Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vexin normand ou Vexin parisien ?

 | 
Jean-Pierre Fruit

Troisième partie. L'Héritage du passé et les perspectives d'avenir

Chapitre Ier. L’héritage du passé

Texte intégral

I - L’ÉLABORATION DES PAYSAGES1

  • 1 Pour la méthodologie, voir l’annexe.

1Aujourd’hui pays de grande culture, le Vexin normand a été très tôt défriché. Son industrialisation et son urbanisation périphériques sont au contraire des phénomènes relativement récents.

a) L’élaboration des paysages agraires

2Nous verrons d’abord comment se sont constituées les structures agraires et comment l’utilisation du sol a évolué, puis nous examinerons l’origine de l’habitat et de ses aspects.

— Les structures agraires et l’utilisation du sol

3Au Moyen-Age, à partir du XIe siècle, tout le cœur limoneux du pays était déjà si fortement occupé que les défrichements des abbayes se sont essentiellement effectués à la périphérie accidentée aux sols plus médiocres : abbayes de Gasny, Bus-Saint-Rémy dans la vallée de l’Epte, de Mortemer dans le pays de Lyons, de Charleval, Fleury et Fontaine-Guérard dans la vallée de l’Andelle. C’est aussi presque uniquement sur les étendues d’argile à silex et sur les dépôts tertiaires argilo-sableux que les forêts se sont largement conservées, permettant un genre de vie sylvo-agricole dans les clairières de la forêt de Lyons et de la forêt de Bleu : dans cette dernière, étendue sur tout l’interfluve entre l’Epte et la Levrière, existait une association de paroisses pour l’exploitation de la forêt : « les Sept Villes de Bleu ». Il ne reste aujourd’hui comme témoignage de cette forêt que les bois de Gisors et de Coquereaumont.

4Les prairies n’avaient une extension notable que dans les domaines des abbayes et des seigneurs : l’élevage du cheval prospérait par exemple dans le domaine de l’abbaye de Mortemer. L’essentiel des finages était consacré aux cultures selon l’assolement triennal blé - trémois (avoine, orge, pois, vesces) - jachère. Le lin était toutefois cultivé dans les essarts de la forêt de Lyons. Jusqu’au XVe siècle, le pommier à cidre était inconnu dans le Vexin normand : la boisson populaire était la cervoise, tandis que des vignobles prospéraient sur les pentes bien exposées de la basse vallée de l’Epte, en raison d’un climat relativement chaud et sec. Mais le vin n’était qu’une boisson de luxe réservée à l’aristocratie.

5Selon Jules Sion, dès le XIIe siècle et surtout à partir du XV siècle pendant la guerre de cent ans, le fermage a fait d’énormes progrès comme mode d’exploitation.

6Au XVIIIe siècle, les paysages agraires ont subi de larges transformations donnant au Vexin normand une partie de sa physionomie actuelle. Les droits d’usage en forêt se sont restreints par des défrichements et par la décision des propriétaires désireux de mieux exploiter leur bois ; la partie nord de la forêt de Bleu avait déjà disparu au cours des XVIe et XVII e siècles, le bois de la forêt royale de Lyons, flotté sur l’Andelle, était envoyé vers Paris et Rouen. Les landes et les marais ont été peu à peu conquis par les cultures ou les herbages, au détriment des communautés rurales. Mais le Vexin normand, malgré les progrès de l’exploitation individuelle, est resté un pays d’open-field. Seuls, les clos de pommiers en développement progressif, quoique lent, se sont parfois entourés de haies vives, surtout au nord-ouest.

7L’assolement triennal a persisté, mais la jachère a été remplacée peu à peu par l’introduction de prairies artificielles. A cause du fermage toutefois, les progrès ont été lents, les propriétaires maintenant longtemps dans les baux l’obligation de la jachère. En fait, au XVIIIe siècle, le Vexin normand était encore avant tout une terre à blé. Le principal élevage restait celui des moutons sur les communaux et en vaine pâture. L’élevage bovin était presque exclusivement consacré aux bêtes de travail et à la production laitière.

8Le fermage avait fait de tels progrès depuis le XVIe siècle qu’il représentait déjà, comme aujourd’hui, le mode de faire-valoir essentiel.

9Faire-valoir direct : 639,98 ha 27 % des terres exploitées ;

10Fermage : 1.738,31 ha 73 % des terres exploitées.

11(6 communes de Heudicourt, Mouflaines, Richeville, Saussay, Le Thil et Vatimesnil, étudiées par J. Sion).

12Le Vexin normand était déjà par ailleurs un pays de grandes exploitations :

TABLEAU 15

Exploitations

% du nombre total

% de la superficie occupée

< 10 ha

93

18

10 à 40 ha

4

14

> 40 ha

3

68

100

100

13Taille des exploitations agricoles : 6 communes de Heudicourt, Mouflaines, Richeville, Saussay, Le Thil, Vatimesnil. (D’après Jules Sion, « Les paysans de Normandie orientale », p. 272).

  • 2 J. Sion, Op. cit., p. 416.

14Il y avait déjà une exploitation de plus de 100 hectares dans chaque commune étudiée par J. Sion (Mouflaines, 137 ha ; Heudicourt, 141 ; Saussay, 160 ; Le Thil, 243). La concentration des terres était si importante qu’à la veille de la Révolution « partout dans le Vexin normand, le tiers-état demanda en 1789 qu’il... fût interdit de prendre plus d’un corps de ferme en location, et le Vexin est la seule région (de Normandie orientale) où, des cahiers de paroisse, cette plainte soit passée dans les cahiers de bailliages »2.

  • 3 J. Duclos. La grande culture dans le Vexin normand. Thèse agricole (Beauvais, 1912).

15C’est toutefois au XIXe siècle et au début du XXe siècle que les paysages ont été profondément transformés et que le Vexin normand a acquis l’essentiel de sa physionomie actuelle. La jachère a complètement disparu et, dans les grandes exploitations, les assolements sont devenus de plus en plus complexes. La superficie emblavée en céréales s’est considérablement restreinte ; toutefois, les rendements s’améliorant, la production globale de blé s’est accrue. La culture de l’avoine est restée importante tant que l’élevage des chevaux de travail a persisté, mais, au début du XXe siècle, la culture des autres céréales s’était effondrée, en particulier celle de l’orge. Au moment de la guerre de sécession, la culture du lin qui a pris une grande extension dans le pays de Caux littoral, s’est étendue jusqu’au cœur du Vexin normand, mais c’est vraiment la betterave à sucre qui a été le « levier du progrès »3. Sa culture a pris une extension rapide sous le Second Empire grâce à l’ouverture de la Sucrerie d’Etrépagny en 1864. Placée en tête d’assolement, la betterave à sucre convient particulièrement bien aux sols limoneux et aux grandes exploitations ; mais pour ces raisons, elle ne s’est largement développée qu’au cœur du pays limoneux où dominent les grosses fermes. A côté de la betterave, la culture de la pomme de terre s’est développée également.

TABLEAU 16. VARIATIONS DE LA SURFACE TOUJOURS EN HERBE en hectares, ares, en %

TABLEAU 16. VARIATIONS DE LA SURFACE TOUJOURS EN HERBE en hectares, ares, en %

Source : Cadastre 1843 1963

16Les prairies artificielles ont gagné beaucoup de terrain, mais c’est surtout l’expansion de la surface toujours en herbe et de l’élevage bovin qui caractérisent l’évolution de l’agriculture du Vexin normand au XIXe siècle. Tout d’abord, les herbages plantés de pommiers se sont développés plus rapidement qu’aux siècles précédents, plus spécialement de 1880 à 1900, en raison de la crise du phylloxéra et de la demande du marché parisien en cidre. Au siècle dernier, le cidre était devenu la boisson courante dans la majeure partie du Vexin. Toutefois, le sud et l’est du pays ont été pratiquement épargnés par la progression des pommiers et, selon Jules Sion, dans le Vexin bossu « dans les cabarets de villages, on (buvait) du vin et non du cidre ». Néanmoins la vigne locale s’est rétrécie comme une peau de chagrin sur les versants de l’Epte pour disparaître complètement au début du siècle actuel. Ce sont surtout les herbages non plantés qui se sont développés de manière considérable, généralement autour des lieux habités et jusque sur les terres réputées pour leur aptitude à porter des cultures. A cet effet, Jules Sion pouvait écrire en 1909 : « la mise en herbe s’effectue sur toute l’étendue des plateaux crétacés... Au centre même du Vexin, dans le canton d’Etrépagny, on louait dès 1863 les fermiers d’avoir agrandi leurs herbages depuis dix ans... nous sommes cependant ici sur les meilleures terres du Vexin, et la proximité de la sucrerie d’Etrépagny a multiplié les champs de betteraves. Les prairies, il est vrai, sont beaucoup moins vastes qu’au voisinage du Bray ou même que dans la plupart des communes du Caux : longtemps elles s’accroîtront plutôt sur les pentes, sur les affleurements de l’argile à silex que sur le haut des plateaux où le limon atteint sa plus grande épaisseur ; il n’en reste pas moins que le Vexin, ce pays de blé et de betterave, n’échappe pas à la règle commune ».

17Nous pouvons mieux saisir l’importance de cette transformation en comparant les chiffres tirés du cadastre de 1843 et ceux des matrices actuelles (cf. tableau no 16, cartes no 53 et no 54). En 1843, dans la majeure partie du pays, la surface agricole utile comptait moins de 10 % de surface toujours en herbe. Dans la moitié des communes du pays, les herbages représentaient même moins de 5 % des terres utiles. Ils étaient essentiellement cantonnés dans les deux vallées qui limitent le Vexin normand : l’Epte et surtout l’Andelle. La vallée de l’Andelle avait les herbages les plus étendus (souvent plus de 20 % et même plus de 30 % de la surface agricole utile). Il s’agissait avant tout d’herbages non plantés développés sur le fond humide de la vallée. Les clos de pommiers avaient peu d’importance en valeur relative. Il en était de même sur les rubans alluviaux étroits des petites vallées du pays de Lyons, mais dans les clairières élevées, les clos de pommiers avaient déjà pris une réelle extension : aux Hogues, à Fleury-la-Forêt, ils représentaient plus des trois-quarts des herbages. La vallée de l’Epte et la zone du confluent Epte-Levrière-Bonde, à l’ouest de Gisors, possédaient aussi des herbages notables, moins étendus cependant que ceux de la vallée de l’Andelle. Les prairies, non plantées, s’étendaient surtout dans les fonds de vallées. Les clos de pommiers prenaient quelque importance au nord de Gisors. Ils étaient inexistants dans la basse vallée de l’Epte. Sur le plateau, quelques communes avaient plus de 5 % de leur surface agricole utile en herbages ; il s’agissait essentiellement de clos de pommiers disposés autour de l’habitat : au Thil, les clos plantés représentaient 90 % des herbages, à Bacqueville la totalité. En résumé, en 1843, les herbages étaient de deux types : d’une part des herbages non plantés qui s’étaient développés là où il était difficile de faire autre chose du sol (sur les terroirs alluviaux gorgés d’eau), d’autre part des herbages complantés de pommiers autour des villages, surtout à l’ouest et au nord humides sur les affleurements d’argile à silex.

VEXIN NORMAND. SURFACE TOUJOURS EN HERBE 1843 No 53

VEXIN NORMAND. SURFACE TOUJOURS EN HERBE 1843 No 53

VEXIN NORMAND. SURFACE TOUJOURS EN HERBE 1963 No 54

VEXIN NORMAND. SURFACE TOUJOURS EN HERBE 1963 No 54

18La comparaison des cartes de 1843 et 1963 donne l’impression qu’entre-temps il s’est produit un véritable « raz de marée » herbager. Tout d’abord, les herbages se sont développés dans les endroits où ils étaient déjà notables auparavant, la vallée de l’Andelle et le pays de Lyons, la vallée de l’Epte. Mais ils se sont également répandus - c’est ce qui retenait l’attention de Jules Sion - dans des lieux où ils étaient inexistants ou très faiblement étendus naguère : l’ouest du plateau d’Ecouis, le plateau de Morgny au nord du talus d’Etrépagny et le Vexin bosssu. Dans les deux premiers cas, il s’agit d’espaces où dominent les « terres à cailloux », c’est-à-dire l’argile à silex dépourvue ou faiblement recouverte de limon. Dans le Vexin bossu, il s’agit d’une contrée accidentée aux sols calcaires, argileux ou sableux assez médiocres. Tous ces sols où l’on cultivait autrefois très largement le blé étaient impropres à la culture de la betterave et se révélaient au contraire propices à la poussée de 1’herbe. Certes, dans le Vexin bossu, le climat relativement sec pouvait être considéré comme un obstacle à la croissance de l’herbe, mais une irrigation convenable pouvait y remédier. En revanche, le cœur du pays limoneux s’est moins largement recouvert d’herbages, qui y représentent aujourd’hui moins de 30 % de la surface agricole utile.

19L’évolution de l’utilisation du sol dans le Vexin normand au XIXe siècle présente donc de larges similitudes avec celle de l’ensemble de la Haute-Normandie, bien que les « couchis » en herbe y aient été plus limités en superficie. Ils ne se sont développés que de manière sélective, en fonction des conditions naturelles et des structures d’exploitation, les deux étant étroitement liées. Amorcée dès le milieu du siècle, la progression des herbages s’est surtout fait sentir à partir de 1880, au moment où le progrès des communications a permis l’arrivée sur le marché français de blés de meilleure qualité que ceux du Vexin et le transport rapide des produits de l’élevage vers les villes proches.

  • 4 J. Duclos. Ouvrage déjà cité.

20A l’aube du XXe siècle, le développement des herbages et des prairies artificielles avait permis un essor considérable de l’élevage bovin, devenu un complément de la grande culture et le souci de plus en plus général des petits exploitants. L’élevage était encore peu destiné à la production de bêtes de boucherie ; on « terminait » certes les génisses et les vaches stériles l’été sur les herbages, mais le grand élevage était celui des vaches laitières, exclusivement de race normande à l’époque4. Depuis longtemps, dans les clairières de la forêt de Lyons, on fabriquait du beurre mais, après la construction de la voie ferrée Gisors-Etrépagny-Fleury, l’expédition de lait frais vers Paris s’est développée.

21Au cours du XIXe siècle, la construction des exploitations s’est poursuivie pour arriver en 1900 à une situation déjà fort proche de la situation actuelle. Dans le canton d’Etrépagny, les exploitations de plus de 40 ha accaparaient 73 % de la surface agricole utile, contre 88,4 % aujourd’hui pour les exploitations de plus de 50 hectares. Nous ne pouvons que citer à ce propos une partie de la description que donne Jules Sion des grandes fermes du Vexin normand.

22« Presque nulle part ailleurs, dans la Normandie orientale, on ne voit ces immenses constructions disposées autour d’une cour carrée, parfois éclairées à la lumière électrique, ces granges, ces écuries, ces étables entretenues avec une propreté méticuleuse, tous ces vastes bâtiments qui rappellent non les procédés locaux, mais les gravures d’un traité de construction rurale... souvent (la maison d’habitation) s’isole derrière une palissade, parmi les fleurs d’un jardin, à distance des communs, comme dans une usine celle du directeur s’écarte des ateliers : de si près qu’il surveille parfois son entreprise, le grand fermier veut trouver à la campagne le confort auquel sa fortune l’a habitué, et souvent sa remise abrite... l’automobile qui le mène en quelques heures à Rouen ou à Paris. Il n’a plus avec ses auxiliaires que les rapports de subordination d’un manufacturier avec son personnel ; alors que, dans le Caux, le « maître » fait asseoir à sa table ceux qu’il emploie. Les quinze ou vingt domestiques d’une ferme vexinoise... mangent dans un réfectoire spécial et logent soit dans des dortoirs, soit parfois dans les maisons voisines ». Jules Sion dit un peu plus loin : « à côté de ces vastes entreprises agricoles, chaque village du Vexin renferme quelques fermes moins considérables, mais ceux que l’on appelle ici les « haricotiers » tiendraient dans le Caux un rang fort honorable. A Coudray, en dehors de deux exploitations qui réunissent près de 500 hectares, cinq cultivateurs ont chacun de 20 à 30 hectares... Cette classe rurale montre une vitalité remarquable dans ce pays de grande culture où l’on croirait son rôle fini... ».

23Depuis l’époque où Jules Sion a écrit ces lignes, la concentration des exploitations a fait de nouveaux progrès mais, comme nous l’avons vu (1re partie, chapitre 3) à côté des grosses exploitations coexistent encore des exploitations moyennes et même petites, surtout à la périphérie du pays. Le système de culture élaboré au XIXe siècle a relativement peu changé dans l’ensemble, fondé sur la culture du blé, de la betterave, de la pomme de terre et des prairies artificielles, si ce n’est par le déclin de l’avoine et les progrès de l’orge, au lendemain de la dernière guerre, et par l’introduction récente du maïs et des petits pois. L’élevage, de son côté, s’est progressivement orienté vers la production de bêtes de boucherie, au détriment de l’élevage laitier. Actuellement, comme nous l’avons déjà remarqué, la tendance, dans les grandes exploitations, est d’éliminer tout élevage, laitier ou d’embouche... Les finages perdent lentement leurs surfaces en herbe : les clos de pommiers, maintenant inexploités, disparaissent les premiers... Mais cette évolution n’affecte en profondeur que les espaces où dominent les grosses exploitations. Ailleurs, les paysages, largement hérités de la vague herbagère du XIXe siècle, sont encore relativement peu altérés. En outre, la pénurie actuelle de viande sur le marché national risque de provoquer prochainement un arrêt du phénomène.

— L’habitat

24Il nous sera plus délicat de traiter des origines de l’habitat que de l’évolution de l’utilisation du sol et des structures agraires. En nous référant à l’ouvrage de Jules Sion, nous nous efforcerons tout de même d’apporter quelques éléments d’explication concernant le tassement ou le desserrement de l’habitat et la disposition des cours de fermes. Jules Sion expliquait très simplement la présence de cours fermées par l’habitat aggloméré - le manque de place contraignant les bâtiments à se serrer les uns contre les autres - et celle des cours ouvertes de type cauchois par l’habitat dispersé - la place libre permettant un éparpillement des bâtiments. Nous ne pouvons nous contenter de cette explication pour deux raisons : d’une part, au cœur du Vexin normand, l’habitat est beaucoup plus groupé que dans le Vexin bossu (dans plusieurs communes il n’y a aucun écart) et pourtant les cours de fermes y sont beaucoup plus ouvertes en général. Entre l’Epte et l’Andelle, l’ouverture croissante des cours de fermes va plutôt de pair avec le desserrement interne de l’habitat, et non avec sa dispersion générale. D’autre part, l’explication de Jules Sion entraîne immédiatement une autre question : comment expliquer le desserrement et l’éparpillement progressif de l’habitat vers l’ouest et le nord ? L’auteur avance une thèse encore plus contestable à propos du caractère tassé des villages du Vexin bossu : selon lui, on a resserré les bâtiments pour économiser un matériau de construction médiocre, le calcaire grossier local étant divisé en plaquettes et ne pouvant être appareillé. A vrai dire, les villages du Valois ou le calcaire grossier donne une magnifique pierre de taille sont tout aussi tassés que ceux du Vexin bossu.

25En revanche, d’une façon très intéressante, Jules Sion s’est efforcé de déterminer si l’habitat desserré et éparpillé du Caux trouvait son origine dans la colonisation Scandinave du Xe siècle, il est de fait que, là où les toponymes d’origine Scandinave sont les plus nombreux, les cours « masures » les plus typiques du pays de Caux sont aussi très abondantes. C’est le cas dans le Caux central près d’Yvetot.

26Dans le cas du Vexin normand, on ne peut pas ne pas remarquer certaines correlations : sur 100 toponymes de communes du pays, on trouve un toponyme celte, Nojeon-le-Sec, 17 toponymes gallo-romains, 31 toponymes germano-romains, 30 toponymes du bas moyen-âge et des temps modernes. Trois seulement peuvent être présumés d’origine Scandinave : Vandrimare (nom d’homme germanique Wandric - suffixe Scandinave Mare), Touffreville (nom d’homme Scandinave Thorfridr - latin Villa), Les Hogues (Scandinave Haugr - tertre). On peut éventuellement y ajouter deux hameaux à suffixe Scandinave : Bonnemare et Rougemare. Tous ces toponymes se trouvent localisés dans le pays de Lyons, la vallée de l’Andelle et la bordure du Bray, là où les paysages sont les plus « normands » d’aspect. N’y-a-t-il là qu’une coïncidence ? Il semble bien en tous cas que dans la majeure partie du Vexin normand, la colonisation Scandinave ait été beaucoup plus faible ou ait laissé moins de traces dans la toponymie que dans le pays de Caux.

27En fin de compte, les transformations de l’habitat de l’Epte à l’Andelle restent tout de même énigmatiques. En ce qui concerne les matériaux de construction en particulier, nous ne voyons pas pourquoi, sinon en raison de liens affectifs avec le reste de la Normandie, les toitures de chaume de l’ouest et du centre du pays ont été remplacées au XIXe siècle par de l’ardoise et non par la tuile qui domine dans le Vexin bossu et la vallée de l’Epte.

b) L’élaboration des paysages industriels

28Selon Jules Sion, au moyen-âge, l’industrie n’était pas sortie des villes et « ses gains ne s’ajout(aient) pas encore dans les campagnes à ceux de l’agriculture ». Les activités textiles animaient Les Andelys et Vernon. Dans la forêt de Lyons, toutefois, des verreries artisanales liées à la présence de combustible et de sable s’étaient implantées.

29Au XVIIIe siècle, les verreries persévéraient dans leur activité dans la forêt de Lyons et aussi en dehors d’elle à Neaufles-Saint-Martin près de Gisors. A Gisors, profitant des eaux courantes de l’Epte et des forêts de chênes voisines, des tanneries s’étaient installées. En outre, l’artisanat de la dentelle s’était développé alentour. Néanmoins, contrairement au pays de Caux, le Vexin normand n’a pas connu une forte expansion des industries textiles rurales. Certes, quelques ruraux voisins de la vallée de la Seine filaient le coton pour Les Andelys et Vernon, mais il n’y avait rien de comparable à ce qui se passait à l’ouest de l’Andelle.

30L’essentiel des paysages industriels d’aujourd’hui s’est donc élaboré au cours du XIXe siècle, à la suite de la « révolution industrielle ». Dès le premier quart du XIXe siècle, la filature de coton à domicile a disparu au profit de la concentration de la filature dans de gros établissements. Le tissage à domicile qui l’a un moment remplacée a disparu à son tour au milieu du siècle. Les nouvelles usines se sont regroupées le long des vallées, où la force motrice des moindres cours d’eau a été utilisée par un savant aménagement de barrages et dérivations. Le Vexin normand, qui n’avait pas connu jusque là l’essor des industries rurales, s’est alors industrialisé, mais seulement à sa périphérie dans la vallée de l’Epte autour de Gisors et dans la vallée de l’Andelle.

31Nous nous attacherons à évoquer plus particulièrement l’industrialisation de la vallée de l’Andelle du XIXe siècle à nos jours.

32« Les raisons fondamentales d’une implantation industrielle dans le couloir de l’Andelle au début du XIXe siècle n’ont rien d’original : elles sont communes à toutes les vallées haut-normandes... A la fin du XVIIIe siècle apparut en Angleterre la machine textile capable de produire à des prix de revient relativement bas de grosses quantités de filés. L’Europe fut envahie par des masses de ces produits, et il apparut vite que les méthodes anciennes de travail ne permettraient pas de soutenir la concurrence anglaise. Pour résister à l’afflux de marchandise étrangère, les manufacturiers normands n’avaient pas d’autre solution que d’adopter les techniques de leurs rivaux. Aussi, très vite, toutes les vallées affluentes de la Seine virent-elles naître une « floraison d’usines ». Des filatures d’abord : en effet, les métiers anglais d’Arkwright et Crompton, les premiers en service, furent des métiers à filer »5. En raison du prix de revient trop élevé du transport terrestre du charbon, les usines se sont installées sur l’eau. Grâce à une pente assez forte (2 mètres par kilomètre), un astucieux système de barrages et de canaux de dérivation a permis de créer des dénivellations assez fortes pour faire fonctionner les métiers d’usines qui sont restées dans l’ensemble de taille modeste.

  • 5 R. Lefebvre. La vallée de l’Andelle, étude industrielle. DES. Rouen, 1967

33Tout au long du XIXe siècle, l’industrie textile a exercé une primauté incontestée parmi les activités de la vallée, employant jusqu’à 85 % de la population ouvrière. Consacrée presque exclusivement au tissage et surtout à la filature du coton, elle a bouleversé les paysages ; certains villages sont devenus de véritables villes : « Fleury, village de 163 habitants, vit sa population multipliée par 8 en 33 ans, et comptait 1.318 habitants en 1846... son essor était d’ailleurs sanctionné de manière officielle, puisqu’elle ravissait à Grainville, sous le Second Empire, le titre de chef-lieu de canton5. »

  • 6 R. Lefebvre, op. cit.
  • 7 Cf. deuxième partie, chapitre III.

34Cependant, dès la fin du XIXe siècle, des crises successives ont entraîné la disparition progressive des usines trop petites ; en 1874, il y avait 42 usines textiles dans la vallée : en 1914, il n’y en avait plus que 24. L’industrie textile a connu son apogée au début du XXe siècle, mais dès avant la guerre de 1914-1918, il « devenait urgent de trouver des activités complémentaires capables de fournir du travail à la main-d’œuvre libérée par la fin de son expansion »6. Jusqu’à la seconde guerre mondiale, des usines diverses s’implantèrent pour des raisons stratégiques ou des raisons « sociales »7. La crise décisive du textile andellois a suivi, comme dans l’ensemble de la France, la deuxième guerre mondiale. A partir de 1950, la perte des débouchés d’outre-mer, l’absence de compétitivité d’entreprises de petite taille à l’équipement vieilli ont provoqué une chute spectaculaire : en 1950, il y avait encore 10 usines textiles dans la vallée, en 1956, il y en avait 8, en 1960, 7, en 1964, 4, en 1967, 3 et aujourd’hui une seule...

35Nous avons vu comment, à partir de 1954, des industries nouvelles, essentiellement décentralisées de la région parisienne, ont progressivement pris la relève du textile décadent7.

36En faisant appel à l’histoire, nous avons pu expliquer beaucoup d’aspects des paysages d’aujourd’hui. Il reste néanmoins des énigmes comme celle de la transformation de l’habitat de l’Epte à l’Andelle. Nous avons formulé à plusieurs reprises (introduction et conclusion de la première partie), l’hypothèse que certains aspects des paysages pouvaient être le reflet des relations anciennes et permanentes avec telle ou telle région voisine. Pour tenter de donner corps à cette hypothèse, il nous faut voir maintenant comment les relations entre le Vexin normand et l’espace voisin ou plus lointain ont évolué dans le passé.

II - L’EVOLUTION DES RELATIONS ENTRE LE VEXIN NORMAND ET LES AUTRES RÉGIONS

37Il nous est malheureusement impossible d’évaluer cette évolution pour toutes les relations que nous avons étudiées dans la deuxième partie de notre exposé. En raison des sources disponibles, nous nous limiterons à l’évolution du cadre administratif, l’évolution de l’origine de la propriété foncière, l’évolution du marché des produits agricoles, et celle des relations industrielles.

a) Les transformations du cadre administratif

  • 8 Description géographique et historique de la Haute-Normandie. 1740. Bibliothèque municipale de Roue (...)

38A la fin de l’ancien régime8, l’ensemble du Vexin normand faisait partie du gouvernement de Normandie, dépendait du Parlement, de la Chambre des Comptes, de la Cour d’Appel et de la Généralité de Rouen. La compétence de la Généralité de Rouen s’étendait d’ailleurs au Vexin français. Par conséquent, le cadre administratif impliquait des relations assez voisines de celles que nous pouvons constater aujourd’hui en général.

39Un certain nombre de relations administratives animait les centres urbains locaux ; du point de vue judiciaire, à l’exception des paroisses de la rive droite de l’Andelle auxquelles il faut ajouter Grainville, l’ensemble du Vexin normand dépendait du bailliage de Gisors. Pour les tribunaux de vicomtés, Rouen se réservant la vallée de l’Andelle, Lyons, Les Andelys et Gisors se partageaient le pays. Du point de vue fiscal également, les élections de Lyons, Les Andelys et Gisors recouvraient l’essentiel du pays.

  • 9 Corny, Boisemont, Saussay-La-Campagne, Le Thil, Etrépagny, Bézu-Saint-Eloi et Gisors.
  • 10 Panilleuse, Mézières, Tourny, Cahaignes, Les Thilliers, Vesly, Dangu, Neaufles-Saint-Martin et Giso (...)

40La réforme administrative consécutive à la Révolution a brisé ces relations qui correspondent aujourd’hui aux zones d’influence pour les relations générales : la primauté a été donnée, dans le nouveau cadre départemental, à la préfecture de l’Eure, Evreux. Certes, aujourd’hui, les percepteurs sont installés dans les chefs-lieux de cantons, les inspections des finances sont installées aux Andelys, à Fleury et à Gisors, le tribunal d’instance est aux Andelys.. mais les habitants du Vexin normand doivent traiter l’essentiel de leurs affaires administratives à Evreux. Cette situation n’est d’ailleurs pas sans provoquer des récriminations. En dehors des relations administratives obligatoires, les liens avec Evreux sont quasiment nuls. Le rattachement administratif à Evreux est ressenti comme particulièrement inadapté dans la vallée de l’Andelle ou le pays de Lyons, où l’on est sous l’influence directe de Rouen, et dans la région de Gisors, où l’on se rend plus volontiers à Paris si l’on ne trouve pas sur place ce dont on a besoin. Les relations de transport avec Evreux sont d’ailleurs des plus médiocres. Il n’existe pas de voie de chemin de fer, et deux lignes régulières d’autocars seulement desservent le Vexin normand depuis la Préfecture de l’Eure. Encore l’une d’elles ne dessert-elle que 7 communes du pays9 avec seulement un aller et retour par jour, tandis que l’autre dessert 9 communes10 avec deux allers et retours par jour. Les services d’autocar vers Les Andelys, Vernon, Gisors et surtout Rouen sont bien meilleurs. En voiture particulière, la situation n’est guère plus satisfaisante. D’Etrépagny, il faut presque une heure pour aller à Evreux, alors que l’on peut gagner Rouen en 40 minutes (cf. cartes 1 et 52).

b) L’évolution de l’origine des propriétaires fonciers11

  • 11 Cette étude a été faite en comparant le dépouillement du cadastre de 1843 et du cadastre actuel pou (...)
  • 12 Nous avons tenté de cartographier le phénomène par commune, mais cela n’a donné aucun résultat sati (...)

41Nous pouvons d’abord formuler une remarque préalable : globalement, la propriété s’est légèrement concentrée : en 1843 les propriétés de plus de 50 hectares représentaient 47,8 % de la surface non bâtie ; en 1970, elles en constituent 50,2 %. La concentration s’est fait sentir dans tous les cantons sauf celui de Fleury-sur-Andelle, où la propriété s’est morcelée dans plusieurs communes. La concentration la plus forte peut être observée dans les cantons d’Etrépagny et surtout de Gisors12. Nous pouvons formuler une autre remarque : sauf une exception à Lorleau, la propriété de plus de 50 ha a entièrement changé de noms ; aucun propriétaire ne porte le même nom qu’en 1843.

42Cela dit, l’évolution de l’origine géographique des propriétaires est caractérisée par la stagnation de la propriété locale, une baisse brutale de la propriété normande non locale, une progression très nette de la propriété parisienne et un bond encore plus spectaculaire de la propriété d’origine lointaine. La propriété d’Etat, quant à elle, a légèrement diminué.

  • 13 Réserve faite de l’authenticité de nombreux titres.

43La propriété locale de plus de 50 hectares a légèrement augmenté en valeur absolue, mais elle a diminué en valeur relative, en raison de la tendance générale à la concentration (cf. tableau no 17). En fait, l’évolution a été variable selon les cantons ; la diminution a été forte dans ceux des Andelys, Fleury et Gisors, mais l’augmentation a été remarquable dans ceux d’Ecos, d’Etrépagny et de Lyons. En 1843, la propriété locale était beaucoup plus le fait de gens nobles qu’aujourd’hui13. La propriété de plus de 50 hectares était noble à 44,3 %, alors qu’aujourd’hui elle ne l’est plus qu’à 6,1 %. Mais déjà, comme actuellement, de nombreux notables « bourgeois » possédaient de la terre : plusieurs notaires d’Etrépagny, des maires, des juges de paix, etc...

TABLEAU 17. ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DES PROPRIÉTAIRES en % des superficies possédées 1843 - 1970

TABLEAU 17. ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DES PROPRIÉTAIRES en % des superficies possédées 1843 - 1970

44La propriété normande non locale a subi une très forte diminution partout où elle existait de manière importante dans le Vexin normand (cf. tableau no 17). En 1843, elle représentait 12 % de la propriété totale de plus de 50 ha, soit plus de 10 % dans tous les cantons sauf celui des Andelys. Elle était même très développée dans le sud du pays où elle a subi un véritable effondrement (dans le canton d’Ecos), et elle a fortement diminué dans les cantons de Fleury et de Lyons. En revanche, elle a sensiblement progressé dans les cantons des Andelys et de Gisors, mais cette progression ne parvient pas - et de loin - à compenser les lourdes pertes subies ailleurs. En 1843, la propriété normande non locale était rouennaise à 61,2 %, alors qu’aujourd’hui elle ne l’est plus qu’à 43,5 %. La part de Rouen a donc diminué depuis le milieu du siècle dernier au profit d’une propriété d’origine plus diffuse. Enfin, en 1843, la propriété normande non locale était très peu d’origine noble : 12.4 % seulement. Comme aujourd’hui, les propriétaires rouennais étaient essentiellement des bourgeois : négociants, industriels, Levavasseur par exemple, grande famille du textile.

  • 14 Jules Sion, op. cit.

45La propriété d’origine parisienne était développée depuis longtemps dans le Vexin normand. Au moyen-âge, « l’action des grandes abbayes se faisait sentir très loin : au nord du Vexin, les moines de Mortemer trouvèrent des rivaux dans les religieux de Saint-Denis de Paris qui reçut dès l’époque mérovingienne d’importantes concessions dans l’immense massif de Lyons et de Bleu »14. Mais elle a beaucoup progressé depuis 1843, passant de 16,5 % à 20,5 % de la propriété totale de plus de 50 ha (cf. tableau no 17). Elle a augmenté considérablement dans les cantons de Fleury et de Lyons, et plus encore dans celui de Gisors : en valeur relative, elle y est passée de 7 à 36 % de la propriété de plus de 50 ha, soit un gain de plus de 2.000 ha. La diminution qu’on peut observer dans les cantons d’Etrépagny et d’Ecos n’affecte pas l’ensemble de l’évolution. En 1843, la propriété parisienne était encore noble pour 35 % ; de grandes familles même se la partageaient : Duvergier de Hauranne, de Talleyrand-Périgord, le maréchal de Bourbon... Comme nous l’avons déjà remarqué, elle n’est plus noble que pour 17 %, et encore beaucoup de titres sont très douteux.

46La propriété d’origine extra-régionale a fait un bond extraordinaire de 1843 à 1970 (cf. tableau no 17). En 1843, elle ne représentait que 2,6 % de la propriété totale de plus de 50 hectares. Encore était-elle exclusivement d’origine picarde et même beauvaisine, donc presque locale. Entre temps, il s’est créé de toutes pièces une propriété d’origine lointaine qui représente maintenant 10 % de la propriété de plus de 50 hectares.

47En résumé, les liens avec le reste de la Normandie en matière de propriété foncière se sont effondrés, tandis que progressait l’influence parisienne et que des liens extra-régionaux lointains se développaient considérablement.

c) L’évolution du marché des produits agricoles

48Autrefois, le marché des produits agricoles était beaucoup plus exclusivement « régional » qu’aujourd’hui. Avant le XIXe siècle, le principal produit vendu par le Vexin normand était le blé. Selon Jules Sion, dès 1637, le Vexin normand était l’un des principaux fournisseurs de Paris en blé, avec la Picardie, le plateau de France, le Multien, la Brie et la Champagne. De gros marchés en blé existaient à Gournay, Gisors, Magny-en-Vexin et Vernon où les agriculteurs rencontraient les « blattiers » qui approvisionnaient les halles de Paris. D’autres faisaient moudre leur grain dans les nombreux moulins locaux et portaient la farine eux-mêmes à Pontoise, d’où elle gagnait également Paris. En revanche, les blés du pays de Caux restaient en Normandie pour alimenter Rouen. L’élevage bovin déjà florissant dans le pays de Lyons permettait la fabrication fermière d’un beurre qui, étant expédié aux halles de Paris, était considéré comme l’un des meilleurs de Normandie.

  • 15 J. Duclos, ouvrage déjà cité.

49Au XIXe siècle, l’ouverture des voies ferrées locales et la naissance d’un marché mondial des produits agricoles ont entraîné des transformations : le blé a continué à être vendu de préférence à Paris et accessoirement à Rouen, mais les blés du pays étant jugés moins bons que les blés « étrangers », ceux-ci ont commencé à alimenter la minoterie locale. Par ailleurs, l’essor de l’élevage a permis l’écoulement massif de ses produits sur le marché parisien. Les moutons, vendus aux marchands de bestiaux du pays, étaient ensuite acheminés à la Villette, de même que les produits de basse-cour15. Mais ce sont surtout les produits laitiers qui ont été expédiés massivement vers la capitale. A l’aube du XXe siècle, 16 laiteries étaient en activité dans le Vexin normand, à Gisors, Bézu-Saint-Eloi, Vesly, Fours, Gasny, Château-sur-Epte (d’où partaient chaque soir trois wagons de lait pasteurisé pour Paris)... mais les laiteries les plus importantes fonctionnaient déjà comme aujourd’hui à Ménesqueville et Etrépagny.

50Comme nous l’avons vu (2e partie, chapitre III), le marché des produits de l’élevage est resté de nos jours essentiellement orienté vers Paris. En revanche, celui du blé est devenu largement extra-régional, voire international.

d) L’évolution des relations industrielles

51Nous choisirons encore l’exemple de la vallée de l’Andelle. La création de l’industrie textile dans la vallée au cours du XIXe siècle a été le fait de puissantes personnalités, essentiellement d’origine rouennaise. Ce fut le cas de Pouyer-Quertier qui, déjà propriétaire d’établissements à Rouen, implanta à Fleury-sur-Andelle en 1841 une des manufactures les plus modernes de l’époque. Ce fut aussi le cas de Levavasseur, filateur rouennais qui construisit à Radepont une véritable « cathédrale gothique » du textile dont les ruines avoisinent celles - authentiques - de l’abbaye de Fontaine-Guérard.

52Les bureaux de nombreuses usines se trouvaient à Rouen, ceux de Levavasseur rue de Buffon, ceux de Pouyer-Quertier à Petit-Quevilly. En fait, l’industrie textile de la vallée de l’Andelle ne dépendait pas seulement de Rouen par l’origine des capitaux et la localisation des sièges sociaux : un certain nombre d’opérations sur les tissus écrus, comme la teinture, s’y effectuaient. La commercialisation des tissus et des filés se faisait également à Rouen et, jusqu’au Second Empire au moins, la Halle aux toiles de la capitale normande jouait ce rôle.

53Comme il devait s’y ajouter l’attraction commerciale et que la propriété rouennaise y était étendue, l’emprise de Rouen sur la vallée de l’Andelle était beaucoup plus importante encore qu’aujourd’hui.

54L’effondrement de l’activité textile au début du XXe siècle a fait perdre toute influence à Rouen dans l’animation industrielle de la vallée de l’Andelle. Aujourd’hui aucune usine de la vallée n’a son siège social à Rouen, et Paris a très largement pris le relais dans la direction des activités industrielles.

55En résumé, l’évolution historique des relations entre le Vexin normand et les autres régions depuis le XIXe siècle à nos jours s’est surtout traduite par une grave perte de l’influence de Rouen. La métropole normande a laissé à Evreux la prééminence administrative, la propriété foncière rouennaise s’est effondrée, le rôle directeur que Rouen avait assumé dans l’industrialisation de la vallée de l’Andelle a complètement disparu. Les liaisons avec Paris étaient anciennes et elles n’ont fait que se renforcer, à la fois par une emprise foncière croissante et par l’animation industrielle. Toutefois, Paris a perdu un peu de son influence comme débouché des produits agricoles régionaux ; dans ce domaine, comme pour la propriété foncière, des relations lointaines non régionales se sont considérablement accrues depuis le siècle dernier.

56Si, comme nous l’avons supposé, l’apparition de paysages plus « normands » dans le Vexin central, pour l’observateur venu de l’est, est liée en partie à l’existence de relations anciennes avec la Normandie et Rouen, l’amoindrissement de ces relations aujourd’hui confère à ces paysages un caractère partiellement hérité.

57De quoi sera fait l’avenir ? Il est difficile de répondre longuement à cette question. Cependant, en nous appuyant sur les projets du Schéma d’Aménagement de la Basse-Seine, nous pouvons envisager quelques possibilités.

Notes

1 Pour la méthodologie, voir l’annexe.

2 J. Sion, Op. cit., p. 416.

3 J. Duclos. La grande culture dans le Vexin normand. Thèse agricole (Beauvais, 1912).

4 J. Duclos. Ouvrage déjà cité.

5 R. Lefebvre. La vallée de l’Andelle, étude industrielle. DES. Rouen, 1967

6 R. Lefebvre, op. cit.

7 Cf. deuxième partie, chapitre III.

8 Description géographique et historique de la Haute-Normandie. 1740. Bibliothèque municipale de Rouen.

9 Corny, Boisemont, Saussay-La-Campagne, Le Thil, Etrépagny, Bézu-Saint-Eloi et Gisors.

10 Panilleuse, Mézières, Tourny, Cahaignes, Les Thilliers, Vesly, Dangu, Neaufles-Saint-Martin et Gisors.

11 Cette étude a été faite en comparant le dépouillement du cadastre de 1843 et du cadastre actuel pour les propriétés de plus de 50 ha exclusivement (Cf. annexe).

12 Nous avons tenté de cartographier le phénomène par commune, mais cela n’a donné aucun résultat satisfaisant, l’évolution étant contradictoire d’une commune à l’autre du même canton.

13 Réserve faite de l’authenticité de nombreux titres.

14 Jules Sion, op. cit.

15 J. Duclos, ouvrage déjà cité.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 16. VARIATIONS DE LA SURFACE TOUJOURS EN HERBE en hectares, ares, en %
Légende Source : Cadastre 1843 1963
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8861/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre VEXIN NORMAND. SURFACE TOUJOURS EN HERBE 1843 No 53
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8861/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre VEXIN NORMAND. SURFACE TOUJOURS EN HERBE 1963 No 54
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8861/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre TABLEAU 17. ORIGINE GÉOGRAPHIQUE DES PROPRIÉTAIRES en % des superficies possédées 1843 - 1970
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8861/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540