Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

Ire Partie. Identité normande

Réflexions sur les pêcheries fluvio-maritimes médiévales dans la basse vallée de la Seine

Nicolas Leroux

Texte intégral

1Pour des raisons religieuses et économiques, le poisson connut, durant le Moyen Âge, une importance exceptionnelle. Occupant une place essentielle dans l’alimentation quotidienne, y compris pour les plus démunis, la consommation du poisson était d’autant plus importante que les prescriptions religieuses multipliaient les jours de jeûne. Ces derniers étaient au nombre d’environ cent dix à cent vingt, soit le tiers de l’année. Pendant l’avent, le carême, les veilles des principales fêtes liturgiques, le vendredi et le samedi, la consommation de viande était interdite. L’abstinence, dont le but est la pénitence, est une forme mitigée du jeûne. Cette pratique alimentaire était de grande conséquence pour l’équilibre du ravitaillement. La forte consommation de poisson à certaines périodes de l’année entraînait donc une pêche et un commerce intenses. Le monde paysan privé d’une des rares sources de protéines animales procurée par la chasse, privilège seigneurial ou royal, il est normal que la pêche de la faune d’eau douce (poissons, coquillages, crustacés, grenouilles) ait constitué un apport des plus importants dans l’alimentation des communautés paysannes.

  • 1 Voir « Compte-rendu du séminaire archéologique de l’Ouest portant sur l’archéologie des pêcheries  (...)

2Pourtant, si l’importance du poisson et de la pêche est attestée par les documents écrits, peu de textes scientifiques médiévaux abordent les techniques de pêche, sans doute en raison du désintérêt des nobles pour cette occupation, alors que les traités de chasse, loisir aristocratique s’il en est, abondent. Est-ce à dire que la pêche est considérée comme une occupation bonne seulement pour la roture1 ?

  • 2 Les pêcheries dans le nord Cotentin, SRA Basse-Normandie, 2006.

3Pour qui entreprend d’étudier, dans un secteur particulier, la richesse halieutique d’une rivière, il est toujours difficile d’approcher ce thème. Riche dans ses instruments, complexe dans son fonctionnement, l’histoire de la pêche et de ses outils constitue un tout, à la fois homogène dans sa représentation et diffus dans ses détails pratiques2. La terminologie des instruments de pêche, par exemple, recense un nombre très important de termes, parfois différents, selon chaque région de France, pour désigner les engins utilisés, alors même qu’ils ont des fonctions identiques.

4Nous allons nous pencher ici sur les propriétaires des pêcheries de la basse vallée de la Seine, et les techniques de pêche au cours du fleuve avant de terminer par un cas particulier ayant connu une longue existence entre Vatteville-la-Rue et Norville : les étalières de la Vigaie.

Les possesseurs de pêcheries

  • 3 Voir pour le détail, les tableaux dans ma thèse L’anthropisation de la vallée de la Seine, sous la (...)

5La vallée de la Seine entre Saint-Denis-Chef-de-Caux et Le Petit-Quevilly a présenté 56 pêcheries installées progressivement entre le VIIIe et le XVe siècle. Elle furent détenues par des ecclésiastiques ou des laïcs3 (voir fig. 1). L’abbaye de Jumièges, le plus grand possesseur ecclésiastique en a treize, soit un peu moins du quart de toutes les pêcheries, ce qui est considérable. Elles se répartissent entre deux zones : six dans la boucle d’Ételan (entre Quillebeuf et Vatteville), et sept dans la boucle de Jumièges (entre La Mailleraye et Berville-sur-Seine). L’ensemble de la boucle comportait onze pêcheries et l’abbaye de Jumièges en possédait six, soit un peu plus de la moitié. Quant à la boucle de Jumièges, elle présentait dix pêcheries dont sept appartenaient à ladite abbaye. Ainsi, les pêcheries de Jumièges se trouvent aux alentours du monastère. L’ensemble des abbayes normandes (Le Bec-Hellouin, Boscherville, Fécamp, Grestain, Jumièges, Montivilliers, Saint-Wandrille et Le Valasse) disposaient de 28 pêcheries, soit la moitié de toutes les installations halieutiques. Il faut y ajouter la pêcherie de la commanderie de Sainte-Vaubourg située à Grand-Couronne.

6Du côté des possesseurs laïcs, le comte de Tancarville est le plus grand possesseur laïc avec douze pêcheries. Elles sont implantées comme suit : sept sur la rive septentrionale entre Rogerville et Tancarville et cinq sur la rive méridionale entre Joble et le Marais-Vernier. Les seigneurs laïcs possédaient 27 pêcheries : les grands seigneurs (roi, baron et comtes) en détiennent 18, la vicomté de l’Eau de Rouen et les seigneurs locaux 8. La propriété piscicole était donc très morcelée.

Fig. 1 : possesseurs de pêcheries au Moyen Âge de Saint-Denis-Chef-de-Caux au Petit-Quevilly

Fig. 2 : les techniques de pêche au Moyen Âge de Saint-Denis-Chef-de-Caux au Petit-Quevilly

7Différentes techniques de pêche ont été utilisées dans la basse vallée de la Seine au Moyen Âge (voir fig. 2). On a coutume de les diviser en deux groupes : les techniques passives et les techniques actives.

Les techniques de pêche passive

8Les techniques de pêche passives comprennent : la pêche au filet maillants, la pêche au tramail dérivant, les pièges mobiles et les pièges fixes.

  • 4 A. Joubert et al. (dir.), La Seine : mémoire d’un fleuve, Paris, Parc naturel régional et Société (...)
  • 5 A. Joubert et al. (dir.), Scènes de la Seine, Association des conservateurs de Haute-Normandie, p. (...)
  • 6 La Seine : mémoire d’un fleuve, op. cit., p. 67.

9La pêche au filet maillant s’effectue avec un tramail ou trémail (lat. tremaculum de tres « trois » ; et macula « maille »). Il s’agissait d’un filet de pêche formé de trois rets superposés. II servait à la capture de tous les poissons, excepté les anguilles. Il mesurait de 200 à 300 m de long sur 2 à 3 m de hauteur. Il tire son nom des trois nappes de filets qui le composent : une nappe centrale en soie à maille fine de 15 à 60 mm (selon la taille du poisson pêché) appelée « banne », qui constitue le filet prenant, disposée entre deux nappes moins amples de filets à très grandes mailles, les « amas ». Le poisson traversait la première nappe, butait sur la banne et se maillait dans les amas. Le tramail s’utilisait de deux façons : en filet dormant ou en filet dérivant. En filet dormant (ou sédentaire) le tramail est dit « faniquet »4. La pêche au trémail était pratiquée de jour comme de nuit durant le moment très court où la Seine était étale (une demi-heure), c’est-à-dire où le courant descendant était annulé par l’arrivée du flot. Le pêcheur barrait la Seine en ancrant son filet au fond et réglait la hauteur des nappes de filet à l’aide du flotteur. Le jour, il fallait pêcher le plus près possible du fond, puisque le poisson voyait le filet ; les nuits sans lune, on pouvait pêcher au ras de la surface, à fleur d’eau. En aval de Rouen, cette pêche se pratiquait de façon quasi identique sous le nom de « pêche à la jetée » pour pêcher les éperlans5. Le tramail était aussi utilisé comme filet dormant pour la pêche dans « les trous » de la Seine. Dans la pêche à l’encollée, surtout destinée à la capture du mulet, on barrait complètement le trou à marée haute avec un tramail attaché à terre, allant du fond à la surface en prenant des précautions afin de ne faire aucun bruit car le mulet a l’ouïe très fine. Une fois le trou barré, le pêcheur frappait la surface de l’eau avec ses avirons6 : le mulet, en tentant de fuir, se maillait dans le tramail.

  • 7 Scènes de la Seine, op. cit., p. 137.

10En filet dérivant, on parle de « pêche à verquer » ou « de tramail dérivant » et de pêche « à rocter ou de roctière ». Ce mode de pêche pratiqué, en aval de Rouen, de jour comme de nuit, était surtout destiné aux poissons migrateurs. Cette pêche s’effectuait au moyen de tramails à deux ou trois cordes souvent reliés entre eux au niveau des « embrellures » (fixations des cordages). La bordée (moitié d’un équipage d’un navire organisée en vue de quart à la mer ou d’une autre activité) était jetée comme « déflot » et dérivait avec le courant de la marée montante. Un des bouts du filet était amarré à l’embarcation par l’intermédiaire d’un filin, la vogue, et l’autre extrémité était reliée à une bouée de jour et à une bouée portant un fanal la nuit. On nommait cette bouée le « quin », sans doute par analogie avec le chien de laisse qui suit son maître. Le pêcheur réglait la hauteur du filet à l’aide de « viraques ». La bouée indiquait au pêcheur la position de l’extrémité du filet qui devait se déployer en formant une sorte de poche, la « anse »7. Les filets maillants étaient utilisés sur la rive septentrionale entre Le Hoc et Tancarville et sur la rive méridionale entre Honfleur et le Marais-Vernier. Ils représentaient 21,25 % des techniques de pêche pratiquées dans la vallée de la Seine entre Saint-Denis-Chef-de-Caux (Sainte-Adresse) et Le Petit-Quevilly. Les techniques de pêche au tramail constituent 32,69 % des pêches passives.

  • 8 La Seine : mémoire d’un fleuve, op. cit., p 89.
  • 9 Scènes de la Seine, op. cit., p. 145.

11Les pièges constituent un second type de techniques de pêche passives. Ils peuvent être mobiles ou fixes. Les pièges mobiles sont formés essentiellement des nasses (sorte de panier d’osier) ou « nassons » (petites nasses) en forme de bouteilles (« botillons »). Elles étaient en osier ou en troène et présentaient différentes formes, mais elles possèdent en général une entrée en forme de goulet, qui se rétrécit vers l’intérieur8. II existait également des « verveux » qui sont des filets de pêche fixes en forme d’entonnoir, soutenus en dedans par des cerceaux et dont l’intérieur est garni d’entonnoirs en goulet faciles à ouvrir à l’entrée, mais obstruant tout passage pour la sortie du poisson. Ils se font en fil de chanvre ou de lin. D’autres instruments comme les « guideaux » étaient utilisés ; il s’agissait d’un filet de pêche en forme de sac, conique à large ouverture, que l’on disposait près des chutes d’eau des moulins, les arches d’un pont (l’entrée s’ouvrant dans le sens du fil de l’eau), et dans lequel le poisson est entraîné par le courant. On utilise ces engins pour la pêche des poissons de fonds, anguilles principalement9. Un dernier type de piège appelé « diable » correspondait à un filet servant pour la capture des harengs et des sprats. On recense 18 utilisations réparties en deux zones : la majorité entre Harfleur et Tancarville et une à Sainte-Gertrude.

  • 10 Ibid., p. 156.
  • 11 La Seine : mémoire d’un fleuve, op. cit., p. 138.

12Pour ce qui concerne les pièges fixes, les plus courants étaient les « gords » et les « bas-parcs » ou étalières. Le nom de « gord » semble venir du scandinave. Le même mot est resté dans le nom de nombreuses rues (chemin du Gord de Rouen, couture du Gord au Petit-Quevilly et puits du Gord à Quillebeuf)10. Il s’agissait de pêcheries fixes composées d’une très grande nasse en jonc (« ponjonc ») ou en osier à plusieurs poches, la dernière servant de réservoir à poisson, et d’un système d’entonnoir en perches de saule plantées dans le fleuve vers l’amont formant un barrage. Un système permettait de relever la nasse pour récupérer le poisson. Les gords étaient principalement destinés à la capture des anguilles. Ils étaient redoutés pour la navigation et l’administration s’employa à les faire disparaître, mais seulement au XXe siècle11. Ils représentaient toutefois une très faible exploitation (3,75 %), liée vraisemblablement à des facteurs topographiques et économiques (leur coût d’établissement était élevé). Les pêcheurs les utilisaient essentiellement dans deux zones : la première entre Quillebeuf et Le Mesnil où on en recensait deux, la seconde en aval de Rouen au Petit-Quevilly (une). Quant aux « bas-parcs » (clôture ou enceinte de pieux et de filets) ou « étalières », il s’agissait de filets établis sur des perches plantées dans le sol et formant une poche. Ils étaient fonctionnels à marée descendante et étaient visités après chaque marée par les pêcheurs à pied.

13Les techniques de pêche passive constituaient 26,92 % des pratiques de pêche. Elles étaient en usage dans deux zones entre Saint-Denis-Chef-de-Caux et Le Petit-Quevilly. Si on trace une ligne entre Saint-Denis-Chef-de-Caux et Hennequeville, on en compte deux ; dans la seconde zone s’étendant entre Quillebeuf et La Mailleraye on en compte douze. Il s’agissait là de la zone majeure d’utilisation de ces techniques.

Les techniques de pêche active

  • 12 Arch. dép. Seine-Maritime, 9 H 129 et 9 H 130, « moules pechees par les hommes de labbaie de Jumie (...)

14On désigne sous le terme de techniques de pêche active celles qui impliquent une action de l’homme sur l’engin au cours de la pêche. Le ramassage, le poussage, le levage, le tirage ou le lancement d’engins sont des techniques de pêche dites actives. Le ramassage est la plus simple des pêches. Il a été largement pratiqué sur les bancs de l’estuaire comme celui de Villerville pour la capture des moules à la main ou avec un râteau. Mais il ne faut pas oublier de citer la moulière située à proximité de Port-Jumièges exploitée par les religieux de l’abbaye. En 1435, des hommes de l’abbaye récoltent des moules dans ce site et utilisent leur bac pour les apporter au monastère12. On ne recensait que deux utilisations de ce type de pêche entre Saint-Denis-Chef-de-Caux et Le Petit-Quevilly.

  • 13 La Seine : mémoire d’un fleuve, op. cit., p. 24.
  • 14 Arch. dép. Seine-Maritime, 9 H 737 et 9 H 739.

15La « senne » ou la « seine de rivage » est, avec l’épervier, l’un des engins le plus anciennement utilisé sous toutes les latitudes du globe. Il l’a été largement en basse Seine. Les endiguements du fleuve l’ont fait disparaître peu après 1900, puisque cette technique nécessitait des berges en pente douce pour pouvoir tirer à terre la senne et son contenu13. La senne d’eau douce est un grand filet rectangulaire (200 à 300 m) et de grande hauteur (jusqu’à 9 m) ; une ligne de flotteurs maintient le haut de la senne, racle le fond ; deux bâtons sur les côtés (les « péronnes ») sont reliés à des haubans qui permettaient de le manœuvrer. Compte tenu du poids important de l’engin, un minimum de quatre à six personnes est nécessaire pour le mouvoir. La méthode la plus courante consiste à fixer une extrémité à terre face à un trou du fleuve dans la berge et à barrer le trou à partir d’un bateau en ramenant progressivement à terre les deux extrémités de la senne. On distinguait les sennes claires à grandes mailles (par exemple au Conihout-de-Jumièges) dites parfois « fintières », « alosières » et « muletières »14, servant à la pêche des fintes, aloses et mulets, des sennes drues à petites mailles destinées principalement à l’éperlan. Elles représentaient 6,25 % des techniques de pêche employées entre Saint-Denis-Chef-de-Caux et Le Petit-Quevilly. Elles étaient en usage dans une zone s’étendant entre Jumièges et Bardouville.

  • 15 La Seine : mémoire d’un fleuve, op. cit., p. 119.
  • 16 Scènes de la Seine, op. cit., p. 146.

16L’épervier est un filet conique comportant des poches (les bourses) repliées vers l’intérieur sur la circonférence inférieure, c’est un engin que l’on jette de la terre ferme (de la berge) ou d’un bateau. Il tombe à plat dans l’eau et capture par surprise le poisson qui se maille ou se prend dans les bourses quand on le remonte15. Il était utilisé par les pêcheurs pour la capture des poissons sédentaires et de l’éperlan. Son usage était prohibé dans la partie maritime du fleuve ; il était alors remplacé par des rets ou des filets16. Ces « rets » (filets) et l’épervier représentaient 23,75 % de toutes les techniques de pêche et presque trois quarts, des techniques actives employées entre Saint-Denis-de-Chef-de-Caux et Le Petit-Quevilly. Cette pêche était donc la pêche plus pratiquée dans la basse vallée de la Seine. Elles avaient lieu dans deux zones : la première entre Saint-Denis-Chef-de-Caux et Graville (15,79 %) et la seconde entre Villequier et Petit-Couronne où l’épervier est mentionné seize fois. Cette dernière est la zone d’exploitation priviligiée de cette technique de pêche.

  • 17 Indéterminées : 2,50 %.

17Ainsi, dans les techniques de pêche active, les rets associés à un bateau sont les plus pratiqués (23,75 %) devant les sennes de rivage (6,25 %) et le ramassage (2,5 %). Quant aux techniques de pêche passive, les guideaux (22,60 %) sont les plus employés devant les filets maillants (21,25 %), les étalières (17,50 %) et les gords (3,75 %). Dans l’ensemble des techniques de pêche, les techniques passives sont employées dans 65 % des cas et les actives 32,50 %17. Mais la pêche la plus pratiquée est une technique active : l’utilisation des rets accompagnée d’un bâteau.

18Après cette revue des techniques de pêche, nous allons présenter l’exemple d’une pêcherie : celle du Roule, entre Vatteville-la-Rue et Aizier.

La pêcherie du Roule

  • 18 Arch. dép. Seine-Maritime, 7 H 953.

19Le dimanche 12 décembre 111218, Roger, abbé de Fécamp accompagné de six de ses hommes, et Robert, comte de Meulan avec son épouse et ses hommes, se sont réunis entre Aizier et Vatteville près de la terre vulgairement appelée par les gens du pays « les bancs ». En commun, ils ont décidé que cette terre serait partagée et divisée par moitié selon ce contrat ; dans le cas où la Seine emporterait un morceau de la rive dans la partie appartenant à l’abbaye de la Sainte-Trinité, l’abbé et les moines reprendraient un morceau de terre dans la zone dépendant du comte de Meulan. De même, si le fleuve enlève une partie de la rive comtale, le susdit comte la récupérera dans le domaine abbatial. En tout cas, ils se sont partagé la terre par moitié, cette décision durerait aussi longtemps que l’eau resterait commune ainsi que les revenus et les profits partagés et divisés en commun par moitié. Le comte de Meulan détiendrait la terre et l’eau dépendant de l’abbaye serait exemptée de dîme. Mais, si la Seine revenait devant Aizier où elle était auparavant, l’eau de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp lui reviendrait sans conflit. La baronnie d’Aizier appartenait à l’abbaye de Fécamp et on voit dans cet acte la façon dont l’abbaye et le seigneur sur l’autre rive organisent le partage des rives fluctuantes.

  • 19 Arch. dép. Seine-maritime, 9 H 403.
  • 20 Ibid.
  • 21 Arch. dép. Seine-Maritime, 9 H 403.

20Pour ce qui est des pêcheries, le premier document est constitué par un accord réalisé entre 1178 et 119019 entre Robert, comte de Meulan, et Robert IV d’Argences, abbé de Jumièges, sur les pêcheries situées entre Vatteville-la-Rue dans les prairies du Roule et en face à Norville. Les parties indiquent que l’abbaye, du don du comte, est la seule à pouvoir y pêcher à marée descendante. Le document précise que les pêcheries portent le qualificatif de florei (fleur) si elles se situent sur la terre comtale ou stultu rete (filet idiot) si elles sont implantées sur la terre de l’abbaye de Jumièges20. Ces dénominations insistent sur le caractère poissonneux ou non de cette installation piscicole. À ce titre, le comte et l’abbé demandent aux gardiens respectifs de leurs pêcheries de préserver les biens de l’un et de l’autre. Les étalières, pêcheries fixes constituées par des pieux garnis de filets ou de végétation, ne peuvent être fichées qu’en commun accord. Si des hommes du comte sont poursuivis par l’abbé, le corps du délit et l’amende reviennent au comte. L’inverse est valable s’il s’agit de tenanciers de l’abbaye. Dans le cas d’un étranger, le partage se fait de manière équitable. En cas de déplacement du cours de la Seine, la terre appartient à celui dont la seigneurie est contiguë comme le prévoit l’ancienne coutume de l’eau. En dernier lieu, si le comte fait ficher des pieux sur sa moitié, il donne soixante pieux, en provenance de son bois, à l’abbé pour qu’il en fasse de même21.

  • 22 Bibl. mun. Rouen, Y 51 fo 68vo et 69.

21En 1214, il fut reconnu que ces étalières existaient entre Aizier et Vatteville à l’endroit même où la Seine laissait place au marais et là où elle avait son cours depuis longtemps. Le comte de Meulan jouissait de la moitié de cette pêcherie en raison de la coutume de la pêche et l’abbé de Fécamp de l’autre moitié ; l’eau était également commune au comte et à l’abbé. De même, ils avaient reconnu que lorsqu’il y aurait une quelconque vente de bois dans la forêt du comte suivie d’un chargement de cette marchandise dans des navires, le comte percevrait la moitié du droit prélevé sur l’empilement du bois (« le pillage ») et l’abbé obtiendrait l’autre22.

  • 23 Arch. dép. Seine-Maritime, 9 H 4 f° 342v.
  • 24 Arch. dép. Seine-Maritime, 16 H 322.
  • 25 Joseph R. Strayer, The Royal Domain in the Bailliage of Rouen, Londres, Variorum, 1976, p. 104.
  • 26 Arch. dép. Seine-Maritime, 16 H 322.

22On convint ensuite que, quels que soient les changements de lit, la terre de chacun s’étendrait toujours jusqu’à l’eau, suivant la coutume. Quant à la pêche, les bornes en étaient déterminées, tous les ans, par « cent vingt pieux fichés au milieu du fleuve »23. Par la suite, les pêcheries du lieu apparaissent simplement de manière épisodique dans les sources. Un inventaire24 du XVIIe siècle indique une donation et remise « des deubs au prévost de Vasteville a cause des estallieres de la Viguaye et du Blanc poisson » réalisée en 1236. Vers 1260, un document intitulé « L’état des domaines du Roi dans le bailliage de Rouen » mentionne le lieu de « Boute avant » appartenant à « l’ennor » de Brotonne et « l’estalliere de la Vigoie » (du Boute avant)25. Dans la première moitié du XIVe siècle, vers 1340, le bailli de Rouen ordonne au vicomte de Pont-Audemer de payer à l’abbaye de Saint-Wandrille les arriérés et la dîme de « l’étallière de la Viguaie se trouvant devant Vatteville » conformément à un mandement de la chambre des Comptes donné à Paris26.

  • 27 Ibid.
  • 28 Arch. dép. Seine-Maritime, 16 H 128.

23L’aveu et dénombrement du 28 mars 1525 démontre que les religieux de Jumièges conservent ce droit et la juridiction sur les pêcheurs, leurs engins et leurs filets, auxquels il faut ajouter la seigneurie de l’île Pelée où étaient implantées les étalières de la Vigaye27. À la fin du XVIe siècle, en 1583, dans un aveu du fief du Vuy-Poignant, Jean de Moy prétend jouir à Vatteville de divers droits au sud du fleuve, dans les eaux du bailliage de Rouen. Il pouvait recevoir tout le poisson capturé dans les pêcheries du roi, sauf les cinq poissons royaux. En outre, il obtenait une marée de poissons blancs dans « les estaulz » du roi de quinze jours en quinze jours28.

  • 29 BnF, ms lat. 4653, f° 91v°.
  • 30 Arch. dép. Seine-Maritime, 9 H 402,9 H 403, 9 H 404 et 9 H 420.

24Il est intéressant de signaler que dès le XIIIe siècle le Graél de Vatteville29, sorte de registre-terrier contenant la liste des usagers de la forêt de Brotonne avec une indication précise de leurs redevances, mentionne le prélèvement que les religieux de Jumièges réalisaient dans la dite forêt pour leurs pêcheries. Il s’est déroulé entre le XIIIe siècle et le XVIe siècle et a même perduré bien après. Ainsi, ils disposaient chaque année de soixante petits hêtres destinés à créer des pieux afin de ficher leurs pêcheries comme cette étalière de la Vigaye lorsqu’elle se trouvait à Norville sur leur domaine abbatial30 : « item ilz ont acoustume pour lestaliere de la Vigaye LX hestriaux ».

  • 31 Abbé Cochet, La Seine-Inférieure historique et archéologique, Paris, 1866, p. 490-491. En 1859, au (...)
  • 32 L’apport de la carte topographique IGN, série bleue 1125000 1911 OT serait judicieux.
  • 33 Voir Jean Adigard des Gautries, Les Noms de personnes scandinaves en Normandie de 911 à 1066, Lund (...)

25D’un point de vue archéologique, à lexception d’une découverte fortuite réalisée au XIXe siècle31, aucune découverte ancienne ou récente n’a été signalée dans ce secteur. Néanmoins, une nouvelle piste vient enrichir l’état des connaissances actuelles et motive la mise en place de prospections fluviales. Une récente mission photographique aérienne de l’estuaire en hélicoptère a été menée par l’Agence de l’eau et a permis de repérer les vestiges d’un aménagement composé de plusieurs lignes de pieux que l’auteur de la mission aérienne localiserait dans le secteur de Norville/Vatteville-la-Rue. Nous prenons bien sûr avec précaution l’attestation et l’identification de ces vestiges. Malgré cette localisation incertaine, cet indice de site mérite d’être repéré en surface, localisé précisément, identifié, analysé et daté32. À première vue, il présenterait toutes les caractéristiques d’une pêcherie en « V » classique. Jusqu’à présent, parmi les traces laissées par la construction d’un tel aménagement de pêcherie, il ne resterait que la toponymie pour l’attester33.

26Plus de la moitié des pêcheries fluvio-maritimes de la basse vallée de la Seine étaient donc détenues par des abbayes entre le XIe et le début du XVIe siècle ; et la seigneurie la plus puissante était l’abbaye de Jumièges. Ces installations piscicoles furent souvent l’objet de conflits entre les autorités ecclésiastiques et laïques possessionnées dans cette zone. Parfois deux abbayes se sont disputé une même pêcherie ou, dans d’autres cas, une abbaye s’est affrontée à un comte ou même au roi. Le cas des étalières de la Vigaye est un exemple typique où les seigneurs laïcs ou ecclésiastiques se partagent les revenus dont ils jouissent sur cette installation halieutique.

27Comme on l’a évoqué, différentes techniques de pêche sont utilisées, mais les plus exploitées sont celles où l’homme est peu acteur, puisque les techniques passives représentent deux tiers des utilisations. Mais il faut quand même nuancer le propos, parce que la pêche la plus pratiquée entre Saint-Denis-Chef-de-Caux et Le Petit-Quevilly est celle où l’homme lance ses filets tel l’épervier depuis la berge ou un bateau. En tout cas, les hommes ont compris très tôt l’importance du poisson, ont développé ingénieusement les techniques variées permettant de l’attraper et, en conséquence, ont influé fortement sur l’aménagement du cours de la Seine.

Notes

1 Voir « Compte-rendu du séminaire archéologique de l’Ouest portant sur l’archéologie des pêcheries », DRAC de Caen, 27 avril 2005.

2 Les pêcheries dans le nord Cotentin, SRA Basse-Normandie, 2006.

3 Voir pour le détail, les tableaux dans ma thèse L’anthropisation de la vallée de la Seine, sous la dir. d’A.-M. Flambard Héricher.

4 A. Joubert et al. (dir.), La Seine : mémoire d’un fleuve, Paris, Parc naturel régional et Société d’éditions régionales, 1994, p. 34.

5 A. Joubert et al. (dir.), Scènes de la Seine, Association des conservateurs de Haute-Normandie, p. 129.

6 La Seine : mémoire d’un fleuve, op. cit., p. 67.

7 Scènes de la Seine, op. cit., p. 137.

8 La Seine : mémoire d’un fleuve, op. cit., p 89.

9 Scènes de la Seine, op. cit., p. 145.

10 Ibid., p. 156.

11 La Seine : mémoire d’un fleuve, op. cit., p. 138.

12 Arch. dép. Seine-Maritime, 9 H 129 et 9 H 130, « moules pechees par les hommes de labbaie de Jumieges », et 9 H 128 « un sergent venait a Jumieges pour les moules mure ».

13 La Seine : mémoire d’un fleuve, op. cit., p. 24.

14 Arch. dép. Seine-Maritime, 9 H 737 et 9 H 739.

15 La Seine : mémoire d’un fleuve, op. cit., p. 119.

16 Scènes de la Seine, op. cit., p. 146.

17 Indéterminées : 2,50 %.

18 Arch. dép. Seine-Maritime, 7 H 953.

19 Arch. dép. Seine-maritime, 9 H 403.

20 Ibid.

21 Arch. dép. Seine-Maritime, 9 H 403.

22 Bibl. mun. Rouen, Y 51 fo 68vo et 69.

23 Arch. dép. Seine-Maritime, 9 H 4 f° 342v.

24 Arch. dép. Seine-Maritime, 16 H 322.

25 Joseph R. Strayer, The Royal Domain in the Bailliage of Rouen, Londres, Variorum, 1976, p. 104.

26 Arch. dép. Seine-Maritime, 16 H 322.

27 Ibid.

28 Arch. dép. Seine-Maritime, 16 H 128.

29 BnF, ms lat. 4653, f° 91v°.

30 Arch. dép. Seine-Maritime, 9 H 402,9 H 403, 9 H 404 et 9 H 420.

31 Abbé Cochet, La Seine-Inférieure historique et archéologique, Paris, 1866, p. 490-491. En 1859, au lieu-dit Le Roule, des ouvriers ont rencontré une marmite en bronze avec anse de fer, contenant un chandelier ou porte-lampe.

32 L’apport de la carte topographique IGN, série bleue 1125000 1911 OT serait judicieux.

33 Voir Jean Adigard des Gautries, Les Noms de personnes scandinaves en Normandie de 911 à 1066, Lund, Blom, 1954.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : possesseurs de pêcheries au Moyen Âge de Saint-Denis-Chef-de-Caux au Petit-Quevilly
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9978/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende Fig. 2 : les techniques de pêche au Moyen Âge de Saint-Denis-Chef-de-Caux au Petit-Quevilly
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9978/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 641k

Auteur

Université de Rouen, GRHIS
Doctorant de l’université de Rouen sous la direction d’A.-M. Flambard Héricher. Sa thèse porte sur L’anthropisation médiévale des rives de la Seine entre Rouen et Le Havre.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540