Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vexin normand ou Vexin parisien ?

 | 
Jean-Pierre Fruit

Deuxième partie. La vie de relation

Chapitre III. L’influence de Paris

L’influence de Paris s’affirme très largement dans l’ensemble du Vexin normand

Texte intégral

1L’influence de Paris sur le Vexin normand s’exerce à deux niveaux. Tout d’abord, la capitale exerce une influence restreinte, limitée dans l’espace, à l’est et au sud du pays : Paris y joue le rôle de la « grande ville », dévolu à Rouen dans le centre et l’ouest. Paris possède aussi une influence large qui englobe tout le Vexin jusqu’à l’Andelle.

I - L’INFLUENCE RESTREINTE DE PARIS

2Elle s’exerce dans deux domaines : l’attraction des particuliers pour les commerces et les services de niveau supérieur et l’approvisionnement du commerce de détail.

a) L’attraction des particuliers pour les commerces et les services

3Comme nous l’avons vu précédemment, elle s’inscrit en négatif par rapport à celle de Rouen et déborde vers l’ouest la vallée de l’Epte (cf. carte no 43).

4L’on se rend donc sans partage à Paris pour effectuer des achats ou recourir à des services de niveau élevé difficiles à trouver localement dans le sud du Vexin bossu et du plateau de Tourny et autour de Gisors. Il est impossible de ne pas lier ce fait à la présence de deux gares S.N.C.F. à Gisors et à Vernon qui permettent de gagner rapidement (entre 45 minutes et une heure) le cœur commercial de Paris autour de la gare Saint-Lazare. De plus, l’autoroute de Normandie dessert Vernon. En revanche, à proximité de la route nationale 14, on est partagé entre Rouen et Paris jusqu’à la vallée de l’Epte, car le déplacement doit s’effectuer en autocar ou en voiture particulière. Il est alors beaucoup plus lent vers Paris : à Château-sur-Epte, on est au minimum à une heure et demie sinon deux heures du cœur de Paris, compte tenu des encombrements. On est seulement à une heure de Rouen où la circulation et le stationnement sont beaucoup plus aisés. Seul, l’équipement supérieur du centre commercial de Paris peut jouer en faveur de la capitale.

5En fait, à l’est du Vexin, le déplacement vers Paris revêt un caractère moins fréquent que celui vers Rouen au centre et à l’ouest du pays. Pour effectuer des achats rares, on peut certes aller prendre le train de Paris à Vernon ou Gisors, mais ces deux villes possèdent aussi un équipement commercial de qualité qui est susceptible de retenir la clientèle. A vrai dire, ce sont plutôt les habitants citadins de Gisors qui prennent volontiers le train pour Paris, tandis que les ruraux des environs se contentent pour une grande part de rester à Gisors et d’y effectuer l’essentiel de leurs achats. Le déplacement de la population rurale vers Paris est plus important lorsqu’il s’agit de se rendre à une manifestation commerciale exceptionnelle : foire de Paris, salon de l’auto, concours agricole, etc...

6Dans ce domaine, l’influence forte de Paris s’étend jusqu’au centre du Vexin ; on se rend même occasionnellement à la capitale dans le même but dans l’ensemble du pays. Lorsqu’ils vont au théâtre, les habitants de l’est et du sud du Vexin préfèrent Paris à Rouen (cf. carte no 42). En fait, ce sont seulement les gens qui résident près de Vernon ou de Gisors ou bien le long de la route nationale 14 qui se rendent volontiers au théâtre, c’est-à-dire ceux qui bénéficient de bonnes conditions d’accès : nous avions formulé la même remarque pour les déplacements vers le théâtre de Rouen. Cependant, l’attraction de Paris dans le domaine hospitalier, dans ceux du cinéma et des manifestations sportives joue peu sur la population rurale. Seuls les habitants urbains de Gisors y sont soumis. De même que pour les achats rares, on assiste à un véritable chassé-croisé : Gisors attire les ruraux avoisinants, tandis que ses propres résidents « fuient » vers Paris ; nous avions déjà remarqué ce phénomène dans les villes de la vallée de l’Andelle où il jouait en faveur de Rouen.

b) Le rôle de Paris et de sa région dans l’approvisionnement du commerce de détail (cf. tableau no 12)

  • 1 On peut assimiler à Mantes et à la vallée de la Seine voisine, l’Oise proche, Beauvais en particul (...)

7Les approvisionnements en provenance de la région parisienne représentent 24 % du total des apports. Il est bon de distinguer ce qui est dû à Mantes et à la vallée de la Seine de Poissy à la limite de l’Eure d’un côté, et ce qui est dû à Paris et sa banlieue de l’autre1.

  • 2 A l’exclusion des communes limitrophes que nous avons assimilées aux approvisionnements locaux.

8 La part de la vallée de la Seine proche et du Vexin français2 (cf. carte no 44) est très importante : elle s’élève à 10,1 % des apports, soit presque autant que Paris et sa banlieue. La place de choix est tenue par Mantes : 4,7 % des apports. Elle est surtout développée dans le secteur de l’alimentation et des cafés-restaurants.

9Dans le secteur de la boulangerie, on peut noter l’importance des moulins de Mantes et de Chars ; dans celui de la boucherie-charcuterie, celle de fournisseurs en conserves et produits frais : Maniglier, Truffaut, Olida à Mantes. Des grossistes de l’alimentation générale exercent dans cette ville et à Rosny-sur-Seine, mais c’est surtout la maison Grocheton, de Marines, qui alimente restaurants, cafés et épiceries en vins, eaux minérales et bières. Notons aussi l’influence du dépôt du groupement d’achat S.P.A.R. de Mantes qui enlève à celui de Bernay l’extrême sud-est du Vexin normand.

10Dans le domaine non alimentaire, des fournisseurs de pièces détachées pour automobiles et cycles, et des grossistes en quincaillerie de Mantes alimentent les commerçants du Vexin, ainsi que des fournisseurs en mercerie et textiles, comme Venteco.

11Toutefois, le rôle de Mantes, de la vallée de la Seine en amont de Vernon et du Vexin français en matière d’approvisionnement du commerce de détail est strictement limité dans l’espace du Vexin normand : il n’apparait véritablement que sur le plateau de Tourny et dans la vallée de l’Epte.

12 De même, les approvisionnements en provenance de Beauvais et de l’Oise intéressent exclusivement la haute vallée de l’Epte, celle de la Levrière et les plateaux du nord-est. (cf. carte no 44)

13A part la fourniture de pièces détachées pour les cycles et les automobiles et un grossiste en droguerie, Beauvais est surtout caractérisé par l’importance de la fourniture de produits alimentaires : Garbet, un dépôt de vins Préfontaine et le groupement d’achat Unico alimentent en partie les détaillants du Vexin normand. En dehors de Beauvais, seul le groupement d’achat des quincaillers Copamétal de Breuil-le-Sec mérite d’être signalé.

14Du fait que Beauvais n’a de l’importance que dans l’approvisionnement du commerce alimentaire, sa part dans la fourniture du commerce de détail est proportionnellement plus grande dans les centres commerciaux petits ou moyens dominés par l’alimentation : Bézu-Saint-Eloi : 20,8 % ; Mainneville : 33,3 % ; Saint-Denis-le-Ferment : 60 %. En revanche, Gisors ne reçoit que 3 % de ses approvisionnements de Beauvais.

APPROVISIONNEMENTS DU COMMERCE DE DETAIL EN PROVENANCE DE BEAUVAIS, DU VEXIN FRANÇAIS DE MANTES No 44

APPROVISIONNEMENTS DU COMMERCE DE DETAIL EN PROVENANCE DE BEAUVAIS, DU VEXIN FRANÇAIS DE MANTES No 44

Dessinée par Mme HAZARD

APPROVISIONNEMENTS DU COMMERCE DE DETAIL EN PROVENANCE DE PARIS No 45

APPROVISIONNEMENTS DU COMMERCE DE DETAIL EN PROVENANCE DE PARIS No 45

Dessinée par Mme HAZARD

15 La part de Paris et de sa banlieue, relativement modeste dans le commerce alimentaire, est déterminante pour certains commerces de biens durables (cf. carte no 45).

16Un certain nombre de bouchers et charcutiers s’approvisionnent en conserves à Paris (La Boucherie Française à Aubervilliers, Petit-Jean, etc...). Certains même s’approvisionnent en viande fraîche dans la capitale. Quelques épiceries, et surtout de nombreux cafés et restaurants, s’adressent à des fournisseurs parisiens, en particulier pour le vin (Nicolas à Charenton, Agap à Vincennes, etc...) ou les légumes.

17Les commerçants du secteur non alimentaire s’adressent bien davantage encore à Paris. C’est le cas des droguistes, quincaillers, garagistes, mais l’influence de Paris est surtout déterminante dans le secteur de l’habillement : les commerces de vêtements s’approvisionnent largement auprès des maisons de confection, des grossistes en tissus, lingerie et nouveautés de la capitale : 37 % des approvisionnements viennent de Paris. Les commerçants en matériel électro-ménager et meubles, les horlogers-bijoutiers, etc... reçoivent de grossistes et de fabricants parisiens ce qu’ils n’obtiennent pas directement des fabricants dispersés à travers toute la France (34,6 %). Surtout les produits de parfumerie, vendus par les coiffeurs locaux, viennent de Paris pour plus de la moitié (58 %).

18Les approvisionnements en provenance de Paris et de sa banlieue sont particulièrement importants dans la partie est du pays : Gasny reçoit 19,7 % de ses fournitures de Paris, et Gisors 40,7 %... Néanmoins, tous les centres commerciaux quelque peu développés ayant un secteur non alimentaire notable reçoivent une partie importante de leurs approvisionnements de Paris et cela dans l’ensemble du Vexin normand, jusque dans la vallée de l’Andelle : Etrépagny : 14,7 % ; Lyons-la-Forêt : 16,8 % ; Charleval, 9,4 %, etc...

19Si, pour Mantes, Beauvais et les petits centres du Vexin français et de la vallée de la Seine qui, en raison de leur proximité, jouent un rôle important dans le commerce non alimentaire, on peut parler d’influence restreinte dans le Vexin normand, il n’en est pas de même pour Paris et sa banlieue. La capitale exerce déjà dans ce domaine une influence étendue.

20L’influence large de Paris se manifeste encore plus nettement dans d’autres domaines.

II - L’INFLUENCE ÉTENDUE DE PARIS

21L’influence de Paris dans de nombreux domaines n’est pas, en soi, propre au Vexin normand : elle s’étend à l’ensemble de la France et plus fortement à toutes les régions du bassin parisien. Néanmoins, la proximité de Paris fait que son influence est particulièrement déterminante dans le Vexin normand. Il existe même un domaine où l’attraction de Paris s’exerce dans le pays à l’exclusion des autres régions normandes - sauf peut-être le plateau d’Evreux - celui des migrations alternantes. Bon nombre de travailleurs qui quittent chaque jour leur commune pour s’employer se dirigent vers la région parisienne.

22L’influence de Paris s’exerce aussi dans des domaines où elle joue dans l’ensemble de la Haute-Normandie : la terre appartient dans une proportion notable à des propriétaires parisiens, les résidences secondaires du pays sont presque toutes « parisiennes » Le rôle de Paris est accentué ici par la proximité. La plus grosse partie des produits de l’élevage du Vexin normand est destinée aux consommateurs parisiens. Mais, pour des raisons différentes, ce fait assimile davantage le Vexin à la Basse-Normandie qu’à la Haute-Normandie. Dans le cas du Vexin, la proximité de Paris est déterminante. Pour la Basse-Normandie, c’est l’absence d’un marché régional suffisant qui explique l’écoulement de la majeure partie des produits vers Paris.

23Enfin, il est un domaine où l’influence de Paris s’exerce sur le Vexin normand à l’instar de la France entière : c’est celui de l’industrie. Néanmoins, ici encore la proximité de la capitale intervient pour renforcer des liens déjà très forts ailleurs.

a) Les migrations alternantes vers la région parisienne n’intéressent pas seulement l’est du Vexin normand

  • 3 L’INSEE ne fournit aucun renseignement à ce sujet. Seul le dépouillement des bulletins individuels (...)

24Les migrations alternantes de la population active en direction de la région parisienne ne peuvent malheureusement pas être appréciées de manière chiffrée3. Nous pouvons tout de même les évaluer qualitativement à partir du dépouillement des questionnaires communaux.

25Les migrations les plus importantes ont lieu vers l’usine Renault de Flins. La Régie, qui organise des circuits de ramassage quotidiens recrute la population ouvrière jusque dans les plus petites communes. Toutes les communes de la vallée de l’Epte envoient des ouvriers à Flins. En dehors de la vallée de l’Epte, qui est le plus gros pourvoyeur en raison d’une plus grande proximité, plusieurs communes égrenées le long de la route nationale 14, sur le plateau d’Ecouis et au sud du pays de Lyons, fournissent également des travailleurs à Flins, ce qui peut sembler extraordinaire... Heuqueville et Rosay-sur-Lieure sont situés à plus de 60 kilomètres de l’usine Renault...

  • 4 Cf. Mémoire de Maîtrise de M. C. Wind : Les relations de la vallée de l’Epte avec les pôles urbain (...)

26Les migrations vers Paris et sa proche banlieue n’intéressent qu’un nombre plus réduit de communes : certaines isolées dans le centre et l’ouest du Vexin : Flipou, Mesnil-Verclives, Farceaux... et surtout Gisors et quelques communes voisines : Neaufles-Saint-Martin, Bézu-Saint-Eloi, Bernouville et Bazincourt-sur-Epte. Ici, comme pour les déplacements d’achats, la gare SNCF de Gisors joue un rôle déterminant. Les travailleurs qui migrent vers Paris depuis Gisors, contrairement à tous les autres travailleurs du Vexin normand, sont essentiellement employés dans le secteur tertiaire : ils vont à leurs bureaux situés surtout dans la partie ouest de Paris, à proximité de la gare Saint-Lazare4.

27En définitive, les migrations alternantes vers la région parisienne intéressent d’abord l’est du pays, en priorité la vallée de l’Epte. Toutefois, des travailleurs de plusieurs communes du Vexin central et occidental se déplacent aussi chaque jour à longue distance : l’attraction de la région parisienne pour les migrations alternantes n’est donc pas restreinte à une seule partie du pays.

28L’influence étendue de Paris est plus déterminante encore pour la propriété foncière.

b) La propriété parisienne est très importante dans l’ensemble du Vexin normand

29Les propriétaires résidant dans la région parisienne possèdent 19 % des terres du Vexin normand.

30La propriété parisienne est présente partout (cf. carte no 46).

31Rares sont les communes où elle est inférieure à 5 % de l’ensemble des propriétés. On n’en compte que 10, situées dans le pays de Lyons et le plateau central. Les lieux où, dans plusieurs communes contiguës, elle représente moins de 20 % de la propriété totale sont assez bien délimités : le plateau de Morgny, la vallée de l’Andelle à l’exception de Radepont et la majeure partie du pays de Lyons, c’est-à-dire l’ouest et le nord-ouest du Vexin où la propriété normande prend quelque importance. La propriété parisienne acquiert une extension très grande (plus de 40 % de la propriété totale) dans plusieurs communes de la vallée de la Levrière et dans la vallée de l’Epte au nord de Berthenonville, au sud du Vexin bossu et du plateau de Tourny, là où l’influence de Paris est également plus forte dans d’autres domaines. Ailleurs, elle ne prend une extension exceptionnelle que dans des communes isolées : dans la vallée de l’Andelle à Radepont, sur le plateau central à Gamaches, Doudeauville, etc...

VEXIN NORMAND. PROPRIETE PARISIENNE No 46

VEXIN NORMAND. PROPRIETE PARISIENNE No 46

32En résumé, elle se regroupe donc plus fortement dans les cantons orientaux de Gisors (29 % de la propriété totale) et d’Ecos (20,8 %). Dans les cantons des Andelys et de Fleury, elle avoisine le pourcentage moyen (respectivement 18,5 et 18,1 %). Elle est moins développée dans le canton central d’Etrépagny (16,2 %) et dans celui de Lyons (9,9 %). A vrai dire, nous n’avons compté là que la propriété privée : si l’on y ajoute la propriété d’Etat, elle s’élève dans l’ensemble du pays à 26,3 % de la propriété totale. La situation demeure à peu près inchangée dans les cantons de Gisors, Ecos et Les Andelys. La propriété parisienne au sens large augmente alors sensiblement dans les cantons de Fleury et d’Etrépagny (respectivement 23,9 % et 21,5 %) et surtout dans celui de Lyons où elle passe à 45,1 % de la propriété totale, en raison de la présence de la forêt domaniale.

33La part de la propriété parisienne par rapport à la propriété totale varie assez sensiblement selon les classes de taille, (cf. graphique no 4).

34Elle représente : 24,4 % des propriétés de moins de 1 ha

3515,5 % » » » 1 à 20 ha

3619,3 % » » » 21 à 50 ha

3722,1 % » » » 51 à 100 ha

3819,8 % » » » plus de 100 ha.

39Elle est donc le plus fortement développée dans la catégorie des micro-propriétés : ce fait reflète l’importance des résidences secondaires de Parisiens. Elle diminue ensuite dans la classe suivante (1 à 20 hectares) pour augmenter à nouveau dans les classes supérieures. Certes, on assiste à un léger fléchissement au-dessus de 100 hectares, mais globalement la propriété de plus de 50 hectares est parisienne à 20,5 %.

40La propriété parisienne est donc plus importante aux deux extrêmes : micro-propriété de moins de un hectare, et grande propriété de plus de 50 hectares. Nous examinerons maintenant ces deux types de propriétés de manière plus approfondie :

  • 5 Nous disons : « environ », car beaucoup de titres de noblesse nous paraissent douteux, et pour le (...)

41 La grande propriété parisienne (de plus de 50 hectares). La grande propriété parisienne est en partie héritée d’une ancienne propriété nobiliaire marquée dans le paysage par la présence de nombreux manoirs ou châteaux entourés de parcs magnifiques. Quelques propriétaires parisiens sont encore nobles : une dizaine environ5 qui possèdent 17 % de la grande propriété parisienne. La majeure partie des terres appartient à la bourgeoisie parisienne : 71,8 % des terres des grands propriétaires parisiens sont possédés par des gens qui résident dans les arrondissements « cossus » de Paris (7°, 8°, 16° 17°) et dans la riche banlieue : Neuilly, Vincennes, Versailles, Saint-Germain-en-Laye. 11,8 % des terres appartiennent à des gens qui habitent dans les autres arrondissements de Paris. 15,5 % sont le fait de « banlieusards », dont plus de la moitié réside dans la banlieue ouest. 0,9 % seulement des terres, soit une quantité négligeable, appartiennent à des gens qui résident dans le Vexin français non limitrophe.

42La grande propriété parisienne est surtout une propriété individuelle. Toutefois, de nombreuses sociétés civiles domiciliées à Paris ont acheté de la terre et le plus souvent des bois comme réserve de chasse. Enfin, d’anciens domaines ont été rachetés par des maisons de repos ou de cure, des associations philanthropiques domiciliées à Paris. Ainsi, l’« Armée du Salut » possède un château et 103 hectares à Radepont, dans la vallée de l’Andelle.

43 Les résidences secondaires de Parisiens dans le Vexin normand, (cartes nos 47 et 48)

  • 6 Enquête de la Préfecture de l’Eure, 1966, cf. annexe.
  • 7 Départements 92 et 93 16,5 % - Hauts-de-Seine et Seine-Saint-Denis
    » 95 et 78 8 % - Val-d’Oise et Y (...)

44Dans le Vexin normand, les termes de « résidence secondaire » et de « résidence secondaire de Parisien » sont presque synonymes. Sur 2056 résidences secondaires6, 1872 appartiennent ou sont louées en permanence à des gens qui habitent dans la région parisienne, soit 91 % du total. Les Parisiens « stricto sensu » sont majoritaires (64 %) suivis de loin par ceux de la banlieue ouest et nord proche de Paris, puis de la moyenne et grande banlieue ouest et enfin ceux de la banlieue restante7.

  • 8 INSEE. Recensement de 1968, cf. annexe.

45Bien que peu de communes en soient exemptes, la grande majorité des résidences secondaires se rassemble en deux endroits privilégiés : la vallée de l’Epte avec un maximum de concentration à Gisors et Neaufles-Saint-Martin et le pays de Lyons, spécialement à Lyons-la-Forêt, aux Elogues et à Rosay-sur-Lieure. Dans de nombreuses petites communes rurales de la vallée de l’Epte et de l’est du pays de Lyons, le pourcentage de résidences secondaires par rapport aux résidences principales est supérieur à 30, parfois même à 40 et 50 (Martagny et Saint-Denis-le-Ferment)8.

46Cette localisation privilégiée ne doit pas étonner : la vallée de l’Epte joint des paysages fort gracieux à l’avantage de la proximité de Paris, tandis que, malgré une distance plus grande de la capitale, la forêt de Lyons attire les Parisiens par ses paysages admirables : dans les clairières qui s’ouvrent dans la futaie de hêtres, de nombreuses maisons rurales construites en colombage et souvent couvertes de chaume ont été abandonnées par les agriculteurs et sont une proie privilégiée pour les amateurs de demeures « typiques »... Le contraste est grand entre les vallées de l’Epte et de l’Andelle : cette dernière, en partie défigurée par les stigmates de l’industrialisation du siècle dernier, attire peu de résidences secondaires, sauf un peu en amont. Le cœur du pays, aux larges horizons jugés monotones, inspire également peu les citadins en quête de « pittoresque ».

VEXIN NORMAND. RESIDENCES SECONDAIRES No 47

VEXIN NORMAND. RESIDENCES SECONDAIRES No 47

VEXIN NORMAND. RESIDENCES SECONDAIRES No 48

VEXIN NORMAND. RESIDENCES SECONDAIRES No 48

47Les trois cantons les plus touchés par le phénomène des résidences secondaires sont donc ceux de Gisors, d’Ecos et de Lyons-la-Forêt, (respectivement 28,8 %, 21,9 % et 19,5 % des résidences secondaires du Vexin normand).

  • 9 INSEE. Recensement de 1962,
    Recensement de 1968.

48De 1962 à 1968, le nombre des résidences secondaires est passé de 1.885 à 2.6319, soit une progression de 39,5 %, ce qui est considérable. La progression a été particulièrement spectaculaire dans le canton de Gisors : + 134 %. Elle a été également très forte en valeur relative dans les cantons centraux : Etrépagny + 50,2 %, Les Andelys + 65,5 %... Par contre, elle a été plus modérée dans le canton de Lyons (+ 32,2 %) et dans celui d’Ecos (+ 36,9 %) : les maisons rurales disponibles commencent à se faire rares dans les endroits les plus pittoresques. Or, dans la majorité des communes, les résidences secondaires sont à plus de 75 % d’anciennes maisons rurales plus ou moins aménagées.

49Quelles sont les conséquences de l’implantation des résidences secondaires dans le Vexin normand ? Sont-elles un avantage ou au contraire un handicap pour la région ? A ce sujet, les avis sont partagés. Les responsables du Syndicat d’initiative d’Evreux, pensent que les résidences secondaires apportent le plus grand bien et qu’elles sont occupées par leurs propriétaires ou locataires en moyenne cent jours par an... Inutile de préciser que tout le monde n’est pas du même avis.

50Les commerçants locaux peuvent être considérés comme les premiers intéressés en face d’un phénomène qui leur apporte des clients éventuels. Sur 207 réponses utilisables tirées d’une enquête que nous avons menée auprès d’eux, nous avons pu constater que 97 déclaraient n’entretenir aucun rapport d’affaires avec les gens des résidences secondaires, tandis que 110, soit 53,2 % disaient obtenir une partie notable de leur chiffre d’affaires (entre 10 et 40 %) avec les « Parisiens ». Les appréciations sont donc très mitigées. A vrai dire elles varient beaucoup selon les catégories de commerces. Les commerçants de l’alimentation générale sont beaucoup moins satisfaits que les boucliers, charcutiers et boulangers (56,2 % d’insatisfaits dans le premier cas, 39 % dans le deuxième). Les garagistes, marchands de vêtements, grainetiers, marchands de petit matériel agricole et coiffeurs se déclarent plutôt satisfaits, tandis que les autres commerçants vendant des biens durables le sont moins... Il est intéressant de noter que, dans plusieurs communes particulièrement marquées par le développement des résidences secondaires, maints commerçants les plus divers déclarent faire une partie très appréciable de leur chiffre d’affaire avec les « Parisiens » : Gasny, Saint-Denis-le-Ferment, Lyons-la-Forêt... Les véritables bénéficiaires sont cependant les petits entrepreneurs du bâtiment dont beaucoup doivent une bonne partie de leurs activités et peut-être même leur survie aux résidences secondaires.

51A vrai dire, beaucoup de commerçants, sans renier les bénéfices qu’ils doivent aux « Parisiens », avouent qu’ils préféreraient avoir d’autres clients installés à demeure dans le pays. L’optimisme du Syndicat d’initiative d”Evreux est partagé par certains commerçants, à Gasny ou Lyons-la-Forêt en particulier. En revanche, selon beaucoup d’autres, les « Parisiens » sont très assidus au début de leur installation : ils viennent alors chaque week-end, y compris l’hiver, puis peu à peu leur venue s’espace et, sauf un peu pendant l’été, les maisons restent inoccupées. Aussi les villages où les résidences secondaires sont plus nombreuses que les résidences principales sont-ils le plus souvent des villages aux volets clos... Par ailleurs, s’ils font appel aux artisans locaux pour la réfection de bâtiments anciens ou la construction de maisons neuves, s’ils font parfois confiance aux boulangers et bouchers locaux, les « Parisiens » effectuent l’essentiel de leurs achats chez eux avant de venir à la campagne, ce qui explique l’aigreur non dissimulée de beaucoup d’épiciers locaux à leur égard.

52Mais il y a plus grave : l’afflux des Parisiens en quête de terrains bâtis ou non a provoqué peu à peu une pénurie de logements et une forte hausse du prix des terrains à bâtir et de celui des immeubles. Cette hausse s’est répercutée sur les loyers locaux et il en résulte une aggravation de la crise du logement dans l’ensemble du pays, particulièrement sensible dans la haute vallée de l’Andelle. Il est tout de même paradoxal qu’une grave crise du logement sévisse dans la région, provoquant des difficultés pour le développement industriel (cf. infra) tandis que de nombreuses maisons restent inoccupées la majeure partie de l’année.

53Il est donc difficile de juger catégoriquement les conséquences du développement des résidences secondaires. Certains en bénéficient incontestablement, les artisans du bâtiment en particulier, mais n’est-ce pas là contribuer à prolonger des activités précaires parce que pléthoriques qui se trouveront brusquement en crise si les Parisiens cessent d’acheter ? En revanche, l’aggravation de la crise du logement est préjudiciable à la majeure partie des activités locales, au développement industriel en particulier : certains directeurs d’usines n’hésitent pas à parler de situation catastrophique.

54En fait, on ne peut formuler de jugement universel quant aux conséquences de l’implantation des résidences secondaires dans un milieu rural. Il est évident que, dans des régions vidées de leur population où beaucoup de maisons abandonnées restent vides sans que des activités industrielles ou autres viennent s’installer, comme dans certains endroits du Massif central ou des Alpes, le développement des résidences secondaires ne peut que contribuer à réanimer des pays voués autrement à une mort certaine. Mais la situation du Vexin normand est diamétralement opposée...

c) Le lait et les animaux de boucherie du Vexin normand sont très largement destinés à l’agglomération parisienne

— Le marché du lait (cf. carte no 49)

55A part quelques acheteurs secondaires, Gervais de Ferrières-en-Bray pour trois communes du nord-est, la Coopérative laitière de Mantes pour deux communes du sud, et surtout Boursin de Pacy-sur-Eure pour le plateau de Tourny et le Vexin bossu, les deux grands organismes collecteurs du Vexin normand sont la Société Anonyme des Fermiers Réunis (S.A.F.R.) dont le siège social est à Paris, et la Coopérative Eure-Lait.

56La S.A.F.R., filiale du holding Genvrain, a des fournisseurs dans presque tout le pays (dans 80 % des communes). Elle collecte le lait à partir de trois établissements : Etrépagny qui exerce son action seulement dans le Vexin normand, Nolléval (Seine-Maritime) qui a des fournisseurs jusque dans le pays de Bray, et Gaillon dont les approvisionnements viennent aussi du val de Seine. Il est donc impossible de fournir un chiffre concernant la quantité de lait collecté dans le Vexin normand seul.

57Etrépagny collecte chaque année 13 millions de litres ;

58Gaillon se réserve 16,6 millions de litres.

  • 10 Renseignements valables en 1970.

59C’est la laiterie d’Etrépagny qui a l’aire de ramassage la plus étendue dans le Vexin normand. Elle fait appel à 245 fournisseurs dont la majorité vend 100 à 200 litres par jour. Son activité est toutefois plus forte à l’est et au sud du pays. Elle se heurte effectivement à la concurrence active de la Coopérative Eure-Lait à l’ouest. Pour les exploitants agricoles fournissant plus de 200 litres par jour (57 sur 245), la société concède des « tanks » réfrigérants. Pour les autres, le ramassage se fait en bidons, mais aussitôt après la vérification de l’acidité, le contenu est versé dans les camions citernes qui sillonnent le pays et collectent aussi le lait des « tanks ». Le passage des camions est quotidien10.

VEXIN NORMAND. COLLECTE DU LAIT No 49

VEXIN NORMAND. COLLECTE DU LAIT No 49

60La laiterie de Nolléval a une zone de ramassage qui lui est propre au nord du pays de Lyons : la collecte s’y effectue en partie par des « tanks » et en partie par des bidons transportés par camion jusqu’à l’usine. Dans la haute vallée de l’Andelle, Nolleval se partage la tâche avec Gaillon, se réservant l’enlèvement traditionnel des bidons10.

61La laiterie de Gaillon exerce son activité dans l’ensemble de la vallée de l’Andelle, sur le plateau d’Ecouis et au sud du pateau de Tourny. Le ramassage se fait par « tanks » au nord de la vallée de l’Andelle, par bidons traditionnels ailleurs. Cependant dans un avenir proche la collecte par « tanks » sera généralisée, les producteurs fournissant moins de 60 litres par jour étant abandonnés.

62La laiterie d’Etrépagny expédie tout son lait pasteurisé en citernes vers son centre parisien de conditionnement (par chemin de fer ou camions). Là, le lait est mis en emballage de plastique avec la marque SAFR, ou en emballage de carton « pure-pak » avec la marque Lactel, et il est distribué directement aux commerçants détaillants.

63La laiterie de Gaillon expédie ses produits moins exclusivement sur Paris : le marché normand y est même majoritaire. Sur 16,6 millions de litres de lait traité, 6,1 millions sont vendus dans le département de l’Eure, 5 millions sont vendus à Rouen par l’intermédiaire de Vitho-Normandie. 5,5 millions de litres seulement sont destinés à la banlieue ouest de Paris (dépôt d’Argenteuil). Tout le lait de Gaillon est conditionné sous emballage « pure-pak » et vendu sous la marque Lactel.

  • 11 La SAFR collecte dans l’ensemble de la France 766 millions de litres de lait dont 380 sont destiné (...)

64Il n’en reste pas moins que, sur 29,6 millions de litres de lait frais tirés par la S.A.F.R. du Vexin normand et de la vallée de la Seine voisine, 18,5 millions sont destinés à l’agglomération de Paris, soit 62 %. Le pourcentage de livraisons sur Paris augmenterait encore si on pouvait défalquer l’apport à Gaillon des communes extérieures au Vexin normand11.

65La laiterie de Nolléval a une place à part. Tout le lait collecté par cette usine est destiné à la fabrication de lait en poudre.

66La Coopérative Eure-Lait, dont le siège est à Evreux, possède deux établissements dans le département, l’un à Ménesqueville dans le Vexin normand, l’autre à Vemeuil-sur-Avre. La laiterie de Verneuil, spécialisée dans la fabrication de beurre et fromages divers, n’intéresse pas le Vexin normand. La laiterie de Ménesqueville doit seule retenir notre attention. Elle a été créée en 1909, à l’emplacement d’une ancienne briqueterie, sous le nom de « Coopérative laitière de Lyons-la-Forêt ». Le 1er janvier 1967, les trois coopératives distinctes de Ménesqueville, Verneuil et Evreux ont été regroupées dans une nouvelle coopérative « Eure-Lait » qui a procédé à la fermeture de l’établissement d’Evreux.

67L’aire de collecte de Ménesqueville dans le Vexin normand est plus réduite que celle de la S.A.F.R., mais dans chaque commune intéressée le nombre de fournisseurs est plus grand. Elle s’étend à tout l’ouest et le nord-ouest du pays à l’exception de la basse vallée de l’Andelle. Elle fait aussi appel à des fournisseurs d’Heudicourt, Bézu-Saint-Eloi et Gisors. Son action ne se limite pas au seul Vexin normand : elle se prolonge au nord en bordure du pays de Bray (Bezancourt, Bosc-Hyons), au sud vers la vallée de la Seine et le plateau d’Evreux, à l’est sur la rive non normande de l’Epte et dans le nord-ouest du Vexin français jusqu’à Ivry-le-Temple. Dans toute la partie ouest du Vexin normand, Eure-Lait et la S.A.F.R. se concurrencent. A vrai dire, les deux entreprises laitières n’ont pas exactement le même type de fournisseurs.

Eure-Lait

S.A.F.R. Etrépagny

S.A.F.R. Gaillon Nolléval

Moins de 60 litres par jour

23 %

25 %

23 %

60 à 120 » » »

20 %

21 %

12 %

120 à 200 » » »

26 %

30 %

23 %

220 à 400 » » »

21 %

21 %

38 %

plus de 400 litres par jour

10 %

3 %

4 %

68Si, pour les petits fournisseurs, les pourcentages sont à peu près les mêmes, Eure-Lait a davantage de gros fournisseurs. Les exploitants qui procurent plus de 400 litres par jour représentent 10 % des fournisseurs d’Eure-Lait, contre 3 % de ceux de la S.A.F.R. d’Etrépagny.

69A Ménesqueville, le ramassage traditionnel par bidons a pratiquement disparu. Les « tanks » réfrigérants sont confiés à tous les adhérents gratuitement. Le ramassage est effectué quotidiennement par camions-citernes.

70Le lait est traité, puis conditionné sur place de plusieurs manières : par pots de 20 litres pour les collectivités, et en petites bouteilles de plastique mou. Le conditionnement « pure-pak », jugé trop onéreux, est presque inexistant. Les emballages sont fabriqués sur place.

71En 1969, 24 millions de litres de lait ont été collectés à Ménesqueville, soit une quantité à peu près équivalente à celle de la S.A.F.R. dans le Vexin normand.

  • 12 La coopérative de Ménesqueville collecte 24 millions de litres de lait sur les 40,5 millions de l’ (...)

72La Coopérative Eure-Lait n’expédie pas son lait courant à Rouen qu’elle réserve à Nova. 22 % du lait sont destinés au département de l’Eure et 78 % partent vers l’agglomération parisienne. Le lait est envoyé à l’U.S.C.A.D. (Union des sociétés coopératives agricoles du district parisien), qui a son siège au Bourget. L’U.S.C.A.D., dont le président est celui de la coopérative de Ménesqueville, distribue le lait frais directement aux commerçants détaillants. Le transport s’effectue exclusivement par camions12. Les excédents de lait sont toutefois expédiés à l’Union des coopératives agricoles laitières de l’Eure, Seine-Maritime et Seine-et-Oise : l’U.C.A.L.E.X. de Maromme qui fabrique du lait en poudre.

73En résumé, si l’on compte qu’Eure-Lait et la S.A.F.R. collectent chacune environ la moitié du lait du Vexin normand, 70 % de la production laitière du Vexin normand sont destinés à fournir du lait de consommation aux Parisiens. Ce ne sont que les usines situées le plus à l’ouest qui ont un marché normand appréciable : Ménesqueville et surtout Gaillon. Etrépagny contribue seulement à la fourniture du marché parisien.

Paris

Rouen

Eure

Gaillon S.A.F.R.

34 %

30 %

36 %

Ménesqueville

78 %

22 %

Etrépagny S.A.F.R.

100 %

— Le marché du bétail et de la viande

  • 13 A. Fremont. Thèse d’Etat. L’élevage en Normandie, tome II, ouvrage déjà cité.

74Le marché du bétail et de la viande est extrêmement difficile à saisir, en raison de son organisation complexe et des multiples intermédiaires qui agissent séparément. Comme le dit M. Frémont, le marché traditionnel du bétail et de la viande se déroule à l’intérieur de « véritables structures féodales ». L’opacité traditionnelle du marché se combine aujourd’hui avec un allongement et une complication du circuit mort, résultat de la décentralisation des abattoirs. Il est donc impossible de donner une idée précise du marché global dans le Vexin, sinon en nous inspirant de ce que M. Frémont a déjà dit13 et en fournissant des informations qualitatives reçues ici et là.

75Toutefois, nous avons pu rencontrer le président de la SICA-Viande de Chaumont-en-Vexin, M. Gillouard, qui a eu l’amabilité de nous fournir de nombreux renseignements sur un organisme que ses responsables sont heureux de considérer comme une « maison de verre », à l’opposé des murs ténébreux qui enserrent le marché traditionnel...

76Comme nous l’avons déjà constaté, une partie du bétail est vendue par les producteurs aux bouchers locaux, soit directement, soit par l’intermédiaire de marchands de bestiaux du pays.

77En dehors de ce marché à circuit très court, la plus grosse partie du bétail - 80 à 90 % - est commercialisée par les circuits traditionnels. De cette manière, l’essentiel est destiné au marché parisien, et ce n’est qu’à l’ouest du Vexin normand que les animaux sont dirigés vers le marché de Rouen. Le circuit le plus courant a été décrit par M. Frémont : les marchands de bestiaux vendent les animaux à des négociants expéditeurs qui, confiant le transit à des transporteurs spécialisés, revendent le bétail aux chevillards parisiens. Ceux-ci se chargent de l’abattage à La Villette et vendent les carcasses à d’autres grossistes aux Halles ou directement aux bouchers détaillants. Les producteurs et les marchands de bestiaux locaux vendent aussi du bétail à des grossistes-expéditeurs qui tuent dans les petits abattoirs de la localité (Les Andelys, Gisors, Forges, Vernon) et envoient les carcasses à Paris où des mandataires se chargent de les distribuer aux grossistes et détaillants. Ce type de marché est appelé à se développer avec la décentralisation des abattoirs.

78Une petite partie du bétail est toutefois dirigée sur le marché normand, en dehors du circuit court producteur-bouchers. Les chevillards des petits abattoirs locaux approvisionnent les bouchers du pays qui ne tuent pas eux-mêmes. Des animaux assez nombreux, en particulier des vaches de réforme, sont également expédiés sur le marché de Rouen. Là, les chevillards rouennais achètent du bétail qu’ils tuent pour approvisionner les collectivités locales, les magasins à succursales, et les bouchers de la ville qui n’abattent pas eux-mêmes. Mais beaucoup de bouchers de Rouen achètent des bêtes qu’ils tuent à l’abattoir. Il existe toutefois une perméabilité entre les marchés de Rouen et de Paris : les chevillards parisiens reçoivent des animaux achetés sur le marché de Rouen par l’intermédiaire des commissionnaires.

  • 14 N’intéressant le Vexin que de façon marginale, on peut aussi signaler Piem et Glassom de Lisieux, (...)

79A côté des circuits traditionnels, de nouveaux circuits se sont développés ces dernières années, qui représentent 10 à 20 % du marché, mais progressent rapidement. Intéressant vraiment le Vexin normand, il s’agit essentiellement de deux S.I.C.A. : la S.I.C.A. de Rouen Vian-Caux-Bray qui exerce son action à l’ouest du pays (vallée de l’Andelle et pays de Lyons) et surtout la S.I.C.A. de Chaumont dans le Vexin français14.

80La S.I.C.A. Vian-Caux-Bray qui pratique l’abattage à Rouen possède un excellent service pour les bêtes accidentées, et alimente les bouchers de la ville, les collectivités et les magasins à grande surface. Nous parlerons plus particulièrement de la S.I.C.A. de Chaumont.

81La S.I.C.A.V. de Chaumont-en-Vexin, qui s’adjoint deux coopératives, la C.E.A.I.L. de Mantes et « Picardie Verte » de Formeries, avait, au 31 décembre 1970, 850 adhérents et plus de 3.000 fournisseurs. En dehors du Vexin normand, elle étend son rayon d’action dans le pays de Bray oriental et dans l’ensemble des plateaux de l’Ile-de-France entre l’Oise et la Seine. Mais elle n’a pas que des ambitions strictement « régionales ». Elle tend à acheter du bétail dans toute la France. Sur 450 adhérents propres, 200 résident dans l’Eure, mais ne lui fournissent que 10 % de son tonnage. Beaucoup en effet vendent directement aux bouchers locaux : les adhérents ne sont en effet pas contraints de vendre seulement à la S.I.C.A.V., preuve d’une souplesse qui lui assure un grand dynamisme. La S.I.C.A.V., dont le siège est à Chaumont, procède à l’abattage dans de nombreux abattoirs publics : Versailles, Mantes, Argenteuil, Beauvais, La Villette (depuis juillet 1970), Formeries (depuis janvier 1970), Pitres (depuis mars 1971 par l’intermédiaire d’une filiale, Euro-Viande) et Le Havre. Les deux centres de Pitres et du Havre sont maintenant complémentaires. A Pitres, elle abat des bovins et vend la viande de porc. Au Havre, elle abat des porcs et vend de la viande de bœuf provenant de Pitres.

82Bien qu’ils soient la majorité, tous les fournisseurs ne sont pas agriculteurs : la S.I.C.A.V. a réussi la prouesse d’avoir comme pourvoyeurs des marchands de bestiaux. La progression du tonnage des achats a été spectaculaire ces dernières années.

1962

569 t

1968

1.353 t

1970

4.392 t

83Elle est égale à 10 ou 15 % par an et par centre, mais la création incessante de centres d’abattage nouveaux provoque une augmentation globale des tonnages encore plus forte.

84Les trois centres d’abattage qui ont des rapports avec le Vexin normand sont ceux de Versailles, Pitres et Mantes. Versailles reçoit 10 % de ses apports de l’Eure, essentiellement du Vexin normand (150 tonnes). Avant qu’un de ses chevillards ne s’intègre à la S.I.C.A.V. (1971), l’abattoir de Pitres recevait surtout des bêtes accidentées. Aujourd’hui, il reçoit des bêtes de première et deuxième qualités dont 20 à 30 % viennent du Vexin normand (1.000 tonnes prévues pour 1971). Mantes est spécialisée dans l’abattage des moutons, aussi son importance n’est-elle pas très grande pour le Vexin normand, qui lui fournit 8 % de ses apports seulement, le grand pourvoyeur étant le plateau d’Evreux. En définitive, le Vexin fournit à peu près 10 % du tonnage global de la S.I.C.A.V.

85Jusqu’à l’année dernière, la totalité de la viande tirée du Vexin normand et traitée par la S.I.C.A.V. de Chaumont était destinée à l’agglomération parisienne. Le centre de Versailles y écoule en effet la totalité de sa production et jusque là, il était le seul à faire appel aux producteurs de l’Eure. Le centre de Pitres écoule maintenant 50 % de sa production à Paris et au Havre. Le reste est livré sur place ou à Rouen aux collectivités (armée, hôpitaux), aux magasins à succursales multiples, aux grandes surfaces, etc... Compte tenu de la part respective que Pitres et Versailles tirent de l’Eure, à partir de cette année, seulement 35 % de la viande originaire du Vexin normand et traitée par la S.I.C.A.V. seront destinés à l’agglomération parisienne. On assistera donc à une dégradation de l’attraction de Paris pour le marché de la viande, du moins au niveau de la S.I.C.A.V... A court terme, celle-ci espère accroître ses ventes locales aux bouchers de l’Eure, lorsque les dernières tueries particulières seront éteintes mais, à moyen terme, elle veut gagner des positions sur le marché national et même le marché international.

86Est-ce un test de tendance pour l’ensemble du marché de la viande dans le Vexin normand ? Si le marché parisien doit encore absorber 80 % du bétail et de la viande du pays, il n’est pas douteux que l’évolution prochaine fera que le marché sera de moins en moins régional, le circuit mort prenant de plus en plus d’extension par rapport au circuit vif, avec la décentralisation des abattoirs et l’essor des S.I.C.A. : la construction d’un grand abattoir moderne est d’ailleurs prévue aux Andelys.

87Ce sont donc les produits de l’élevage qui font l’objet du courant de denrées agricoles le plus important entre le Vexin normand et Paris. Il existe néanmoins une activité para-agricole qui entretient des liens étroits avec la capitale : de part et d’autre de la route nationale 14, juste avant Les Thilliers-en-Vexin en venant de Paris, le damier des champs cultivés laisse place aux rangées de jeunes arbres soigneusement plantés des pépinières Derly. Il nous a semblé intéressant d’examiner le marché des produits de pépinière qui, s’ils représentent un faible volume, possèdent une haute valeur marchande.

88Les pépinières Derly s’étendaient en 1970 sur 70 hectares, mais dans deux ans elles couvriront 120 hectares. Les pépinières plantations ont commencé en 1956, mais la famille Derly, originaire du Nord, s’est installée bien avant dans le pays. Dès 1946, elle possédait une exploitation agricole ordinaire, qui existe toujours et s’étend sur plus de 400 hectares. C’est un des fils de la famille qui, ayant fait ses études à l’Ecole d’Horticulture de Versailles, a reçu 10 hectares en 1956 pour développer des pépinières.

89Les pépinières Derly pratiquent peu le semis et achètent des jeunes plants pour la moitié en France (Angers, Orléans, le Val de Loire) et pour la moitié à l’étranger (Allemagne, Belgique, Hollande et Danemark). Elles vendent 700.000 arbres par an à trois catégories de clients : au détail à des clients utilisateurs pour la moitié et, pour le reste, à des revendeurs divers : graineteries, entrepreneurs de jardins et paysagistes, à des « garden centers » qui se sont developpés récemment, véritables « super-marchés » de produits pour le jardin. La clientèle directement utilisatrice tend à diminuer aujourd’hui au profit des revendeurs, spécialement des « garden centers ». Les pépinières Derly se sont d’ailleurs elles-mêmes annexé un « garden center » qui vend au détail aux automobilistes de passage.

90La clientèle utilisatrice est essentiellement située dans une aire qui s’étend des Thilliers à l’agglomération parisienne qu’elle enveloppe. La région parisienne est donc le lieu de résidence privilégié de cette clientèle. Le marché local n’est pas négligeable. Quant à la clientèle rouennaise, elle est très réduite, en raison du développement à proximité de Rouen de nombreuses autres pépinières.

91Les revendeurs clients de Derly qui sont installés dans la région ou à proximité (Gournay, Evreux, Louviers, Beauvais, Magny-en-Vexin, Vernon, Les Andelys) sont plutôt petits. Les plus gros acheteurs sont à Paris, Versailles, Pontoise et Saint-Germain-en-Laye, mais, avec le développement des « garden centers », le rayon de distribution s’élargit de plus en plus.

92En résumé, le marché parisien est majoritaire, tandis que les ventes à Rouen et en Seine-Maritime ne dépassent pas 10 % du total.

d) Les industries du Vexin normand se trouvent en majorité sous une étroite dépendance de Paris (cf. carte no 10, tableau no 6).

  • 15 Les renseignements sont tirés du fichier des établissements de l’INSEE : 1968. En outre, nous avon (...)

93Sur 52 établissements employant plus de 10 salariés dont les sièges sociaux sont connus, 28 ont leur siège social dans le pays, 19 à Paris et 5 sont situés ailleurs en France. Aucun siège n’est installé dans le reste de la Normandie ou à Rouen. A vrai dire, les usines qui ont leur siège sur place sont surtout de petits établissements employant entre 11 et 50 salariés travaillant dans des branches très diverses : métallurgie, mécanique, travail des matières plastiques, transformation des produits agricoles et industrie du bois et du meuble. Au-dessus de 50 salariés, les sièges sociaux des usines sont en majorité parisiens : 13 usines sur 22. Le rôle de Paris est encore plus évident si l’on considère les gros établissements industriels employant plus de 100 salariés. Sur 10, 7 ont leur siège social à Paris : Altulor à Bernouville (plexiglas), Hervé à Château-sur-Epte (carton d’emballage), Lemercier à Gisors (chauffe-eau), Wood-Milne à Etrépagny (talons et semelles de caoutchouc), Dosapro à Pont-Saint-Pierre (pompes doseuses), Inventions Nouvelles à Douville-sur-Andelle (jouets) et Mesnel à Charleval (caoutchouc). Ces usines sont installées indifféremment dans le secteur industriel oriental et dans la vallée de l’Andelle. Les seules usines de plus de 100 salariés ayant leur siège social sur place sont au nombre de deux : les Anciens Etablissements Peynaud, qui filent et tissent le coton à Charleval, unique rescapé du naufrage de l’industrie textile dans la vallée de l’Andelle, et la Sucrerie-Distillerie d’Etrépagny dont nous avons déjà parlé. Enfin, la source Pierval (eau minérale) dépend du groupe Vittel qui a son siège social dans les Vosges. Les principales usines de la région sont donc en majorité « acéphales » et dépendent des décisions prises dans les bureaux parisiens. C’est principalement là l’effet de la décentralisation des usines de la région parisienne, qui a provoqué l’installation d’usines neuves à l’est du pays et qui a pallié l’effondrement de l’industrie textile dans la vallée de l’Andelle15.

  • 16 R. Lefebvre. La vallée de l’Andelle. Etude industrielle. DES. Rouen, 1967.

94Nombreux sont donc dans le pays les établissements industriels décentralisés de la région parisienne. Dans la vallée de l’Andelle par exemple, la moitié des usines sont installées depuis moins de treize ans. Le mouvement de décentralisation y a débuté lentement de 1954 à 1959, puis s’est accéléré entre 1960 et 1964, période pendant laquelle on a assisté à quatre ouvertures par an en moyenne. De 1965 à 1968, l’évolution a été plus lente, mais depuis, il semble qu’on assiste à une légère reprise du mouvement16.

95On observe en réalité trois formes de décentralisation depuis la région parisienne. Premier type : une unité de production est venue s’installer dans le pays tandis que l’ancienne usine et le siège social sont restés à Paris. C’est par exemple le cas de Mesnel venu s’installer à Charleval en 1960. Deuxième type : toute la production est partie en province, seul le siège social est resté à Paris : Dosapro, venu en 1960 ; Teclab en 1961 ; Mérinos en 1966 ; P.R.L. en 1967. Troisième type, la décentralisation totale : non seulement l’usine a quitté Paris, mais aussi les bureaux et le siège social. Dans cette catégorie se trouvent surtout de petits établissements : le mouvement a pu être ancien, Robergel est venu dans la vallée de l’Andelle en 1936, ou récent, Plastimul s’est installé à Gisors en 1959.

96Pour quelles raisons les entreprises parisiennes se sont-elles déplacées en partie ou en totalité dans le pays ? Le premier argument avancé par les industriels a trait à la proximité de Paris qui permet de ne pas trop s’éloigner des fournisseurs et clients habituels et de faciliter les liaisons avec le siège social, s’il est resté dans la capitale. Il s’y joint l’avantage d’être le long ou à côté d’axes de communications majeurs. La deuxième raison invoquée est l’avantage de pouvoir bénéficier de terrains ou de locaux disponibles. Pour la vallée de l’Andelle s’y est ajouté la présence d’un personnel mis en chômage par les fermetures des filatures et tissages. Enfin, la main-d’œuvre relativement peu coûteuse et le climat social très calme sont encore indiqués par les industriels. En outre, au début, la décentralisation a été appuyée par une aide financière de l’Etat mais, depuis 1964, la région a été classée en zone 5, donc assimilée à la région parisienne, et ne bénéficie plus d’aucun avantage public. La décentralisation actuelle est donc spontanée. Des raisons particulières s’ajoutent pour telle ou telle entreprise : expulsée d’Ivry pour raison d’urbanisme, l’usine Plastimul s’est entièrement transférée à Gisors. Robergel à l’instar d’autres usines de cycles de la vallée de l’Andelle, est venue s’installer entre les deux dernières guerres ; en 1936, l’usine, autrefois à Montreuil, a préféré se transporter dans la « calme » vallée de l’Andelle pour échapper aux grèves qui se succédaient lors du « Front populaire ».

97Les industriels parisiens qui se sont décentralisés sont toutefois loin d’estimer que les espoirs qu’ils avaient mis dans leur transfert en province soient comblés. De très gros problèmes se posent en effet à eux : le plus grave a trait à la difficulté de trouver de la main-d’œuvre de qualité, cela depuis toujours, mais depuis quelques années s’ajoute pour quelques usines la peine qu’il y a à trouver des travailleurs en quantité suffisante. En effet, les secteurs où se sont installés les industriels de Paris pouvaient offrir aux nouvelles usines des ouvriers débauchés de l’agriculture ou libérés par les usines textiles décadentes, c’est-à-dire une main-d’œuvre essentiellement peu ou pas qualifiée. Or, beaucoup d’industries décentralisées ont besoin d’ouvriers très qualifiés : les petites annonces de la presse locale regorgent d’offres d’emploi pressantes à ce sujet. Il est remarquable que les usines non décentralisées, comme Peynaud, installée à Charleval depuis 1870, ou Hervé, implantée à Château-sur-Epte depuis 1876, déclarent n’avoir aucun problème de recrutement de main-d’œuvre.

98La difficulté qu’éprouvent les industriels décentralisés peut apparaître paradoxale, alors que les migrations alternantes accusent un solde négatif, spécialement dans la vallée de l’Andelle. Nous essaierons d’en dégager les causes principales.

99La raison première, invoquée par tous, a trait au problème du logement. Les usines anciennement implantées dans le pays logent elles-mêmes en partie ou en totalité leur main-d’œuvre : Peynaud met à Charleval 85 logements à la disposition de ses ouvriers. La papeterie Hervé les loge tous à titre gratuit, le logement étant un élément du contrat de travail. Ce n’est pas le cas des usines décentralisées : plusieurs se refusent à loger elles-mêmes leur main-d’œuvre, telles Mérinos et Teclab. P.R.L. ne loge que le directeur et les cadres. Robergel met cinq logements à la disposition de ses ouvriers. Dosapro s’est lancé depuis 1963 dans un petit programme de construction de sept appartements et trois pavillons à Romilly-sur-Andelle, en plus des six logements de cadres qui existent dans l’enceinte de l’usine. Tout cela est néanmoins insuffisant. Les difficultés de logement dans le pays résultent du fait que beaucoup de maisons rurales anciennes sont accaparées ou renchéries par les Parisiens en quête de résidences secondaires, et aussi de l’insuffisance de la construction de logements sociaux. La cotisation patronale de 1 % due au titre du logement a été versée jusqu’ici par le siège social à Paris. L’idée du Groupement des Industriels de la Vallée de l’Andelle, qui rassemble trente adhérents au sud de Fleury, est de verser à l’avenir le « 1 % » à Evreux et non au siège social, de manière à promouvoir le logement ouvrier. Les H.L.M. d’Evreux ont un programme de construction à Pont-Saint-Pierre-Romilly. En 1971, deux collectifs de seize logements seront terminés. Dosapro a par ailleurs cédé un terrain aux H.L.M. : en cinq ans, cent soixante logements en collectif, ainsi que trente et un pavillons en accession à la propriété doivent être construits. Néanmoins, les entreprises ont surtout besoin de main-d’œuvre qualifiée souvent introuvable sur place et qu’il faut faire venir de Paris ou de Rouen... Or, les citadins refusent généralement de venir s’installer à « la campagne » pour vivre en H.L.M.. ils désirent au moins une maison individuelle, ce qui ne contribue pas à rendre le problème bien soluble.

100La deuxième raison invoquée pour expliquer la difficulté du recrutement de la main-d’œuvre est le niveau trop bas des salaires. Selon l’un des directeurs d’une usine décentralisée de Fleury-sur-Andelle, l’industrie textile « volait bas » en la matière... Des salaires jugés insuffisants joints à la lenteur de la reconversion face à la crise de l’industrie textile jusqu’en 1960 ont contraint la population ouvrière de la vallée à prendre l’habitude d’aller travailler ailleurs, en particulier dans la vallée de la Seine. Actuellement encore, les rémunérations sont inférieures en général à celles de la vallée de la Seine, surtout le long de l’Andelle. Le niveau des salaires se dégrade d’ailleurs du sud au nord de cette dernière vallée, ce qui explique en partie les migrations alternantes descendantes d’amont en aval. A ce propos encore, le Groupement des Industriels envisage un relèvement des salaires pour éviter la fuite de main-d’œuvre vers la vallée de la Seine.

101La troisième raison étroitement liée aux autres, qui explique les problèmes de main-d’œuvre, tient à sa formation insuffisante. Dans la vallée de l’Andelle par exemple, le C.E.T. de Pont-Saint-Pierre est bien adapté aux besoins de nombreuses industries locales avec une section de chaudronnerie - option fer, une section de menuiserie industrielle, une section d’ajustage, etc... mais il en sort chaque année une quantité insuffisante de jeunes ouvriers qui, d’ailleurs, ne restent pas tous dans le pays. Sur la promotion de 1969, sur trente-deux élèves qui sont sortis du C.E.T. avec un C.A.P., seize seulement sont restés dans la vallée... et dix ont été embauchés par la seule usine Dosapro. Le plus souvent, les industriels doivent donc former leur main-d’œuvre eux-mêmes « sur le tas ». Encore ont-ils de la difficulté à la retenir une fois formée, en raison du bas niveau des salaires : dans une usine de la haute vallée de l’Andelle, 11 % des frais généraux sont destinés à la formation d’une main-d’œuvre instable, car mal payée.

102Enfin, les industries décentralisées éprouvent d’autres difficultés en dehors de celles que leur occasionne la main-d’œuvre. Le téléphone par exemple fonctionne de manière désastreuse : à Fleury, on téléphone plus facilement à l’étranger qu’à Paris, et plus aisément à la capitale qu’à Pont-Saint-Pierre. En définitive, si beaucoup d’industriels se montrent malgré tout assez satisfaits de la décentralisation, d’autres se déclarent très déçus, aussi bien dans la vallée de l’Andelle qu’à l’est du pays.

103Nous avons surtout parlé jusqu’ici des usines décentralisées de la région parisienne. Elles ne sont toutefois pas les seules à agir dans le pays. La majeure partie des usines, même celles qui ont leur siège social localement où ailleurs en France, entretiennent des relations techniques et commerciales avec Paris.

104Les usines auprès desquelles nous avons mené notre enquête reçoivent très peu de produits demi-finis de Paris. L’essentiel des matières premières et des biens intermédiaires vient directement des régions productrices. Seuls quelques établissements déclarent recevoir des produits de Paris : Dosapro de Pont-Saint-Pierre en obtient des alliages légers et du caoutchouc synthétique, Plastimul de Gisors des tôles et pièces d’acier... La papeterie Hervé reçoit toutefois 50 % de ses matières premières de Paris, mais ce sont des produits de récupération : vieux papiers et cartons d’emballage.

105Le rôle de Paris est beaucoup plus important en tant que client. Sur douze établissements du pays ayant valablement répondu, un seul n’écoule aujourd’hui pratiquement rien sur le marché parisien, la source Pierval... mais elle désire y développer à l’avenir son implantation. Quatre établissements déclarent n’expédier leur production sur Paris qu’entre autres. Leur marché est national et même en partie international, en raison de la fabrication de produits peu courants : c’est le cas de Dosapro qui vend ses pompes doseuses, ses soupapes de retenue et de sécurité dans toute la France, bien qu’elle travaille partiellement en sous-traitance avec Paris. C’est aussi le cas de Turquais de Pont-Saint-Pierre, spécialisé dans la fabrication de boucles, chaînes, articles métalliques et plastiques, et qui n’a que cinq ou six confrères en France. C’est encore le fait de la papeterie Hervé qui, fabriquant un produit demi-fini, le carton d’emballage destiné à être cannelé, envoie sa production un peu partout. Dans cette catégorie se situe aussi Plastimul de Gisors qui travaille en sous-traitance avec des clients multiples. Cinq autres usines, tout en ayant un marché très large, considèrent Paris comme un client privilégié : Philbert de Pont-Saint-Pierre qui fabrique des machines sur plans réalise 30 % de son chiffre d’affaires avec Paris. Robergel de Perruel travaille en bonne partie en sous-traitance avec les firmes automobiles et les entreprises de cycles de la région parisienne (Solex, Simca, Renault, etc...) à qui il fournit rayons, écrous, enjoliveurs. Paris est le premier client de la filature-tissage Peynaud de Charleval, à la fois pour le linge de maison et les tissus « techniques ». Teclab écoule 40 % de son matériel de laboratoire à Paris, tandis que la papeterie Lutecia, qui fabrique du carton d’emballage ondulé, écoule surtout sa production dans un rayon de deux cents kilomètres, spécialement à Paris. Enfin, deux usines écoulent plus de la moitié de leur production à Paris : P.R.L. de Fleury-sur-Andelle, dont les radiateurs électriques portent d’ailleurs la marque « Ile-de-France », envoie 60 % de ses produits dans la région parisienne, tandis que Mérinos de Perriers-sur-Andelle y expédie la presque totalité de ses matelas et sommiers, tout en cherchant à réorienter davantage ses ventes vers la Normandie. Ces deux dernières usines sont aussi, parmi celles que nous avons étudiées, celles qui ont quitté Paris le plus tardivement (Mérinos en 1966, P.R.L. en 1967) et qui, de ce fait, ont conservé le plus de liens avec la capitale. On peut donc constater que très logiquement les usines fabriquant les produits finis de consommation courante, la source Pierval, l’usine de radiateurs P.R.L., la fabrique de matelas Mérinos ont le marché le plus « régionalisé » ; leur production s écoule essentiellement en Normandie ou dans la région parisienne.

106Les relations locales à l’intérieur du Vexin normand ou entre le Vexin normand et son espace limitrophe sont généralement diffuses : les propriétaires terriens locaux ou voisins sont très éparpillés, de nombreux besoins en matière de commerce et de services courants peuvent être satisfaits en milieu rural. Les migrations alternantes, les achats et les services moins courants donnent davantage d’importance à des centres urbains de petite ou de moyenne taille, mais ils sont multiples et leur polarisation est très fractionnée.

107Les relations entre le Vexin normand et le reste de la Normandie sont assez éparses et le rôle polarisateur de Rouen est limité à l’attraction des particuliers pour les achats et les services et pour 1’approvisionnement du commerce de détail.

108Les relations entre le Vexin normand et la region parisienne sont bien davantage polarisées autour de Paris et de sa banlieue immédiate. Certes, beaucoup de commerces alimentaires de l’est du pays reçoivent leurs produits de Mantes et de ses environs, la plus grosse partie des travailleurs migrants sur la région parisienne s’arrêtent à l’usine Renault de Flins. Mais pour le reste, qu’il s’agisse de l’influence proche - de l’attraction des commerces et services sur les particuliers qui résident à l’est du Vexin - ou de l’influence large, dans le domaine de la propriété foncière, des résidences secondaires, du marché des produits d’élevage, de la fourniture du commerce de détail en certains biens durables, des industries, l’agglomération parisienne restreinte et même souvent Paris stricto sensu jouent un rôle déterminant. On peut parler ici sans réserve de très forte polarisation.

109Il ne faudrait cependant pas conclure que, plus les relations deviennent lointaines, plus elles sont polarisées. Le Vexin entretient en effet des relations lointaines diffuses avec l’ensemble de la France et même, dans une certaine mesure, avec l’étranger. Nous emploierons pour elles le terme de « relations non régionales » à l’opposé des relations locales, des relations avec la Normandie ou avec la région parisienne.

Notes

1 On peut assimiler à Mantes et à la vallée de la Seine voisine, l’Oise proche, Beauvais en particulier, en raison de leur proximité du Vexin normand.

2 A l’exclusion des communes limitrophes que nous avons assimilées aux approvisionnements locaux.

3 L’INSEE ne fournit aucun renseignement à ce sujet. Seul le dépouillement des bulletins individuels du recensement de 1968 aurait pu être instructif... (Cf. annexe).

4 Cf. Mémoire de Maîtrise de M. C. Wind : Les relations de la vallée de l’Epte avec les pôles urbains environnants. Paris, 1969.

5 Nous disons : « environ », car beaucoup de titres de noblesse nous paraissent douteux, et pour le moins, tardifs.

6 Enquête de la Préfecture de l’Eure, 1966, cf. annexe.

7 Départements 92 et 93 16,5 % - Hauts-de-Seine et Seine-Saint-Denis
» 95 et 78 8 % - Val-d’Oise et Yvelines
» 94 et 77 2,5 % - Val-de-Marne et Seine-et-Marne

8 INSEE. Recensement de 1968, cf. annexe.

9 INSEE. Recensement de 1962,
Recensement de 1968.

10 Renseignements valables en 1970.

11 La SAFR collecte dans l’ensemble de la France 766 millions de litres de lait dont 380 sont destinés à être traités comme lait de consommation. Là-dessus, la Haute-Normandie fournit 96 millions de litres, dont 64 dans l’Eure. Les 29,6 millions de litres du Vexin et de la vallée de la Seine voisine représentent donc 8 % du lait frais vendu par la SAFR.

12 La coopérative de Ménesqueville collecte 24 millions de litres de lait sur les 40,5 millions de l’ensemble d’Eure-Lait (1969) mais cela ne représente que 44, 1 % des ventes en valeur, car pour le lait de consommation qui est sa spécialité, la valeur ajoutée est moins grande que pour les produits divers élaborés à Verneuil.

13 A. Fremont. Thèse d’Etat. L’élevage en Normandie, tome II, ouvrage déjà cité.

14 N’intéressant le Vexin que de façon marginale, on peut aussi signaler Piem et Glassom de Lisieux, la SICAVEC de Caen, la SOCOPA de la Ferté-Bernard, et Multi-Viandes.

15 Les renseignements sont tirés du fichier des établissements de l’INSEE : 1968. En outre, nous avons mené une enquête auprès de 16 entreprises employant plus de 10 salariés, et avons pu en obtenir sur 4 autres, soit 20 au total, ce qui représente 33 % des entreprises de plus de 10 salariés (61) cf. annexe.

16 R. Lefebvre. La vallée de l’Andelle. Etude industrielle. DES. Rouen, 1967.

Table des illustrations

Titre APPROVISIONNEMENTS DU COMMERCE DE DETAIL EN PROVENANCE DE BEAUVAIS, DU VEXIN FRANÇAIS DE MANTES No 44
Légende Dessinée par Mme HAZARD
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8858/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre APPROVISIONNEMENTS DU COMMERCE DE DETAIL EN PROVENANCE DE PARIS No 45
Légende Dessinée par Mme HAZARD
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8858/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre VEXIN NORMAND. PROPRIETE PARISIENNE No 46
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8858/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre VEXIN NORMAND. RESIDENCES SECONDAIRES No 47
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8858/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre VEXIN NORMAND. RESIDENCES SECONDAIRES No 48
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8858/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre VEXIN NORMAND. COLLECTE DU LAIT No 49
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8858/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 630k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540