Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

Ire Partie. Identité normande

Naissance de Guillaume de Volpiano : la fabrique d’un saint

Traduction et commentaire du chapitre I de la Vita domni Willelmi abbatis1

Véronique Gazeau

Texte intégral

  • 1 Qu’il me soit permis de remercier vivement Geneviève Bührer-Thierry, Monique Goullet et François B (...)
  • 2 Guillaume avait trois frères aînés. Deux sont mentionnés au chapitre IX de la Vita, Geoffroy et Ni (...)
  • 3 Il s’agit ici du geste du rituel baptismal, emprunté au geste de reconnaissance des sociétés païen (...)

1Gazeau Le pieux seigneur Guillaume, dont le Seigneur fit dans sa bonté un pasteur pour les fils de son Église et un propagateur de la loi de sa justice, était certes italien de naissance, mais son grand-père Vibo, qui s’était illustré dans la carrière militaire, était d’origine souabe. Ce dernier avait quitté sa province natale en raison d’une vengeance liée à des guerres privées, et il était allé habiter en Italie, où il s’enrichit considérablement et mena une vie prospère grâce à ses richesses. Il fut donc le père de Robert, qui prit pour épouse la dénommée Perinza, issue de la plus haute aristocratie lombarde ; celle-ci, qui eut de nombreux enfants, lui donna tout spécialement Guillaume, désirable plus que tout autre. Mais, au moment de sa naissance, alors que le roi des Lombards Bérenger venait de mourir, il arriva qu’Otton, le plus grand des empereurs, cherchait à se soumettre par la force l’Italie entière. Apprenant que l’épouse dudit Bérenger avait trouvé refuge dans un château situé dans le lac de la ville de Novare, et avec elle des hommes qui fomentaient complot et rébellion contre l’empereur, il dirigea aussitôt sa route en cette direction, et fit assiéger le château par sa féroce armée. Or Robert se trouvait dans le même château avec son épouse et leurs enfants2, et c’est à lui et à leur dame que tous les leurs avaient confié leur garde et leur protection. Après qu’on eut livré de part et d’autre un très violent combat, voyant la victoire tarder, l’empereur tenta de corrompre le porte-étendard de ses ennemis par la promesse de largesses : en plus des cadeaux les plus grands, il lui promit une place d’honneur auprès de Sa Majesté s’il désertait les siens pour embrasser son parti. Mais très loin d’accepter, comme il est naturel de la part d’un soldat assermenté, celui-ci répondit qu’il préférait être frappé dans sa propre chair plutôt que de trahir la foi jurée sur les sacrements. Et quelques jours plus tard, ils conclurent entre eux un pacte de paix et se rendirent à l’empereur sans condition. Alors, le même Robert, en homme sage et énergique, suggéra à l’empereur de donner des instructions pour que le fils que son épouse avait mis au monde pendant le siège du château devienne catéchumène de la main impériale. L’empereur acquiesça très favorablement et demanda que cela soit réalisé comme cela lui avait été demandé ; il souleva3 l’enfant de sa propre main et lui donna le nom de Guillaume. Par la suite, la reine, son épouse, le reçut au sortir des fonts sacrés du baptême.

  • 4 La Vita a fait l’objet d’une édition avec traduction anglaise : Vita Domni Willelmi abbatis, The L (...)
  • 5 Les recherches menées dans des travaux récents n’ont pas permis d’aller plus loin que le chanoine (...)

2Le chapitre I de la Vita domni Willelmi abbatis4, qui en compte quatorze, est consacré à la naissance de Guillaume de Volpiano dans des circonstances exceptionnelles en juin ou juillet 962 dans une forteresse construite dans une île située sur le lac d’Orta en Italie du Nord. Examinons les éléments de la mise en scène de cette naissance d’un saint. La mention des origines familiales s’impose à tout hagiographe et Raoul Glaber remonte à la génération des grands-parents du saint. Le grand-père paternel, Vibo, était d’origine souabe et s’était illustré dans la carrière militaire. Les recherches sur l’origine souabe ne donnent rien, aucune mention d’un Vibo n’ayant été conservée5. Son appartenance à la classe des chevaliers lui confère non seulement la réputation mais aussi la faveur divine. On ignore quelle « vengeance liée à des guerres privées » le conduisit à quitter sa patrie ; on ne peut s’empêcher d’évoquer une faide qui va faire de lui un exilé que Dieu récompense en lui accordant abondance et richesses.

  • 6 Sur Perinza, on se rapportera aux travaux du chanoine Chaume (art. cit., p. 69 et note 1) et de Ne (...)
  • 7 T. K. Kirova, « Saint-Giulio d’Orta », Congrès archéologique de France, 129e session, 1971, Paris, (...)

3Puis l’auteur évoque le fils de Vibo, Robert, et l’épouse de ce dernier, Perinza, qui appartient, selon l’hagiographe, à la haute aristocratie lombarde peut-être supérieure au rang de Robert. En réalité, Perinza est issue de la famille des marquis d’Ivrée6. En raison des attaches familiales de son épouse, Robert est le chef d’un groupe de partisans de Bérenger II considérés comme rebelles par l’empereur Otton Ier venu les assiéger dans le castrum San Giulio. L’île était devenue une forteresse importante sous le duc lombard Mimulphus au VIe siècle et le resta à l’époque ottonienne7. Roi des Lombards depuis 951, couronné empereur avec son épouse Adélaïde depuis le 2 février 962, Otton n’avait pas encore pu prendre pied dans ses possessions, où s’était installée la dynastie de Bérenger dont l’épouse, veuve selon le biographe de Guillaume, a trouvé refuge comme Robert et Perinza, enceinte, dans le castrum.

  • 8 Sur Adélaïde, on se reportera à P. Corbet, Les saints ottoniens, Sigmaringen, J. Thorbecke, 1986, (...)
  • 9 Fils d’Otton et d’Édith, la première épouse de ce dernier. Édith mourut en 946.

4Depuis la fin du IXe siècle, l’Italie est la convoitise du marquis de Frioul, du duc de Spolète, du roi de Bourgogne, du marquis de Provence et de plusieurs autres. À la mort subite de Lothaire, fils d’Hugues d’Arles, le 22 mai 950, Bérenger, marquis d’Ivrée et chef de file de la haute aristocratie laïque, se fait élire et couronner à Pavie ; il s’associe son fils Adalbert. Redoutant que la jeune veuve de Lothaire, la reine Adelaïde, ne fît valoir ses droits sur la succession de Lothaire, Bérenger la fit emprisonner dans le château de Garde. Celle-ci parvient à s’enfuir et fait peut-être appel à Otton qui n’attendait qu’un prétexte pour intervenir de l’autre côté des Alpes et qui prit, en septembre 951, le chemin de l’Italie. Facilement vainqueur de Bérenger, Otton s’empare de Pavie, y prend le titre royal le 23 septembre et épouse au plus tôt en octobre Adélaïde8. Celle-ci est la fille du roi Rodolphe II de Bourgogne et de Berthe, fille du duc d’Alémanie, Burcard. Née en 930 ou 931, elle passe son enfance et son adolescence à Pavie. Elle avait épousé Lothaire en 947. De retour en Germanie, en août 952, à Augsbourg, Otton laisse à Bérenger II le gouvernement du royaume d’Italie, parce que Liudolf, duc de Souabe, son propre fils intriguait au nord des Alpes9. Mais les velléités d’indépendance de son vassal et son impuissance à mater l’aristocratie italienne l’amènent à entreprendre à la fin d’août 961 une nouvelle expédition qui fut décisive ; il passe les fêtes de Noël à Pavie et sonde le pape Jean XII.

  • 10 Otton revint en Italie, réunit un concile et fit comparaître le pape, le déposa en novembre 963 et (...)

5Lors de son premier séjour en Italie du Nord, Otton avait déjà pensé à devenir empereur. Il envoya une ambassade au pape Agapet II sans doute sous la pression d’Albéric II de Spolète qui régnait alors en monarque sur Rome et auquel le pape devait son élection au trône de saint Pierre. Agapet était mort en 955. Avant la mort de ce dernier, Albéric avait fait prêter serment à l’aristocratie romaine d’élire son propre fils Jean-Octavien, âgé de 17 ans. Devenu pape, Jean-Octavien prit le nom de Jean XII et entra aussitôt en conflit avec Bérenger II. Otton en profita pour s’immiscer dans les affaires romaines et négocier avec le nouveau pape la possession du titre impérial. C’est ainsi que le 2 février 962, il devint empereur. Dans le Privilegium Ottonis, délivré le 13 février, l’empereur s’était engagé à ne pas s’immiscer dans les affaires de la papauté et de l’Église ; Otton avait confirmé au pontife les territoires du patrimoine de saint Pierre. Or Jean XII comprit qu’Otton ne respecterait pas son engagement et, après le départ de celui-ci le 14 février, il intrigua avec Bérenger II bien implanté dans la région des lacs. Il réussit même à faire venir à Rome Adalbert, le fils de Bérenger, avec qui il s’enfuit pour échapper aux agents impériaux. C’est dans ce cadre qu’Otton revint en Italie et attaqua à la fin du printemps ou au début de l’été 962 le castrum dans lequel s’étaient réfugiés Villa, Perinza, Robert et les enfants10.

  • 11 Après la défaite de Pavie, Bérenger II installa sa capitale à Montefeltro dans les Marches, au nor (...)
  • 12 P. Delogu, « Berengario II », Dizionario biografico degli Italiani, t. IX, Rome, 1967, p. 34. Sur (...)

6En réalité, Bérenger II n’est pas mort au moment des événements relatés par Raoul Glaber. Né en 900 ou 903, il est le fils d’Adalbert, marquis d’Ivrée. En juin-juillet 962, il est retranché dans la forteresse de San Leo située dans la région de Montefeltro11. Lui et son épouse, Villa, furent faits prisonniers à San Leo par Otton à la fin de l’année 964, et exilés à Bamberg en Bavière. Bérenger mourut le 8 août 96612.

  • 13 J. France, « Rodulfus Glaber and French politics in the early eleventh century », Francia, 16/1, 1 (...)

7Bien que dans son droit, Otton s’en prend, selon Raoul Glaber, à la veuve de Bérenger, une femme seule. L’historien hagiographe charge, dans la première partie du texte, le personnage impérial qui, ne parvenant pas à s’emparer du castrum, a cherché non seulement à s’emparer d’une femme veuve et seule, mais aussi à corrompre le porte-étendard des rebelles ; ce dernier est peut-être tout simplement Robert ; si l’hypothèse est vraie, Otton est celui qui viole le droit tandis que le père de Guillaume, par son refus d’accepter les honneurs proposés, incarne la loyauté. Les règles du combat ont été bafouées par celui-là même qui doit montrer l’exemple. Toutefois, on doit se poser la question de savoir pourquoi Raoul Glaber, généralement bien informé sur Guillaume de Volpiano13, ignore que Bérenger II est vivant, alors que le père de ce dernier, Robert, est un soutien sinon un vassal du roi d’Italie. Est-ce pour mieux valoriser Robert seul opposant à Otton ?

  • 14 L’île de San Giulio fut restituée à l’église de Novare (G. Fasoli, I re d’Italia (888-962), Floren (...)

8On ne comprend pas non plus comment Raoul Glaber qui vient de dresser un portrait à charge de l’empereur, changeant de ton, explique que la paix règne entre Otton et Robert. Les ennemis sont finalement réconciliés14. L’hagiographe insiste sur la paix qui s’ensuit. Né pendant le siège dans la forteresse, Guillaume va recevoir pour parrain l’empereur et pour marraine l’impératrice. Soulever des fonts un futur saint ne peut que rendre l’empereur encore plus puissant. Et devenir le filleul d’un empereur ne peut que donner un surcroît de sainteté. L’hagiographe a tu les négociations diplomatiques qui ont dû présider à l’établissement soudain de la paix entre les ennemis d’hier.

  • 15 M. Parisse, art. cité, p. 25 ; P. Corbet, Les saints ottoniens, op. cit., p. 60-62.
  • 16 Selon une hypothèse de Neithard Bulst, « Guillaume de Dijon, le bâtisseur de la rotonde », dans Gu (...)
  • 17 Dominique Iogna-Prat étudie les liens noués entre les abbés de Cluny, Maieul et Odilon, Otton Ier (...)

9Guillaume est donc né dans des circonstances effroyables, mais il appartient à une famille aux origines distinguées par l’appartenance à un groupe aristocratique, par le port des armes, par la richesse, par un ensemble de qualités qui sont le signe de la faveur divine. La parenté biologique et la parenté spirituelle sont des conditions propices à la sainteté. La qualité des ancêtres rejaillit sur le jeune Guillaume. Le rang impérial de ses parrain et marraine ne peut qu’accroître encore la distinction de Guillaume. Sa marraine Adélaïde, qui mourut le 16 décembre 999, dispose dans l’Epitaphium rédigé par l’abbé Odilon de Cluny en 1002, de « tous les ingrédients de la sainteté »15. Elle fut canonisée en 1097, mais lorsque Raoul Glaber écrit la Vita, il a certainement connaissance de cette épitaphe. Le nom de Guillaume a dû être choisi par Otton dont le fils aîné bâtard, Guillaume, est l’archevêque de Mayence16. Le premier chapitre s’achève sur le baptême de Guillaume et sur sa marraine, Adélaïde, une sainte dont la sainteté ne peut que rejaillir sur son filleul. Celle-ci et son époux nouèrent des liens avec les abbés de Cluny, Maieul et Odilon17. N’est-ce pas déjà la carrière du futur saint moine clunisien qu’il convient de lire derrière l’évocation d’Adélaïde ?

Notes

1 Qu’il me soit permis de remercier vivement Geneviève Bührer-Thierry, Monique Goullet et François Bougard.

2 Guillaume avait trois frères aînés. Deux sont mentionnés au chapitre IX de la Vita, Geoffroy et Nithard. Le troisième Robert figure avec les deux autres dans la charte de fondation de l’abbaye de Fruttuaria (éd. N. Bulst, Untersuchungen zu den Klosterreformen Wilhelms von Dijon (962-1031), Bonn, Röhrsheid, 1973, p. 223).

3 Il s’agit ici du geste du rituel baptismal, emprunté au geste de reconnaissance des sociétés païennes.

4 La Vita a fait l’objet d’une édition avec traduction anglaise : Vita Domni Willelmi abbatis, The Life of St William, éd. N. Bulst, dans Rodulfus Glaber Opera, éd. J. France, N. Bulst et P. Reynolds, Oxford, Clarendon Press, 1989, p. 254-299.

5 Les recherches menées dans des travaux récents n’ont pas permis d’aller plus loin que le chanoine Chaume : « Les origines paternelles de saint Guillaume de Volpiano », Revue Mabillon, t. 14, 1924, p. 68-77. Voir E. Hlawitschka, Franken, Alemannen, Bayern und Burgunder in Oberitalien (774-962). Zum Verständnis der fränkische Königsherrschaft in Italien, Fribourg-en-Brisgau, 1960 (Forschungen zur oberrheinischen Landesgeschichte, 8); Früh und Hochmittelalterlicher Adel in Schwaben und Bayern, I. Eberl, W. Hartung, J. Jahn (dir.), Sigmaringendorf, 1988, t. I. Toutefois les conjectures du chanoine Chaume sur les ancêtres de Guillaume sont à prendre avec circonspection (art. cité, p. 70-71).

6 Sur Perinza, on se rapportera aux travaux du chanoine Chaume (art. cit., p. 69 et note 1) et de Neithard Bulst, op. cit., p. 23-24.

7 T. K. Kirova, « Saint-Giulio d’Orta », Congrès archéologique de France, 129e session, 1971, Paris, Société française d’archéologie, 1977, p. 231 : « Le lac devenait une barrière difficile à franchir sans l’aide d’une petite flotte de bateaux réservés aux habitants et permettait à la garnison lombarde de vivre en sécurité. »

8 Sur Adélaïde, on se reportera à P. Corbet, Les saints ottoniens, Sigmaringen, J. Thorbecke, 1986, (Beihefte der Francia, 15), p. 59-60 ; Adélaïde de Bourgogne. Genèse et représentations d’une sainteté impériale, études réunies par P. Corbet, M. Goullet et D. Iogna-Prat, Dijon-Quétigny, EUD, 2002, en particulier M. Parisse, « Adélaïde de Bourgogne, reine d’Italie et de Germanie, impératrice (931-999) », p. 11-26.

9 Fils d’Otton et d’Édith, la première épouse de ce dernier. Édith mourut en 946.

10 Otton revint en Italie, réunit un concile et fit comparaître le pape, le déposa en novembre 963 et le remplaça par Léon VIII. Mais les grandes familles remirent sur le trône Jean XII dès le départ d’Otton. Jean XII mourut et elles le remplacèrent par Benoît V au printemps 964.

11 Après la défaite de Pavie, Bérenger II installa sa capitale à Montefeltro dans les Marches, au nord d’Urbino.

12 P. Delogu, « Berengario II », Dizionario biografico degli Italiani, t. IX, Rome, 1967, p. 34. Sur l’Italie au Xe siècle, voir aussi G. Sergi, « The Kingdom of Italy », The New Cambridge medieval History III c. 900 - c. 1024, T. Reuter (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, 1999, chap. XIV, p. 346-371.

13 J. France, « Rodulfus Glaber and French politics in the early eleventh century », Francia, 16/1, 1989, p. 103-104. Guillaume lui-même fournit les informations à son biographe (id., « Sources and references », dans l’introduction de Vita Domni Willelmi abbatis …, éd. N. Bulst op. cit., p. LIII).

14 L’île de San Giulio fut restituée à l’église de Novare (G. Fasoli, I re d’Italia (888-962), Florence, Sansoni, 1949, p. 197).

15 M. Parisse, art. cité, p. 25 ; P. Corbet, Les saints ottoniens, op. cit., p. 60-62.

16 Selon une hypothèse de Neithard Bulst, « Guillaume de Dijon, le bâtisseur de la rotonde », dans Guillaume de Volpiano et l’architecture des rotondes, M. Jannet et Ch. Sapin (dir.), Dijon, EUD, 1996, p. 20. Otton et Adélaïde eurent quatre enfants dont trois fils : Henri et Brunon moururent au plus tard en 956 ; Otton, né en 955, fut l’héritier. Serait-ce parce que les noms de ces fils ne peuvent être donnés qu’il préféra octroyer à son filleul le nom d’un archevêque ?

17 Dominique Iogna-Prat étudie les liens noués entre les abbés de Cluny, Maieul et Odilon, Otton Ier et Adélaïde dans Agni immaculati. Recherches sur les sources hagiographiques relatives à saint Maieul de Cluny (954-994), Paris, Cerf, 1988, p. 368-374.

Auteur

Université de Caen, CRAHAM – FRE 3119, CNRS
Professeur d’histoire médiévale à l’université de Caen Basse-Normandie, membre du CRAHAM. A publié récemment son habilitation Les abbés bénédictins de la principauté normande (911-1204), sous le titre : Princes normands et abbés bénédictins. Prosopographie des abbés bénédictins, Publications du CRAHAM, 2007.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540