Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

Ire Partie. Identité normande

Un grand ouvrage royal du IXe siècle : le pont fortifié dit « de Pîtres » à Pont-de-l’Arche (Eure)

Jacques Le Maho

Texte intégral

  • 1 « […] quorum unum ex utroque capite vallo munivit et inposito praesidio firmavit » (Annales Q. D. (...)
  • 2 Annales Bertiniani, éd. Georg Waitz, Scriptores Rerum Germanicarum in usum scholarum, Hanovre, Hah (...)

1Une des mesures les plus originales en réponse aux incursions des Normands en Francie sous le règne de Charles le Chauve (840-877) fut la construction de ponts fortifiés sur les fleuves pour tenter de barrer la route aux flottes nordiques. L’idée, certes, n’était pas tout-à-fait nouvelle. En 789, Charlemagne avait construit deux ponts sur l’Elbe, dont un était muni, à chacune de ses entrées, d’un châtelet abritant une garnison1. En revanche, les Francs n’avaient jamais encore construit de ponts sur les réseaux fluviaux dans le seul but d’en assurer la défense. Il semble que Charles le Chauve en ait eu l’idée durant une opération militaire en 862, quand il réussit à stopper les Normands en coupant leur retraite sur la Marne avec un pont fortifié construit à la hâte, à Trilbardou (Seine-et-Marne)2. Il décida alors d’exploiter sa découverte en projetant la construction d’un pont fortifié dans la partie du val de Seine alors appelée le Val-de-Pîtres, aux confluents de la Seine, de l’Eure et de l’Andelle.

  • 3 Lucien Musset, « La région des confluents Seine-Eure-Andelle des temps mérovingiens à l’époque duc (...)

2Le Val-de-Pîtres correspond au territoire d’un domaine royal dont le siège se trouvait à Pîtres (Eure) au débouché de la vallée de l’Andelle3. Le roi Charles tint dans cette villa plusieurs plaids généraux à partir de 862, date à laquelle fut décidée la construction du pont sur les terres du domaine. Les travaux, d’une importance considérable, mobilisèrent chaque année une énorme main-d’œuvre et durèrent plus de dix ans, suscitant l’admiration unanime des contemporains. Cela nous vaut de disposer d’une documentation écrite qui, en dépit de son caractère fragmentaire et d’une certaine dispersion entre sources narratives, textes diplomatiques, conciliaires et épistolaires, reste sans équivalent pour un ouvrage de « génie civil » de cette époque en Francie.

  • 4 Ferdinand Lot, « Mélanges carolingiens. II. Le pont de Pîtres », Le Moyen Âge, 1905, p. 1-25.
  • 5 Fernand Vercauteren, « Comment s’est-on défendu, au IXe siècle, dans l’Empire franc contre les inv (...)
  • 6 Kurt-Ulrich Jäschke, Burgenbau und Landesverteidigung um 900, Überlegungen zu Beispielen aus Deuts (...)
  • 7 Carol M. Gillmor, « The logistics of fortified bridge buiding on the Seine under Charles the Bald  (...)
  • 8 Brian Dearden, « Charles the Bald’s fortified bridge at Pîtres (Seine): recent archaeological inve (...)

3Cette richesse documentaire a été depuis longtemps exploitée par les historiens. Dès 1905, dans un article désormais classique, Ferdinand Lot s’est attaché à retracer l’histoire de la construction du pont ; son exposé nous évitera de nombreuses redites, notamment sur le contexte événementiel4. Dans un essai non moins célébre paru en 1936, l’historien belge Vercauteren a montré l’importance des ponts fortifiés dans la première phase de la défense du royaume contre les Normands sous Charles le Chauve5. Depuis lors, les études ont porté sur des aspects plus particuliers, donc plus techniques. En 1975, Kurt-Ulrich Jäschke a comparé l’organisation administrative du chantier de Pîtres à celle des programmes de défense royaux d’Alfred le Grand en Angleterre et d’Henri Ier de Saxe en Allemagne6. À la fin des années 1980, l’historienne américaine Carol Gillmor a étudié les aspects logistiques du chantier7, tandis que l’archéologue britannique Brian Dearden partait à la recherche des traces susceptibles d’avoir été laissées, sur le terrain, par les ouvrages défensifs8.

4Les éléments réunis par Brian Dearden et son équipe les conduisirent à localiser le pont carolingien sur le site de la commune actuelle de Pont-de-l’Arche, au confluent de l’Eure et de la Seine. Un sondage archéologique sur la rive droite, au lieu-dit « Le Fort » (commune Igoville, Seine-Maritime) leur livra les restes d’une structure de bois qu’ils proposèrent d’interpréter comme un vestige du castrum évoqué dans les sources carolingiennes. Cette fortification correspondrait à un vaste retranchement de forme quadrangulaire, aujourd’hui arasé, mais encore décelable, par endroits, à de légères ondulations de terrain dans les prairies. Quant au châtelet de la rive gauche, il correspondrait à l’enceinte du bourg médiéval de Pont-de-l’Arche, enceinte traditionnellement attribuée, de même que le pont de pierre, au roi Philippe Auguste, et dont les vestiges décrivent un arc de cercle d’environ 400 m de diamètre autour de la ville.

5Vingt ans s’étant écoulés depuis ces premières recherches, il nous a semblé que le moment était venu de faire le point sur cette question et de soumettre les hypothèses des archéologues britanniques à un nouvel examen des données des textes et du terrain.

Chronique des travaux

  • 9 Sur cette identification et la discussion de la théorie de Carol Gillmor (Oscellus = Jeufosse), no (...)
  • 10 Dans le préambule des actes de l’assemblée de Pîtres de 862, l’archevêque de Reims Hincmar précise (...)
  • 11 Annales Bertiniani, p. 55-56.

6De mai 841, date de la première incursion nordique dans la Seine, à 862, date à laquelle fut décidée la construction du pont, la basse Seine et la région parisienne furent les cibles de plusieurs raids. Le 18 juillet 855, Sydroc remonta la Seine jusqu’à Pîtres. Le 17 août de la même année, Bjorn entra dans le fleuve avec une flotte importante. Puis, ayant fait leur jonction, les deux pirates allèrent porter leurs attaques sur le Perche et, de là, jusqu’à Chartres. En 856, Sydroc sortit du fleuve tandis que Bjorn construisait un camp fortifié sur l’île d’Oscellus, identifiable à l’actuelle île Sainte-Catherine, à la hauteur d’Oissel (Seine-Maritime), en amont de Rouen9. Après une première tentative infructueuse d’assaut du camp en 859, Charles se résolut à faire appel à un mercenaire normand, Wéland, pour déloger les Normands de la place. Wéland, qui se trouvait alors en Angleterre, accepta le marché. En 861, il traversa la Manche et remonta la Seine, puis, s’installant dans la villa royale de Pîtres ou aux abords immédiats de ce palais10, il attendit pendant plusieurs semaines la somme d’argent qui lui avait été promise. Quand ce tribut lui fut versé, il entreprit un blocus de l’île d’Oissel, en usant d’un stratagème pour faire passer une partie de sa flotte en aval de la place. Privés de secours, les défenseurs durent se rendre ; au début de l’hiver 861, il se dispersèrent en différents ports de la Seine, avant de reprendre la mer au printemps11.

  • 12 « Karolus […] omnes primores regni sui ad locum qui Pistis dicitur, ubi ex una parte Andella et ex (...)
  • 13 MGH Capit. II, éd. Victor Krause, p. 303 et suiv.
  • 14 « Weniloni Rotomagensi de operariis et opera quam faciebat apud Pistas in Sequana » ; « de opera p (...)

7Charles le Chauve n’attendit pas longtemps pour mettre à exécution son projet. Il convoqua le plaid général annuel à Pîtres pour la seconde quinzaine de juin, avec ordre aux grands de venir avec une multitude d’ouvriers et de chars, et l’on commença à construire les fortifications des têtes de pont (munitiones)12. Dès lors, presque chaque année, le roi convoqua en ce lieu, pendant l’été, des assemblées et des synodes qui constituaient le placitum generale et lui permettaient de poursuivre les travaux, grâce aux fournitures en nature et aux dons annuels que lui apportaient ses sujets. L’une des assemblées les plus importantes fut celle de juin 864 à l’issue de laquelle fut promulgué le célèbre édit de Pîtres en 37 articles, portant notamment sur la réglementation des émissions monétaires et le droit de fortification13. Ce texte nous livre également un témoignage indirect sur l’avancement des travaux : un article concerne les mesures à prendre contre les gens qui allaient d’une rive à l’autre et séjournaient dans les bâtiments (heriberga) nouvellement construits, y provoquant des déprédations. À cela s’ajoute l’analyse que Flodoard nous a laissée de deux lettres envoyées par Hincmar en 864, l’une à l’archevêque de Rouen Wénilon « au sujet de ses ouvriers et des travaux qu’il était en train d’effectuer à Pîtres sur la Seine », l’autre à Charles « au sujet des travaux du pont que le roi et lui même réalisaient avec quelques fidèles à Pîtres sur la Seine »14.

  • 15 « Karolus autem perveniens usque ad locum qui dicitur Pistis, ubi immorabantur Nortmanni, fidelium (...)

8Les travaux étaient fort peu avancés, car l’année suivante, au mois d’août, cinquante barques normandes remontaient la Seine et venaient s’échouer à Pîtres même. À cette nouvelle, Charles emmena l’ost et se dirigea précipitamment vers Pîtres, mais trop tard. Il était impossible de songer à continuer les travaux en présence de l’ennemi et les Francs, d’autre part, n’osaient forcer les Normands dans leurs retranchements. Sur le conseil de ses fidèles, Charles se décida à reporter provisoirement son système de défense en amont et à barrer l’Oise à Auvers, la Seine et la Marne à Charenton. De toute ancienneté des ponts existaient en ces deux localités, mais ils étaient en ruine et les habitants, par crainte des pirates, n’osaient les relever. Charles résolut d’utiliser dans ce but les ouvriers et les matériaux qu’on lui avait envoyés de fort loin pour les travaux de Pîtres15. Il donna ordre, en outre, que les deux rives de la Seine fussent gardées par des troupes ; mais celles-ci n’empêchèrent pas les Normands de mener de nouveaux raids dans la région parisienne, et ce n’est qu’en juillet 866 que les pirates reprirent la mer.

  • 16 « Karolus hostiliter ad locum qui dicitur Pisti cum operariis et carris ad perficienda opera, ne i (...)
  • 17 « Sicque idem rex ad Pistas medio mense Augusto veniens, annua dona sua ibidem accepit, et castell (...)
  • 18 « […] per omne regnum suum litteras misit, ut episcopi, abbates et abbatissae breves de honoribus (...)
  • 19 « […] castellum novum apud Pistas » (Annales Bertiniani, p. 125).

9Sans plus attendre, l’ost fut convoqué à Pîtres avec les ouvriers et les matériaux nécessaires pour achever les travaux commencés16. En août 868, nouveau plaid à Pîtres ; les travaux à exécuter pour l’ouvrage fortifié furent soumis à une estimation et il fut assigné à chacun des grands une section d’une certaine longueur à construire17. L’année suivante, il leur fut demandé de dresser l’inventaire de leurs honores en vue du plaid annuel de Pîtres. Des « esteaudeaux » (jeunes serfs ou vassaux non mariés) à raison d’un pour cent manses et des chars avec des bœufs, chacun à raison d’un pour mille manses, devaient être rendus à l’assemblée, sans compter les autres fournitures. Les esteaudaux devaient tenir garnison dans les « châteaux » de pierre et de bois, dont le roi ordonnait la construction18. En 873, en rentrant du siège d’Angers, le roi se rendit à Amiens par Le Mans et Évreux, ce qui lui permit de visiter en passant, à la fin du mois d’octobre, le « château neuf de Pîtres »19.

  • 20 Voir notamment ce passage de la chronique d’Adon de Vienne : « […] rex Carolus aliquot annos adver (...)
  • 21 « […] positis in utrisque capitibus castellis artificiosissime fundatis, in quibus ad custodiam re (...)
  • 22 Annales Bertiniani, p. 98.
  • 23 Carol Gillmor (art. cité) a tenté d’estimer la quantité de bois nécessaire pour un pont construit (...)
  • 24 Abbon, Le siège de Paris par les Normands, éd. Henri Waquet, Paris, Les Belles Lettres « Les class (...)

10Il avait donc fallu un peu plus de dix ans pour mener le chantier à son terme. Les difficultés inhérentes à l’organisation des travaux publics (operationes) de l’époque carolingienne, la complexité administrative de la répartition des corvées et leur rythme saisonnier furent sans doute à l’origine d’une accumulation de retards. Il n’en reste pas moins que le résultat était de nature à forcer l’admiration. Au-delà de la prouesse technique, la puissance défensive de l’ouvrage semble avoir particulièrement impressionné les contemporains20. De divers recoupements fournis par les sources, il résulte que le pont était doté, à chacune de ses extrémités, d’un châtelet (castellum)21. Le rôle de ces fortifications était de protéger les entrées du pont, mais aussi d’abriter les garnisons (praesidia) chargées de la défense de l’ouvrage. C’est peut-être à celles-ci qu’étaient destinés, à terme, les logements (heriberga) construits pour les ouvriers avant l’été 864. Enfin, nous savons que les matériaux utilisés furent le bois et la pierre (ex ligno et lapide)22. Si le bois dut principalement servir à la construction du pont lui-même, de ses piliers, du tablier, des palissades et des crénelages des fortifications23, la mention d’ouvrages de maçonnerie laisse supposer la présence de tours-porches aux deux entrées du pont. C’est vraisemblablement à une construction de ce type que correspondait la turris du pont de Paris, tour célèbre par les combats acharnés qui s’y déroulèrent lors du grand siège de 885-887 et dont Abbon, moine de Saint-Germain-des-Prés, nous a laissé un récit détaillé24. Si, en l’occurrence, il n’est fait mention que d’une seule tour, précisons que les travaux de fortification du pont de Paris étaient encore en cours lorsque débuta le siège ; au dire d’Abbon, la tour elle-même n’était pas terminée.

Le site de Pont-de-l’Arche

  • 25 Sur la foi d’un passage des Gesta abbatum Fontenellensium, où Pîtres est désigné comme castrum, no (...)

11Aucun texte de l’époque carolingienne n’indique la localisation exacte du pont. Rappelons que le nom de « pont de Pîtres » se refère à la situation de l’ouvrage sur les terres de la villa royale. On ne saurait donc en déduire que le pont se trouvait à Pîtres même, et pas davantage que le castellum novum apud Pistas mentionné dans les Annales de Saint-Bertin en 873 correspond à une fortification élevée sur le site du palais25. A priori, il est du reste assez difficile d’imaginer un franchissement de la Seine à la hauteur de Pîtres, la zone fluviale présentant à cet endroit une largeur considérable : l’ouvrage aurait dû traverser successivement la Seine, une vaste étendue de marais, puis le cours de l’Eure. En outre, aucun axe routier ne passe dans ce secteur.

  • 26 Dominique Cliquet, Carte archéologique de la Gaule. L’Eure 27, Paris, Académie des inscriptions et (...)
  • 27 « […] ad Noviomum huius nostrae aecclesiae villam perveniens, Vuandonis equum quem ibi in pastuo c (...)
  • 28 Selon les annales de Metz, Rainfroy serait descendu droit sur Paris (Gesta sanctorum patrum Fontan (...)
  • 29 « […] tandem mercatorum naves ab hostio quo Sequana mare influit, ferventi estu abducte propterque (...)

12En revanche, le site de Pont-de-l’Arche, au point de rencontre des deux cours d’eau, correspond à un lieu de franchissement très ancien. C’est là qu’aboutit, venant du sud-ouest, une voie antique issue du Vieil-Évreux (Eure)26. De la rive droite, sur la commune actuelle d’Igoville, devait partir une autre voie en direction de l’agglomération gallo-romaine de Pîtres. Selon toute vraisemblance, c’est à Pont-de-l’Arche que correspond le Portus Devenna où, selon la chronique carolingienne de Fontenelle, le maire du palais de Neustrie Rainfroy, en fuite après avoir été battu par Charles Martel à Vinchy en 717, aurait franchi la Seine ; toujours d’après cette chronique, il venait de descendre la vallée de l’Andelle après une halte à Noyon-sur-Andelle (Eure), propriété de l’abbé de Fontenelle, et se dirigeait vers Angers27. Si l’authenticité de l’anecdote prête à discussion28, il n’en reste pas moins que ce passage de la chronique nous fournit un précieux témoignage sur le site de Pont-de-l’Arche au début du IXe siècle, époque de la rédaction des Gesta Abbatum Fontanellensium. Le vocable de Portus Devenna, littéralement « le Port-de-la-Venne » (du mot venna, qui signifie une pêcherie fluviale) s’applique plutôt, a priori, à un lieu de passage d’eau qu’à un pont. Dans la « Vie de saint Condède », récit hagiographique qui fut rédigé avant le début du IXe siècle par un moine de la même abbaye de Fontenelle, on trouve une description du phénomène de la marée en baie de Seine ; la montée des eaux est perceptible, est-il dit, jusqu’à Pîtres. La zone des confluents était donc aisément accessible aux navires de mer, ce qui, outre sa position de carrefour de voies fluviales et terrestres, en faisait un site d’une grande importance stratégique : de même que les convois de bateaux marchands utilisaient la marée pour remonter la Seine au IXe siècle29, les flottilles nordiques entrées dans l’estuaire étaient en mesure d’atteindre ce lieu très rapidement et d’en faire une base pour des expéditions vers le pays de Chartres et la région parisienne.

  • 30 Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Caen, Société des antiquaires d (...)
  • 31 Léopold Delisle et Louis Passy, Mémoires et notes de M. Auguste Le Prévost pour servir à l’histoir (...)
  • 32 Saint-Étienne était le vocable d’une des églises du groupe épiscopal de Bayeux, Saint-Vigor celui (...)
  • 33 Auguste Longnon, Les noms de lieu de la France, Paris, Honoré Champion, rééd. 1968, t. 1, p. 109, (...)

13Pour l’instant, l’archéologie n’a livré aucune donnée sur le port du haut Moyen Âge. Comme pour tout site de franchissement fluvial, on peut supposer qu’il était double, avec, sur les deux rives, des appontements pour les bacs, des maisons de passeurs et des hospitia pour les voyageurs, sans compter les habitations de pêcheurs, certainement nombreuses sur ce site de confluent, réputé de tout temps pour son abondance en saumons. C’est peut-être le souvenir de ces habitats que représentent, sur la rive gauche, l’église Saint-Vigor de Pont-de-l’Arche et, sur la rive droite, la chapelle disparue du château de Limaye, dédiée à saint Étienne. La première n’est pas mentionnée avant le début du XIe siècle30 et la seconde apparaît encore plus tardivement dans les textes31, mais elles sont placées l’une et l’autre sous un vocable de type ancien, sans doute antérieur au Xe siècle. Ajoutons que ces dédicaces évoquent toutes deux un lien avec l’église de Bayeux, établissement qui semble avoir été très présent, au haut Moyen Âge, sur la grande route commerciale de Quentovic à Paris par la Seine32. Quant au lieu-dit Limaye, il correspond sans doute à la survivance d’un toponyme mérovingien ou tardo-antique du type Limites, en rapport avec la situation de ce lieu sur la frontière du pagus de Rouen : sitôt franchi le fleuve, on entrait dans l’Évrecin33.

  • 34 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis Normanniae ducum, éd. Jules Lair, Mémoires de la Socié (...)
  • 35 Les Damps, Eure, cant. Pont-de-l’Arche.
  • 36 Marie Fauroux, op. cit., actes nos 36, 103 et 107.

14À l’inverse du nom de Limaye, le toponyme Portus Devenna n’a pas survécu ; on n’en trouve plus jamais mention après le début du IXe siècle. Cela constitue, pensons-nous, un élément important pour le débat sur la localisation du pont de Charles le Chauve. Dans les Gesta de Dudon de Saint-Quentin, écrits vers 1015, il est question d’une localité située sur l’Eure et portant le nom d’Archas, appellatif qui fait clairement référence à un pont34. Dudon précise qu’il s’agit des « Arches-aux-Dans » (Archas quae As Dans dicitur), sans doute pour distinguer cette localité du bourg homonyme situé au confluent de la Varenne et de la Béthune, et qui porte aujourd’hui le nom d’Arques-la-Bataille (Seine-Maritime, cant. Offranville). L’identification de l’Archas de Dudon avec Pont-de-l’Arche est donc certaine, le toponyme « Les Dans » ayant survécu dans le nom de la commune actuelle des Damps, limitrophe de Pont-de-l’Arche35. Ajoutons que les différentes mentions de Pont-de-l’Arche au cours du XIe siècle offrent des variantes toponymiques très voisines de la forme indiquée par Dudon (Pons Archae, Pont des Arches, Pont des Arcas)36.

  • 37 Jacques Le Maho, « Vie perdue de Guillaume Longue-Épée († 942), état des recherches en cours », Ta (...)
  • 38 Dudon de Saint-Quentin, op. cit., p. 155.
  • 39 Auguste Longnon, op. cit., t. 1, p. 109, no 41.
  • 40 Jacques Le Maho, « Les Normands de la Seine à la fin du IXe siècle », Les fondations scandinaves e (...)

15L’intérêt du récit de Dudon n’est pas seulement d’ordre toponymique. En effet, nous pensons être en mesure de démontrer que ce passage, qui se rapporte à un épisode de la vie de Guillaume Longue Épée († 942), procède, en fait, d’une réécriture. Le texte original, que Dudon semble suivre d’assez près, appartient à une biographie du même duc rédigée vers le milieu du Xe siècle par Annon († 970-970), abbé de Jumièges et de Saint-Mesmin de Micy37. Or le passage en question contient la description d’un ouvrage défensif dont les vestiges, à ce qu’il semble, se voyaient encore à Pont-de-l’Arche au temps d’Annon (« quod apparet ad tempus usque istius diei »)38. Constitué d’un rempart de terre en arc de cercle (« per gyrum avulsae terrae aggere »), il était installé sur la rive, avec un accès pour les bateaux (« in ripa fluminis naves Dacosque in munimine avulsae terrae videntes ») ; une large ouverture pratiquée dans le rempart permettait d’accéder à l’intérieur du retranchement (« locoque portae reliquentes spatium prolixae amplitudinis »)39. Il est certes difficile d’accorder foi à l’auteur lorsqu’il affirme que cet ouvrage fut construit par Rollon et ses compagnons. Il s’agit là, manifestement, d’une invention d’Annon, destinée à montrer que Rollon, après avoir conclu une trêve avec les Francs et reçu d’eux un territoire allant de la mer jusqu’à l’Andelle, avait été dans l’obligation de défendre ce territoire en raison d’une soudaine reprise des hostilités à l’initiative des Francs40. La description d’Annon n’en reste pas moins précieuse, dans la mesure où elle semble bien indiquer que les retranchements d’un des deux castella du pont carolingien étaient encore bien reconnaissables à Pont-de-l’Arche aux environs de 950. Nous souscrivons donc à l’hypothèse de Brian Dearden en faveur d’une localisation de l’ouvrage royal sur ce site. Elle s’accorderait d’ailleurs avec la tradition, fort vraisemblable compte tenu de l’ancienneté de ce lieu de passage, qui fait du pont de pierre du XIIIe siècle l’héritier du pont de Charles le Chauve. En revanche, la restitution que Brian Dearden propose pour le tracé et pour l’implantation des deux châtelets appelle, à notre avis, un nouvel examen.

Quelques observations topographiques

  • 41 Jane Hassal et David Hill, « Pont de l’Arche: frankish influence on the west Saxon burh ? », The A (...)

16Une des principales difficultés de la restitution de Brian Dearden réside dans les formes différentes qu’il assigne aux deux châtelets : celui de la rive gauche (à Pont-de-l’Arche) aurait été de plan curviligne, celui de la rive droite (à Igoville) de plan quadrangulaire. Cette dissymétrie des ouvrages est gênante si l’on part du principe que, comme le laissent clairement entendre les textes, ils furent construits en même temps. Un second problème concerne les dimensions supposées de ces enceintes. Avec un diamètre maximal de l’ordre de 400 m, l’enceinte de Pont-de-l’Arche semble, a priori, largement surdimensionnée. Quant au retranchement de la rive gauche, il n’aurait eu que 300 m de côté. De l’aveu même de Brian Dearden, c’est encore trop grand pour une simple fortification de tête de pont. L’auteur est donc conduit à envisager l’hypothèse d’un castrum destiné à abriter, non seulement des garnisons, mais aussi une population civile. À la suite de David Hill, plusieurs archéologues britanniques se sont même demandé si l’enceinte d’Igoville ne constituait pas un prototype des burhs anglo-saxons, ces fortifications collectives de plan orthonormé, qui, en réponse à la menace normande, se multiplièrent en Angleterre à partir du règne d’Alfred le Grand (878-899) ; c’est de l’exemple français que les rois anglo-saxons se seraient inspirés pour ce programme de défense et de planification urbaine41.

17Brian Dearden fonde sa théorie sur la présence d’un toponyme « le Fort » dans la prairie d’Igoville, à un endroit où de faibles ondulations de terrain suggèrent l’existence de structures ou de fossés enfouis. Les observations faites à l’occasion d’un sondage dans la prairie d’Igoville, sous une légère surélévation pouvant correspondre à l’angle nord-ouest du châtelet de la rive droite, ont fourni d’autres arguments aux archéologues britanniques. À faible profondeur, cette fouille a fait apparaître un réseau de cavités correspondant à une structure de poutres entrecroisées, enfouie dans un remblai compact ; les cavités présentaient des bords rubéfiés, comme si cette structure avait été détruite par un violent incendie. Interprétant ces restes comme les vestiges d’un des castella du pont de Charles le Chauve, Brian Dearden suggère que les traces de feu pourraient être en rapport avec le raid normand de 876 ou avec celui de 885, au cours desquels la flotte nordique réussit à forcer le passage.

18Cependant, aucun de ces arguments n’emporte vraiment la conviction. Le toponyme « le Fort », porté sur le cadastre napoléonien, ne correspond pas aux prairies d’Igoville explorées par l’équipe archéologique de Brian Dearden. Il s’applique en fait au châtelet, qui, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, s’élevait à l’entrée nord du pont, châtelet appelé le « Fort-de-Limaye » ; l’endroit qui a été sondé par les chercheurs britanniques se situe nettement en dehors du périmètre de cette fortification. Rien n’indique, par ailleurs, que les structures mises au jour datent du haut Moyen Âge. Si, dans le lot que nous avons eu nous-même l’occasion d’examiner dans les années 1980, certains tessons de céramique peuvent se rapporter à une époque antérieure au XIe siècle, il y en a d’autres, en revanche, qui renvoient à une date beaucoup plus récente ; leur glaçure épaisse, interne et externe, de couleur verte, situe le terminus post quem dans les derniers siècles du Moyen Âge. A priori, il n’est donc pas exclu que la plate-forme renfermant les structures de bois corresponde à l’assise d’un bâtiment agricole. À l’appui d’une telle hypothèse, on notera que les plans cadastraux semblent indiquer à cet endroit la présence d’une ancienne ferme, composée de plusieurs corps de bâtiments répartis autour d’une cour quadrangulaire. Dans ce cas, les structures mises au jour ne seraient autres que les restes d’un dispositif de fondation ; en terrain humide ou marécageux, c’est un mode de construction traditionnel que d’élever les bâtiments sur des plates-formes de terres rapportées, avec des armatures internes de madriers.

19S’il faut par conséquent, nous semble-t-il, renoncer aux hypothèses de restitution de Brian Dearden et de David Hill, un réexamen de la topographie des lieux, confronté aux nombreux plans qui ont été levés depuis le XVIIe siècle sur les sites du bourg de Pont-de-l’Arche, du pont et du fort de Limaye, permet d’envisager de nouvelles pistes.

  • 42 Johnny de Meulemeester, « Les castra carolingiens comme éléments de développement urbain : quelque (...)

20Côté rive gauche, un examen attentif des plans cadastraux de Pont-de-l’Arche montre que le bourg comprend non pas une, mais deux enceintes, imbriquées l’une dans l’autre ; selon toute apparence, elles correspondent à deux étapes du développement du bourg (fig. 1). La plus petite, et donc la plus ancienne, se situe à la hauteur de l’église paroissiale. Son tracé est perpétué par une rue qui décrit un arc-de-cercle d’un centaine de mètres de rayon autour de l’église. Ce tracé paraît marquer le souvenir d’un rempart fossoyé tendu contre la rive, avec une porte au sud-est. À l’intérieur de cette enceinte, on note la présence d’un important remblai en forme de tronc de cône, dont le point culminant se situe immédiatement à l’ouest de l’église ; l’élévation par rapport au niveau de la berge actuelle de la Seine est de plus de dix mètres. Situé au centre de l’enceinte, ce point correspond vraisemblablement à l’emplacement d’une des deux tours-porches assurant la protection des têtes de pont. On peut supposer que la base en fut emmottée et que cette tour fut réutilisée comme tour-porche pour l’église paroissiale Saint-Vigor. À l’origine, cette dernière devait être un simple oratoire pour les voyageurs, comme on en voyait souvent aux entrées des ponts et des passages d’eau ; c’est à partir du Xe siècle que la chapelle annexée à la tour aurait été agrandie pour servir d’église paroissiale. L’enceinte paraît avoir comporté deux entrées, respectivement situées à l’est et à l’ouest. Devant la première, une petite place triangulaire pourrait correspondre à une ancienne place de marché, comme en Flandre, où l’une des caractéristiques des castella de l’époque carolingienne était la présence d’un marché devant la porte principale ; souvent, la halle était destinée au commerce du poisson42.

Fig. 1 : Le site de Pont-de-l’Arche. En (A), emplacement présumé du castellum de la rive gauche ; en (B), emplacement présumé du castellum de la rive droite ; en (C), axe présumé du pont carolingien ; en (D), pont du XIIIe siècle ; en (E), pont actuel.

21L’enceinte qui ceinture le quartier de l’église de Pont-de-l’Arche a donc toutes les chances de correspondre au castellum carolingien de la rive gauche, ouvrage dont le rempart de terre en arc-de-cercle est décrit comme étant encore visible au milieu du Xe siècle. Quant à la seconde enceinte, qui se développe en amont de la première et que Brian Dearden identifiait au châtelet du IXe siècle, elle correspond, en fait, à un accroissement tardif du bourg ; sa construction n’est sans doute pas antérieure au début du XIIIe siècle, date à laquelle remontent ses éléments les plus anciens, notamment les tours semi-circulaires. C’est probablement en raison de ce déplacement du centre de gravité du bourg que, à l’occasion du remplacement du pont de bois par un ouvrage de pierre, la tête de pont fut reportée plus à l’est. En effet, on accédait au nouveau pont par la rue établie sur le fossé de l’époque carolingienne, ce qui signifie que ce fossé intérieur, déclassé par suite de l’agrandissement des murs de la ville, était désormais comblé.

  • 43 Jean Mesqui, Le pont en France avant le temps des ingénieurs, Paris, Picard, 1986, p. 62, fig. 46.

22Sur la rive opposée, une vue cavalière de 1782 conservée à la biblio thèque nationale montre, au débouché du pont, le fort de Limaye vu du nord (fig. 2). Autour de la grosse tour ronde construite par Philippe Auguste aux environs de 1209, on distingue nettement une levée de terre artificielle en forme d’arc de cercle, implantée en cavalier sur la rive. D’autres documents iconographiques, notamment un plan levé au début du XVIIe siècle par Jacques Gomboust, ingénieur du roi, permettent d’évaluer le diamètre de cette enceinte à environ 170 m, et de constater que l’angle formé par les branches de l’arc du côté Seine est le même que celui du rempart de la rive gauche43. A priori, on peut penser que la tour du XIIIe siècle remplaçait une tour-porche située à l’entrée nord du pont carolingien. Étant donné qu’à la tour du XIIIe siècle était associée une chapelle Saint-Étienne, les dispositions de ce châtelet auraient donc été similaires à celles du castellum de la rive gauche : une tour-porche au débouché du pont, un oratoire contigü à la tour, une enceinte palissadée et fossoyée en demi-cercle ; comme à Pont-de-l’Arche, l’entrée pourrait avoir été latérale et non axiale.

Fig. 2 : Le fort de Limaye, vue perspective de 1782 (Bibl. nat., Estampes, d’après Frank Beaumont et Philippe Seydoux, Gentilhommières des pays de l’Eure, Paris, Éditions de la Morande, 1999, p. 104).

Un site archéologique au riche potentiel

  • 44 Andely, comm. des Andelys, Eure, ch.-l. d’arrond ; Gasny, Eure, cant. Écos. Nous publierons procha (...)
  • 45 Références bibliographiques dans Paul Van Ossel, « Antiquité tardive (IVe-Ve siècle) dans l’Île-de (...)

23Au terme de cette analyse, nous sommes maintenant en mesure de proposer un certain nombre d’hypothèses, tant en ce qui concerne l’implantation du pont que l’organisation de ses ouvrages défensifs. Construit au confluent de la Seine et de l’Eure, à la hauteur de l’ancien fort de Limaye (rive droite) et du quartier de l’église de Pont-de-l’Arche (rive gauche), il était d’une longueur qui pouvait avoisiner 400 m. À chaque entrée devait s’élever une tour-porche en pierre, précédée par un castellum formé d’un rempart de terre en arc de cercle. Le diamètre maximal de chacune de ces enceintes était de l’ordre de 170 à 200 m. Cette dimension est très comparable à celle des castella d’Andely et de Gasny dans le Vexin, construits pour servir de refuges à l’archevêque de Rouen et aux moines de l’abbaye de Saint-Ouen pendant les invasions normandes44. Le rapprochement s’impose d’autant plus que le contexte semble désigner l’archevêque Wénilon comme le fondateur des deux castella en question, ce même Wénilon qu’une lettre déjà citée de 864 nous montre en train de faire travailler ses hommes sur le chantier du pont royal. Ajoutons que les fortifications d’Andely et de Gasny étaient conçues selon les mêmes principes que les châtelets du pont de Charles le Chauve : enceinte en forme de U, implantation de l’ouvrage au bord d’un cours d’eau. Une comparaison pourrait être également envisagée avec l’enceinte fossoyée de la seconde moitié du IXe siècle mise au jour par les archéologues devant l’entrée sud du pont antique des Mureaux (Yvelines), sur la rive gauche de la Seine, en face de Meulan45.

24Pour des raisons techniques, il paraît difficilement envisageable que des recherches sub-aquatiques puissent un jour être entreprises dans le chenal de la Seine à Pont-de-l’Arche. En revanche, le déplacement au XIIIe siècle de la tête de pont sud réserve a priori la possibilité d’observations intéressantes dans le lit de l’Eure, relativement large et peu profond à l’emplacement présumé du premier pont. Sur les sites des deux châtelets pourraient également subsister quelques vestiges des ouvrages carolingiens, notamment à l’emplacement du castellum de la rive gauche, à Pont-de-l’Arche : si, comme on peut le supposer, la forte surélévation du quartier de l’église résulte bien d’un processus d’emmottement, il y a là un riche potentiel archéologique qui, nous semble-t-il, méritait d’être signalé à l’attention des nouvelles générations de chercheurs.

Notes

1 « […] quorum unum ex utroque capite vallo munivit et inposito praesidio firmavit » (Annales Q. D. Einhardi, éd. Georgius Heinricus Pertz et Friedrich Kurze, Scriptores Rerum Germanicarum in usum scholarum, Hanovre, Hahn, 1895, p. 85).

2 Annales Bertiniani, éd. Georg Waitz, Scriptores Rerum Germanicarum in usum scholarum, Hanovre, Hahn, 1883, p. 57.

3 Lucien Musset, « La région des confluents Seine-Eure-Andelle des temps mérovingiens à l’époque ducale : continuité et choc des invasions », Connaissance de l’Eure, nos 44-45, juillet 1982, p. 18-29.

4 Ferdinand Lot, « Mélanges carolingiens. II. Le pont de Pîtres », Le Moyen Âge, 1905, p. 1-25.

5 Fernand Vercauteren, « Comment s’est-on défendu, au IXe siècle, dans l’Empire franc contre les invasions normandes ? », Annales du XXXe congrès de la Fédération archéologique et historique de Belgique (1935), Bruxelles, 1936, p. 117-132.

6 Kurt-Ulrich Jäschke, Burgenbau und Landesverteidigung um 900, Überlegungen zu Beispielen aus Deutschland, Frankreich und England, Sigmaringen, J. Thorbecke, „Vortäge und Forschungen, Sonderband XVI, Konstanzer Arbeitskreis für mittelalterliche Geschichte“, 1975.

7 Carol M. Gillmor, « The logistics of fortified bridge buiding on the Seine under Charles the Bald », Anglo-Norman Studies XI. Proceedings of the Battle Conference 1988, R. Allen Brown (éd.), Woodridge, Boydell, p. 87-106.

8 Brian Dearden, « Charles the Bald’s fortified bridge at Pîtres (Seine): recent archaeological investigations », ibid., p. 107-112.

9 Sur cette identification et la discussion de la théorie de Carol Gillmor (Oscellus = Jeufosse), nous nous permettons de renvoyer à notre propre analyse : « Les Normands dans la vallée de la Seine (IXe-Xe siècles) », Dossiers d’archéologie, no 277, octobre 2002, p. 29-31.

10 Dans le préambule des actes de l’assemblée de Pîtres de 862, l’archevêque de Reims Hincmar précise que cette assemblée s’est tenue dans les lieux mêmes où avaient précédemment séjourné les Normands, dans l’attente du versement du tribut (« in locum qui Pistis dicitur, ubi, exigentibus peccatis nostris, aliquandiu sedes fuit Nortmannorum », Monumenta Germaniae Historica Capitularia II, éd. Victor Krause, Hanovre, 1897, p. 303).

11 Annales Bertiniani, p. 55-56.

12 « Karolus […] omnes primores regni sui ad locum qui Pistis dicitur, ubi ex una parte Andella et ex altera Audura Sequanam influunt, circa Iunii Kalendas cum multis operariis et carris convenire facit, et in Sequana munitiones construens, ascendendi vel descendendi navibus propter Nortmannos aditum intercludit » (Annales Bertiniani, p. 58).

13 MGH Capit. II, éd. Victor Krause, p. 303 et suiv.

14 « Weniloni Rotomagensi de operariis et opera quam faciebat apud Pistas in Sequana » ; « de opera pontis quem rex cum ipso ac caeteris nonnullis fidelibus suis faciebat ad Pistas in Sequana » (Historia ecclesiae Remensis, éd. Georg Waitz, MGH, Scriptores, XIII, 510, 517).

15 « Karolus autem perveniens usque ad locum qui dicitur Pistis, ubi immorabantur Nortmanni, fidelium suorum consilio pontes super Isaram et Matronam in locis quae dicuntur Alvernis et Carentom, quoniam ab incolis qui ex antiquo ipsos pontes fecerant propter infestantionem Nortmannorum refici non valebant : ab eis ergo, qui ex longinquioribus partibus ad operandum deputati erant ut perficerent firmitates in Sequana, ea conditione refici iubet propter imminentem necessitatem ipsos pontes, ne umquam per ventura tempora inde qui nunc eosdem pontes refecerint in operando ad hoc opus dispendium patiantur » (Annales Bertiniani, p. 79).

16 « Karolus hostiliter ad locum qui dicitur Pisti cum operariis et carris ad perficienda opera, ne iterum Nortmanni sursum ascendere valeant, pergit » (Annales Bertiniani, p. 81-82).

17 « Sicque idem rex ad Pistas medio mense Augusto veniens, annua dona sua ibidem accepit, et castellum mensurans, pedituras singulis ex suo regno dedit » (Annales Bertiniani, p. 96).

18 « […] per omne regnum suum litteras misit, ut episcopi, abbates et abbatissae breves de honoribus suis, quanta mansa quisque haberet, futuras Kalendas Mai deferre curarent, vassalli autem dominici comitum beneficia et comites vassallorum beneficia inbreviarent et praedicto placito aedium breves inde deferrent, et de centum mansis unum haistaldum et de mille mansis unum carrum cum duobus bobus praedicto placito cum aliis exeniis, quae regnum illius admodum gravant, ad Pistas mitti praecepit, quatenus ipsi haistaldi castellum, quod ibidem ex ligno et lapide fieri praecepit, excolerent et custodirent » (Annales Bertiniani, p. 98).

19 « […] castellum novum apud Pistas » (Annales Bertiniani, p. 125).

20 Voir notamment ce passage de la chronique d’Adon de Vienne : « […] rex Carolus aliquot annos adversus Danos atque Northmannos variis eventibus dimicans, pontem mirae firmitatis adversum impetum eorum super fluvium Sequanam fieri constituit » (MGH, Script., t. II, 323). Les arguments d’Anne Lombard-Jourdan, en faveur de l’identification de ce pont à celui de Paris, nous paraissent peu convaincants (voir Carol Gillmor, art. cité, p. 89, note 13).

21 « […] positis in utrisque capitibus castellis artificiosissime fundatis, in quibus ad custodiam regni praesidia disposuit » (Chronique d’Adon de Vienne, MGH, Script., t. II, 323).

22 Annales Bertiniani, p. 98.

23 Carol Gillmor (art. cité) a tenté d’estimer la quantité de bois nécessaire pour un pont construit à Pont-de-l’Arche. Dans l’hypothèse d’un ouvrage long de 400 m, il aurait fallu environ 1500 chênes de 12 m de long.

24 Abbon, Le siège de Paris par les Normands, éd. Henri Waquet, Paris, Les Belles Lettres « Les classiques de l’histoire de France du Moyen Âge », 1942, rééd., 1964.

25 Sur la foi d’un passage des Gesta abbatum Fontenellensium, où Pîtres est désigné comme castrum, nombre d’auteurs évoquent la présence de fortifications au palais de Pîtres en 856 (voir par ex. Carol Gillmor, art. cité, p. 89, note 9). En réalité, cela n’indique nullement que l’agglomération était alors dotée de remparts.

26 Dominique Cliquet, Carte archéologique de la Gaule. L’Eure 27, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, ministère de la Culture, 1993, p. 227, no 526.

27 « […] ad Noviomum huius nostrae aecclesiae villam perveniens, Vuandonis equum quem ibi in pastuo constitutum repperit, extemplo assumpsit, atque cursu rapido ad portum qui vocatur Devenna penetravit. Illic namque transmisso Sequana, ad Andegavis urbem aufugit » (Chronique des abbés de Fontenelle, Saint-Wandrille, éd. Pascal Pradié, Paris, Les Belles Lettres, « Les classiques de l’Histoire de France au Moyen Âge », 1999, p. 40).

28 Selon les annales de Metz, Rainfroy serait descendu droit sur Paris (Gesta sanctorum patrum Fontanellensis coenobii, éd. F. Lohier et J. Laporte, Rouen, Lestringant, « Société de l’histoire de Normandie », 1936, p. 24, note 54).

29 « […] tandem mercatorum naves ab hostio quo Sequana mare influit, ferventi estu abducte propterque Rotomacensem urbem exposite nunciantur » (Nithard, Histoire des fils de Louis le Pieux, éd. et trad. Philippe Lauer, Paris, Les Belles Lettres, « Les classiques de l’Histoire de France au Moyen Âge », 1964, p. 56).

30 Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Caen, Société des antiquaires de Normandie, « Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie », t. XXXVI, 1961, acte no 36.

31 Léopold Delisle et Louis Passy, Mémoires et notes de M. Auguste Le Prévost pour servir à l’histoire du département de l’Eure, t. 2, Évreux, Hérissey, 1864, p. 275.

32 Saint-Étienne était le vocable d’une des églises du groupe épiscopal de Bayeux, Saint-Vigor celui d’une dépendance de la cathédrale, le monastère de Saint-Vigor-le-Grand au faubourg de Bayeux. Sur les propriétés de l’église de Bayeux dans la vallée de la Seine et le long de la route côtière, voir nos observations dans : « Un exode de reliques dans les pays de la basse Seine à la fin du IXe siècle », Bulletin de la commission départementale des antiquités de la Seine-Maritime, t. XLVI, 1998 (paru en 1999), p. 160-169 ; voir également nos notes sur « Les origines de l’abbaye de Fécamp », dans De l’histoire à la légende. La broderie du Précieux-Sang, catalogue d’exposition, Fécamp, Musées municipaux, 2001, p. 25-28.

33 Auguste Longnon, Les noms de lieu de la France, Paris, Honoré Champion, rééd. 1968, t. 1, p. 109, no 451.

34 Dudon de Saint-Quentin, De moribus et actis Normanniae ducum, éd. Jules Lair, Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XXIII, 1865, p. 154 ; Auguste Vincent, Toponymie de la France, Brionne, Monfort, rééd. 1981, p. 304, no 793.

35 Les Damps, Eure, cant. Pont-de-l’Arche.

36 Marie Fauroux, op. cit., actes nos 36, 103 et 107.

37 Jacques Le Maho, « Vie perdue de Guillaume Longue-Épée († 942), état des recherches en cours », Tabularia « Études », nos 7, 2007, p. 75-105.

38 Dudon de Saint-Quentin, op. cit., p. 155.

39 Auguste Longnon, op. cit., t. 1, p. 109, no 41.

40 Jacques Le Maho, « Les Normands de la Seine à la fin du IXe siècle », Les fondations scandinaves en Occident et les débuts du duché de Normandie, Pierre Bauduin dir., Caen, Publications du CRAHM, p. 176-179.

41 Jane Hassal et David Hill, « Pont de l’Arche: frankish influence on the west Saxon burh ? », The Archeological Journal, CXXVII, 1970, p. 188-195.

42 Johnny de Meulemeester, « Les castra carolingiens comme éléments de développement urbain : quelques suggestions archéo-topographiques », Château-Gaillard, 14, 1990, p. 95-119.

43 Jean Mesqui, Le pont en France avant le temps des ingénieurs, Paris, Picard, 1986, p. 62, fig. 46.

44 Andely, comm. des Andelys, Eure, ch.-l. d’arrond ; Gasny, Eure, cant. Écos. Nous publierons prochainement une étude sur les castella d’Andely et de Gasny. Sur l’histoire de ces lieux de refuge, renvoyons pour l’instant à nos notes préliminaires sur « Rouen à l’époque des incursions vikings (841-911) », Bulletin de la commission départementale des antiquités de la Seine-Maritime, t. XLII, 1994 (paru en 1995), p. 163-168.

45 Références bibliographiques dans Paul Van Ossel, « Antiquité tardive (IVe-Ve siècle) dans l’Île-de-France, acquis et incertitudes », L’habitat rural du haut Moyen Âge, Claude Lorren et Patrick Périn (dir.), Rouen, Association française d’archéologie mérovingienne, « Mémoires », t. VI, 1995, p. 79, note 57.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Le site de Pont-de-l’Arche. En (A), emplacement présumé du castellum de la rive gauche ; en (B), emplacement présumé du castellum de la rive droite ; en (C), axe présumé du pont carolingien ; en (D), pont du XIIIe siècle ; en (E), pont actuel.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9981/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 762k
Légende Fig. 2 : Le fort de Limaye, vue perspective de 1782 (Bibl. nat., Estampes, d’après Frank Beaumont et Philippe Seydoux, Gentilhommières des pays de l’Eure, Paris, Éditions de la Morande, 1999, p. 104).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9981/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Auteur

CNRS, CRAHAM – FRE 119
Chargé de recherche au CNRS, CRAHAM, travaille sur l’histoire et l’archéologie de la région de la Basse Seine des temps mérovingiens à la période ducale. Sa fouille la plus célèbre est celle de la cathédrale de Rouen.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540