Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

Ire Partie. Identité normande

Les effets de la peste de 1348 sur la société normande : à propos d’un jugement de l’Échiquier de 1395

Mathieu Arnoux

Texte intégral

  • 1 S. K. Cohn, Jr, The Black Death Transformed. Disease and Culture in Early Renaissance Europe, Lond (...)
  • 2 O. J. Benedictow, The Black Death, 1346-1353: the Complete History, Woodbridge, Boydell, 2004.

1Il n’y a plus guère de doute parmi les historiens sur l’impact de la Peste noire de 1348 sur la population européenne. Si des interrogations peuvent subsister, pour certains chercheurs, sur l’identification de la bactérie responsable et de la maladie qu’elle causait1, le consensus semble s’être fait autour d’une estimation haute de la mortalité, qu’Ole Benedictow, dans la dernière synthèse sur le sujet, évalue à la moitié de la population du continent2. Une telle hypothèse est malheureusement indémontrable dans bien des régions, faute de données quantifiées précises, et repose sur une série d’extrapolations à partir des quelques séries de sources quantitatives connues, principalement fiscales et qui portent pour l’essentiel sur les régions méridionales.

  • 3 R. Jouet, « Autour de la Peste noire en Basse-Normandie au XIVe siècle », Annales de Normandie, 22 (...)
  • 4 Guy Bois, Crise du féodalisme. Économie rurale et démographie en Normandie orientale du début du X (...)

2Pour le duché de Normandie, les informations chiffrées sur la pandémie de 1348 manquant quasi complètement, il est nécessaire de se contenter d’estimations à partir de dossiers tout à fait disparates. Pour Caen, Roger Jouet avait pu disposer de sources testamentaires montrant la croissance soudaine du nombre des legs et donations à la fin de 13483. Pour la Haute-Normandie, l’enquête globale menée par Guy Bois à partir d’un ensemble de sources nominatives religieuses ou fiscales très riche, mais non homogène, montre l’ampleur de la chute démographique dans la seconde moitié du siècle, mais ne permet pas d’apprécier la part de la première épidémie par rapport aux calamités qui lui ont succédé4. La mise au jour de documents nouveaux et la relecture de sources publiées mais négligées permettront sans doute d’affiner les estimations, sans pour autant pallier le principal problème, qui est celui de l’absence de véritables procédures de recensements dans les traditions fiscales et politiques du duché de Normandie. L’importance de la mortalité, bien marquée par les chroniqueurs, est aussi invoquée par les officiers royaux pour justifier à la demande des fermiers la résiliation de fermes des revenus du domaine royal :

  • 5 Léopold Delisle, Actes normands de la Chambre des comptes sous Philippe de Valois (1328-1350), Rou (...)

Les fermiers des herbages de la forest de Bonneville sur Touques et de la haie du Teil […] nous ont donné à entendre que, depuis qu’ils pristrent lad. ferme, il est sourvenue ou pais si tres grant mortalité, pour la souffrance de Nostre Seigneur que, pour ceste cause, l’emoluement de lad. ferme est venu a si petite valeur que, s’il leur convenoit le marchié tenir et pourveu ne leur estoit par nous de grace ou aucun remede convenable, ils seroient desers et mis a povreté5.

  • 6 Michel Nortier, « Documents manuscrits de la Bibliothèque nationale de France concernant Saint-Lô, (...)

3Pour la mesure des conséquences démographiques, une meilleure appréciation de la population normande à la veille de l’épidémie est l’une des voies possibles. La récente publication de documents relatifs à Saint-Lô, par Michel Nortier, montre l’intérêt d’enquêtes ponctuelles appuyées sur des sources précises. En effet, les comptes récapitulatifs conservés pour cette très grande ville donnent une image assez nette de sa population6 :

Années

Nombre des feux

Avant 1343, peut-être 1338 ? (fouage)

4 654

1365 (fouage)

2 450

1368 (fouage)

2 236

1421 (aide)

1 377 à 1 485 (estimation)

  • 7 Chronique de Jean le Bel, éd. J. Viard et E. Desprez, t. 2, Paris, H. Laurens, 1905, p. 77-78 : «  (...)

4Le premier chiffre, étonnamment élevé, met en évidence l’importance de la population de la ville à la veille de la guerre et de l’épidémie. Il suggère que Saint-Lô, l’un des plus grands centres de draperie de l’ouest de la France, était sans doute l’une des plus grosses villes du royaume, hypothèse confirmée par le chiffre d’environ 8 000 ouvriers drapiers donné pour la même période par les chroniqueurs Jehan le Bel et Froissart7. Les deux chiffres de 1365 et 1368, antérieurs au retour de l’épidémie, ne laissent aucun doute sur l’ampleur de la baisse démographique, même si on peut s’interroger aussi sur la part que le pillage de 1346, par les troupes d’Édouard III, a pu avoir dans cette diminution. D’autres données de ce genre attendent sans doute les historiens dans les archives et permettront de mesurer l’évolution de façon plus précise et convaincante.

  • 8 Chronique normande de Pierre Cochon, notaire apostolique à Rouen, éd. Ch. Robillard de Beaurepaire (...)
  • 9 BNF, ms. fr. 26008, no 732 (24 juillet 1369) ; acte publié par L. Delisle, Histoire du château et (...)

5Une autre piste n’a pas été explorée systématiquement : celle des conséquences de l’épidémie sur l’organisation de la société, sur les réseaux et sur les liens sociaux. Si l’ampleur de la mortalité est avérée, il est rare en effet que l’on s’interroge sur ses aspects qualitatifs. Ses effets, extraordinairement massifs, furent aussi aléatoirement distribués, laissant par la suite les familles, communautés, ou toute autre forme de regroupement des individus, mutilées et diminuées. Les contemporains avaient été frappés, par exemple, par l’inégale répartition des pertes dans l’espace. Les effets sur les récoltes furent particulièrement révélateurs, les récoltes restant sur pied dans les champs. Le chroniqueur rouennais Pierre Cochon interprète ce fait comme le signe d’une fuite de la population hors de la réalité quotidienne : « En ce temps de la premiere mortalité, demourerent les biens de la terre en l’aoust de ceste année as camps, que nul ne les receulloit ; et ne chailoit a nul des biens cotidieuz. »8 L’hypothèse que dans certains villages particulièrement frappés il ne restait plus personne pour moissonner n’est pourtant pas à rejeter. Une ordonnance prise à l’occasion du retour de l’épidémie, en 1369, pour contraindre les ouvriers de la draperie de Falaise à se rendre dans la campagne pour participer aux moissons, de manière à évider la perte des récoltes, va dans ce sens9.

  • 10 Robert Braid, « Et non ultra : les politiques royales du travail en Europe occidentale au XIVe siè (...)
  • 11 Matteo Villani, Cronica, éd. G. Porta, Parme, Ed. Guanda/Fondazione Pietro Bembo, 1995, p. 15-17.

6Les effets de la peste sur l’économie en furent étonnamment complexes, associant dans le court terme une hausse des salaires urbains et une complète redistribution des patrimoines. Ces phénomènes sont à peu près connus, en particulier grâce aux ordonnances prises dans l’ensemble des pays européens par les souverains ou par les autorités urbaines pour bloquer la hausse des salaires et des produits de consommation10. Il est difficile cependant, de dessiner l’allure générale d’un événement qui s’est inscrit dans la mémoire des contemporains par ses aspects monstrueusement excessifs et par les conséquences parfaitement paradoxales qu’il pouvait avoir dans la situation des individus. Le Florentin Matteo Villani a bien illustré dans un passage célèbre de sa chronique l’exubérance vestimentaire qui succéda à l’épidémie, en partie causée par la redistribution entre les survivants de la garde-robe des disparus11. Souvent interprété comme réaction psychologique face au péril évité, cet épisode de consommation apparemment déréglée peut aussi s’interpréter comme usage raisonnable de la masse de vêtements parvenus entre les mains des individus.

  • 12 Les sources sur ce sujet sont principalement anglaises: B. Haven Putnam, The Enforcement of the St (...)

7Il en va de même pour l’abandon des emplois de travailleurs salariés ou gagés de longue durée, caractéristiques des marchés ruraux, au profit de contrats salariés de très court terme des villes, que les contemporains interprétèrent et stigmatisèrent comme indices de cupidité et d’avarice, alors qu’il s’agissait d’abord de répondre aux demandes des économies urbaines en manque de force de travail12. L’inventaire des conséquences inattendues de la mortalité et des réponses imprévisibles qu’elles suscitèrent est à peine ébauché. Le document donné en annexe constitue un pas en ce sens.

8La sentence enregistrée en 1395 par les gens de l’Échiquier à Rouen, dans l’affaire opposant en appel Guillaume Du Bec et ses héritiers à Jehan Hacquet et Pierre Le Prévôt et leurs héritiers, ne peut être regardée comme un monument de l’histoire juridique normande. Tels qu’ils sont exposés brièvement en préambule, les faits justifiaient parfaitement le demi-siècle de procédure qui avait abouti au jugement. Vers 1348 (la date est évoquée sans aucune ambiguïté), un navire appartenant à Guillaume Du Bec avait fait naufrage non loin d’Harfleur. De sa cargaison, dont nous ne connaissons ni la valeur ni la composition, trois tonneaux et une pipe de vin s’étaient retrouvés à terre, où Jehan Hacquet et Pierre Le Prévôt en avaient revendiqué la propriété en se prévalant du droit de varech, qui autorisait, dans certains cas, les habitants du rivage à s’emparer des épaves échouées. Guillaume Du Bec, s’estimant lésé dans ses intérêts, avait engagé le procès, sans doute mené en première instance devant le vicomte de Montivilliers, ou peut-être devant la municipalité d’Harfleur, puis en appel, peut-être d’abord devant le bailli, puis en l’Échiquier. Mais ce ne sont là qu’hypothèses : ces informations qui auraient dû figurer dans la sentence à la suite de l’exposé des faits ont été omises, peut-être parce qu’une sentence de non-lieu général pour les parties ne demandait pas de motivations particulièrement précises, mais plus probablement parce que le souvenir de l’affaire s’était évanoui durant les années qui avaient suivi le délit.

9Un demi-siècle n’est pourtant pas une durée bien longue pour la mémoire des avocats et procureurs normands, mais, en l’occurrence, la cour dut se contenter de la part des représentants des parties de l’aveu piteux de leur ignorance, parce qu’ils « n’aient encore aucunement recueilli led. procés et leur seroit dur de proceder sur ce, pour ce que eulx ne savent pas bonnement en quel estat le procés est ». Pour s’excuser sans mettre en cause leur compétence professionnelle, les avocats alléguaient la longueur de la procédure et la dureté des temps :

[…] tant par ce que il a long temps qu’il commença comme par le fait des mortalitez et guerres qui depuis ont esté, ou les dessusd. ont perdu plusieurs de leurs amis ou service du roy n. s. tant par mer que par terre » [mais signalaient surtout à propos des parties en causes que] sont les dessusd. en Ve ou VIe degré de ceulx qui le commencherent.

10De fait, après avoir rappelé l’identité des plaignants de l’affaire survenue vers 1348 dans l’exposé des faits, les juges de l’Échiquier consacrèrent l’essentiel de leur sentence à établir le lien qui les unissait aux parties présentes au procès d’appel jugé en 1395. Guillaume Du Bec décédé, ses droits étaient passés à son fils et héritier Robillart Du Bec puis, après le décès de celui-ci, à un certain Henri Du Bosc et conjointement à Guillaume Bouillefer, second mari et veuf de la fille de Robillart, associé à Eliot Buffet, fils issu d’un premier mariage de celle-ci avec Cardin Buffet. Le cas des ayants cause de Jehan Hacquet était plus compliqué : aux côtés de son fils Michel Hacquet se trouvaient un mineur, Jehan Morart, issu du remariage de la veuve de Jehan Hacquet avec Jehan Morart, Jacqueline et Jehanne, filles de celui-ci, représentées par leurs époux Billart Lambert et Jehan Roussel ainsi que Denisette Morart, fille mineure de Bernard, fils défunt de Jehan Morart. Les droits de Pierre le Prévôt étaient portés par sa veuve et par Jehan Le Potier, second mari de celle-ci, ainsi que par Jehan Bonne Denrée, veuf de l’une de ses filles, et par Jehan de la Caudre, au nom de sa femme Jehanne, veuve de Robin Hacquet, fils d’une autre fille de Pierre Le Prévôt.

11Le tableau des descendants et ayants droit des trois parties du procès de 1348 n’est pas sans poser quelques problèmes. Nous ignorons, comme peut-être l’ignoraient les rédacteurs de l’acte, à quel titre Henri Du Bosc était héritier de Robillard Du Bec. Il faut par ailleurs que la veuve de Jehan Hacquet ait été bien jeune lorsqu’elle épousa celui-ci, pour que l’un des enfants issus de son second mariage avec Jehan Morart ait été encore mineur en 1395 ; mais la chose n’a rien d’impensable, puisque nous ignorons la date de la mort de Jehan Hacquet. Une telle situation est en tout cas révélatrice du désordre des lignages et des générations qui transparaît à travers le document. À la lecture de celui-ci, il semble en effet que des trois hommes mariés qui furent à l’origine du procès ne subsistaient plus, un demi-siècle plus tard, que deux descendants directs : Eliot Buffet, arrière petit-fils de Guillaume Du Bec et Michel Hacquet, fils de Jehan Hacquet. Tous les autres ayants droit, neuf en tout, n’avaient avec eux qu’une parenté par alliance, parfois très éloignée, comme l’avaient souligné leurs avocats.

12C’est là l’un des aspects les plus paradoxaux du document : tant les avocats que les juges de l’Échiquier avaient, sans sourciller, compté parmi les parties au procès des personnes dont la Coutume n’aurait jamais admis le droit à hériter (même en tenant compte du fait que le procès portait sur des meubles), qu’il s’agisse de Guillaume Bouillefer, veuf, apparemment sans enfant, d’une petite-fille de Guillaume Du Bec (alors que le fils de celle-ci, Eliot, aurait dû en recueillir la succession), ou, pour Jehan Haquet, des enfants et descendants du second lit de sa veuve (alors que son fils Michel figurait parmi les parties), ou encore de Jehan Bonne Denrée, veuf, apparemment sans enfant, d’une fille de Pierre le Prévôt et, plus étrangement encore, de Jehan de La Caudre, second mari de la veuve de son petit-fils Robin Hacquet. Il s’agit d’ailleurs d’un aspect non anodin du document : l’inscription d’un individu parmi les parties au procès en appel pouvait constituer pour lui un titre sérieux à revendiquer d’autres droits de succession dans le même lignage.

13Si l’on s’en tient aux traditions juridiques du duché, une seule condition pourrait éventuellement avoir mis tous ces individus en possession de droits sur les héritages et causes des trois hommes : que tous les mariages évoqués aient été féconds, et que la mort des enfants par la suite ait fait des parents survivants leurs héritiers. On sait que la seconde épidémie de peste fut particulièrement meurtrière pour les enfants et adolescents : elle pourrait donc expliquer en partie la situation de 1395. Mais une telle revendication ne serait pas passée sans opposition des héritiers plus directs, et par conséquent sans un examen sérieux des titres. Rien n’indique qu’il ait eu lieu à l’occasion de ce procès.

14Il faut dès lors donner à ce jugement toute sa signification, comme témoignage des multiples accommodements que la société européenne dut inventer pour pallier l’énorme vide, démographique, familial, juridique, institutionnel, creusé par la mortalité de 1348 et celles qui la suivirent. Par-delà son objet immédiat, cette sentence met en lumière quelques-uns des problèmes auxquels la société normande, comme toutes les autres sociétés d’Europe, fut confrontée après l’épidémie. Le premier est celui de la perte de pans entiers de mémoire et d’information, qui sont si importantes pour les procédures judiciaires. La décision d’accorder aux parties un non-lieu général dans une affaire dont les tenants et aboutissants sont apparemment inconnus à tous peut paraître étrangement formelle. Dans ces circonstances, elle était pourtant logique et permettait de classer définitivement le dossier en donnant quitus à tous ceux qui pouvaient y être impliqués, même à leur insu. Elle autorisait aussi les juges de l’Échiquier, sans déroger au droit, à réduire un peu le retard que chaque retour de l’épidémie faisait prendre à la cour.

15Le choix des ayants droit au procès nous donne une information ponctuelle mais très précise sur un autre problème d’importance majeure : comment penser la continuité familiale alors que l’épidémie a interrompu de toutes parts la continuité des lignages, qui constituait en droit la principale règle de dévolution des patrimoines ? L’analyse des liens entre les plaignants de 1348 et les parties au procès montre que la règle de stricte séparation des biens et des droits de succession entre les lignages des époux a été, provisoirement sans doute, supprimée au profit d’une éligibilité apparemment sans limite des descendants et alliés. Dans le cas de Jehan de La Caudre, ayant droit de Pierre Le Prévôt en tant que veuf de la veuve d’un de ses petits-fils, les droits sont passés à deux reprises d’un conjoint décédé au conjoint survivant. Il nous est difficile, faute de documents, de nous représenter comment s’est opéré concrètement le choix des ayants droit des lignages interrompus, mais le bon sens suggère que la dévolution effective, et donc la possession, des héritages, marquée en particulier par la présence dans les logements possédés par les disparus, a pu favoriser pour un temps les conjoints survivants, restés sur place et à qui il était aisé de recueillir les droits et causes attachés aux héritages. La soudaine disponibilité de biens fonciers en déshérence et l’énorme mouvement de redistribution de fait auquel il donnèrent lieu permirent d’éviter les conflits, puisque chacun pouvait alors se retrouver héritier d’une propriété, petite ou grande.

16Les pratiques juridiques des Normands de la fin du Moyen Âge, telles qu’on peut les étudier à partir des registres de juridiction et des actes notariés, semblent avoir conservé vivante cette leçon initiale de pragmatisme. En effet, si les principes lignagers de la Coutume, sur lesquels se fondait une part de l’identité régionale, demeurèrent inchangés jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, les actes de mise en tutelle des orphelins, constitutions de dot et donations testamentaires, que nous avons conservés en assez grand nombre, n’hésitent pas à contrevenir à la règle de séparation, pour peu que la situation le demande et que le consensus des « parents, amis et voisins » le recommande. Seule la mise en pratique d’une conception large du lien social, qui débordait de toute part l’identité lignagère, permet de comprendre comment une société aussi complexe et formaliste a pu survivre à la catastrophe de 1348 et aux calamités qui suivirent.

Annexes

Annexe

Sentence enregistrée en 1395 par les gens de l’Échiquier à Rouen, dans l’affaire opposant en appel Guillaume Du Bec et ses héritiers à Jehan Hacquet et Pierre Le Prévôt et leurs héritiers

Arch. dép. Seine-Maritime, 1B 12, f os 119v o -120

Comme procés feust meu l’an quarante huit ou environ, entre Guillaume Du Bec d’une part et Jehan Haquet et Pierre le Prevost d’autre, sur une question touchant trois tonneaux et une pippe de vin qui estoient venus a varesc d’une nef chargiee de vins appartenant aud. Guillaume, qui, par fortune de mer, estoit perie environ Harefleu ; et ce pendant, fussent allez lesd. parties de vie a trespassement, et pour ce eussent recueilli le procés Robillart du Bec, fils et hoir dud. Guillaume, et lesd. Haquet et Prevost leurs hoirs aians cause ; lequel Robillart du Bec assés tost après ala de vie a trespassement, et eussent recueilli led. procés Cardin Buffet et sa femme et Henry du Bosc, heritiers dud. feu Robillart, lequel Buffet feust allé de vie a trespassement et eust Guillaume Bouillefer espousé icelle femme, qui depuis feust allee de vie a trespassement, et eussent recueilly led. procés led. Bouillefer et Eliot Buffet, filz ainsné et hoir de lad. femme en la compaignie dud. du Bosc ; et aussi aprés le trespassement desd. Haquet eussent esté citez a recueillir le procez Jehan Morart, soubz aage, filz de feu Jehan Morart et de sa femme, par avant femme de feu Jehan Haquet, Billart Lambert, Jaqueline sa femme, Guillaume Roussel et Jehanne sa femme, filles dud. feu Morart, Denisete Morart, soubz aage, fille de feu Bernart Morart, jadis fils ainsné dud. feu Morart, Michiel Haquet, filz de feu Jehan Haquet, Johan le Potier et sa femme, par avant femme de feu Pierre le Prevost, Jehan Bonne Derree, jadis mary de la fille dud. Prevost, Jehan de la Caudre et Jehanne sa femme, deguerpie de feu Robin Haquet, enffans d’une des filles dud. Prevost, pour lesquieulx se fu fondé en ce present Eschequier Pierre d’Estrepintot, leur attourné d’une part, et Jehan Roussel, attourné dud. Bouillefer, Buffet, du Bosc, d’autre, lesquieulx n’aient encore aucunement recueilli led. procés et leur seroit dur de proceder sur ce, pour ce que eulx ne savent pas bonnement en quel estat le procés est, tant par ce que il a long temps qu’il commença comme par le fait des mortalitez et guerres qui depuis ont esté, ou les dessusd. ont perdu plusieurs de leurs amis ou service du roy n. s. tant par mer que par terre, et sont les dessusd. en Ve ou VIe degré de ceulx qui le commencherent, et sur ce, par le moyen des lettres du roy n. s. a eulx sur ce donné de paciffier et accorder et partir de court sanz amende, lesquelles lettres furent mises vers la court, congnurent et confesserent au congié et par l’autorité de la court que pour eschiver aud. Procés et dommage qui s’en pourroient ensuir, et veu qu’il n’y avoit rien de leur fait, avoir fait accort entreulx en la maniere qui s’ensuit, c’est assavoir que ilz demourront quittes les uns vers les autres de toutes choses que ilz puissent contendre parentreulx a cause dud. procés, soit en principal ou despens. Et accorderent et consentirent a eulx en aler sanz jour et hors de court.

Notes

1 S. K. Cohn, Jr, The Black Death Transformed. Disease and Culture in Early Renaissance Europe, Londres, Arnold, 2003.

2 O. J. Benedictow, The Black Death, 1346-1353: the Complete History, Woodbridge, Boydell, 2004.

3 R. Jouet, « Autour de la Peste noire en Basse-Normandie au XIVe siècle », Annales de Normandie, 22, 1972, p. 265-276.

4 Guy Bois, Crise du féodalisme. Économie rurale et démographie en Normandie orientale du début du XIVe siècle au milieu du XVIe siècle, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1976.

5 Léopold Delisle, Actes normands de la Chambre des comptes sous Philippe de Valois (1328-1350), Rouen, 1871, p. 389-390, no 220 (8 mai 1349) ; voir aussi p. 391 les no 221 et 222, lettres identiques pour les fermiers des prévôtés de Pont-l’Évêque et de Neuf-Marché.

6 Michel Nortier, « Documents manuscrits de la Bibliothèque nationale de France concernant Saint-Lô, spécialement au XVe siècle », Revue de la Manche, 48, 2006, fasc. 194, p. 3-33.

7 Chronique de Jean le Bel, éd. J. Viard et E. Desprez, t. 2, Paris, H. Laurens, 1905, p. 77-78 : « Le noble roy Edwart […] s’en alla par devers la grosse ville et marchande merveilleusement qu’on appelle Saint Leu en Coustenti, qui estoit plus riche et valoit plus III fois que la cité de Constance, et si y avoit grandes draperies et très grant aport de marchandisse et grande quantité de riches bourgoys, et trouva on bien en laditte ville viiim hommes mouvans, que bourgoys riches, que gens de mestier » ; les informations de Jehan le Bel ont été reprises par Froissart, Chroniques, l. 1, ch. 260, éd. P. F. Ainsworth et G. T. Diller, Paris, LGF, 2001, p. 545-546.

8 Chronique normande de Pierre Cochon, notaire apostolique à Rouen, éd. Ch. Robillard de Beaurepaire, Rouen, 1870, p. 72.

9 BNF, ms. fr. 26008, no 732 (24 juillet 1369) ; acte publié par L. Delisle, Histoire du château et des sires de Saint-Sauveur-le-Vicomte, Valognes, 1867, p. 152.

10 Robert Braid, « Et non ultra : les politiques royales du travail en Europe occidentale au XIVe siècle », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 161, 2003, p. 437-491.

11 Matteo Villani, Cronica, éd. G. Porta, Parme, Ed. Guanda/Fondazione Pietro Bembo, 1995, p. 15-17.

12 Les sources sur ce sujet sont principalement anglaises: B. Haven Putnam, The Enforcement of the Statute of the Labourers during the First Decade after the Black Death, 1349-1359, Honolulu, 2002 (1re éd. 1908); N. Kenyon Ritchie, « Labor conditions in Essex in the reign of Richard II », dans Eleonora M. Carus-Wilson (éd.), Essays in Economic History, t. 2, Londres, Arnold, 1962, p. 91-102.

Auteur

Université Paris 7 Denis Diderot, EHESS
Professeur d’histoire médiévale à Paris VII et à l’EHESS, spécialiste de la Normandie médiévale, comme en témoigne le titre de son habilitation Mémoire, travail et structures communautaires. Études sur la société des campagnes normandes (Xe-XVIe siècle) soutenue en 1997.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540