Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vexin normand ou Vexin parisien ?

 | 
Jean-Pierre Fruit

Deuxième partie. La vie de relation

Chapitre premier. La vie de relation locale

Une grande partie de la vie régionale s’organise localement autour des centres du Vexin ou des centres immédiatement voisins

Texte intégral

1Les relations locales se manifestent essentiellement par l’importance de la propriété foncière locale, les migrations alternantes, l’attraction des commerces et des services et, dans une moindre mesure, l’approvisionnement du commerce de détail et l’absorption par le marché local d’une partie de la production agricole régionale.

I - Plus de la moitié des terres appartiennent à la population locale

  • 1 Cf. l’Annexe pour tous renseignements d’ensemble concernant les structures foncières.

257,6 % de la superficie non bâtie sont la propriété de la population locale (Vexin normand et communes limitrophes de la Seine-Maritime, de l’Oise et surtout de l’Eure1.)

  • 2 Ce sont les cantons d’Etrépagny et d’Ecos qui ont la propriété locale la plus étendue : respectivem (...)

3La propriété locale a une grande importance dans l’ensemble du Vexin. Elle représente partout au moins 20 % de la surface cadastrale de chaque commune, mais elle prend une extension plus grande dans le centre-ouest du pays (est du canton de Fleury, ouest et sud-ouest du canton d’Etrépagny) au cœur du plateau de Morgny et au centre de celui de Tourny, autrement dit, surtout au cœur du pays2. Au nord-ouest et à l’ouest, elle est plus restreinte, étant donné l’extension de la propriété domaniale dans le pays forestier de Lyons et de la propriété citadine extra-locale dans la vallée de l’Andelle (Rouen, région parisienne, autres villes). Au nord-est (est du canton d’Etrépagny, canton de Gisors) et au sud du plateau de Tourny, elle est surtout réduite par l’extension de la propriété parisienne. En somme, la propriété d’origine extérieure a « mordu » plus largement à la périphérie d’un pays dont le cœur reste plus globalement la propriété des autochtones (cf. carte no 17).

  • 3 N’ayant, par manque de temps, pu nous livrer personnellement à l’examen minutieux et exhaustif des (...)

4A qui appartient la terre ? La propriété des agriculteurs doit représenter un peu plus de la moitié de la propriété locale3. Cela peut sembler assez considérable dans une région agricole qui a la réputation d’être dominée par le fermage. En réalité, elle s’explique par la prédominance d’un mode de faire-valoir mixte associant des terres en faire-valoir direct et la plus grande partie en fermage. Le mode mixte de faire-valoir représente par exemple 72 % des terres dans le canton de Gisors, alors que le faire-valoir direct pur n’y intéresse que 7,2 % des terres, et le fermage pur, 20,8 %.

5Un peu moins de la moitié de la propriété locale est donc le fait des habitants du Vexin et des communes limitrophes qui ne sont pas agriculteurs. Le cadastre n’indiquant généralement pas la profession des propriétaires, il est malheureusement difficile - sinon impossible - de déterminer avec précision leur catégorie sociale. Nous essaierons néanmoins d’éclairer un peu la question en examinant la propriété par classes de taille (cf. graphique no 4). On constate que l’importance de la propriété locale décroît régulièrement avec l’augmentation de la taille des propriétés : les propriétés de moins de 50 hectares sont locales à plus de 60 %, tandis qu’au-dessus, elles ne sont locales qu’à 50 % ; 43 % seulement des propriétés de plus de 100 hectares appartiennent à la population locale.

VEXIN NORMAND. PROPRIETE LOCALE No 17

VEXIN NORMAND. PROPRIETE LOCALE No 17

LIEU DE RESIDENCE DES PROPRIETAIRES SELON LA CLASSE DE TAILLE DES PROPRIETES No 4

LIEU DE RESIDENCE DES PROPRIETAIRES SELON LA CLASSE DE TAILLE DES PROPRIETES No 4

6a) La propriété de moins de 50 hectares. Nous pouvons formuler une remarque préliminaire : au niveau de chaque commune, la propriété des résidents est loin de représenter la totalité de la propriété locale. Dans le canton d’Etrépagny, elle ne constitue que 57 % de la propriété locale de plus de un hectare. Les autres propriétaires résident pour une moitié dans les autres communes du canton et, pour l’autre, dans le reste du Vexin. La propriété des agriculteurs constitue une bonne part de cette propriété locale extra-communale dans la mesure où le territoire des exploitations chevauche fréquemment les limites communales.

7L’importance de la micro-propriété locale de moins de 1 hectare s’explique logiquement par le fait que, dans les villes et villages, la population résidente possède généralement à côté des maisons des terrains divers : cours, jardins, parcs, etc... L’étonnant est que presque le tiers de cette toute petite propriété n’est pas aux mains des autochtones. Ce fait est la conséquence de l’extension dans le Vexin des résidences secondaires des citadins, phénomène très important, dont nous aurons l’occasion de reparler ultérieurement. Bien que la propriété de 1 à 50 hectares reste essentiellement le domaine des agriculteurs, à notre connaissance, de nombreuses personnes exerçant une activité diverse, commerçants, marchands de bestiaux, notaires, médecins, possèdent de la terre aussi bien dans leur commune de résidence qu’ailleurs dans le Vexin normand. Très souvent, la terre se transmet par héritage, mais elle est aussi considérée comme un placement sûr : comme les terres disponibles ne se trouvent pas nécessairement au lieu de résidence, on comprend l’imbrication complexe de la répartition de la propriété selon le lieu d’habitation des propriétaires.

8b) La propriété de plus de 50 hectares. Elle n’est locale que pour la moitié. Pour examiner sa nature, nous prendrons l’exemple des deux cantons qui ont la propriété locale la plus étendue, les cantons d’Ecos et d’Etrépagny.

9Composition de la propriété locale de plus de 50 hectares :

TABLEAU 10. COMPOSITION DE LA PROPRIÉTÉ LOCALE DE PLUS DE 50 HECTARES :

Composition de la propriété locale supérieure à 50 ha

Nbre d’hectares

% du total

Propriété dans la commune de résidence

6.537,08

63,1

Propriété en dehors de la commune de résidence

2.911,54

28,1

dont résidents de Vernon et Les Andelys

(846,35)

(8,2)

Sociétés civiles

910,26

8,8

Total de la propriété locale > 50 ha

10.358,88

100

Propriété des agriculteurs

5.647,82

54,5

Propriété des non agriculteurs

3.800,80

36,7

Sociétés civiles

910,26

8,8

Total de la propriété locale > 50 ha

10.358,88

100

  • 4 Les propriétés appartenant à des sociétés civiles sont domiciliées localement sans autre précision (...)

10La propriété des agriculteurs y représente 54,5 % de la propriété locale de plus de 50 hectares. Les non-agriculteurs totalisent 36,7 % et les sociétés civiles immobilières et forestières 8,8 %4. L’exploitation d’une partie des terres en faire-valoir direct ne concerne donc pas seulement les petits agriculteurs Beaucoup de gros exploitants possèdent une partie parfois importante des terres qu’ils mettent en valeur. Ainsi, à Boisemont, un gros exploitant possède les 3/4 des surfaces qu’il cultive et un autre, à Bust-Saint-Rémy, possède même plus de terres qu’il n’en exploite.

  • 5 Pour le canton d’Etrépagny, elle en représente 60,5 % contre 57 % pour l’ensemble des propriétés de (...)

11Il existe une différence entre les propriétés locales supérieures à 50 hectares et celles des catégories inférieures : la propriété dans la commune de résidence y est sensiblement plus forte (63,1 % des propriétés locales)5. Cela s’explique par l’extension de grands domaines châtelains dont certains sont encore nobles. Le meilleur exemple est celui du gros domaine de Sainte-Marie-de-Vatimesnil qui monopolise à lui seul 84,2 % des terres de la commune. Des cas analogues, quoique moins significatifs, peuvent être signalés à Ecos, Fours, Tourny... On remarque d’autre part que les propriétaires locaux non communaux (28,1 % de la propriété locale supérieure à 50 hectares) résident essentiellement dans le Vexin normand, les propriétaires des communes limitrophes ne totalisent que 8,2 %, encore moins que les sociétés civiles. Ils habitent exclusivement deux villes de la vallée de la Seine, Les Andelys (4,4 %) et Vernon (3,8 %). Il faut évidemment se garder de généraliser systématiquement ces résultats de deux cantons à l’ensemble du Vexin normand, mais ils possèdent une valeur indicative certaine.

12En résumé, nous pouvons dire que la propriété locale est importante, en raison d’abord d’un système de faire-valoir qui associe le fermage et le faire-valoir direct, mais aussi en raison du fait que beaucoup de familles détiennent de la terre par héritage, tandis qu’elle continue à être considérée par les « notables » locaux comme un placement sûr et le signe d’une certaine ascension sociale. On peut aussi ajouter la persistance de grands domaines d’origine nobiliaire dont les bénéficiaires sont encore domiciliés localement. Il n’en reste pas moins que 42,4 % de la terre appartiennent à des propriétaires qui résident en dehors du Vexin normand et des abords.

13Le fait que plus de la moitié de la terre appartient aux gens du pays implique que le montant correspondant des fermages ne sort pas d’emblée de la région, ce qui peut être éventuellement considéré comme une bonne chose. Pourtant, l’attitude des fermiers à l’égard de la propriété locale n’est pas toujours favorable. Le propriétaire résidant plus près de l’agriculteur, les risques de brouille sont plus grands et l’éventualité d’une reprise des terres en fin de bail est plus fréquente. Au contraire, le propriétaire lointain se contente de toucher son fermage et représente aux yeux du fermier un danger moins immédiat.. Certes, le fils d’un grand propriétaire parisien peut faire des études agronomiques et reprendre la terre pour son compte, mais le fait est rare. Mais il est bon de signaler que la majorité des exploitants ont plusieurs propriétaires, ce qui limite les risques.

14Beaucoup d’habitants du Vexin normand possèdent de la terre, qu’ils soient agriculteurs ou non. Il était donc légitime de commencer l’étude des relations locales par celle des structures foncières. Néanmoins dans un pays où dominent les ouvriers de l’industrie, les déplacements quotidiens de travailleurs migrants revêtent beaucoup d’importance : ils sont très significatifs du pouvoir d’attraction d’un certain nombre de centres locaux ou voisins.

II - Les migrations quotidiennes de travail se font en grande partie à l’intérieur du Vexin normand et vers les centres d’emploi de la vallée de la Seine

  • 6 Cf. Première partie, chapitre 3.
  • 7 Cf. annexe. Il est nécessaire de fournir séparément les chiffres des migrations dans l’Eure (1967) (...)

15Nous avons pu constater6 qu’une partie très importante de la population active du Vexin normand se déplaçait chaque jour hors de sa commune de résidence pour se rendre à son travail (30,3 % de la population active). Pour une grande part, ces migrations restent internes : 59,5 % des travailleurs de l’industrie qui sortent de leur commune de résidence pour se rendre à leur travail dans une autre commune de l’Eure7 restent dans le Vexin. Les autres se dirigent essentiellement vers les centres d’emploi de la vallée de la Seine : 7,8 % vers les Andelys, 15,9 % vers Vernon, 15,4 % dans le reste de la vallée. Les déplacements vers le reste du département de l’Eure sont minimes (1,4 %).

16a) Les migrations de travail à l’intérieur du Vexin normand. Elles sont de deux catégories : des migrations faibles en direction de la majeure partie des communes rurales, des migrations massives vers des pôles privilégiés (cf. carte no 18).

VEXIN NORMAND. COMMUNES QUI ATTIRENT LES TRAVAILLEURS MIGRANTS ALTERNANTS 1962 No 18

VEXIN NORMAND. COMMUNES QUI ATTIRENT LES TRAVAILLEURS MIGRANTS ALTERNANTS 1962 No 18

VEXIN NORMAND. MIGRATIONS ALTERNANTES VERS LA VALLEE DE L’ANDELLE 1967 No 19

VEXIN NORMAND. MIGRATIONS ALTERNANTES VERS LA VALLEE DE L’ANDELLE 1967 No 19

17Rares sont les communes rurales qui n’attirent pas entre 1 et 10 travailleurs de l’extérieur (1962). Etant donné l’absence d’usines, la prédominance d’un artisanat et d’un commerce qui n’emploient pas ou très peu de salariés, il s’agit essentiellement de migrations d’ouvriers agricoles. Comme leur nombre n’a cessé de diminuer depuis 1962, il est permis de penser que ce type de déplacement s’est aujourd’hui sérieusement amoindri. Toutefois certaines communes rurales attirent plus de 10 salariés : il s’agit de celles où existent des activités agricoles spécialisées qui demandent beaucoup de main-d’œuvre : élevage de volailles à Villers-en-Vexin, pépinières des Thilliers, ou bien des industries agricoles dispersées en milieu rural : déshydratation de la luzerne à Mézières-en-Vexin, teillage du lin à Lisors. Dans d’autres communes, enfin, l’activité commerciale et artisanale, les services notables qu’on y trouve créent un appel de main-d’œuvre : Ecouis, Tourny, Ecos.

18Des migrations beaucoup plus importantes se dirigent vers des zones privilégiées : la vallée de l’Andelle, l’axe Etrépagny-Gisors et secondairement Château-sur-Epte et Gasny. Ce sont les grands secteurs urbains qui concentrent l’essentiel des emplois secondaires et tertiaires. Il sera intéressant d’examiner pour ces pôles d’attraction l’origine des travailleurs de l’industrie et l’étendue exacte de leur zone d’appel.

19 La vallée de l’Andelle (cf. carte no 19).

20Sa zone d’appel n’est pas très étendue dans le Vexin normand. Aucune commune du plateau de Tourny et de Test du pays (est du plateau central, vallée de l’Epte, vallée de la Levrière) n’y envoie des travailleurs. Un certain nombre de communes du centre-ouest, du plateau de Morgny, du pays de Lyons envoient chacune entre 1 et 10 ouvriers. Mais l’essentiel des migrations de travail dans la vallée de l’Andelle ont un caractère interne : Nous avons été amené à découper la vallée et ses abords en quatre secteurs : la basse vallée (Pont-Saint-Pierre, Douville, Radepont), l’unité urbaine Fleury-Charleval, la basse Lieure (Ménesqueville, Rosay), la haute Andelle (Perriers, Perruel). La haute Andelle n’attire de la main-d’œuvre que des communes immédiatement voisines : Vascoeuil, Les Hogues, Charleval. Elle n’exerce aucune attraction sur le Vexin proprement dit. Il s’agit du secteur de la vallée de l’Andelle qui a le plus souffert de la crise de l’industrie textile et dont la reconversion s’est opérée avec le plus de difficulté et incomplètement. La basse Lieure, qui offre relativement peu d’emplois, exerce pourtant une attraction plus forte, mais qui ne s’étend pas non plus largement sur les plateaux. Elle concerne surtout les communes de la vallée de la Lieure, Lisors et Touffreville. Fleury-sur-Andelle et Charleval, tout en attirant de la main-d’œuvre de la vallée (surtout de l’amont), exercent également une ponction dans la vallée de la Lieure et -fait important - dans le nord et le centre-ouest du Vexin jusqu’à Bezu-la-Forêt et Longchamps. Mais c’est surtout la basse Andelle qui a un rôle attractif majeur : elle accueille des travailleurs de la partie amont de la vallée en très grande quantité et étend son aire de recrutement dans le Vexin sur le plateau d’Ecouis jusqu’à Etrépagny. Le fait le plus notable est la migration descendante massive dans la vallée de l’Andelle : la population de la haute vallée va chercher du travail dans la moyenne vallée, celle de la moyenne vallée dans la basse vallée. Il faut dire que c’est dans la basse vallée que les remèdes à la crise de l’industrie textile ont été les plus efficaces et que l’activité est la plus dynamique.

21 Les communes de l’axe Etrépagny-Gisors (cf. carte no 20)

22Leur zone d’appel est bien plus étendue sur les plateaux que celle de la vallée de l’Andelle. La position plus centrale d’Etrépagny y est certainement pour quelque chose, mais aussi le fait que l’industrie, implantée plus récemment, y est plus dynamique et n’a pas souffert de la longue maladie du textile. Elle s’étend à tout le nord et le nord-est du Vexin. Y échappent la basse Andelle, le plateau d’Ecouis, et tout le sud (plateau de Tourny, basse Epte). Mais tandis que la haute vallée de l’Andelle, le pays de Lyons et l’extrême nord n’envoient que de 1 à 10 travailleurs par commune, une aire de recrutement beaucoup plus importante se dessine autour de l’axe de la route nationale 15 : d’Ecouis, Saussay-la-Campagne à Gisors. Etrépagny a l’aire d’attraction la plus étendue, tandis que Bézu-Saint-Eloi-Bernouville exercent l’appel numérique le plus fort (grâce à l’usine Altulor). En revanche, Gisors n’exerce qu’une attraction très limitée sur le Vexin, se contentant de la main-d’œuvre des communes limitrophes. Il faut dire que Gisors est en position marginale, exerçant un fort appel sur le Vexin français voisin. On peut faire la même remarque pour Dangu et Neaufles-Saint-Martin qui n’exercent qu’une attraction réduite sur les communes voisines.

23 Gasny et Château-sur-Epte n’exercent qu’une attraction diffuse et limitée au sud du pays, le long de l’Epte et un peu sur le plateau de Tourny. Ici encore, leur aire de recrutement chevauche l’Epte pour s’étendre au Vexin français. Il faut toutefois noter que si Chateau-sur-Epte reste dominé par un seul gros établissement (la papeterie Hervé), la création incessante d’usines neuves à Gasny doit avoir étendu sa zone d’appel depuis 1967.

24En résumé, on peut remarquer qu’aucun des pôles d’attraction de la main-d’œuvre du Vexin normand n’est susceptible d’attirer des travailleurs migrants dans l’ensemble du pays : nous allons voir qu’il n’en est pas de même pour certains centres d’emploi de la vallée de la Seine.

VEXIN NORMAND. MIGRATIONS ALTERNANTES VERS L’AXE ETREPAGNY-GISORS 1967 No 20

VEXIN NORMAND. MIGRATIONS ALTERNANTES VERS L’AXE ETREPAGNY-GISORS 1967 No 20

VEXIN NORMAND. MIGRATIONS ALTERNANTES VERS LA VALLEE DE LA SEINE NORMANDE (EURE) 1967 No 21

VEXIN NORMAND. MIGRATIONS ALTERNANTES VERS LA VALLEE DE LA SEINE NORMANDE (EURE) 1967 No 21

25b) Les migrations quotidiennes en direction de la vallée de la Seine

26Elles intéressent la presque totalité du Vexin normand (cf. carte no 21), à l’exception de l’extrême nord et nord-est du pays. Les principaux centres d’attraction de la vallée de la Seine sont, par ordre d’importance : Vernon, les centres du confluent Seine-Eure-Andelle, Les Andelys et, accessoirement Gaillon, Aubevoye, Courcelles-sur-Seine.

27 Vernon : Vernon attire des travailleurs dans la quasi-totalité du pays. De grosses usines réclamant une main-d’œuvre abondante, y sont installées : les manufactures de Saint-Marcel (Bata) qui emploient plus de 1.500 ouvriers, des femmes en particulier ; Wonder ; les fonderies et aciéries de Paris-Seine ; Sonorel ; Pampryl ; etc... Néanmoins, l’attraction de Vernon est plus forte dans certains secteurs privilégiés : le sud et le centre du plateau de Tourny et Gisors d’abord, le plateau central et la vallée moyenne et supérieure de l’Andelle ensuite. En 1967, Fleury-sur-Andelle envoyait 46 ouvriers à Vernon. Depuis, l’extension sur place d’usines importantes comme PRL a dû en partie freiner cet exode lointain.

28 Le confluent Seine-Andelle-Eure : Sa zone d’appel est presque exclusivement limitée à l’ensemble de la vallée de l’Andelle, à laquelle s’ajoutent quelques communes des plateaux bordiers. Ici également les usines sont nombreuses et diverses : Aciéries de Pompey au Manoir-Pitres, usine de cellulose de la Sica à Alizay, usine de chaussures Labelle à Saint-Pierre-du-Vauvray ; cette dernière usine recrute 273 de ses 1.025 ouvriers dans le Vexin. Les plus grosses entreprises possèdent d’ailleurs des services de ramassage de la main-d’œuvre qui sillonnent le pays.

29 Les Andelys : La vocation industrielle des Andelys est moins affirmée que celle de Vernon. Sa zone d’attraction ne s’étend presque pas à l’Andelle, mais couvre une bonne partie des plateaux du Vexin situés à proximité immédiate (de Fresne-l’Archevêque à Hennezis).

30c) L’attraction limitrophe du Vexin français et du Mantois

31Il existe dans le Vexin français et le Mantois immédiatement voisin trois centres d’emploi qui exercent une attraction sur le Vexin normand : dans la vallée de l’Epte, l’usine Tréfimétaux de Sérifontaine et la Fonderie de « Vieille Montagne » à Bray-et-Lu, dans la vallée de la Seine, l’usine Singer de Bonnières. L’usine de Sérifontaine surtout est avide de main-d’œuvre qu’elle recrute à l’est du pays de Lyons, sur le plateau de Morgny, de la Levrière à l’Epte supérieure, c’est-à-dire dans des secteurs totalement épargnés par l’attraction de la vallée de la Seine et touchés modérément par celles d’Etrépagny ou de Gisors. Les autres établissements ont une zone d’appel infiniment plus réduite.

32En définitive, c’est l’importance du mouvement vers la vallée de la Seine dans l’Eure et des déplacements internes considérables qui caractérisent d’abord les migrations alternantes quotidiennes du Vexin normand.

33Malgré leur importance, la propriété foncière et les migrations alternantes locales n’intéressent pas l’ensemble de la population du Vexin normand. En revanche, l’attraction des commerces et services locaux ou voisins concerne la totalité des habitants du pays.

III - Les habitants du Vexin normand satisfont l’essentiel de leurs achats et de leurs besoins en services localement et dans les centres urbains immédiatement voisins

34Le Vexin normand est limité au sud par la vallée de la Seine où s’égrènent des centres urbains très attractifs, et il est lui-même partiellement urbanisé. Aussi ses habitants trouvent-ils localement ou à proximité immédiate les services et les commerces dont ils ont besoin. Ce n’est que pour les services d’un niveau supérieur et à caractère exceptionnel qu’ils s’adressent à Rouen ou à Paris.

35Si l’influence des centres urbains est déterminante, certains besoins peuvent être satisfaits dans les petites communes rurales ou les gros bourgs.

a) L’influence des commerces et services dispersés en milieu rural

  • 8 Au dire des intéressés.
    Pour la méthode de dépouillement du questionnaire communal, voir l’annexe.

36Nous avons déjà constaté la présence dans presque toutes les communes rurales d’au moins un café-épicerie. Ces établissements, en voie de disparition lente, tirent la plus grosse partie de leur revenu avec le débit de boissons et non avec le commerce alimentaire8. On ne s’adresse à l’épicerie de village qu’occasionnellement, lorsqu’il manque une denrée à la maison, mais on n’y achète pas systématiquement les produits alimentaires du ménage. Les habitants des petites communes rurales se procurent l’essentiel des produits alimentaires dont ils ont besoin auprès des marchands ambulants.

37Sur 176 commerçants ambulants qui sillonnent le Vexin, 167 soit près de 95 % vendent des produits alimentaires. En tête par le nombre vient le secteur de la boucherie-charcuterie (31,9 % des ambulants) suivi par l’alimentation générale (28,4 %) et la boulangerie (23,8 %). On remarque aussi un notable secteur de la poissonnerie, presque absent dans le commerce sédentaire local.

  • 9 L’origine des commerçants ambulants est donc essentiellement locale ou voisine : 64,2 % des ambulan (...)

38En dehors de la poissonnerie et des commerces divers (bonneterie, vêtements), le commerce ambulant est assuré en majeure partie par des gens qui possèdent boutique dans le pays et qui complètent - ou assurent - leur revenu par ce moyen9. Aussi la longueur des circuits est-elle limitée de ce fait, le travail au magasin exigeant aussi beaucoup de temps, même si généralement la boutique est laissée à la charge de l’épouse ou d’un autre membre de la famille. Le degré de fréquence des passages limite ou allonge aussi la longueur des circuits.

39Les circuits les plus courts sont ceux des boulangers qui viennent à 76,2 % du Vexin normand, parfois de gros centres comme Fleury-sur-Andelle, Gisors et Etrépagny, mais surtout de petites communes rurales faiblement peuplées, ce qui nécessite de manière impérative l’activité ambulante. Les boulangers ambulants « visitent » en moyenne quatre communes le plus souvent quotidiennement en dehors de celle d’installation de leur magasin. Les circuits ne se chevauchent pas trop dans l’ensemble, mais se partagent relativement bien le territoire, évitant ainsi une trop vive concurrence.

40Ce n’est pas le cas des bouchers-charcutiers dont les circuits s’imbriquent de manière inextricable, de nombreux ambulants ne limitant pas leurs déplacements à des communes dépourvues de commerce de la viande, mais allant porter la concurrence dans les lieux où il existe des bouchers et charcutiers en boutique, tandis que ceux-ci leur rendent la politesse en venant « visiter » leur commune... Les bouchers-charcutiers viennent encore à 69,6 % du Vexin normand. Mais bien que beaucoup soient encore originaires de petites communes, ceux qui viennent des villes ou des gros bourgs ruraux sont plus nombreux. Par rapport à la boulangerie, les circuits s’allongent un peu : 5 à 6 communes visitées en moyenne un jour sur deux.

41Les circuits de l’alimentation générale sont plus longs et leurs lieux d’origine sont plus concentrés. 62 % seulement des ambulants viennent du Vexin normand. Us partent surtout des centres urbains et des gros bourgs ruraux, sauf exception (Lisors, Heuqueville...). 48 % des ambulants de l’alimentation générale viennent du voisinage mais, là aussi, les petites communes rurales s’effacent devant Vernon et Les Andelys. En général, ce sont les magasins à succursales multiples qui sont le départ des circuits les plus longs : « La Ruche » à Tourny et Etrépagny, le « Familistère » à Charleval et Gisors, etc...

4236,8 % seulement des ambulants poissonniers viennent du Vexin normand. Il s’agit de poissonniers sédentaires de Charleval, Fleury et Gisors, ou bien de commerçants non sédentaires installés dans de petits villages et qui vivent surtout des marchés forains. Les autres viennent des environs ou de Dieppe. Les circuits sont très longs et hebdomadaires.

43En face de la pratique du commerce ambulant, on peut opposer l’attitude du commerce alimentaire spécialisé et celle du commerce alimentaire non spécialisé possédant boutique dans le pays. Sur 128 commerces alimentaires spécialisés du Vexin normand, 72 pratiquent en même temps le commerce ambulant, soit plus de la moitié. Boulangers, bouchers-charcutiers ne se plaignent pas de la concurrence du commerce ambulant, puisqu’ils le pratiquent eux-mêmes très largement. En revanche, dans le domaine de l’alimentation générale, 13,1 % seulement des établissements s’y consacrent. La grande majorité ne le fait pas, tenue qu’elle est par la nécessité de s’occuper du débit de boisson annexé à l’épicerie et aussi par l’insuffisance des moyens, la routine, ou un âge trop avancé... cela explique les propos désabusés et l’aigreur non dissimulée de beaucoup de petits épiciers ruraux devant la concurrence active des ambulants.

44Dans de nombreuses communes rurales existent des réparateurs de matériel agricole concessionnaires ou non des grandes marques, et une grande quantité d’artisans du bâtiment mais beaucoup n’ont qu’une clientèle réduite, strictement résidente. Cependant, certains parviennent à rayonner sur d’autres communes voisines, mais ceux installés dans les gros bourgs et les villes ont une clientèle bien plus étendue. Une exception mérite toutefois d’être signalée, celle de l’établissement Langlois Frères au Thil, qui a un rayonnement très important pour la vente, l’entretien et la réparation du matériel agricole (cf. cartes nos 22, 23).

b) L’attraction des bourgs ruraux

45Les bourgs ruraux les plus attractifs sont situés au sud du pays : plateau de Tourny et Vexin bossu. On le comprend aisément, étant donné l’absence sur le plateau ou dans la basse vallée de l’Epte de centres urbains mieux équipés. Vernon ne se trouve en effet qu’en marge, dans la vallée de la Seine, qu’il faut atteindre par des routes accidentées. Aussi, s’individualisent par ordre d’importance Tourny, Ecos, Château-Saint-Clair-sur-Epte et Gasny.

46Dans le Vexin central, la présence d’Etrépagny et de Gisors ne justifie pas l’existence de bourgs bien attractifs. Aussi se sont-ils développés plutôt à la périphérie, le plus loin possible des deux centres urbains : Ecouis, Mainneville, Neuf-Marché, La Feuillie... Une exception toutefois, celle de Bézu-Saint-Eloi qui, aux portes de Gisors, rayonne sur les deux communes contiguës de Saint-Paer et Bernouville.

47Quels sont les commerces et les services susceptibles d’assurer le rayonnement des bourgs ? Nous avons déjà pu constater qu’ils étaient le point de départ de circuits de marchands ambulants alimentaires. Mais ils peuvent exercer aussi un attrait direct pour les consommateurs qui s’y déplacent volontiers, que ce soit pour les achats quotidiens ou pour les achats relativement fréquents. A vrai dire, lorsque les ruraux quittent leur commune pour se ravitailler, ils préfèrent le plus souvent ne pas s’arrêter à ces petits centres et gagner tout de suite les pôles urbains mieux équipés. C’est surtout grâce à l’équipement en certains services que les bourgs ruraux rayonnent sur les campagnes. Ecos possède une succursale du Crédit Agricole qui joue un rôle important dans le Vexin bossu. Des notaires de renom sont installés à Ecos, Tourny, Ecouis et Mainneville (cf. carte no 24). Leur présence en milieu rural au centre des terres soumises aux transactions annihile le rayonnement de Vernon en cette matière dans le Vexin méridional, réduit fortement celui des Andelys dans le Vexin central. Le rôle actif des « médecins de campagne » assure de façon encore plus nette le rayonnement d’Ecouis, Ecos, Tourny et Mainneville (cf. carte no 25). En définitive, les bourgs ruraux les plus attractifs sont ceux qui ont su cumuler le point de départ de circuits du commerce ambulant, la présence de commerces sédentaires attrayants, l’existence de services élémentaires dynamiques, et une situation centrale au milieu de campagnes relativement éloignées des centres urbains mieux équipés. Citons l’exemple de Tourny : ses bouchers-charcutiers, son gérant de la « Ruche » sillonnent en camionnette une dizaine de communes. Les ruraux des environs y viennent traiter leurs affaires chez le notaire. Plus nombreux encore sont ceux qui font appel aux services de son médecin et qui, de ce fait, s’adressent à la pharmacie locale. Par la même occasion, on fréquente aussi les commerces sédentaires dans la mesure de leur qualité. Inversement, des petits centres industriels qui attirent de la main-d’œuvre migrante, comme Gasny et Perriers-sur-Andelle, n’exercent qu’une influence médiocre pour le commerce et les services, en raison de leur localisation marginale et trop proche de centres mieux équipés : Perriers est trop proche de Fleury-sur-Andelle et de Charleval. Gasny, de Vernon.

VEXIN NORMAND. ATTRACTION POUR LA VENTE, L’ENTRETIEN ET LA REPARATION DU MATERIEL AGRICOLE No 22

VEXIN NORMAND. ATTRACTION POUR LA VENTE, L’ENTRETIEN ET LA REPARATION DU MATERIEL AGRICOLE No 22

VEXIN NORMAND. ATTRACTION POUR LES TRAVAUX DU BATIMENT No 23

VEXIN NORMAND. ATTRACTION POUR LES TRAVAUX DU BATIMENT No 23

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES NOTAIRES No 24

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES NOTAIRES No 24

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES MEDECINS No 25

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES MEDECINS No 25

c) L’attraction des centres urbains locaux ou voisins (carte no 26)

48Nous verrons d’abord leur influence globale, puis nous examinerons plus en détail les commerces et les services spécifiques qui contribuent à leur assurer une position dominante.

49La série des cartes nos 27, 28, 29 regroupant les centres urbains selon leur localisation géographique, montre quelle est leur zone d’attraction générale.

50Les villes de la vallée de la Seine se taillent la part du lion.

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES COMMERCES ET DES SERVICES No 26

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES COMMERCES ET DES SERVICES No 26

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES COMMERCES ET SERVICES No 27

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES COMMERCES ET SERVICES No 27

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES COMMERCES ET SERVICES No 28

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES COMMERCES ET SERVICES No 28

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES COMMERCES No 29

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES COMMERCES No 29
  • 10 Seul Gasny échappe à cette influence dominante en raison d’un coefficient d’auto-attraction supérie (...)

51 Vernon et Les Andelys (cf. carte no 28) exercent leur influence sur tout le sud et le centre-ouest du Vexin normand. L’aire d’attraction la plus étendue est celle des Andelys qui rayonnent jusque dans la basse vallée de l’Andelle, le sud du pays de Lyons, Etrépagny et l’ouest du plateau de Tourny. Cependant, la zone où l’attraction des Andelys est supérieure à 40 % est réduite à son canton. Ailleurs, l’influence des Andelys recoupe celles de Vernon au sud-est, d’Etrépagny au nord-est, de Lyons-la-Forêt et des villes de la vallée de l’Andelle au nord et à l’ouest. L’aire d’attraction de Vernon est plus réduite en superficie, mais aussi plus exclusive. La zone où l’attraction de Vernon est supérieure à 40 % couvre la majeure partie du plateau de Tourny et la moitié du Vexin bossu10. Au nord du Vexin bossu et dans la vallée moyenne de l’Epte, elle interfère avec celle d’Etrépagny et surtout de Gisors.

52 Etrépagny, Gisors et Gournay (cf. carte no 27) rayonnent sur le centre, l’est et le nord-est du Vexin normand où leurs zones d’influence se chevauchent. Gisors possède l’aire d’attraction la plus étendue, de Fourges au sud à Harquency à l’ouest et aux confins du pays de Lyons au nord-ouest. Dans la plus grande partie de son canton, l’attraction de Gisors est supérieure à 40 %. Elle est même supérieure à 60 % dans les communes rurales limitrophes : Dangu, Neaufles-Saint-Martin, Bernouville, Saint-Paer, Saint-Denis-le-Ferment et Bazincourt-sur-Epte. Le rayonnement de Gisors donne un caractère étriqué et nettement dissymétrique à la zone d’influence d’Etrépagny qui n’est importante qu’à l’ouest. Son aire d’attraction supérieure à 40 % se limite à son canton. Gournay-en-Bray ne rayonne qu’à l’extrême nord du Vexin où sa zone d’influence interfère avec celle de Gisors et Etrépagny, sans jamais représenter une attraction supérieure à 40 %.

53— Comme pour les migrations alternantes, l’influence des centres urbains de la vallée de l’Andelle (cf. carte no 29) sur le plateau du Vexin est relativement réduite. Fleury et Charleval rayonnent surtout sur la haute vallée de l’Andelle, les vallées de la Lieure et du Fouillebroc et le plateau immédiatement voisin (Grainville, Gaillarbois-Cressenville). L’attraction supérieure à 40 % est réduite en raison de la présence, au nord, de Perriers-sur-Andelle et, au sud, de Pont-Saint-Pierre et de Romilly. Ces deux derniers centres n’ont qu’une influence très restreinte sur le plateau bordier et la basse vallée.

  • 11 Lyons-La-Forêt n’a pas le rang statistique de ville, mais l’ampleur de sa zone d’influence pour cer (...)

54 Lyons-la-Forêt rayonne dans les limites de son canton, mais nulle part, sauf à Lorleau, son attraction n’atteint 40 %11.

55Pour le bénéfice de leur entourage immédiat - les communes limitrophes en particulier - les centres urbains abritent les services et commerces élémentaires déjà remarqués en milieu rural ou regroupés dans les bourgs. Mais ce sont d’autres commerces et services qui privilégient la large influence des villes.

56Il n’est pas rare que les habitants des communes rurales aillent « au canton » ou à la « ville » pour effectuer des achats alimentaires, spécialement à l’occasion d’une fête de famille ou d’une réception. Mais un tel déplacement revêt surtout de l’importance le jour du marché forain. Les trois marchés forains des Andelys, de Vernon et de Gisors couvrent par leur zone d’influence la presque totalité du pays (cf. carte no 30). Le marché d’Etrépagny attire beaucoup moins, malgré l’existence de services spéciaux d’autocars qui-font le ramassage de la clientèle. Le marché de Gournay, qui a une forte influence dans le pays de Bray, n’intéresse qu’une frange étroite de communes au nord du pays. Quant aux marchés de Lyons-la-Forêt, Ry, Pont-Saint-Pierre et Fleury, ils n’ont qu’un rôle local. Les marchés sont avant tout l’occasion d’achats alimentaires, mais aussi de vêtements à bon marché, d’ustensiles ménagers... Si ce dont on a besoin ne peut être trouvé sur les étalages des marchands forains, on s’adresse aux commerçants en boutique qui font de meilleures affaires le jour du marché que les autres jours. Quant aux cafés et restaurants, ils fonctionnent magnifiquement bien à ce moment-là.

57L’influence des centres urbains s’affirme de manière encore plus nette en matière de commerce sédentaire non alimentaire. Pour les achats habituels (quincaillerie, droguerie, pharmacie...) elle chevauche celle des bourgs ruraux actifs dont nous avons parlé. Pour les achats plus rares (vêtements, électro-ménager, ameublement...), elle interfère avec l’attraction des villes plus éloignées, mais mieux équipées, Paris au sud-est, et surtout Rouen au nord-ouest.

  • 12 A l’exception de la succursale du Crédit Agricole d’Ecos dont le ressort chevauche celui de Vernon.

58La possession d’un centre commercial attractif est donc le fait de tous les centres urbains. Un certain nombre de services est également commun à tous. C’est le cas des services bancaires, à propos desquels les villes se partagent chacune une aire d’influence bien définie sans chevauchements importants12. C’est aussi le cas des dentistes et des vétérinaires qui, à quelques exceptions près, sont tous urbains, contrairement aux médecins généralistes beaucoup plus éparpillés dans le pays (cf. cartes nos 31 et 32).

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES MARCHES FORAINS No 30

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES MARCHES FORAINS No 30

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES BANQUES ET DU CREDIT AGRICOLE No 31

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES BANQUES ET DU CREDIT AGRICOLE No 31

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES VETERINAIRES No 32

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES VETERINAIRES No 32

59Chacune des villes possède un établissement d’enseignement secondaire du premier cycle : les habitants du Vexin central envoient leurs enfants au C.E.S. d’Etrépagny, récemment reconstruit et amélioré, ceux de l’ouest aux Andelys ou à Fleury dont le C.E.S. a un grand rayonnement dans toute la vallée de l’Andelle et le pays de Lyons, ceux du sud à Vernon et ceux de l’est à Gisors (cf. carte no 33).

60Toutes ces villes sont le lieu d’activités de loisirs au moins embryonnaires. Mais dans ce domaine, il s’établit tout de même un partage. Lorsqu’il s’agit d’aller au cinéma ou de se rendre à une manifestation commerciale exceptionnelle (braderie, foire..), le rôle d’Etrépagny, de Lyons ou des centres de la vallée de l’Andelle s’efface ou devient nul. Plusieurs cinémas y ont fermé leurs portes récemment.

61Les services de niveau plus élevé sont donc réservés à quelques villes seulement. En matière de cinéma, les trois centres vraiment attractifs sont Vernon, Gisors et Les Andelys. Les manifestations commerciales exceptionnelles (quinzaine commerciale, braderie, foire) attirent les gens de préférence aux Andelys, à Gournay, Gisors ou Vernon, mais aussi à Rouen, Louviers, Evreux ou Paris.

62Pour un accouchement ou une intervention chirurgicale, on se rend aux Andelys, à Gisors, Gournay et surtout Vernon. Le rayonnement de Vernon en matière hospitalière est remarquable. Il s’étend à presque tout le Vexin normand où il concurrence celui des Andelys ou de Gisors, y compris dans ces villes mêmes. Au nord et à l’ouest, il est relayé par celui de Gournay et de Rouen (cf. carte no 36).

63Les jeunes gens scolarisés dans le deuxième cycle de l’enseignement secondaire ne se dirigent plus que vers deux centres locaux : Vernon et Gisors où se trouvent deux lycées. L’attraction de centres plus lointains se fait également sentir, Evreux et Rouen en particulier. La situation de l’enseignement professionnel et technique est un peu différente : la section technique du C.E.S. des Andelys exerce une petite influence au centre-ouest du Vexin, tandis que le C.E.T. de Pont-Saint-Pierre exerce une attraction remarquable sur tout l’ouest du pays (cf. carte no 34 et 35).

64En résumé, selon le niveau des services rendus, la hiérarchie des villes locales ou voisines met en tête Vernon, suivi de Gisors, Les Andelys et Gournay. Vernon possède la gamme des services la plus étendue, le centre commercial le plus attractif. Gisors possède un centre commercial presque aussi dynamique, mais certains services y sont moins développés, en particulier les services hospitaliers. Son coefficient d’auto-attraction reste néanmoins supérieur à 60 %. Les Andelys sont encore très attractifs à beaucoup de points de vue, mais certains services y sont déficients ou inexistants : services hospitaliers, enseignement secondaire du deuxième cycle. Gournay, déjà éloigné, n’exerce qu’une influence marginale.

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT DU 1° CYCLE SECONDAIRE No 33

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT DU 1° CYCLE SECONDAIRE No 33

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE DU SECOND CYCLE No 34

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE DU SECOND CYCLE No 34

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET PROFESSIONNEL No 35

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET PROFESSIONNEL No 35

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES HOPITAUX ET MATERNITES No 36

VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES HOPITAUX ET MATERNITES No 36
  • 13 Notre but a été ici de déterminer les lieux privilégiés d’achats et de prestation de services qui i (...)

65Amputés de certains services de rang élevé, viennent ensuite Etrépagny, Fleury-Charleval, Pont-Saint-Pierre et Lyons-la-Forêt. Etrépagny souffre de la proximité de Gisors, et son centre commercial reste assez somnolent, sauf le dimanche matin et le jour du marché. Les villes de la vallée de l’Andelle vivent un peu en marge du monde rural du plateau et leur rayonnement est fortement limité par la concurrence qu’elles se font mutuellement et par la proximité de Rouen. L’on doit faire une place à part à Lyons-la-Forêt, gracieuse petite cité qui presse ses maisons en colombage autour de ses halles vénérables, au cœur du parc de loisirs des Parisiens qu’est la forêt de Lyons. Ses relations avec le monde rural du Vexin se situent à des niveaux particuliers : le centre commercial attire peu malgré la qualité élevée de nombreux établissements, sans doute même à cause d’un certain luxe... Le rayonnement de Lyons s’explique surtout par celui de son guichet du Crédit Agricole, de son médecin, du dentiste, du notaire et de ses nombreux artisans du bâtiment. Son centre commercial et ses activités de loisirs sont destinés plus à satisfaire les besoins des Parisiens et autres citadins que ceux de la population rurale environnante13.

66Avec les structures foncières, les migrations alternantes et l’attraction des commerces et des services, nous avons fait le tour des relations locales les plus importantes. L’approvisionnement du commerce de détail et surtout le marché des produits agricoles dépendent de la petite région pour une moindre part.

IV - Le commerce de détail reçoit une petite partie de ses approvisionnements des centres locaux ou voisins

67Vingt-quatre grossistes sont installés dans le Vexin normand dont la moitié à Gisors qui est ainsi de très loin le plus gros centre local du commerce de gros. Aussi n’est-il pas étonnant que le commerce de détail local s’approvisionne en partie dans le pays. L’approvisionnement en provenance du Vexin représente 13,3 % de l’ensemble des apports. Les centres voisins en procurent 7,5 % dont 5,4 % pour Les Andelys et 1,3 % pour Vernon. Par rapport aux migrations de travail ou à l’attraction des particuliers pour leurs achats et les services, l’influence de la vallée de la Seine voisine est donc nettement moins marquée. Les approvisionnements d’origine locale ou voisine représentent globalement 20,8 % du total, ce qui est somme toute assez faible.

a) L’approvisionnement du commerce alimentaire

68Les approvisionnements d’origine locale ou voisine revêtent surtout une grande importance dans le secteur alimentaire (cf. tableau no 12, graphique no 5). Ils y représentent 28,6 % des apports. Leur part est encore plus grande pour le commerce alimentaire spécialisé : elle en constitue 42,7 %.

  • 14 Les moulins extérieurs auxquels les boulangers s’adressent sont ceux de Rouen, Pacy-sur-Eure, Gourn (...)

69Les boulangeries se fournissent largement en farine dans les moulins locaux ou voisins : Les Andelys, Gisors, Touffreville et Port-Villez14. Les centres locaux ont également une importance notable - quoique moindre - en ce qui concerne les fournitures de boulangerie (levures) ou les biscottes, biscuits, confiserie, chocolat : il existe des fournisseurs locaux de ces produits aux Andelys, à Fleury-sur-Andelle (Larcher), à Romilly-sur-Andelle (Proux). Mais beaucoup de boulangers-pâtissiers reçoivent aussi leurs produits directement des maisons productrices par l’intermédiaire de représentants de commerce ou bien de grossistes plus lointains.

70Les bouchers et charcutiers s’approvisionnent encore plus largement dans le pays : ils y trouvent presque la moitié de ce dont ils ont besoin. Beaucoup de bouchers et de charcutiers pratiquent encore l’abattage particulier et ils achètent de nombreuses bêtes aux exploitants du Vexin ou aux marchands de bestiaux locaux. Mais la pratique de la tuerie particulière est bientôt appelée à disparaître légalement, et beaucoup de commerçants achètent d’ores et déjà de la viande et surtout des conserves à l’extérieur de la petite région et de ses abords immédiats.

71La part des approvisionnements locaux est moins importante dans le secteur de l’alimentation générale : 20,3 % dont seulement 9,1 % pour le Vexin normand. Le principal grossiste du pays dans ce domaine est spécialisé dans les beurre-œufs-fromages : il s’agit de Joignet à Bézu-Saint-Eloi qui approvisionne 15 détaillants sur les 71 sur lesquels nous avons enquêté. Dans la même branche on peut signaler, beaucoup moins important, Le Digarcher à Corny, et la Coopérative Eure-Lait, la SAFR qui approvisionnent directement en lait frais une grande quantité de commerces locaux. Les produits d’épicerie, les bières et eaux minérales viennent en assez grand nombre de Gisors (Jux, Garbet...) et de Pont-Saint-Pierre (le « Capitaine »). Les autres grossistes de l’alimentation générale qui approvisionnent les détaillants locaux se trouvent dans la vallée de la Seine, à Vernon et surtout aux Andelys. Dans cette dernière localité, la maison Raux alimente 22 % des détaillants du Vexin. Mais il faut noter que les grossistes en épicerie alimentent surtout le commerce non intégré, les nombreuses épiceries de village plus ou moins en sursis.

APPROVISIONNEMENTS DU COMMERCE DE DETAIL D’ORIGINE LOCALE OU VOISINE (Vallée de la Seine dans l’Eure). No 37

APPROVISIONNEMENTS DU COMMERCE DE DETAIL D’ORIGINE LOCALE OU VOISINE (Vallée de la Seine dans l’Eure). No 37

Dessinée par Mme HAZARD

b) Le commerce non alimentaire

72L’approvisionnement du commerce non alimentaire doit globalement peu à la petite région et à ses marges (4,6 % de ses apports), sauf dans deux branches : les grainetiers et horticulteurs qui achètent 36 % de leurs produits localement, et les commerçants en combustibles, les garagistes et les réparateurs de cycles qui s’approvisionnent un peu à Gisors et aux Andelys et surtout à Vernon, pour les pièces détachées en particulier.

73L’approvisionnement d’origine locale ou proche intéresse assez uniformément l’ensemble des communes du Vexin normand. Mais il est beaucoup plus exclusif dans les petites communes qui ne possèdent que des commerces alimentaires. Dès que les centres commerciaux atteignent une certaine taille et se diversifient, les approvisionnements d’origine locale tombent au-dessous de 20 % des apports, sauf à Etrépagny. Le sud du pays et le centre-ouest font naturellement davantage appel aux fournisseurs de la vallée de la Seine, tandis que le nord du pays s’adresse plus à Gisors et aux autres centres du Vexin. Mais en définitive, près de 80 % des approvisionnements sont d’origine plus lointaine, (cf. carte no 37).

V - Une petite partie des produits agricoles du Vexin normand s’écoule sur le marché local ou proche

  • 15 Cf. première partie.
  • 16 L’essentiel de l’étude du marché du lait et de la viande se trouve dans la deuxième partie, chapitr (...)

74Nous avons déjà remarqué que la plupart des organismes de collecte des produits agricoles ont leurs dépôts et - pour certains d’entre-eux - leur siège dans le pays15. Toutefois ce ne sont que des lieux de transit qui écoulent la presque totalité de leurs produits vers un marché plus lointain. Il est tout de même des domaines où une partie notable de la production agricole reste dans le pays. C’est d’abord le cas d’une importante production domestique d’animaux de basse-cour, d’œufs et même de porcs qui est autoconsommée par les agriculteurs. Plus intéressante à considérer est, aux abords des villes, la vente directe de ces mêmes produits auxquels il faut ajouter le lait. Mais il y a mieux : une partie des produits de l’élevage local s’écoule par les circuits commerciaux dans le Vexin normand et ses abords16.

75Au total, 22 % de la production laitière sont destinés au marché local ou aux communes voisines du département de l’Eure. Des trois usines de la SAFR qui traitent le lait du Vexin normand, seule, celle de Gaillon écoule 37 % de son produit dans le département de l’Eure, dont à peu près la moitié dans le Vexin. De son côté, l’usine de Ménesqueville (Eure-Lait) écoule 22 % du lait qu’elle traite dans l’Eure, dans le Vexin et le val de Seine presque exclusivement. Ce ne sont donc que les deux centres de collecte les plus occidentaux situés dans le pays de Lyons et la partie aval de la vallée de la Seine dans l’Eure qui réservent une partie de leur production au marché local. L’usine d’Etrépagny (SAFR) située plus à l’est, écoule la totalité de sa production vers Paris.

76Le département de l’Eure est le dernier en France où subsiste encore le droit d’abattage privé pour les bouchers et charcutiers : aussi, comme nous l’avons vu, une partie très notable des approvisionnements du commerce de la viande est-elle d’origine locale. Mais lorsque ce type de marché, déjà illégal, sera supprimé, les bouchers continueront-ils à s’approvisionner chez les agriculteurs et les marchands de bestiaux locaux pour aller ensuite tuer dans les nouveaux abattoirs publics ? Un grand nombre n’en aura sans doute ni le temps, ni le désir... S’adresseront-ils à la SICA-viande de Chaumont-en Vexin comme ses responsables l’espèrent, ou auprès des chevillards des abattoirs locaux, de Rouen ou de Paris ? Il est encore trop tôt pour répondre, mais il est probable que les circuits de la viande s’allongeront et deviendront plus complexes, le bétail local n’étant pas automatiquement consommé sur place, et réciproquement la viande locale provenant d’animaux d’autres régions. Le marché de la viande devient de moins en moins régional.

77Si, dans les domaines les plus sensibles aux particuliers, migrations alternantes, déplacements pour les achats et les services habituels, les centres locaux ou voisins jouent un rôle déterminant, il n’en est pas de même pour les relations d’un niveau supérieur, qui servent l’économie : nous venons d’avoir un aperçu de ce qu’il en est pour l’approvisionnement du commerce de détail et le lieu de destination des produits agricoles. Le fonctionnement de l’industrie, et même certains services supérieurs ou rares qui intéressent les particuliers sont encore plus exclusivement le fait de relations plus lointaines où l’on découvrira le rôle fondamental de la métropole régionale de Haute-Normandie, Rouen, et surtout de Paris.

Notes

1 Cf. l’Annexe pour tous renseignements d’ensemble concernant les structures foncières.

2 Ce sont les cantons d’Etrépagny et d’Ecos qui ont la propriété locale la plus étendue : respectivement 61,9 % et 68,1 % de la superficie non bâtie. Pour les autres cantons, elle représente 57,9 % aux Andelys, 55,9 % à Gisors, 55,1 % à Fleury et 42,7 % à Lyons.

3 N’ayant, par manque de temps, pu nous livrer personnellement à l’examen minutieux et exhaustif des modes de faire-valoir, nous communiquons ici les résultats pour les cantons de Gisors et Etrépagny, tirés des mémoires de maîtrise de B. Demagny et D. Salhorgne.
— Canton d’Etrépagny :
propriété locale : 61,9 % de la surface non bâtie,
faire-valoir direct : 34,1 % de la S.A..U. Les pourcentages ne portent malheureusement pas sur des quantités exactement comparables, surface cadastrale d’un côté, surface agricole utile de l’autre. Mais on peut en déduire que la propriété des agriculteurs représente au moins 55 % de la propriété locale.
— Canton de Gisors :
propriété locale : 55,9 % de la surface non bâtie,
faire-valoir direct : 32,5 % de la S.A.U.
Soit au moins 60 % de la propriété locale pour les agriculteurs.
En outre, une étude plus détaillée réalisée par nos soins pour les propriétés locales de plus de 50 ha dans les cantons d’Etrépagny et d’Ecos (ceux qui ont la propriété locale la plus importante) nous a fait parvenir à des résultats voisins : 54,5 % de la propriété locale de plus de 50 ha y sont le fait des agriculteurs.

4 Les propriétés appartenant à des sociétés civiles sont domiciliées localement sans autre précision sur le cadastre. Il est donc difficile de connaître leur origine exacte. Faute de pouvoir faire mieux, nous les avons rattachées à la propriété locale dont elles ne représentent finalement qu’une faible part.

5 Pour le canton d’Etrépagny, elle en représente 60,5 % contre 57 % pour l’ensemble des propriétés de plus de 1 hectare.

6 Cf. Première partie, chapitre 3.

7 Cf. annexe. Il est nécessaire de fournir séparément les chiffres des migrations dans l’Eure (1967) et celles vers Rouen-Elbeuf (1962). Aucun chiffre n’est connu pour les migrations vers la région parisienne.

8 Au dire des intéressés.
Pour la méthode de dépouillement du questionnaire communal, voir l’annexe.

9 L’origine des commerçants ambulants est donc essentiellement locale ou voisine : 64,2 % des ambulants viennent du Vexin normand, 14,7 % de la vallée de la Seine voisine (dans l’Eure), 10,8 % de la vallée de l’Epte non « normande » et du Vexin français, 8,5 % de la Seine-Maritime limitrophe.

10 Seul Gasny échappe à cette influence dominante en raison d’un coefficient d’auto-attraction supérieur à 50 %.

11 Lyons-La-Forêt n’a pas le rang statistique de ville, mais l’ampleur de sa zone d’influence pour certains services nous a fait rattacher son étude à celle de l’attraction des centres urbains.

12 A l’exception de la succursale du Crédit Agricole d’Ecos dont le ressort chevauche celui de Vernon.

13 Notre but a été ici de déterminer les lieux privilégiés d’achats et de prestation de services qui intéressent les habitants d’un espace rural : aussi, dans les questions posées et l’établissement d’un barême de points destiné à évaluer l’influence globale des centres de commerce et de services, avons-nous donné une importance notable aux achats et services courants et habituels (Cf. annexe). Nous ne nous sommes donc pas efforcés d’établir une hiérarchie absolue des centres de commerces et de services, puisque pour beaucoup, leur rayonnement s’étend au-delà du Vexin, en Haute-Normandie ou dans la région parisienne. Pour une connaissance plus précise de la hiérarchie, on se reportera utilement à l’étude de M. Frank Gosselin déjà citée. Vernon y a été classé comme pôle principal, Gisors et Les Andelys comme pôles secondaires, Etrépagny et Fleury comme pôles locaux, Charleval, Pont-St-Pierre et Lyons-la-Forêt comme petits pôles locaux.

14 Les moulins extérieurs auxquels les boulangers s’adressent sont ceux de Rouen, Pacy-sur-Eure, Gournay et Mantes-la-Jolie.

15 Cf. première partie.

16 L’essentiel de l’étude du marché du lait et de la viande se trouve dans la deuxième partie, chapitre 4. Voir aussi l’annexe.

Table des illustrations

Titre VEXIN NORMAND. PROPRIETE LOCALE No 17
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre LIEU DE RESIDENCE DES PROPRIETAIRES SELON LA CLASSE DE TAILLE DES PROPRIETES No 4
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre VEXIN NORMAND. COMMUNES QUI ATTIRENT LES TRAVAILLEURS MIGRANTS ALTERNANTS 1962 No 18
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre VEXIN NORMAND. MIGRATIONS ALTERNANTES VERS LA VALLEE DE L’ANDELLE 1967 No 19
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre VEXIN NORMAND. MIGRATIONS ALTERNANTES VERS L’AXE ETREPAGNY-GISORS 1967 No 20
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre VEXIN NORMAND. MIGRATIONS ALTERNANTES VERS LA VALLEE DE LA SEINE NORMANDE (EURE) 1967 No 21
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre VEXIN NORMAND. ATTRACTION POUR LA VENTE, L’ENTRETIEN ET LA REPARATION DU MATERIEL AGRICOLE No 22
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre VEXIN NORMAND. ATTRACTION POUR LES TRAVAUX DU BATIMENT No 23
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES NOTAIRES No 24
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES MEDECINS No 25
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES COMMERCES ET DES SERVICES No 26
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES COMMERCES ET SERVICES No 27
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES COMMERCES ET SERVICES No 28
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES COMMERCES No 29
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES MARCHES FORAINS No 30
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES BANQUES ET DU CREDIT AGRICOLE No 31
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES VETERINAIRES No 32
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT DU 1° CYCLE SECONDAIRE No 33
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT SECONDAIRE DU SECOND CYCLE No 34
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET PROFESSIONNEL No 35
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre VEXIN NORMAND. ATTRACTION DES HOPITAUX ET MATERNITES No 36
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre APPROVISIONNEMENTS DU COMMERCE DE DETAIL D’ORIGINE LOCALE OU VOISINE (Vallée de la Seine dans l’Eure). No 37
Légende Dessinée par Mme HAZARD
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8856/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 317k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540