Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

Ire Partie. Identité normande

Autour d’un rituel discuté : le baisement du pied de Charles le Simple au moment du traité de Saint-Clair-sur-Epte

Pierre Bauduin

Texte intégral

  • 1 « Introduction » de La progression des Vikings, des raids à la colonisation, Anne-Marie Flambard H (...)
  • 2 Pierre Bouet, « Les négociations du traité de Saint-Clair-sur-Epte selon Dudon de Saint-Quentin »,(...)
  • 3 Dudon de Saint-Quentin, De gestis Normanniae ducum seu de moribus et actis primorum Normanniae duc (...)

1En organisant (2000) et en publiant (2003) la table ronde sur « la progression des Vikings, des raids à la colonisation », Anne-Marie Flambard Héricher s’interrogeait sur la spécificité d’un phénomène d’invasion et « le rapport entre envahisseurs et populations indigènes à travers les contacts, les conflits et la coexistence finale »1. Cette rencontre permit de confronter les approches des spécialistes venus de différents horizons géographiques et disciplinaires travaillant dans un domaine de recherche singulièrement renouvelé depuis deux décennies. L’une des contributions2 abordait les négociations du traité de Saint-Clair-sur-Epte rapportées par Dudon de Saint-Quentin3. Nous voudrions ici revenir sur une scène de cette histoire dont s’est emparée l’imagerie populaire et didactique au point de symboliser l’événement : le moment où Rollon, refusant d’embrasser le pied de Charles le simple, envoie l’un de ses hommes accomplir ce geste qui provoqua la chute du roi des Francs. Après avoir rappelé les circonstances dans lesquelles Dudon introduit cet épisode et le cheminement de ce dernier dans l’historiographie des XIe-XIIe siècles, nous tenterons d’apporter quelques éléments d’interprétation concernant le rituel qu’il nous présente.

  • 4 Dudon, De moribus…, II, 28, p. 168 ; Pierre Bouet, « Les négociations… », p. 88 et suiv.
  • 5 Dudon, De moribus…, II, 28-29, p. 168-169 : [28]» […] Illico Robertus et Franco episcopus renuntia (...)

2Arrivée à Saint-Clair, chacune des armées s’établit de part et d’autre de l’Epte. Les ultimes négociations sont engagées par l’archevêque Francon, envoyé par Rollon pour présenter les exigences du chef normand4 : l’octroi d’une terre supplémentaire d’où les nouveaux venus pourront tirer leur subsistance et un serment prêté par le roi, les évêques, les comtes et les abbés du royaume, garantissant à Rollon et à ses successeurs (successores) la possession de la terre accordée de l’Epte à la mer quasi fundum et alodum, in sempiternum. Robert et les prélats du royaume engagent alors le roi à accepter ces demandes. Charles propose dans un premier temps de donner la Flandre à Rollon, mais ce dernier, jugeant le pays trop marécageux, refuse et obtient la Britannia. Robert et Francon amènent Rollon auprès du roi, après que sa sécurité eut été garantie par la prestation d’un serment. Suit alors la cérémonie précisément décrite par Dudon, qui distingue clairement plusieurs séquences5 :

  • 1. Pressé par les paroles des Francs, Rollon place ses mains dans celles du roi, accomplissant un geste auquel ni son père ni ses ancêtres ne s’étaient prêtés.
  • 2. Charles donne à Rollon la main de sa fille Gisla ; il lui accorde in alodo et in fundo la terre délimitée par l’Epte et la mer, ainsi que la Bretagne « pour qu’il puisse en vivre ».
  • 3. Sollicité de baiser le pied du roi, Rollon refuse, mais y est engagé par les évêques du royaume en raison de l’importance du don reçu. Sur la prière de Francon, Rollon accepte de se prêter au geste mais ne l’accomplit pas lui-même, déléguant l’un de ses guerriers pour le faire. L’homme, portant à sa bouche le pied du roi, fait trébucher Charles, provoquant l’hilarité de l’assistance.
  • 4. Conformément aux exigences du chef normand, le roi, Robert, les comtes et les grands, les évêques et les abbés prêtent serment à Rollon, garantissant à ce dernier qu’il transmettra à ses héritiers la terre accordée (celle de l’Epte à la mer).
  • 6 Ibid., II, 30, p. 170.
  • 7 Ibid., II, 31, p. 171.

3Plus tard, après avoir été instruit de la foi chrétienne, Rollon reçoit le baptême6, puis épouse Gisla7.

  • 8 Guillaume de Jumièges, Gesta Normannorum ducum, II, 11, dans The Gesta Normannorum Ducum of Willia (...)
  • 9 Ibid., p. 66.
  • 10 Robert de Torigni, Chronique suivie de divers opuscules historiques de cet auteur, éd. Léopold Del (...)
  • 11 Wace, Le Roman de Rou, éd. Anthony Holden, Paris, Picard, Société des anciens textes français, 197 (...)
  • 12 Chronique dite du Manuscrit Rouen 128, éd. Mathieu Arnoux, « Before the Gesta Normannorum and beyo (...)
  • 13 Inventio et miracula sancti Vulfranni, éd. Jean Laporte, Rouen-Paris, Société de l’histoire de Nor (...)
  • 14 La remarque vaut également pour deux autres textes de la fin du XIe siècle : les Acta Archiepiscop (...)
  • 15 Quedam exceptiones de historia Normannorum et Anglorum, dans GND, t. 2, p. 291-304, § 2, p. 293-29 (...)
  • 16 The Brevis relatio de Guillelmo nobilissimo comite Normannorum, éd. Elisabeth Van Houts, Camden fi (...)
  • 17 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, lib. III, éd. et trad. Marjorie Chibnall, Oxford, C (...)
  • 18 Notons cependant qu’elle passa dans la production historique composée en Angleterre, où était conn (...)
  • 19 Introductio monachorum, III, 2 : « Tandem autem devictus precibus Franconis, Rotomagensis archiepi (...)

4Les sources normandes ultérieures ne donnèrent pas toujours la même version de la cérémonie. Au milieu du XIe siècle, Guillaume de Jumièges parle d’un serment de fidélité juré par Rollon au roi – que n’évoquait pas Dudon –, avant que Charles n’accorde au chef normand sa fille et les territoires convenus8. Le moine ne mentionne alors ni le baiser ni le serment prêté par les Francs : ces éléments du récit de Dudon furent plus tard réintroduits dans les Gesta Normannorum ducum par Robert de Torigni9, qui cependant associait directement la prestation de l’osculum pedis demandé à Rollon à la cession du ducatus Normannie. L’abbé du Mont-Saint-Michel n’en ignore pas moins totalement ces détails dans sa Chronique10. De manière plus générale, avant les grandes compositions en langue vulgaire de la seconde moitié du XIIe siècle11, elles-mêmes inspirées du récit de Dudon, l’historiographie normande n’insista guère sur l’épisode du baiser, même tempéré par la rocambolesque chute du roi et la mention du serment des Francs. Aux alentours de l’an mil, la chronique fécampoise dite du manuscrit Rouen 528 ne l’évoque pas12, pas plus que l’Inventio et miracula sancti Vulframni une cinquantaine d’années plus tard (vers 1053-1054)13 ou la série des annales normandes rédigées à partir de la seconde moitié du XIe siècle14. Au début du XIIe siècle, les Quedam exceptiones de historia Normannorum et Anglorum (vers 1101-1103)15 s’inspirèrent du texte de Guillaume de Jumièges, en omettant toutefois le serment de fidélité prêté par Rollon, tandis que la Brevis relatio de Guillelmo nobilissimo comite Normannorum (vers 1114-1120) retenait seulement la conversion du prince normand16. Plus proche de Dudon en ce qu’il insistait également sur le caractère perpétuel de la concession faite à Rollon, Orderic Vital17 passait sous silence l’osculum pedis resté, on le voit, ignoré d’une partie notable de l’historiographie normande18. Cette occultation ne concerne pas uniquement l’épisode destiné beaucoup plus tard à fournir une image bien connue de la mémoire collective. Plus globalement, les sources normandes des XIe - début XIIe siècles se montrent extrêmement discrètes sur l’entrée de Rollon dans la fidélité de Charles le Simple. Seul Dudon fait expressément mention d’un geste des mains ; Guillaume de Jumièges, nous l’avons dit, évoque un serment de fidélité au roi et, un peu plus tard (fin XIe siècle), l’auteur anonyme de l’Introductio monachorum présente les faits sous les traits d’une recommandation vassalique, qu’il associe étroitement à la concession territoriale consentie par le roi franc19.

  • 20 Voir Judith Green, Henry I, King of England and Duke of Normandy, Cambridge, Cambridge University (...)
  • 21 Ex anonymi Blandiniensis appendicula ad Sigebertum, éd. Michel Brial, Léopold Delisle, Recueil des (...)
  • 22 Étienne de Rouen, Draco Normannicus, dans Chronicles of the Regns of Stephen, Henry II and Richard (...)
  • 23 Martin Aurell, L’empire des Plantagenêts, 1154-1224, Paris, Perrin, 2003, p. 140-141.

5La question de l’hommage du duc normand se posait avec une acuité particulière dans la seconde décennie du XIIe siècle, au moment où les priorités de Henri Ier Beauclerc étaient de prévenir les revendications de son neveu Guillaume Cliton et d’assurer à son fils Guillaume Adelin la reconnaissance du titre ducal normand par le roi de France20. Le roi d’Angleterre y parvint en payant le prix fort puisqu’il accepta que le prince Guillaume fît hommage au roi de France (1120) et il n’est sans doute pas anodin que l’un des chroniqueurs du temps voulut comparer l’événement à une promesse qu’aurait faite Rollon21. Encore dans la seconde moitié du XIIe siècle, Étienne de Rouen (avant 1143 - vers 1170) passe sous silence l’hommage de Rollon et insiste au contraire sur le caractère gratuit (munere gratuito) de la concession accordée par Charles le Simple22. Toutefois, dans l’historiographie normande et l’idéologie politique de la période plantagenêt, il s’agit là d’une exception : le temps n’est plus alors à dissimuler l’hommage rendu au roi de France23.

  • 24 Flodoard, Annales, a. 923, éd. Philippe Lauer, Paris, Picard (Collection de textes pour servir à l (...)
  • 25 Flodoard, Historia Ecclesiae Remensis, IV, 14, éd. Martina Stratmann, Monumenta Germaniae Historic (...)
  • 26 Richer, Histoire de France (888-995), éd. et trad. Robert Latouche, Paris, Les Belles Lettres (Les (...)

6La tradition historiographique française occulta longtemps le mariage avec Gisla et l’osculum pedis. Flodoard, dont les Annales débutent en 919, fait probablement allusion au traité conclu avec Rollon dans l’entrée qu’il consacre à l’année 923 lorsque le roi Raoul « ayant traversé l’Epte, s’introduisit sur la terre qui, récemment, avait été donnée aux Normands qui venaient vers la foi du Christ, pour qu’ils eussent à cultiver cette foi et à rester en paix »24. Dans l’Histoire de l’Église de Reims (vers 948-952), le chanoine rémois se montre plus précis sur l’étendue du territoire accordé aux Normands mais fait de cette cession territoriale une contrepartie de la conversion, sans rien préciser de la relation établie avec Charles le Simple25. À la fin du Xe siècle, Richer parle d’un don royal (dono regum) consenti « à la condition toutefois qu’il [= ce peuple, i. e. les Normands] renoncerait définitivement à l’idolâtrie pour se soumettre fidèlement à la religion chrétienne et qu’il servirait fidèlement sur terre et sur mer (terra marique fideliter militaret) les rois des Gaules »26. Cession territoriale en contrepartie de la conversion et d’un engagement à servir le roi, tels sont les traits qui reviennent les plus régulièrement sous la plume des auteurs extérieurs au duché au Xe siècle.

  • 27 Ademari Cabannensis Chronicon, III, 20, éd. Pascale Bourgain, Turnhout, Brepols (Corpus Christiano (...)
  • 28 La Chronique de Nantes (570 environ-1049), chap. 27, éd. René Merlet, Paris, Picard (Collection de (...)
  • 29 Les Gestes des évêques d’Auxerre, cap. 42, éd. et trad. Michel Sot (dir.), t. 1, Paris, Les Belles (...)
  • 30 Histoires, traduites et présentées par Mathieu Arnoux, Turnhout, Brepols, 1996, I, 21, p. 74 : « u (...)

7La plupart des chroniqueurs se montrèrent ensuite beaucoup plus allusifs, présentant parfois très librement leur propos. Adémar de Chabannes se fait l’écho du mythe de la terre désertée développé par l’historiographie normande, sans nulle allusion à un accord avec les autorités franques : les Normands ayant trouvé sur leur route « la ville de Rouen et d’autres cités voisines désertes, leurs chefs revendiquèrent le droit de s’y installer » et élevèrent à leur tête « un roi du nom de Rosus » (Rollon)27. Cette idée d’accaparement est exprimée avec plus de force encore dans la Chronique de Nantes où les Normands « totam provinciam Rothomagensium in dominicatu suo retinuerunt et Karolo stulto abstulerunt »28. Inversement, d’autres discours mirent en exergue la soumission, plus ou moins volontaire, des nouveaux venus au pouvoir franc. Dans la notice consacrée à l’évêque Géran, les Gesta des évêques d’Auxerre29 rapportent qu’à la suite de la bataille de Chartres les Normands se soumirent d’eux-mêmes (ultroneos) à l’imperium des Francs et à la foi du Christ puis, ayant reçu le baptême, obtinrent « une partie habitable du royaume, par don du roi et des princes ». Raoul Glaber n’évoque pas directement les dispositions du traité de Saint-Clair-sur-Epte, mais expose ce qui apparaissait en être la conséquence la plus évidente, en l’occurrence l’assimilation des Normands à la société franque : désormais convertis au christianisme, ceux-ci décidèrent d’un commun accord d’appartenir à un même royaume sous l’autorité d’un seul roi30. L’idée dominante de cette historiographie française du XIe siècle semble alors celle d’une Normandie partie intégrante du royaume, selon des modalités qu’il n’apparaît pas essentiel de définir précisément. Pas plus qu’au Xe siècle, il n’est question d’un hommage, d’un mariage avec la fille du roi ou de la prestation d’un osculum pedis. En revanche, plusieurs de ces éléments furent intégrés dans les chroniques au moins dès la première moitié du XIIe siècle.

  • 31 Pierre Béchin, Chronicon Petri filii Bechini, Recueil de Chroniques de Touraine, éd. André Salmon, (...)

8Une notice rapportée par la chronique que Pierre Béchin rédigea dans les années 1130 exposait très librement la scène du baisement du pied demandé à Rollon. On y retrouve nombre d’éléments communs au De moribus…, comme les réticences de Rollon à accomplir le geste, les encouragements (non par les évêques du royaume mais par ses compagnons) qui lui sont prodigués pour le faire, la relation entre le geste demandé et le don de Charles le Simple, le mariage avec Gisla. La chute du récit est l’occasion, cette fois, de railler le chef viking et, plus généralement, les Normands qui se virent affublés, dans l’affaire, du surnom de Bigothi31. On ignore à quel moment prit forme l’anecdote rapportée, toutefois l’association du sobriquet à une réponse donnée par Rollon en langue anglaise (« lingua anglisca respondit “Ne se bi Goth”, quod interpretatur, “Non per Deum” ») suggère une origine récente. Les ressemblances avec le récit de Dudon ne militent pas en faveur d’une version autonome de l’événement, mais renvoient plutôt à une variante dérivée du texte du chanoine picard, utilisé dans la région ligérienne au moins depuis le début du XIIe siècle.

  • 32 Hugues de Fleury, Liber qui modernorum regum Francorum continet actus, éd. Jacques-Paul Migne, PL, (...)
  • 33 Alexandre Vidier considérait que le Liber n’était pas antérieur à 1114 ; Régis Rech lui attribue l (...)
  • 34 Alexandre Vidier, L’historiographie à Saint-Benoît-sur-Loire…, p. 80.
  • 35 Cela nécessiterait une analyse plus détaillée que le sondage auquel nous nous sommes livré. Notons (...)
  • 36 Hugues de Fleury, Liber…, col. 883 : « Demum vero rex Karolus desponsavit illi filiam suam nomine (...)
  • 37 Susan Reynolds, Fiefs and Vassals. The Medieval Evidence Reinterpreted, Oxford, Oxford University (...)

9Vers 1114-1127, en effet, Hugues de Fleury rédigea un Liber qui modernorum regum Francorum continet actus32 qu’il dédia à Mathilde l’Emperesse, fille d’Henri Ier Beauclerc33. Parfois considéré comme « le premier essai d’histoire officielle de la dynastie capétienne » (R. Rech), l’ouvrage apporte sur les Normands et le monde anglo-normand de nombreuses informations puisées à différentes sources34. Les éditeurs modernes du texte ont admis sans réserve qu’Hugues avait beaucoup emprunté à Guillaume de Jumièges. En fait le moine de Fleury semble bien s’être davantage inspiré du récit de Dudon que des Gesta Normannorum ducum35. Hugues serait ainsi le premier historien français à utiliser de manière conséquente le De moribus…, témoignant ainsi d’une diffusion de l’œuvre dans le milieu historiographique où il travaillait. Lorsqu’il aborde les négociations entre les Francs et Rollon et l’accord de Saint-Clair-sur-Epte, Hugues reste proche de ce modèle sur certains points et s’en démarque par d’autres côtés36. Il rapporte que Charles le Simple donna sa fille en mariage à Rollon – un fait jusque-là ignoré par l’historiographie française – et mentionne, dans des termes très semblables à Dudon, l’étendue de la terre concédée de l’Epte à la mer. Il ignore en revanche les deux prestations rituelles décrites par le chanoine picard (dation des mains et baisement du pied) et affirme que la Normannia fut accordée au chef normand jure beneficii, là où Dudon parlait d’une donation octroyée « in alodo et in fundo ». Cette qualification pose problème selon que l’on doit considérer un équivalent entre les deux expressions ou la manifestation claire, pour un auteur français, de placer la Normandie dans un cadre féodal. À charge de cette seconde hypothèse on rappellera que l’auteur n’entend visiblement pas présenter Rollon comme un prince engagé par des liens de fidélité et/ou de subordination à l’égard du roi des Francs. Inversement, la première accrédite l’idée d’une relative imprécision du vocabulaire « féodal » jusqu’à une date avancée du Moyen Âge dont témoignerait, entre autres, l’emploi du mot beneficium37.

  • 38 Ferdinand Lot, Fidèles ou vassaux ? Essai sur la nature juridique du lien qui unissait les grands (...)
  • 39 Henri Prentout, Étude critique…, p. 242.
  • 40 Heinrich Mitteis, Lehnrecht und Staatsgewalt. Untersuchungen zur mittelalterlichen Verfassungsgesc (...)
  • 41 Jean-François Lemarignier, Recherches sur l’hommage en marche et les frontières féodales, Lille, B (...)
  • 42 Jacques Flach, Les origines de l’ancienne France, Xe et XIe siècles, IV, Les nationalités régional (...)
  • 43 Michel de Boüard, « Le duché de Normandie », dans Ferdinand Lot et Robert Fawtier, Histoire des in (...)
  • 44 Lucien Musset, « Relations et échanges d’influences dans l’Europe du Nord-Ouest (Xe-XIe siècles) » (...)
  • 45 Susan Reynolds, Fiefs and Vassals…, p. 136-137; voir Felice Lifshitz, « Translating “Feudal” Vocab (...)

10L’interprétation du récit de Dudon montre de manière éclairante comment les débats sur la féodalité ont pu retentir sur l’appréciation portée au texte du chanoine de Saint-Quentin. Les réticences de la critique moderne sur ce dernier, plus ou moins ouvertes selon les auteurs, n’ont nullement empêché qu’on se prononce à partir du De moribus… sur les questions relatives à l’hommage et à l’inféodation de ce qui devient le duché de Normandie. Il serait fastidieux d’en reprendre le détail, qu’il serait nécessaire de replacer dans une historiographie de la féodalité. En schématisant à l’extrême, il est possible de distinguer plusieurs tendances. L’une « normalise » le statut d’une Normandie que rien ne viendrait distinguer des autres grands fiefs de la couronne38. Elle procède, pour une large part, de l’idée que les relations féodo-vassaliques classiquement définies par les sources ultérieures étaient alors dominantes et correspondaient déjà aux réalités de la société du début du Xe siècle : on pouvait ainsi alléguer que la Normandie avait été donnée en fief et même tirer argument du baisement du pied pour conforter cette thèse39. Plus tard, Heinrich Mitteis – qui associait l’épisode du baisement du pied royal avec le caractère originellement servile de la vassalité40 – et Jean-François Lemarignier, tout en apportant des nuances originales au paradigme, ne le remettaient pas fondamentalement en cause41. Cette thèse devenue traditionnelle avait été combattue dès le début du XXe siècle par Jacques Flach, qui interprétait l’accord de Saint-Clair sur-Epte comme un traité de paix et de sécurité réciproque, assorti d’un engagement de conversion, en contrepartie d’une cession pure et simple du territoire donné par Charles le Simple42. L’un des acquis de l’historiographie de la seconde moitié du XXe siècle est d’avoir sorti la fondation du duché du cadre féodal dans lequel il avait été longtemps enfermé43. D’une part, il apparut évident que la conception trop étroitement juridique et militaire de la féodalité normande, particulièrement prégnante dans l’historiographie anglaise et normande du début du XXe siècle, s’avérait un cadre conceptuel très insuffisant pour penser les débuts de la principauté. L’essentiel n’était plus de faire entrer – ou non – la Normandie dans un cadre féodal, mais de s’interroger sur les modalités du transfert de l’autorité au profit des nouveaux venus. Par ailleurs, il s’agissait moins de suggérer une hypothétique filiation entre le droit féodal ultérieur et la fondation du duché de Normandie que de comparer cette dernière avec les autres établissements scandinaves fondés dans le monde franc et dans les îles Britanniques44. Plus récemment, la résurgence des débats à la faveur des travaux de Susan Reynolds a eu pour conséquence de repousser – une nouvelle fois – une lecture « féodale » des débuts de la principauté normande45. Les pistes ouvertes par l’historiographie récente consacrée aux rituels et aux formes de communication publique dans la société médiévale offrent des perspectives qu’il convient maintenant d’interroger.

  • 46 Voir l’appréciation portée par Geoffrey Koziol (Begging Pardon and Favor. Ritual and Political Ord (...)
  • 47 Hermann Kamp, „ Die Macht der Zeichen und Gesten. Öffentliches Verhalten bei Dudon von Saint-Quent (...)
  • 48 Dudon, De moribus…, III, 52, p. 196 ; III, 57, p. 200.
  • 49 Ibid., II, 7, p. 148; II, 18, p. 158. Pour l’amicitia entre Henri de Germanie et Louis IV, établie (...)
  • 50 Ibid., III, 63, p. 207 ; IV, 117, p. 279 et 280.
  • 51 Ibid., III, 37, p. 182 (Rollon/Guillaume Longue Épée) ; IV, 67, p. 220 (Guillaume Longue Épée/Rich (...)
  • 52 Ibid., III, 63, p. 207. Ibid., IV, 70, p. 224 : Louis IV retient prisonnier le jeune Richard Ier.
  • 53 Comme le proposait Heinrich Mitteis (Lehnrecht und Staatsgewalt…, p. 329) pour la cérémonie de Sai (...)
  • 54 Pour l’entrée en vassalité de Notker abbé de Saint-Gall (971), décrit par le Casus Sancti Galli, u (...)
  • 55 Jean-François Lemarignier, Recherches sur l’hommage en marche…, p. 83.
  • 56 Susan Reynolds, Fiefs and Vassals…, p. 128.

11Dudon connaît parfaitement la valeur des rituels qu’il décrit46 et distingue le baisement du pied d’autres formes de baiser accomplies par les protagonistes de ses gesta. L’énumération des gestes démonstratifs lui sert à mettre en exergue la puissance et la loyauté des chefs puis des ducs des Normands47. Le baiser met les protagonistes sur un pied d’égalité, lorsqu’il s’agit de démontrer les relations entre Guillaume Longue Épée et Henri de Germanie48. Il scelle et réitère l’amicitia entre Rollon et le roi anglais Athelstan49 ; de même qu’il accompagne habituellement les conventions de paix50. Il est le prologue des scènes où les ducs organisent leur succession en faveur de leur fils51. L’ambivalence du geste, qui peut aussi symboliser la perfidie et la trahison, est également mise en exergue dans l’épisode qui conduit à l’assassinat de Guillaume Longue Épée par les sicaires d’Arnoul de Flandre52. Il serait erroné de rapprocher la cérémonie de Saint-Clair de l’osculum vassalique, y compris pour souligner le caractère servile originel du vasselage53 : le plus ancien osculum vassalique est attesté tardivement54 et Dudon ne mentionne jamais le geste dans ce sens. Il ne serait pas davantage opportun de le rapprocher d’un hommage de paix55, anachronique au moment où écrit Dudon, et à plus forte raison pour la période où il rapporte les faits56. Le baiser est attesté dans des rituels de paix, mais jamais Dudon ne le décrit comme un osculum pedis.

  • 57 Dudon, De moribus…, II, 1, p. 141. Pour le schéma explicatif des invasions normandes utilisé par D (...)
  • 58 Dudon, De moribus…, II, 2, p. 142 : « Illi autem haec audientes, Rollonis et Gurim osculo expetive (...)
  • 59 Felice Lifshitz, « Translating “Feudal” Vocabulary… », p. 53.

12La scène n’est pas la seule description du rituel du baisement du pied faite par Dudon. En effet, au début de son livre II, le chanoine de Saint-Quentin montre de jeunes Danois accomplissant le geste, après que le roi de Dacia, sur le conseil des anciens, eut décidé d’expulser tous les jeunes gens de son royaume, afin de mettre fin aux troubles qui opposaient pères et oncles à leurs fils et neveux57. Les juvenes viennent alors trouver Rollon et son frère Gurim pour leur faire part de leur désarroi. Pliant les genoux, le visage baissé (« genuque flexo, vultuque submisso »), ils leur demandent humblement (humili voce) assistance et protection en contrepartie de leur service. Les deux frères ayant assuré les jeunes gens de leur aide, ces derniers embrassent alors les pieds de Rollon et Gurim58. Le baiser intervient après la demande de protection des juvenes, mais il est ici clairement une manifestation de reconnaissance, à la suite de la réponse positive des deux frères, qui ont assuré leurs interlocuteurs à la fois d’une aide contre les menaces royales et de la jouissance tranquille de leurs possessions dans le pays. Le geste porte d’abord la marque d’une extrême gratitude et c’est bien dans ce sens qu’il est demandé à Rollon au moment du traité de Saint-Clair-sur-Epte59. L’osculum pedis est la contrepartie attendue du don royal. Il est de l’ordre de la grâce et montrer son accomplissement par Rollon viendrait contredire tout ce qui sous-tend les gesta de Dudon : l’installation des Normands est un dessein de la Providence divine. La chute du roi montre l’inanité des prétentions des Francs, en même temps que le refus de Rollon de se prêter à une cérémonie humiliante. Que l’épisode corresponde à une volonté plus politique des ducs normands, vers l’an mil, de montrer leur indépendance, nul d’en disconviendra. Mais quel sens donner au rituel pour le début du Xe siècle, si toutefois on admet que la cérémonie décrite par Dudon a quelque fond de vérité ?

  • 60 Ferdinand Lot, Fidèles ou vassaux ?…, p. 181, note 3 ; Henri Prentout, Étude critique…, p. 242. Pl (...)
  • 61 Henri Prentout, Étude critique…, p. 242.
  • 62 Voir en dernier lieu : Jacques Le Maho, « Vie perdue de Guillaume Longue Épée (mort en 942), état (...)
  • 63 Joseph van der Straeten (« Vie inédite de saint Hugues, évêque de Rouen », Analecta Bollandiana, 8 (...)
  • 64 Vita Hugonis, cap. 8, p. 239.
  • 65 Geoffrey Koziol, Begging Pardon…, p. 67, 152.

13Sur ce dernier point il n’y aura jamais totale certitude. Que quelques-uns des plus virulents détracteurs de Dudon aient laissé au chanoine quelque crédit sur cet épisode ne saurait suffire60. Il serait nécessaire d’en savoir plus sur les sources utilisées par l’auteur pour relater les événements de Saint-Clair-sur-Epte. On a pu évoquer, à propos du baisement du pied, la mémoire familiale de la dynastie ducale61. Les récentes investigations de Jacques Le Maho ont suggéré qu’une partie des épisodes des livres II et III du De moribus … a pu être tirée d’une Vita perdue de Guillaume Longue Épée composée entre 950 et 963 par Annon, abbé de Jumièges et de Saint-Mesmin de Micy62. Ce dernier, qui manifeste également un intérêt certain pour la vie de cour et ses rituels63, aurait-il pu inspirer le récit de Dudon sur ce point ? La question reste ouverte. Notons que l’auteur de la Vita Hugonis – probablement Annon – semble avoir tenu pour une pratique habituelle de la cour de Charlemagne le fait de se prosterner aux pieds du roi64. Dudon, de son côté, semble avoir été particulièrement attentif à la mise en scène de rituels de supplication, dans laquelle Geoffrey Koziol a vu l’une des clefs de lecture de l’œuvre du chanoine de Saint-Quentin65.

  • 66 Yannick Carré, Le baiser sur la bouche au Moyen Âge. Rites, symboles, mentalités, Paris, Le Léopar (...)
  • 67 Hans Hattenhauer, Die Aufnahme der Normannen in das westfränkische Reich: Saint Clair-sur-Epte AD (...)
  • 68 Constantin Porphyrogénète, Le livre des cérémonies, II, 47, éd. A Vogt, Paris, Les Belles Lettres, (...)
  • 69 Luc, VII, 38.
  • 70 Hans Hattenhauer, Die Aufnahme der Normannen…, p. 30. Une autre prestation est attestée en 711 ; d (...)
  • 71 Ibid., p. 31-32.
  • 72 Dictatus papae, IX : « Le pape est le seul homme dont les princes baisent les pieds » (Marcel Paca (...)
  • 73 Geoffrey Koziol, Begging Pardon…, p. 65; Gerd Althoff, „ Das Privileg der deditio. Formen gütliche (...)
  • 74 Gerd Althoff, Die Macht der Rituale…, p. 76.
  • 75 Richer, Histoire de France (888-995), IV, 11, éd. et trad. Robert Latouche, t. 2, p. 160-163 (éd. (...)
  • 76 Geoffrey Koziol, Begging Pardon…, p. 66.

14Yannick Carré a clairement montré la polysémie attachée au baisement du pied, accompli pour marquer un respect très grand, l’adoration, la reconnaissance profonde, la demande de pardon, et toujours l’humilité – voire l’humiliation – de celui qui se prêtait au geste66. Le rituel puise à différentes sources d’inspiration67, comme le culte impérial du Bas-Empire et le cérémonial de cour byzantin68. Il est également présent dans la tradition chrétienne69, où il s’est trouvé associé à la figure de Marie-Madeleine. Le droit ecclésiastique le connaît au moins depuis 525, date à laquelle est accompli, pour la première fois, le baisement du pied du pape par l’empereur Justin70. Cette prestation en faveur du pape est attestée plus tardivement en Occident, où elle fut intégrée dans les ordines des couronnements impériaux71. Elle est affirmée avec force dans les Dictatus papae (1075), où Grégoire VII stipule que le pontife est le seul homme dont tous les princes baisent le pied72, assénant ainsi la supériorité du détenteur du pouvoir spirituel sur les empereurs et les rois. Des exemples plus immédiatement contemporains de Dudon ou des faits qu’il rapporte ont pu influencer l’auteur du De moribus … Les rituels de soumission et de deditio – reddition d’un rebelle accompagné d’une prostration de l’intéressé permettant la grâce – sont alors couramment attestés. Geoffrey Koziol et surtout Gerd Althoff73 ont souligné l’importance prise par ces rituels aux IXe-Xe siècles, au point de devenir un élément indispensable de la résolution des conflits sous les Ottoniens74. Dans un même ordre d’idées, il est tentant de rapprocher le refus de Rollon d’un épisode rapporté par Richer au moment de l’élection d’Hugues Capet. L’archevêque Adalbéron de Reims, dans la charge qu’il prononce contre Charles de Lorraine, reproche au Carolingien de s’être mésallié et qu’en conséquence le duc des Francs serait déshonoré d’être « subordonné à une personne de qui les égaux et même les supérieurs s’agenouillent devant lui et placent les mains sous les pieds »75. L’allusion à ce qui a pu être interprété comme une proskynèse royale76 aide à comprendre comment pouvait être reçue l’image du geste demandé à Rollon.

  • 77 Klaus Schreiner, „“Gerechtigkeit und Frieden haben sich geküßt” (Ps 84, 11). Friedenstiftung durch (...)
  • 78 Yannick Carré, Le baiser sur la bouche…, p. 164-168.
  • 79 Hans Hattenhauer, Die Aufnahme der Normannen…, p. 29.
  • 80 Hibernicus Exul, Carmina, éd. Ernst Dümmler, MGH, Poetae latini aevi carolini, I, Berlin, Weidmann, (...)
  • 81 Stuart Airlie, « Narratives of triumph and rituals of submission: Charlemagne’s mastering of Bavar (...)
  • 82 Ibid.
  • 83 Pierre Bauduin, « Chefs normands et élites franques fin IXe - début Xe siècle », Les fondations sc (...)

15Si le baiser, comme rite de paix77, est bien attesté dans les royaumes barbares78, le baisement du pied semble être absent de la tradition juridique germanique79. Le rituel n’est toutefois pas totalement inconnu des sources carolingiennes. Il fut utilisé lors de la soumission de Tassilon en 787, du moins si on accepte la version de l’événement donnée par un poème attribué à Hibernicus Exul80. Le texte, qui nous est malheureusement parvenu incomplet, place la scène immédiatement après que Charlemagne eut accordé des dons fort importants au duc bavarois. La subordination de Tassilon, renforcée par les paroles prononcées et l’utilisation de termes comme puer et servitus, est clairement montrée par les oscula genibus regis accomplis au moment de l’échange verbal. Cependant, le portait du prince agilolfing, par ailleurs qualifié de dux inclitus, n’est pas entièrement négatif et rien, dans le poème, ne présage que son sort était alors scellé81. Le poème, selon Stuart Airlie, serait une œuvre de circonstance, immédiatement contemporaine des faits et rédigée dans l’intention de mettre en avant le nouveau statut du duc bavarois : les dons de Charles et le geste de Tassilon participaient ainsi à la réintégration de ce dernier « dans un monde convenablement ordonné »82. Le précédent bavarois invite ainsi à réfléchir sur la signification de l’osculum demandé à Rollon en 911. Certes, la comparaison est hasardeuse, dans la mesure où les deux événements n’interviennent pas dans des contextes identiques et sont documentés par des productions historiographiques différentes. Dans les deux cas cependant, le rituel est associé aux dons du roi et à deux princes dont il convient de définir la place dans le Regnum Francorum. Le geste trouve en effet sa cohérence si on le replace dans ce qui nous semble être l’un des enjeux majeurs de l’accord de Saint-Clair-sur-Epte : la reconnaissance de Rollon et le statut du futur comte de Rouen parmi les élites du royaume83.

  • 84 Ermold le Noir, Poème…, I, v. 172-173, p. 18 : « Duxque Tolosana fatur Vilhelmus ab urbe,/Poplite (...)
  • 85 Ibid., I, v. 193, p. 20: « amplectans famulum, oscula datque capit ».
  • 86 Ibid., I, v. 212-213, p. 20: « Hoc dicto, proceres vario sermone fremebant,/Almificis pedibus basi (...)
  • 87 Yannick Carré, Le baiser sur la bouche…, p. 28.
  • 88 Ermold le Noir, Poème…, I, v. 582, p. 47.

16Ermold le Noir mentionne le baisement du pied à deux reprises lorsqu’il rapporte le projet d’expédition des Francs contre Barcelone (800), lors de l’échange entre Guillaume de Toulouse et le jeune Louis, alors roi d’Aquitaine. Guillaume, au moment de prendre la parole, baise les pieds du roi et lui conseille de marcher contre les Sarrasins84. À la fin de son intervention, Louis le serre dans ses bras et échange avec lui des baisers85 puis, prenant à son tour la parole, accueille le vœu de Guillaume et annonce à tous sa décision de porter la guerre contre les Maures jusqu’à la victoire. Alors, « à ces mots, une rumeur de conversations mêlées s’élève parmi les proceres, tandis qu’ils baisent les pieds de leur roi vénéré »86. Dans un premier temps, Guillaume appuie son conseil, et son offre d’aide, par un geste symbolisant son entier dévouement. La réponse de Louis est précédée par des oscula, donnés par l’un et l’autre, probablement dans l’intention de manifester l’accord militaire et l’entente mutuelle entre les deux hommes : ils rétablissent également une certaine parité entre eux ou, en tout cas, témoignent bien d’une volonté d’honorer le duc87. La dernière scène, enfin, marque la vénération de tous à l’égard du souverain et l’unanimité des proceres qui accueillent favorablement la décision. Plus loin dans le Poème, l’envoyé venu auprès de Charlemagne annoncer la chute de Barcelone « baise les pieds augustes et s’acquitte de sa mission »88.

  • 89 Ibid., p. 236-237.
  • 90 Janet Nelson, « The Lord’s annointed and the people’s choice : Carolingian royal ritual », Rituals (...)
  • 91 Pierre Bouet, « Dudon de Saint-Quentin et Virgile : l’Énéide au service de la cause normande », da (...)
  • 92 Régine Le Jan, « Le royaume franc vers 900 : un pouvoir en mutation ? », Les fondations scandinave (...)

17Ermold s’inspirait de modèles littéraires classiques89 ; il a pu également être influencé par les rituels de la cour impériale byzantine, dans l’intention de montrer que désormais les Francs égalaient les Byzantins en gloire et en dignité90. Le baisement des pieds, également hérité de la tradition impériale romaine, pouvait également témoigner de ce que les Carolingiens s’inscrivaient comme les légitimes successeurs des empereurs romains d’Occident. Il n’est pas impossible que Dudon se soit inspiré du Poème qu’il utilise en d’autres occasions91. Toutefois, si l’on admet que la prestation exigée à Saint-Clair-sur-Epte fut bien effectuée, il y a lieu de s’interroger sur sa signification politique en 911, en se demandant dans quelle mesure elle ne reflète pas les prétentions de Charles le Simple à revendiquer l’autorité et la supériorité dont jouissaient ses ancêtres. En somme, au-delà du règlement de la question normande, le geste demandé et la raison qui le justifie (« Celui qui reçoit un tel don doit s’empresser de baiser le pied du roi ») posaient clairement la question des rapports entre le roi et les grands, à un moment où Charles tentait de contrôler la circulation des honneurs et d’imposer ses hommes92.

18Quels enseignements peut-on tirer de l’épisode ? Au préalable, il convient de souligner que la scène rapportée va au-delà de l’épisode récréatif ou romanesque dans lequel on l’a parfois confiné. Dudon attache une grande importance à la performance des rituels et s’avère de ce point de vue une source majeure pour le Xe siècle. Les rituels de soumission et de supplication auxquels peut se rattacher la cérémonie décrite ont alors pris une importance jusque-là inconnue qui va, semble-t-il, de pair avec une ritualisation accrue de l’exercice du pouvoir. La scène du baisement de pied nous montre aussi la sensibilité du rituel à une configuration de pouvoir qui installe chacun des protagonistes dans un rôle déterminé. À la différence d’autres prestations rapportées par Dudon, le baisement du pied n’a pas été négocié entre les parties, mais il est imposé à Rollon qui en atténue la portée en déléguant l’un de ses hommes : la chute de Charles rend inopérante la hiérarchie censée être créée à cette occasion. S’il est possible de restituer l’épisode dans l’économie générale du récit de Dudon, il demeure une très grande incertitude sur la prestation du geste en 911 et sur sa signification. La première reste plausible et les réponses que nous avons esquissées sur la seconde doivent tenir compte des lectures plurielles qu’autorisaient les rituels.

Notes

1 « Introduction » de La progression des Vikings, des raids à la colonisation, Anne-Marie Flambard Héricher (éd.), Rouen, Publications de l’université de Rouen (Cahiers du GRHIS, 14), 2003, p. 12.

2 Pierre Bouet, « Les négociations du traité de Saint-Clair-sur-Epte selon Dudon de Saint-Quentin », Ibid., p. 83-103.

3 Dudon de Saint-Quentin, De gestis Normanniae ducum seu de moribus et actis primorum Normanniae ducum, éd. Jules Lair, Caen (Mémoires de la Société des antiquaires de la Normandie [désormais MSAN], t. XXIII), 1865 [désormais Dudon, De moribus…] ; trad. anglaise History of the Normans, par Eric Christiansen, Woodbridge, The Boydell Press, 1998.

4 Dudon, De moribus…, II, 28, p. 168 ; Pierre Bouet, « Les négociations… », p. 88 et suiv.

5 Dudon, De moribus…, II, 28-29, p. 168-169 : [28]» […] Illico Robertus et Franco episcopus renuntiaverunt omnia Rolloni, et adduxerunt illum, integritate christianae fidei, obsidibus datis, Karolo regi ; Franci vero intuentes Rollonem, totius Frantiae invasorem, dixerunt ad invicem : “Magnae potentiae iste dux magneque virtutis atque magni consilii et prudentiae, quin etiam laboris, qui tanta praelia exercuit contra comites istius regni”. Statim Francorum coactus verbis, manus suas misit inter manus regis, quod non pater ejus et avus, atque proavus cuiquam fecit. Dedit itaque rex filiam suam, Gislam nomine, uxorem illi duci, terramque determinatam in alodo et in fundo, a flumine Eptae usque ad mare, totamque Britanniam de qua posset vivere.
[29] Rolloni pedem regis nolentis osculari dixerunt episcopi : “Qui tale donum recipit, osculo debet expetere pedem regis”. Et ille : “Nunquam curvabo genua mea alicujus genibus, nec osculabor cujuspiam pedem”. Francorum igitur precibus compulsus, jussit cuidam militi pedem regis osculari. Qui statim pedem regis arripiens, deportavit ad os suum, standoque defixit osculum, regemque fecit resupinum. Itaque magnus excitatur risus magnusque in plebe tumultus. Caeterum Karolus rex, duxque Rotbertus, comitesque et proceres, praesules et abbates, juraverunt sacramento catholicae fidei patricio Rolloni vitam suam, et membra, et honorem totius regni, insuper terram donominatam, quatenus ipsam teneret et possideret, haeredibusque traderet, et per curricula cunctorum annorum successione nepotum in progenies progenierum haberet et excoleret. His, ut dictum est, expletis, rex Karolus ad sua remeavit. Rotbertus et Franco cum Rollone remanserunt. »

6 Ibid., II, 30, p. 170.

7 Ibid., II, 31, p. 171.

8 Guillaume de Jumièges, Gesta Normannorum ducum, II, 11, dans The Gesta Normannorum Ducum of William of Jumièges, Orderic Vitalis and Robert of Torigni, éd. et trad. Elisabeth Van Houts, Oxford, Clarendon Press (Oxford Medieval Texts), 1992-1995, 2 vol. , [désormais GND], t. 1, p. 64-66: « Discurrentibus alternim nunciis, pax fauente Christo stabilitur inter eos, Rollone regi fidelitatem sacramentis iurante, et rege illi filiam cum terra pretitulata donante, superddita etiam ad sumptuum supplementa tota Britannia, ipsius prouincie principibus Berengerio atque Alanno sacramenta iurantibus Rolloni. »

9 Ibid., p. 66.

10 Robert de Torigni, Chronique suivie de divers opuscules historiques de cet auteur, éd. Léopold Delisle, Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1872-1873, 2 vol. , a. 876, t. 1, p. 11-12 : « Karolus autem rex Francorum, inito cum eis foedere, filiam suam Gislam Rolloni uxorem dedit, et terram quae nunc Northmannia vocatur ei concessit, addita etiam ad sumptuum supplementa tota minori Britannia, quae antiquitus Letavia sive Armorica vocata est. »

11 Wace, Le Roman de Rou, éd. Anthony Holden, Paris, Picard, Société des anciens textes français, 1970-1973, II, v. 1144-1170, t. 1, p. 54 ; Benoît de Sainte-Maure, Chronique des ducs de Normandie, éd. Carin Fahlin, Uppsala-Wiesbaden-Haag-Genève, 1951-1954, v. 8901-8998, t. 1, p. 206-263.

12 Chronique dite du Manuscrit Rouen 128, éd. Mathieu Arnoux, « Before the Gesta Normannorum and beyond Dudo : some evidence on early Norman historiography », Anglo-Norman Studies, XXII, 1999, p. 19-48 (éd. du texte p. 43-46), § 5, p. 44 : « a predicto rege regnique proceribus quandam partem [i. e. de la Francia] dono recipiens ac baptismi gratiam consecutus de relico fidelis permansit […] ».

13 Inventio et miracula sancti Vulfranni, éd. Jean Laporte, Rouen-Paris, Société de l’histoire de Normandie (Mélanges, 14e série), 1938, p. 7-47. Le § 7 (p. 26-27), consacré à Rollon et à l’installation des Normands, tait l’accord de Saint-Clair-sur-Epte.

14 La remarque vaut également pour deux autres textes de la fin du XIe siècle : les Acta Archiepiscoporum Rotomagensium (éd. Jacques-Paul Migne, Patrologie Latine [désormais PL ], CXLVII, col. 278, qui insiste sur la conversion de Rollon) et le Libellus de revelatione, aedificatione et auctoritate Fiscannensis monasterii (éd. Jacques-Paul Migne, PL, CLI, col. 713 : « Unde contingit ut dono et concessione Caroli, Galliarum regis, extremas et maritimas septem provincias sortirentur ; quas sui laboris incolatu externo excolerent, et ab irruentium invasionibus defenderent et custodirent »).

15 Quedam exceptiones de historia Normannorum et Anglorum, dans GND, t. 2, p. 291-304, § 2, p. 293-294 : « […] coegit Karolum regem ui atque minis ut necessitate pacis obtinende coactus sibi daret filiam suam in matrimonium et concederet ei simul totam Neustriam, que postea a Noricis Normannia uocata est. Superaddita insuper ad sumptuum supplementa tota Britannia, quam duo tunc principes sub Karolo tenebant Berengerius scilicet et Alanus. »

16 The Brevis relatio de Guillelmo nobilissimo comite Normannorum, éd. Elisabeth Van Houts, Camden fifth series, vol. 10, « Chronology, Conquest and Conflict in Medieval England: Camden Miscellany XXXIV », 1997, p. 1-48; rééd. ead., History and Family Traditions in England and the Continent, 1000-1200, Aldershot-Brookfield, Ashgate (Variorum Collected Studies Series), 1999, no VII, § 14, p. 40-41.

17 The Ecclesiastical History of Orderic Vitalis, lib. III, éd. et trad. Marjorie Chibnall, Oxford, Clarendon Press (Oxford Medieval Texts), 1969-1980, 6 vol. , vol. 2, p. 6-8: « Tantus impetus Gallis non ferentibus, cunctisque communiter pro pace supplicantibus, Karolus rex Rolloni filiam suam nomine Gislam in matrimonium dedit, totamque terram a flumine quod Epta uocatur usque ad Oceanum imperpetuum possidendam concedit. »

18 Notons cependant qu’elle passa dans la production historique composée en Angleterre, où était connue et copiée l’œuvre de Dudon au moins depuis la fin du XIe siècle (Gerda Huisman, « Notes on the Manuscript Tradition of Dudo of St Quentin Gesta Normannorum », Anglo-Norman Studies, VI, 1983, p. 122-135). Guillaume de Malmesbury (vers 1120) aborde à deux reprises l’accord de Saint-Clair-sur-Epte (Gesta Regum Anglorum, éd. et trad. Roger Mynors, Rodney Thomson, Michael Winterbottom, Oxford, Clarendon Press, « Oxford Medieval Texts », 1998-1999, II, 112, t. 1, p. 170; II, 127, p. 202). Il met en exergue le rôle de Gisla comme « uas pacis, pigneratrix federis », et va au-delà de la tradition normande en assumant que Rollon reconnut recevoir la terre du roi en tant que son seigneur (« Ita fedum ictum est ut baptisma susciperet, et terram illam de rege sicut de domino suo cognosceret »). Tout en gardant la trame du récit de Dudon (à ceci près que c’est Rollon lui-même qui fait trébucher le roi), Guillaume de Malmesbury donne une interprétation différente du geste qui entraîne la chute de Charles : l’acte du chef normand porte la marque de l’« ingenita et effrenis barbaries » de Rollon, qui excuse ensuite son impudentia en arguant des coutumes de son pays. Loin de flatter l’indépendance des ducs de Normandie, la scène donne une piètre image de Rollon. Au-delà, cependant, elle autorise une autre lecture du geste chef normand et la transformation qu’implique son insertion dans les liens sociaux du monde franc. Le mariage de Rollon et sa soumission au roi marquent l’entrée du tout nouveau comte de Rouen dans la société franque, une transition qui implique l’abandon de l’état « barbare ».

19 Introductio monachorum, III, 2 : « Tandem autem devictus precibus Franconis, Rotomagensis archiepiscopi, cum Francis eorumque rege Karolo pacem fecit, ipsiusque dono terram quam devastaverat suscipiens, ejus fidelitati se commisit. » « Finalement Rollon se rendit aux prières de Francon, l’archevêque de Rouen, fit la paix avec les Francs et leur roi Charles et, recevant en don du roi la terre qu’il avait ravagée, il se recommanda à sa fidélité. » Nous remercions Monsieur Pierre Bouet de nous avoir communiqué une transcription de ce texte dont il prépare l’édition (Pierre Bouet et Olivier Desbordes, Les textes fondateurs du Mont-Saint-Michel, t. 1, Chroniques latines (IXe-XIIe siècle), Caen, Presses universitaires de Caen, à paraître.

20 Voir Judith Green, Henry I, King of England and Duke of Normandy, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 118-167 pour le contexte.

21 Ex anonymi Blandiniensis appendicula ad Sigebertum, éd. Michel Brial, Léopold Delisle, Recueil des Historiens des Gaules et de la France [désormais RHGF ], XIV, Paris, V. Palmé, 1867, p. 16-21 (qui place les faits sous l’année 1118) : « Ludovicus, rex Francorum castra regem Angliae vadit et usque Rotomagum omnia vastat : tandem conventum fuit ut Willelmus filius Henrici regis Anglorum Normanniam tenet de rege Franciae, et hommagium sibi faceret, sicut Rollo primum Normanniae dux jure perpetuo promiserat » ; Judith Green, Henry I…, p. 161.

22 Étienne de Rouen, Draco Normannicus, dans Chronicles of the Regns of Stephen, Henry II and Richard II, vol. 2, Londres, Her Majesty’s stationery office, 1885, p. 585-781; lib. I, cap. I, v. 1006-1007, p. 629 : « Si regni partem, si divitas et honores,/Munere gratuio Francia prompta dabit »

23 Martin Aurell, L’empire des Plantagenêts, 1154-1224, Paris, Perrin, 2003, p. 140-141.

24 Flodoard, Annales, a. 923, éd. Philippe Lauer, Paris, Picard (Collection de textes pour servir à l’étude et à l’enseignement de l’Histoire), 1905, p. 16. Cette attaque intervenait « parce que ces mêmes Normands avaient rompu la paix qu’ils avaient conclue, en raison de la promesse que Charles leur avait faite d’une certaine étendue de terre ». Cette promesse ne renvoie pas au traité de Saint-Clair-sur-Epte mais à l’alliance du Carolingien avec les Normands en contrepartie d’une latitudo terrae dont la localisation n’est pas précisée.

25 Flodoard, Historia Ecclesiae Remensis, IV, 14, éd. Martina Stratmann, Monumenta Germaniae Historica [désormais MGH], Scriptores, XXXVI, Hanovre, Hahn, 1998, p. 407.

26 Richer, Histoire de France (888-995), éd. et trad. Robert Latouche, Paris, Les Belles Lettres (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge), 1930-1937, I, 4, t. 1, p. 12-14 ( = Richeri Historiarum Libri IIII /Richer von Saint-Remi, Historiae, éd. Hartmut Hoffmann, MGH, Scriptores, XXXVIII, Hanovre, Hahn, 2000, p. 39-40).

27 Ademari Cabannensis Chronicon, III, 20, éd. Pascale Bourgain, Turnhout, Brepols (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaeualis, CXXIX), 1999, p. 140.

28 La Chronique de Nantes (570 environ-1049), chap. 27, éd. René Merlet, Paris, Picard (Collection de textes pour servir à l’étude et à l’enseignement de l’Histoire), 1896, p. 81.

29 Les Gestes des évêques d’Auxerre, cap. 42, éd. et trad. Michel Sot (dir.), t. 1, Paris, Les Belles Lettres (Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge), 2002, p. 196.

30 Histoires, traduites et présentées par Mathieu Arnoux, Turnhout, Brepols, 1996, I, 21, p. 74 : « unius regi regnum pari consensu decreverunt dici et esse. » Le panégyrique de l’État normand dressé par Raoul au chap. 21 fut probablement inspiré par Guillaume de Volpiano, abbé de Fécamp depuis 1001 (ibid., p. 75, note 1) et partage avec l’historiographie normande un certain nombre de lieux communs, comme l’idée d’une gens issue d’un brassage de populations venues se placer sous l’autorité des ducs normands.

31 Pierre Béchin, Chronicon Petri filii Bechini, Recueil de Chroniques de Touraine, éd. André Salmon, Tours, Société archéologique de Touraine, 1854, p. 1-63, à la p. 44 (repris dans Ex brevi chronico S. Martini Turonensi, RHGF, VII, p. 316). Le passage a inspiré l’auteur du Liber de compositione castri Ambaziae, qui, au plus tard vers 1148, note les réticences de Rollon à embrasser le pied du roi, sans toutefois mentionner les développements comiques de l’épisode (Chroniques des comtes d’Anjou et des seigneurs d’Amboise, éd. Louis Halphen et René Poupardin, Paris, Picard, « Collection de textes pour servir à l’étude et à l’enseignement de l’Histoire », 1913, p. 23).

32 Hugues de Fleury, Liber qui modernorum regum Francorum continet actus, éd. Jacques-Paul Migne, PL, CLXIII, col. 873-912, qui reprend l’édition de Georg Waitz (MGH, Scriptores, IX, Hanovre, Hahn, 1851, p. 376-395), elle-même reprise en partie et corrigée par Philippe Lauer (Flodoard, Annales, app. VI, p. 211-219). Sur cet ouvrage et son auteur, voir notamment : Alexandre Vidier, L’historiographie à Saint-Benoîtsur-Loire et les miracles de Saint-Benoît, Paris, Picard, 1965, p. 76-80 ; Bernard Guénée, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier-Montaigne, 1980, p. 309-310 ; Robert-Henri Bautier, « L’école historique de l’abbaye de Fleury d’Aimoin à Hugues de Fleury », dans Histoires de France, historiens de la France, actes du colloque international, Reims, 14 et 15 mai 1993, Yves-Marie Bercé et Philippe Contamine (éd.), Paris, Société de l’histoire de France (diff. Champion), 1994, p. 59-72, en particulier p. 69-71 ; Régis Rech, « Hugues de Sainte-Marie », dans Claude Gauvard, Alain de Libera, Michel Zink, Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, PUF (Quadrige), 2002, p. 695-696.

33 Alexandre Vidier considérait que le Liber n’était pas antérieur à 1114 ; Régis Rech lui attribue la date de 1122 ; Robert-Henri Bautier suppose que le texte a pu être écrit après le remariage de Mathilde avec Geoffroy le Bel, comte d’Anjou (1127). Marjorie Chibnall (The Empress Mathilda. Queen Consort, Queen Mother and Lady of the English, Oxford, Blackwell, 1991, p. 46) a suggéré de manière convaincante que l’ouvrage s’adressait à Mathilde alors qu’elle était encore une toute jeune fille, ce qui nous ramène plutôt vers la première borne chronologique. Mathilde, née en février 1102, a été mariée en 1110 à l’empereur Henri V (mort en 1125).

34 Alexandre Vidier, L’historiographie à Saint-Benoît-sur-Loire…, p. 80.

35 Cela nécessiterait une analyse plus détaillée que le sondage auquel nous nous sommes livré. Notons toutefois que plusieurs passages ont été rapportés aux versions interpolées des GND. L’envoi par Rollon de flottes vers les vallées de la Seine, de la Loire et de la Garonne (Liber, 2, col. 878) renvoie au texte de Dudon (De moribus…, II, 20, p. 161) et non au texte originel de Guillaume de Jumièges (GND, II, 7, t. 1, p. 60), qui ne rapporte pas les faits : la narration de ces derniers fut ensuite réintroduite par Robert de Torigni (ibid.), dans les interpolations que l’abbé du Mont rédigea à partir du De moribus et donc bien après le Liber d’Hugues de Fleury. La remarque vaut pour la campagne menée par Rollon en Bourgogne puis jusqu’à Clermont d’Auvergne et Saint-Benoît-sur-Loire (Liber…, col. 879-880 ; De moribus…, II, 21, p. 161 ; à comparer avec GND, II, 8, t. 1, p. 60). Plus loin, Hugues de Fleury (Liber…, col. 883) mentionne l’intervention de Robert de Neustrie (qu’il qualifie de Burgundiae dux) lors des négociations qui précèdent le traité de Saint-Clair-sur-Epte et l’offre de parrainage faite alors à Rollon, visiblement en s’inspirant davantage de Dudon (De moribus…, II, 27, p. 167-168) que de Guillaume de Jumièges (GND, II, 11, t. 1, p. 62-64). L’auteur du Liber (col. 887) et Dudon (De moribus…, IV, 84, p. 239) présentent tous deux le roi danois Aygroldus (Dudon : Haigroldus) comme un consanguineus de Richard Ier de Normandie, ce que ne font ni Flodoard (Annales, a. 945, p. 98) ni Guillaume de Jumièges (GND, IV, 7, t. 1, p. 110). Le moine de Fleury emprunte certaines expressions à Dudon, comme on le voit pour le récit du combat de Saint-Sever, près de Rouen : Liber…, col. 890 (« ad casas Hermentrudis, in portu fluminis Seccanae »), à comparer avec De moribus…, IV, 112, p. 275 (« ad casas Hermentrudis villa, in portu fluminis Sequanae ») et GND, IV, 15, t. 1, p. 124 (« apud Hermentrudis villam »).

36 Hugues de Fleury, Liber…, col. 883 : « Demum vero rex Karolus desponsavit illi filiam suam nomine Gillam, dans illi jure beneficii Neustriam, quam nunc Normanniam vocitamus, a fluvio Andelle usque ad oceanum mare. »

37 Susan Reynolds, Fiefs and Vassals. The Medieval Evidence Reinterpreted, Oxford, Oxford University Press, 1994, p. 133 et suiv.

38 Ferdinand Lot, Fidèles ou vassaux ? Essai sur la nature juridique du lien qui unissait les grands vassaux à la royauté depuis le milieu du IXe siècle jusqu’à la fin du XIIe siècle, Paris, Bouillon, 1904, p. 177, et plus généralement pour la Normandie, chap. VI, p. 177-235 ; Henri Prentout, Essai sur les origines et la fondation du duché de Normandie, Paris, Champion, 1911, p. 180-196 ; id., Étude critique sur Dudon de Saint-Quentin et son histoire des premiers ducs normands, Paris, Picard, 1916, p. 196-251 ; Auguste Dumas, « Encore la question : fidèles ou vassaux ? À propos du quatrième volume des Origines de l’ancienne France, de M. Flach », Revue historique de droit français et étranger, 44, 1920, p. 159-229, 347-390, en particulier p. 357-358, 363-366.

39 Henri Prentout, Étude critique…, p. 242.

40 Heinrich Mitteis, Lehnrecht und Staatsgewalt. Untersuchungen zur mittelalterlichen Verfassungsgeschichte, Weimar, H. Böhlaus, 1933 (réimp. Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1958), p. 324-332.

41 Jean-François Lemarignier, Recherches sur l’hommage en marche et les frontières féodales, Lille, Bibliothèque universitaire, 1945, chap. III, p. 73-125.

42 Jacques Flach, Les origines de l’ancienne France, Xe et XIe siècles, IV, Les nationalités régionales, leurs rapports avec la couronne de France, Paris, Librairie de la société du recueil Sirey, 1917, pour la Normandie, p. 109-172. Une version préliminaire de ce passage avait été publiée sous le titre « La Normandie était-elle un grand fief de la couronne ? » édité en 1914 dans le Compte rendu de l’Académie des sciences morales et politiques.

43 Michel de Boüard, « Le duché de Normandie », dans Ferdinand Lot et Robert Fawtier, Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, t. 1, Paris, PUF, 1957, p. 1-33, p. 3-4 ; Jean Yver, « Les premières institutions du duché de Normandie », I Normanni e la loro espansione in Europa nell’alto medioaevo, Settimane…, XVI, Spolète, 1969, p. 299-366 ; Lucien Musset, « Naissance de la Normandie (Xe-XIe siècle) », Histoire de la Normandie, Michel de Boüard (dir.), Toulouse, Privat, 1970, p. 75-130 (p. 97-98) ; David Bates, Normandy before 1066, Londres-New York, Longman, 1982, p. 8-9.

44 Lucien Musset, « Relations et échanges d’influences dans l’Europe du Nord-Ouest (Xe-XIe siècles) », Cahiers de civilisation médiévale, I, 1, janv. -mars 1958, p. 63-82, notamment p. 66-67 ; id., « Pour l’étude des relations entre les colonies scandinaves d’Angleterre et de Normandie », Mélanges de linguistique et de philologie Fernand Mossé in Memoriam, Paris, Didier, 1959, p. 330-339 (rééd. id., Nordica et Normannica …, Paris, Société des études nordiques, 1997, p. 145-156) ; id., « Pour l’étude comparative de deux fondations politiques des Vikings : le royaume d’York et le duché de Rouen », Essays in honour of John Le Patourel, Northern History, vol. X, p. 40-54 (rééd. id, Nordica et Normannica…, p. 157-171). L. Musset proposait également un comparaison possible avec la paix de 867 entre Charles le Chauve et le Breton Salomon (id., « Ce que l’on peut savoir du traité de Saint-Clair-sur-Epte », p. 380).

45 Susan Reynolds, Fiefs and Vassals…, p. 136-137; voir Felice Lifshitz, « Translating “Feudal” Vocabulary: Dudo of Saint-Quentin », Haskins Society Journal, 9, 1997, Woodbridge, Boydell Press, 2001, p. 39-56.

46 Voir l’appréciation portée par Geoffrey Koziol (Begging Pardon and Favor. Ritual and Political Order in Early Medieval France, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 1992, p. 147-159) qui décrit Dudon comme « fairly obsessed by the ritual » (p. 151).

47 Hermann Kamp, „ Die Macht der Zeichen und Gesten. Öffentliches Verhalten bei Dudon von Saint-Quentin “, Formen und Funktionen. Öffentlicher Kommunikation im Mittelalter, Gerd Althoff (éd.), Stuttgart, Jan Thorbecke (Vorträge und Forschungen, LI), 2001, p. 125-155.

48 Dudon, De moribus…, III, 52, p. 196 ; III, 57, p. 200.

49 Ibid., II, 7, p. 148; II, 18, p. 158. Pour l’amicitia entre Henri de Germanie et Louis IV, établie par l’intermédiaire de Guillaume Longue Épée : ibid., III, 54, p. 198.

50 Ibid., III, 63, p. 207 ; IV, 117, p. 279 et 280.

51 Ibid., III, 37, p. 182 (Rollon/Guillaume Longue Épée) ; IV, 67, p. 220 (Guillaume Longue Épée/Richard Ier).

52 Ibid., III, 63, p. 207. Ibid., IV, 70, p. 224 : Louis IV retient prisonnier le jeune Richard Ier.

53 Comme le proposait Heinrich Mitteis (Lehnrecht und Staatsgewalt…, p. 329) pour la cérémonie de Saint-Clair-sur-Epte.

54 Pour l’entrée en vassalité de Notker abbé de Saint-Gall (971), décrit par le Casus Sancti Galli, un quart de siècle après l’événement (Robert Boutruche, Seigneurie et Féodalité, I, Le premier âge des liens d’homme à homme, Paris, Aubier Montaigne, 1968, p. 209, 367 ; Jacques Le Goff, « Le rituel symbolique de la vassalité », id., Pour un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1977, rééd. Un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard (Quarto), 1999, p. 333-399 ; p. 368.

55 Jean-François Lemarignier, Recherches sur l’hommage en marche…, p. 83.

56 Susan Reynolds, Fiefs and Vassals…, p. 128.

57 Dudon, De moribus…, II, 1, p. 141. Pour le schéma explicatif des invasions normandes utilisé par Dudon : Pierre Bouet, « Les chroniqueurs francs et normands face aux invasions vikings », L’Héritage maritime des Vikings en Europe de l’Ouest, actes du colloque international de la Hague (Flottemanville-Hague, 30 septembre-3o ctobre 1999), Élisabeth Ridel (éd.), Caen, Presses Universitaires de Caen, 2002, p. 57-74 (p. 70).

58 Dudon, De moribus…, II, 2, p. 142 : « Illi autem haec audientes, Rollonis et Gurim osculo expetiverunt pedes, atque illico super dictis principum remearunt gratulantes. »

59 Felice Lifshitz, « Translating “Feudal” Vocabulary… », p. 53.

60 Ferdinand Lot, Fidèles ou vassaux ?…, p. 181, note 3 ; Henri Prentout, Étude critique…, p. 242. Plus critique en revanche : Lucien Musset, « Ce que l’on peut savoir du traité de Saint-Clair-sur-Epte », Annuaire des cinq départements de la Normandie, congrès de Vernon, 1981 (139e congrès), p. 79-82 (rééd. id., Nordica et Normannica…, Paris, Société des études nordiques, 1997, p. 377-381).

61 Henri Prentout, Étude critique…, p. 242.

62 Voir en dernier lieu : Jacques Le Maho, « Vie perdue de Guillaume Longue Épée (mort en 942), état des recherches en cours », Tabularia « Études », 7, 2007, p. 75-105 (p. 92).

63 Joseph van der Straeten (« Vie inédite de saint Hugues, évêque de Rouen », Analecta Bollandiana, 87, 1969, p. 215-260, voir p. 230-231) a noté cet intérêt de la part de l’auteur de la Vita Hugonis, identifié par Jacques le Maho comme étant l’abbé Annon.

64 Vita Hugonis, cap. 8, p. 239.

65 Geoffrey Koziol, Begging Pardon…, p. 67, 152.

66 Yannick Carré, Le baiser sur la bouche au Moyen Âge. Rites, symboles, mentalités, Paris, Le Léopard d’Or, 1992, p. 27-29.

67 Hans Hattenhauer, Die Aufnahme der Normannen in das westfränkische Reich: Saint Clair-sur-Epte AD 911, Berichte aus den Sitzungen der Joachim-Jungius-Gesellschaft der Wissenschaften E. V., Hamburg, 8, no 2 (1990), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 37 p., p. 27-33.

68 Constantin Porphyrogénète, Le livre des cérémonies, II, 47, éd. A Vogt, Paris, Les Belles Lettres, t. 2, p. 2.

69 Luc, VII, 38.

70 Hans Hattenhauer, Die Aufnahme der Normannen…, p. 30. Une autre prestation est attestée en 711 ; dans les deux cas elles se déroulent à Byzance.

71 Ibid., p. 31-32.

72 Dictatus papae, IX : « Le pape est le seul homme dont les princes baisent les pieds » (Marcel Pacaut, La théocratie. L’Église et le pouvoir au Moyen Âge, Paris, Desclée, 1989, p. 66).

73 Geoffrey Koziol, Begging Pardon…, p. 65; Gerd Althoff, „ Das Privileg der deditio. Formen gütlicher Konfliktbeendigung in der mittelalterlischen Adelsgesellschaft “, dans id., Spielregeln der Politik im Mittelalter. Kommunikation in Frieden und Fehde, Darmastdt, Primus Verlag, 1997, p. 99-125; id., Die Macht der Rituale. Symbolik und Herrschaft im Mittelalter, Darmstadt, Primus Verlag, 2003, p. 119 et suiv.

74 Gerd Althoff, Die Macht der Rituale…, p. 76.

75 Richer, Histoire de France (888-995), IV, 11, éd. et trad. Robert Latouche, t. 2, p. 160-163 (éd. Hartmut Hoffmann, p. 238-239).

76 Geoffrey Koziol, Begging Pardon…, p. 66.

77 Klaus Schreiner, „“Gerechtigkeit und Frieden haben sich geküßt” (Ps 84, 11). Friedenstiftung durch symbolisches Handeln “, Träger und Instrumentarien des Friedens im hohen und späten Mittelalter, Johannes Fried (éd.), Sigmaringen, J. Thorbecke (Vorträge und Forschungen, 43), 1996, p. 37-86, en particulier p. 78-85.

78 Yannick Carré, Le baiser sur la bouche…, p. 164-168.

79 Hans Hattenhauer, Die Aufnahme der Normannen…, p. 29.

80 Hibernicus Exul, Carmina, éd. Ernst Dümmler, MGH, Poetae latini aevi carolini, I, Berlin, Weidmann, 1881, p. 397-399, v. 96-102 : « His puer ex donis domini ditatur opimis,/Ad quem haec rex placidis deprompsit dicta loquellis :/“Suscipe perpetui ervitus pignora nostri”. /Oscula tum libans genibus predulcia regis/Dux, atque has celeres produxit pectore voces :/“Rex, tibi donetur munus per cuncta salutis,/Ast ego servitium vobis per secula solvo” » (p. 399).

81 Stuart Airlie, « Narratives of triumph and rituals of submission: Charlemagne’s mastering of Bavaria », Transactions of the Royal Historical Society, 6th Series, 9, 1999, p. 93-119 (p. 112-113).

82 Ibid.

83 Pierre Bauduin, « Chefs normands et élites franques fin IXe - début Xe siècle », Les fondations scandinaves en Occident et les débuts du duché de Normandie, actes du colloque de Cerisy-la-Salle (25-29 septembre 2002), Pierre Bauduin (dir.), Caen, Publications du CRAHM, 2005, p. 181-194 (p. 191).

84 Ermold le Noir, Poème…, I, v. 172-173, p. 18 : « Duxque Tolosana fatur Vilhelmus ab urbe,/Poplite flexato lambitat ore pedes ».

85 Ibid., I, v. 193, p. 20: « amplectans famulum, oscula datque capit ».

86 Ibid., I, v. 212-213, p. 20: « Hoc dicto, proceres vario sermone fremebant,/Almificis pedibus basia stricta dabant. »

87 Yannick Carré, Le baiser sur la bouche…, p. 28.

88 Ermold le Noir, Poème…, I, v. 582, p. 47.

89 Ibid., p. 236-237.

90 Janet Nelson, « The Lord’s annointed and the people’s choice : Carolingian royal ritual », Rituals of Royalty. Power and Ceremonial in Traditional Societies, Cambridge, Cambridge University Press, 1987, p. 137-180, p. 168 et note 95.

91 Pierre Bouet, « Dudon de Saint-Quentin et Virgile : l’Énéide au service de la cause normande », dans Recueil d’études en hommage à Lucien Musset, Caen, (Cahier des Annales de Normandie, no 23) 1990, p. 215-236 (p. 217-218).

92 Régine Le Jan, « Le royaume franc vers 900 : un pouvoir en mutation ? », Les fondations scandinaves en Occident…, p. 83-95 (p. 92-94).

Auteur

Université de Caen Centre Michel de Boüard (CRAHAM – FRE 119), CNRS
Directeur du CRAHAM, maître de conférence à l’université de Caen Basse-Normandie, spécialiste des origines de la Normandie. Sa thèse, La première Normandie (Xe-XIe siècles). Sur les frontières de la Haute-Normandie : identité et construction d’une principauté, a été publiée à Caen en 2004. Il a soutenu en 2007 son habilitation Intégration, pouvoirs et liens sociaux dans les mondes normands (IXe-XIIe siècle), dont un essai inédit « More Achabico quasi amicum suscepit. Essai sur l’accommodation entre Francs et Normands, fin VIIIe -début Xe siècle ».

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540