Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

Introduction

Élisabeth Lalou et Jean-Louis Roch

Texte intégral

Anne-Marie Flambard Héricher
photo Micaël Allainguillaume, 2008

Sur le site de Château-Ganne
photos Élisabeth Lalou, 2008 et Éric Niqueux, 2006

1Trouver un titre à ce volume de mélanges en l’honneur d’Anne-Marie Flambard Héricher nous a pris du temps. En effet ce titre doit décrire le contenu du volume et en même temps représenter les travaux scientifiques réalisés par Anne-Marie Flambard Héricher tout au long de sa carrière. Finalement nous nous sommes arrêtés à : Des châteaux et des sources : Archéologie et histoire dans la Normandie médiévale.

2En effet Anne-Marie Flambard Héricher est normande. Née à Saint-Pierre-sur-Dives, elle vit à côté de Caen, à Verson, le village de la célèbre Complainte des vilains. Elle a exercé son métier d’enseignant-chercheur à Rouen et à Caen. Elle fouille Château-Ganne dans le Calvados, et précédemment Vatteville-la-Rue en Seine-Maritime et Bretoncelles dans l’Orne. Elle a aussi consacré un gros livre aux potiers et poteries du Bessin.

3Anne-Marie Flambard Héricher est archéologue. Elle s’est formée à l’université de Caen, berceau du renouveau de l’archéologie médiévale en France. Au moment où d’autres se passionnent pour les villages désertés, Caen s’oriente vers l’architecture militaire féodale, avec Michel de Boüard, André Debord, Joseph Decaëns.

4C’est à Scribla, un des premiers châteaux normands de Calabre, que, dans les années 1976-1980, va se nouer le destin d’Anne-Marie : non seulement elle fouille la colline qui domine la vallée du Crati, mais elle s’intéresse aux réserves alimentaires, à ces grains brûlés lors de l’incendie du château au milieu du XVe siècle, et participe à l’enquête sur l’origine des céramiques trouvées lors des fouilles ; ce qui la conduit à analyser la nature des argiles et à se lancer dans la recherche des premières faïences (proto-majoliques) et autres poteries peintes glaçurées d’Italie méridionale. D’emblée Scribla est replacé dans son environnement régional, mais aussi dans un espace méditerranéen plus vaste. Là se noue une double passion, celle des châteaux de l’époque féodale et celle de la céramique et des fours de potiers. Il s’agit aussi d’associer les sources écrites (ici Geoffroy Malaterra) et les fouilles, l’histoire et l’archéologie, l’Italie et la Normandie, le passé et le présent, à travers une approche résolument pluridisciplinaire. De Scribla elle rapporte sa thèse de 3e cycle, soutenue en 1983, Le château de Scribla et la basse vallée du Crati (Calabre) du XIIIe au XVe siècle.

5Anne-Marie Flambard Héricher est aussi une enseignante. Elle commence dans l’enseignement primaire puis secondaire avant d’être nommée maître de conférences à Rouen en 1992. Elle y organise chaque année des chantiers écoles pour ses étudiants : c’est alors qu’elle fouille « le vieux château » de Vatteville (Seine-Maritime), un shell-keep entre la Seine et la forêt de Brotonne, dont parlait Orderic Vital, à l’occasion du siège de 1124, puis la butte du château de Bretoncelles (Orne), une forteresse frontière du Perche. À partir de 2004, elle s’attaque à une forteresse monumentale, l’étonnant Château Ganne (Calvados), en « Suisse » normande, non loin de la vallée de l’Orne. Son habilitation à diriger les recherches est soutenue à Caen en 1996, devant un jury composé de Pierre Toubert, Jean-Marie Pesez, Françoise Thelamon, Jean-Pierre Leguay, Robert Herin. Le directeur était André Debord. Elle est nommée professeur d’archéologie et d’histoire médiévale à Rouen l’année suivante. Elle crée alors le « parcours Archéologie » dans lequel elle enseigne de la première année jusqu’au 3e cycle les techniques de l’archéologie, mises ensuite en pratique sur les chantiers lors des vacances de Pâques et au mois de juillet. Mais il serait réducteur de parler seulement de techniques de l’archéologie. C’est la passion de l’archéologie qu’elle transmet à un bon nombre d’étudiants Elle dirige ainsi un très grand nombre de maîtrises et DEA appelés aujourd’hui masters. Puis dès sa nomination comme professeur, elle dirige bon an mal an plus de dix thèses en archéologie médiévale ; les contributions des présents mélanges démontrent la qualité de quelques-uns de ces doctorants.

6Le titre de son habilitation à diriger des recherches, Lieux de pouvoir, lieux de production, lieux de vie : une approche archéologique de la société et de l’économie médiévale, éclaire la démarche intellectuelle et scientifique d’Anne-Marie Flambard Héricher. Elle y a regroupé ses recherches sur les châteaux d’une part et sur la poterie et les potiers d’autre part. La passion de la castellologie ne lui a en effet jamais fait oublier la poterie. C’est le Bessin qu’elle a choisi comme terrain de recherches. Les fouilles du Molay-Littry, dans les années 1991-1993, y révèlent l’ancienneté (XIIe siècle) des ateliers de potiers, confirmée par ailleurs par les textes : fours à tirage vertical, qui précèdent mais aussi vont faciliter le passage aux hautes températures, c’est-à-dire au grès, au XIVe siècle, grès qui alimente Paris en pots de beurre. Elle publie en 2002 Potiers et poteries du Bessin. Histoire et archéologie d’un artisanat rural du XIe au XXe siècle en Normandie. Là encore, l’approche est plurielle, de la fouille aux statuts du métier et à l’organisation d’une communauté artisanale ; du présent au passé, c’est la démarche régressive.

7Anne-Marie Flambard Héricher met au service de la recherche archéologique ses étudiants et doctorants. Le fonds des travaux de littérature grise que constituent maîtrises et masters donne l’image des fouilles archéologiques qu’il serait possible d’entreprendre en Normandie. Avec les plus passionnés, elle organise la description systématique des mottes et sites fortifiés en Haute-Normandie. Ce « groupe Châteaux », PCR (projet collectif de recherches) financé par le conseil régional, produit chaque année depuis le début des années 2000 un gros volume contenant toutes les données de 15 à 20 fortifications. Soutenue par les services régionaux d’archéologie de Haute-et Basse-Normandie, une synthèse de cet inventaire des constructions castrales devrait donner lieu à un colloque en mai 2009.

8L’activité d’Anne-Marie est multiple. Elle ne se contente pas d’enseigner et de faire de la recherche. Elle s’implique aussi dans l’administration de la recherche. C’est parce qu’elle est reconnue comme une des meilleures que la commission 32 du CNRS lui demande de prendre, au début des années 1990, la direction de la revue Archéologie médiévale, dont la « Chronique des fouilles » notamment est extrêmement précieuse. De fil en aiguille, elle se retrouve à la tête du centre des Publications du CRAHM. Elle y publie les colloques « Château-Gaillard », créés par Michel de Boüard et un nombre de plus en plus important de monographies. Présente en effet à Caen au sein du laboratoire, elle incite les membres du CRAHM à organiser des journées d’étude et des colloques, sur le modèle des grands colloques organisés à Rouen par le GRHIS, manifestations qui trouvent leur place normale parmi les publications du CRAHM.

9Professeur à Rouen, elle joue aussi un rôle important dans le département d’histoire de la faculté de Rouen : elle se lance en 2003 dans la nouvelle organisation des maquettes de masters et ses talents de gestionnaire l’amènent à prendre la succession de Françoise Thélamon à la tête du Groupe de recherche d’histoire de Rouen, le GRHIS, qu’elle dirige de 2003 à 2006 et avec lequel elle organise un grand nombre de journées d’études et de colloques publiés, eux, dans les Cahiers du GRHIS qu’elle dirige alors. Elle préside aussi pendant plusieurs années la commission de spécialistes no 21 qui recrute les collègues antiquisants et médiévistes. Anne-Marie a ainsi pendant presque vingt ans animé la recherche à la fois à Rouen et à Caen. Elle a aussi participé à l’administration de l’archéologie médiévale au niveau national en participant à un grand nombre de projets, que l’on pourrait résumer par « de l’ATP (Action thématique programmée) à l’ANR (Agence nationale de la recherche) ».

10Car c’est avant tout l’archéologie qui meut Anne-Marie ; la passion de la fouille et la volonté toujours d’en replacer les résultats dans le cadre plus global de la recherche historique ; cette association entre archéologie et histoire donne tout son sens à la démarche d’Anne-Marie Flambard Héricher.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9945/img-1.jpg
Fichier image/, 808k
Légende Anne-Marie Flambard Héricherphoto Micaël Allainguillaume, 2008
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9945/img-2.jpg
Fichier image/, 193k
Légende Sur le site de Château-Gannephotos Élisabeth Lalou, 2008 et Éric Niqueux, 2006
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/9945/img-3.jpg
Fichier image/, 1,1M

Auteurs

Professeur d’histoire médiévale à l’université de Rouen, directrice du GRHIS. Son habilitation à diriger des recherches portait sur La royauté française de Louis IX à Philippe de Valois : les tablettes de cire, les comptes, l’Hôtel (2003). Dernier ouvrage publié : Itinéraire de Philippe IV le Bel, Paris, 2007 (Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 37).

Maître de conférences à l’université de Rouen. Sa thèse portait sur Les mots aussi sont de l’histoire : vocabulaire de la pauvreté et marginalisation des pauvres (1450-1550). Ses recherches et ses principales publications portent sur la draperie normande et la société urbaine rouennaise à partir des fonds du tabellionage.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540