Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vexin normand ou Vexin parisien ?

 | 
Jean-Pierre Fruit

Annexes et bibliographie

Élaboration des paysages, sources

Texte intégral

1Pour l’étude de l’élaboration des paysages agraires nous nous sommes essentiellement fondé sur la lecture des passages concernant le Vexin normand dans l’irremplaçable ouvrage de Jules Sion « les paysages de Normandie orientale » (Paris, Armand Colin 1909).

2Nous avons également consulté l’ouvrage de Jean Duclos « la grande culture dans le Vexin normand » (Beauvais 1912), celui de Charpillon « Dictionnaire historique du département de l’Eure » (Les Andelys 1879), et surtout un autre livre de Charpillon, mine de renseignements les plus divers, « Gisors et son canton, 1867 ».

3En outre, nous avons complété ces sources de deuxième main par le dépouillement comparé du cadastre de 1843 et de celui actuel (matrices). Nous avons relevé aux deux dates la superficie toujours en herbe et la superficie agricole utile, ce qui nous a permis l’élaboration du tableau no 16 et des cartes no 53 et no 54 qui ont été la base de nos commentaires. Le dépouillement des matrices cadastrales de 1843 a été fait aux archives départementales d’Evreux.

4La brève étude de la toponymie a été faite à partir des cartes topographiques actuelles et de l’ouvrage de A. Dauzat « Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France ». (Larousse).

L’ELABORATION DES PAYSAGES INDUSTRIELS

5Nous avons utilisé pour l'étudier trois ouvrages, dont deux déjà cités.

  • l’ouvrage de Jules Sion « Les paysages de Normandie orientale ».

  • le livre de Charpillon « le canton de Gisors ».

  • le D.E.S. de René Lefebvre « la vallée de l’Andelle, étude industrielle », 1967.

L’EVOLUTION DES RELATIONS ENTRE LE VEXIN NORMAND ET LES AUTRES RÉGIONS

1) LES TRANSFORMATIONS DU CADRE ADMINISTRATIF

6Le tableau des divisions administratives à la fin de l’ancien régime a été extrait d'un vieil ouvrage de 1740 inclus dans les « usuels » de la Bibliothèque municipale de Rouen : « description géographique et historique de la Haute-Normandie ».

7Les récriminations actuelles contre le cadre administratif ont été notées lors de nos enquêtes auprès de la population locale : enquête commerciale, enquête industrielle...

2) L’EVOLUTION DE L’ORIGINE DES PROPRIÉTAIRES FONCIERS

8Cette étude a été faite en dépouillant les matrices cadastrales de 1843 aux Archives départementales d’Evreux pour les propriétés supérieures à 50 hectares. Nous avons établi les mêmes catégories de domiciles qu’actuellement et nous avons comparé les résultats de 1843 et de 1969-70 dans un tableau : no 17.

9Nous avons tenté de cartographier l’évolution par commune, mais cela n’a pas donné de bons résultats, les transformations étant contradictoires d’une commune à l'autre très voisines du même canton. L’évolution est infiniment mieux saisie au niveau cantonal et au niveau de tout le Vexin normand. Nous en sommes donc resté aux tableaux.

3) L’EVOLUTION DU MARCHÉ DES PRODUITS AGRICOLES

10Nous nous sommes servi une fois de plus à ce propos de l’ouvrage de Jules Sion, de celui de J. Duclos et de celui de Charpillon (sur le canton de Gisors).

4) L’EVOLUTION DES RELATIONS INDUSTRIELLES

11Pour l’évolution dans le canton de Gisors nous avons utilisé le livre de Charpillon et pour l’évolution dans la vallée de l’Andelle nous nous sommes référé au D.E.S. de R. Lefebvre déjà cité.

12Pour examiner la situation du Vexin normand dans le cadre du schéma d’aménagement de la Basse Seine, nous nous sommes référé au rapport officiel de la Mission d’études pour 1’Aménagement de la Basse Vallée de la Seine (M.E.B.S.) publié par la « Documentation française » (février 1971).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540