Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vexin normand ou Vexin parisien ?

 | 
Jean-Pierre Fruit

Conclusion générale

Texte intégral

1En définitive, le Vexin normand mérite-t-il bien son nom ? Notre étude a porté sur un espace relativement bien défini - sauf au nord - par des limites naturelles, celles de trois vallées. En réalité, tant du point de vue des paysages et de leur contenu fonctionnel actuel et passé que des relations présentes et révolues, l’espace que nous avons étudié sous le qualificatif de « Vexin normand » ne présente ni homogénéité, ni polarisation unique ou dominante.

2Si l’on s’en tient à la définition traditionnelle de la région selon laquelle l’unité résulte de l’existence de paysages géographiques relativement homogènes, on peut y distinguer plusieurs petits « pays » (cf. carte no 55).

3A l’est, les vallées de l’Epte et de la Levrière et la zone du confluent Levrière-Bonde-Epte constituent une première unité due au paysage de vallée, à l’extension des herbages, à la prédominance de petites et moyennes exploitations, à l’urbanisation du secteur de Gisors et, à un moindre degré, de celui de Gasny. De Dangu à Heubecourt, sur la rive droite de l’Epte, le paysage accidenté des croupes tertiaires donne au Vexin bossu une très forte originalité, accentué encore par 1’importance des bois et un habitat identique à celui de l’Ile-de-France. A l’autre extrémité du Vexin, la vallée de l’Andelle et le pays de Lyons s’individualisent également par un paysage accidenté, par l’étendue des bois et des forêts, par l’extension des herbages et des clos de pommiers, par la prédominance de petites exploitations consacrées largement à 1’élevage laitier, et par un habitat qui possède de nombreuses affinités avec celui du pays de Caux.

4En dehors de ces unités périphériques, le reste du pays est le domaine des larges surfaces planes. Toutefois, Jules Sion le remarquait déjà, « pour le paysan, le « vrai Vexin » c’est la partie la plus fertile du plateau, c’est celle qui borde sur 4 à 7 kilomètres de largeur la route de Paris à Rouen entre Grainville et Les Thilliers, ce sont les environs d’Ecouis, de Guisenier, surtout d’Etrépagny ». Le Vexin normand stricto sensu est donc constitué par le plateau central, les plateaux de Tourny et d’Ecouis : il est caractérisé par la présence d’un open-field aux vastes parcelles trapues, par l’extension des labours qui contrastent d’autant mieux avec un habitat entouré de verdure et qui tend à se desserrer progressivement vers l’ouest. Au nord du talus qui domine Etrépagny, la « capitale » de ce riche pays agricole, l’argile à silex s’étend aux dépens du limon : le plateau de Morgny et l’interfluve Epte-Levrière ont reçu dans le passé le qualificatif de « Vexin pouilleux » et l’herbe y remplace largement les labours. Mais en définitive, si l’on ne craignait pas d’être paradoxal, on pourrait dire que l’unité des pays situés entre l’Epte et l’Andelle résulte de la diversité, du fait que les paysages agraires réalisent la transition entre ceux de l’Ile-de-France et du pays de Caux.

VEXIN NORMAND : SITUATION REGIONALE No 55

VEXIN NORMAND : SITUATION REGIONALE No 55

A - ZONE D’INFLUENCE RESTREINTE DE ROUEN : Relations directes
2 - Attraction générale pour les commerces et les services supérieurs à 20 %.
Attraction de Rouen exclusive pour l’enseignement secondaire (2e cycle).
Plus de 50 % des approvisionnements du commerce de détail en provenance de Rouen dans la plupart des communes.
1 - La même chose. En outre : attraction presque exclusive de Rouen pour les achats rares et les services hospitaliers ; dans chaque commune, plus de 5 travailleurs migrants alternants vers Rouen (1962).
B - ZONE D’INFLUENCE LARGE DE ROUEN : Relations dominantes
Zone où l’on se déplace à Rouen lorsque les besoins en matière de commerces et de services ne peuvent être satisfaits dans les centres locaux.
3 - Sans la concurrence de Paris.
4 - En concurrence avec Paris.
C - ZONE D’INFLUENCE RESTREINTE DE PARIS : Relations dominantes
Zone où l’on se déplace à Paris lorsque les besoins en matière de commerces et de services ne peuvent être satisfaits dans les centres locaux.
5 - En concurrence avec Rouen.
6 - Sans la concurrence de Rouen.

5Si l’on considère maintenant la polarisation des relations entre le Vexin normand et les autres régions, le Vexin normand est tout aussi écartelé que pour les paysages. Les petits centres urbains locaux, voisins ou proches, s’y partagent des zones d’influence qui se chevauchent parfois ; les relations les plus fortes s’établissent à ce niveau avec les petites villes de la vallée de la Seine voisine, Vernon et Les Andelys. Mais le Vexin normand est surtout le lieu de partage entre l’influence de Paris et celle de Rouen. L’ouest du pays, vallée de l’Andelle, pays de Lyons et plateau d’Ecouis se trouvent placés sous l’influence directe de Rouen. L’influence large de Rouen s’étend dans les trois-quarts du Vexin normand mais, à l’est et sur le plateau de Tourny, elle interfère avec l’influence restreinte de Paris. Cette dernière devient exclusive dans le Vexin bossu et au nord-ouest de Gisors. Enfin, l’ensemble du Vexin normand, comme pratiquement la moitié de la France, se trouve sous l’influence large de Paris, Rouen ne parvenant pas à équilibrer le rayonnement de la capitale. On peut ajouter que le Vexin normand entretient des relations diffuses avec l’ensemble de la Normandie.

6Les clivages dans les paysages et dans la polarisation des centres ne sont toutefois pas totalement indépendants. A la zone d’influence de Rouen correspondent aussi très largement les paysages les plus « normands » d’aspect, tandis que, dans le sud du Vexin bossu qui échappe totalement à l’attraction de Rouen, les paysages sont le prolongement de ceux du Vexin français : l’Epte n’est en fait qu’une simple limite administrative : ni dans les paysages naturels ou humanisés, ni par le flux des relations polarisantes, elle ne marque la limite entre la Normandie et la région parisienne.

7Il existe cependant un point fondamental qui rapproche le Vexin normand des autres espaces ruraux de Haute-Normandie ; le contraste de plus en plus vif entre la richesse agricole qui s’inscrit dans le paysage, mais qui ne concerne directement qu’une infime minorité de la population des plateaux, et leur stagnation démographique à l’opposé de l’essor extraordinaire de la vallée de la Seine et de celui parfois contradictoire des vallées affluentes Avec le pourcentage d’agriculteurs le plus faible de tous les milieux ruraux de Haute-Normandie - à l’exception de la vallée de la Seine et du plateau d’Evreux, - le Vexin est peut-être à l’image de l’évolution future de l’ensemble des campagnes de la région : campagnes ouvrières sans véritables paysans...

Table des illustrations

Titre VEXIN NORMAND : SITUATION REGIONALE No 55
Légende A - ZONE D’INFLUENCE RESTREINTE DE ROUEN : Relations directes2 - Attraction générale pour les commerces et les services supérieurs à 20 %.Attraction de Rouen exclusive pour l’enseignement secondaire (2e cycle).Plus de 50 % des approvisionnements du commerce de détail en provenance de Rouen dans la plupart des communes.1 - La même chose. En outre : attraction presque exclusive de Rouen pour les achats rares et les services hospitaliers ; dans chaque commune, plus de 5 travailleurs migrants alternants vers Rouen (1962).B - ZONE D’INFLUENCE LARGE DE ROUEN : Relations dominantesZone où l’on se déplace à Rouen lorsque les besoins en matière de commerces et de services ne peuvent être satisfaits dans les centres locaux.3 - Sans la concurrence de Paris.4 - En concurrence avec Paris.C - ZONE D’INFLUENCE RESTREINTE DE PARIS : Relations dominantesZone où l’on se déplace à Paris lorsque les besoins en matière de commerces et de services ne peuvent être satisfaits dans les centres locaux.5 - En concurrence avec Rouen.6 - Sans la concurrence de Rouen.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8863/img-1.jpg
Fichier image/, 469k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540