Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

Le « groupe château » d’Anne-Marie Flambard Héricher

Texte intégral

1Les doctorants

2Les étudiants d’Anne-Marie Flambard Héricher, en particulier ceux qui ont contribué à ce volume, sont marqués par deux temps, celui de la formation, et celui de la recherche.

3Au cours des différents chantiers écoles qui se sont avérés être l’indispensable complément de la formation théorique acquise sur les bancs de l’université, Anne-Marie Flambard Héricher a su former aux techniques de la fouille archéologique de nombreuses personnes. Quelques-unes d’entre elles se sont vu confier des responsabilités, tant sur le terrain que lors des études post-fouilles, en participant ainsi pleinement au projet scientifique. Les motivations de départ sont diverses – véritable attente quant à la discipline archéologique, simple curiosité, on a même pu évoquer des contraintes d’emploi du temps qui ont orienté des étudiants vers l’archéologie médiévale –, beaucoup sont restés. L’orientation des chantiers de l’université, Vatteville-la-Rue (Seine-Maritime), « La Butte du Château » à Bretoncelles (Orne), Saint-Denis-le-Thiboult (Seine-Maritime) et « Château-Ganne » à La Pommeraye (Calvados), clairement tournés vers la castellologie, a certainement favorisé des vocations dans ce domaine.

4Aussi, on ne s’étonnera pas que l’étude des châteaux du Moyen Âge ait constitué la majorité des sujets de recherche dont Anne-Marie Flambard Héricher a assuré la direction. La très grande liberté qu’elle a laissée au niveau des thèmes a certainement favorisé, en motivant les projets les plus personnels, la réussite et l’aboutissement de mémoires de maîtrise, de DEA, de masters et de thèses. L’écoute dont elle a su faire preuve quant à des méthodes nouvelles a permis une véritable émulation et la cohésion d’un groupe où les positions de chacun ont quelquefois donné lieu à des discussions passionnées. Loin d’être une fin, son départ de l’université de Rouen est marqué par la mise en route d’une enquête sur les châteaux de Haute-Normandie, un projet collectif de recherche sur les fortifications de terre, qui apporte déjà un véritable renouvellement de cette thématique.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540