Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Impressionnisme et littérature

 | 
Gérard Gengembre
, 
Florence Naugrette
, 
Yvan Leclerc

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Marianne Alphant, écrivain, agrégée de philosophie, ancienne journaliste à Libération, a dirigé les « Revues parlées » du Centre Pompidou de 1993 à 2010. Elle y a été commissaire des expositions Roland Barthes (2002) et Samuel Beckett (2007). Elle a notamment publié Grandes « O » (Gallimard, 1975), Le Ciel à Bezons (Gallimard, 1978), L’Histoire enterrée (POL, 1983), Claude Monet, une vie dans le paysage (Hazan, 1993 ; rééd. : « Bibliothèque Hazan », 2011), Pascal, tombeau pour un ordre (Hachette littératures, 1998), Petite nuit (POL, 2008), Cathédrale(s) (Rouen, Point de vues, 2010).

2Barbara Bohac, ancienne élève de l’École normale supérieure, est maître de conférences à l’université de Lille 3. Elle travaille notamment sur les rapports entre littérature et arts au XIXe siècle. Elle a publié en 2012 Jouir partout ainsi qu’il sied. L’Esthétique du quotidien chez Mallarmé aux éditions Classiques Garnier.

3Pascal Bonafoux a été pensionnaire de la Villa Médicis, Académie de France à Rome, en 1980 et 1981. Il a dirigé le bureau des expositions de l’AFAA, Ministère des Affaires étrangères, en 1987 et 1988 et a été 25 ans secrétaire général de la Cité internationale des arts. Commissaire d’expositions consacrées aux œuvres d’artistes contemporains à Prague, à Dublin, à Bratislava, à Tel Aviv, en Chine, en Corée, etc. Professeur, il enseigne l’histoire de l’art à l’université Paris 8. Il est l’auteur de nombreux essais sur l’art, dont plusieurs consacrés à l’impressionnisme et aux impressionnistes.

4Sarah Brun, ancienne élève de l’École normale supérieure de Lyon et agrégée de lettres modernes, prépare une thèse de littérature comparée sous la direction du professeur Daniel Mortier (université de Rouen, CEREDI) sur les actualisations de la farce au tournant du siècle (1872-1914) dans les domaines français, germanique et russe.

5Stéphanie Champeau travaille sur les frères Goncourt et, notamment, sur la notion d’artiste dans leur œuvre (thèse publiée chez Champion : La Notion d’artiste chez les Goncourt 1852-1870). Elle a publié avec Michel Crouzet le roman Manette Salomon des Goncourt (« Folio ») et elle a préparé récemment une édition du roman Renée Mauperin pour les éditions Garnier (à paraître prochainement). Elle participe aussi à l’édition en cours du Journal des Goncourt aux éditions Champion, sous la direction de Jean-Louis Cabanès (rédaction de notes et de notices).

6Florence Dumora est maître de conférences à l’UFR Lettres, arts et cinéma de l’université Paris Diderot. Ses recherches portent sur les liens entre les lettres, la peinture et la philosophie de l’âme et des passions avant Freud. Elle s’intéresse à l’histoire des théories du rêve (L’Œuvre nocturne, Champion, 2005), et elle a publié une trentaine d’articles sur des questions liées à la représentation du for intérieur et aux relations entre texte et image, principalement mais non exclusivement au XVIIe siècle.

7Bénédicte Duthion est attachée de conservation du patrimoine et doctorante à l’université de Rouen. Elle est chef de projet patrimoine et musées en Région Haute-Normandie, au service de l’Inventaire et du Patrimoine. Dans le cadre de la première édition du festival « Normandie Impressionniste » (2010), elle a donné une réédition augmentée de Paris à la mer. La ligne de chemin de fer Paris-Rouen-Le Havre, dans la collection « Images du patrimoine » et elle a conçu un itinéraire virtuel Voyage au temps des impressionnistes. Depuis 2011, elle anime un partenariat avec le musée des impressionnismes à Giverny.

8Luzius Keller est professeur de littérature française à l’université de Zurich. Ses travaux portent sur la poésie de la Renaissance et de l’âge baroque, le théâtre classique, le romantisme, le roman au XXe siècle, et particulièrement sur Proust. Il est le maître d’œuvre de l’édition des œuvres de Proust en allemand, en 14 volumes. Il a publié Piranèse et les romantiques français (Paris, 1966) ; Marcel Proust sur les Alpes (Genève, 2003) ; Marcel Proust. La fabrique de Combray (Genève, 2006) ; Proust et l’Alphabet (Genève, 2012).

9Beate Langenbruch est maître de conférences en littérature française du Moyen Âge à l’École normale supérieure de Lyon depuis 2008. Membre du CIHAM (UMR 5648) et membre associé du CEREDI (université de Rouen), elle a étudié les images de l’Allemagne dans quelques chansons de geste des XIIe et XIIIe siècles pour sa thèse de doctorat. Ses recherches et ses publications actuelles portent d’une part sur l’univers épique médiéval et de l’autre sur les transferts culturels : les échanges entre la France et l’Allemagne et plus globalement les relations entre ces deux pays, mais aussi les réécritures transgénériques modernes du texte médiéval.

10Caroline Mathieu est conservateur en chef au musée d’Orsay. Responsable des collections d’architecture, elle a participé aux expositions Viollet-le-Duc (1980, sous la direction de B. Foucart), Le Japonisme (1988), Paris-Barcelone (2002) ; au musée, elle a été commissaire de l’exposition 1889. La Tour Eiffel et l’Exposition universelle (1989) et de projets soulignant les liens entre art et industrie. Elle a organisé des expositions contribuant à une meilleure connaissance des collections et de l’art de la seconde moitié du XIXe siècle dans le monde. Elle a publié des textes et des articles (L’art du XIXe siècle, 1990) et des ouvrages sur les collections du musée. En 2009, elle a organisé pour la ville de Paris la rétrospective consacrée à Gustave Eiffel, le magicien du fer. En 2010, elle a assuré le commissariat, avec Akiya Takahashi, de l’exposition Édouard Manet et le Paris moderne, au musée Mitsubishui Ichigokan de Tokyo, et, en 2011, celui de l’exposition Paris au temps des impressionnistes. Elle a enseigné à l’École du Louvre et à l’Institut national du patrimoine.

11Pierre Michel est docteur ès lettres et habilité à diriger des recherches, chercheur associé à l’université d’Angers. Président-fondateur de la Société Octave Mirbeau (1993) et rédacteur en chef des Cahiers Octave Mirbeau (19 numéros parus). Il est aussi le biographe d’Octave Mirbeau et l’éditeur scientifique de toute l’œuvre de Mirbeau (Œuvre romanesque, Théâtre, Contes cruels, Combats esthétiques, Combats littéraires, Correspondance générale, etc.) et l’auteur d’un très grand nombre d’articles sur Mirbeau.

12Alain Pagès est professeur de littérature française à l’université de la Sorbonne nouvelle-Paris 3. Il dirige Les Cahiers naturalistes ainsi que « l’équipe Zola » de l’Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM, CNRS). Il est l’auteur de différents ouvrages qui portent sur l’histoire du mouvement naturaliste ou sur l’engagement d’Émile Zola au sein de l’affaire Dreyfus. Dernier ouvrage paru : Une journée dans l’affaire Dreyfus. « J’accuse », 13 janvier 1898, Perrin, coll. « Tempus », 2011.

13Nicole Savy a dirigé le service culturel et assuré le commissariat d’expositions littéraires au musée d’Orsay. Elle est membre du groupe Hugo de l’université Paris-Diderot et travaille également sur George Sand ainsi que sur les questions de représentation et sur les rapports entre la littérature et les arts du XIXe siècle. Elle a édité différents textes de Victor Hugo et de George Sand (par exemple Les Misérables au Livre de Poche, ou Consuelo. La Comtesse de Rudolstadt chez Laffont) et publié entre autres Les Juifs des romantiques. Le discours de la littérature sur les Juifs, de Chateaubriand à Hugo (Belin, 2010).

14Julien Schuh est maître de conférences de littérature et informatique à l’université de Reims Champagne-Ardenne. Sa thèse de doctorat, Alfred Jarry : le colin-maillard cérébral, est en cours de publication aux éditions Honoré Champion. Il participe actuellement à l’édition des Œuvres complètes de Jarry et Gourmont aux éditions Garnier et dirige un projet de base de données et de numérisation des petites revues de littérature et d’art (www.prelia.fr). Il dirige la revue L’Étoile-Absinthe, consacrée à l’œuvre et à la vie de Jarry.

15Gisèle Séginger est professeur à l’université Paris-Est, responsable du Centre de recherche « Littératures, savoirs et arts » (LISAA). Elle est membre de la rédaction de la revue Romantisme, du conseil de rédaction de la revue Nineteenth Century French Studies, responsable de la série « Gustave Flaubert » aux Éditions Minard, et directrice de la collection « Formes et savoirs » aux Presses universitaires de Strasbourg. Elle a publié des travaux sur la littérature du XIXe siècle et des éditions de textes. Elle participe à la réédition des Œuvres complètes de Flaubert dans la Bibliothèque de la Pléiade et est responsable de l’édition d’un Dictionnaire Flaubert à paraître aux éditions Champion.

16Corinne Taunay, artiste plasticienne, achève une thèse d’art, dirigée par Pascal Bonafoux, sur les Arts Incohérents (Paris 8). Elle a publié divers articles sur le sujet : « Laclôtre/Hellé “croit qu’il doit être incohérent” », « De Laclôtre à Hellé, Hellé-mentaire ! » (site de l’association des amis d’André Hellé, 2009 et 2010) ; « Le vertige des Arts Incohérents » (Mémoire d’images, no 21, 2010) ; « Généalogie du monochrome, des Arts Incohérents à Yves Klein » (Papiers nickelés, no 27, 2011) ; « Les anticipations plastiques des Arts Incohérents » (à paraître dans Le Magasin du XIXe siècle, 2012). Elle projette de publier un catalogue de lettres inédites adressées par des Incohérents à Jules Lévy, ainsi qu’un catalogue de dessins inédits de feu l’écrivain et pataphysicien François Caradec.

17Hélène Védrine est maître de conférences de littérature française à l’université de Paris-Sorbonne. Elle est l’auteur d’une thèse sur la littérature fin-de-siècle et Félicien Rops (De l’encre dans l’acide. L’œuvre gravé de Félicien Rops et la littérature de Décadence, Champion, 2002), artiste sur lequel elle a rédigé de nombreux articles et catalogues d’exposition. Dans le cadre de travaux sur la critique d’art, elle a édité les Sensations d’art de Barbey d’Aurevilly dans Les Œuvres et les hommes (Pierre Glaudes et Catherine Mayaux dir., Les Belles Lettres, 2006). Ses recherches actuelles portent sur l’histoire du livre et de l’édition, et plus particulièrement sur la fonction de l’image dans le livre et la revue au tournant des XIXe et XXe siècles (Le Livre illustré européen au tournant des XIXe-XXe siècles, Kimé, 2005 ; L’Europe des revues (1880-1920) : estampes, photographies, illustrations, PUPS, 2008, en collaboration avec Evanghélia Stead ; Se relire par l’image, Kimé, 2012, en collaboration avec Mireille Hilsum).

18Bernard Vouilloux, professeur de littérature française du XXe siècle (littérature et arts visuels) à l’université de Paris IV-Sorbonne, a centré ses recherches sur les rapports entre le verbal et le visuel, littérature et peinture, poétique et esthétique. Outre de très nombreux articles, il a publié dix-sept ouvrages, parmi lesquels La Peinture dans le texte. XVIIIe-XXe siècles (CNRS Éditions, 1994), Langages de l’art et relations transesthétiques (Éditions de l’Éclat, 1997), Le Tableau vivant. Phryné, l’orateur et le peintre (Flammarion, 2002), L’Œuvre en souffrance. Entre poétique et esthétique (Belin, 2004), Le Tournant « artiste » de la littérature française. Écrire avec la peinture au XIXe siècle (Hermann, 2011).

19Nicolas Wanlin, maître de conférences à l’université d’Artois (Arras), membre du projet ANR HC19 : « Histoires croisées au XIXe siècle : histoire des sciences du point de vue de la littérature, histoire de la littérature du point de vue des sciences » (Anne-Gaëlle Weber dir.). Il a publié Aloysius Bertrand. Le sens du pittoresque, Presses universitaires de Rennes, « Interférences », 2010 ; Gaspard de la Nuit. Le Grand Œuvre d’un petit romantique, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, « Colloques de la Sorbonne », 2010.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540