Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vexin normand ou Vexin parisien ?

 | 
Jean-Pierre Fruit

Troisième partie. L'Héritage du passé et les perspectives d'avenir

Chapitre II. Les perspectives d’avenir

Texte intégral

1Le Vexin normand devient de plus en plus exclusivement un pays de grande culture. Même dans les régions d’élevage important de l’ouest, la concentration des terres est rapide. On peut craindre donc de voir s’affirmer des campagnes extrêmement riches, mais vides de paysans. Cela veut-il dire qu’il n’y restera plus personne ? Tel n’est pas le cas, puisqu’il existe actuellement dans ces campagnes une très forte population active non agricole résidente, en particulier des ouvriers d’usine. Toutefois, l’étude de l’évolution démographique nous a fait constater une certaine stagnation d’ensemble, résultat d’un net dépeuplement des plateaux, d’une tendance à la baisse dans la vallée de l’Andelle et d’une croissance très nette des deux pôles de la vallée de l’Epte, Gisors et Gasny. Par ailleurs, vu l'évolution depuis 1968, il ne semble pas qu’il se créera de nouveaux emplois sur le plateau. Ceux-ci se développeront dans la basse vallée de l’Andelle, à Gisors, à Gasny et surtout dans la vallée de la Seine voisine. Le maintien d’une population non agricole sur les plateaux est donc lié à celui des emplois existants, mais aussi aux migrations alternantes vers la périphérie. Si ces dernières se maintiennent malgré la fatigue qu’elles entraînent, cela tient au décalage qui existe dans les zones d’emplois majeures entre la création de nouvelles usines et la lenteur relative de la construction de logements. Les ouvriers préfèrent aussi continuer à vivre dans leur maison rurale dans laquelle ils peuvent pratiquer, s’ils le désirent, une petite activité agricole destinée à la consommation familiale. Ils en sont souvent propriétaires ou bien payent un loyer modéré. Combien de temps cela durera-t-il ? L'exode agricole accéléré, les transformations des structures de la distribution largement causées elles-mêmes par la diminution de la population globale, amoindrissent la population active des secteurs primaire et tertiaire. S’il est à la rigueur possible de freiner l’exode rural sur les plateaux, c’est en espérant une croissance de la population ouvrière de l’industrie. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé entre 1962 et 1968.

Canton d’Etrépagny :

1962

1968

Nombre d’agriculteurs

1.129

864

Nombre d’artisans et de commerçants

347

280

Nombre d’ouvriers

1.220

1.428

2Mais comme nous l’avons vu, le parc immobilier est vieilli et le développement des résidences secondaires a provoqué une pénurie de logements. Certes on voit apparaître le long des routes des pavillons neufs de type urbain construits sur des pièces de terre cédées par les agriculteurs, mais il n y a rien de comparable avec les « rubans » de pavillons qui se déroulent aux portes de Gisors et dans la vallée de la Seine.

3La responsabilité de l’évolution future revient en partie aux municipalités du plateau qui doivent, si elles veulent garder leur population, engager une politique de logement et d’équipements collectifs. Mais le peuvent-elles dans le découpage actuel ? Le veulent-elles ? Même dans certaines communes à forte population ouvrière, les municipalités sont souvent aux mains de gros agriculteurs dont les soucis sont ailleurs.

4Il s’agit là de perspectives générales d’évolution qui ne tiennent pas à l’appartenance du Vexin à l’influence de Rouen. Nous avons constaté que le rayonnement de Rouen était surtout sensible dans l’attraction exercée par son centre commercial et certains de ses services, et aussi par son rôle dans l’approvisionnement du commerce de détail. Si la première fonction ne risque pas d’être remise en cause, - bien au contraire - la deuxième est plus menacée : en effet, les mutations du commerce de détail réduisent l’importance de la distribution en milieu rural et renforcent surtout les centres commerciaux périphériques : Gisors, Vernon, Les Andelys. Le commerce et les services risquent de compter de moins en moins dans l’économie du Vexin et dans le nombre de personnes employées ; en conséquence l’influence de Rouen dans ce domaine aura de moins en moins de poids. A vrai dire l’avenir dépend largement des décisions prises à un niveau supérieur. Quelle est la place du Vexin normand dans le Schéma d’Aménagement de la Basse-Seine ?

5Rappelons d’abord le principe général retenu pour l’aménagement de la Basse-Seine. Il s’agit « d’organiser l’urbanisation sur les deux rives sous une forme discontinue, en fixant des objectifs plus ambitieux pour la partie située à l’aval de Rouen. Les secteurs d’animation nouveaux, séparés par des zones de protection du paysage naturel, se répartissant à proximité des grandes zones industrielles portuaires, le long de deux axes qui s’infléchissent d’une part jusqu’à Evreux et d’autre part en direction de Caen ».

6Le Vexin normand fait partie de deux secteurs d’étude « amont ». Les zones 7 et 8 qui englobent, en même temps que le plateau, le val de Seine et la Basse-Eure. Selon les responsables, « ils forment une zone intermédiaire entre l’axe maritime séquanien et la région parisienne ». Pour ces zones, « le... danger consiste en une extension progressive de l’amont vers l’aval de la banlieue de Paris. Il faut s’en préoccuper dès maintenant, car on peut déjà observer dans la partie est du département de l’Eure certains signes de l'influence croissante de la proximité de Paris, en particulier des migrations alternantes d’habitants allant travailler dans la région de Paris et la multiplication des résidences secondaires. Le schéma directeur devra en tenir compte et ménager des possibilités de créations d’emplois et d’activités de services suffisantes pour maintenir le degré d’autonomie le plus élevé dans la Basse-Seine... dans la zone amont une politique de croissance contrôlée doit permettre de ne pas aller au-delà du doublement de la population actuelle, ce qui permet une extension importante des principales villes sans modifier leur caractère par une expansion rapide ».

7En pratique, qu’est-il prévu pour le Vexin normand ? Dans l’état actuel des études, peu de choses sont prévues pour le Vexin des plateaux, sinon qu’il sera traversé par la future autoroute A 15. Le projet de création d’un aéroport international au sud-ouest d’Etrépagny a été abandonné. Aux confins du Vexin normand, il est prévu de ménager deux coupures vertes destinées à empêcher une urbanisation continue entre Rouen et Paris : l’une à l’ouest du Vexin français englobant le méandre de Bonnières, l’autre reliant la forêt de Lyons aux méandres des Andelys et de Muids. Des deux coupures, celle qui a déjà le plus de réalité est la deuxième, puisque la forêt de Lyons est un véritable parc de loisirs et de résidences secondaires. Si cette coupure devient encore plus effective, elle risque de provoquer un véritable « tampon » à l’encontre de l’influence rouennaise. On rétorquera que la coupure orientale pourra jouer ce rôle à l’égard de Paris, renforçant des liens déjà très importants entre le Vexin et les centres urbains du Val de Seine voisin. Encore, la création de la coupure orientale dépend-elle du district de Paris... Sera-ton vraiment capable de stopper une urbanisation « sauvage » qui s’est déjà développée largement le long du méandre de Bonnières ?

8Les projets les plus importants du Schéma Directeur tendent en fait à concrétiser, tout en la contrôlant, l’évolution spontanée dont nous avons largement fait part. Les grandes opérations prévues se dérouleront dans le val de Seine et le long de la vallée de l’Epte. Gisors et Gasny sont appelés à se développer, ainsi que Vernon, Gaillon et Les Andelys. Les acquisitions foncières ont déjà commencé pour la ville nouvelle du Vaudreuil, destinée en principe à être « satellite » de Rouen, tout en accueillant les activités de bureaux « desserrées » de la région parisienne... Absolument rien n’est encore prévu pour la vallée de l’Andelle. I1 est à craindre que le développement d’une ville de 150.000 habitants au Vaudreuil ne puisse contribuer qu’à un dépeuplement accéléré des plateaux, dépeuplement qui joue déjà au profit des villes existantes du Val de Seine et de Gisors... Il est donc urgent, si on veut l’éviter, de songer à promouvoir un véritable équipement des bourgs ruraux du plateau, spécialement d’Etrépagny.

9Les projets - ou l’absence de projets pour l’instant - du Schéma d’Aménagement de la Basse-Seine présentent donc deux risques : celui de ne pas parvenir à l’équilibre transversal qu’il se fixe verbalement comme objectif, et celui de ne pouvoir empêcher que s’accentue l'attraction croissante de Paris sur le Vexin normand. Toutefois, il faut tout de même être très prudent dans nos remarques. Le Schéma d’Aménagement de la Basse-Seine commence à peine d’être opérationnel.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540