Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Vexin normand ou Vexin parisien ?

 | 
Jean-Pierre Fruit

Deuxième partie. La vie de relation

Chapitre II. L’influence de Rouen

Le Vexin entre l’Epte et l’Andelle mérite en partie son qualificatif de « Normand »

Full text

  • 1 Chapitre I, Les paysages.
    Chapitre III, Les hommes et leurs activités, II - L’agriculture.
  • 2 M. E. Juillard, La Région, essai de définition, A.G. 1962.

1Nous avons déjà vu dans la première partie de notre étude1 que les paysages agraires et l’activité agricole du Vexin normand ne présentaient une identité avec ceux de la majeure partie de la Normandie qu’à l’ouest et au nord : sur le plateau de Morgny, dans le pays de Lyons et la vallée de l’Andelle. Si l’on s’en tient à la conception traditionnelle de la région, à ce que M. Juillard qualifie de critère d’« uniformité »2, le tiers seulement du Vexin entre l’Epte et l’Andelle est véritablement « normand ». Ailleurs, au fur et à mesure qu’on va vers l’est et le sud, on passe progressivement à des paysages agraires et une activité agricole qui prolongent ceux des plateaux de l’Ile-de-France.

2Les relations fonctionnelles entre le Vexin normand et le reste de la Normandie sont-elles aussi limitées ? En réalité, on remarque que la majeure partie du pays entretient des relations diffuses plus ou moins fortes avec l’ensemble de la Normandie et que Rouen y joue un rôle important d’animation économique et exerce une attraction notable sur les particuliers pour le commerce et les services.

I - Le Vexin normand a des relations diffuses avec l’ensemble de la Normandie

3Une bien faible partie de la terre du Vexin normand est possédée par des gens qui résident en Normandie, ailleurs que dans le petit pays et ses abords immédiats. L’écoulement de certains produits agricoles donne lieu à des relations plus importantes, avec la Normandie herbagère tout particulièrement. Quelques relations peuvent également être notées sur le plan industriel.

a) La faiblesse de la propriété normande non locale

  • 3 Pour simplifier les choses, nous lui donnerons le nom de « propriété normande ».

47,7 % seulement des terres du Vexin normand appartiennent à des propriétaires normands qui ne sont pas locaux ou limitrophes, ce qui est très maigre3.

5La propriété normande est surtout répandue dans la moitié nord du pays (cf. carte no 38). Dans le canton de Gisors, elle excède à peine la moyenne générale : 8,1 % de la propriété totale ; mais dans ceux d’Etrépagny (8,8 %), de Lyons (9,1 %), de Fleury (9,5 %) et surtout des Andelys (9,9 %), elle la dépasse nettement. En revanche, dans le canton méridional d’Ecos, c’est-à-dire sur le plateau de Tourny et dans le sud du Vexin bossu, elle ne représente que 2,6 % de la propriété totale, ce qui est infime, et on ne peut la rencontrer que dans six communes sur vingt-et-une. Encore est-elle distribuée très inégalement dans les cantons où elle est présente. Alors qu’on peut la remarquer dans presque toutes les localités du canton de Lyons, elle manque dans sept communes de celui d’Etrépagny, elle est inexistante dans toute la partie sud du canton des Andelys et également dans la moitié de celui de Fleury, le long d’un axe Radepont-Ecouis. Enfin, dans le canton de Gisors, elle ne prend vraiment d’importance qu’à Vesly et dans la haute vallée de la Levrière (Martagny). Elle est insignifiante le long de l’Epte où elle manque même dans plusieurs communes.

6L’importance de la propriété normande varie selon les classes de taille des propriétés. Négligeable dans la catégorie de moins de 1 hectare (3,8 %), elle prend davantage d’importance dans les classes suivantes (jusqu’à 10,6 %), pour chuter au-dessus de 100 hectares (4,9 %) (cf. graphique no 4). La propriété normande est donc surtout représentée dans la petite et la moyenne propriété.

  • 4 Selon l’enquête de la Préfecture de l’Eure de 1966, cf. annexe. L’important phénomène des résidence (...)
  • 5 L’étude de la Préfecture de l’Eure ne l’indique pas.
  • 6 II ne s’agit là que de deux communes, mais ce sont les deux seules localités où la micro-propriété (...)
  • 7 Nous avons plus particulièrement approfondi l’étude de la propriété normande dans les 4 cantons où (...)

7Beaucoup de micro-propriétés de moins de 1 hectare sont des résidences secondaires. Il n’est donc pas étonnant de constater que les résidences secondaires appartenant à des habitants de Seine-Maritime ne représentent que 3 % de l’ensemble des résidences secondaires du Vexin normand4. On les trouve plus spécialement dans les cantons occidentaux de Fleury, Lyons et Les Andelys. Les communes où le nombre des résidences secondaires « normandes » est supérieur à deux, c’est-à-dire où elles ont vraiment une importance significative, sont en définitive peu nombreuses (cf. carte no 47) : Lyons-la-Forêt, Les Hogues, Le Tronquay, Lisors dans le pays de Lyons, Charleval et Perriers dans la vallée de l’Andelle... Il est difficile de dire où résident exactement les propriétaires5. Nous nous efforcerons cependant de le faire pour deux communes où les résidences secondaires d’origine normande ont quelque importance. Aux Hogues, sur 20 propriétés normandes de moins de 1 hectare, 16 sont bâties : à une exception près, tous les propriétaires résident dans l’agglomération de Rouen-Elbeuf. A Lyons-la-Forêt, sur 10 propriétés normandes inférieures à 1 hectare, 6 sont bâties : toutes sont le fait de propriétaires rouennais. Il serait hasardeux de généraliser6, mais il semble bien que la micro-propriété soit surtout le fait de propriétaires citadins de Rouen. Les choses sont tout-à-fait différentes pour les propriétés de plus de 50 hectares7.

VEXIN NORMAND. PROPRIETE NORMANDE NON LOCALE No 38

VEXIN NORMAND. PROPRIETE NORMANDE NON LOCALE No 38

TABLEAU 11. COMPOSITION DE LA PROPRIÉTÉ NORMANDE NON LOCALE DE PLUS DE 50 HECTARES

TABLEAU 11. COMPOSITION DE LA PROPRIÉTÉ NORMANDE NON LOCALE DE PLUS DE 50 HECTARES

a A l’exclusion de Rouen-Elbeuf (agglomérations).
b A l’exclusion du Vexin et des communes limitrophes.

8Les propriétés appartenant à des habitants de Rouen représentent moins de la moitié de la propriété de plus de 50 hectares. Plus de la moitié des terres appartient à des propriétaires qui ont leur résidence ailleurs en Normandie, tout d’abord dans le reste de la Seine-Maritime, à Saint-Valéry-en-Caux, Yvetot... ensuite en Basse-Normandie à Caumont, Fontaine-Henry, Trouville, Alençon, enfin dans le reste de l’Eure pour une plus faible part. Dans le canton central d’Etrépagny, la situation est vraiment extrême : 16 % seulement de la propriété normande sont d’origine rouennaise. A l’inverse, dans le canton de Lyons-la-Forêt, elle en représente 75,6. Dans les autres cantons, les proportions sont proches de la moyenne.

9En définitive, l’emprise foncière de Rouen sur le Vexin normand est infime : les propriétaires rouennais ne possèdent finalement que 3,7 % des terres dans l’ensemble des quatre cantons où la propriété normande est pourtant la mieux représentée.

10Il est impossible de préciser qui sont les propriétaires normands, puisque le cadastre ne donne aucun renseignement au sujet de leur profession. Ce n’est pas très grave, vu la faiblesse globale de cette propriété dans le Vexin normand.

b) La luzerne déshydratée et le sucre de betterave produits dans le Vexin normand sont essentiellement destinés à la Normandie herbagère

— Le marché de la luzerne déshydratée

11La vente de la luzerne est uniquement le fait des grosses exploitations qui en cultivent plus qu’il n’est nécessaire pour leur propre activité d’élevage. Aussi, l’aire de ramassage de la luzerne tend à se confondre avec les zones où dominent les grosses exploitations. La vallée de l’Andelle, le pays de Lyons et l’extrême nord du plateau de Morgny en sont exclus. La commercialisation de la luzerne est effectuée par deux coopératives.

12L’union des Coopératives de déshydratation du Vexin, l’U.C.D.V., possède trois unités de production à Saussay-la-Campagne, Mézières-en-Vexin et Fresne-l’Archevêque. Les granulés produits dans chacune d’elles sont envoyés à Saussay-la-Campagne qui se charge du stockage, du conditionnement et de la vente. L’aire de collecte de l’U.C.D.V. s’étend à tout le Vexin central, la partie méridionale du plateau de Morgny et l’ouest du plateau de Tourny. En plus de la luzerne (80 % des ventes), l’U.C.D.V. déshydrate aussi du maïs (20 % des ventes). La Normandie représente 90 % du marché (5 départements de Haute et Basse-Normandie). L’Oise, la Somme, la Bretagne se partagent le reste. La moitié de la clientèle est constituée par des revendeurs, l’autre directement par des agriculteurs. La luzerne déshydratée est essentiellement destinée à être vendue aux petites exploitations herbagères de la Normandie laitière comme fourrage d’hiver. La Seine-Maritime en absorbe la plus grosse partie avec la région herbagère du pays de Bray.

13La Coopérative de déshydratation de luzerne du Vexin, la C.D.L.V., ne possède depuis 1957 qu’un seul établissement à Dangu. Son aire de collecte dans le Vexin normand est plus réduite ; elle chevauche un peu celle de l’U.C.D.V. au sud d’Etrépagny, s’étend surtout dans le canton de Gisors, mais elle couvre aussi une partie du Vexin français jusqu’à Chaumont. Le marché de la C.D.L.V. est moins exclusivement normand que celui de l’U.C.D.V. Seulement 60 % de sa production sont destinés à la Normandie : la Seine-Maritime d’abord, puis l’Orne et le Calvados. 20 % sont destinés au reste de la France, la Bretagne en particulier, tandis que 20 % sont réservés à l’exportation vers l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas.

14Il n’en reste pas moins que, dans l’ensemble, surtout en raison du plus grand rayon d’action de l’U.C.D.V. dans le Vexin normand, la majorité de la production de luzerne commercialisée dans le pays est destinée à satisfaire le marché normand. Le Vexin normand, pays de grande culture, contribue à l’équilibre de la vie agricole dans la Normandie herbagère et laitière : il s’agit là d’une forme d’intégration régionale d’agricultures complémentaires assez remarquable.

— Le marché du sucre de betterave

15Une petite partie de la production de betterave à sucre du Vexin au sud du plateau de Tourny est collectée par la distillerie de Tourny, mais l’essentiel de la production est commercialisé par la Sucrerie-distillerie d’Etrépagny.

16La Sucrerie-distillerie d’Etrépagny, a été créée en 1864 et n’a cessé, depuis, d’étendre ses activités en éliminant toute concurrence à l’intérieur du pays (hormis la distillerie de Tourny).

17L’aire de collecte de la Sucrerie-distillerie d’Etrépagny épargne le sud du plateau de Tourny et le nord-ouest du pays de Lyons, mais en dehors de cela couvre tout le Vexin normand jusqu’à la limite de l’Epte. Elle s’étend même au delà jusqu’à la Seine et surtout à l’ouest de l’Andelle jusqu’aux abords de l’agglomération de Rouen. Toutefois, la majorité des approvisionnements vient d’un espace compris dans un rayon de trente kilomètres. En plus du dépôt d’Etrépagny, trois centres de réception fonctionnent pour ramasser la betterave et rendre la pulpe correspondante : Ecouis (Brémules), Saussay-la-Campagne et Villers-en-Vexin.

18Deux grands types de produits sont élaborés à Etrépagny : du sucre blanc expédié par sacs de cent kilos : 14.500 tonnes en 1968 ; du sucre « cuite » (sucre roux) : 8.000 tonnes en 1968, au total 22.500 tonnes. Deux produits complémentaires s’ajoutent : l’alcool de betteraves ou de mélasse : 21.000 hectolitres et des levures de récupération qui, une fois séchées, sont destinées à entrer dans la fabrication des produits d’alimentation animale. Le sucre « cuite » est chargé en vrac dans des wagons-trémies qui prennent le chemin de diverses raffineries. Le sucre blanc, cristallisé, est envoyé à différents utilisateurs : condenseries de lait, industrie du sucre-semoule, fabriques de yaourt, etc...

19La production sucrière est destinée à 86 % à la Normandie. La Normandie absorbe la totalité de la production de sucre « cuite » qui est envoyé à des raffineries situées dans la région. Elle absorbe la majorité de la production de sucre blanc dont presque la moitié est destinée aux usines de condenserie du lait de Basse-Normandie. Le reste est livré aux « semouleries », au groupe Nova (fromages frais sucrés), à divers intermédiaires qui conditionnent le produit pour la vente au détail. Une très petite partie est livrée à une clientèle locale d’agriculteurs fournisseurs ou d’épiciers qui procèdent eux-mêmes à l’emballage.

20En dehors de la Normandie, la Sucrerie-distillerie d’Etrépagny ne vend que 14 % de la production totale de sucre, et seulement du sucre blanc. 7 % sont destinés à l’exportation, 3,5 % partent vers les territoires français d’outre-mer et 3,5 % restent en France, surtout dans le sud-ouest.

21L’alcool est envoyé à l’usine d’Etat de Saint-Ouen-l’Aumône qui le traite pour en faire de l’alcool pharmaceutique ou alimentaire. Les levures sont entièrement exportées vers l’Allemagne ou la Belgique pour la fabrication d’aliments composés du bétail.

22En résumé, le marché régional normand est primordial pour la Sucrerie-distillerie d’Etrépagny. De même que pour la luzerne déshydratée, les acheteurs sont très disséminés dans la région, et la Normandie herbagère et laitière est un client privilégié.

c) Quelques relations existent sur le plan industriel entre le Vexin normand et le reste de la Normandie

  • 8 En plus de celles que nous venons d’examiner pour les industries qui traitent les produits agricole (...)

23Il est remarquable de constater qu’aucun des établissements industriels du Vexin normand n’a son siège social à Rouen ou ailleurs en Normandie. Il est malgré tout possible d’observer quelques relations - d’ailleurs minimes et diffuses - entre l’industrie locale et la Haute-Normandie8.

24Tout d’abord, les industries locales en reçoivent certaines matières premières et produits demi-finis : Turquais (fabrication de boucles, agrafes, chaines) de Pont-Saint-Pierre et, dans une moindre mesure, Robergel (écrous, rayons de bicyclette) de Perruel, reçoivent des laminés de cuivre et de laiton des usines de Navarre à Evreux. Dosapro (pompes doseuses) de Pont-Saint-Pierre reçoit de la fonte de Rouen et de l’Orne et 30 % de son acier inoxydable de l’usine voisine d’Alizay (Aciéries de Pompey). Mérinos (matelas) de Perriers-sur-Andelle reçoit une partie du fil tréfilé du Havre et des « effilochés » de laine de Lisieux. Teclab (mobilier de laboratoire) de Pont-Saint-Pierre fait venir de la boulonnerie et des matières plastiques de grossistes régionaux de Rouen. Toutes ces usines sont installées dans la vallée de l’Andelle.

  • 9 Les relations industrielles seront étudiées plus particulièrement dans le troisième et le quatrième (...)

25Le marché normand représente souvent une part infime des ventes des principales usines : nul ou presque pour Robergel, Mérinos, Hervé et Lutécia (deux papeteries de la vallée de l’Epte), il représente 2 à 4 % du marché chez Dosapro, 5 % pour Philbert (machines-outils) de Pont-Saint-Pierre, 5 % chez Turquais. Les principaux clients normands de cette dernière société sont des confectionneurs d’Elbeuf, Louviers, Lillebonne et Rouen qui lui achètent des agrafes. En revanche, certaines usines ont un marché normand plus important : P.R.L. (Fleury-sur-Andelle) livre 10 % de ses radiateurs électriques sur le marché régional. Pierval (Pont-Saint-Pierre) y écoule 15 à 20 % de ses eaux minérales, et joue en plus le rôle de dépôt régional pour les produits de Vittel. Enfin, l’usine Peynaud, de Charleval, si elle vend peu de tissus en Normandie, a des liens techniques avec des teinturiers rouennais et elle est membre du « Syndicat Cotonnier de l’Ouest »9.

26Il existe aussi un autre type de lien entre les industries locales et Rouen. Certains industriels, ne trouvant pas suffisamment de main-d’œuvre qualifiée sur place, en font venir de Rouen : c’est le cas de Dosapro et Teclab. Cela donne lieu à des migrations alternantes inverses intéressantes à noter.

27Rouen entretient toutefois des relations plus importantes dans d’autres domaines avec le Vexin normand.

II - L’influence de Rouen sur le Vexin normand est surtout sensible par son rôle dans l’approvisionnement du commerce de détail et par l’attraction exercée sur les particuliers pour les commerces et les services de niveau supérieur. Elle s’arrête en-deçà de l’Epte

  • 10 INSEE, 1962, cf. annexe.
  • 11 L’usine de Cléon n’est pas signalée dans les questionnaires communaux comme lieu privilégié pour le (...)

28En étudiant les relations locales, nous avions constaté l’importance des migrations alternantes à l’intérieur du Vexin et vers les centres d’emploi de la vallée de la Seine voisine. En revanche, l’influence de Rouen à ce propos est des plus médiocres. En 1962, 170 personnes quittaient leur commune du Vexin normand pour aller travailler dans l’agglomération de Rouen-Elbeuf, soit seulement 3,3 % des déplacements centrifuges10. C’est peu à côté des 3.406 travailleurs migrant dans une autre commune du département de l’Eure vers les seuls établissements industriels de plus de 10 salariés en 1967... Encore, ces migrations n’intéressaient-elles pas l’ensemble du Vexin normand. A part quelques communes disséminées à travers le pays, envoyant chacune moins de 5 salariés à Rouen et Elbeuf, l’essentiel venait de la vallée industrielle de l’Andelle, des plus grosses communes en particulier... Les choses ne doivent pas avoir beaucoup changé, malgré le développement de l’usine Renault à Cléon, qui a surtout absorbé les ouvriers d’Elbeuf mis en chômage par la fermeture de plusieurs usines textiles11.

29En revanche, Rouen anime une partie de l’économie du Vexin normand par son rôle dans l’approvisionnement du commerce de détail.

a) Le rôle de Rouen dans l’approvisionnement du commerce de détail du Vexin normand (tableau no 12, graphique no 5)

  • 12 Par « Rouen », il faut entendre l’agglomération double de Rouen et d’Elbeuf.

3048 % des approvisionnements du commerce de détail viennent de Normandie, en dehors du Vexin et de ses abords immédiats. Rouen12 occupe une place de choix : 37,8 % des apports, ce qui en fait le premier centre fournisseur. Le reste vient du département de l’Eure, d’Evreux et de Bernay principalement (6,6 %) et de la Seine-Maritime en dehors de Rouen (3,3 %). Les apports de la Basse-Normandie sont négligeables.

31Relativement modéré dans l’approvisionnement du commerce alimentaire (36,2 % des apports), le rôle de Rouen est très important comme fournisseur du commerce non alimentaire : (44,9 % des apports).

32La part de Rouen est surtout modeste dans le secteur alimentaire spécialisé (19,8 %). Les moulins de Rouen approvisionnent tout de même quelques boulangers, tandis que d’assez nombreux bouchers se fournissent en totalité et surtout en complément auprès des chevillards des abattoirs. On peut aussi remarquer à Rouen la présence d’un Syndicat des Charcutiers, qui fournit à ses membres du Vexin farine et conserves, l’existence d’un dépôt des établissements Desmarais-Duval de Luneray (viande et abats de porc), d’un dépôt de la firme Olida (Maromme), du Comptoir normand du Porc, etc...

TABLEAU 12. ORIGINE DE L’APPROVISIONNEMENT du Commerce de détail (%)

TABLEAU 12. ORIGINE DE L’APPROVISIONNEMENT du Commerce de détail (%)

1 - y compris les épiceries-cafés-tabac
2 - à l’exclusion des débits de boisson annexés à l’alimentation générale
3 - sauf Vernon et Les Andelys
4 - sauf Mantes
Sources : enquête personnelle

ORIGINE GEOGRAPHIQUE DES APPROVISIONNEMENTS DU COMMERCE DE DETAIL No 5

ORIGINE GEOGRAPHIQUE DES APPROVISIONNEMENTS DU COMMERCE DE DETAIL No 5

33La part de Rouen est par contre très forte dans le secteur de l’alimentation générale (45,8 % des apports). Cela n’est pas seulement dû à la présence de plusieurs grossistes en épicerie et boissons, mais surtout à l’existence du Marché d’intérêt National de Bapeaume, gros fournisseur en légumes, fruits, primeurs, vers lequel les détaillants vendant des produits frais effectuent un voyage quasi-quotidien. De nombreux groupements d’achats et chaines volontaires, représentatifs d’un système de distribution intégré y ont leurs dépôts régionaux : Avam à Elbeuf, Unico à Rouen, Sanac à Darnétal, Graced à Rouen, Ura-Promodex à Petit-Quevilly alimentent leurs adhérents du Vexin normand. Enfin, les grandes maisons à succursales multiples qui intéressent le pays ont aussi des dépôts régionaux à Rouen qui desservent le Vexin normand : Coop à Darnétal, Le Familistère à Rouen, La Ruche Picarde à Maromme.

34Dans le secteur commercial non alimentaire, le rôle de Rouen est primordial dans la droguerie et la quincaillerie (48,9 % des apports) en raison de l’activité de nombreux grossistes et de groupements d’achat : France-Droguerie, Normandie-Couleur. Il est encore plus important pour le commerce des combustibles, les stations-services et les garagistes : 51,2 % des apports, en raison de l’approvisionnement direct par la raffinerie Shell de Petit-Couronne, de dépôts de carburants (Purfina), de dépôts des grandes firmes automobiles (Michelin), de grossistes en combustibles comme Delmas-Vieljeux, la S.C.A.C., Mory, Silie, Powell, etc... La part de Rouen est à peu près équivalente pour le commerce de la graineterie et de l’horticulture, mais elle n’est nulle part aussi importante que dans le domaine de la pharmacie : 86,6 % des apports. La raison en est essentiellement la présence d’un important groupement d’achat, le C.E.R.P. qui fournit dans une proportion variable, mais souvent en totalité, les pharmacies dans l’ensemble du Vexin normand, jusqu’à Gisors et Gasny.

35En revanche, la part de Rouen est moins importante dans le commerce des textiles, des vêtements et des chaussures : 19,5 % des apports seulement. Dans ce domaine, l’approvisionnement direct auprès des usines ou auprès des grossistes parisiens est dominant. Pourtant, plusieurs grossistes en mercerie, lingerie, deux groupements d’achat, la C.I.T.E.X. et la S.E.L.D.I.S. approvisionnent les détaillants du Vexin. A propos des commerces divers, signalons encore entre autres l’activité du dépôt régional de Radiola, le Comptoir Moderne de l’horlogerie, des dépôts de meubles, etc...

36Les approvisionnements du commerce de détail en provenance de Rouen sont cependant loin d’avoir la même importance d’un bout à l’autre du Vexin normand (cf. carte no 39).

APPROVISIONNEMENTS DU COMMERCE DE DETAIL EN PROVENANCE DE ROUEN-ELBEUF No 39

APPROVISIONNEMENTS DU COMMERCE DE DETAIL EN PROVENANCE DE ROUEN-ELBEUF No 39

Dessinée par Mme HAZARD

37L’ouest et le nord-ouest du pays, spécialement la vallée de l’Andelle et le pays de Lyons s’approvisionnent essentiellement à Rouen : plus de la moitié des fournitures viennent de Rouen dans la majorité des communes.

38Le Vexin central et l’ouest du plateau de Tourny s’approvisionnent encore largement à Rouen, mais pour moins de la moitié, et diversifient l’origine de leurs fournitures. Certes, de nombreuses petites communes ayant un magasin unique ou seulement quelques établissements se fournissent encore pour plus de 50 % à Rouen, mais ce n’est pas le cas des bourgs importants (Ecouis : 43 % seulement) et d’Etrépagny : 45 % des apports.

39L’est du pays, depuis Mainneville au nord jusqu’au talus du Vexin bossu au sud, est surtout tourné vers d’autres sources d’approvisionnement, Paris en particulier, aussi bien dans les petites communes que dans les gros centres commerciaux. Ainsi, les approvisionnements d’origine rouennaise ne comptent que pour 14,1 % à Bézu-Saint-Eloi. 12,1 % à Gasny et 17,7 % à Gisors... Notons que, dans ces confins orientaux du Vexin normand, le rôle de Rouen comme fournisseur du commerce de détail se prolonge plus largement à l’est le long de la route nationale 14 : encore 30 % à Château-sur-Epte.

40Les approvisionnements en provenance du reste de la Normandie viennent surtout du département de l’Eure. Relativement faible dans l’ensemble, la part du département de l’Eure est pratiquement nulle dans le secteur non alimentaire. Elle est surtout notable dans le domaine de l’alimentation générale (14,7 % des apports). Cela est dû à la présence de trois dépôts de groupements d’achats : S.P.A.R. à Bernay, E.G.E. et U.N.A. à Evreux.

41Evreux et Bernay jouent surtout un rôle sensible dans la partie centrale du Vexin normand, plus spécialement le long de la route nationale 14.

42Les approvisionnements originaires de la Seine-Maritime en dehors de Rouen sont très maigres et concernent surtout le commerce alimentaire spécialisé (8,8 % des apports) spécialement avec le grossiste en charcuterie Risselin-Poivert de Forges-les-Eaux.

43Le rôle de Rouen est donc capital pour le fonctionnement du commerce de détail du Vexin normand. L’influence de la métropole régionale de Haute-Normandie est tout aussi sensible pour les particuliers qui y trouvent les commerces et les services auxquels ils recourent lorsqu’ils ne peuvent être satisfaits par les villes locales. Mais dans ce domaine, plus encore que pour l’approvisionnement du commerce de détail, Paris concurrence Rouen à l’est du Vexin normand.

b) L’attraction de Rouen pour les commerces et les services

44L’attraction générale. Comparée à celle des villes locales ou voisines, l’attraction générale de Rouen sur le Vexin normand est faible. Les centres commerciaux locaux ou voisins sont suffisamment bien équipés (cf. 1er chapitre) pour que les déplacements vers Rouen ou Paris ne revêtent dans la majeure partie du pays qu’un caractère occasionnel ou exceptionnel.

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES COMMERCES ET SERVICES No 40

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES COMMERCES ET SERVICES No 40

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DE ROUEN POUR LES ACHATS RARES No 41

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DE ROUEN POUR LES ACHATS RARES No 41

45L’examen de la carte no 40, où n’a été retenue qu’une attraction de Paris ou de Rouen supérieure à 5 %, permet de formuler plusieurs remarques. A l’intérieur de la zone d’attraction forte de Vernon et de Gisors (supérieure à 40 %), et aussi au nord de celle d’Etrépagny et au sud de celle des Andelys (cf. carte no 26), les déplacements vers Rouen et Paris représentent moins de 5 % de l’ensemble et n’ont pas été retenus.

46L’influence de Rouen supérieure à 5 % n’est continue qu’à l’ouest d’une ligne Boisemont-Beauficel-en-Lyons. Ailleurs, elle se déroule selon deux appendices, l’un à l’extrême-nord en direction des hautes vallées de la Levrière et de l’Epte, l’autre le long de la route nationale 14 jusqu’à Authevernes, c’est-à-dire à mi-distance entre Vernon et Gisors, là où l’influence des deux centres locaux est inférieure à 40 %. Mais dans chaque commune l’attraction de Rouen dépasse rarement 10 %. Ce n’est que dans les villes de la vallée de l’AndelIe, le pays de Lyons et le plateau d’Ecouis qu’elle dépasse souvent 20 %.

47L’influence de Paris supérieure à 5 % est encore plus médiocre : elle ne s’exerce qu’au nord du canton des Andelys, près de la gare S.N.C.F. de Saint-Pierre-du-Vauvray, au nord de la vallée de la Levrière, le long de la route nationale 14 en concurrence avec celle de Rouen et plus fortement à Gisors et dans la vallée moyenne de l’Epte.

48En fait, si l’attraction générale des grandes villes est très faible, c’est parce que nous y avons privilégié les déplacements courants ou habituels (cf. annexe). Les grandes villes attirent en réalité les particuliers pour les commerces et services de niveau supérieur.

49 Que vont chercher les habitants du Vexin normand à Rouen ?

50L’attraction de Rouen joue à vrai dire à deux niveaux : la métropole régionale de Haute-Normandie exerce une influence large en superficie, mais relativement modérée en intensité dans les trois-quarts du Vexin normand, et une influence proche et plus forte à l’ouest du pays, dans la vallée de l’Andelle et ses abords immédiats.

  • 13 ... dans la réponse des secrétaires de mairie au questionnaire communal. Les déplacements exception (...)

51L’influence large de Rouen est due d’abord à la qualité de son centre commercial. Pour les achats rares (radio, télévision, électro-ménager, ameublement, cadeaux, articles de luxe, etc...) l’attraction de Rouen s’étend très loin dans le Vexin, (cf. carte no 41). Dans presque tout le centre et le nord du pays, on ne se contente pas d’aller à Gisors ou aux Andelys. Si l’on veut bénéficier d’un choix plus large ou si l’on ne trouve pas un article, on se rend volontiers à Rouen, le long de la route nationale 14 jusqu’à Villers-en-Vexin, et plus rarement jusqu’à Château-sur-Epte, souvent encore jusqu’à Etrépagny et dans l’extrême-nord du pays. Mais dans le sud du pays, en raison de la proximité de Vernon, les déplacements vers le centre commercial de Rouen ont un caractère si exceptionnel qu’ils n’ont pas été retenus13. C’est aussi le cas dans le nord-est du Vexin normand, près de Gisors.

52Le caractère attrayant du centre commercial de Rouen, amélioré ces derniers temps par la création de voies piétonnes, l’instauration du stationnement payant et l’ouverture de plusieurs parkings couverts, joue donc favorablement dans une bonne partie du Vexin normand. Il explique aussi la faveur de Rouen lorsqu’il s’agit de se rendre à une manifestation commerciale exceptionnelle : la foire annuelle et surtout les deux braderies dont 1’une se déroule principalement dans le cœur historique. Dans ce domaine, l’influence de Rouen, sans être aussi générale dans les communes du nord du pays, s’exerce volontiers plus loin vers le sud, jusqu’à Haricourt-Heubecourt au sud du plateau de Tourny et jusqu’à Gisors.

53Rouen n’exerce pas une influence étendue dans le Vexin par le seul fait de son équipement commercial. Le seul centre hospitalier local bien attractif est celui de Vernon (cf.1er chapitre). Aussi, cette dernière ville se réserve-t-elle une large exclusivité dans le sud et le centre du Vexin. Mais, au nord du pays, les centres locaux ne sont que médiocrement équipés du point de vue hospitalier : la présence d’hopitaux ou de cliniques à Gournay, Gisors et Les Andelys n’y empêche pas de nombreuses personnes de se rendre volontiers à Rouen en cas de besoin (cf. carte no 36).

54L’attraction de Rouen est également importante pour l’enseignement scondaire du second cycle (cf. carte no 34). Seuls Gisors et Vernon possèdent un lycée, que fréquentent les élèves de l’est, du sud et du centre-est du pays ; ceux du centre-ouest et de l’ouest sont surtout envoyés à Rouen et Evreux. L’attraction d’Evreux dans ce domaine mérite d’être signalée. C’est une des rares qui compte, avec une partie de l’approvisionnement du commerce de détail, en plus des indispensables déplacements d’ordre administratif.

55Enfin, il existe des domaines où les centres locaux n’ont aucune influence, et où les grandes villes se réservent une attraction exclusive. C’est le cas de l’enseignement supérieur. Rouen rayonne presque seul sur le Vexin normand à cet égard. Ce n’est que sur les marges est que quelques étudiants vont à Nanterre ou à Paris, mais la première place y est toujours tenue par Rouen. C’est aussi le fait du théâtre. Le théâtre de Rouen, spécialisé dans les manifestations lyriques, donne chaque saison de nombreux spectacles qui sont susceptibles d’être appréciés par un public rural. Les déplacements des habitants du Vexin vers le théâtre de Rouen n’intéressent toutefois qu’une partie réduite du pays : l’ouest et les communes desservies par les grandes route nationales (cf. carte no 42). Bien que les spectacles soient donnés aussi en matinée, si le déplacement a lieu en soirée, il est préférable de résider autour des axes de circulation rapide.

56Rouen exerce une influence plus forte et dans des domaines beaucoup plus variés dans la vallée de l’Andelle et ses abords. Pour les relations qui assurent 1’influence large de Rouen et que nous venons d’examiner, la métropole régionale de Haute-Normandie se réserve dans l’extrême-ouest du pays une exclusivité presque complète : pour les achats rares, le rayonnement de Fleury-Char levai et Pont-Saint-Pierre est médiocre, et le déplacement vers Rouen très fréquent. C’est encore plus net pour les manifestations commerciales et les déplacements qui s’effectuent pour raison de santé. Pour se faire hospitaliser ou entrer en clinique, les habitants de la vallée de l’Andelle vont exclusivement à Rouen. De même, les élèves de la vallée sont presque entièrement scolarisés dans le deuxième cycle de l’enseignement secondaire à Rouen.

  • 14 D’après notre enquête auprès des commerçants détaillants, sur 50 qui ont valablement répondu à la q (...)

57Mais il existe d’autres domaines pour lesquels le rôle dévolu ailleurs aux villes locales est plus ou moins largement tenu ici par Rouen. C’est particulièrement net pour plusieurs déplacements de loisirs. Lorsque les amateurs de sports de la vallée éprouvent le désir d’aller assister à une manifestation sportive, ils vont presque toujours à Rouen. Le cinéma de Pont-Saint-Pierre est peu apprécié en dehors des communes strictement limitrophes, et le public se rend fréquemment à Rouen pour voir un film. En revanche, pour les achats fréquents non alimentaires (quincaillerie, droguerie, vêtement courant), Fleury et Charleval retiennent mieux leurs clients, qui vont moins volontiers à Rouen. On peut faire les mêmes remarques pour l’enseignement technique et professionnel (Pont-Saint-Pierre remplit bien son rôle dans ce domaine), la médecine générale et les banques. Néanmoins, il semble que les commerçants de la vallée dépendent plus souvent des guichets bancaires de Rouen que les particuliers dans leur ensemble14.

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES THEATRES No 42

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES THEATRES No 42

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DE PARIS ET DE ROUEN pour les commerces et services rares No 43

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DE PARIS ET DE ROUEN pour les commerces et services rares No 43

c) La limite d’influence entre Paris et Rouen pour les commerces et les services ne suit pas le cours de l’Epte

58Nous avons déjà remarqué que, pour l’approvisionnement du commerce de détail, la forte influence de Rouen s’arrêtait avant l’Epte, laissant l’est et le sud du pays sous la dépendance de fournisseurs essentiellement installés à Paris et dans la région parisienne.

59Pour mieux saisir et clarifier la limite d’influence entre Paris et Rouen à propos du commerce et des services, nous avons ajouté aux demandes du questionnaire communal une interrogation supplémentaire appelant une réponse catégorique :

60« En résumé, lorsque vos concitoyens ont besoin d’aller dans une grande ville, ils vont plus volontiers à :

61Paris

62Rouen

63Autre ville : précisez » (cf. annexe).

64Les réponses obtenues ont été dans la majorité des cas Paris seul ou Rouen seul. Dans un nombre non négligeable de communes Paris et Rouen ont été cités à égalité. Nous avons pu par ce biais faire ressortir l’attraction exceptionnelle de Paris et de Rouen, même lorsque leur influence générale reste inférieure à 5 % (cf. carte no 43).

65L’influence unique et continue de Rouen en tant que « grande ville » s’exerce dans la plus grande partie du Vexin normand : tout l’ouest et le centre du pays. L’influence unique et continue de Paris selon le même critère est beaucoup plus restreinte dans l’espace : elle se fait sentir dans le sud du Vexin bossu et du plateau de Tourny et au nord-ouest de Gisors. Entre les deux, une zone de partage apparaît où des communes qui regardent vers Rouen sont étroitement imbriquées avec d’autres qui regardent vers Paris, tandis que 17 communes sont partagées à égalité entre Paris et Rouen. Cette attraction divergente se manifeste au centre du plateau de Tourny, au nord du Vexin bossu et dans les très hautes vallées de la Levrière et de l’Epte. Il est remarquable que l’attraction de Rouen se prolonge plus loin vers l’est le long de la route nationale 14.

  • 15 Spécialement l’aspect de l’habitat qui ne peut être expliqué par un contenu fonctionnel immédiat (C (...)

66II est intéressant de constater que les clivages d’influences urbaines coïncident au moins partiellement avec ceux des paysages (comparer les cartes no 43 et no 3). De même que l’Epte n’est pas une limite des paysages (cf. 1re partie, chapitre i), elle ne marque pas la limite d’influence de Paris et de Rouen. Les paysages agraires qui prolongent ceux de l’Ile de France se poursuivent en-deçà de l’Epte dans le Vexin bossu, de même que la zone d’influence de Paris15.

67Il faut toutefois se garder d’une simplification outrancière : la correspondance entre paysages et zones d’influence est loin d’être systématique et absolue. Certes, là ou s’exerce l’influence exclusive de Rouen, s’étendent à l’ouest et au nord-ouest les paysages les plus « cauchois », et au centre du pays des paysages de transition avec un habitat assez desserré, l’utilisation de la brique et de l’ardoise comme matériaux de construction, et des vergers de pommiers importants. Mais, si la zone d’influence exclusive de Paris s’étend dans le sud du Vexin bossu caractérisé par l’absence de vergers de pommiers, des villages tassés aux maisons de pierre couvertes de tuile semblable à celles du Vexin français, elle couvre aussi la région de Gisors, où les paysages agraires ont plus d’affinités avec ceux du cœur du Vexin qu’avec ceux de la région de Paris. La zone de partage d’influence entre Paris et Rouen correspond bien à des paysages très mêlés sur le plateau de Tourny, mais dans les hautes vallées et l’Epte et de la Levrière, les paysages ont déjà un aspect « cauchois », tandis que dans la vallée moyenne de l’Epte, ils sont analogues à ceux du Vexin français.

68Il faut donc être très prudent dans nos constatations : les rapports entre des paysages agraires et des zones d’influence urbaine ne sont manifestement pas directs !... mais on ne peut éluder certaines coïncidences pour le moins troublantes, qu’il est difficile de considérer comme absolument fortuites.

69La majeure partie du pays se trouve donc sous l’influence rouennaise et entretient des relations diffuses avec le reste de la Normandie. Le sud et l’est du pays y échappent malgré tout assez largement et les rapports avec Paris et la région parisienne y sont dominants. Mais la capitale exerce aussi une influence plus large dans de nombreux domaines dans l’ensemble du Vexin normand jusqu’à l’Andelle. C’est ce que nous allons examiner maintenant.

Notes

1 Chapitre I, Les paysages.
Chapitre III, Les hommes et leurs activités, II - L’agriculture.

2 M. E. Juillard, La Région, essai de définition, A.G. 1962.

3 Pour simplifier les choses, nous lui donnerons le nom de « propriété normande ».

4 Selon l’enquête de la Préfecture de l’Eure de 1966, cf. annexe. L’important phénomène des résidences secondaires sera étudié à popos de l’influence de Paris.

5 L’étude de la Préfecture de l’Eure ne l’indique pas.

6 II ne s’agit là que de deux communes, mais ce sont les deux seules localités où la micro-propriété d’origine normande est suffisamment importante pour permettre un échantillonnage valable.

7 Nous avons plus particulièrement approfondi l’étude de la propriété normande dans les 4 cantons où elle est la mieux représentée : Les Andelys, Lyons, Etrépagny et Fleury pour les propriétés supérieures à 50 hectares.

8 En plus de celles que nous venons d’examiner pour les industries qui traitent les produits agricoles régionaux : luzerne, betterave à sucre.

9 Les relations industrielles seront étudiées plus particulièrement dans le troisième et le quatrième chapitre.

10 INSEE, 1962, cf. annexe.

11 L’usine de Cléon n’est pas signalée dans les questionnaires communaux comme lieu privilégié pour les migrations alternantes, à la différence de Flins. Par ailleurs, en 1964, 35 ouvriers de la vallée de l’Andelle seulement allaient y travailler (R. Lefebvre, DES. 1966-67, Rouen).

12 Par « Rouen », il faut entendre l’agglomération double de Rouen et d’Elbeuf.

13 ... dans la réponse des secrétaires de mairie au questionnaire communal. Les déplacements exceptionnels éventuels vers Rouen ont pu être déterminés par une question supplémentaire (cf. annexe).

14 D’après notre enquête auprès des commerçants détaillants, sur 50 qui ont valablement répondu à la question appropriée, 15 ont leur banque à Rouen, le Crédit Lyonnais étant particulièrement recherché : 4 dépendent d’organismes de crédit dont la succursale ou le siège est à Rouen (C.R.E.G., B.R.E.D., etc...). Enfin, 10 ont un compte-chèque postal ouvert à Rouen. Plus de la moitié dépendent donc financièrement des organismes installés à Rouen.

15 Spécialement l’aspect de l’habitat qui ne peut être expliqué par un contenu fonctionnel immédiat (Cf. première partie, chapitre III, II).

List of illustrations

Title VEXIN NORMAND. PROPRIETE NORMANDE NON LOCALE No 38
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8857/img-1.jpg
File image/jpeg, 396k
Title TABLEAU 11. COMPOSITION DE LA PROPRIÉTÉ NORMANDE NON LOCALE DE PLUS DE 50 HECTARES
Caption a A l’exclusion de Rouen-Elbeuf (agglomérations).b A l’exclusion du Vexin et des communes limitrophes.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8857/img-2.jpg
File image/jpeg, 128k
Title TABLEAU 12. ORIGINE DE L’APPROVISIONNEMENT du Commerce de détail (%)
Caption 1 - y compris les épiceries-cafés-tabac2 - à l’exclusion des débits de boisson annexés à l’alimentation générale3 - sauf Vernon et Les Andelys4 - sauf MantesSources : enquête personnelle
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8857/img-3.jpg
File image/jpeg, 392k
Title ORIGINE GEOGRAPHIQUE DES APPROVISIONNEMENTS DU COMMERCE DE DETAIL No 5
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8857/img-4.jpg
File image/jpeg, 244k
Title APPROVISIONNEMENTS DU COMMERCE DE DETAIL EN PROVENANCE DE ROUEN-ELBEUF No 39
Caption Dessinée par Mme HAZARD
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8857/img-5.jpg
File image/jpeg, 440k
Title VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES COMMERCES ET SERVICES No 40
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8857/img-6.jpg
File image/jpeg, 232k
Title VEXIN NORMAND. ATTRACTION DE ROUEN POUR LES ACHATS RARES No 41
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8857/img-7.jpg
File image/jpeg, 260k
Title VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES THEATRES No 42
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8857/img-8.jpg
File image/jpeg, 272k
Title VEXIN NORMAND. ATTRACTION DE PARIS ET DE ROUEN pour les commerces et services rares No 43
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8857/img-9.jpg
File image/jpeg, 234k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1974

Terms of use: http://www.openedition.org/6540