus car, si l’on peut sans peine y loger une tour, il n’y a guère de quoi y installer un logis digne de ce nom.

  • 10 Calcul réalisé en 1996 sur la base d’un échantillon d’environ 600 sites (A. Renoux, « Mottes… », o (...)

8À côté de ce type de mottes, qui bien que médiocres n’en sont pas moins dotées d’une élévation, se joint un groupe dont l’élévation est nulle ou quasiment nulle. Le plan de base reproduit celui d’une classique motte car au petit enclos circulaire plat fossoyé, placé au cœur du dispositif, se greffe un plus vaste enclos ovale (ou subrectangulaire), tout aussi plat que le précédent. Environ un tiers des sites sont de ce type10. Comment les désigner ? Certains archéologues n’hésitent pas à parler de maisons fortes, ce qui n’est pas dénué de fondement mais demeure risqué dans la mesure où l’on ignore généralement la nature des superstructures qui les coiffent et la hauteur éventuelle de la plate-forme initiale. Certains de ces vestiges appartiennent à d’anciens châteaux. Et plutôt que d’employer une périphrase (« petit enclos circulaire plat »), on se pliera à l’usage qui, dans les aveux et dénombrements de la fin du Moyen Âge, conduit à maintes reprises les rédacteurs à employer le terme de motte pour les désigner, quitte à introduire des guillemets et le qualificatif de « plat » pour séparer ces « mottes » particulières de celles conservées en élévation.

9À quand remontent ces médiocres mottes et ces « mottes plates » et quel est leur rôle ? Leur structuration interne est-elle similaire à celle des buttes castrales dignes de ce nom ? Quelques restes monumentaux pourraient orienter dans une autre direction mais, faute de fouilles, il est difficile d’aller au-delà. Quant au contexte géohistorique (habitats intercalaires, seigneuries secondaires voire mineures…), il oriente dans de multiples cas vers la problématique des maisons fortes mais pas seulement.

  • 11 Le mot hébergement désigne (entre autres) l’ensemble du complexe ou simplement la demeure principa (...)
  • 12 Elle est rarement évoquée.

10Chronologiquement, à l’autre extrémité de la chaîne des résidences nobles se dresse l’hébergement fossoyé11. L’organisation spatiale y repose à l’identique sur la juxtaposition d’enclos fossoyés complémentaires et hiérarchisés aux superficies et aux fonctions différenciées mais les formes y sont plus volontiers quadrangulaires, les fossés et les éléments de la clôture faiblement défensifs et la structuration interne n’est pas totalement identique à la précédente. Les exemples les plus récents juxtaposent trois enclos (fig. 2). À la petite cour noble où prennent place la demeure du maître et les plus précieuses des annexes (chapelle12) se joignent deux autres cours. La première, de taille intermédiaire, intègre la ferme seigneuriale ou métairie (maison avec grange, étable…). La deuxième et la plus vaste des trois composantes est un espace rural (jardin, verger, pré, garenne…). C’est le chézé ou portion de terre réservée à l’aîné dans les successions nobles, d’où l’intérêt du fossoiement pour en délimiter durablement les contours.

  • 13 Ce qui n’exclut pas une séparation effective entre les deux aires.
  • 14 On ne sait si la situation résulte ou non des hasards de la conservation (disparition des autres e (...)

11Le recours aux textes et l’enquête dans les cadastres et sur le terrain – où subsistent parfois des logis médiévaux – montrent que ce plan-type, bien connu à l’époque moderne, existe dès la fin du Moyen Âge mais qu’il est loin d’offrir systématiquement une telle régularité. Les aveux et dénombrements suggèrent qu’aux XIVe et XVe siècles la maison seigneuriale et la ferme sont souvent insérées dans la même aire et non dans deux cours fossoyées distinctes13, ce que confirme un report aux données archéologiques qui ne révèle en certains points qu’un seul enclos de taille suffisamment réduite pour que l’on puisse hypothétiquement y situer le bâti noble et économique14. Quant à l’aspect de ces plates-formes, il offre à l’identique une certaine variété. Le parcellaire quadrangulaire prédomine ce qui n’exclut ni l’irrégularité ni l’emploi de formes courbes et la plus petite des plates-formes est parfois légèrement surélevée. Ces morphologies « abâtardies » sont-elles antérieures ? En d’autres termes, qu’en est-il de la question avant la fin du Moyen Âge ? Les textes sont laconiques et sur le terrain il est difficile de faire la part des choses. Au XIIIe siècle, les évocations d’hébergement, au sens ici retenu, ne sont pas foisonnantes et, hormis quelques mentions de fossés et de domus notamment, elles sont peu suivies de précisions morphologiques. L’évocation du chézé dans les célèbres Établissements de saint Louis confirme toutefois que, dès le XIIIe siècle au moins, des enclos agraires bien délimités peuvent être annexés à ces hébergements.

Fig. 2 : la Poissonnière (cadastre de 1813).

  • 15 Les problèmes militaires (destructions, restrictions castrales…) en favorisent l’essor.

12Globalement, les études contextuelles situent ces hébergements fossoyés dans des normes usuelles. Ces ouvrages à la vocation résidentielle et économique affirmée pourraient se multiplier dès la seconde moitié du XIIe siècle alors que se diffuse l’habitat intercalaire et que les seigneuries de second rang, aux mains d’une élite dotée de droits parfois bien médiocres, émergent localement sur le devant de la scène. Mais le phénomène, loin de se cantonner aux catégories médianes et inférieures du monde aristocratique, affecte en parallèle de plus hautes tranches sociales alors que les restrictions de la puissance publique en matière castrale portent leurs fruits, que les soucis économiques se font pressants et que le goût pour les séjours ruraux de plaisance se diffuse. La question est multiforme. L’épanouissement précède, suit et, dans une certaine mesure15, accompagne la crise de la fin du Moyen Âge.

13Ces deux catégories initiales que sont les mottes et les hébergements fossoyés ont – dans des proportions variables – vocation à assurer la résidence du maître des lieux (et des siens) ainsi que l’exercice et la représentation de son pouvoir. Il n’y a donc pas lieu de s’étonner des similitudes qui président à leur l’organisation spatio-fonctionnelle en pôles et en enclos complémentaires et hiérarchisés, où édifices nobles et non nobles, cours bâties et non bâties se côtoient. Mais le contexte n’étant plus le même, il ne peut y avoir reproduction à l’identique. Outre la question des élévations et les différences de forme, qui chez les uns privilégient, malgré tout, l’exhaussement et les courbes et chez les autres les angles et les enclos plats, il y a des différences de structure tenant pour l’essentiel au fort déclin de l’apparat militaire et à l’amplification du bâti noble (résidentiel et autre) et économique (ferme et enclos ruraux). Les fondements architecturaux du pouvoir noble évoluent parallèlement à l’évolution des droits et des préoccupations de l’élite diversifiée qui les commandite.

  • 16 Certaines mottes castrales portent le logis noble…

14Concrètement, en ce qui concerne les axes de réflexion qui sont les nôtres, il y a donc au point de départ deux logiques. Dans le schéma motte/basse-cour, tel qu’il se présente aux premiers temps de son apogée, il y a souvent – ou pour le moins il peut souvent y avoir – deux pôles nobles répartis en deux enclos dont l’un, à la superficie réduite (motte), est fortement militarisé tandis que l’autre, aux plus vastes contours (bassecour), abrite volontiers le bâti noble civil, l’édifice cultuel et l’ensemble rural. Dans l’hébergement type du XVe siècle, il n’y a pas de double pôle noble laïc réparti en deux cours ni de petit enclos fortement militarisé (motte). Le logis noble (avec ou sans la ferme) est présent dans la plus réduite des plates-formes, et l’environnement économique, agraire et ludique (garennes…) soigneusement aménagé occupe une ample superficie. Le passage de l’un à l’autre de ces deux modèles nécessite – dans des proportions variables16 – une double mutation, celle des formes mais aussi et surtout celle de la structuration interne. A-t-on glissé de l’un à l’autre et si oui quand, comment et pourquoi ? Les cas mixtes qui, concrètement, pro cèdent des deux schémas sont-ils des cas intermédiaires ? Divers exemples fossilisés dans le paysage et le parcellaire introduisent des éléments de réflexion.

De la motte à l’hébergement fossoyé

  • 17 Sont inclus dans le raisonnement tous les vestiges qui, en plan, reproduisent le schéma classique (...)

15Que deviennent topographiquement, fonctionnellement et morphologiquement, les mottes au terme du Moyen Âge alors que les hébergements fossoyés se multiplient et deviennent volontiers la norme, en matière de lieu de vie et de pouvoir, et que les effets de la crise – ici accentuée jusqu’au milieu du XVe siècle par l’occupation anglaise – puis ceux de la reprise qui s’ensuit (vers 1450-1480 ?) se font ressentir17 ?

  • 18 Un changement de lignage contribue à expliquer l’évolution. La motte est à Bresteau (comm. de Lomb (...)

16Topographiquement, trois cas de figures émergent. Le premier concerne les mottes qui de nos jours sont isolées en pleine campagne, celles que l’on ne peut ni ne sait, faute de sources, rattacher à un contexte précis. Souvent, comme à Bonnétable, un chef-lieu de châtellenie, ce n’est qu’à titre hypothétique que l’on fait de la motte, située à distance (1 km) du château des XIIIe-XVe siècles, le castrum primitif du lignage fondateur. La documentation textuelle contribue occasionnellement à éclairer le phénomène. En 1404, le seigneur de Brêteau – un autre site châtelain structurant du haut Maine aux XIe et XIIe siècles – rend aveu à la fois pour la motte de Brêteau « en laquelle il souloit avoir châtel » et pour l’« hébergement et maison » de la Rivière, un logis situé à 6,5 km, « où il demeure »18. Transfert ne rime pas nécessairement avec abandon. Certains comme ici ne sont que partiels. Nous y reviendrons.

  • 19 Villiers : comm. de Saint-Rémy-de-Sillé ; La Laire : comm. de Crissé. Arch. départ. de la Sarthe ( (...)

17À côté de ces tertres logés à l’écart de tout hébergement tardif se dressent des buttes dont l’isolement n’est qu’apparent. Trois exemples du haut Maine illustreront le propos. Les deux mottes de Villiers et de La Laire sont citées dans un aveu de 145319. La première est localisée « en dehors de la cour » de l’hébergement du même nom, où subsiste une demeure seigneuriale, au moins en partie du XVe siècle, et la seconde, encore perceptible dans le paysage actuel, est logée « dans le bois dudit lieu », c’est-à-dire dans le bois de la ferme domaniale (à 200 m du bâti). La succession dans le temps et l’espace est là relativement bien assurée. Ces buttes ont été précocement « délaissées » et, dans les deux cas, l’étude documentaire suggère que les établissements du XVe siècle sont en fait localisés dans la basse-cour ou pour le moins dans l’un des enclos ruraux annexes de la motte primitive. L’exemple de Déneré est du même ordre mais en plus complexe car il s’agit d’un chef-lieu de châtellenie. Bien qu’altérée, la motte subsiste. Son isolement est trompeur (fig. 3). En fait, le lignage détenteur a érigé sur le site, non pas dans la basse-cour mais dans le vaste enclos agraire qui jouxte l’ensemble, à 160 m du tertre, un hébergement à vocation résidentielle et économique qui est évoqué en 1408 et correspond probablement au Grand Denneray. Le site s’enrichit ensuite rapidement. Dès avant 1542 apparaît une troisième composante, celle de la ferme domaniale sans doute installée au Petit Denneray, ce qui la situe hors du complexe mais seulement à 180 m du Grand Denneray.

Fig. 3 : Déneray/Dénéré (cadastre de 1828).

  • 20 Sarthe, comm. Coulombiers. ADS, E 11.
  • 21 Julien Chappée, Archives du Cogner, II, Série E, Paris-Le Mans, 1905, p. 281, nos 1 et 10.

18À ces deux groupes de mottes, réellement ou faussement isolées, qu’il est souvent difficile de relier à un contexte précis, se joint une ultime catégorie plus dense et mieux documentée, celle des mottes clairement intégrées aux complexes de la fin du Moyen Âge. Pourtant bien conservée, la butte de Courteil (Sarthe) n’apparaît pas dans le parcellaire du XIXe siècle (fig. 4). Elle est localisée à proximité immédiate de ce qui, en 1547, compose le cœur d’un hébergement classiquement organisé en cours différenciées aux fonctions nobles et agricoles20. À l’inverse, la motte de Crissé (Sarthe), qui a totalement disparu, a laissé une belle empreinte graphique. C’est sur cette motte qualifiée d’« ancienne » qu’est située, en 1414 puis en 1467, la résidence seigneuriale (« en laquelle motte […] est situé son principal habergement »)21 ; le mot motte, en la circonstance, étant à prendre au sens générique de lieu seigneurial car le logis noble du XVe siècle, qui est conservé, est logé dans la basse-cour et non sur la plate-forme circulaire qui, au XIXe siècle, matérialise probablement l’emplacement de la dite motte.

Fig. 4 : Courteil (cadastre de 1836).

19Fonctionnellement, ces quelques exemples aident à cerner les ressorts de l’évolution et à éclairer le rôle de ces mottes que l’on finit par délaisser. On peut isoler plusieurs modèles qui conduisent du château à la ferme en passant par des complexes mixtes, dédoublés ou non.

  • 22 La motte de Montmirail (Sarthe) est sans doute une butte naturelle aménagée. À son flanc sud-est e (...)

20Comme en témoignent diverses allusions textuelles et des vestiges monumentaux, certaines de ces buttes, toujours intégrées à d’authentiques châteaux, restent de plus ou moins actives mottes castrales. Rentrent dans ce schéma, qui dans l’optique ici retenue forme un cas à part puisqu’il n’y a pas glissement de catégorie, de beaux complexes comme Montmirail, à l’est du Maine, et de plus médiocres ensembles comme les « forts » de Pirmil et de Fleuret auxquels la guerre de Cent Ans procure, en 1361, un puissant mais bref éclairage22. On ne peut chiffrer le phénomène. Toutes les forteresses qui émergent à l’occasion du conflit franco-anglais sont loin d’intégrer des mottes et tous les anciens séjours fortifiés dotés d’une motte ne sont pas concernés.

  • 23 Arch. nat., P 3432.
  • 24 ADS, 1E 792.
  • 25 « […] maison où demeure mon métayer dudit lieu avec la grange, le logis, les jardins […] les dépen (...)

21Dans d’autres cas, plus nombreux semble-t-il, la motte subsiste et le maître des lieux veille soigneusement à la conserver mais ses attributions ne sont plus tout à fait les mêmes qu’à ses débuts. À Brêteau (supra), la motte castrale n’est pas abandonnée car elle est porteuse en matière féodo-vassalique de droits et de symboles mais son détenteur réside, dès la fin du XIVe siècle au moins, dans un complexe fossoyé plus récent, installé en un lieu plus riant doté de ces appendices qui améliorent la vie tout en rendant compte de l’autorité seigneuriale (vergers, vignes, fuie, pressoir). Au château, représenté par l’ancienne motte sont rattachés les hommages et les gardes, à l’hébergement sont reliés les banalités économiques (liées au pressoir23) et les plaisirs de la vie. Le nouveau logis est apte à satisfaire les exigences de l’élite de la fin du Moyen Âge plus soucieuse de développer des demeures agrémentées de jardins et autres espaces verts aménagés pour les commodités de l’existence (ravitaillement, détente, chasse…). Dans ce schéma, l’aspect castral et féodo-vassalique n’est pas gommé, il est même primordial, mais à chaque site sa fonction. L’exemple de Dénéré (supra) est du même ordre mais tout se fait in situ. Il n’y a pas de dédoublement fonctionnel sur deux sites distincts et la documentation met plus nettement en lumière l’essor des structures liées au logement noble et à l’exploitation agricole. La motte castrale « où souloit être anciennement le châtel » – régulièrement évoquée dans les aveux et dénombrements de 1374, 1408 et 154224 – est pieusement conservée et utilisée à des fins pratiques et symboliques dans le domaine féodal (hommages) mais, en 1408, ce qui occupe au moins à part égale le devant de la scène, ce sont les maisons (« où souloit être l’hébergement »), les courtils et les vergers que viennent rapidement compléter une chapelle, des jardins, une fuie, une garenne à connils et une ferme domaniale25 évoqués dès 1542. L’impact résidentiel et économique du site s’affirme. La motte n’est plus nécessairement, loin s’en faut, un pôle défensif actif mais cette fonction militaire initiale vaut au site de conserver dans le domaine féodo-vassalique un rôle structurant majeur.

22En d’autres lieux, la reprise et l’amplification du bâti économique entraînent un déclassement, symptomatique d’un autre type de dédoublement fonctionnel. À La Laire (supra), en 1453, le maître des lieux ne réside pas, car l’hébergement n’est plus qu’une simple métairie (ferme domaniale). Les restructurations nobiliaires, qui accompagnent et suivent la crise, provoquent au niveau résidentiel des promotions et des relégations et le redémarrage, s’il se concrétise volontiers par la construction d’une nouvelle demeure, peut ne reposer que sur la seule restauration de la fonction économique d’un site. Ici, la mention de la motte dans l’aveu de 1453 suffit à rappeler son importance et rend compte du haut statut, présent et/ou passé, du complexe et de son lignage détenteur mais au tertre ne sont rattachés ni les hommages ni les gardes, et pour cause. L’optique domaniale prévaut.

23Aux extrêmes et dans des pourcentages qui restent à fixer, se dé tachent donc deux catégories de buttes, celles qui restent intégrées dans des complexes fortement militarisés et celles que l’évolution, avec ses tris sélectifs et ses reclassements, tend plus ou moins à rayer de la carte. Entre les deux et dans ce qui pourrait concerner une majorité de sites, la motte garde un rôle primordial sans qu’il y ait reproduction à l’identique de ses fonctions originelles. Les effets de la crise puis de la reprise se font ici clairement ressentir. La guerre de Cent Ans et les aléas de l’évolution politique et économique apportent leurs lots de perturbations et de destructions. Nombre de séjours nobles et de lignages en sont profondément affectés. Il faut rétablir et reconstruire logis, fermes, droits et notoriétés. La noblesse, affaiblie dans ses fondements, cherche à retrouver ses marques alors que de nouveaux détenteurs de demeures seigneuriales, issus d’autres milieux, s’implantent dans les campagnes. L’autorité publique, plus ou moins relayée localement par l’élite des dominants, veille à ne pas affaiblir les bases de sa puissance en multipliant les autorisations de (re)fortifier alors que se diffusent de nouveaux types de forteresses et que s’épanouissent d’autres objectifs. Le désir de paix et la volonté de reprise qui animent une part sensible de l’élite, dans la seconde moitié du XVe siècle, placent plus que jamais au premier rang chez nombre de seigneurs des préoccupations économiques et résidentielles.

  • 26 Sur toutes ces questions, on se permettra de renvoyer à A. Renoux, « Hiérarchie… », op. cit., 2000 (...)

24La Coutume du Maine le montre clairement, posséder une motte et s’en prévaloir est l’un des instruments de la recomposition et de la réaffirmation du pouvoir noble au sein du monde rural26. Dans les aveux et dénombrements, la place du vestige dans l’énumération des composantes de l’hébergement en témoigne éloquemment, ainsi que les diverses allusions qui rattachent à sa détention un certain nombre de droits et de devoirs aptes à démontrer la qualité du bien et de ses possesseurs. La fonction militaire du tertre n’a pas disparu. Elle est en sommeil et permet de conserver au site sa fonction de pôle féodo-vassalique structurant. Détenir une motte en effet c’est avoir un vieux château et prouver ce faisant que l’on possède un « droit de châtel » et que l’on peut donc licitement (sous réserve, si besoin est, d’une autorisation) fortifier sa résidence en y érigeant un ensemble adapté au goût du jour qui rendra compte du renom du lignage. Détenir une motte c’est prouver que l’on possède des biens, des droits et des devoirs aptes à vous situer en bonne place dans cette société que la crise contraint à des réajustements. Tous les maillons hiérarchiques du monde nobiliaire en sont affectés, des plus hauts qui s’appuient sur le fait pour réclamer la garde à leurs vassaux, aux plus médiocres qui cherchent par ce biais, quitte à se prévaloir de la détention d’une pseudo-motte, à retrouver puis à amplifier leurs plus ou moins maigres droits originels. Quant aux aspirants à la noblesse, auxquels échoient parfois par achat ou autre de tels vestiges, ils y trouvent de quoi étoffer et porter leurs ambitions.

25Mais s’il convient, autant que faire se peut, d’avoir une « motte » – quelle qu’elle soit – afin d’en récupérer toute la dynamique, pratique et symbolique, il faut aussi et surtout s’adapter aux nouvelles conditions et moderniser son séjour afin d’assurer son train de vie et de manifester l’étendue de sa domination. La motte reste bien inscrite dans le paysage comme un marqueur et une référence majeurs, mais son rôle n’est plus nécessairement celui d’une active forteresse et elle n’est pas ou elle n’est plus réellement le seul point de mire du séjour noble. Les autres composantes bâties (logis, ferme et éventuellement chapelle) et non bâties (espaces agraires aménagés, garennes…), logées au sein d’enclos hiérarchisés, occupent au sein de l’hébergement une place privilégiée.

  • 27 Bertrand de Broussillon (éd.), Documents inédits sur l’histoire du Maine au XIVe siècle, dans Arch (...)

26Dans un pareil contexte, on ne peut que s’interroger sur la nature et l’état des superstructures qui, aux XIVe et XVe siècles, coiffent les mottes et sur la destinée des tertres en eux-mêmes. Les tours signalées dans les textes et dont on devine encore parfois les substructions sont-elles encore toutes réellement opérationnelles au terme du Moyen Âge ? Cela n’est pas certain. Leur entretien et leur modernisation ne sont pas nécessairement à l’ordre du jour alors que l’autorité publique limite les autorisations de (re) fortifier et que d’autres types de forteresses sont en vogue. À l’exception de sites qui, tel Montmirail, conservent en raison de l’importance de la seigneurie dont ils sont le chef un rôle politico-militaire essentiel et d’autres qui, tel Fleuret, voient leur fonction défensive revitalisée avec la guerre de Cent Ans, divers indices suggèrent qu’une part (notable ?) de ces « buttes » est en passe d’être démilitarisée soit passivement par défaut d’entretien et abandon progressif du bâti, soit activement par destruction, que celle-ci résulte d’un fait de guerre, de la volonté de la puissance publique ou d’une banale récupération des matériaux. À La Bosse (Sarthe), l’injonction vient d’en haut. Au milieu du XIVe siècle, cette motte bien conservée est « un châtel » issu du Moyen Âge central. C’est d’elle que relèvent les hommages mais sa détentrice, Mahaut de Flandre, qui n’y réside pas, n’est tenue d’y « faire ne retenir aucun édifice »27. Le tertre porte témoignage des anciens droits rattachés au site mais point n’est besoin de le restaurer ni de l’améliorer. À Brêteau, Dénéré, Crissé…, on ne sait ce qu’il en est mais le contexte plaide pour un abandon progressif, assorti ou non de récupérations.

  • 28 D’une manière générale, ces destructions ordonnées par la royauté au terme du Moyen Âge sont bien (...)
  • 29 Commune de Moncé-en-Belin (Arch. nat., R5 119).
  • 30 1599 : « motte plantée de bois d’aulne » (Roupeyroux, comm. d’Assé le Béranger, Mayenne ; Alphonse (...)
  • 31 Ces petites aires n’ont pas été conçues d’emblée pour servir de jardins (généralement quadrangulai (...)

27Globalement, les sources textuelles signalent peu de cas de destructions anciennes, qu’il s’agisse des constructions sommitales ou des tertres sous-jacents, ce qui ne les exclut bien évidemment pas28. Particulièrement intéressantes sont les quelques mentions de plantations qui émaillent les textes. La démilitarisation se traduit dès le XVe siècle au moins par la conversion d’un certain nombre de buttes en terrain agricole. En 1407, la « motte » de Vaux est en partie plantée de vignes29. Le terme est ambigu car il renvoie manifestement tout à la fois au tertre (très amoindri de nos jours) et au terrain fossoyé environnant mais l’évocation est symptomatique d’un état de fait qui émerge plus nettement au XVIe siècle lorsque les allusions à des plantations (arbres…) deviennent un peu plus nombreuses et plus précises30. La situation qui se développe au XIXe siècle pourrait bien avoir en maints endroits des antécédents des XVe et XVIe siècles. Sur le cadastre en effet, ces enclos arrondis assimilables à des « mottes » sont volontiers désignés sous le terme de « jardin »31.

28L’évolution affecte toutes les catégories de mottes qu’elles soient « hautes élevées », basses ou « plates ». Certaines toutefois de ces petites aires circulaires – et souvent il s’agit des ensembles plats ou faiblement surélevés – s’inscrivent dans un autre schéma car elles portent encore de nos jours le logis noble médiéval (fig. 2, no 213). Le cas de figure, tel du moins que nous le restituent au stade initial de l’enquête les témoignages architecturaux, est minoritaire. Les demeures seigneuriales médiévales conservées sont en effet plus volontiers situées dans la basse-cour (Les Murailles, Villiers, Crissé…) et nombreuses sont celles qui remontent en grande part au dernier tiers du XVe ou au début du XVIe siècle. L’observation conforte l’hypothèse de départ qui proposait de voir dans les mottes de type classique le pôle militaire en réservant au baile l’essentiel des fonctions résidentielles et annexes. La ferme, pour sa part, peut comme à La Laire et à Dénéré être dissociée du pôle noble et reléguée à distance, mais ces deux beaux exemples ne doivent pas masquer la réalité. Les sommaires descriptifs des XIVe et XVe siècles orientent le plus souvent, pour ce qui est du bâti, vers une cour unique où bâtisses résidentielles et agricoles se côtoient.

29L’organisation fonctionnelle de l’espace reste donc en partie celle de la motte puisque la demeure seigneuriale se dresse dans la basse-cour et non dans le plus petit des enclos mais, sous la pression du contexte, l’on s’oriente vers la structure propre aux hébergements car, si la « motte » reste essentielle dans le dispositif, sa place n’est plus la même qu’aux temps anciens face à l’essor des composantes résidentielles et économiques. Le schéma n’est plus exactement celui des mottes/basses-cours des XIe-XIIe siècles et ce n’est pas encore celui des hébergements fossoyés tardifs. Ce double impératif, avoir une motte (quelle qu’elle soit), sans pour autant être tenu d’y entretenir le bâti, et moderniser son séjour en assurant l’essor de l’hébergement, explique l’importance de la diffusion du plan motte/basse-cour (environ 30 % des sites) et la présence d’un certain nombre de cas mixtes.

30Comment parvient-on, pour ce qui est des formes et des fonctions, au plan type qui est celui de l’hébergement fossoyé tel qu’il a été défini ci-dessus pour la fin du Moyen Âge ? Dans la mesure où il y a plus d’hébergements que de mottes, nombreux parmi ces complexes tardifs sont ceux qui ne doivent rien au modèle de base mais certains d’entre eux résultent de la transformation in situ du schéma motte/basse-cour. L’hypothèse s’appuie sur de rares complexes figés sur le cadastre napoléonien à un stade évolutif intermédiaire. Le plan et la structuration de l’hébergement fossoyé tendent à s’y substituer à ceux de la motte. Les surélévations disparaissent. Les courbes le cèdent aux angles et la demeure seigneuriale finit par s’insérer dans l’enclos le plus réduit. Dans tous les exemples dégagés, l’impulsion motrice vient de la (re)construction du logis noble et – mais c’est plus difficile à prouver – de l’essor des annexes rurales bâties et non bâties. Ces transformations sont de différents types suivant le contexte et, plus particulièrement, la catégorie de « motte » concernée. Elles affectent soit la basse-cour, soit la « motte », soit les deux à la fois.

  • 32 En l’absence de témoignages archéologiques, on ne peut tester l’hypothèse d’un transfert de ces fo (...)

31Le premier cas de figure concerne de classiques mottes. La bassecour y abrite le logis seigneurial tardif (XIVe-XVIe siècle), ce qui suggère qu’elle exerce dès l’origine des fonctions résidentielles32, et c’est elle qui est prioritairement affectée par un changement de forme sans qu’il y ait nécessairement, à ce niveau du moins, de mutation fonctionnelle. D’une manière générale, en France et ailleurs, ces cours annexes sont de plan ovale mais ce n’est pas une règle intangible. Certaines sont subrectangulaires ou parfois même dotées de formes plus inattendues. En bien des lieux, ces morphologies particulières sont probablement originelles mais il n’en est pas toujours ainsi. Dans certains cas fossilisés, le passage de l’enclos ovoïde à l’enclos quadrangulaire (ou pour le moins angulaire) est perceptible ou du moins est-on en droit de supposer qu’il a pu en être ainsi. Trois exemples illustreront le propos.

  • 33 Sarthe, comm. de Coulombiers. ADS, E 11.
  • 34 Les bois du parc s’étendent au nord (no 462) et à l’est du complexe.
  • 35 Les fossés ont été remaniés en mares et en verger : nos 481, 483 et 485.
  • 36 Possibles restes de fossés : parcelles 479 et 492.
  • 37 Parcelles 477, 478, 480, 482, 484, 493 et 494.
  • 38 La maison principale (en 490c) peut remonter à l’époque moderne. La part éventuelle de la fin du M (...)

32Une motte bien conservée (h = 5 m) témoigne de l’ancien passé castral médiéval de Courteil (supra) (fig. 4)33. Un aveu de 1547 livre l’image d’un hébergement classiquement organisé en au moins deux enclos différenciés. Une « issue » (allée majeure) mène à la cour seigneuriale centrée sur une « maison » (principale) qu’accompagnent diverses annexes nobles (colombier) et moins nobles (étable, grange). Un aveu de peu postérieur (1560) complète l’information en évoquant jardins et vergers et en signalant l’existence de deux maisons (nouvelle maison noble ?). Le plan de ce complexe du XVIe siècle se retrouve aisément sur le cadastre de 1836. L’« issue » (no 491) conduit au petit enclos principal de forme trapézoïdale où se dressent la maison du maître et des annexes agricoles (nos 490ab-c). Jardins et vergers sont principalement logés dans une vaste parcelle quadrangulaire fossoyée (nos 487 et 488). Un étang agrémente les lieux mais il est difficile d’en cerner précisément les contours (nos 498 à 500 ?)34. La motte est localisée dans la parcelle 486 à proximité de la cour noble. S’y adosse originellement une basse-cour ovale dont les contours sont donnés par la base de l’édifice 490a et les parcelles 486 et 49035. Un enclos subrectangulaire ( ?) fossoyé36, greffé au sud-ouest dans le prolongement de la construction 490a, complète l’ensemble en délimitant un possible espace agraire contemporain37. L’aménagement (au XVIe siècle38 ?) d’un complexe seigneurial doté de bâtiments sur cour dressés à l’équerre (emplacements 490b-c) et la mise en œuvre de beaux espaces annexes en jardin (no 487) ont donc eu pour effets de convertir en partie les superficies ovales en superficies quadrangulaires et de placer le logis noble dans la plus petite des cours manoriales.

  • 39 Sarthe, comm. de Sainte-Sabine-sur-Longève.
  • 40 Parcelles 116 à 121.
  • 41 Insertion dans la cassine de la parcelle 123 (« le clos de la grange »).

33Le site de Sévilly introduit d’autres possibilités évolutives (fig. 5)39. En 1830, il se compose d’une petite plate-forme circulaire fossoyée (détruite, nos 122 et 125 à 127) et d’une basse-cour subrectangulaire scindée en deux parties dont l’une, au sud (nos 117 à 120), assure les fonctions nobles et l’autre, au nord (nos 115, 116, 121 et 123), les fonctions agricoles. L’enclos résidentiel inclut de nos jours un logis du XVe siècle (no 120a) auquel se greffe à l’équerre une bâtisse aux fondements anciens (no 120b ; XIIe-XIIIe siècle ?). Cette bipartition fonctionnelle est attestée dès l’époque moderne, date à laquelle la cour noble fossoyée (logis, chapelle et écuries) est clairement distinguée de la « cassine » ou ferme domaniale (maisons, pressoirs, granges et jardins). Un jardin clos de murailles complète alors le tout (no 117). On y accède par un pont monumental (conservé), à partir du bâti du XVe siècle (façade orientale de la construction 120a). Le plan cadastral et les restes maçonnés des XIIe ?-XVe siècles autorisent à poser l’hypothèse d’une création médiévale. Le parcellaire (nos 118 et 121 notamment) et l’axe de l’un des bâtiments de la ferme (no 121a) suggèrent l’existence d’une basse-cour initiale ovale (ou en fer à cheval40) greffée à une « motte » circulaire. La morphologie, la fonction et la destinée de la « motte » échappent à l’analyse. En revanche, celles de la basse-cour, qui inclut semble-t-il dès les XIIe-XIIIe siècles un bâti noble en pierre, émergent plus nettement. La construction au XVe siècle d’un (nouveau ?) logis seigneurial y amorce ou y consacre une restructuration de l’espace. Les fragmentations internes deviennent plus lisibles. La partie sud de l’enclos enserre l’espace noble. Un fossé (no 119) sépare la cour seigneuriale (no 120) du vaste jardin carré (no 117) que le maître des lieux, s’adaptant au goût du jour, aménage à l’est et auquel on accède directement de l’étage du logis par un pont soigneusement élaboré. Est-ce à la même époque que l’on crée un enclos spécifique pour la ferme et les aires qui en dépendent (nos 116 et 121) ? On ne sait mais ce n’est pas impossible. Visuellement, les plans anguleux commencent à l’emporter41, ce que met parfaitement en valeur une reproduction figurée du XVIIIe siècle.

Fig. 5 : Sévilly (cadastre de 1834).

  • 42 Les jardins médiévaux sont plutôt quadrangulaires et il en est de même des clos labourés (un fait (...)

34Globalement, les convergences évolutives avec Courteil sont frappantes. La reconstruction, totale ou partielle, d’un bâti noble et rural agencé orthogonalement autour d’une cour et l’essor des jardins, vergers et autres enclos ruraux (labourés ou non) y déterminent (ou éventuellement y accélèrent) la mise en œuvre de morphologies quadrangulaires42. Mais à Sévigny, à la différence du site de Courteil, la « motte » (quelle qu’elle soit), bien marquée dans l’ancien parcellaire, reste au XIXe siècle le plus petit des enclos et le logis noble demeure dans l’ancienne bassecour. La restructuration en cours y amorce toutefois bien le plan type de la fin du Moyen Âge.

  • 43 Commune de Contest.
  • 44 En fait il se pourrait que l’on ait soit une motte et une vaste basse-cour subrectangulaire, soit (...)

35Les exemples du Grand Poillé (bas Maine) et de Bois-Richard (haut Maine) éclairent un deuxième cas de figure, celui où les changements affectent conjointement la motte et sa basse-cour. Au Grand Poillé, l’évolution qui se dessine au XIXe siècle et a été stoppée n’aurait pu au final qu’aboutir, tant pour ce qui est des formes que des fonctions, à un bel et standard hébergement fossoyé (fig. 6)43. Le parcellaire est complexe et il y aurait quelque risque à trop vouloir en clarifier les évolutions sans vérifications archéologiques. Aussi se contentera-t-on de quelques remarques. Plusieurs vestiges médiévaux s’y dressent encore. La motte fossoyée subsiste en grande part (nos 621 et 622). C’est une motte basse dont la destruction est amorcée dès le XIXe siècle au moins. Un érudit de qualité, l’abbé Angot, y signale au début du XXe siècle des substructions. Un bel ensemble civil seigneurial, construit au XIVe siècle (no 620a) et rénové au XVe siècle, se dresse encore à la périphérie d’une ancienne basse-cour ovale (nos 620 et 628 ?)44. Un groupe de parcelles quadrangulaires enrobe l’ensemble par le nord et l’est et rend compte de la présence d’un ancien espace agraire aménagé contemporain de ce qui, en 1502, correspond à un « manoir ». En 1820, la motte est en cours de résorption et la basse-cour ovale en passe d’être transformée en aire quadrangulaire. La restructuration est tout juste amorcée face au remodelage et à l’essor du bâti noble médiéval. La suppression de la motte n’aurait pu que déboucher sur un classique hébergement dont les fondements du type motte/basse-cour n’auraient pas nécessairement été décelables. Le complexe, logé au sein de forêts tardivement défrichées, peut remonter aux XIIe-XIIIe siècles.

Fig. 6 : le Grand poillé (cadastre de 1820).

  • 45 Commune de Vivoin.
  • 46 Parcelles 483, 485, 488, 489, 492 et fragments des parcelles 490 et 491.

36Au Bois-Richard, la disparition de la « motte » est effective et les formes galbées originelles tendent à disparaître (fig. 7)45. Sur le cadastre, le petit enclos initial, plat et circulaire46, est en cours de mutation ce qui se traduit par une forme mixte mi-courbe mi-angulaire. A l’ouest et au nord, la basse-cour, dont les contours originels sont eux aussi peut-être en partie courbes (voir nos 480 et 471), commence à imposer au site ses tracés rectilignes. Sur le terrain, subsiste notamment, en périphérie de la plate-forme originelle, un pigeonnier (no 484 ; XVIe siècle ?) et un bâtiment (grange) remanié aux fondements anciens (XIIe-XIIIe siècle). C’est le réaménagement à une date inconnue de ce complexe seigneurial qui entraîne, avec la mise en œuvre d’un ensemble sur cour, la création d’un parcellaire orthogonal.

  • 47 Commune de Vivoin.
  • 48 Louis-Jean Denis, Cartulaire du prieuré de Saint-Hippolyte de Vivoin et de ses annexes, Paris, Pic (...)
  • 49 ADS, E 11 et E 12.

37L’exemple de Villiers, proche de celui-ci, éclaire une troisième et ultime possibilité47. Seule la « motte » est en cours de transformation, d’où son tracé mi-ovale mi-quadrangulaire. Dès 1260, le seigneur local y détient une domus48. À l’époque moderne (1568 et 163449), cette « maison seigneuriale » est incluse dans un ensemble fossoyé de qualité, centré sur trois composantes et trois enclos majeurs que l’on retrouve sans peine sur le cadastre (fig. 8). Le plus petit des enclos, de plan initialement ovoïde, englobe le pôle noble (no 368). L’enclos quadrangulaire intermédiaire enserre le bâti agricole (métairie, grange, étable…) ; (nos 369 à 371). Autour, la microtoponymie et le parcellaire permettent de reconnaître les espaces agraires complémentaires de forme subrectangulaire (garenne, jardin, vergers ; nos 373-374…).

Fig. 7 : Bois-Richard (cadastre de 1835).

  • 50 Le bâti actuel remonte au XIXe siècle.
  • 51 La forme des enclos 211 et 212 suggère qu’ils ont été restructurés au terme du Moyen Âge.

38En l’absence de fouilles on ne saurait le prouver, mais la plate-forme ovoïde a de bonnes chances de remonter au moins au XIIIe siècle et, de même que dans les exemples précédents, c’est la reconstruction de la maison noble – à une date assez tardive ?50 – qui amorce le changement de plan et confère une morphologie angulaire aux zones concernées tandis que le reste conserve ses courbes initiales. Mais comme au Bois-Richard et à la différence de ce qui se passe à Courteil, Sévilly et au Grand Poillé la demeure seigneuriale semble bien logée dès les XIIe (?)-XIIIe siècles dans la plus petite des plates-formes et l’on est plutôt en présence d’aires initialement plates. La mutation qui conduit à l’hébergement type de la fin du Moyen Âge est ici purement morphologique. Telle est du moins l’hypothèse avancée ; le petit enclos conserve à travers les siècles sa fonction majeure initiale. Faute d’études archéologiques approfondies (fouilles et études du bâti), on ne peut l’affirmer, mais ces diverses caractéristiques et les quelques éléments de datation qui subsistent (XIIe-XIIIe siècle), jointes aux données du contexte géohistorique, invitent en fait à y voir de précoces hébergements fossoyés qui emprunteraient donc au schéma de la motte sa bipartition et ses formes galbées (pour la plus réduite des cours du moins) sans en reprendre les mêmes distributions fonctionnelles. L’heure n’est pas aux pourcentages mais l’on se doit de signaler la relative abondance de ces structures bipartites dotées d’un petit enclos circulaire ou subcirculaire plat (ou très faiblement surélevé) et d’une basse-cour subrectangulaire. La plupart de ces complexes ne restent au terme du Moyen Âge que de simples hébergements fossoyés (fig. 251) alors que d’autres se transforment en châtel, après que leurs détenteurs aient obtenu le droit de fortifier (Bazouges, Sarthe).

Fig. 8 : Villiers (cadastre de 1836).

39Au terme du Moyen Âge, dans le Maine (et ailleurs), on ne fabrique plus de ces mottes castrales circulaires « hautes élevées » que précède une basse-cour ovale mais si, pour satisfaire au contexte politique et socio-économique, l’on se doit de réduire – parfois à son strict minimum – l’apparat militaire et de développer les composantes résidentielles et agricoles, bâties et non bâties, de l’hébergement fossoyé, il demeure essentiel de se prévaloir de la détention d’une motte pour (ré)affirmer, (re)construire et amplifier les droits et la notoriété du lignage. La motte, quelle qu’elle soit et quel que soit son état, demeure au niveau pratique et symbolique une référence et un marqueur polarisant et structurant pouvoirs et paysages nobles, mais ce n’est plus le seul et l’on peut s’en passer et, si son potentiel castral subsiste, il est en sommeil et n’est pas nécessairement susceptible de réactivation. Cela engendre des situations variées.

40À côté de ces mottes pratiquement rayées de la carte et de celles qui restent quasiment en l’état au sein du château originel, se développent deux cas de figures. Si dans nombre d’hébergements, le poids de l’ancienne structure de référence, celle de la motte/basse-cour, n’apparaît guère, dans d’autres figés à un stade évolutif la filiation directe et la mutation sont perceptibles. Les surélévations artificielles sont en voie de disparition, les lignes courbes le cèdent aux angles et aux tracés rectilignes et les répartitions spatio-fonctionnelles tendent à se rapprocher de celles de ces classiques séjours nobles de l’extrême fin du Moyen Âge que Charles Estienne décrit. Les changements affectent la basse-cour, la motte ou les deux à la fois. Sources textuelles et archéologiques montrent qu’ils tirent volontiers leur origine de la reconstruction de la demeure seigneuriale et de ses annexes bâties (économiques et autres), probablement accompagnée d’une meilleure définition et structuration des enclos adjacents. La généralisation des plans bâtis sur cours et l’essor des jardins, vergers et autres espaces agraires, labourés ou non, poussent au développement d’enclos aux morphologies angulaires. Au terme de l’évolution, c’est à la plus réduite de ces cours, totalement ou partiellement démilitarisée, que revient au sein du complexe le rôle dominant. Mais c’est loin d’être la règle. La nouvelle demeure noble est souvent localisée dans l’ancienne basse-cour et la « motte » initiale, quelle qu’elle soit, est précocement délaissée puis convertie en espace agraire (jardin, verger, bosquet…). Chronologiquement, l’étude documentaire – avec la vague massive de reconstructions qui affecte les logis dans les dernières décennies du XVe siècle et le début du XVIe siècle – met en valeur l’importance de la fin du Moyen Âge dans ces mutations. Mais, outre le fait que ces travaux ne consacrent que l’amplification de la reprise et non son ébauche, car il faut un minimum de disponibilités financières pour les concrétiser, l’approfondissement des données textuelles et archéologiques révèle que le phénomène a connu d’autres temps forts dont les fondements et les manifestations morphologiques et fonctionnelles ne sont pas nécessairement totalement identiques.

41Cette vague en masque d’autres plus anciennes. Celle qui affecte les temps de crise échappe trop largement à l’analyse pour justifier de longs développements mais il est certain que le facteur militaire et, çà et là, des cas de reprise localisés jouent un rôle. Celle qui frappe le Moyen Âge central est plus ample et ses bases géohistoriques sont mieux connues mais concrètement, faute d’indices chronologiques probants, elle demeure difficile à cerner. Quelques maisons nobles des XIIe et XIIIe siècles, entourées ou non de restes d’annexes, et des évocations comme celle du chézé en plein XIIIe siècle en rendent directement compte. Ces logis seigneuriaux occupent volontiers un type de « motte » particulier, plat ou faiblement surélevé, et sont logés au sein de complexes qui – mais en l’état présent des recherches on ne peut dépasser le stade de l’hypothèse – semblent souvent faiblement ou médiocrement militarisés. Au sol, même si les basses-cours subrectangulaires paraissent l’emporter, le plan de masse est celui de la motte, mais l’organisation spatio-fonctionnelle n’est plus celle de la motte castrale et annonce très concrètement celle des hébergements fossoyés standards des XIVe et XVe siècles. Le phénomène recoupe celui des maisons fortes – tel du moins qu’il est perçu par nombre de chercheurs pour la seconde moitié du XIIe siècle et le XIIIe siècle – mais pas seulement car il s’ébauche antérieurement et affecte tous les maillons de la hiérarchie nobiliaire. Ces maisons (domus) nobles fossoyées, parfois qualifiées de défensives ou de « fortifiées » (firmae), sont attestées dans le Maine dès le dernier quart au moins du XIe siècle et mises en œuvre, s’il faut en croire les sources textuelles, par une élite qui est loin de relever systématiquement des strates médiocres du monde aristocratique. Le concept de maison forte est à revoir.

Notes

1 C’est-à-dire en gros la Sarthe et la Mayenne.

2 À la fin du Moyen Âge, dans un souci de clarification, les rédacteurs de la Coutume du Maine opposent aux châteaux les « manoirs, hostels et habergements ». Les premiers aux mains des comtes, barons et châtelains sont dotés de « mercs de châtel » (pont-levis, double fossé, mâchicoulis…). Les seconds aux mains, nous dit-on dans la rédaction de 1508, des seigneurs de « maisons fortes » n’y ont pas droit (sauf s’ils en ont reçu l’autorisation) et doivent se contenter d’un simple fossé, d’un pont dormant… L’intention est facile à décrypter – aux châteaux sont rattachés des droits majeurs – mais dans la réalité s’insèrent sans guère de doute des cas mixtes nettement plus ambigus (maisons fortes) (précisions dans A. Renoux, « Mottes et habergements fossoyés dans le Maine (XIe-XVe siècle) : état de la recherche », Mondes de l’Ouest et villes du monde. Mélanges en l’honneur d’André Chédeville, C. Laurent, B. Merdrignac, D. Pichot (dir.), Presses universitaires de Rennes, 1998, p. 399-414, et « Hiérarchies nobiliaires et hiérarchies castrales dans le Maine à la fin du Moyen Âge », La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, Noël Coulet, Jean-Michel Matz (dir.), Rome, « Coll. de l’École française de Rome », 275, 2000, p. 205-229).

3 L’opération est menée à l’université du Maine (masters 1 et 2). Les inventaires utilisés sont ceux de : S. Bourgoin (Déneré), É. Champeau (La Poissonnière, Vaux), P. Grégoire (La Laire, Sévilly), N. Landais (Bois-Richard, Courteil, Villiers), V. Marquet (Bresteau), S. Mazurier (Crissé, La Laire), F. Pineau (Déneré), H. Renaudin (Courteil, Crissé, Sévilly, Villiers) et C. Roux (Bréteau). Volontiers fondées sur des observations complémentaires, les interprétations spatio-fonctionnelles sont généralement de l’auteur de ces lignes.

4 Pour la bibliographie, voir note 1.

5 Cartulaire de l’abbaye de Saint-Calais, éd. Louis Froger, Le Mans, 1888, no 26. On ne prétendra toutefois bien évidemment pas que la motte qui s’y dresse remonte à coup sûr à 1015-1036.

6 Voir par exemple la donation réalisée, vers 1080-1100, « in castello de Miletia, in mota scilicet » (Cartulaire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans, éd. Robert Charles et Samuel Menjot d’Elbenne, Le Mans, 1886-1913, no 71).

7 On se reportera entre autres aux travaux d’Anne-Marie Flambard Héricher (« Le château des comtes de Meulan à Vatteville-la-Rue : approche comparative d’une demeure aristocratique normande », Aux marches du palais. Qu’est-ce qu’un palais médiéval, A. Renoux (dir.), Le Mans, Pub. du Lham, Université du Maine, 2001, p. 213-222, et « Fonctions et répartition de l’espace dans la basse-cour d’une fortification de frontière : Bretoncelles (Orne), XIe-XVe siècle », Château-Gaillard, 21, 2004, p. 79-97).

8 Commune de Saint-Christophe du Luat.

9 Toutes ces petites et moyennes mottes ne sont pas du même type. Certaines, dotées d’un diamètre respectable, sont des mottes tabulaires basses et d’autres joignent à un médiocre (ou petit) diamètre une médiocre (ou petite) élévation. On a, pour éviter toutes confusions (mottes à connils…), privilégié les vestiges munis d’une basse-cour.

10 Calcul réalisé en 1996 sur la base d’un échantillon d’environ 600 sites (A. Renoux, « Mottes… », op. cit., 1998, p. 408 et suiv.).

11 Le mot hébergement désigne (entre autres) l’ensemble du complexe ou simplement la demeure principale. Pour un état de la question, voir note 1.

12 Elle est rarement évoquée.

13 Ce qui n’exclut pas une séparation effective entre les deux aires.

14 On ne sait si la situation résulte ou non des hasards de la conservation (disparition des autres enclos ?). Sur les maisons fortes, voir Michel Bur (dir.), La maison forte au Moyen Âge, Paris, éd. du CNRS, 1986, et Élisabeth Sirot, Noble et forte maison. L’habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe au début du XVIe siècle, Paris, éd. Picard, 2007.

15 Les problèmes militaires (destructions, restrictions castrales…) en favorisent l’essor.

16 Certaines mottes castrales portent le logis noble…

17 Sont inclus dans le raisonnement tous les vestiges qui, en plan, reproduisent le schéma classique de la motte et de sa basse-cour (assorti ou non de vestiges en relief) et tous ceux qui, en élévation, sont assimilables à une motte (que la basse-cour soit ou non conservée). Les buttes hors sujet (mottes à connils, mottes de jardin, terrils…) ont (autant que faire se peut) été éliminées.

18 Un changement de lignage contribue à expliquer l’évolution. La motte est à Bresteau (comm. de Lombron) et l’hébergement à Brêteau (comm. de Beillé) (Samuel Menjot d’Elbenne, « Les sires de Braitel au Maine du XIe au XIIIe siècle », Revue historique et archéologique du Maine, 1876, p. 21 et suiv.).

19 Villiers : comm. de Saint-Rémy-de-Sillé ; La Laire : comm. de Crissé. Arch. départ. de la Sarthe (ADS), E 114.

20 Sarthe, comm. Coulombiers. ADS, E 11.

21 Julien Chappée, Archives du Cogner, II, Série E, Paris-Le Mans, 1905, p. 281, nos 1 et 10.

22 La motte de Montmirail (Sarthe) est sans doute une butte naturelle aménagée. À son flanc sud-est est accolé un bâti aux fondements de la fin du Moyen Âge. Le donjon de Fleuret (comm. de La Chapelle-Saint-Rémy, Sarthe), logé sur une « motte », a été décrit avant sa disparition. Le site tombe aux mains des Anglais en 1361 puis est repris par les Français (Samuel Menjot d’Elbenne, « Le donjon de Fleuré à La Chapelle-Saint-Rémy », La Province du Maine, 2e série, VI, 1926, p. 183-190 et 264-274).

23 Arch. nat., P 3432.

24 ADS, 1E 792.

25 « […] maison où demeure mon métayer dudit lieu avec la grange, le logis, les jardins […] les dépendances de ma dite métairie » (ADS, 1E 797).

26 Sur toutes ces questions, on se permettra de renvoyer à A. Renoux, « Hiérarchie… », op. cit., 2000, p. 208 et suiv.

27 Bertrand de Broussillon (éd.), Documents inédits sur l’histoire du Maine au XIVe siècle, dans Archives historiques du Maine, V, 1905, p. 30 et 77.

28 D’une manière générale, ces destructions ordonnées par la royauté au terme du Moyen Âge sont bien connues mais la concrétisation du phénomène est difficile à cerner. Les arasements de tertre sont peu évoqués.

29 Commune de Moncé-en-Belin (Arch. nat., R5 119).

30 1599 : « motte plantée de bois d’aulne » (Roupeyroux, comm. d’Assé le Béranger, Mayenne ; Alphonse Angot, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, rééd. Mayenne, 1982, III, p. 462). 1575 : « motte est ronde et fort belle, en laquelle il y quelques arbres fruitiers et pommiers plantés » (Courceriers, comm. de Saint-Thomas de Courceriers, Mayenne ; A. Angot, I, p. 783).

31 Ces petites aires n’ont pas été conçues d’emblée pour servir de jardins (généralement quadrangulaires).

32 En l’absence de témoignages archéologiques, on ne peut tester l’hypothèse d’un transfert de ces fonctions du petit vers le grand enclos, mais on ne peut bien évidemment pas l’exclure totalement.

33 Sarthe, comm. de Coulombiers. ADS, E 11.

34 Les bois du parc s’étendent au nord (no 462) et à l’est du complexe.

35 Les fossés ont été remaniés en mares et en verger : nos 481, 483 et 485.

36 Possibles restes de fossés : parcelles 479 et 492.

37 Parcelles 477, 478, 480, 482, 484, 493 et 494.

38 La maison principale (en 490c) peut remonter à l’époque moderne. La part éventuelle de la fin du Moyen Âge dans ce nouveau schéma est difficile à déceler.

39 Sarthe, comm. de Sainte-Sabine-sur-Longève.

40 Parcelles 116 à 121.

41 Insertion dans la cassine de la parcelle 123 (« le clos de la grange »).

42 Les jardins médiévaux sont plutôt quadrangulaires et il en est de même des clos labourés (un fait que la diffusion de la charrue n’a pu qu’accentuer).

43 Commune de Contest.

44 En fait il se pourrait que l’on ait soit une motte et une vaste basse-cour subrectangulaire, soit plutôt une motte et deux basses-cours dont l’une est ovale (no 620) et l’autre subrectangulaire (nos 617 et 618).

45 Commune de Vivoin.

46 Parcelles 483, 485, 488, 489, 492 et fragments des parcelles 490 et 491.

47 Commune de Vivoin.

48 Louis-Jean Denis, Cartulaire du prieuré de Saint-Hippolyte de Vivoin et de ses annexes, Paris, Picard, 1894, p. 85, no LXXI.

49 ADS, E 11 et E 12.

50 Le bâti actuel remonte au XIXe siècle.

51 La forme des enclos 211 et 212 suggère qu’ils ont été restructurés au terme du Moyen Âge.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : les Murailles (plan cadastral de 1837).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9990/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende Fig. 2 : la Poissonnière (cadastre de 1813).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9990/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Fig. 3 : Déneray/Dénéré (cadastre de 1828).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9990/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Fig. 4 : Courteil (cadastre de 1836).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9990/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Légende Fig. 5 : Sévilly (cadastre de 1834).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9990/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende Fig. 6 : le Grand poillé (cadastre de 1820).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9990/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Fig. 7 : Bois-Richard (cadastre de 1835).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9990/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 8 : Villiers (cadastre de 1836).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9990/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540