Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vexin normand ou Vexin parisien ?

 | 
Jean-Pierre Fruit

Deuxième partie. La vie de relation

Chapitre IV. Les relations plus lointaines

Texte intégral

  • 1 Du moins immédiatement, selon le lieu de résidence des propriétaires et l’implantation des sièges s (...)
  • 2 Nous entendons par « régionaux » aussi bien les pôles locaux et voisins que Rouen et Paris.

1Tout d’abord, une partie du capital du pays en terres et en usines est contrôlée par des propriétaires extérieurs, ni normands, ni parisiens1. Ensuite, la vie économique du Vexin normand donne lieu à des courants de marchandises lointains : le pays reçoit directement des produits des régions les plus diverses, sans que ceux-là passent par les pôles urbains « régionaux », aussi bien pour alimenter le commerce de détail que pour approvisionner les industries2. Le pays envoie également ses propres produits à longue distance, qu’il s’agisse des biens industriels ou des produits agricoles.

I - UNE PARTIE DES MOYENS DE PRODUCTION DU PAYS APPARTIENT À DES PROPIÉTAIRES NON « RÉGIONAUX »

2C’est essentiellement le cas d’une partie des terres et de certaines usines. On pourrait y ajouter aussi certaines entreprises de distribution comme « La Ruche Picarde » dont le siège social est à Amiens.

3a) La propriété foncière non « régionale » représente 8,4 % des terres du Vexin normand, soit plus que la propriété normande non locale (7,7 %) et que la propriété domaniale (7,3 %). Elle équivaut presque à la moitié de la propriété parisienne. Contrairement aux propriétés d’origine locale ou proche, elle augmente régulièrement en valeur relative avec la taille des propriétés (cf. graphique no 4).

VEXIN NORMAND. PROPRIETE NON REGIONALE No 50

VEXIN NORMAND. PROPRIETE NON REGIONALE No 50

4La propriété non régionale représente :

52,5 % des propriétés < de 1 ha

67,1 % » » de 1 à 20 ha

77,2 % » » de 21 à 50 ha

810 % » » > 50 ha

9Il s’agit donc d’abord de grande propriété.

10Elle représente cependant moins de 5 % de la propriété totale dans la moitié des communes (cf. carte no 50). Elle est très faible dans le pays de Lyons et la haute vallée de l’Andelle. Elle s’étend largement en trois endroits : dans la basse vallée de l’Andelle autour de Pont-Saint-Pierre et surtout à l’ouest du plateau de Tourny et à l’est du canton d’Etrépagny. Dans les deux derniers cas, il s’agit de riches terres limoneuses de grande culture.

11Nous examinerons plus particulièrement son origine dans les quatre cantons où elle est la plus forte et pour les propriétés d’une taille supérieure à 50 hectares : les cantons des Andelys (23 % de la propriété totale de plus de 50 hectares), de Fleury-sur-Andelle (14 %), d’Etrépagny (12,5 %) et d’Ecos Tableau no 13

TABLEAU 13. LIEUX D’ORIGINE DE LA PROPRIÉTÉ NON « RÉGIONALE » DE PLUS DE 50 HA

TABLEAU 13. LIEUX D’ORIGINE DE LA PROPRIÉTÉ NON « RÉGIONALE » DE PLUS DE 50 HA

12La propriété non régionale de plus de 50 hectares est surtout d’origine lointaine. 16,8 % seulement des terres sont la propriété de gens qui résident dans les communes du département de l’Oise, non limitrophes, mais encore assez proches du Vexin normand : Beauvais, Méru, Compiègne. Cette propriété est exclusivement le fait du canton d’Etrépagny. 21,2 % des terres appartiennent à des habitants plus éloignés du département de la Somme : Amiens, Abbeville. 62 % des terres appartiennent donc à des propriétaires plus lointains. Les propriétaires de la région du Nord sont particulièrement importants dans le canton de Fleury. A vrai dire, un seul gros propriétaire qui habite Thumeries possède 455 hectares dans la vallée de l’Andelle à PontSaint-Pierre et Douville. Les propriétaires du reste du Bassin parisien qui résident à Chartres et à Reims sont peu importants. Davantage de personnes résident ailleurs en France : à Lyon, en Bretagne, dans l’Ailier, à Nancy, etc... Enfin, la propriété de la terre est aussi le fait d’étrangers (13,7 %) qui habitent en Suisse et en Belgique.

13b) Quelques usines dépendent de sièges sociaux lointains ou sont d’origine non « régionale », et les plus importantes du pays font parfois partie de groupes d’importance nationale.

14Quatre établissements industriels employant plus de 10 salariés ont leur siège social en dehors du pays, de la Normandie et de la région parisienne. Le siège social de Comeconomiseur de Gasny (appareils de ventilation) est à Strasbourg, celui de Turquais de Pont-Saint-Pierre, à Raucourt dans les Ardennes, celui de la « Société Française d’Appareillages Electriques » de Ménesqueville dans le Loir-et-Cher, celui de la source Pierval, enfin, à Vittel. Turquais se trouve dans une situation particulière : l’usine installée à Raucourt avant 1932 travaillait pour l’armée à laquelle elle fournissait de la ferronnerie pour les chevaux. Elle s’est repliée à cette date en Normandie pour des raisons stratégiques, mais les conditions qui ont motivé son transfert ont disparu aujourd’hui : le marché de la Défense nationale qui représentait autrefois 80 % de ses ventes n’en constitue plus aujourd’hui que 6 %. Vittel a racheté en 1965 la source Pierval dont le propriétaire normand avait commencé l’exploitation en 1958 dans le cadre d’une société familiale.

15L’usine textile Peynaud de Charleval a un point commun avec Turquais, bien que son siège social soit local. De 1870 à 1939, c’était une firme normande dont le siège social était à Rouen. Mais, en 1939, elle a été rachetée par une vieille famille « textile » du Nord, repliée pour des raisons stratégiques, la famille Requillart. Elle porte maintenant le nom exact d’« Anciens Etablissements Peynaud ».

16Plusieurs usines, bien que possédant leur siège social à Paris, dépendent de groupes dont l’importance dépasse le cadre parisien. C’est le cas d’Altulor de Bernouville. A l’origine, la société a été créée par Alsthom, puis elle est devenue une filiale commune d’Ugilor (Ugine-HBL). Depuis 1968, elle est filiale d’Ugilor à 100 %, et son Président Directeur général, M. Joseph Thépot, est aussi P.D.G. d’Ugilor et Président du groupe Progil-Ugine-Bayer. La papeterie Lutécia de Gasny est rattachée depuis 1966 au groupe suédois « Svenska Cellulosa » qui possède deux millions d’hectares de forêts, 25 usines hydro-électriques, de nombreuses usines en Suède, aux Etats-Unis, en Allemagne, au Danemark et en Espagne. Il possède en France, outre celle de Gasny, deux usines à Nantes.

II - DE NOMBREUX PRODUITS DESTINÉS À ALIMENTER L’ÉCONOMIE DU VEXIN NORMAND PROVIENNENT DE RÉGIONS DIVERSES

17Sans prétendre être exhaustif, nous verrons ce qu’il en est pour le commerce de détail et surtout les industries.

a) L’approvisionnement du commerce de détail

18Le commerce de détail ne reçoit pas seulement ses approvisionnements par des grossistes ou des groupements d’achat installés dans les pôles urbains « régionaux ». 28,5 % des approvisionnements viennent directement des producteurs. Les agriculteurs fournisseurs sont, comme nous l’avons vu, installés dans le pays et ses marges. Les industriels fournisseurs peuvent être installés à Rouen, Paris, ou dans les villes plus proches encore, mais beaucoup sont éparpillés dans l’ensemble du pays. Il en résulte que 7,2 % de l’approvisionnement du commerce de détail ne sont pas d’origine « régionale ».

19Les approvisionnements d’origine non « régionale » ne comptent pratiquement pas dans le secteur alimentaire ou celui de l’hôtellerie, sauf un peu pour la biscuiterie des boulangers-pâtissiers qui peut être fournie par certaines usines non parisiennes : Gringoire de Pithivers par exemple.

20Les apports d’origine non « régionale » constituent en revanche 19,7 % des fournitures pour le commerce non alimentaire. Ils comptent surtout dans deux domaines bien définis : celui de la droguerie-quincaillerie et des bazars (15,5 % des apports), et celui du vêtement et de la chaussure (37,5 % des apports). Les quincaillers et droguistes, faisant appel à de très nombreux industriels fournisseurs n’ont généralement pas daigné indiquer ceux-ci sur le questionnaire d’enquête que nous leur avons confié. Cependant, l’un d’eux installé dans le pays de Lyons, a bien voulu avoir l’amabilité de nous les communiquer tous : il reçoit la moitié de ses fournitures directement de divers producteurs : 7 de ces fournisseurs sont installés à Paris et dans sa banlieue, 4 sont à Rouen ou en Normandie, 12 sont implantés ailleurs en France : Lyon, Wissembourg, Marseille, Tournus, Lille, Le Vimeu, etc... Les fournitures non « régionales » représentent pour ce quincailler 25 % des apports totaux et la moitié de ce qui vient directement des usines.

21Les magasins de vêtements et de tissus reçoivent presque 40 % de leurs approvisionnements directement d’usines implantées dans diverses parties de la France. Les produits viennent surtout naturellement des grandes régions de l’industrie textile : Mulhouse pour les tissus de coton et la mercerie, le Nord pour les lainages, Troyes pour la bonneterie. La situation des magasins de chaussures est diverse. Certains, à Gisors par exemple, sont des succursales d’entreprises commerciales parisiennes ou nationales (Vatin, Bata) et reçoivent de ce fait toute leur marchandise de la capitale. En revanche, les « indépendants » font généralement appel directement aux usines productrices dont la localisation est variable.

22Enfin, d’autres catégories de commerces encore font appel à des producteurs non « régionaux », les magasins de meubles, les horlogers-bijoutiers, etc...

23Du fait qu’ils jouent presque exclusivement pour les commerces de biens durables, les approvisionnements d’origine non « régionale » comptent seulement dans les centres urbains qui possèdent un équipement commercial de premier ordre, mais indifféremment pour Gisors, Etrépagny et les centres de la vallée de l’Andelle.

b) Les industries locales reçoivent la plus grosse partie de leurs matières premières et des biens intermédiaires directement des régions les plus diverses et même de l’étranger

24Les industries métallurgiques et mécaniques font venir beaucoup de produits demi-finis du nord et de l’est de la France. Turquais reçoit du fil métallique de Commercy ; Robergel des métaux de la Moselle ; P.R.L. achète ses tôles à l’usine Usinor de Montataire, il est vrai aux limites de la région parisienne, mais son aluminium vient de l’usine Tréfimétaux de Castelsarrasin. Dosapro reçoit 70 % de son acier inoxydable de la région de Saint-Etienne, tandis que son caoutchouc vient pour la moitié d’une usine de Kléber-Colombes dans la Nièvre et d’une usine Hutchinson de Roubaix. Le matériel délicat est d’origine plus diverse : les moteurs électriques utilisés par Dosapro sont fabriqués à Lyon et Angoulême, les thermostats de P.R.L. sont élaborés à Beauvais, en Belgique et en Allemagne. Plastimul, qui pratique le revêtement « plastique » des métaux, fait venir ses matières plastiques d’Allemagne.

25Les établissements autres que les usines métallurgiques reçoivent aussi leurs produits de régions variées. Mesnel, pour élaborer son caoutchouc, utilise du kaolin du Morbihan, de la craie de Meudon, du noir de pétrole de Hollande et divers produits chimiques de plusieurs usines de Rhône-Poulenc. Peynaud fait venir son coton en balles des principaux producteurs mondiaux : Etats-Unis, U.R.S.S., Inde, Brésil, Argentine, Afrique Noire, Turquie, Iran... Le coton transite par le port du Havre. Mais cette usine utilise aussi en mélange des fibres synthétiques qui viennent de Lyon, d’Allemagne, de Hollande et d’Angleterre. Mérinos reçoit son coutil d’usines du Nord, son fil tréfilé de la région de Saint-Etienne, d’Alsace et d’Allemagne ; ses effilochés de laine proviennent de Belgique et de Loire-Atlantique. Lutécia reçoit 80 % de son papier de Suède et 20 % de France. Elle n’a pas de liens techniques avec la papeterie Hervé proche, dont la production est pourtant complémentaire.

26En résumé, les industries locales reçoivent la majeure partie de leurs produits des régions industrielles du Nord et de l’Est, de la région de Saint-Etienne et d’Allemagne.

III - DE NOMBREUX PRODUITS ÉLABORÉS DANS LE VEXIN NORMAND OU TIRÉS DE SON SOL ONT UN MARCHÉ TRÈS LARGE ET NE TRANSITENT PAS PAR LES CENTRES « RÉGIONAUX »

27C’est le cas des produits industriels et aussi de plusieurs denrées agricoles.

a) Le marché des industries ne se limite pas à la Normandie et à la région parisienne

28Les entreprises qui fabriquent des biens intermédiaires plus ou moins rares ont le marché le plus large et travaillent même en partie pour l’exportation.

29Dosapro a des clients très disséminés : usines de traitement des eaux, houillères, piscines, etc... et, possédant trois services commerciaux à l’étranger, réalise 16 % de son chiffre d’affaires à l’exportation. Philbert vend 60 % de ses machines en France en dehors de Paris et de la Haute-Normandie, et en exporte 5 %. L’usine Altulor a un marché national. Teclab réalise 57 % de son chiffre d’affaires avec les régions les plus variées dont 10 % à l’exportation (Afrique noire, Belgique, Suisse). Peynaud vend beaucoup de tissus « techniques » dans la région du Nord, deuxième client après Paris. Hervé fabrique 17,5 % de la production française de papier de cannelure demi-chimique et possède vingt clients « onduleurs » dispersés un peu partout. En 1970, 10 % de son chiffre d’affaires ont été réalisés à l’exportation et, en 1971, l’entreprise espère atteindre les 20 %.

30Les entreprises qui élaborent des biens de consommation ont, comme nous l’avons déjà fait remarquer, un marché plus « régionalisé ». Cependant, P.R.L. vend 30 % de ses radiateurs électriques en dehors de la région parisienne et de la Normandie, la source Pierval écoule ses eaux minérales dans tout le quart nord-ouest de la France au nord d’une ligne Lille-Pont-Saint-Pierre-Le-Mont-Saint-Michel, et 30 à 35 % de sa production sont destinées aux départements du Nord et du Pas-de-Calais.

TABLEAU 14. PRINCIPAUX ORGANISMES DE COLLECTE DES CÉRÉALES

TABLEAU 14. PRINCIPAUX ORGANISMES DE COLLECTE DES CÉRÉALES

* 1 - Dépôts de Château-sur-Epte et Gasny
* 2 - Dépôt de Morgny
Sources : Chambre d’Agriculture de l’Eure

b) Le marché de plusieurs produits agricoles du Vexin normand est très large

31C’est le fait du marché des céréales, de celui de la pomme de terre, de ceux du lin et des petits pois.

— Le marché des céréales

32Avec une capacité de stockage de 583.800 quintaux, le Vexin normand contribue au stockage de 19,6 % des céréales de Haute-Normandie, dont 89.7 % sont le fait de coopératives et 10,3 % celui de négociants particuliers.

  • 3 Les autres coopératives exerçant une petite activité dans le Vexin normand sont la S.C.A. de Vernon (...)

33Le tableau ci-dessous indique pour les principaux organismes de collecte coopératifs la capacité de stockage et la décomposition de la collecte lors de la campagne 1969-703.

34Pour les principaux organismes de collecte des céréales, le blé représente l’essentiel : 70 % de la campagne 1969-70. L’orge vient loin derrière (18 %) et dépasse encore le maïs (11,8 %), malgré les progrès récents de ce dernier. L’avoine représente une quantité négligeable. Le principal organisme collecteur est la C.A.V.N. (Coopérative Agricole du Vexin normand) d’Etrépagny, suivie de loin par les coopératives de Magny, Gisors, la C.A.H.N. et la coopérative de Neuf-Marché.

35Contrairement aux marchés des produits de l’élevage, à ceux de la luzerne déshydratée et du sucre de betterave, le marché des céréales du Vexin normand est extrêmement fluctuant dans sa destination : on n’y note pas de relations fixes de fournisseurs à clients. Lorsque la qualité du blé est bonne ou lors d’une année déficitaire sur le plan national, le blé est assez largement réservé au marché intérieur français, mais en année excédentaire ou lorsque la qualité est mauvaise, il est destiné à l’exportation au moins pour 80 %.

36Pendant la campagne 1967-68, la totalité du blé commercialisé par la C.A.V.N. est partie à l’exportation. Pendant la campagne 1968-69, 77 % des blés du département de l’Eure ont été exportés. Pendant la même période, la meunerie parisienne ou normande a absorbé 13,6 % de l’ensemble des céréales, les usines d’aliments du bétail « régionales » 7,8 % et 70,4 % ont été réservés à l’exportation ou au stockage libre. Le blé exporté par le Vexin normand transite en totalité par le port de Rouen.

— Le marché de la pomme de terre

37Environ 900 hectares du Vexin normand sont réservés à la culture de la pomme de terre. 600 hectares sont destinés à la production de pommes de terre de semence et 300 hectares sont employés pour l’obtention de pommes de terre de consommation.

38La commercialisation des pommes de terre de semence est effectuée par le « Syndicat Plants » d’Etrépagny. Celui-ci vend ses produits sous contrat à des féculiers de l’Eure-et-Loir et du département du Nord, et directement à d’autres exploitants agricoles, dans le Nord en particulier. 450 hectares sont réservés à la production de plants de pommes de terre de fécule, 150 à des plants de pommes de terre de variété « bintje ».

39La collecte des pommes de terre de consommation est effectuée par la S.I.C.A.V.E.X. de Saussay-la-Campagne qui écoule une toute petite partie de ses produits pour la vente au commerce local et « à la porte ». L’essentiel part pour l’exportation ou est livré à des négociants dispersés un peu partout en France, plus spécialement au sud et au sud-est.

— Le marché du lin

  • 4 Mémoire de Maîtrise de Demagny : Les systèmes d’exploitation dans le canton d’Etrépagny.

40La culture du lin, comme celle de la pomme de terre, s’étend sur environ un millier d’hectares dans le Vexin normand. Le lin est commercialisé de deux manières. L’agriculteur peut le cultiver sous contrat avec de grandes sociétés du Nord ; l’exploitant fournit sa terre, sa main-d’œuvre ; les sociétés fournissent semence, engrais et se chargent d’arracher la marchandise. Le tiers des exploitants du canton d’Etrépagny qui cultivent du lin pratiquent de la sorte4. La majorité préfère s’adresser à la coopérative de teillage du lin de Lisors qui regroupe 80 adhérents cultivant de 9 à 10 hectares chacun de la plante textile, essentiellement dans le Vexin des plateaux, sur le plateau central et le plateau de Tourny. La coopérative se charge du ramassage, puis pratique l’égrenage et le teillage. Les étoupes produites par le brisage et le teillage sont destinées pour 70 % à l’exportation en Belgique, en Allemagne, en Italie, en Suisse, en Espagne et en Suède. Les clients étrangers sont des négociants ou bien directement des filateurs de lin. Les 30 % restants sont livrés sur le marché intérieur à des négociants ou des industriels du Nord. Les graines de lin sont également expédiées dans le Nord et le Pas-de-Calais dans des huileries spécialisées.

— Le marché des petits pois

41La culture des petits pois de plein-champ est actuellement en expansion rapide dans le Vexin normand au sein des grosses exploitations. Son développement originel est dû à l’initiative d’une conserverie des Andelys, la conserverie Gautier qui travaille encore sous contrat avec de nombreux agriculteurs, sur 600 hectares environ. Cette usine fournit essentiellement les collectivités et l’exportation.

42Plus récemment, la firme Bonduelle, dont le siège social et l’usine sont à Renescure dans le département du Nord, et qui travaille en liaison avec la conserverie coopérative de Beauvais (France-Picardie), a développé des contrats avec les cultivateurs locaux qui portent environ sur 800 hectares. Le marché de Bonduelle est national.

43En résumé, un fait remarquable doit retenir notre attention, que ce soit à propos de la propriété foncière, des liaisons industrielles ou du commerce des produits agricoles, les relations lointaines non « régionales » sont particulièrement importantes avec la région du Nord.

44Beaucoup d’études sur les réseaux urbains ont utilisé les trafics téléphonique et routier pour mesurer l’influence des villes. Bien que nous ayons tenté de « creuser » le problème plus en profondeur, il n’est pas inutile, pour terminer le tableau de la vie de relations dans le Vexin normand, de considérer les trafics qui en constituent après tout un excellent « baromètre ».

  • 5 Les flux indiqués correspondent aux communications de départ des centres de groupement (cf. annexe)

45Si nous nous en tenons aux trois centres de groupement qui ne débordent pratiquement pas le cadre d’étude que nous nous sommes fixé (Fleury-sur-Andelle, Etrepagny, Gisors), nous constatons que les flux téléphoniques dirigés, d’une part vers les centres de groupement du Vexin normand et les centres limitrophes (Les Andelys, Vernon, Louviers, Gournay, Chaumont, Magny et Beauvais), de l’autre vers Rouen et le reste de la Normandie, enfin vers l’agglomération parisienne sont à peu près équivalents (respectivement 31,1 %, 32,3 %, 29 % des communications de départ). Rouen se taille la part du lion dans les appels destinés au reste de la Normandie, mais les appels en direction de Paris leur sont supérieurs5.

46Les résultats pour l’ensemble du Vexin et du Val de Seine (englobant outre les trois centres déjà nommés ceux de Vernon et des Andelys) montrent des flux locaux moins importants (24 % au lieu de 31,1 %), des flux plus importants avec le reste de la Normandie, mais surtout avec Evreux au détriment de Rouen, et des appels plus nombreux vers Paris. Les appels en direction du reste de la France revêtent la même importance dans les deux cas.

FLUX TELEPHONIQUES -1969- No 51

FLUX TELEPHONIQUES -1969- No 51

Source : direction régionale des PTT ROUEN

  • 6 Cf. carte no 51.

47Il s’agit là de résultats d’ensemble. Qu’en est-il pour chaque centre de groupement ?6. Avant même de considérer la direction des appels téléphoniques, il est frappant de constater la faiblesse des communications au départ d’Etrépagny, c’est-à-dire du cœur du Vexin. L’importance des appels des centres périphériques atteste la vitalité des vallées qui bordent le plateau. Quant à la destination des communications, on voit avec netteté que l’ouest du Vexin (centre de Fleury) est davantage tourné vers Rouen que vers Paris, que relativement peu d’appels y sont destinés au reste du Vexin normand : ils ne sont pas plus importants que ceux à destination du reste du département de l’Eure. Par ailleurs les flux lointains sont supérieurs à la moyenne ; ils sont particulièrement notables avec la région du Nord.

48A l’opposé, l’est du Vexin (centres de Vernon et de Gisors) est bien davantage tourné vers Paris que vers Rouen. A Gisors, les appels vers Rouen sont moins importants que ceux en direction des groupements limitrophes ou des autres groupements du Vexin. Quant aux appels destinés au reste de l’Eure, ils sont relativement maigres, ce qui confirme la faiblesse des relations entre Gisors et le département de l’Eure au sud de la Seine. En revanche, à Vernon, les appels vers le reste de l’Eure viennent en deuxième position après ceux en direction de Paris.

49Quant au cœur du Vexin (centres des Andelys et d’Etrépagny) il est plus partagé : à Etrépagny, les appels vers Paris sont plus importants que ceux en direction de Rouen, mais ceux dirigés vers le reste du Vexin normand sont majoritaires. Aux Andelys, les appels vers Paris, Rouen, le Vexin et le reste de l’Eure tendent à s’équilibrer.

50La carte no 52 montrant la fréquence des services d’autocars pendant l’hiver 1968-1969 fait apparaître encore davantage la forte polarisation de Rouen sur l’ouest du Vexin normand. Celle de Paris n’apparaît pratiquement pas, puisque les déplacements s’y font essentiellement par le train. Le rayonnement des Andelys, de Gisors, de Vernon sur le reste du pays au détriment d’Etrépagny est remarquable.

VEXIN NORMAND. SERVICES D’AUTOCARS hiver 1968-1969 No 52

VEXIN NORMAND. SERVICES D’AUTOCARS hiver 1968-1969 No 52

51En résumé, l’étude de la vie de relations nous a fait connaître un pays fortement animé par les petits centres locaux ou immédiatement voisins, un Vexin qui mérite en partie seulement son nom de « normand », tant est grande l’influence de la capitale dans les secteurs les plus dynamiques de la vie économique. Nous pouvons maintenant poser cette question : en est-il ainsi depuis longtemps ?

52Dans la première partie de notre propos, nous avons constaté que les paysages et l’activité agricole du Vexin normand assuraient une transition progressive entre l’Ile-de-France et le Pays de Caux. Là encore nous n’avons fait que constater une situation actuelle. Nous pouvons aussi nous poser la question de savoir comment on en est arrivé là.

53Comment les paysages se sont-ils élaborés ? comment la vie de relations a-t-elle évolué jusqu’à nos jours ? telles sont les interrogations auxquelles nous allons tenter de répondre à présent.

Notes

1 Du moins immédiatement, selon le lieu de résidence des propriétaires et l’implantation des sièges sociaux. Il est évident que des usines dont le siège social est situé dans l’est de la France dépendent, plus ou moins, de Paris du point de vue financier.

2 Nous entendons par « régionaux » aussi bien les pôles locaux et voisins que Rouen et Paris.

3 Les autres coopératives exerçant une petite activité dans le Vexin normand sont la S.C.A. de Vernon, qui a un dépôt commun avec la C.A.V.N. à Guitry pour le maïs, la S.C.A. de Louviers et la S.C.A. de Rouen. Comme négociants isolés, on peut signaler Letiercé d’Etrépagny, Quentin de Touffreville, les Moulins de Bézu, Comtant aux Andelys et divers grainetiers à Radepont, Vascoeuil, Château-sur-Epte, etc..

4 Mémoire de Maîtrise de Demagny : Les systèmes d’exploitation dans le canton d’Etrépagny.

5 Les flux indiqués correspondent aux communications de départ des centres de groupement (cf. annexe).

6 Cf. carte no 51.

Table des illustrations

Titre VEXIN NORMAND. PROPRIETE NON REGIONALE No 50
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre TABLEAU 13. LIEUX D’ORIGINE DE LA PROPRIÉTÉ NON « RÉGIONALE » DE PLUS DE 50 HA
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8859/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre TABLEAU 14. PRINCIPAUX ORGANISMES DE COLLECTE DES CÉRÉALES
Légende * 1 - Dépôts de Château-sur-Epte et Gasny* 2 - Dépôt de MorgnySources : Chambre d’Agriculture de l’Eure
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8859/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre FLUX TELEPHONIQUES -1969- No 51
Légende Source : direction régionale des PTT ROUEN
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8859/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre VEXIN NORMAND. SERVICES D’AUTOCARS hiver 1968-1969 No 52
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8859/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 513k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540