Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vexin normand ou Vexin parisien ?

 | 
Jean-Pierre Fruit

Annexes et bibliographie

Origine des propriétaires fonciers : méthodologie et principaux résultats

Texte intégral

1Notre but a été de déterminer à qui appartenait la terre du Vexin normand et non de procéder à une analyse fine des structures foncières qui nous aurait entraîné dans des recherches beaucoup plus écrasantes que celles - pourtant très lourdes - auxquelles nous avons dû nous livrer.

2Notre étude a été tirée du dépouillement systématique des matrices cadastrales des 100 communes étudiées : surface non bâtie. Lors du dépouillement des matrices de chaque commune, nous avons établi des tranches par taille de propriété : moins de 1 hectare, 1 à 20 hectares, 21 à 50 hectares, 51 à 100 hectares, plus de 100 hectares. A l’intérieur de chacune de ces tranches nous avons porté les superficies de chaque propriété codifiant le lieu de résidence de son propriétaire. Nous avons considéré qu’il y avait une propriété par numéro de compte de la matrice avec quelques modifications : nous avons regroupé dans la même propriété les différents numéros de comptes relevant de la même personne et les numéros de comptes de plusieurs membres d’une famille résidant à la même adresse. Pour les lieux de résidence nous avons établi cinq grandes catégories :

  • propriété locale = Vexin normand (limites de l’étude) et communes limitrophes de l’Eure, de la Seine-Maritime, de l’Oise, du Val d’Oise et des Yvelines.

  • propriété de Paris et de sa région.

  • propriété normande non locale (y compris Rouen).

  • propriété du reste de la France et de l’étranger.

  • propriété d’Etat.

3Il nous a suffi de regrouper les résultats par lieu de résidence globalement et par classe de taille. Nous avons pu obtenir aussi le nombre de propriétés par commune et la superficie occupée par chaque classe de taille.

4En additionnant les chiffres obtenus pour chaque commune, nous avons pu évaluer la superficie possédée par les propriétaires de différentes origines, globalement, et par classe de taille pour l’ensemble du Vexin normand.

5Les résultats ont été consignés dans les tableaux nos 19 et 20, dans le graphique no 4 et les cartes nos 17, 38, 46 et 50.

CRITIQUE DE LA MÉTHODE

6Une analyse fine des structures foncières aurait nécessité la constitution pour chaque propriétaire d’une fiche, de manière à regrouper les parcelles possédées par les mêmes individus dans différentes communes. Par manque de temps, nous ne l’avons pas fait. Nous avons donc automatiquement compté pour des propriétés différentes les parcelles disséminées dans plusieurs communes et possédées par un même individu, ce qui nous a fait surestimer le morcellement de la propriété. Cela n’est cependant pas très grave dans la mesure où nous nous sommes surtout efforcés de déterminer l’origine des propriétaires.

7Les grandes catégories de résidence des propriétaires pourront sembler un peu trop simplifiées. En fait, pour les propriétés de plus de 50 hectares, nous avons relevé sur chaque fiche de travail le nom et l’adresse de chaque bénéficiaire. Cela nous a permis de déterminer par exemple pour la catégorie « locale », la part de la propriété communale, de la propriété extra-communale, de la propriété limitrophe du Vexin normand, et aussi celle des agriculteurs : la propriété des agriculteurs possédant plus de 50 hectares a été obtenue en rapprochant les noms des propriétaires locaux de la liste nominative des exploitants agricoles tirée du fichier de la Mutuelle agricole.

TABLEAU 19. NOMBRE DE PROPRIETES ET SUPERIFICIE OCCUPEE PAR CHAQUE CLASSE DE TAILLE (superficie en hectares et en ares)

TABLEAU 19. NOMBRE DE PROPRIETES ET SUPERIFICIE OCCUPEE PAR CHAQUE CLASSE DE TAILLE (superficie en hectares et en ares)

Sources : Matrices cadastrales : surface non batie

TABLEAU 20. ORIGINE GEOGRAPHIQUE DES PROPRIETAIRES SELON LA SUPERFICIE POSSEDEE (superficie en hectatres et ares). PROPRIETE GLOBALE. SURFACE NON BATIE

TABLEAU 20. ORIGINE GEOGRAPHIQUE DES PROPRIETAIRES SELON LA SUPERFICIE POSSEDEE (superficie en hectatres et ares). PROPRIETE GLOBALE. SURFACE NON BATIE

8Des problèmes mineurs de méthodologie sont soulevés en notes infra-paginales.

PRINCIPAUX RÉSULTATS

9Les structures foncières apparaissent beaucoup moins concentrées que les structures d’exploitations.

% du nombre

% de la superficie

— propriétés de < 1 ha

67,6

3,3

— propriétés de 1 ha à 20 ha

26,8

26,6

— propriétés de 21 ha à 50 ha

3,3

19,6

— propriétés de 51 ha à 100 ha

1,4

17,2

— propriétés de plus de 100 ha

0,9

33,3

Exploitations

Propriétés

— moins de 50 ha

20,5 % de la S.A.U.

49,5 % de la superficie non bâtie

— 50 à 100 ha

26 % de la S.A.U.

17,2 % de la superficie non bâtie

— plus de 100 ha

53,5 % de la S.A.U.

33,3 % de la superficie non bâtie

10Alors que les exploitations de plus de 50 hectares occupent plus des 3/4 de la surface agricole utile, les propriétés de même dimension totalisent à peine plus de la moitié de la surface non bâtie.

11Il apparaît aussi que les classes de taille qui regroupent la majeure partie de la surface cadastrale se situent aux extrêmes : moins de 50 ha et plus de 100 ha.

12L’origine des propriétaires se décompose ainsi :

— propriété locale

57,6 % de la surface non bâtie

— propriété normande non locale

7,7 % de la surface non bâtie

— propriété de Paris et de sa région

19,4 % de la surface non bâtie

— propriété d’autre régions de France

8,4 % de la surface non bâtie

— propriété d’état

7,3 % de la surface non bâtie

13La propriété locale est donc très importante. Elle est suivie par la propriété parisienne. La propriété d’autres régions de France compte davantage que la propriété normande non locale.

LES RÉSIDENCES SECONDAIRES - SOURCES ET MÉTHODOLOGIE

14Pour étudier les résidences secondaires nous disposions de deux sources :

  • l’I.N.S.E.E. - recensements de 1962 et 1968 : Population légale et statistiques communales complémentaires : Eure (cahiers oranges).

  • Une enquête de la Préfecture de l’Eure, de 1966, réalisée avec le Syndicat d’initiative (Evreux)

15L’I.N.S.E. a une définition très large des résidences secondaires :

16« Les résidences secondaires sont des logements occupés seulement pendant une faible partie de Tannée. Dans cette catégorie sont compris tous les logements de vacances, notamment les maisons et logements loués ou à louer pour des séjours touristiques (à l’exclusion des hôtels) ».

17La Préfecture de l’Eure a une définition plus restreinte qui permet de mieux cerner le phénomène : sont compris :

  • les maisons individuelles ou appartements occupés par leurs propriétaires à titre de résidence secondaire pendant les week-end, congés, vacances, etc...

  • les maisons individuelles ou appartements loués à l’année au moins et occupés par leurs locataires dans les mêmes conditions.

18Sont exclus :

  • les résidences principales même occupées périodiquement ou temporairement en cours d’année par le propriétaire ou locataire.

  • les maisons ou logements meublés ou non, loués à la semaine ou au mois aux touristes ou vacanciers.

19Les chiffres fournis par la Préfecture de l’Eure sont donc normalement moins élevés que ceux de l’I.N.S.E.E.

TABLEAU 21. RÉSULTATS D’ENSEMBLE

TABLEAU 21. RÉSULTATS D’ENSEMBLE

cf. cartes nos 47 et 48

20Les conséquences de l’implantation des résidences secondaires dans le pays ont été étudiées en fonction de nos contacts avec les commerçants et industriels locaux et plus particulièrement en fonction du dépouillement de 3 questions du questionnaire soumis aux commerçants (questions 7, 8 et 9) (cf. infra, exemplaire joint).

LES MIGRATIONS ALTERNANTES - MÉTHODOLOGIE

21La méthode d’étude des migrations alternantes sans préjuger de leur destination a été fournie dans la première partie de l’annexe : étude de la population.

22Pour évaluer les lieux de destination des migrations alternantes, nous ne disposions d’aucune source globale. Nous avons dû nous fonder sur trois séries de sources, de valeur et de signification inégales.

  • enquête de la Préfecture de l’Eure : Services de la main-d’œuvre : janvier 1967.

  • I.N.S.E.E. Recensement de 1962 : migrations alternantes vers l’agglomération Rouen-Elbeuf et l’agglomération du Havre.

  • Questionnaire communal - question no 13 - cf. exemplaire joint dans la fiche méthodologique sur l’attraction des commerces et des services.

23Les renseignements les plus exacts ont été tirés de l’enquête de la Préfecture de l’Eure : elle ne concerne il est vrai que les travaileurs migrants vers les entreprises industrielles de plus de 10 salariés dans l’Eure seulement. Nous avons pu en tirer des chiffres d’ensemble et une série de cartes sur les migrations alternantes internes au Vexin et sur les migrations alternantes vers le reste du département, en particulier la vallée de la Seine voisine.

TABLEAU 22. — MIGRATIONS DES TRAVAILLEURS DE L’INDUSTRIE (établissements de plus de 10 salariés) à l’intérieur du Vexin normand et vers le reste de l’Eure.

Lieu de destination des travailleurs résidant dans le Vexin

Nbre de personnes

%

Vexin normand

2.025

59,5 %

Vallée de la Seine en dehors de Vernon et des Andelys

522

15,4 %

Vernon

544

15,9 %

Les Andelys

268

7,8 %

Reste de l’Eure

47

1,4 %

ENSEMBLE

3.406

100 %

cf. cartes nos 19, 20, 21.

24Les résultats donnés par l’I.N.S.E.E. pour 1962 (migrations vers Rouen-Elbeuf) ont l’inconvénient d’être déjà fort anciens

— vers Rouen - Elbeuf

166 personnes

— vers Le Havre

4 personnes

170 personnes, soit 3,3 % des migrations centrifuges de 1962. A titre de référence en 1962, ces migrations centrifuges représentaient 5.180 personnes.

25Pour les migrations à destination du département de l’Oise et des départements de la région parisienne, nous ne disposions en revanche d’aucune source chiffrée. Nous avons dû nous contenter des renseignements qualitatifs donnés par la question no 13 du questionnaire communal.

ATTRACTION DES COMMERCES ET DES SERVICES : SOURCES ET MÉTHODOLOGIE

26Pour déterminer l’attraction des commerces et des services sur les habitants du Vexin normand, nous avons appliqué la méthode mise au point par M. André Piatier et déjà utilisée par M. Frank Gosselin pour l’étude des zones d’influence urbaine dans l’ensemble de la Haute-Normandie « Attraction commerciale et zones d’influence des villes en Haute-Normandie. Comité régional d’expansion de Haute-Normandie, 1967 ».

27Nous sommes toutefois partis d’un questionnaire beaucoup moins long et plus simplifié (voir le modèle ci-joint). Nous nous sommes dispensés des détails sur les catégories de commerces, branche par branche et avons procédé par regroupements : achats courants, achats moins courants et achats rares. En revanche, nous avons ajouté des services supplémentaires qui à notre avis présentent un grand intérêt pour déterminer les relations en milieu rural : l’attraction des notaires, l’attraction de l’enseignement secondaire, technique, professionnel et supérieur. A l’usage, nous nous sommes aperçus que nous aurions dû affiner certaines questions : nous aurions dû distinguer par exemple l’attraction des médecins généralistes de celle des médecins spécialistes.

28Un questionnaire a été adressé aux secrétaires de Mairie des 100 communes étudiées. Sur 100 communes, 10 n’ont pas répondu, malgré des demandes répétées. Aussi, nous sommes nous reporté pour elles aux questionnaires de base de l’enquête de M. Gosselin (1963, archives départementales).

29Les questions du questionnaire communal concernant l’attraction des commerces et des services sont numérotées de 5 à 12. Il s’y ajoute la question no 15. Pour chaque demande, nous avons laissé trois possibilités de réponse : « le plus souvent, parfois, rarement ». Or, si pour la question no 6, les trois colonnes ont été remplies dans l’ensemble, il n’en a pas été de même pour les questions 11 et 12 pour lesquelles seules les rubriques « le plus souvent » et « parfois » ont été remplies. Un grand nombre de questionnaires ont été remplis avec un soin méticuleux, et nous en remercions les auteurs. En revanche, un certain nombre ont été remplis avec mauvaise volonté et sans beaucoup de sérieux. Nous avons pu constater qu’il en avait été de même pour beaucoup de questionnaires de base de l’enquête de M. Gosselin. Aussi, les résultats que nous avons pu tirer du dépouillement de ces questionnaires n’ont-ils qu’une valeur indicative et ne prétendent pas avoir une rigueur mathématique.

30Nous avons tiré du dépouillement du questionnaire 3 séries de cartes qui ont été la base de nos commentaires.

311) - Une série de cartes sur l’attraction globale des bourgs ruraux et des centres urbains (nos 26, 27, 28, 29, 40). Sur quelles bases ont été évalués les coefficients d’attraction ? Pour chaque réponse des points ont été distribués : voir le modèle ci-joint. On est arrivé ainsi à totaliser 135 points. La plupart des questionnaires, incomplètement remplis, montrent un total inférieur. Il nous a été cependant facile de ramener les totaux à 100 et de calculer ainsi le coefficient d’attraction pour chaque centre, y compris celui d’auto-attraction.

32Dans la distribution des points - qui ne peut être qu’empirique - nous nous sommes efforcé de tenir compte du type de population auquel nous avions à faire. Il s’agit d’une population surtout rurale, en majorité paysanne et ouvrière, à revenu souvent modeste. Aussi, avons nous privilégié les services et commerces courants et fréquents.

332) - Des documents analytiques nombreux correspondant aux divers commerces et services attractifs : cartes nos 22, 23, 24, 25, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 41, 42.

343) - Une carte montrant en résumé le partage de l’influence de Paris et de Rouen pour le recours aux achats et services rares, tirée du dépouillement de la question no 15 (carte no 43).

35Nous avons complété l’étude tirée des questionnaires communaux par le dépouillement des réponses 6 et 10 du questionnaire soumis aux commerçants, par des entretiens directs avec ceux-ci et par la lecture de la presse locale, l’« Impartial » d’Etrépagny en particulier.

L’APPROVISIONNEMENT DU COMMERCE DE DÉTAIL

36Les renseignements concernant l’approvisionnement du commerce de détail ont été tirés de la deuxième partie du questionnaire qui a été envoyé à tous les commerçants que nous avons recensés dans les listes de l’I.N.S.E.E. tirées du fichier des établissements en 1968 (établissements indutriels et commerciaux), sauf pour Gisors où le questionnaire n’a été expédié qu’à la moitié des commerçants après un tri judicieux (en raison du trop grand nombre de commerces). Au total, nous avons procédé à 626 expéditions. Les catégories d’activité économique de l’I.N.S.E.E. concernées sont les suivantes 41, 691, 694, 695, 697, 700, 712, 714, 715, 740, 741, 742, 743, 748, 751, 752, 754, 756, 761, 762, 763, 764, 771, 772, 781, 783, 791 à 798, 891, 894 et 918.

37Pour les questions posées, voir le questionnaire ci-joint. Une enquête préalable nous a révélé que ce qui intéressait le commerçant détaillant au premier abord était le type de fournisseur : nous avons donc distingué trois grands types de fournisseurs : le producteur, exploitant agricole ou industriel, catégorie A, le groupement d’achats ou la chaîne volontaire grossistes-détaillants, catégorie B, le grossiste traditionnel, catégorie C. A l’intérieur de chacune de ces grandes catégories, nous avons demandé le nom du fournisseur, son siège et en cas de succursale l’adresse du dépôt, de manière à connaître l’origine géographique des approvisionnements. Il était bien sûr impossible d’obtenir directement des renseignements chiffrés de la part des commerçants. Nous avons donc inscrit trois rubriques pour chaque type de fournisseur : quelle quantité ? grande - moyenne - petite, à charge pour le commerçant de souligner la rubrique qui lui semblait la meilleure.

38Nous avons établi lors du dépouillement des questionnaires un barème pour passer de ces renseignements qualitatifs à une appréciation quantitative. Plusieurs cas se sont présentés :

391) - l’approvisionnement vient d’une catégorie de fournisseur seulement, A, B ou C.

40— S’il n’existe qu’un seul fournisseur de la catégorie, il totalise 100 % des approvisionnements.

41exemple : un café-tabac-épicerie de Corny fourni en totalité par un grossiste d’Elbeuf

42— C = 100 %

43origine = Elbeuf à 100 %

44— S’il existe plusieurs fournisseurs de la catégorie. Deux cas peuvent se présenter :

45Premier cas : le commerçant n’a pas indiqué un ordre de priorité pour ses fournisseurs : s’il y en a 2, on compte pour chacun 50 %, s’il y en a 3, on compte 33 % pour chacun, s’il y en a 4, on compte 25 % pour chacun.

46Deuxième cas : le commerçant a indiqué une priorité. On compte alors un pourcentage dégressif : exemple : Tilly, café-épicerie approvisionné à 100 % par des grossistes.

1) - Les Andelys

50 %

2) - Paris

30 %

3) - Mantes

20 %

472) - L’approvisionnement vient de deux catégories de fournisseurs : A et B, B et C ou A et C. C’est le cas le plus fréquent. Nous avons retenu le barème suivant :

48 Composantes Verticalement : quantité reçue du premier fournisseur.

49Horizontalement : quantité reçue du deuxième fournisseur.

50 Résultante : Coefficients accordés à chaque fournisseur :

  • à gauche : le premier

  • à droite : le deuxième

51 Exemple : un café-épicerie de Forêt-la-Folie approvisionné par des fournisseurs B et C.

B = grande quantité

= 60 %

= SPAR Bernay

C = moyenne quantité

= 40 %

= Bézu-St-Eloi (Joignet)

= 20 %

MIN de Rouen

= 20 %

— soit des approvisionnements d’origine locale pour

20 %

— soit des approvisionnements originaires de Rouen pour

20 %

— soit des approvisionnements originaires de Bernay pour

60 %

523) - L’approvisionnement vient de 3 catégories de fournisseurs (ce qui est très rare). Le barème appliqué est le suivant :

53Composantes :

54Verticalement : Quantité reçue du premier fournisseur.

55Horizontalement : Quantités reçues des deux autres fournisseurs.

56G = grande

57M = moyenne

58P = petite

59Résultante : Coefficients accordés à chaque fournisseur :

60à gauche = le premier

61au centre = le deuxième

62à droite = le troisième

63 Exemple : une droguerie d’Etrépagny

Catégorie A = usines de Paris et banlieue, quantité moyenne

40 %

Catégorie B = groupements d’achats, petite quantité

20 %

dont = Gisors

10 %

Rouen

10 %

Catégorie C = grossistes, quantité moyenne

40 %

Rouen, Paris, Amiens, Beauvais (10 % chacun)

64En résumé :

— approvisionnements originaires de Paris et Banlieue

50 %

— approvisionnements originaires de Rouen

20 %

— approvisionnements originaires du Vexin normand

10 %

— approvisionnements originaires de Beauvais

10 %

— approvisionnements originaires d’Amiens

10 %

65Pour chaque commerce enquêté nous avons pu ainsi établir l’origine géographique des approvisionnements et la catégorie des fournisseurs en pourcentages. Dans les communes où plusieurs commerces ont été soumis à notre enquête les pourcentages ont été additionnés, puis ramenés à cent. Nous avons ainsi pu obtenir par commune l’origine géographique des approvisionnements et les catégories des fournisseurs en pourcentages. L’origine géographique des approvisionnements par commune a été cartographiée : cartes nos 37, 39, 44, 45.

66Nous avons ensuite totalisé les pourcentages obtenus pour l’ensemble des 100 communes étudiées, et, les ramenant de nouveau à 100, nous avons pu évaluer les catégories de fournisseurs et l’origine géographique des approvisionnements pour l’ensemble du Vexin normand : nous avons consigné les résultats dans un tableau (no 12) et dans un graphique (no 5).

67La carte, les deux tableaux et le graphique ont été la base de nos commentaires.

68626 questionnaires ont donc été expédiés. 35 lettres nous sont revenues avec la mention « inconnu à l’adresse indiquée », ce qui implique des mutations depuis 1968. De manière à recueillir le plus grand nombre de réponses nous sommes passés voir tous les commerçants à domicile pour relever le questionnaire (sauf à Gisors où tout a été fait par correspondance). Bien nous en a pris, car la plupart des questionnaires n’avaient pas été remplis ou mal remplis et nous avons dû le faire nous-même sur place... Par ailleurs, la grande majorité des commerçants ont refusé de répondre allant du refus poli aux injures selon les cas. Néanmoins, cette « tournée » auprès des commerçants nous a souvent permis d’avoir des entretiens fort intéressants, non seulement du point de vue de l’activité commerciale, mais aussi du point de vue de la vie régionale en général. Nous tenons ici à remercier les gens qui ont accepté de perdre quelques instants pour nous fournir des renseignements précieux.

69Nous avons pu tout de même recueillir 203 réponses, dont 194 se sont révélées vraiment utilisables, soit 24,7 % de l’ensemble des établissements commerciaux (au nombre de 785). Les commerces enquêtés ont été assez bien répartis dans l’espace, seul Gisors étant sous-estimé : l’énormité du centre commercial ne nous a pas permis d’y faire une enquête aussi importante qu’ailleurs. Les résultats sont par ailleurs à peu près égaux selon les types de commerces : 111 commerces alimentaires ont été soumis à notre enquête sur 372 soit 29,9 % du total, tandis que 66 commerces de biens durables et assimilés sur 301 ont été étudiés soit 21,9 % du total. Seule l’hôtellerie (hôtels, cafés, restaurants) a été sous-étudiée : 17 établissements sur 112 soit 15,2 % de l’ensemble.

CRITIQUE DE LA MÉTHODE

70Les réserves que nous pouvons formuler tiennent au fait que les questionnaires ont été envoyés à tous les commerçants sans un tri préalable. Nous ne pouvions procéder à un tri rationnel préalable que si tous les commerçants choisis selon leur catégorie ou leur localisation acceptaient de répondre au questionnaire, or il n’en a rien été, cela était prévisible. Pour conserver la valeur de notre tri nous aurions été contraints de la modifier sans cesse.

71De leur côté, les réponses fournies par les commerçants, empreintes bien souvent de méfiance et de confusion manquent de précision. Insistons bien sur le fait que les pourcentages calculés selon nos barêmes n’ont pas la prétention de la rigueur, mais n’ont qu’une valeur indicative. Le fait que la carte tirée de nos calculs soit extrêmement parlante quant au partage des zones d’influence et ne montre pas d’anomalie flagrante, prouve que les résultats obtenus peuvent être retenus comme acceptables.

RÉSULTATS D’ENSEMBLE

1) LES CATÉGORIES DE FOURNISSEURS

72Plus de la moitié des commerçants s’adressent à plusieurs types de fournisseurs appartenant aux différentes catégories que nous avons déterminées : 59,5 % des approvisionnements sont destinés à des commerçants qui font appel à la fois à des grossistes traditionnels et des groupements d’achats, ou bien à des grossistes traditionnels tout en s’adressant directement aux producteurs etc... 23,3 % des approvisionnements sont destinés à des commerçants qui s’adressent seulement aux grossistes traditionnels. Seule une petite minorité ne s’approvisionne qu’auprès des producteurs (5,6 % des apports), des groupements d’achats (5 %) ou des chaînes succursalistes (4,6 %).

73Mais, si l’on fait globalement le compte des approvisionnements dus à chaque catégorie, on s’aperçoit que les grossistes traditionnels fournissent 44,5 % des apports, que l’approvisionnement direct auprès des producteurs en représente 28,5 % suivis de près par ceux qui viennent des groupements d’achats (22,3 %). Les maisons à succursales ne fournissent que 4,7 % des apports. Dans l’ensemble, le petit commerce indépendant du Vexin normand donne une place de choix aux circuits traditionnels d’approvisionnement.

74La part de l’approvisionnement direct auprès des producteurs est particulièrement forte pour les bouchers-charcutiers et boulangers, pour les quincailliers, droguistes, garagistes et stations-services, pour les commerces de l’habillement et les commerces divers non alimentaires. Les raisons sont fournies dans le développement du texte principal. L’approvisionnement auprès des grossistes est important pour toutes les catégories de commerces, sauf pour la pharmacie. Les groupements d’achats jouent surtout un rôle important dans l’alimentation générale et dans la pharmacie. Enfin, les magasins à succursales multiples se rencontrent exclusivement dans l’alimentation générale, (Le Familistère, La Ruche, Coop) et dans le commerce de la chaussure.

2) L’ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DES APPROVISIONNEMENTS (CF. TABLEAU No 12)

75Les approvisionnements d’origine locale ou voisine (communes limitrophes) représentent 20,8 % des apports. Le première place est tenue par Rouen : 37,8 % des apports. Au total : 68,8 % des approvisionnements sont d’origine normande. La région parisienne occupe une place privilégiée dans les approvisionnements d’origine non normande (21,1 % sur 31,2 %).

LES RELATIONS INDUSTRIELLES

76Les relations industrielles ont été étudiées à partir de 3 séries de sources :

771) - L’inventaire des établissements commerciaux et industriels de plus de 10 salariés, tiré du fichier des établissements, I.N.S.E.E. 1968.

78Nous en avons tiré le tableau no 6 et la carte no 10.

79Le tableau fournit pour chaque type d’industrie le nom des établissements avec la nature de leur production, la commune d’implantation, l’adresse du siège social et là tranche de salariés.

802) - Une enquête réalisée par nos soins auprès de 16 établissements employant plus de 10 salariés choisis selon leur localisation et leur activité. Toutefois, malgré nos efforts pour obtenir une répartition équitable, les industriels de la vallée de l’Andelle ont été davantage sensibles à nos demandes. Nous avons pu cependant obtenir des renseignements sur 4 autres entreprises dont deux sont situées à l’est. (Voir aussi le tableau no 6).

81Nous avons donc rencontré les directeurs ou chefs d’entreprise de 10 établissements par qui nous avons été généralement fort bien accueilli. (Sans compter les usines qui transforment les produits agricoles).

  • Dosapro (Pont-Saint-Pierre) : M. G. Ober.

  • Mérinos (Perriers-sur-Andelle) : M. J. Cleret, secrétaire général :

  • Papeteries de l’Epte (Château-sur-Epte) : M. Hervé, directeur.

  • Anciens Ets Peynaud (Charleval) : M. Requillard.

  • Plastimul (Gisors,) : M. Miel, président directeur général.

  • Robergel (Perruel) : M. J.-P. Erlotti, président directeur général :

  • PRL (Fleury-sur-Andelle) : M. Merlet, directeur.

  • Teclab (Pont-Saint-Pierre) : M. C. Moulin, directeur général

  • Turquais (Pont-Saint-Pierrè) :, M. Thiercy, directeur

  • Pierval (Pont-Saifat-Pierre) : M. Morisot.

82Nous avons mené chaque entretien autour de trois thèmes : l’implantation, la production et la commercialisation, la main-d’œuvre, à partir d’un questionnaire que nous avons élaboré avec les conseils de M. Guglielmo (exemplaire joint). Toutefois, les questions n’ont été en aucune manière limitatives et ont servi de cadre à partir duquel chaque entretien a été très ouvert.

833) - Nous avons utilisé également avec beaucoup d’intérêt le D.E.S. de R. Lefebvre : « La vallée de l’Andelle - Etude industrielle », réalisé en 1967, sous la direction de MM. Pelissier et Gay.

LA COMMERCIALISATION DES PRODUITS AGRICOLES

84Initialement, nous avions prévu de procéder en envoyant un questionnaire aux principaux organismes de collecte. En fait, nous n’avons reçu de réponse utilisable que de la Coopérative de teillage de lin de Lisors et de la Coopérative de déshydratation de luzerne de Saussay-la-Campagne. Nous avons donc décidé de pratiquer l’enquête directe auprès des organismes intéressés.

85Nous avons été reçu dans les différents organismes par les personnalités suivantes :

  • Sucrerie-distillerie d’Etrépagny, M. M. Duburquoy, chef des Services techniques.

  • Coopérative de déshydratation de luzerne du Vexin. Dangu.

  • Laiterie coopérative Eure-Lait de Ménesqueville, M. R. Dieulle, directeur.

  • Société anonyme des Fermiers réunis, siège régional des Andelys, M. Lhomoy, directeur.

  • S.I.C.A. Viande de Chaumont en Vexin, M. Gillouard, président et son comptable.

  • Pépinières Derly, M. H.-J. Darriau, directeur.

86Les renseignements concernant la commercialisation des céréales, des pommes de terre, des petits pois ont été obtenus lors d’une entrevue avec M. Roussel, responsable de la Chambre d’agriculture de l’Eure (Evreux), ainsi qu’au cours des entretiens avec les autres personnalités compétentes.

87Lors de chaque enquête ou entrevue nos questions ont porté sur les rubriques suivantes :

  • aire de collecte, types de fournisseurs.

  • degré d’élaboration des produits vendus.

  • aire de vente des produits.

  • nombre de salariés et lieu de résidence.

88Nous avons aussi utilisé un document de la Chambre d’Agriculture de l’Eure : « Inventaire des moyens économiques et commerciaux de l’Agriculture du département de l’Eure - janvier 1970 ».

89Nous avons également utilisé avec profit les résultats obtenus par M. Armand FREMONT à propos du commerce du lait et de la viande dans sa thèse sur « l’élevage en Normandie » (tome 2).

90Enfin, nous avons complété certaines de nos informations par la lecture du Mémoire de Maîtrise de B. Demagny : « Les structures d’exploitations dans le canton d’Etrépagny ». (Rouen 1968).

LES RELATIONS TÉLÉPHONIQUES : MÉTHODE D’ETUDE

91Les renseignements de base ont été obtenus à la Direction régionale des P.T.T. à Rouen. Le comptage des communications de départ dans les centres de groupement téléphonique qui intéressent notre terrain d’étude a été dépouillé systématiquement. Le comptage a eu lieu à deux dates différentes, le 6.6.1969 et le 14.11.1969 entre 9 heures 30 et 11 heures 30, c’est-à-dire aux heures les plus « chargées ». Il n’y a eu aucun problème pour les centres qui étaient encore en 1969 dans le domaine du « manuel ». Pour obtenir un résultat global nous avons fait la moyenne des communications de départ pour 1969.

92C 1 = comptage du 6.6.1969

93C 2 = comptage du 14.11.1969

94C = moyenne

95En revanche, le centre de Vernon est devenu automatique le 8.6.1969 et l’on ne dispose plus pour lui de statistiques valables en 1969. Nous avons donc dû nous reporter à un comptage antérieur, celui du 22.11.1968. La direction régionale estime que le trafic augmente à peu près de 10 % par an. Aussi avons-nous estimé comparables les chiffres de Vernon de 1968 et ceux de 1969 pour les autres centres

96(cf. carte no 51)

Table des illustrations

Titre TABLEAU 19. NOMBRE DE PROPRIETES ET SUPERIFICIE OCCUPEE PAR CHAQUE CLASSE DE TAILLE (superficie en hectares et en ares)
Légende Sources : Matrices cadastrales : surface non batie
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre TABLEAU 20. ORIGINE GEOGRAPHIQUE DES PROPRIETAIRES SELON LA SUPERFICIE POSSEDEE (superficie en hectatres et ares). PROPRIETE GLOBALE. SURFACE NON BATIE
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8870/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre TABLEAU 21. RÉSULTATS D’ENSEMBLE
Légende cf. cartes nos 47 et 48
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8870/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8870/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8870/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8870/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 14k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540