Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

Ire Partie. Identité normande

Aux marges du « Bessin potier », l’atelier de Jurques et ses productions de grès aux XIXe–XXe siècles

Philippe Bernouis et Bruno Fajal

Texte intégral

  • 1 Fajal, 1998b ; Bernouis et Fajal, 2000 ; Flambard Héricher, 2002.
  • 2 Fajal, 1998a.
  • 3 Parcelle ZC 33. Nos vifs remerciements à Jean-Yves Brécin, propriétaire du terrain, qui a signalé (...)
  • 4 No de site : 14.4.01.347.002. Coord. Lambert : 375,6 × 1152, 25.

1La production de grès en Basse-Normandie s’est essentiellement cristallisée dans quelques centres potiers dont la période d’activité s’étend de la fin du Moyen Âge à la première moitié du XXe siècle et qui sont aujourd’hui assez bien documentés1 (fig. 1, A). Ces centres producteurs dont l’organisation, au moins pour l’un d’eux, est de type proto-industriel2, ne doivent pas faire oublier l’existence d’établissements secondaires, marginaux, dont l’activité et les produits, inédits ou peu connus, sont à mettre en lumière. L’atelier de la Sauvegarde, situé à environ 1 km au nord-est du bourg de Jurques (Calvados), est de ceux-là (fig. 1, B, C, D). Les travaux de terrassement qui y ont été effectués ont conduit à la mise au jour des vestiges d’un four de potier3. Le propriétaire du site a très aimablement signalé ses découvertes et une fouille de sauvetage a pu être réalisée en novembre 1987 et en mars 1988, avant l’arasement de ces vestiges4.

L’activité potière à Jurques dans le courant du XIXe siècle

  • 5 En 1837, il existait deux poteries occupant dix ouvriers et cuisant 20 fournées par an (« Statisti (...)
  • 6 Dans la parcelle D 275, au hameau de La Sauvegarde, un four à pots est porté comme construction ne (...)
  • 7 Les potiers ont toujours privilégié l’accès au combustible par rapport à celui de l’argile à grès.
  • 8 Le passé chaufournier de Jurques est bien attesté par la bibliographie (Seguin, 1810, p. 117-118), (...)
  • 9 Enquête ethnographique de Marthe Moricet à Jurques, 1950, notes déposées au musée de Normandie. Ce (...)
  • 10 Morière, 1856, p. 10.
  • 11 Morière, 1847, p. 554.
  • 12 Enquête de Marthe Moricet, note 4.

2L’activité potière de Jurques a laissé peu de traces dans les sources documentaires. Néanmoins, on sait qu’au cours du XIXe siècle deux poteries sont attestées dans la commune5. Une seule est mentionnée dans les matrices du cadastre napoléonien, celle qui fait l’objet de la présente étude6. L’autre n’a pas encore été localisée. L’origine de cette activité potière est sans doute à mettre en relation avec la présence de ressources locales en combustible7. Les bois et les landes qui se trouvent dans la partie méridionale de la commune expliquent aussi l’implantation de nombreux fours à chaux8. À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, on employait aussi dans la poterie de la Sauvegarde, semble-t-il, du bois de rebut venant de la forêt de Cerisy9. Quant à l’argile, elle proviendrait de Noron-la-Poterie10 et, probablement aussi, d’une commune plus proche, celle de Neuilly-le-Malherbe11. Une partie de la production de Jurques devait être livrée à Noron-la-Poterie12. Ces liens étroits avec les poteries du Bessin pourraient dénoncer l’origine d’une activité potière à Jurques : il est possible que ses premiers potiers soient venus de Noron ou du Tronquay pour créer de nouveaux établissements.

  • 13 Séance tenue à Aunay le 15 déc. 1849, Annuaire des cinq départements de la Normandie, 1851, p. 37.

3Les produits fabriqués à cet endroit étaient, dit-on, appréciés des agriculteurs de la région d’Aunay-sur-Odon ; ils consistaient surtout en ustensiles de laiterie (terrines, pots à crème, pots à beurre…), en pots pour les salaisons, bouteilles et cruches13.

  • 14 Arch. dép. Calvados, 3 P 4679, fo 187.
  • 15 Després, 1973, p. 40.
  • 16 Selon les rôles de patentes de 1882, 1891 et 1900, la poterie de Prosper Thomas est taxée pour un (...)
  • 17 Arch. dép. Calvados, 3 P 4679 - 4680 ; enquête de Marthe Moricet, note 4.

4La poterie de la Sauvegarde est mentionnée dans le cadastre à partir de la fin des années 187014. Prosper Thomas, qualifié d’« ouvrier potier », puis de « fabriquant de poterie de terre à la Sauvegarde », en était le propriétaire exploitant. Au milieu du XIXe siècle, « Jacques fils Pierre » Thomas – probablement le père de Prosper Thomas – était potier à Jurques ; il s’était marié au Tronquay en 1831 où il devait apprendre le métier de potier avant de retourner à Jurques15. Prosper Thomas fut le dernier potier de la commune. Il mourut en 1915. Ainsi, cette poterie semble n’avoir fonctionné qu’à peine une quarantaine d’années, soit le temps de la carrière professionnelle du potier16. Indiqué comme « construction neuve » dans le cadastre en 1878, le « four à pot » de cette fabrique fut porté « à ruines » en 1914 avant d’être démoli vers 1945-194617.

Les observations archéologiques

5La poterie se composait d’un corps de bâtiment faisant office d’habitation et d’annexes (fig. 1, C, D). À l’ouest de l’actuelle maison se trouve une cave ayant servi à l’exploitation de la poterie. En faisant des travaux d’aménagement, le propriétaire du terrain y a recueilli plusieurs pots en grès disposés de manière à constituer les limites d’une fosse à terre encore remplie d’argile à pot (à l’angle nord-ouest de la pièce) ; plusieurs autres poches d’argile y ont été localisées. Cette pièce comportant un terrier devait être l’emplacement de l’atelier proprement dit.

  • 18 Flambard Héricher, 2002, p. 341 (d’après Lailler, 1944). Poulet, 2000, p. 647.

6À l’est de l’habitation, un grenier a pu faire office de séchoir comme en témoignent son plancher ajouré composé de perchis et une pièce, aujourd’hui cave-débarras, au rez-de-chaussée, qui devait constituer la « loge » devant le four à pots. Les portes d’enfournement de ce four et d’un four à pain s’ouvraient dans son mur oriental. Cette disposition permettant l’accès à l’entrée du four depuis l’intérieur d’un bâtiment couvert, « la loge », est connue dans le Bessin et ailleurs18.

Le four à pots

7Le four est accolé juste à l’est du corps de bâtiment. Avant sa découverte fortuite, ses restes étaient recouverts d’un remblai formant couche de démolition-abandon. Un sondage de 4 × 3 m a fait apparaître une partie de son plan (fig. 2).

Fig. 1 : L’atelier de la Sauvegarde dans son contexte régional et local (A, B) ; plan au sol de la poterie (C) et état des bâtiments en 1987 (D).

Fig. 2 : L’emplacement du four à pots dans l’atelier de la Sauvegarde (A) ; vue supérieure du cendrier et du début du foyer (B) ; plan au sol et coupe longitudinale des restes du four (C) ; un élément de comparaison, le four à pots du type « Noron », au milieu du XIXe siècle (D).

8C’est un four longitudinal, orienté ouest-est (foyer à l’ouest), mesurant environ 1,80 m de largeur à l’entrée du laboratoire. Les parois nord et sud sont construites en mœllons de schiste grossièrement équarris. Le mur nord, épais d’environ 1 m, est conservé par endroits sur quatre assises, au plus. Il change légèrement d’orientation, à deux reprises, en direction de l’est (fig. 2, C). La longueur de ce four n’a pu être reconnue ; les restes de la suite de la chambre de cuisson et de la cheminée du four étaient alors inaccessibles, dans le pré voisin.

9Sous les remblais accumulés dans l’emprise du four détruit, deux états de soles ont été reconnus (fig. 2, C, plan et coupe longitudinale). La sole supérieure S1 est constituée d’une couche d’argile cuite épaisse de 5 à 8 cm, sur une sorte de radier formé d’un mélange de tessons et d’argile rubéfiée de 3 à 8 cm d’épaisseur. La sole S2 observée sous S1 est beaucoup plus épaisse : une couche d’argile rubéfiée de 5-10 cm est établie sur un hérisson de 20 à 25 cm d’épaisseur formé d’un mélange de tessons, d’argile et surtout de morceaux de parois de four en torchis. S2 reposait sur le substrat composé de schistes en décomposition. Ces deux soles présentaient un pendage ascendant d’ouest en est, d’environ 15 %. Des blocs de torchis rubéfiés et vitrifiés sur une face, retrouvés sur le site, appartenaient sans doute au bâti du four exposé à la flamme. Un cendrier obturé par le rebouchage du mur de l’atelier précédait le foyer ; la coupe indique une superposition de couches d’argile (4 couches) dont les deux supérieures sont vitrifiées (fig. 2, C, coupe). Un muret d’argile cuite, épais d’environ 5-6 cm, sépare le foyer de la chambre de cuisson (fig. 2, C, M1). Le cendrier est construit en briques mécaniques formant un petit bac de dimensions intérieures de 0,50 m (est-ouest) × 0,60 m (fig. 2, B). Certaines briques, marquées de l’inscription « A. P. R » dans un cartouche, proviennent de l’une des briqueteries du Tronquay, celle d’Auguste Prosper Rocquancourt. Elles ont été fabriquées vers la fin du XIXe siècle et corroborent ainsi ce que les sources écrites, notamment les matrices cadastrales, livrent sur l’histoire de l’atelier.

  • 19 Morière, 1847, plan au sol du « Four à poterie employé à Noron » (pl. VI hors texte) ; Flambard, 2 (...)
  • 20 Morière, 1847, coupe longitudinale du four de Noron (pl. V hors texte).

10Ce four intermittent à flammes directes, on l’a vu, est de type longitudinal. Il partage avec les fours du XIXe siècle utilisés dans les centres potiers du Bessin, incontestablement, des éléments de leur plan au sol (fig. 2, C, D)19. En revanche, il diffère nettement de ces derniers si l’on considère la pente de la sole du laboratoire (environ 15 %) et, par conséquent, la forme et les dimensions de la cheminée. Les fours à pots contemporains de Noron ont, eux, une sole horizontale20. Un sondage réalisé dans la partie postérieure du four, incluse dans le talus, permettrait sans doute de préciser sa forme et d’enrichir, le cas échéant, la palette de comparaisons typologiques.

Des objets pour produire et des productions

11Même s’il est relativement peu abondant, le mobilier recueilli n’en présente pas moins un grand intérêt archéologique. En effet, en s’inscrivant dans les seules limites topographiques de la maison et de l’atelier, il offre les avantages et la cohérence de « l’ensemble clos », du point de vue archéologique. En ce qui concerne sa datation, il se place dans une fourchette chronologique resserrée et précise (1877-1914), entre la mention dans la matrice cadastrale de la création de l’établissement et la date d’enregistrement de l’abandon du four. Enfin, parce qu’elles sont situées aux confins de l’archéologie et de l’ethnographie, ces sources matérielles de l’histoire contemporaine de l’artisanat ont été jusque-là presque ignorées, si l’on excepte les collections du musée de Normandie.

  • 21 Les tabatières sont aussi appelées « touines », « secouettes » ou encore « pétuniers ». Les « Père (...)

12Les dépotoirs de l’atelier, sous réserve qu’il y en ait eu, n’ont pas été reconnus, faute de temps. Seul le matériel provenant de l’intérieur du four, de ses abords immédiats, ainsi que celui qui a été prélevé ponctuellement par le propriétaire à l’intérieur des bâtiments, a été étudié. L’ensemble peut être scindé en plusieurs groupes fonctionnels : les moules ; le matériel d’enfournement ; le mobilier domestique ; les tabatières, dont des « Père-la-colique » ou des « Mère-la-colique »21 ; les autres formes et quelques indéterminés. Toutes les pièces produites dans cet atelier sont des grès à pâte rouge foncé, à l’instar de ceux qui sont fabriqués à Noron-la-Poterie. L’échantillon du mobilier prélevé lors de la fouille, enrichi par celui fourni par le propriétaire, ne peut pas être considéré, du point de vue quantitatif, comme représentatif de l’ensemble de la production de la Sauvegarde.

Les moules en plâtre

  • 22 Notons que sous ce vocable de « Père-la-colique » se cache un autre objet, à la forme et aux dimen (...)

13La découverte, dans un atelier abandonné au début du XXe siècle, de moules en plâtre bien conservés, alors qu’ils sont par essence fragiles aux chocs et à l’humidité, est heureuse et inespérée. Dix-huit moules en plâtre ont été retrouvés et répertoriés. Sept d’entre eux, bivalves, ont servi à fabriquer des « touines », tabatières rondes et plates traditionnelles ainsi que des tabatières anthropomorphes – autrement appelées « Père - [ou mère -] la-colique »22 – ou zoomorphes (fig. 4, 8 et 9). Les onze autres ont servi à estamper des décors représentant pour certains des bouquets de fleurs et pour d’autres différents personnages : Napoléon 1er en buste, un homme assis tenant un pichet, etc. (voir infra et fig. 3 et 8).

Le matériel d’enfournement et d’encastage

  • 23 Poulet, 2000, p. 251-252 ; l’auteur désigne ces pièces d’enfournement sous le nom de « monteux ».
  • 24 Ibid., p. 252.
  • 25 Diderot et D’Alembert, Arts de la céramique, pl. VIII.

14Les fouilles d’ateliers livrent généralement peu d’objets destinés à l’enfournement et à l’encastage. L’atelier de la Sauvegarde a fourni un ensemble de pièces assez plates, à la paroi épaisse, probablement utilisées à l’intérieur du four pour le calage des piles de pots ou comme pièces intermédiaires entre les pots (fig. 5, A à G)23. Un autre vase s’apparente à un « pot à sel » (fig. 5, N)24, que les potiers plaçaient à l’intérieur du four pour que le sel se volatilise sous l’effet de la chaleur et vienne recouvrir, en une fine pellicule, les pots enfournés en leur donnant un aspect glaçuré. Les pièces H, I, J, K de la figure 5 sont des « cazettes », dont la vocation est de protéger de petites pièces comme les touines du contact direct de la flamme. Des cazettes aux formes voisines se trouvent dans l’Encyclopédie Diderot25. Le classement dans cette catégorie d’objets de la pièce « I » s’est heurté à quelques difficultés, dont la principale était la présence de trous à la fois dans les parois et dans le fond du vase. Était-ce alors un égouttoir à fromage ? La pièce « O » en forme de rondelle est une « montre témoin ». En effet, en fin de cuisson, les potiers introduisaient par un trou aménagé dans la paroi du four cette pièce d’argile, alors crue, pour vérifier après quelque temps, par comparaison, l’état de cuisson de la fournée.

Fig. 3 : Plusieurs moules en plâtre de tabatières (50, 55), de décors en applique (11, 10, 9) et quelques moulages de décors ou de personnages réalisés en plastiline (39, 47, 57, 58, 63) ou en terre crue (12).

Fig. 4 : Moule bivalve en plâtre de Père-la-colique (51 A et B) et le moulage obtenu en plastiline (59 A et B). Autres moulages en plastiline (37 A et B, 60).

Fig. 5 : Matériel d’enfournement et d’encastage utilisé par les potiers pour l’agencement et la stabilisation des objets à cuire dans le four ou le contrôle de la température de cuisson (en particulier O).

Fig. 6 : Différentes pièces céramiques utilisées en particulier pour les produits laitiers (A, E, F, G, H) et pour la viande et les conserves (B, C, D).

Les céramiques domestiques : le lait et la maison

  • 26 Objets civils et domestiques, 1982, p. 20, no 88. Il s’agit d’un pot à égoutter la crème, en grès (...)
  • 27 Ibid., no 85 (pot à crémer en grès très vraisemblablement fabriqué dans le Bessin).
  • 28 Une vingtaine de patronymes de potiers du Bessin au XIXe siècle ont la lettre « G » comme initiale (...)

15La poterie liée à la transformation du lait, signalée pour l’essentiel par Morière dans l’Annuaire normand, est présente dans le mobilier de La Sauvegarde. Il s’agit de pièces de grandes dimensions (de l’ordre de 30 cm de hauteur), comportant à la base un petit trou pour l’évacuation du petit lait (fig. 6, A, et fig. 10, M)26. Les terrines évasées ansées (fig. 6, E et F)27 ou sans anse (fig. 6, G et H), sans exclure d’autres usages, sont principalement utilisées comme des « pots à crémer ». On y mettait du lait et, après un temps de repos, on recueillait à la surface la crème à l’aide d’une louche. Cette méthode pour produire de la crème nécessitait sans doute l’utilisation – et donc la production – d’un grand nombre de vases, dans un Bessin dévolu à la transformation du lait depuis le début de l’époque moderne. L’invention de l’écrémeuse centrifuge contribuera à réduire la production de ces terrines à partir de la fin du XIXe siècle, même si leur usage individuel pour le traitement de petites quantités de lait perdurera encore quelque temps dans les fermes du Bessin et du Bocage bas-normand. D’autres poteries relèvent de l’équipement domestique. Ce sont des pots de grandes dimensions, destinés à la conservation des denrées alimentaires (le porc, le beurre, etc.), autrement appelés « mahons » pour les moins grands et « tines » ou encore « sinots » pour les autres (fig. 6, B et C). La cidriculture a également influé considérablement sur la production céramique des ateliers de potiers bas-normands. Jurques n’a pas échappé à la règle comme le montrent la présence de brocs (fig. 7, H), différents types de bouteilles, pour le cidre, le poiré ou encore les eaux-de-vie (fig. 7, I, J, K, L). D’autres formes sont également des poteries pour la table, comme la soupière et son couvercle (fig. 7, E), la cafetière (fig. 7, G), un petit pot ansé – à lait ? – (fig. 7, F). Un petit pot cylindrique (pot à confiture ou à miel, avec un bord « en poulie », probablement pour fixer un linge protecteur) présente la seule estampille du lot de terres cuites de la Sauvegarde (fig. 7, D). Il s’agit des initiales « J. G » d’un individu qui n’a pas été identifié28. Il n’est pas exclu que ces initiales soient celles d’un client, et non d’un potier. Une dernière série de grès se rapporte à l’éclairage dans la maison. Ce sont des bougeoirs, des pièces basses dotées en leur centre d’une sorte de collerette crénelée de 6 à 7 cm de diamètre, pour recevoir la chandelle (fig. 7, A, B, C).

Fig. 7 : Différentes pièces céramiques utilisées dans le cadre domestique, en particulier pour les potages (E), les boissons (G, H, I, J, K, L) ou l’éclairage (bougeoirs A, B, C).

Fig. 8 : Les tabatières rondes et leurs décors variés (1 à 33). Moulages en plastiline de tabatières (46, et le recto-verso 42-43).

Fig. 9 : Les tabatières zoomorphes (5-6 ; 34-35), les Père-la-colique (27 ; 21-28) et quelques têtes de petits personnages provenant de Père-la-Colique ou de bouchons de bouteilles.

Fig. 10 : Diverses pièces céramiques : des tuyaux de conduite (A, B et peut-être F), des crépines ou beurriers ? (C, D) ; des formes en entonnoir (G, H, I) ; deux indéterminés (J, K) et un vase en remploi (cazette, M).

Les tabatières

16La présence de tabatières est une des singularités des productions de l’atelier. Ces objets, regroupés dans les figure 8 et 9, ont des formes, des dimensions et des décors variés. On distingue deux grands types morphologiques. Les tabatières rondes et plates, d’une part, et les tabatières anthropomorphes et zoomorphes, d’autre part.

17Les premières sont approximativement de deux tailles différentes. Elles peuvent être lisses (fig. 8, no 8), ou décorées sur une seule face, avoir le même décor sur les deux faces ou en avoir deux différents. La palette des décors ne surprend pas. On trouve le coq (fig. 8, no 42), le chien (fig. 8, no 2 ; no 7), le lion (fig. 8, no 15), le cheval et son cavalier (fig. 8, no 1) ; un lapin poussant une brouette bien pleine (fig. 8, no 33). Les motifs floraux sont également présents : un médaillon floral : un chardon ? (fig. 8, no 3) ; une tulipe (fig. 8, no 4) ; une sorte de bouquet stylisé (fig. 8, nos 24, 46) ; une fleur à cinq pétales (fig. 8, no 25).

18Les secondes ne dépassent généralement pas la dizaine de centimètres. Il s’agit de chats (fig. 9, no 5-6) ; de chiens (fig. 9, no 34-35) et des fragments de « Père-la-colique » (fig. 9, no 27, nos 21-28), déjà évoqués dans le paragraphe consacré aux moules en plâtre et dans la figure 4.

Autres formes et indéterminés

19La figure 10 réunit divers objets ; certains d’entre eux sont nettement identifiables, comme les éléments de tuyaux de conduite d’eau (fig. 10, A et F) ou encore les entonnoirs (fig. 10, G et H) utilisés, notamment, pour verser du lait ou pour le filtrer, lorsqu’ils sont recouverts d’un linge. D’autres pièces ont un usage plus incertain (lié toutefois aux liquides), même si leurs formes et leurs attributs orientent les interprétations. Les objets C, D, E (et peut-être l’objet B, incomplet) de la figure 10 sont ouverts aux deux extrémités. Utilisés verticalement, C et D pourraient se trouver collerette en bas dans des bacs, les trous permettant l’évacuation des liquides ou collerette en haut – des beurriers – comme le suggère Christophe Maneuvrier. Trois autres objets demeurent problématiques : I, incomplet, n’a pas la forme d’un entonnoir ou d’une « tèle » mais plutôt d’une embouchure d’un vase qui peut être une forme fermée ; J et K semblent bien orientés, à plat. Le pot M est un exemple tout à fait intéressant de réutilisation d’une poterie à d’autres fins. Il s’agit d’un pot à égoutter la crème qui, soit comme rebut de fabrication, soit comme objet domestique, est détourné de sa fonction initiale (ou prévue) pour servir de cazette. Sur le bord de ce pot se trouvent des petits « pâtons » de terre qui peuvent servir pour le calage d’une plaque d’enfournement ou encore pour empêcher le contact entre les bords des pots, s’ils sont superposés, celui du haut retourné « bord à bord » sur celui du bas.

20Enfin, le musée de Normandie, à Caen, possède dans ses collections une poterie marquée qui pourrait bien avoir été fabriquée dans l’atelier de Jurques. Il s’agit d’un pot à deux anses, sans doute une commande passée à l’occasion d’un mariage ou d’un baptême (fig. 11).

Fig. 11 : vase à fleurs portant l’inscription « Marie Jurques 8 7bre 1900 », hauteur : 315 mm. Collection musée de Normandie, Caen.

21Les enseignements à tirer de la fouille de sauvetage de ce modeste atelier producteur de grès sont nombreux. L’étude du site de la Sauvegarde et de son mobilier pose un jalon typo-chronologique pour des productions délaissées par l’archéologie traditionnelle, faute de moyens d’intervention et faute d’enquêtes suffisamment poussées. Les objets exhumés sont particulièrement intéressants, avec de nombreuses formes inédites ou peu connues, l’ensemble étant constitué dans une fourchette chronologique à la fois resserrée et précise.

22Il importe enfin de s’interroger sur la logique d’implantation de cette petite unité artisanale à Jurques. Située aux marges du Bessin, cette commune peut sembler à l’écart des principaux marchés. Pourtant, la poterie de la Sauvegarde est établie sur le bord d’une voie de communication ancienne (Caen-Vire et au-delà) qui était jalonnée d’un chapelet de fours à chaux. Jurques était un lieu de rupture de charge très fréquenté et l’atelier de potier pouvait ainsi facilement diffuser ses produits céramiques dans les fermes du Bocage, encore densément peuplé à la fin du XIXe siècle.

Bibliographie

Bibliographie

Amusant Musée, http://www.amusantmusee.com/musee-jouet

Bernouis Philippe, Le four de potier du Placître, Ger (Manche), rapport de fouilles dactylographié, Service régional de l’archéologie de Basse-Normandie, 1987, 60 p.

Bernouis Philippe et Fajal, Bruno, « L’artisanat du grès à l’époque moderne à Ger (Manche), l’atelier de Perroux », L’archéologie dans la Manche : fouilles et recherches récentes (1990-1999), textes réunis par Dominique Cliquet, actes de la journée archéologique du 15 décembre 1997, Saint-Lô, Société d’archéologie et d’histoire de la Manche,» Études et documents », no 13, 2000, p. 213-221.

De l’usuel à l’inutile. Poterie de Normandie XVII e -XX e siècles, catalogue de l’exposition du musée de Normandie, Caen, Éditions de l’Albaron, 1993, 134 p.

Després François, Les potiers de Noron et du Tronquay, mémoire de maîtrise sous la dir. de M. de Boüard, Caen, UER d’histoire, 1973, 94 p.

Diderot et D’Alembert, « Arts de la céramique », Recueil de planches, L’Encyclopédie, Barcelone, Inter-Livres (rééd.), s. d.

Fajal Bruno (1998a), « Le centre potier de Ger (Manche) au XVIIIe siècle : contribution à la définition d’une industrie rurale », Le monde rural en Normandie, actes du XXXIIe congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Gisors, 2 au 5 octobre 1997, Caen, musée de Normandie, « Cahiers des Annales de Normandie », vol. 3, 1998, p. 363-376.

–, (1998b), « Une communauté de potiers normands du XVe au XIXe siècle (Manche), statuts et règlements du centre de Ger », Histoire et sociétés rurales, no 10, 1998, p. 239-263.

Flambard Héricher Anne-Marie, Potiers et poteries du Bessin. Histoire et archéologie d’un artisanat rural du XIe au XXe siècle, en Normandie, Caen, Publications du CRAHM, 2002, 407 p.

Lailler Daniel, Le centre potier de Noron-La-Poterie. Enquête des Arts et traditions populaires, mémoire dactylographié, musée des ATP, Paris, 1944.

Morière Jules, « L’industrie potière dans le département du Calvados. Essai sur la poterie de Noron », Annuaire des cinq départements de la Normandie, 1847, p. 517-555 + pl. hors texte.

–, « Le département du Calvados à l’Exposition universelle de Paris en 1855 », Annuaire de l’association normande, 1856, p. 10.

Objets civils et domestiques, Inventaire général, Paris, Imprimerie nationale, 1984, 632 p.

Objets (Les) du tabac, http://www.tabacollector.com/index2.htm,rubrique « conserver - transporter », page « secouette scatologique en grès au sel ».

Père-la-colique, page web du Centre audiovisuel et informatique, université de Paris III, http://www.cavi.univ-paris3.fr/phalese/aragon/perelacolique.htm

Pillet Marc, Potiers et poteries populaires en France, Paris, Dessain et Tolra, 1982, 205 p.

Poulet Marcel, Poteries et potiers de Malicorne (Sarthe). Grès et terres vernissées, chez l’auteur, 89110 Merry-La-Vallée, 1989, 140 p.

–, Poteries et potiers de Puisaye et du Val de Loire XVIe-XXe siècle, chez l’auteur, 89110 Merry-La-Vallée, 2000, 671 p.

« Séance tenue à Aunay le 15 déc. 1849 », Annuaire des cinq départements de la Normandie, 1851, p. 37.

Seguin Richard, Essai sur l’histoire de l’industrie du bocage en général et de la ville de Vire, sa capitale, en particulier, Vire, Adam, 1810, 416 p.

« Statistique agricole et industrielle de l’arrondissement de Vire », Annuaire des cinq départements de la Normandie, 1837, p. 203.

Notes

1 Fajal, 1998b ; Bernouis et Fajal, 2000 ; Flambard Héricher, 2002.

2 Fajal, 1998a.

3 Parcelle ZC 33. Nos vifs remerciements à Jean-Yves Brécin, propriétaire du terrain, qui a signalé ses découvertes et prêté, pour étude, le mobilier céramique qu’il a recueilli lors de ces travaux d’aménagement. Nos remerciements à Gérard Clouet, qui nous a mis en contact avec M. Brécin. Nos remerciements et notre amitié à Anne-Marie Flambard Héricher, qui a participé à la fouille du site.

4 No de site : 14.4.01.347.002. Coord. Lambert : 375,6 × 1152, 25.

5 En 1837, il existait deux poteries occupant dix ouvriers et cuisant 20 fournées par an (« Statistique agricole… », 1837, p. 203). Dix ans plus tard, M. Morière signalait toujours deux fabriques à Jurques (Morière, 1847, p. 554). Dans la Statistique de la France de 1861-1865, deux poteries sont mentionnées (Arch. dép. Calvados, PO 32).

6 Dans la parcelle D 275, au hameau de La Sauvegarde, un four à pots est porté comme construction neuve achevée en 1878 et un magasin est édifié un an plus tôt (Arch. dép. Calvados, 3P 4679, fo 187).

7 Les potiers ont toujours privilégié l’accès au combustible par rapport à celui de l’argile à grès.

8 Le passé chaufournier de Jurques est bien attesté par la bibliographie (Seguin, 1810, p. 117-118), les documents d’archives (cadastre napoléonien, Arch. dép. Calvados, M 4321 et S 1292) et par quelques vestiges de fours à chaux.

9 Enquête ethnographique de Marthe Moricet à Jurques, 1950, notes déposées au musée de Normandie. Cerisy-la-Forêt, dép. Manche, chef-lieu de cant. Nous ne savons pas s’il s’agissait d’approvisionnements ponctuels ou réguliers ; une question identique se pose à propos de l’argile, qu’il était bien plus simple d’aller chercher à Neuilly-le-Malherbe, plutôt qu’à Noron ou au Tronquay, à moins que la commercialisation des pots à Noron n’amène les potiers à ramener de l’argile ou du bois pour ne pas revenir « à vide » avec leurs tombereaux.

10 Morière, 1856, p. 10.

11 Morière, 1847, p. 554.

12 Enquête de Marthe Moricet, note 4.

13 Séance tenue à Aunay le 15 déc. 1849, Annuaire des cinq départements de la Normandie, 1851, p. 37.

14 Arch. dép. Calvados, 3 P 4679, fo 187.

15 Després, 1973, p. 40.

16 Selon les rôles de patentes de 1882, 1891 et 1900, la poterie de Prosper Thomas est taxée pour un ouvrier et un malaxeur à bras (Arch. dép. Calvados, P 9907).

17 Arch. dép. Calvados, 3 P 4679 - 4680 ; enquête de Marthe Moricet, note 4.

18 Flambard Héricher, 2002, p. 341 (d’après Lailler, 1944). Poulet, 2000, p. 647.

19 Morière, 1847, plan au sol du « Four à poterie employé à Noron » (pl. VI hors texte) ; Flambard, 2002, p. 351 (d’après Lailler, 1944).

20 Morière, 1847, coupe longitudinale du four de Noron (pl. V hors texte).

21 Les tabatières sont aussi appelées « touines », « secouettes » ou encore « pétuniers ». Les « Père- » ou « Mère-la-colique » sont de petits personnages assis, déculottés, qui délivrent le tabac à priser par un large orifice anal fermé par un bouchon. Le Bessin est connu de quelques collectionneurs et amateurs de tabac pour avoir produit ce type d’objets à la fin du XIXe siècle, voir le site internet : Les objets du tabac.

22 Notons que sous ce vocable de « Père-la-colique » se cache un autre objet, à la forme et aux dimensions analogues, en usage jusque dans les années 1950, relevant du registre des « Farces et attrapes ». Il s’agit là aussi de personnages déculottés, en terre cuite ou en métal, dans lesquels on pouvait introduire un petit bâtonnet qui, enflammé, produisait un tortillon de pseudo matières fécales, voir les sites internet de l’Amusant Musée et celui du CAVI de l’université de Paris III.

23 Poulet, 2000, p. 251-252 ; l’auteur désigne ces pièces d’enfournement sous le nom de « monteux ».

24 Ibid., p. 252.

25 Diderot et D’Alembert, Arts de la céramique, pl. VIII.

26 Objets civils et domestiques, 1982, p. 20, no 88. Il s’agit d’un pot à égoutter la crème, en grès du Bessin, identique au vase « M » de la fig. 10.

27 Ibid., no 85 (pot à crémer en grès très vraisemblablement fabriqué dans le Bessin).

28 Une vingtaine de patronymes de potiers du Bessin au XIXe siècle ont la lettre « G » comme initiale (voir Després, 1973, index).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : L’atelier de la Sauvegarde dans son contexte régional et local (A, B) ; plan au sol de la poterie (C) et état des bâtiments en 1987 (D).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9972/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Légende Fig. 2 : L’emplacement du four à pots dans l’atelier de la Sauvegarde (A) ; vue supérieure du cendrier et du début du foyer (B) ; plan au sol et coupe longitudinale des restes du four (C) ; un élément de comparaison, le four à pots du type « Noron », au milieu du XIXe siècle (D).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9972/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Légende Fig. 3 : Plusieurs moules en plâtre de tabatières (50, 55), de décors en applique (11, 10, 9) et quelques moulages de décors ou de personnages réalisés en plastiline (39, 47, 57, 58, 63) ou en terre crue (12).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9972/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 645k
Légende Fig. 4 : Moule bivalve en plâtre de Père-la-colique (51 A et B) et le moulage obtenu en plastiline (59 A et B). Autres moulages en plastiline (37 A et B, 60).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9972/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Légende Fig. 5 : Matériel d’enfournement et d’encastage utilisé par les potiers pour l’agencement et la stabilisation des objets à cuire dans le four ou le contrôle de la température de cuisson (en particulier O).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9972/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende Fig. 6 : Différentes pièces céramiques utilisées en particulier pour les produits laitiers (A, E, F, G, H) et pour la viande et les conserves (B, C, D).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9972/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Fig. 7 : Différentes pièces céramiques utilisées dans le cadre domestique, en particulier pour les potages (E), les boissons (G, H, I, J, K, L) ou l’éclairage (bougeoirs A, B, C).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9972/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende Fig. 8 : Les tabatières rondes et leurs décors variés (1 à 33). Moulages en plastiline de tabatières (46, et le recto-verso 42-43).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9972/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Légende Fig. 9 : Les tabatières zoomorphes (5-6 ; 34-35), les Père-la-colique (27 ; 21-28) et quelques têtes de petits personnages provenant de Père-la-Colique ou de bouchons de bouteilles.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9972/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Légende Fig. 10 : Diverses pièces céramiques : des tuyaux de conduite (A, B et peut-être F), des crépines ou beurriers ? (C, D) ; des formes en entonnoir (G, H, I) ; deux indéterminés (J, K) et un vase en remploi (cazette, M).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9972/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Légende Fig. 11 : vase à fleurs portant l’inscription « Marie Jurques 8 7bre 1900 », hauteur : 315 mm. Collection musée de Normandie, Caen.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9972/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 251k

Auteurs

Conseil général du Calvados, service du patrimoine
Attaché de conservation du patrimoine au conseil général du Calvados, spécialiste de l’artisanat de terre cuite et du patrimoine industriel. Dernière publication : Céramique architecturale en Basse-Normandie, la production de briques et de tuiles, XIXe-XXe siècles, Éditions Cahiers du Temps, 2007.

Centre Michel de Bouärd (CRAHAM – FRE 119), CNRS
Ingénieur de recherche au CRAHAM, spécialiste de la céramique médiévale. Dernier article paru : « Nouvelles données sur l’atelier de potier médiéval d’Argentan [Michel de Boüard, 1996] », Argentan et ses environs au Moyen Âge, approche archéologique et historique, Alençon, Conseil général de l’Orne, 2008, p. 247-258.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540