Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

Ire Partie. Identité normande

La carrière de Raoul de Mantes, comte de Hereford (vers 1030-1057) : les prémices de la féodalité dans l’Angleterre pré-normande

Daniel Étienne

Texte intégral

  • 1 Marc Bloch, Seigneurie française et manoir anglais, Paris, Armand Colin, 1967.

1Dans un cours qu’il consacra, entre les deux guerres, à l’histoire comparée de la France et de l’Angleterre, Marc Bloch considéra qu’« en Angleterre [...] le système féodal du continent fut introduit de toutes pièces, après la conquête »1. Bien que réductrice de la pensée de l’auteur, cette citation illustre une théorie, à la vie dure, selon laquelle la féodalité fut importée de force en Angleterre après la conquête de 1066 et donc que, si Guillaume de Normandie avait été vaincu à Hastings, l’Angleterre n’aurait jamais connu la féodalité et les éléments qui la caractérisent le plus visiblement (fief, château, chevalier...). Sans le traumatisme de 1066, l’Angleterre serait restée en marge des évolutions européennes, superbement isolée dans sa tour d’ivoire.

2En s’attachant à la vie de Raoul de Mantes, neveu franco-anglais du roi Édouard le Confesseur, on démontrera que l’apparition du château et de la cavalerie précède, certes d’une décennie seulement, l’arrivée des Normands. On pourra ainsi relativiser la rupture brutale et totale qu’est censée marquer la conquête de 1066 et, dans le cadre plus restreint de la castellologie, aller jusqu’à envisager que l’importation du château à motte d’une rive à l’autre de la Manche ne s’est pas nécessairement faite dans le sens que l’on imagine habituellement.

Localisation du comté de Hereford.

Les châteaux pré-normands du comté de Hereford.

La carrière de Raoul de Mantes

La jeunesse de Raoul

  • 2 Le mariage dut avoir lieu en 1024, peu de temps après l’arrivée d’Aethelred et de sa famille en Nor (...)
  • 3 Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie, Caen, Société des antiquaires de Normandie, (...)
  • 4 Il pourrait très éventuellement être le Raoul non identifié qui souscrit une charte normande de son (...)
  • 5 Vital, op. cit., l. VII, p. 76.
  • 6 Anglo-Saxon Chronicle, éd. D. Whitelock, D. Douglas et S. Tucker, Londres, Eyre and Spottiswoode, 1 (...)
  • 7 Chronicon Abbatiae Rameseiensis, éd. W. Macray, Londres, 1886, p. 171.
  • 8 ASCh, C, 1041.

3Raoul de Mantes est le fils cadet de Drogo comte du Vexin et de Goda/Godgifu, troisième enfant du roi anglo-saxon Aethelred et de sa femme Emma, fille de Richard II2. Son père, comte d’Amiens, Valois et Vexin, fidèle allié du duc Robert le Libéral, souscrit en 1030 une charte du duc de Normandie en faveur de l’abbaye de Jumièges3 et son fils aîné Gautier, alors âgé de six ans environ, la signe également à ses côtés. Le fait que le nom du cadet n’apparaisse pas pourrait indiquer qu’il n’est pas né à l’époque4. Après la mort de Drogo en 1035 survenue alors qu’il accompagnait le duc Robert en Terre sainte5, sa mère Goda/Godgifu épousa en secondes noces Eustache comte de Boulogne6. Raoul a une dizaine d’années quand il quitte, en 1041, le continent pour suivre son oncle7, rappelé d’exil par HartaCnutt8. En tant que fils cadet, il est probablement à la recherche d’une terre.

  • 9 Eadmer, vita Aedwardi Regis, éd. F. Barlow, Londres, T. Nelson, 1962, p. 29 ; Raoul est de ceux-là (...)
  • 10 ASCh, D, 1043.
  • 11 Frank Barlow, Edward the Confessor, Londres, 1997, p. 75.

4Parmi les nombreux compagnons continentaux d’Édouard, qui ne sont pas de basse naissance9, Raoul est probablement le plus jeune et le plus inexpérimenté et il vient en Angleterre pour parfaire, voire commencer, son apprentissage militaire. Sa fortune suit alors celle de son oncle. À la mort de HartaCnutt en 1042, Édouard est couronné10 grâce au soutien de Godwin, earl de Wessex ; en remerciement, le roi épouse sa fille Édith, donne à son fils aîné Sweyn un earldom découpé sur le Wessex et la Mercie dès 1043, puis donne au cadet Harold celui d’East Anglia peu après11. Pour pouvoir contrebalancer le pouvoir dominant des Godwinides, Édouard doit s’appuyer sur les earls Siward de Northumbrie et Leofric de Mercie, et sur ses compagnons qu’il arrive à placer à un rang élevé ; Raoul est le premier à en bénéficier.

  • 12 Anglo-Saxon Charters, éd. A. J. Robertson, Cambridge University Press, 1939, no CXV.
  • 13 F. Barlow, op. cit., p. 89.
  • 14 Le premier sur la liste est son frère aîné, Gautier de Pontoise, qui sera après la mort de son cade (...)

5En 1050, Raoul souscrit la charte de donation de l’abbaye de Stow St Mary, sous la dénomination d’earl12. L’emplacement de sa signature, à la suite des earls Siward et Harold, témoigne de son importance à la cour et son apparition dans les chartes anglaises est la première évidence d’une récompense de type civil faite par Édouard à un « étranger »13. Il est peu probable que l’élévation par le roi de son neveu ait grandement offusqué le clan godwinide : Raoul est effectivement anglais par sa mère, petit-fils de roi et, maintenant qu’il apparaît évident que le mariage d’Édouard et d’Édith restera stérile, il est le deuxième sur la liste de succession au trône14. Au moins par sa naissance, Raoul peut prétendre à sa place parmi les grands d’Angleterre et il est probable que personne ne la lui contestait.

L’opposition entre le roi et les Godwinides

  • 15 Godwin, maître du Kent, voulait y placer un de ses familiers mais le roi lui préfère le normand Rob (...)
  • 16 ASCh, E, 1051 ; on notera que la Chronique anglo-saxonne ne mentionne qu’un seul château dans le co (...)
  • 17 ASCh, D, 1051.

6Les dissensions entre le clan godwinide et les compagnons continentaux du roi ne cessent cependant de s’aggraver pour éclater au grand jour en 1051, à l’occasion de trois événements distincts. Le premier concerne la succession de l’archevêché de Canterbury15. Le second implique largement Raoul de Mantes : la Chronique anglo-saxonne mentionne la présence, dans le comté de Hereford sur les terres de Sweyn, d’une colonie normande qui aurait opprimé la population anglaise du voisinage, en la contraignant notamment à œuvrer à l’érection d’un château16, ce qui apparaît comme une menace et un affront pour les Godwinides. Le troisième enfin constitue un camouflet encore plus flagrant au pouvoir de Godwin : en septembre 1051, Eustache comte de Boulogne, beau-père de Raoul, s’empare de la ville de Douvres. Mis en fuite par Godwin, Eustache et ses hommes parviennent à gagner Gloucester pour se placer sous la protection du roi17.

  • 18 Ibid.
  • 19 John of Worcester, Chronicle, éd. R. Darlington et P. McGurk, Oxford, Clarendon Press, 1995, 3 volu (...)
  • 20 F. Barlow, op. cit., p. 111.
  • 21 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 560-562.

7Godwin et ses fils, Sweyn et Harold, lèvent alors des troupes considérables et se dirigent vers Gloucester ; se sentant menacé, Édouard fait appel aux earls Siward de Northumbrie et Leofric de Mercie ainsi qu’à son neveu Raoul18. Dans un premier temps, ses troupes encerclant la cité, Godwin exige du roi que les responsables du « fracas de Douvres » lui soient livrés19 et, éventuellement, que la colonie normande se retire de Hereford20. Mais quand arrivent les troupes de Siward, Leofric et Raoul, le roi refuse alors toute idée de négociation. Sentant qu’il n’est plus en position de force, Godwin préfère fuir l’Angleterre avec sa femme et ses quatre fils ; dès le lendemain le tribunal du roi les décrète hors la loi, confisque leurs biens et, dans la foulée, Édouard envoie sa femme Édith, fille de Godwin, au monastère21. Édouard se croit alors débarrassé de son trop puissant sujet.

  • 22 Vita Aedwardi Regis, op. cit., p. 41.
  • 23 ASCh, E, 1052.
  • 24 F. Barlow, op. cit., p. 123.
  • 25 Ibid., op. cit., p. 124.
  • 26 En 1046, il a enlevé pour l’épouser l’abbesse Leominster, ce qui a entraîné son expulsion (Worceste (...)
  • 27 F. Barlow, op. cit., p. 124.

8Moins d’un an plus tard, en juin 1052, Godwin revient en Angleterre22. Pour s’opposer à lui, Édouard dispose notamment d’une flotte de cinquante navires, commandée par son neveu Raoul23. Godwin bénéficie cependant du soutien majoritaire des Anglais du Sud : les Londoniens par exemple préfèrent négocier son entrée dans la capitale24. Les earls Leofric et Siward ne souhaitant pas voir se déclencher une guerre civile et, sentant ses propres troupes prêtes à refuser le combat, Édouard est contraint à la négociation. Le 15 septembre 1052, un grand conseil réuni à Westminster innocente Godwin et ses fils et leur restitue leurs possessions25, à l’exception peut-être de Sweyn, qui a déjà eu affaire avec la justice royale26 et meurt quelques semaines plus tard près de Constantinople27.

Fig. 1 : Évolution des earldoms anglais entre 1050 et 1056, limites suivants les frontières des comtés modernes.
Sources : chronique anglo-saxonne ; chronique de Worcester ; Stenton, anglo-saxon England.

  • 28 Il s’agit probablement de Robert fils Winmarch et le château évoqué est peut-être celui de Claverin (...)
  • 29 ASCh, E, 1052.
  • 30 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 572 ; Osbern, Hugues et apparemment la totalité des « réfugiés » no (...)

9Présentés comme responsables de la crise, les compagnons normands du roi s’enfuient, les uns au nord vers le château d’un dénommé Robert28, les autres à l’ouest vers le château d’un dénommé Pentecost29. La Chronique de Worcester évoque un Osbern surnommé Pentecost et son compagnon d’armes Hugues, qui sont contraints de rendre leurs châteaux (castella) et de quitter l’Angleterre avant de se réfugier, pour une partie, auprès du roi d’Écosse Macbeth30. Raoul par contre n’est nullement inquiété et son earldom est peut-être agrandi.

L’étendue de l’earldom de Raoul (fig. 1)

  • 31 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 576.
  • 32 Ibid, p. 558. Il reste cependant envisageable que le chroniqueur puisse commettre une petite erreur (...)

10Les contours de l’earldom de Raoul et l’évolution de ses limites entre 1050 et 1057 sont assez difficiles à saisir. Si Raoul est désigné comme earl en 1050 puis à nouveau en 1051, ce n’est qu’en 1055 que son titre est associé à un territoire, en l’occurrence le comté de Hereford31. Il ne l’est cependant probablement pas dès 1051 puisque le comté est mentionné par le chroniqueur de Worcester dans la liste des comtés constituant l’earldom de Sweyn32. Cependant, la présence d’une colonie normande dans ce comté, présentée comme un des facteurs déclencheurs de la crise et qu’on imagine mal s’être établie sous l’autorité de Sweyn, semble bien indiquer que Raoul l’a possédé avant le déclenchement de la crise entre le roi et les Godwinides.

  • 33 Ann Williams, « The King’s Nephew », The Sudeleys, Lord of Toddington, Toddington, 1987, p. 331-332

11Une hypothèse intéressante fait de Raoul le successeur de Beorn33. Le neveu de Cnutt, assassiné par Sweyn en 1049, fut en possession de l’earldom des Midlands, bande de terre courant du Middlesex au Worcestershire avec comme pivot central le Warwickshire, et il fut commandant de la flotte royale basée à Londres. Or le Domesday Book évoque Raoul au rang des anciens propriétaires dans plusieurs comtés des Midlands et il est commandant de la flotte royale en 1052. L’hypothèse ne résout cependant pas le problème de sa possession du comté de Hereford avant 1051.

  • 34 Domesday Book, éd. J. Morris, vol. 11 (Middlesex), Chichester, Phillimore, 1975, 129v. On y apprend (...)

12À la fin des années 1040, Raoul est marié34 à la fille d’un puissant seigneur probablement établi principalement dans le Warwickshire. En 1049, après la mort de Beorn, lorsque Sweyn est en exil, Raoul est élevé au rang d’earl en récupérant le domaine (et l’office) de Beorn augmenté d’une partie de l’earldom de Sweyn dont le comté de Hereford. L’un de ses premiers actes sera alors de procéder à la construction de châteaux dans ce comté pour défendre la frontière contre la menace galloise. En 1050, lors du retour en grâce de Sweyn, Raoul lui restitue ses possessions et se retire plus à l’est, vers Worcester, Warwick et Leicester, mais la colonie normande de Hereford reste en place dans le comté, devenant dès lors un sujet de discorde. L’earldom dans lequel Raoul lève des troupes en 1051 serait alors constitué des comtés de Worcester, Warwick, Leicester et Buckingham, augmenté du contingent normand de Hereford. Après l’expulsion des Godwinides, Raoul récupère les comtés de Hereford et de Gloucester, et puisque Sweyn n’est pas compris dans la réhabilitation des Godwinides, il les conserve après 1052.

13Raoul est alors en charge de la défense des Marches galloises du Sud jusqu’en 1055, dans un contexte troublé et très particulier de l’histoire britannique : le pays de Galles est alors, pour la seule fois de son histoire, unifié par une seule autorité et menace directement le royaume anglais.

La guerre anglo-galloise (1055-1063)

La défaite de Raoul en 1055

  • 35 Pour plus de détails sur ce roi, grande figure de l’histoire et du nationalisme gallois, voir Karen (...)

14Le règne de Gruffydd ap Llewellyn35 changea les relations entre l’Angleterre et le pays de Galles. Jusqu’alors, les principautés formées par les descendants de Bretons chassés par les Anglo-Saxons avaient été regardées comme inférieures. C’est à partir du règne de Gruffydd que les sources anglaises commencent à s’intéresser de près à la vie politique galloise, parce qu’elle interfère alors directement dans la vie anglaise, et que les souverains anglais accentuent leur domination avec, à l’esprit, la soumission totale du pays de Galles.

  • 36 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 566 ; c’est sur la base de cette mention que l’on peut envisager l’ (...)
  • 37 À la mort de Siward de Northumbrie, un conseil est organisé pour lui trouver un successeur – son fi (...)

15Déjà en 1052, en pleine crise interne anglaise, Gruffydd ap Llewellyn avait tenté une première incursion dans le comté de Hereford ; les nombreux Normands de la région tentèrent alors de le repousser mais sans succès36. La menace est encore plus grande en 1055 : Gruffydd tient alors tout le pays de Galles et il a réussi à nouer une alliance avec Aelfgar fils de Leofric de Mercie37.

  • 38 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 576-578.
  • 39 « Anglos contra morem in equis pugnare jussit » (Worcester, op. cit., vol. 2, p. 576). Les Saxons, (...)

16La chronique de Worcester est la plus détaillée dans son commentaire de la bataille d’octobre 105538. Elle précise qu’Aelfgar a demandé l’aide du roi Gruffydd pour combattre le roi Édouard. Le Gallois assemble alors une armée levée sur l’ensemble de son royaume et envoie un message à Aelfgar. Une fois rassemblée, la grande armée, qu’on ne peut chiffrer mais qui doit être considérable, entre dans le comté de Hereford avec l’intention affichée de ravager les Marches galloises. L’earl Raoul se porte alors au-devant de l’ennemi qu’il rencontre à trois kilomètres à l’ouest de Hereford. La chronique insiste sur le fait que l’earl a ordonné à ses troupes de combattre à cheval, « contrairement à la coutume »39, et révèle que, juste avant le combat, l’earl et ses compagnons continentaux prennent la fuite. Privée de ses chefs, l’armée anglaise fuit à son tour ; elle est rattrapée et taillée en pièces. Avant la fin de la journée, Gruffydd et Aelfgar pénètrent dans la cité d’Hereford sans rencontrer la moindre résistance. La cathédrale, qu’Aethelstan vient à peine de finir de reconstruire, est incendiée, les reliques de Saint Aethelbert sont violées, les chanoines massacrés, la ville pillée et incendiée et de nombreux citoyens sont tués ou emmenés en captivité. Jamais l’Angleterre n’avait subi une défaite aussi humiliante de la part de ses voisins gallois.

  • 40 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 576.
  • 41 Hâtivement traduit, en français et en anglais par « timide », timidus dérive du verbe latin timere, (...)

17La bataille de 1055 est l’un des événements militaires les plus marquants de l’histoire de l’Angleterre pré-normande. Elle constitue également le sommet de la carrière militaire, et de la vie, de Raoul de Mantes ainsi que sa faillite totale : incapable de refouler les Gallois, il a surtout fait preuve de lâcheté en abandonnant ses hommes. À cette occasion il gagne d’ailleurs le surnom par lequel il passera à la postérité : timidus dux Rauulfus40, soit Raoul le Timoré41.

La victoire d’Harold Godwineson

  • 42 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 578; ASCh, C, 1055. Les fouilles menées dans les années 1980 sur le (...)
  • 43 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 578.
  • 44 ASCh, C, 1056. Leofgar, chapelain d’Harold, devient en 1056 évêque de Hereford ; pour venger la des (...)
  • 45 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 584. L’East Anglia est alors donnée à Gyrth, fils de Godwin.
  • 46 ASCh, D, 1058.
  • 47 Des chroniques irlandaises évoquent une immense flotte que Magnus, roi de Norvège, a levée aux Orca (...)

18Pour venger l’affront et se débarrasser des Gallois, Édouard est alors obligé de se tourner vers Harold, qui récupère une partie des terres de Raoul. Dans un premier temps, Harold parvient à repousser les Gallois et renforce les défenses de Hereford en encerclant la ville d’un profond fossé avec portes et barrières42. Parallèlement, une négociation conduit à une trêve et à la réhabilitation d’Aelfgar qui récupère alors son earldom d’East Anglia43. Mais dès l’année suivante, Gruffydd défait une nouvelle fois une armée anglaise, près de Glasbury on Wye44. En 1058, à la mort de son père Leofric, Aelfgar devient earl de Mercie et est à nouveau expulsé peu après45. Fidèle à son habitude, il va trouver refuge auprès de Gruffydd et cherche par la force à retrouver sa position ; la chronique anglo-saxonne, relatant l’événement, se contente de dire qu’il est trop fastidieux d’en livrer les détails46 mais la menace n’a jamais été aussi grande47. Il est probable qu’Édouard a cherché à éviter l’affrontement et payé au prix fort le départ de ses ennemis.

  • 48 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 596.

19Enfin, en 1062, la mort d’Aelfgar prive Gruffydd de son soutien en Angleterre et un courant d’opposition dans les zones galloises qu’il a soumises affaiblit sa position. Harcelé par Harold et son frère Tostig, abandonné par la plupart des nobles gallois qui lui avaient juré fidélité, Gruffydd se réfugie dans le massif de Snowdonia où il est assassiné par sa propre garde, qui apporte la tête du roi gallois à Harold48.

  • 49 Il est en ce sens significatif que les nobles gallois prêtent serment à Harold et non au roi (ASCh, (...)
  • 50 K. L. Maund, op. cit., p. 69-70. Le Deheubart (sud-ouest) est partagé entre Hywel, Maredudd et Rhys (...)

20La victoire militaire d’Harold contraste avec la débâcle de Raoul et marque la renaissance de la puissance militaire anglaise ; Harold apparaît comme le sauveur de la nation, restaurateur de la fierté nationale et agit en tant que vice-roi dans les Marches galloises49. Pour se prémunir de toute nouvelle menace, il prend bien soin de morceler le pays de Galles entre plusieurs souverains, souvent rivaux50.

  • 51 A. Williams, « the King’s Nephew », op. cit., p. 339.
  • 52 ASCh, D, 1057.
  • 53 Le nom du fils, probablement nommé Harold en hommage à Harold Godwineson, et sa garde exercée par É (...)

21Après sa cuisante défaite en 1055, Raoul de Mantes s’est recentré sur les comtés d’Oxford et de Buckingham, où il est vraisemblablement resté earl51 jusqu’à sa mort le 21 décembre 105752, survenue alors qu’il était âgé tout au plus d’une trentaine d’années. Son fils Harold, trop jeune pour lui succéder, est confié à la garde de la reine Édith53. La carrière de Raoul est donc assez courte – cinq ans – et loin d’être glorieuse. On ne peut cependant lui contester d’avoir introduit en Angleterre deux innovations majeures du Moyen Âge : la cavalerie et le château.

Les châteaux pré-normands du comté de Hereford

Ewyas Harold

Fig. 2 : Ewyas Harold, Herefordshire (UK), état actuel des structures.

  • 54 Alan Harfield, « A hand-list of Castles recorded in the Domesday Book », English Historical Review, (...)
  • 55 Ibid., p. 391.
  • 56 Domesday Book, éd. J. Morris, vol. 17 (Herefordshire), éd F. Thorn, Chichester, Phillimore, 1983, 1 (...)
  • 57 Qualifié par D. J. C. King, Castellarium Anglicanum, New York, Londres, Kraus, 1983, p. 205, de « t (...)

22Le comté de Hereford est, dans le Domesday Book, le comté anglais où est mentionné le plus grand nombre de sites fortifiés54, pour une part évoqués comme des fondations du comte Guillaume fils Osbern55. Une entrée retient l’attention : celle d’Ewyas Harold56. Alfred de Marlborough, neveu d’un dénommé Osbern, est alors en possession du château que le comte Guillaume a refortifié (non pas fondé) avant de lui donner. Il est aussi précisé que cet Osbern possédait, du temps où Godwin était exilé, les manoirs de Burghill et Brinsop et qu’il les a perdus lors du retour de l’earl. Dès lors il paraît logique d’identifier le nommé Osbern du Domesday Book avec le Osbern surnommé Pentecost (Chronique de Worcester) et d’identifier le château de Pentecost (Chronique anglo-saxonne) avec le château d’Ewyas Harold. Ce qui en fait le seul château antérieur à 1066 clairement identifiable par les sources57, construit alors que le comte Raoul est en possession du comté pendant l’exil de Sweyn, à la fin de l’année 1049.

23Le village d’Ewyas Harold est situé au sud-ouest du comté de Hereford, sur les rives du Dulas, affluent de la Dore. Il est implanté au débouché oriental d’une voie de communication naturelle entre Hereford et les Galles du Sud. Le village est de plus situé près du cœur de l’Archenfield, dont la population peut être considérée comme anglo-galloise et probablement encore rétive au pouvoir anglais. La fonction du château peut donc être double : défendre une entrée dans la frontière naturelle anglo-galloise et renforcer la présence anglaise dans une région encore mal soumise.

  • 58 R. Shoesmith, Castle of Herefordshire, Almeley, 1996, p. 105.
  • 59 E. S. Armitage, J. Murray, Early Norman Castles of the British Isles, Londres, 1912, p. 150.
  • 60 Artur T. Bannister, History of Ewyas Harold, Hereford, 1902, p. 15 ; il faut cependant se méfier d’ (...)
  • 61 Historia et Cartularium Monasterii Sancti Petri Gloucestriae, éd. W. Hart, Londres, 1863-1867, vol. (...)

24Le château est implanté sur un éperon dominant d’une vingtaine de mètres le site d’occupation du village primitif. Une puissante motte, de 15 m de hauteur pour un diamètre sommital de 30 m, constitue l’élément le plus marquant du site. Un fossé, d’une profondeur maximale de 13 m, enserre la motte sur sa moitié ouest et l’isole du plateau environnant. La basse-cour, de 100 m de long pour une largeur de 60 m, est implantée sur une terrasse naturelle entre la motte et le rebord de l’éperon. Au XVIe siècle, des vestiges de maçonneries étaient encore visibles58 et des sondages archéologiques succincts, au début du XXe siècle, ont confirmé la présence de fondations de maçonneries59. Au sommet de la motte, ces vestiges ont été interprétés comme la trace d’un shell-keep avec deux tours au nord et à l’ouest60. Enfin, deux chartes du XIIe siècle évoquent la présence à Ewyas Harold d’une église paroissiale Saint-Michel et d’une chapelle castrale dédiée à saint-Nicolas61.

25Depuis le rebord extérieur du fossé, sur le niveau de sol naturel, le sommet de la motte ne surplombe qu’à peine le relief environnant ; il est probable qu’à l’origine le rebord du plateau se prolongeait jusqu’au niveau de la motte. Le creusement d’un fossé en arc de cercle a dû laisser subsister une butte naturelle ; les terres extraites du fossé ont ensuite été rapportées sur cette butte pour en accroître la surface disponible au sommet. La motte peut alors être considérée comme un réaménagement de la pointe naturelle de l’éperon, dont la partie est serait composée de terre rapportée alors que la moitié ouest serait principalement constituée par le sol naturel en place.

Fig. 3: Hereford, Herefordshire (UK), restitution du château.
Plan restitué d’après le plan de John Speed (vers 1610), la description de Leland (début du XVIe siècle), le plan de la ville de Hereford (vers 1820), les vestiges actuels et les données de fouilles publiés par Shoesmith (1980).

  • 62 Le site primitif aurait par exemple pu être constitué d’un fossé et d’un fort talus, isolant l’actu (...)

26La motte est obligatoirement l’élément primitif du château puisque c’est sa construction qui fortifie le site naturel. On ne peut totalement écarter la possibilité qu’elle fut implantée, par exemple par Guillaume fils Osbern, dans un site préexistant62, mais son importance dans la fortification du site et la relative facilité de sa construction nous portent à la considérer comme contemporaine de la fondation du château d’Osbern Pentecost, entre 1049 et 1051.

Hereford et le château de Hugues

  • 63 R. A. Brown, Castles, Conquest and Charters, Woodbridge, Boydell, 1989, p. 70, en envisage plusieur (...)
  • 64 Le manoir de Monnington, tenu en 1086 par des hommes d’armes d’Alfred de Marlborough, situé face à (...)

27La Chronique de Worcester laisse supposer qu’un dénommé Hugues, compagnon d’armes d’Osbern Pentecost, possédait un château63 mais il est malaisé de l’identifier64. Il n’est pas illogique non plus d’envisager que le comte Raoul ait procédé à la construction d’un château dans la ville de Hereford, mais aucune source ne permet d’argumenter de son existence.

28Du château de Hereford (fig. 3) il ne reste aujourd’hui qu’une partie de la basse-cour et une portion de talus ; au nord, un bassin en eau est le dernier vestige du fossé. Détruit à la fin du XVIIIe siècle, le château est néanmoins représenté, notamment par John Speed vers 1610, et son plan final peut être globalement restitué. Il était implanté dans l’angle sud-est de la ville, coincé entre le fleuve Wye, la cathédrale, l’enceinte urbaine et l’espace bâti.

  • 65 R. Shoesmith, Hereford City Excavations, op. cit., vol. 1, p. 57.

29À l’époque de Raoul, les espaces au nord, au sud et à l’ouest de la cathédrale étaient déjà densément peuplés et l’angle sud-est de la ville était occupé par le prieuré Saint-Guthlac65. Si le comte avait construit son château en lui donnant l’emprise qu’il aura par la suite, il aurait alors intégralement englobé le prieuré et entraîné la destruction d’un certain nombre de maisons et les sources auraient probablement ajouté ces atteintes portées contre la population anglaise et un lieu de culte à la liste des dommages causés par les Français.

  • 66 Ibid., vol. 2, p. 58.

30Une hypothèse osée est à mentionner66 : à l’angle nord-ouest de la basse-cour, toujours visible aujourd’hui, se tient le point le plus haut et le plus large du rempart. Le micro-toponyme Hogg’s Mount est resté attaché à ce lieu qui est envisagé comme le château de Raoul. Il aurait à l’époque été construit sur le tracé de l’enceinte urbaine, à proximité d’une porte mais à l’écart des habitations et du prieuré Saint-Guthlac. Le tertre, qui pouvait faire une quinzaine de mètres de diamètre, aurait par la suite été incorporé au rempart de la basse-cour lors de l’aménagement du château selon l’emprise qu’on lui connaîtra par la suite. Une telle hypothèse repose cependant sur le postulat selon lequel le comte Raoul a bien établi un château dans la ville.

  • 67 On imagine mal que le chroniqueur, qui fait déjà grief à Raoul d’avoir voulu combattre à cheval, pa (...)

31On ne peut cependant manquer de s’étonner que la Chronique de Worcester, donnant pourtant beaucoup de détails sur le sac de la ville en 1055, n’évoque pas un château que les Gallois auraient alors ravagé, si celui-ci avait existé67. Il apparaît donc raisonnable de se garder de toute conclusion à ce sujet.

Fig. 4: Richard’s Castle, Herefordshire (UK).
État actuel des structures et détails de la chronologie de la tour-porche, d’après Curnow et Thompson.

Richard’s Castle (fig. 4)

  • 68 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 570.
  • 69 Ibid., vol. 3, p. 4-7.

32Le château de Richard’s Castle, moins documenté qu’Ewyas Harold, peut néanmoins être considéré comme un château pré-conquête. La Chronique de Worcester évoque un nommé Richard fils Scrob, beaufils de Robert fils Winmarch68, et le Domesday Book le mentionne au rang des anciens propriétaires du temps du roi Édouard. À la différence d’Osbern Pentecost, il n’a pas été expulsé en 1052, on le retrouve mentionné en 1067 lorsque ses exactions contre son voisin Eadric silvaticus poussent l’Anglo-saxon à la révolte69. Son fils Osbern fils Richard hérite de ses terres avant la rédaction du Domesday Book en 1086.

  • 70 Domesday Book, Herefordshire, op. cit., 12-2.
  • 71 P. Remfry, Richard’s Castle, Malvern, 1997, p. 26.
  • 72 ASCh, D, 1052.

33À cette époque est mentionnée une châtellenie à Avretone70, nom qui s’est maintenu dans les deux villages voisins de Orleton et Overton. Le village, protégé par une enceinte encore partiellement visible, n’existe pas à l’époque du Domesday Book et dut être fondé dans la deuxième moitié du XIIe siècle71 ; Richard’s Castle apparaît donc comme une fondation strictement militaire. Si le château existe bien en 1086, aucune mention claire ne permet d’affirmer avec certitude qu’il fut fondé avant la conquête. Néanmoins, la Chronique anglo-saxonne évoque en 1052 une armée galloise dans le nord du comté près de Leominster ; en réaction, les Anglais de la région et les Français du château s’assemblent pour marcher contre elle72. Comme il n’a jamais existé de château à Leominster, il est fort probable que le château mentionné soit celui, tout proche, de Richard’s Castle. Sa fondation pourrait alors être contemporaine d’Ewyas Harold, vers 1049-1051, l’un défendant le nord de la frontière, l’autre le sud.

  • 73 La fouille menée par Curnow et Thompson de 1962 à 1964 a pu mettre en évidence la chronologie relat (...)
  • 74 P. G. Curnow et M. W. Thompson, « Excavations at Richard’s Castle », Journal of British Archeologic (...)

34Richard’s Castle est situé à l’extrême nord du comté de Hereford, sur le versant oriental des collines de Vinnal, séparant la vallée de la Teme de celle de la Lugg. Le château est implanté sur une petite terrasse naturelle surplombant, d’une trentaine de mètres, un vallon creusé par un petit ruisseau. Il a aujourd’hui l’aspect assez classique d’un château à motte et basse-cour, la motte étant située à l’ouest du site, dominant le vallon. Si la motte a aujourd’hui un diamètre sommital de 14 m pour une élévation de 27 m (par rapport au fond du fossé ouest) à 13 m (par rapport à la basse-cour à l’ouest), l’étude archéologique73 a démontré que son aspect avait été modifié par la construction d’un donjon octogonal, dans la deuxième moitié du XIIe siècle, puis par son effondrement. Ainsi on envisage que la motte était à l’origine plus basse (3 à 4 m de moins) et plus large (une vingtaine de mètres de diamètre sommital)74.

  • 75 Ibid., p. 112. Sa taille imposante réduisait presque de moitié la superficie actuelle de la basse-c (...)

35La basse-cour, à l’est, enserre la moitié de la motte ; en forme de croissant, sa largeur varie de 20 à 50 m pour une longueur maximale de 140 m. Elle était séparée de la motte par un fossé de 12 m de large pour une profondeur de 3 m, qui fut comblé au XIIIe ou XIVe siècle75.

  • 76 Les fouilles menées à Hen Domen (Montgomeryshire) et Berkhamsted (Berkshire) ont montré la présence (...)
  • 77 P. G. Curnow et M. W. Thompson, op. cit., p. 115-116.

36Un profond fossé, de 20 à 25 m de large, en grande partie renforcé par un talus de contrescarpe76 s’élargissant au voisinage de la motte, encercle les deux structures. Enfin, de nombreux vestiges de maçonneries complètent l’aspect actuel du site. Outre les fondations du donjon et du colombier attenant, il subsiste un pan du rempart encore en élévation et un fragment de mur, au sud, est le dernier vestige de la tour-porche qui, bien que non datée avec précision, constitue la plus ancienne phase de maçonnerie du site77.

  • 78 Ibid., p. 109.

37Contrairement à Ewyas Harold, les constructeurs de Richard’s Castle n’ont pas bénéficié d’un relief naturel à remodeler pour ériger la motte, considérée comme entièrement artificielle78. On pourrait envisager son rajout après la fondation du site, le château aurait alors eu primitivement l’aspect d’une enceinte vaguement triangulaire. Mais dans cette configuration, les qualités défensives du site apparaissent très faibles, l’intérieur de l’enceinte étant alors au même niveau, voire plus bas, que le relief environnant. Bien que cette hypothèse ne puisse être totalement écartée, la motte nous semble contemporaine de la fondation du château, et donc datable des environs de l’année 1050.

  • 79 En Normandie, les tours du Plessis-Grimoult (Calvados), construite avant 1047, et de Bretoncelles ( (...)
  • 80 P. M. Remfry, op. cit., p. 34. On pourra cependant objecter que les autres maçonneries, également e (...)
  • 81 La compilation de l’évêque Wulfstan dresse la liste de ce dont a besoin un homme libre pour obtenir (...)

38C’est aussi peut-être le cas de la tour-porche. Construite en deux phases, elle était dans son état initial constituée de deux murs parallèles en plaques de schiste, de 6 m de longueur et de 1,5 m de large, ménageant entre eux un passage de 3,5 m. Cette structure, assez grossière, fut agrandie au XIIe siècle par deux murs à l’est, de 6 m de long s’appuyant sur les murs initiaux. Devenue rectangulaire, la tour-porche est aussi d’une construction plus soignée : une loge de portier, un passage piéton et un conduit de latrine sont aménagés dans le mur nord, le niveau de passage est empierré et un chanfrein enserre la base des murs. Si la datation de l’état initial de la tour-porche ne peut être archéologiquement affirmée, son aspect fort simple invite à la rapprocher d’exemples anciens en Normandie ou en Angleterre79, et on peut sans grand risque la considérer comme antérieure à la fin du XIe siècle. De plus, le creusement des fossés dans le sol naturel schisteux ayant permis d’extraire un grand nombre de plaques de schistes, il n’est pas illogique d’envisager que ce matériau de construction a été immédiatement employé80. La tour-porche pourrait alors être contemporaine de la fondation du site, vers 105081.

39L’étude de la courte vie de Raoul le Timoré (vers 1030-1057) ne le fait certes pas apparaître à son avantage. Arrivé en Angleterre comme fils cadet sans terre, il prend rapidement sa place parmi les grands nobles anglais. Le rôle qu’il tient dans la crise entre le roi Édouard et les Godwinides entre 1051 et 1052 est de premier plan et son issue, à l’avantage des fils de Godwin, ne paraît pas l’affaiblir. Mais le neveu de roi, dont la promotion visait clairement à équilibrer le pouvoir entre Édouard et les Godwinides et dont la mission était de protéger le royaume anglais de la menace galloise, faillit totalement dans ce rôle important. Sa débâcle en 1055 près de Hereford accroît au contraire considérablement le pouvoir d’Harold Godwineson.

40Mais Raoul est aussi un homme d’innovation mal servi par le contexte historique. Certain, avec raison, de la supériorité de la cavalerie sur l’infanterie, Raoul s’applique avec détermination à imposer ce mode de combat à ses troupes, où la proportion de natifs du continent n’est guère saisissable. La Chronique de Worcester, en faisant de cette exigence de Raoul la raison première de sa défaite, néglige le déséquilibre des forces entre ses troupes et celles de Gruffydd ap Llewellyn. Si sa fuite au combat demeure inexplicable et injustifiable, ce sont bien la puissance acquise par le souverain gallois et les dissensions entre Aelfgar et les fils de Godwin qui menacent l’Angleterre, la lâcheté de Raoul n’est qu’anecdotique.

41De même, la construction d’un certain nombre de châteaux entreprise sous son autorité dans le comté de Hereford, si elle était bien une façon innovante de renforcer la défense de la frontière anglo-galloise, se révéle surtout être un point supplémentaire de discorde entre les compagnons français du roi et les Godwinides. Les compagnons continentaux de Raoul, Osbern Pentecost, Hugues et Richard fils Scrob, pour ceux que l’on peut nommer, ont visiblement reproduit dans leur nouveau domaine anglais les structures sociales et hiérarchiques qu’ils avaient connues sur le continent, que ce soit en Normandie ou en Île-de-France.

42Certes, l’apparition des châteaux et de la cavalerie n’entraîne pas l’apparition conjointe d’un système féodal. Il ne s’agit pas de faire du comté de Hereford, entre 1050 et 1055, un îlot de féodalisme français au milieu d’une Angleterre encore anglo-saxonne, ni de Raoul le précurseur du féodalisme anglais. Mais son exemple démontre que des transformations étaient en cours dans l’Angleterre d’Édouard le Confesseur. Après la conquête, Guillaume de Normandie impose bien, par la force, un modèle étranger dont le Domesday Book reflète l’organisation. Mais l’Angleterre était alors déjà ouverte aux influences extérieures.

  • 82 La motte de Gaillefontaine notamment, considérée comme la première motte en Normandie, pourrait ain (...)

43Si l’on considère que les mottes d’Ewyas Harold et de Richard’s Castle sont bien contemporaines de la fondation des châteaux, l’apparition de la motte est alors simultanée en Angleterre et en Normandie, au tournant des années 1050, voire peut-être légèrement antérieure, des révisions de dates étant actuellement en cours pour certains sites normands majeurs82. Considérant qu’un même phénomène touche simultanément les deux rives de la Manche, il convient de se demander dans quel sens s’est vraiment opéré l’échange. Il est ainsi envisageable que l’utilisation massive de la motte en Angleterre, terre à soumettre, suivant un modèle qui y est déjà connu, précède son apparition en Normandie, terre fermement soumise. Dès lors, la construction des mottes en Normandie, lors des troubles consécutifs à la mort de Guillaume en 1087, se ferait suivant un modèle déjà majoritaire en Angleterre mais encore rare dans le duché. Le château à motte aurait ainsi été expérimenté, et son efficacité reconnue, en Angleterre avant d’être généralisé en Normandie, et non l’inverse.

Notes

1 Marc Bloch, Seigneurie française et manoir anglais, Paris, Armand Colin, 1967.

2 Le mariage dut avoir lieu en 1024, peu de temps après l’arrivée d’Aethelred et de sa famille en Normandie ; de cette union naquirent les comtes Gautier et Raoul et Foulques, évêque d’Amiens. Orderic Vital, Historia ecclesiastica, éd. M. Chibnall, 6 volumes, Oxford, Clarendon Press, 1969-1980, livre VII, p. 76.

3 Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie, Caen, Société des antiquaires de Normandie, 1961, no 63.

4 Il pourrait très éventuellement être le Raoul non identifié qui souscrit une charte normande de son oncle Édouard (M. Fauroux, op. cit., no 76), il aurait alors trois ou quatre ans, six tout au plus.

5 Vital, op. cit., l. VII, p. 76.

6 Anglo-Saxon Chronicle, éd. D. Whitelock, D. Douglas et S. Tucker, Londres, Eyre and Spottiswoode, 1961, version D, année 1051 (désormais ASCh).

7 Chronicon Abbatiae Rameseiensis, éd. W. Macray, Londres, 1886, p. 171.

8 ASCh, C, 1041.

9 Eadmer, vita Aedwardi Regis, éd. F. Barlow, Londres, T. Nelson, 1962, p. 29 ; Raoul est de ceux-là puisqu’il descend indirectement par son père de Charlemagne et par sa mère de Rollon et d’Alfred le Grand.

10 ASCh, D, 1043.

11 Frank Barlow, Edward the Confessor, Londres, 1997, p. 75.

12 Anglo-Saxon Charters, éd. A. J. Robertson, Cambridge University Press, 1939, no CXV.

13 F. Barlow, op. cit., p. 89.

14 Le premier sur la liste est son frère aîné, Gautier de Pontoise, qui sera après la mort de son cadet le seul héritier direct. Le duc Guillaume de Normandie le sait parfaitement quand Gautier tombe entre ses mains en 1064 ; dès lors, son possible empoisonnement évoqué par Orderic Vital prend un sens tout particulier (Vital, op. cit., L. III, p. 118).

15 Godwin, maître du Kent, voulait y placer un de ses familiers mais le roi lui préfère le normand Robert de Jumièges (Vita Aedwardi Regis, op. cit., p. 31).

16 ASCh, E, 1051 ; on notera que la Chronique anglo-saxonne ne mentionne qu’un seul château dans le comté de Hereford. La construction de ce château a vraisemblablement eu lieu sous l’autorité de Raoul (voir ci-dessous).

17 ASCh, D, 1051.

18 Ibid.

19 John of Worcester, Chronicle, éd. R. Darlington et P. McGurk, Oxford, Clarendon Press, 1995, 3 volumes, vol. 2, p. 560.

20 F. Barlow, op. cit., p. 111.

21 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 560-562.

22 Vita Aedwardi Regis, op. cit., p. 41.

23 ASCh, E, 1052.

24 F. Barlow, op. cit., p. 123.

25 Ibid., op. cit., p. 124.

26 En 1046, il a enlevé pour l’épouser l’abbesse Leominster, ce qui a entraîné son expulsion (Worcester, op. cit., vol. 2, p. 548) ; en 1049, alors qu’il tente de revenir en grâce, il tue sans raisons apparentes l’earl Beorn, neveu de Cnutt le Grand, ce qui ne l’empêchera pas d’être pardonné et réintroduit dans ses titres (Worcester, op. cit., vol. 2, p. 550).

27 F. Barlow, op. cit., p. 124.

28 Il s’agit probablement de Robert fils Winmarch et le château évoqué est peut-être celui de Clavering, au nord de Londres.

29 ASCh, E, 1052.

30 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 572 ; Osbern, Hugues et apparemment la totalité des « réfugiés » normands sont tués le 27 juillet 1054 lors d’un accrochage entre les troupes de Macbeth et celles de Siward de Northumbrie, près de Perth (R. L. Graeme Ritchie, Normans in Scotland, Édimbourg, University Press, 1954, p. 7).

31 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 576.

32 Ibid, p. 558. Il reste cependant envisageable que le chroniqueur puisse commettre une petite erreur en évoquant une époque où les limites et possesseurs des earldoms évoluent souvent.

33 Ann Williams, « The King’s Nephew », The Sudeleys, Lord of Toddington, Toddington, 1987, p. 331-332.

34 Domesday Book, éd. J. Morris, vol. 11 (Middlesex), Chichester, Phillimore, 1975, 129v. On y apprend le nom de sa femme, Gytha, mais pas sa filiation ; on y apprend également le nom de son fils, Harold, dont nous reparlerons.

35 Pour plus de détails sur ce roi, grande figure de l’histoire et du nationalisme gallois, voir Karen L. Maund, The Welsh Kings, Stroud, 2002, Tempus, p. 60-65.

36 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 566 ; c’est sur la base de cette mention que l’on peut envisager l’existence, en 1052, du château de Richard’s Castle.

37 À la mort de Siward de Northumbrie, un conseil est organisé pour lui trouver un successeur – son fils Waltheof étant trop jeune – et à ce même conseil Aelfgar est banni du royaume (ASCh, C, D, E 1055). Aelfgar a pu réclamer pour lui la Northumbrie, mais à la mort de son père il héritera de la Mercie et se retrouvera alors à la tête de toute l’Angleterre au nord de la Tamise. La Northumbrie est donnée à Tostig, fils de Godwin ; Aelfgar a peut-être manifesté trop bruyamment sa déception et les Godwinides se sont arrangés pour éliminer un concurrent en l’accusant de trahison (ASCh, E, 1055 ; selon les versions C et D de la Chronique, il est innocent). Si à cette date, Aelfgar a déjà noué alliance avec Gruffydd, l’accusation de trahison pourrait être cette alliance (K. L. Maund, op. cit., p. 67).

38 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 576-578.

39 « Anglos contra morem in equis pugnare jussit » (Worcester, op. cit., vol. 2, p. 576). Les Saxons, comme les Vikings, utilisent le cheval pour rejoindre le lieu du combat mais combattent à pied ; il s’agit bel et bien de la première utilisation militaire du cheval dans l’histoire anglaise.

40 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 576.

41 Hâtivement traduit, en français et en anglais par « timide », timidus dérive du verbe latin timere, « craindre » ; une meilleure traduction, tenant compte du caractère pusillanime que contient le terme, serait « Raoul le Timoré » voire, si l’on veut conserver l’initiale et la violence du propos, Raoul le Trouillard.

42 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 578; ASCh, C, 1055. Les fouilles menées dans les années 1980 sur les défenses de Hereford n’ont pas permis d’identifier cette phase de fortification (R. Shoesmith, Hereford City Excavations, vol. 2, CBA Research Report 46, Londres, 1982 p. 83) et on a du mal à imaginer, au regard de la qualité de la fouille, que l’équipe d’archéologues ait pu passer à côté ; il y a là un hiatus entre sources écrites et réalités de terrain.

43 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 578.

44 ASCh, C, 1056. Leofgar, chapelain d’Harold, devient en 1056 évêque de Hereford ; pour venger la destruction de sa cathédrale, il assemble des troupes pour abattre la menace galloise. Victorieux à Glasbury on Wye le 16 juin, Gruffydd s’avance jusqu’à Worcester où l’évêque Ealdred est contraint à la négociation. Si Gruffydd jure fidélité au roi Édouard, il reçoit en contrepartie des terres autour du fleuve Dee, dans le nord du pays de Galles, lesquelles étaient sous domination anglaise depuis plusieurs siècles (Frank Stenton, Anglo-Saxon England, Oxford, Clarendon Press, 1971, p. 566).

45 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 584. L’East Anglia est alors donnée à Gyrth, fils de Godwin.

46 ASCh, D, 1058.

47 Des chroniques irlandaises évoquent une immense flotte que Magnus, roi de Norvège, a levée aux Orcades, aux Hébrides et en Irlande, prête à conquérir l’Angleterre et seulement arrêtée par la volonté de Dieu (F. Stenton, op. cit., p. 567). Peu évoquée par les sources, cette expédition est pourtant comparable à celle qui mena Cnutt le Grand à la tête de l’Angleterre et à celle qui mènera Harald Hardrada à Stamford Bridge en 1066.

48 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 596.

49 Il est en ce sens significatif que les nobles gallois prêtent serment à Harold et non au roi (ASCh, D, 1063).

50 K. L. Maund, op. cit., p. 69-70. Le Deheubart (sud-ouest) est partagé entre Hywel, Maredudd et Rhys ap Tewdwr, le Morgannwg (sud-est) revient à Caradog fils de Gruffydd ap Rhydderch, le Powys (centre) à Bleddyn et le Gwynnedd (nord) à Rhiwallon, tous deux demi-frères utérins de Gruffydd ap Llewellyn.

51 A. Williams, « the King’s Nephew », op. cit., p. 339.

52 ASCh, D, 1057.

53 Le nom du fils, probablement nommé Harold en hommage à Harold Godwineson, et sa garde exercée par Édith, fille de Godwin, démontrent bien qu’il n’a existé aucune animosité entre Raoul de Mantes et les Godwinides. Harold récupérera, après 1086, plusieurs manoirs dont celui d’Ewyas Harold (à qui il donne son nom) en Herefordshire et celui de Toddington en Gloucestershire où les propriétaires actuels du château moderne se présentent comme ses descendants.

54 Alan Harfield, « A hand-list of Castles recorded in the Domesday Book », English Historical Review, 1991, p. 377.

55 Ibid., p. 391.

56 Domesday Book, éd. J. Morris, vol. 17 (Herefordshire), éd F. Thorn, Chichester, Phillimore, 1983, 19-1 à 19-3.

57 Qualifié par D. J. C. King, Castellarium Anglicanum, New York, Londres, Kraus, 1983, p. 205, de « the only known pre-Conquest castle in England ».

58 R. Shoesmith, Castle of Herefordshire, Almeley, 1996, p. 105.

59 E. S. Armitage, J. Murray, Early Norman Castles of the British Isles, Londres, 1912, p. 150.

60 Artur T. Bannister, History of Ewyas Harold, Hereford, 1902, p. 15 ; il faut cependant se méfier d’une propension britannique à interpréter peut-être trop systématiquement toute trace de rempart sommital comme étant celle d’un shell-keep.

61 Historia et Cartularium Monasterii Sancti Petri Gloucestriae, éd. W. Hart, Londres, 1863-1867, vol. 1, nos 238 et 239. L’emplacement de cette capella Sancti Nicholai de Castello dans la basse-cour n’est pas connu. Cependant elle pourrait éventuellement être située dans l’enceinte villageoise primitive fortifiée, que l’on peut considérer comme une troisième basse-cour, où un calvaire perpétue le souvenir d’un lieu de culte.

62 Le site primitif aurait par exemple pu être constitué d’un fossé et d’un fort talus, isolant l’actuelle basse-cour du plateau ; par la suite ce talus aurait été partiellement arasé et remblayé pour créer la motte.

63 R. A. Brown, Castles, Conquest and Charters, Woodbridge, Boydell, 1989, p. 70, en envisage plusieurs dans le comté de Hereford, sans les identifier.

64 Le manoir de Monnington, tenu en 1086 par des hommes d’armes d’Alfred de Marlborough, situé face à Ewyas Harold sur l’autre versant de la vallée de la Dore, est le candidat le plus sérieux et il n’est guère probant.

65 R. Shoesmith, Hereford City Excavations, op. cit., vol. 1, p. 57.

66 Ibid., vol. 2, p. 58.

67 On imagine mal que le chroniqueur, qui fait déjà grief à Raoul d’avoir voulu combattre à cheval, passe à côté d’une raillerie supplémentaire en n’évoquant pas le château du comte mis à sac par les Gallois.

68 Worcester, op. cit., vol. 2, p. 570.

69 Ibid., vol. 3, p. 4-7.

70 Domesday Book, Herefordshire, op. cit., 12-2.

71 P. Remfry, Richard’s Castle, Malvern, 1997, p. 26.

72 ASCh, D, 1052.

73 La fouille menée par Curnow et Thompson de 1962 à 1964 a pu mettre en évidence la chronologie relative du site, elle n’a pas permis d’affiner suffisamment la chronologie absolue pour affirmer la fondation du château avant la conquête.

74 P. G. Curnow et M. W. Thompson, « Excavations at Richard’s Castle », Journal of British Archeological Association, 1969, p. 108.

75 Ibid., p. 112. Sa taille imposante réduisait presque de moitié la superficie actuelle de la basse-cour.

76 Les fouilles menées à Hen Domen (Montgomeryshire) et Berkhamsted (Berkshire) ont montré la présence d’une palissade sur le talus de contrescarpe qui accroît de façon notable les capacités défensives de ces châteaux ; un aménagement similaire est envisagé à Richard’s Castle (P. M. Remfry, op. cit., p. 26) et la logique invite à fortement généraliser ce type d’aménagement.

77 P. G. Curnow et M. W. Thompson, op. cit., p. 115-116.

78 Ibid., p. 109.

79 En Normandie, les tours du Plessis-Grimoult (Calvados), construite avant 1047, et de Bretoncelles (Orne), de la deuxième moitié du XIe siècle, sont tout à fait comparables. En Angleterre, celle d’Exeter (Devon), construite vers 1080, et celle de Ludlow (Shropshire, à quelques kilomètres au nord de Richard’s Castle), datée de la dernière décennie du XIe siècle, sont assez similaires mais plus massives et d’une construction plus fine. La tour-porche de Richard’s Castle paraît se situer dans cet intervalle chronologique.

80 P. M. Remfry, op. cit., p. 34. On pourra cependant objecter que les autres maçonneries, également en schiste, sont largement postérieures au creusement des fossés.

81 La compilation de l’évêque Wulfstan dresse la liste de ce dont a besoin un homme libre pour obtenir le statut de thegn : un siège et un office à la cour du roi, cinq hides de terre, une cloche et une burh-geat en bois que l’on peut identifier comme une porte fortifiée. Dans la fortification anglo-saxonne, cette porte fortifiée constitue l’essentiel de la puissance défensive et symbolise en grande partie le statut social du résident. Il n’est pas impossible que Richard fils Scrob ait voulu s’insérer dans les normes anglo-saxonnes en faisant de la voie d’accès à sa demeure le seul élément maçonné.

82 La motte de Gaillefontaine notamment, considérée comme la première motte en Normandie, pourrait ainsi dater de la fin du XIe siècle (information de J. le Maho). De nombreux autres sites de châteaux à motte, en cours d’étude, sont également considérés aujourd’hui comme postérieurs au milieu du XIe siècle.

Table des illustrations

Légende Localisation du comté de Hereford.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Les châteaux pré-normands du comté de Hereford.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9963/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 1 : Évolution des earldoms anglais entre 1050 et 1056, limites suivants les frontières des comtés modernes.Sources : chronique anglo-saxonne ; chronique de Worcester ; Stenton, anglo-saxon England.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9963/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Légende Fig. 2 : Ewyas Harold, Herefordshire (UK), état actuel des structures.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9963/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 3: Hereford, Herefordshire (UK), restitution du château.Plan restitué d’après le plan de John Speed (vers 1610), la description de Leland (début du XVIe siècle), le plan de la ville de Hereford (vers 1820), les vestiges actuels et les données de fouilles publiés par Shoesmith (1980).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9963/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 4: Richard’s Castle, Herefordshire (UK).État actuel des structures et détails de la chronologie de la tour-porche, d’après Curnow et Thompson.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9963/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 458k

Auteur

Université de Rouen, GRHis
Doctorant de l’université de Rouen, sous la direction d’A.-M. Flambard Héricher. Il étudie « les fortifications médiévales du pays du Talou ». Il a publié « Les châteaux de Guillaume fils Osbern dans le sud des marches galloises », Annales de Normandie, no 56, p. 29-60.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540