Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vexin normand ou Vexin parisien ?

 | 
Jean-Pierre Fruit

Annexes et bibliographie

Annexes : sources, méthodologie, résultats généraux

Classement selon le plan suivi dans le texte principal

Texte intégral

PAYSAGES DU VEXIN NORMAND : SOURCES ET MÉTHODOLOGIE

1Le chapitre sur l’étude des paysages (1er partie, chapitre premier), résulte de l’utilisation de sources multiples. Il repose d’abord sur l’analyse des documents de base habituels : cartes topographiques au 1/100.000e, 1/50.000e et 1/25.000e, photographies aériennes de 1’I.G.N. Cette analyse à laquelle nous avons d’abord procédé a permis de caractériser la majeure partie des éléments de base : orographie, limites de la forêt et des bois, parcellaire, vergers de pommiers, habitat (sa forme : groupement et dispersion, tassement ou desserrement, etc...), industries, communications, etc...

2Cette étude a été complétée par une analyse sur le terrain : une fiche a été constituée pour chaque commune, avec des indications concernant l’habitat tout particulièrement : son desserrement plus ou moins grand, la disposition des maisons, 1’aspect des cours de ferme, les matériaux de construction utilisés. Nous avons pu y trouver aussi une confirmation de l’extension des vergers de pommiers et de l’aspect du parcellaire.

3L’utilisation du sol a été extraite pour chaque commune du dépouillement des matrices cadastrales. Nous avons essentiellement caractérisé la part de la surface toujours en herbe par rapport à la surface agricole utile (S.T.H./S.A.U.). La dernière révision cadastrale des propriétés non bâties remonte à 1963. Aussi, les chiffres tirés du cadastre sont-ils déjà un peu anciens. Pendant les huit dernières années, beaucoup d’herbages ont été supprimés. Il faut donc considérer que le pourcentage de la S.T.H. par rapport à la S.A.U. est en général un peu surestimé.

4Les renseignements recueillis ont été classés par thèmes qui ont permis 1’élaboration de la carte synthétique des paysages no 3.

LES PARTICULARITÉS DU MILIEU PHYSIQUE : SOURCES

5L’étude des particularités du milieu physique à laquelle nous avons consacré quelques pages n’a aucunement la prétention d’être exhaustive ; on n’y trouve aucune étude morphologique ou climatique spécialisée, mais seulement des indications générales à propos des faits qui ont des répercussions sur la vie humaine.

6L’étude a été fondée sur l’examen des cartes topographiques au 1/50.000e, de la carte géologique de Rouen au 1/80.000e (édition de 1928-30), des deux cartes géologiques au 1/50.000e de Rouen-est et des Andelys. L’analyse des documents cartographiques a été complétée par des observations faites sur le terrain et par la lecture de plusieurs ouvrages : Jules Sion, « les paysages de Normandie orientale (1909 », J. Duclos « la grande culture dans le Vexin normand (1912) », et le mémoire de maîtrise de B. Demagny, « les structures d’exploitation dans le canton d’Etrépagny (1968) ». Les renseignements les plus précieux ont été tirés de la thèse de M. Philippe Pinchemel, « les plaines de craie du nord-ouest du bassin parisien et du sud-est du bassin de Londres et leurs bordures » et de la « carte morphologique du bassin parisien » élaborée par André Cholley.

7A partir de cette documentation et du « Bulletin climatologique de Haute-Normandie » (no 37, janvier 1971), nous avons établi la carte no 4.

ETUDE DE LA POPULATION : SOURCES

8L’étude de la population faite dans le troisième chapitre (i et iv) a été entièrement fondée sur les documents de l’I.N.S.E.E.

9Les principaux que nous avons utilisés sont les suivants :

10— Fascicules départementaux « orange » : « population légale et statistiques communales complémentaires, Eure » pour les deux recensements de 1962 et de 1968.

11— Feuillets cantonaux et communaux du recensement de 1962.

  • population totale par sexe et catégorie socio-professionnelle.

  • population totale par sexe et par âge.

  • population active par catégorie d’activité économique.

12(actifs résidant dans la commune, actifs résidant et travaillant dans la commune, actifs travaillant, mais ne résidant pas dans la commune).

13— Feuillets cantonaux du recensement de 1968 (sondage au 1/20e) - population totale et population active par sexe et âge.

14— population totale par sexe et catégorie socio-professionnelle.

15— Mêmes feuillets pour la Haute-Normandie et la France entière.

16— Normandie : Principaux résultats du recensement de la population de mars 1968 (sondage au 1/20e) Direction régionale.

MÉTHODOLOGIE POUR L’ETUDE DE L’INTENSITÉ DES MIGRATIONS ALTERNANTES (sans préjuger de leurs directions)

17Rien n’est utilisable dans les documents tirés du recensement de 1968, nous avons du nous reporter aux résultats du recensement de 1962 : feuillets communaux.

18Ces feuillets fournissent :

  1. les actifs résidant dans la commune

  2. les actifs résidant et travaillant dans la commune

  3. les actifs travaillant, mais ne résidant pas dans la commune

19Les migrations centrifuges peuvent être obtenues en faisant la soustraction :

20A — B = D

21Les migrations centripètes correspondent à C.

22Le nombre d’emplois dans la commune est obtenu en ajoutant :

23B + C = E

24Les résultats ont pu être calculés selon les grands secteurs d’activité économique (primaire, secondaire, tertiaire), par commune, par canton et globalement pour le Vexin normand, cf. carte no 18.

25Les autres problèmes de méthodologie ont été signalés dans le texte en notes infra-paginales.

ETUDE DE L’AGRICULTURE : SOURCES

26Le chapitre sur 1’agriculture a été élaboré d’abord à l’aide de quatre ouvrages essentiels :

    • 1 Les renseignements concernent le G.R.A. « Vexin normand » donc un cadre légèrement différent du nôt (...)

    Les résultats de l’enquête communautaire de 1967, publiés par la Direction départementale de 1’Agriculture de l’Eure : juin 1968. « La structure des exploitations agricoles » : renseignements concernant le Vexin normand1.

  • Le chapitre de la thèse de M. Armand Frémont : « l’élevage en Normandie » consacré au Vexin normand. Volume I, pp. 489-558, spécialement pp. 532-558.

  • Deux mémoires de maîtrise d’étudiants rouennais, réalisés sous la direction de Mme J. Bonnamour.

27Bernard Demagny : Les systèmes d’exploitations dans le canton d’Etrépagny (1968).

28Daniel Salhorgne : Les structures agraires dans le canton de Gisors (1970).

29Pour les aspects particuliers de notre étude nous avons dû recourir à d’autres sources :

301) - STRUCTURE DES EXPLOITATIONS

31Nous avons procédé au dépouillement du fichier de la Mutuelle agricole de l’Eure (1969).

322) - L’UTILISATION DU SOL

33Le rapport S.T.H./S.A.U. a été tiré du dépouillement des matrices cadastrales (cf. étude des paysages).

343) - LES SYSTÈMES DE CULTURES

35Nous avons pu les apprécier à partir de deux mémoires de maîtrise déjà cités. En plus, nous avons eu un entretien avec le Directeur du centre de gestion de l’Eure, M. Capron (1970) qui a eu l’amabilité de nous fournir divers documents pour l’exercice 1968-1969 * (1). Nous avons eu un entretien avec M. Michel Quillet, exploitant agricole à Gamaches (1971), et divers entretiens avec les responsables du commerce des produits agricoles (cf. infra).

36Les problèmes de méthodologie, mineurs, ont été soulevés lorsque le besoin s’en est fait sentir, au cours de notre exposé, en notes infra-paginales.

ACTIVITÉS SECONDAIRES ET TERTIAIRES : SOURCES

37Les renseignements de base ont été obtenus par le dépouillement des listes de l’I.N.S.E.E. (Direction régionale) établies en 1968 à partir du fichier des établissements industriels et commerciaux. Les établissements y sont répertoriés par catégorie d’activité et selon leur forme juridique, la localisation du siège social et le nombre de salariés. Il était avantageux de pouvoir utiliser un document précis, exhaustif et très maniable. L’inconvénient résulte du fait qu’il a été arrêté en 1968 et que depuis il y a eu de nombreuses radiations et créations d’établissements : mais, la situation étant mouvante, il ne nous était pas possible de corriger le tableau, puisque des corrections établies dans le courant de 1970 auraient été caduques en 1971. Nous avons donc préféré nous en tenir à la date de 1968, quitte à formuler des remarques au passage à propos des mutations les plus importantes.

38Nous avons épouvé de grosses difficultés pour le classement des activités, le découpage de l’LN.S.E.E. étant parfois arbitraire, par exemple, pour les stations-services et garages. Certains établissements sont classés par l’I.N.S.E.E. comme exclusivement vendeurs de carburant et véhicules, d’autres comme exclusivement réparateurs. Il est évident que beaucoup pratiquent à la fois la vente et la réparation. Ainsi, dans les 785 établissements commerciaux que nous avons répertoriés nous avons inclus seulement les stations services et les marchands de véhicules classés comme vendeurs par l’I.N.S.E.E.

39Les résultats du dépouillement des listes de l’I.N.S.E.E. ont été consignés dans les tableaux no 6 et 18.

COMMERCE DE DÉTAIL - COMMENTAIRE DU TABLEAU No 18

40Dans le Vexin normand, les commerces alimentaires et multiples représentent 47,3 % des établissements commerciaux contre 42,3 % pour la France entière, soit 8,6 pour 1.000 habitants contre 6,2. Le Vexin normand, comme la plupart des régions rurales est suréquipé en commerces courants alimentaires quant au nombre des établissements. Cela ne veut pas dire que l’équipement commercial suffise en qualité. Le suréquipement est particulièrement sensible dans le domaine de l’alimentation générale : 5,7 établissements pour 1.000 habitants contre 3,7.

TABLEAU 18. COMPOSITION COMPARÉE DE L’EQUIPEMENT COMMERCIAL DU VEXIN NORMAND ET DE LA FRANCE ENTIÈRE (Commerce de détail)

TABLEAU 18. COMPOSITION COMPARÉE DE L’EQUIPEMENT COMMERCIAL DU VEXIN NORMAND ET DE LA FRANCE ENTIÈRE (Commerce de détail)

* y compris les cafés ou cafés-tabac annexés à l’alimentation générale.
Source : I.N.S.E.E. 1968

41Par rapport à l’ensemble de la France, les commerces non alimentaires sont moins nombreux en pourcentage du nombre total d’établissements mais par rapport au nombre d’habitants le suréquipement est encore sensible quoi que moins spectaculaire. Il est dû à l’excédent des commerces de la quincaillerie-droguerie, des combustibles et des commerces divers. En revanche, les commerces de vêtements sont nettement moins développés qu’en France, ainsi que les salons de coiffure, les blanchisseries et les pharmacies. De leur côté, les hôtels, cafés et restaurants sont bien plus nombreux que dans l’ensemble de la France ; 2,5 pour 1.000 habitants au lieu de 1,7...

42Au total, on note dans le Vexin normand 18,1 établissements commerciaux pour 1.000 habitants contre 14,7 dans l’ensemble de la France.

43La surabondance des établissements commerciaux est aggravée par le fait que la population locale ne s’en contente pas et « fuit » principalement vers les villes du Val de Seine (cf. 2e partie. La vie de relations).

Notes

1 Les renseignements concernent le G.R.A. « Vexin normand » donc un cadre légèrement différent du nôtre (cf. introduction). Ils gardent néanmoins toute leur valeur.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 18. COMPOSITION COMPARÉE DE L’EQUIPEMENT COMMERCIAL DU VEXIN NORMAND ET DE LA FRANCE ENTIÈRE (Commerce de détail)
Légende * y compris les cafés ou cafés-tabac annexés à l’alimentation générale.Source : I.N.S.E.E. 1968
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8865/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540