Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vexin normand ou Vexin parisien ?

 | 
Jean-Pierre Fruit

Deuxième partie. La vie de relation

La vie de la relation

Texte intégral

1L’agriculture n’occupe qu’une faible partie de la population active du Vexin normand, mais elle en marque profondément les paysages, elle lui apporte une grande partie de sa richesse. Le capital foncier du pays constitue donc un élément de la plus haute importance. Aussi sera-t-il indispensable d’examiner dans quelle mesure les terres appartiennent à la population locale ou bien à des propriétaires plus lointains, de Rouen ou de Paris par exemple. Pour les mêmes raisons il sera également intéressant de savoir où s'écoule la production agricole régionale.

2La majeure partie de la population active du Vexin normand est toutefois ouvrière de l’industrie ; presque la moitié des emplois offerts dans le pays appartiennent au secteur secondaire. Il sera donc nécessaire de connaître à la fois la nature et la direction des relations qui accompagnent la vie industrielle locale ainsi que la destination des migrations alternantes qui concernent le tiers de la population active.

3Enfin les habitants du Vexin normand ne sont pas seulement des producteurs. L’activité régionale suppose la présence d'une armature de commerces et de services. Où la population du pays satisfait-elle ses besoins en la matière ? Se contente-t-elle de l’équipement local ? Dans quelle mesure s’adresse-t-elle au niveau le plus élevé, c’est-à-dire à Paris ou à Rouen ? Par ailleurs le fonctionnement du commerce local met en action des circuits d’approvisionnement qu’il est indispensable de connaître pour avoir une vue aussi complète que possible de la vie de relations.

4En fait, la vie de relations s’organise diversement suivant le type d’activité et le niveau des services considérés. Nous examinerons successivement la vie de relations au niveau local, les rapports avec Rouen et le reste de la Normandie, l’influence de Paris et enfin les relations à plus longue distance qui échappent aux pôles régionaux.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540