Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vexin normand ou Vexin parisien ?

 | 
Jean-Pierre Fruit

Première partie. La signification des paysages

Chapitre III. Les hommes et leurs activités

Texte intégral

I - La population en majorité rurale se consacre essentiellement aux activités non agricoles, et se rassemble plutôt à la périphérie et le long des grands axes routiers

  • 1 Dans les limites de notre étude : I.N.S.E.E. Recensement de 1968. Population municipale.

1a) La population est très inégalement répartie (cf. carte no 5). Selon les résultats du recensement de 1968, le Vexin normand compte 43.278 habitants1 soit une densité de 48,1 au km2, ce qui est assez considérable pour une région essentiellement rurale. Toutefois, la répartition de cette population laisse apparaître des contrastes très vifs.

  • 2 Selon les critères de I.N.S.E.E., quatre unités ont été retenues comme urbaines : Etrépagny : 2.637 (...)

2Certains secteurs, restreints en superficie, ont une densité supérieure à la moyenne : il s’agit de la vallée de l’Andelle, des communes situées le long d’un axe Saussay-la-Campagne, Etrepagny, Gisors, jalonnées par la route nationale 14 bis et la voie ferrée Pont-de-l’Arche-Gisors, de pôles isolés situés sur la route natonale 14 (Ecouis, Les Thilliers, Villers-en-Vexin, Château-sur Epte) ou en dehors (Tourny, Gasny). Ce sont partiellement des espaces urbanisés : dans la vallée de l’Andelle, l’urbanisation s’appuie sur deux unités importantes : Fleury-Charleval et Pont-Saint-Pierre - Romilly2. Ailleurs, les autres unités urbaines sont constituées par Etrepagny et Gisors. Le reste du pays, c’est-à-dire sa majeure partie en superficie, voit sa densité de population tomber au-dessous de 48, parfois très nettement. Une densité supérieure à 30 se maintient au sud du canton d’Etrepagny le long de la route nationale 14, mais dans le pays de Lyons, sur les plateaux de Morgny et de Tourny, la densité tombe souvent au-dessous de 30 et même au-dessous de 20.

3b) La population active : les ouvriers de l’industrie dominent largement.

  • 3 Du recensement de 1968, il n’a été possible d’obtenir que très tardivement (courant 1971) les résul (...)

4La population active, qui représente 41,3 % de la population totale, est caractérisée par l’importance des ouvriers et des travailleurs du secteur secondaire. Nous examinerons d’abord la composition globale de la population active par catégories socio-professionnelles, puis les variations de la composition de la population active à travers le Vexin, essentiellement selon les secteurs d’activité économique3.

5Pour les cinq cantons qui constituent la plus grande partie du Vexin normand, les ouvriers représentent la catégorie la plus importante, et de très loin (cf. graphique no 1, tableau no 1), soit 47,3 % de la population active résidente, pratiquement la moitié, et près du triple des agriculteurs (exploitants et salariés : 16,9 %). Si l’on compare ces chiffres à ceux de la Haute-Normandie et surtout de la France entière, l’importance de la population ouvrière apparaît encore avec plus de netteté. Les patrons de l’industrie et du commerce, essentiellement ici les artisans et les commerçants, sont également un peu plus nombreux dans le Vexin normand qu’ailleurs. En revanche, les professions libérales et cadres supérieurs, les cadres moyens, les employés sont sensiblement réduits en valeur relative par rapport à la Haute-Normandie et surtout à la France. Néanmoins, ensemble, ils représentent 25,8 % de la population active résidente, soit beaucoup plus que les agriculteurs. Quant à la population ouvrière, le rapport entre ouvriers qualifiés, contremaîtres et ouvriers spécialisés, manœuvres, apprentis est de 2 pour le Vexin normand, alors qu’il est de 1,5 pour la France entière, et de 1,3 pour la Haute-Normandie. L’abondance d’ouvriers non qualifiés est donc une autre caractéristique de la population active locale. En définitive, le Vexin normand est bien un pays rural, mais l’agriculture, qui marque fortement les paysages, n’est pratiquée que par une minorité de la population active.

TABLEAU 1. CATÉGORIES SOCIO-PROFESSIONNELLES - 1968

TABLEAU 1. CATÉGORIES SOCIO-PROFESSIONNELLES - 1968

Source : i.n.s.e.e.

POPULATION ACTIVE PAR CATEGORIES SOCIO-PROFESSIONNELLES Graphique No 1

POPULATION ACTIVE PAR CATEGORIES SOCIO-PROFESSIONNELLES Graphique No 1

6Ajoutons toutefois que cette composition de la population active résidente par catégories socio-professionnelles n’est qu’un « cliché » momentané. Elle évolue en effet très vite dans le temps. Pour s’en rendre compte, il suffit de se reporter aux résultats du recensement de 1962 (graphique no 1). En l’espace de six ans, la catégorie des agriculteurs s’est réduite dans des proportions considérables. Passée de 25,8 % en 1962 à 16,9 % en 1968 de la population active résidente, elle enregistre une baisse encore plus forte pour les salariés que pour les exploitants. Malgré une très légère diminution, les artisans et les commerçants représentent à peu près le même pourcentage de la population active résidente. En revanche, plusieurs catégories ont pris une importance grandissante : les ouvriers de l’industrie sont passés de 42,6 % à 47,3 % de la population active, et surtout les catégories « tertiaires » (professions libérales et cadres supérieurs, cadres moyens, employés) ont fait un bond considérable de 13,2 % à 17,4 % de la population active résidente.

7Une première image des variations dans la composition de la population active à travers le Vexin normand peut être fournie par la composition socio-professionnelle par cantons en 1968. Le canton de Lyons-la-Forêt est le plus « agricole », suivi par ceux d’Etrepagny et d’Ecos. Mais les agriculteurs n’y représentent respectivement que 30,3 %, 26,6 % et 21,3 % de la population active résidente, ce qui est somme toute assez faible. Partout, les ouvriers sont bien plus nombreux que les agriculteurs. Ils constituent (à l’exception du canton de Lyons-la-Forêt) près de 40 % de la population active et, dans le canton de Fleury-sur-Andelle, ils en représentent plus de la moitié. Les artisans et les commerçants sont naturellement plus nombreux dans les cantons qui ont des communes urbaines (Gisors, Fleury). Les catégories « tertiaires » prennent une importance plus grande dans le canton de Gisors qu’ailleurs (19,8 % de la population active).

  • 4 Globalement, en 1962, la population active résidente montre la prédominance très nette du secteur s (...)

8Mais, étant donné les carences du recensement de 1968, il est indispensable de se reporter aux résultats de celui de 1962 concernant la répartition de la population active par secteurs d’acvité économique4.

9On trouve une assez remarquable coïncidence entre la carte des densités de population et celle de la population active résidente par catégories d’activités économiques dominantes (cartes no 5 et 6).

10Les communes qui ont une densité de population supérieure à la moyenne ont leur population active résidente surtout employée dans les secteurs secondaire et tertiaire. Il s’agit d’abord de la vallée de l’Andelle et de l’ouest du pays de Lyons ; la majeure partie des communes, que l’on peut qualifier d’« ouvrières », ont plus de 50 % de leur population active employée dans le secteur secondaire. Il peut s’agir de communes urbaines comme Charleval, semi-urbaines comme Perriers-sur-Andelle, ou rurales. Dans d’autres communes où la population active secondaire est supérieure à 40 %, la population active tertiaire prend une importance notable : ce sont essentiellement les communes urbaines à activité commerciale notoire de Pont-Saint-Pierre et Fleury-sur-Andelle. Enfin, Lyons-la-Forêt est un cas particulier : plus de 50 % de la population active résidente y sont employés dans le secteur tertiaire.

POPULATION ACTIVE SELON LES CATEGORIES D’ACTIVITE ECONOMIQUE, DOMINANTES -1962- No 6

POPULATION ACTIVE SELON LES CATEGORIES D’ACTIVITE ECONOMIQUE, DOMINANTES -1962- No 6

1) COMMUNES A POPULATION ACTIVE AGRICOLE TRÈS IMPORTANTE (> 40 %)
1 Secteur secondaire < 20 %
2 Secteur secondaire 20 à 40 %
2) COMMUNES OU AUCUN SECTEUR DE LA POPULATION ACTIVE NE DOMINE
3 < 50 % secteur secondaire
< 40 % primaire
< 30 % tertiaire
3) COMMUNES A POPULATION ACTIVE OUVRIÈRE DOMINANTE

4 > 50 % secteur secondaire
< 40 % secteur primaire
≤ 30 % secteur tertiaire
4) COMMUNES A POPULATION TERTIAIRE NOTABLE (> 30 %)

5 30 à 50 % dans le tertiaire, ≥ 40 % dans le secondaire
6 30 à 50 % dans le tertiaire, < 40 % dans le secondaire
> 20 % dans le primaire
7 > 50 % dans le tertiaire.

  • 5 Saussay-la-Campagne, Bernouville, Bézu-Saint-Eloi, Neaufles-Saint-Martin.

11Le long d’un axe Ecouis, Saussay-la-Campagne, Etrepagny et Gisors, la dominante ouvrière de la population active est moins nette. Seules quatre communes5 ont plus de la moitié de leur population active employée dans le secteur secondaire.

12Etrepagny se trouve dans le même cas que Pont-Saint-Pierre et Fleury avec une population active du secteur secondaire encore forte, mais avec une population active tertiaire notable. Ecouis a également une population active tertiaire appréciable, mais les agriculteurs y sont assez nombreux. Enfin, Gisors, comme Lyons-la Forêt, a une très forte population active résidente dans le secteur tertiaire.

13Château-sur-Epte et Gasny ont une population essentiellement ouvrière, tandis que Tourny s’adjoint des habitants employés de façon assez considérable dans le secteur tertiaire.

14Les communes où aucun secteur d’activité ne domine et celles où le secteur primaire représente plus de 40 % de la population active sont également celles où la densité est inférieure à la moyenne. Il s’agit du plateau d’Ecouis, de celui de Tourny, du Vexin central au sud du canton d’Etrepagny, du nord et de l’est du pays de Lyons, du plateau de Morgny... A quelques exceptions près dont celle d’Etrepagny est la plus évidente, il s’agit du cœur du Vexin : voilà donc confirmée par les chiffres de la population active l’opposition existant déjà dans les paysages entre le centre du pays et la périphérie.

15Nous avons parlé jusqu’ici de la population active résidente. L’on peut se poser maintenant la question de savoir dans quelle mesure elle trouve ou non son emploi dans sa commune de résidence, ou, plus largement, dans le Vexin.

POPULATION ACTIVE PAR SECTEURS D’ACTIVITE ECONOMIQUE GRAPHIQUE No 2

POPULATION ACTIVE PAR SECTEURS D’ACTIVITE ECONOMIQUE GRAPHIQUE No 2

1 point par commune

16c) La population active du Vexin est loin de trouver tous ses emplois à son lieu de résidence.

  • 6 Selon l’enquête préfectorale de l’Eure de 1967 (cf. annexe méthodologique), 839 travailleurs de l’i (...)

17D’après le recensement de 1962, sur une population active de 17.070 personnes, 11.890 trouvent un emploi dans leur commune de résidence, mais 5.180 doivent en sortir pour se rendre à leur travail. Ceux qu’il est convenu d’appeler migrants alternants « centrifuges » représentent donc 30,3 % de la population active résidente, ce qui est considérable. Inversement, 3.796 personnes exercent un emploi dans une commune du Vexin sans y résider. On assiste donc chaque jour à un véritable « chassé-croisé » de main-d’œuvre qui se matérialise au matin de bonne heure par un flot de cyclomoteurs, d’automobiles et de cars de ramassage des entreprises qui sillonnent les routes... Les migrants alternants ont en majorité un emploi dans le secteur secondaire (79,8 % des migrants centrifuges, 77,7 % des migrants centripètes). Les travailleurs du secteur primaire se déplacent peu en dehors de leur commune de résidence (6,3 % des migrants centrifuges, 9,3 % des centripètes), encore moins que ceux du secteur tertiaire (respectivement 13,6 % et 12,2 %). Pour une bonne part, les déplacements se limitent à l’intérieur de la petite région6, mais un certain nombre sort aussi du cadre du Vexin. Cela est facile à comprendre : le Vexin normand offre 15.686 emplois disponibles, soit une différence de 1.384 avec la population active résidente. Le bilan migratoire quotidien est donc négatif : compte tenu du fait qu’au moins 800 personnes viennent de l’extérieur du Vexin normand pour y travailler et réduisent d’autant les emplois disponibles pour les résidents, 10 à 15 % de la population active résidente doivent chercher un emploi ailleurs.

18En définitive 41,6 % des emplois du Vexin normand sont offerts dans le secteur secondaire, 29,2 % dans le secteur primaire, 29,2 % dans le secteur tertiaire. L’agriculture occupe donc une assez faible proportion de la population active résidente et représente un pourcentage à peine plus élevé des emplois offerts dans le Vexin normand. Néanmoins, elle revêt une très grande importance par sa contribution à l’élaboration des paysages humanisés, sans doute par le produit brut qu’elle apporte à la région, malheureusement impossible à évaluer, et par les activités annexes, en aval et en amont, qu’elle entretient. Dans le tableau des activités du Vexin normand qui va suivre, c’est donc par elle que nous débuterons.

II - L’AGRICULTURE DU VEXIN NORMAND : UN PAYS DE GRANDE CULTURE7

a) Les grandes exploitations dominent

  • 8 Les trois catégories dont nous faisons part ont été choisies pour le Vexin normand par M. A. Frémon (...)

19Dans le Vexin normand, la superficie moyenne des exploitations est voisine de 60 hectares, soit le double de la moyenne française. S’il existe encore un nombre appréciable de petites et moyennes exploitations (60 % des exploitations ont moins de 50 ha, 22 % de 50 à 99 ha, 18 % plus de 100 ha), les grandes exploitations monopolisent la majeure partie de la surface agricole utile8.

TABLEAU 2. LES STRUCTURES D’EXPLOITATIONS

TABLEAU 2. LES STRUCTURES D’EXPLOITATIONS

A - Nombre d’exploitations par classe de taille en % du nombre total d’exploitations.
B - Superficie occupée par catégorie d’exploitation (classe de taille) en % de la surface agricole utile.
Sources : Mutuelle agricole de l’Eure - D.D.A. 1967

20Les structures des exploitations du Vexin normand sont les plus concentrées de l’ensemble de la Haute-Normandie. La comparaison avec les structures de celle-ci et de la France est évocatrice.

21Les exploitations de plus de 50 hectares accaparent 79,5 % de la superficie agricole dans le Vexin normand, 42,2 % dans l’ensemble de Haute Normandie, 31,6 % dans l’ensemble de la France...

22Cependant, pays normand, le Vexin est tout en nuances. Les structures des exploitations se caractérisent en fait par leur extrême complexité : à l’intérieur d’un même finage coexistent souvent des petites, moyennes et grandes exploitations. Toutefois, il est possible de constater certaines affinités des structures qui font apparaître des espaces assez bien individualisés (cf. carte no 7).

23Le plateau d’Ecouis, le plateau central et le plateau de Tourny, largement déboisés, aux riches limons, concentrent la majeure partie des grandes exploitations. Presque partout, les exploitations de plus de 100 ha occupent la majorité de la surface agricole utile : plus de 70 % le long d’un V joignant Gaillardbois-Cressenville, Etrepagny et Tilly, la totalité à Provemont et aux Thilliers-en-Vexin. On comprend ainsi les faibles densités de population d’une quantité de communes à population agricole dominante, où même le nombre de petites et moyennes exploitations est réduit.

24Il existe cependant des zones dans le cœur du Vexin où les structures d’exploitations sont moins concentrées : au sud-ouest du canton d’Etrepagny, dans le chapelet de communes exiguës qui s’égrènent le long de la route nationale 14 de Cantiers à Suzay, à Farceaux, à Hacqueville, ce qui y explique aisément la présence d’un parcellaire plus morcelé.

25Les grandes exploitations ont une place beaucoup moins écrasante à la périphérie du pays. Ce fait est surtout sensible pour la bordure ouest et nord du Vexin : vallée de l’Andelle et ses abords, pays de Lyons, plateau de Morgny. Ces pays boisés, herbagers, d’aspect plus « normand », voient leur superficie agricole utile accaparée par les petites et moyennes exploitations, sauf exceptions (Lyons-la-Forêt, Morgny). Le morcellement est particulièrement poussé au nord de la vallée de l’Andelle et du pays de Lyons à Perruel, Le Tronquay, Fleury-la-Forêt et Beauficel où plus de 50 % de la surface agricole utile sont occupés par les exploitations de moins de 50 ha. Ces finages sont également ceux où le parcellaire est fragmenté en petites pièces de forme plutôt allongée.

26Le morcellement des structures d’exploitation est moins sensible au sud et à l’est du Vexin. Certes, la vallée de l’Epte et de la Levrière présentent généralement une grande surface occupée par les exploitations de moins de 100 ha, mais on ne trouve rien de comparable à la vallée de l’Andelle ou au pays de Lyons. Les structures les plus morcelées se situent dans la haute vallée de la Levrière, entre Bezu-Saint-Eloi et Neaufles-Saint-Martin et dans le sud du Vexin bossu. Dans les trois cas, les finages s’étendent essentiellement sur des terroirs de vallées et de pentes, boisés, dépourvus de limon. En revanche, les grandes exploitations ont plus d’extension dans la haute vallée de l’Epte, l’interfleuve Epte-Levrière et la vallée moyenne de l’Epte, de Dangu à Dampmesnil.

TAILLE DES EXPLOITATIONS AGRICOLES No 7

TAILLE DES EXPLOITATIONS AGRICOLES No 7

Dessinée par Mme HAZARD

27En définitive, le Vexin normand est bien un pays de grandes exploitations, mais elles sont loin d’être exclusives. Les exploitations petites et moyennes ont une importance non négligeable à la fois par le nombre des agriculteurs qui en vivent et par leur rôle dans les systèmes agricoles qui caractérisent la région.

28Les structures d’exploitation expliquent aussi directement un élément important des paysages agraires, l’aspect du parcellaire. Mais l’utilisation du sol, étroitement liée aux systèmes agricoles, est un élément fonctionnel du paysage encore plus déterminant.

b) La grande culture est de moins en moins associée à l’élevage

29L’utilisation du sol (cf. tableau no 3). En analysant les paysages, nous avons déjà pu évaluer la place prise par les herbages et les vergers de pommiers dans la surface agricole utile. Pour l’ensemble du Vexin, les terres labourables représentent la grande majorité de la surface agricole utile : 70,3 % (29,3 % pour la surface toujours en herbe). En 1967, les principales cultures étaient par ordre d’importance : les céréales (62,7 % des terres labourées) le blé venant en tête (38,2 %), puis les cultures fourragères et plantes sarclées fourragères (19,7 %), les plantes sarclées non fourragères (betterave à sucre, pomme de terre), les oléagineux (lin, colza). Ces chiffres, comparés à ceux de l’Eure, de la Haute-Normandie et de la France, nous amènent à formuler plusieurs réflexions.

TABLEAU 3. UTILISATION DU SOL en % de la S.A.U. totale

TABLEAU 3. UTILISATION DU SOL en % de la S.A.U. totale

Sources : Enquête communautaire 1967, D.D.A.

30Le blé occupe une place royale. Il constitue vraiment la culture de base du Vexin, mais d’autres céréales progressent rapidement à ses côtés, le maïs en particulier, tandis que l’orge recule. Les cultures fourragères, par ailleurs, occupent une partie considérable des labours, la place de choix étant tenue par la luzerne. Si l’on ajoute les cultures fourragères et la surface toujours en herbe, la surface fourragère principale occupe 42,7 % de la surface agricole utile, ce qui est considérable. En outre, certaines céréales sont consommées par les animaux sur place ou après vente (orge, maïs, avoine) : c’est donc pratiquement la moitié de la surface agricole utile qui est consacrée à l’élevage. Mais il faut immédiatement préciser que les cultures fourragères ne sont pas toutes destinées à alimenter l’élevage local. La culture de la luzerne dans les grosses exploitations fournit un produit vendu à des coopératives de déshydratation qui expédient leur production hors de la petite région. La production du maïs est elle aussi rarement destinée à l’autoconsommation.

31Ces constatations, valables pour l’ensemble du Vexin normand, doivent être nuancées : si le blé est omniprésent, les cultures de pommes de terre et de betteraves à sucre se rencontrent dans la partie centrale du pays, là où dominent les grosses exploitations, à proximité des organismes collecteurs des produits (sucrerie d’Etrepagny). Le maïs, en progrès partout, s’est surtout étendu très largement à l’est, dans les cantons de Gisors et d’Ecos, à proximité du Vexin français où il s’est d’abord développé. Mais il gagne maintenant le Vexin central au détriment des herbages qui sont retournés par la charrue.

32En réalité, l’éventail des cultures dépend essentiellement des systèmes de culture en vigueur.

  • 9 Paragraphe élaboré à partir des mémoires de B. Demagny et D. Salhorgne et de documents du Centre de (...)

33Les systèmes agricoles : La polyculture associée à un élevage plus ou moins important qui tend à disparaître dans les très grandes exploitations9. Le caractère commun de la majeure partie des exploitations du Vexin normand, à partir d’une vingtaine d’hectares, est d’associer l’élevage à une polyculture plus ou moins complexe. Les systèmes de culture et d’élevage, l’équilibre de leur association sont d’abord fonction de la taille des exploitations. Plus leur superficie est réduite, moins les agriculteurs ont de choix et plus les systèmes sont homogènes. Au contraire, les grandes exploitations ont beaucoup plus de liberté d’action : la personnalité de l’exploitant, son dynamisme, sa formation jouent un rôle décisif dans la variété des systèmes.

TABLEAU 4. COMPOSITION DU PRODUIT BRUT DES EXPLOITATIONS EN GESTION DU VEXIN NORMAND

Produits en % du produit d exploitation

90 à 140 ha avec vaches laitières

90 à 140 ha sans vaches laitières

130 à 280 ha avec vaches laitières

130 à 280 ha sans vaches laitières

Céréales

27,9

49,4

39,3

43,1

Plantes sarclées et cultures diverses

24,5

39,6

47,4

50,4

Bovins lait

27,4

0,3

4,6

Bovins viande

11,4

9,4

5,2

1,8

Porcs

2,6

2,5

0,2

Volailles

3,6

0,2

TOTAL

100

100

100

100

Sources : Centre de gestion de l’Eure

34Les petites exploitations de moins de 50 hectares n’ont guère de choix. Destinées avant tout à l’élevage, elles pratiquent une polyculture à base de blé et de cultures fourragères. Les deux tiers de la superficie agricole utile sont consacrés à l’élevage local : luzerne, maïs, orge et surtout herbages. L’élevage est essentiellement laitier, et les principaux produits vendus par les agriculteurs sont le blé, le lait et les veaux, l’élevage des porcs constituant souvent un appoint.

35Les exploitations de 50 à 150 hectares. La liberté de choix des exploitants dépend de la disponibilité en main d’œuvre. Si la main d’œuvre familiale est suffisante ou si l’exploitation a plus de 70 hectares, ils ont le choix entre une polyculture intensive associée soit à un élevage laitier important, soit, plus élargie, à un élevage complémentaire de bœufs engraissés à l’auge. Dans le premier cas, la vente du blé constitue 28 % du produit d’exploitation. Les autres céréales sont destinées à alimenter le bétail en plus des herbages. La vente des produits de l’élevage (lait, bœufs, veaux, porcs) représente 45 % du produit d’exploitation, ce qui est considérable. Dans le deuxième cas, la vente des produits de la culture représente 87,5 % du produit d’exploitation, la place de choix étant tenue par les céréales (44 %). L’engrais des bœufs et de quelques porcs complète le revenu. Si la main d’œuvre familiale est insuffisante et si l’exploitation est trop petite pour employer des salariés (moins de 70 ha), elle est réduite à pratiquer une polyculture peu intensive et peu variée (céréales, betterave à sucre, pas de luzerne) et elle s’adjoint l’élevage de bœufs de boucherie. Dans ce cas, le produit d’exploitation est tiré à égalité de la vente des produits de la culture et de l’élevage.

36Les très grandes exploitations (plus de 150 ha) sont les plus représentatives du dynamisme de l’activité agricole du Vexin normand. Leur taille confère à l’exploitant une grande liberté d’action. Il peut donner à chaque chantier de culture son extension maximum et modifier son système au gré de la conjoncture du marché. Le revenu est essentiellement tiré de la vente des produits de la culture, l’élevage ne représentant qu’un appoint, de plus en plus abandonné dans la conjoncture actuelle. Certaines exploitations de cette catégorie de plus en plus rares conservent encore un élevage laitier associé à l’engrais des bœufs, d’autres pratiquent seulement cette dernière activité, mais la vente des produits de la culture constitue 90 % de leur revenu.

37Pour d’autres, l’élevage ne constitue même plus un appoint : l’engrais d’un troupeau de bœufs à l’auge leur permet d’avoir du fumier et de valoriser les sous-produits de la betterave. Enfin, de plus en plus, de très grandes exploitations ont totalement abandonné l’élevage et ne vivent plus que de la grande culture. Qu’il s’agisse des unes ou des autres, la vente des céréales ne constitue pas toujours la plus grosse source de revenus, malgré les progrès du maïs. La vente des betteraves à sucre, des pommes de terre et de la luzerne est bien plus lucrative, et beaucoup s’adjoignent un chantier de petits pois de plein champ, culture qui a la faveur de nombreux agriculteurs actuellement.

c) Une agriculture assez peu « normande » sauf à l’ouest et au nord-ouest

38Les caractères « normands » de l’agriculture du Vexin s’estompent. Pour déterminer si l’agriculture du Vexin est « normande » ou non, il faut d’abord savoir s’il existe un système agricole propre à la Normandie. En fait, M. A. Fremont, dans sa thèse, a montré la diversité des systèmes régnant en Normandie : système herbager dans le Bessin, le pays d’Auge, les marais de Basse-Seine et le pays de Bray, système « bocain » à dominante herbagère dans le Bocage normand et le Cotentin, polyculture associée à l’élevage dans la majeure partie de la Haute-Normandie. Le système qui assure le meilleur équilibre entre l’élevage et la culture intensive est celui du pays de Caux central. Ailleurs, l’équilibre est rompu en faveur de l’élevage et des herbages (Roumois, Lieuvin, pourtour du Bray) ou bien en faveur des cultures : Neubourg, plaine Saint-André et... Vexin normand. Néanmoins, l’importance de l’élevage des bovins, pour la viande et pour le lait, associé à une extension notable des herbages est tout de même une caractéristique de l’agriculture normande dans la majeure partie de ses terres. Dans ces conditions, l’on serait tenté de dire que le Vexin a une agriculture assez peu « normande ». Malgré tout, les petites exploitations de moins de 50 hectares qui sont contraintes à l’élevage laitier occupent 20 % de la surface agricole utile, les exploitations de 50 à 100 ha, qui tirent dans l’ensemble la moitié de leur revenu de la vente des produits de l’élevage en occupent 26 %. Au total, elles représentent presque la moitié de la surface agricole utile, ce qui est loin d’être négligeable. En outre, dans la mesure où des portions entières de l’espace du Vexin s’individualisent nettement par la prédominance des petites ou des moyennes exploitations, il est possible d’y découvrir, plus spécialement dans ses confins, des zones où les systèmes agricoles ont une étroite parenté avec ceux du Caux ou de la bordure du Bray, ce qui se traduit dans les paysages. Il s’agit principalement de tout l’ouest et le nord-ouest : la vallée de l’Andelle, le pays de Lyons et le plateau de Morgny au nord du talus d’Etrepagny. A vrai dire le pays de Lyons fait déjà partie de ce qu’on appelle, faute de trouver un terme plus esthétique, le « péri-Bray ». Les systèmes à élevage bovin important caractérisent aussi, mais à un degré moindre, les confins orientaux du Vexin normand, plus spécialement la vallée de la Levrière et celle de l’Epte jusqu’à Guerny. En revanche, le sud du Vexin bossu, où dominent pourtant les petites exploitations, a des systèmes qui laissent à l’élevage une place secondaire. En effet, le maintien de l’élevage - et spécialement de l’élevage laitier - n’est pas exclusivement une question de structure d’exploitation.

39L’élevage laitier ne se maintient en définitive que selon deux critères : la taille de l’exploitation et les autres choix offerts à l’agriculture relativement au milieu physique. Il n’est vraiment indispensable que dans les exploitations de moins de 50 hectares. Encore faut-il que les conditions naturelles s’y prêtent : dans le sud du Vexin bossu, le climat plus sec ne se prête guère à l’extension des herbages, sauf sur les fonds alluviaux humides. Inversement, les pentes du pays de Lyons et l’argile à silex du plateau de Morgny plus arrosées se prêtent davantage à la poussée de l’herbe qu’à un très large éventail de cultures. Mais sur les terres limoneuses de la majeure partie du Vexin, au-dessus de 50 hectares, les choix offerts aux agriculteurs ne manquent pas. Aussi, les grosses étables qui existent dans les grandes exploitations sont-elles en train de disparaître : la raison première invoquée est la nécessité d’une abondante main d’œuvre, or l’augmentation du SMAG depuis 1968 grève considérablement les coûts de production.

40L’élevage des animaux de boucherie, qui avait assuré jusqu’ici une bonne partie du revenu des exploitations moyennes et un complément de revenu apprécié des grandes exploitations, est en train de subir aussi un recul dans ces dernières, également en raison du coût de la main d’œuvre et de sa raréfaction, et aussi de l’assujettissement au régime du bénéfice réel pour la T.V.A... Or, le mouvement de concentration des exploitations élimine régulièrement les petites à l’avantage des grandes et des moyennes (cf. tableau no 5).

TABLEAU 5. EVOLUTION COMPARÉE DU NOMBRE D’EXPLOITATIONS AGRICOLES

Vexin normand

Haute-Normandie

France

1955 NOMBRE

1.650

43.957

3.267.704

1967 NOMBRE

1.370

37/132

1.689.927

DIMINUTION RELATIVE

— 17 %

— 15,5 %

— 25,5 %

Sources : enquête de la D.D.A. 1967

41Ainsi, en dehors des confins ouest et nord et aussi de l’Epte supérieure, le Vexin perd aujourd’hui à vue d’œil les caractères normands de son système de culture. Les villages se dépouillent de leur ceinture herbagère et les champs cultivés viennent presque mordre les cours de fermes ! Cela ne veut pas dire que cette tendance soit définitive... La souplesse et l’aptitude aux reconversions caractérisent en effet les gros exploitants, mais c’est là un trait commun avec ceux de la région parisienne...

42Les pratiques agricoles du Vexin normand présentent beaucoup de similitudes avec celles de la région parisienne. L’importance des terres labourables dans la superficie agricole utile et plus encore la part énorme de la vente des produits de la culture dans le revenu de l’exploitation sont les similitudes les plus évidentes. La prédominance des grandes et des très grandes exploitations en est une autre.

  • 10 Cf. Thèse de M. A. Frémont, op. cit, p. 536.

43Mais la grande exploitation et ses systèmes de culture ont été le creuset où s’est forgé un type d’homme original. Le grand exploitant du Vexin normand est « cousin » de celui du Vexin français ou du Valois. Il a peu de points communs avec l’agriculteur moyen du pays de Caux. Mais pour être juste, il est tout aussi différent du petit agriculteur qu’il côtoie encore souvent dans sa commune. Il a fréquemment une formation secondaire, voire supérieure. Si ce n’est pas toujours le cas de l’homme de 50 ans, ce sera assurément le cas de son fils, s’il s’en trouve un pour lui succéder. Il gère son exploitation comme une entreprise, se réservant les travaux de comptabilité et de direction, et laisse le gros travail de la terre à un chef de culture et à des ouvriers agricoles. Maîtrisant totalement la technique, libre de ses choix, il se préoccupe surtout du marché et se livre volontiers, à côté de cultures fondamentales (blé, betterave à sucre, pomme de terre, maïs, luzerne), à des opérations spéculatives, comme la culture des petits pois, qui s’est développée essentiellement sous contrat avec la firme Bonduelle. L’élevage des bœufs de boucherie n’est plus rentable : il l’abandonne sans regret ; on est loin du paysan normand attaché presque sentimentalement à son cheptel... D’ailleurs beaucoup de ces gros exploitants ne sont pas d’origine normande. Certains sont les « représentants en Normandie des grandes familles fermières du centre du bassin parisien, les Proffit, les Hamot »10.

44En outre, si beaucoup de ces grands exploitants ne s’occupent pas eux-mêmes du gros travail de la terre, c’est qu’ils n’en ont guère le temps. En plus de la gestion de leur exploitation, ils sont accaparés par des tâches diverses ; dans les zones les plus agricoles, ce sont les notables locaux : maires, conseillers généraux. Beaucoup aussi ont des responsabilités professionnelles, tant sur le plan local que départemental, régional, voire national. Il est intéressant de constater à ce propos que les responsabilités professionnelles, à tous les niveaux, concernant la production et le commerce du lait sont le fait d’un gros exploitant d’une région qui est plus orientée vers la grande culture que vers l’élevage... Comment pourrait-il en être autrement d’ailleurs ?... Les petits et les moyens exploitants qui se consacrent à l’élevage laitier dans le Vexin et dans les régions plus herbagères de Normandie n’ont guère la possibilité de se consacrer à autre chose, accaparés qu’ils sont par les soins donnés à leurs bêtes.

45A l’intérieur du Vexin normand, les zones qui s’individualisent par le développement d’une agriculture similaire à celle des plateaux de l’Ile de France, s’inscrivent en négatif par rapport aux secteurs qui ont des systèmes plus « normands ». Il s’agit du cœur du pays et du plateau de Tourny, dominés par les grandes exploitations et l’extension écrasante des champs cultivés.

46Il nous a donc été facile de découvrir dans les paysages agraires du Vexin normand les éléments fonctionnels. Mais nous avions pu constater que le passage à des paysages de plus en plus « normands » d’aspect résultait autant - sinon plus - de la transformation de l’habitat. Or, il est difficile d’expliquer l’aspect de l’habitat et des cours de fermes par des fonctions actuelles. La disposition de l’habitat est largement un héritage ; nous tenterons d’apporter des explications dans la suite de notre étude.

III - LES ACTIVITÉS SECONDAIRES ET TERTIAIRES11

  • 11 Pour plus de renseignements, on se reportera aux fiches analytiques de l’annexe.

47a) Les activités en relation avec l’agriculture (cf. carte no 8). Si l’agriculture n’occupe directement qu’une faible part de la population active, elle entretient en revanche de nombreuses activités annexes de la plus haute importance pour la vie régionale.

48Tout d’abord, elle nécessite la présence d’un certain nombre de services. Eparpillés à travers tout le pays, ce sont les artisans mécaniciens ruraux, héritiers des maréchaux-ferrants d’autrefois. Beaucoup sont aussi concessionnaires et vendeurs de matériel agricole. On les trouve jusque dans les communes où toute autre activité commerciale et artisanale est absente ou faiblement développée. Les autres services pour l’agriculture sont davantage concentrés dans l’espace : les vétérinaires, les succursales du Crédit Agricole, les grainetiers se regroupent plutôt dans les villes et les gros bourgs.

49A vrai dire, les grainetiers n’apportent qu’une contribution minime à l’agriculture régionale, car ce sont les coopératives agricoles qui se chargent essentiellement, en même temps que du ramassage des produits, de la distribution des engrais et des semences. Les céréales constituant les cultures les plus importantes du Vexin normand, il est naturel que les organismes qui les commercialisent ou les transforment soient les plus nombreux. La collecte des céréales dépend surtout de 5 coopératives dont deux ont leur siège social dans la région : la Coopérative Agricole du Vexin Normand à Etrepagny et la Coopérative de Gisors. Les autres, Coopérative Agricole de Haute-Normandie, Coopérative de Magny-en-Vexin, Coopérative de Neuf-Marché, n’ont dans la région que des silos de collecte. Il existe aussi à Etrépagny un commerçant particulier de céréales en gros, un meunier à Touffreville, et une usine fabricant des aliments du bétail à Bezu-Saint-Eloi.

50Les pommes de terre sont commercialisées par la SICAVEX de Saussay-la-Campagne (pommes de terre de consommation) et par le « Syndicat-plant » d’Etrepagny (pommes de terre de semences). Les betteraves à sucre sont essentiellement collectées par l’importante Sucrerie-distillerie d’Etrepagny qui, avec près de 200 salariés à plein temps, est une des plus grosses usines de la région. La distillerie de Tourny collecte aussi une petite partie des betteraves à sucre. La luzerne fraîche est déshydratée par deux Unions coopératives, l’UCDV de Saussay-la-Campagne, qui possède en outre deux unités de transformation à Fresne-l’Archevêque et Mézières-en-Vexin, et la C.D.L.V. de Dangu. Le lin est collecté par la Coopérative de teillage de Lisors.

VEXIN NORMAND. COMMERCES ET SERVICES LIES A L’AGRICULTURE No 8

VEXIN NORMAND. COMMERCES ET SERVICES LIES A L’AGRICULTURE No 8

VEXIN NORMAND. EQUIPEMENT COMMERCIAL COMMERCE ALIMENTAIRE No 9

VEXIN NORMAND. EQUIPEMENT COMMERCIAL COMMERCE ALIMENTAIRE No 9

51Le lait est ramassé par deux organismes : la coopérative Eure-lait de Ménesqueville et la SAFR qui possède des laiteries à Etrepagny, Gaillon et Nolléval. Il existe enfin de nombreux marchands de bestiaux dispersés dans le pays.

  • 12 Nous reviendrons plus en détail ultérieurement sur le commerce des produits agricoles (cf. 2e parti (...)

52Si beaucoup de services à l’agriculture sont relativement éparpillés, quelques centres importants en regroupent la plus grosse partie : il s’agit en tout premier lieu d’Etrepagny qui apparaît vraiment comme la « capitale » régionale des activités annexes de l’agriculture avec sa sucrerie, la laiterie de la SAFR, la Coopérative Agricole du Vexin normand, le « Syndicat-plant » pour les pommes de terre, une succursale du Crédit Agricole, deux vétérinaires, etc... Les autres centres importants sont Gisors et Fleury-sur-Andelle12.

53b) Les autres activités non agricoles

54Certaines sont dispersées en milieu rural, tandis que la majeure partie se concentre dans les bourgs ruraux et surtout les villes et les deux vallées qui limitent le Vexin normand.

55L’épicerie-café souvent moribonde, qui s’annexe parfois un bureau de tabac, reste un élément familier du paysage des plus petits villages (cf. carte no 9). Rares sont les communes qui en sont totalement dépourvues ; on n’en compte que 7 sur les 100 communes du Vexin normand. Toutefois beaucoup, tenues par des personnes âgées, disparaissent à la mort de celles-ci, et le tableau que nous en avons fixé à la date de 1968 est déjà sensiblement modifié aujourd’hui : beaucoup ont fermé leurs portes. Le commerce alimentaire spécialisé est plus concentré. Si l’on rencontre encore des boulangeries et des boucheries-charcuteries dans de toutes petites communes, elles tendent à se regrouper dans les gros bourgs et les villes. Néanmoins, elles exercent leur activité en milieu rural par l’intermédiaire des tournées ambulantes : comme il s’agit d’entreprises familiales, le propriétaire sillonne les routes avec sa camionnette de livraison, tandis que son épouse s’occupe du magasin. Parmi les établissements commerciaux dispersés en milieu rural, une place à part doit être réservée aux cafés, restaurants, hôtels. Ils s’égrènent le long des grands axes routiers, spécialement le long de la route nationale Paris-Rouen et dans les secteurs pittoresques qui attirent les touristes en fin de semaine, la vallée de l’Epte (Fourges) et le pays de Lyons.

  • 13 Comprises au sens large : maçonnerie, charpente, couverture, plomberie, installation de chauffage, (...)
  • 14 Soit 70,4 % des établissements artisanaux et industriels employant moins de 10 salariés.

56Les garages, stations-services et ateliers de réparation automobile sont relativement dispersés à travers le pays, mais ils sont tout de même plus nombreux le long des grands axes routiers et dans les bourgs et les villes. Les autres établissements artisanaux et industriels employant moins de 10 salariés sont également très éparpillés. La grande majorité des communes possède au moins un établissement de cette catégorie. Les entreprises du bâtiment13 foisonnent véritablement. On en compte 270 dans le Vexin normand14. Il s’agit d’une activité « charnière », difficile à classer, puisque destinée à l’élaboration de bâtiments neufs, mais aussi à la réparation et l’entretien de bâtiments anciens et qui, de ce fait, peut être rattachée au secteur des services. Il s’agit généralement de petites entreprises familiales n’employant pas ou peu de salariés, dont l’essor extraordinaire doit être rapproché d’un double phénomène auquel nous avons déjà fait allusion : l’urbanisation diffuse et individuelle qui ronge les paysages agraires, et le développement considérable des résidences secondaires de Parisiens. En dehors des entreprises liées au bâtiment, les petits établissements industriels et artisanaux sont composés d’ateliers travaillant le cuir (bourreliers) les tissus (couturières, tailleurs), le bois (scieries, meubles), la petite mécanique et les produits alimentaires (cidrerie, distillerie).

57Les activités implantées dans les villes, les bourgs et les marges du Vexin normand sont les plus importantes par le nombre, le personnel qu’elles emploient et le dynamisme.

58Les établissements industriels qui emploient plus de 10 salariés sont concentrés dans deux secteurs principaux, dans la vallée de l’Andelle et le long d’un axe Etrépagny-Gisors, auxquels il faut ajouter deux pôles notables : Château-sur-Epte et Gasny.

59L’activité textile, génératrice au siècle dernier de la grande industrie dans la vallée de l’Andelle, y a presque entièrement disparu. En 1968, il restait deux usines textiles. Aujourd’hui, il n’en reste plus qu’une seule : l’usine Peynaud-Requillard qui file et tisse le coton et emploie plus de 200 salariés. Les autres ont disparu au cours d’une longue crise amorcée au lendemain de la première guerre mondiale. Elles ont été remplacées en grande partie, surtout au sud de Charleval, par des industries diverses presque toutes décentralisées de la région parisienne : petite mécanique, constructions électriques (P.R.L. à Fleury-sur-Andelle), caoutchouc (Mesnel à Charleval), matelas (Mérinos à Perriers-sur-Andelle), mobilier, etc... Les plus nombreuses se sont contentées de s’installer dans les bâtiments abandonnés par les industries textiles, ce qui explique la permanence d’un paysage industriel ancien.

TABLEAU 6. 1968 - ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS DE PLUS DE 10 SALARIÉS

TABLEAU 6. 1968 - ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS DE PLUS DE 10 SALARIÉS

* Établissements soumis à notre enquête.
° Autres établissements sur lesquels nous avons obtenus des renseignements.
Sources : I.N.S.E.E.

No 10. INDUSTRIES et artisanat 1968

No 10. INDUSTRIES et artisanat 1968

60D’Etrépagny à Gisors, l’industrie marque moins fortement les paysages que dans la vallée de l’Andelle. Toutefois on y trouve, outre la sucrerie dont nous avons déjà parlé, trois gros établissements : Wood Milne (caoutchouc) à Etrépagny ; Lemercier (chauffe-eau électrique) et surtout Altulor (Plexiglas) à Bernouville qui emploie plus de 500 salariés, la plus grosse usine de la région. A part cela on trouve - à Gisors en particulier - une multitude d’usines moyennes ou petites très diverses ; industries chimiques, ameublement, industries alimentaires, et aussi de grosses entreprises du bâtiment et des matériaux de construction.

  • 15 Pour un tableau plus complet des industries, se reporter au tableau no 6.

61Chateau-sur-Epte (Bordeaux-Saint-Clair) est dominé par l’importante papeterie Hervé, spécialisée dans la fabrication de carton d’emballage. Enfin, Gasny, tout proche de la vallée de la Seine, a des industries extrêmement variées, surtout mécaniques, et de nouvelles usines s’y créent sans cesse15.

  • 16 On se reportera pour cela aux cartes analytiques nos 11, 12, 13

62Malgré la dispersion de certains commerces et services déjà décrits à travers les campagnes du Vexin, l’essentiel se regroupe dans les centres urbains et dans quelques bourgs ruraux. Les commerces alimentaires spécialisés les plus nombreux, les commerces non alimentaires, les services habituels indispensables s’y retrouvent : guichets bancaires et postaux, médecins, pharmaciens, dentistes, coiffeurs, notaires, hôtels et restaurants... Dans un nombre plus réduit de centres se trouvent le commerce de gros, les marchés forains, les établissements d’enseignement secondaire. Nous ne procéderons pas à une énumération qui serait fastidieuse16.

  • 17 Un certain nombre de services ont été répertoriés sur le tableau no 7 et un barême chiffré leur a é (...)

63Toutefois, nous avons pu établir un tableau et une carte montrant la hiérarchie des villes et bourgs du Vexin selon leur équipement en commerces et services non quotidiens17. Gisors avec un lycée, un collège d’enseignement technique, 6 guichets bancaires, 14 bureaux de compagnies d’assurances, deux notaires, un hopital, 8 médecins particuliers, 3 dentistes, 6 pharmaciens, 8 salons de coiffure... dépasse tous les autres centres par son équipement. Viennent ensuite à peu près à égalité Etrépagny et l’unité urbaine Fleury - Charleval, puis Pont-Saint-Pierre. En dehors des centres urbains, des centres et bourgs ruraux importants apparaissent : par ordre d’importance, Lyons-la-Forêt, Gasny, Ecouis et Bézu-Saint-Eloi. Enfin, des bourgs ruraux secondaires ont un équipement qui mérite d’être signalé : Perriers-sur-Andelle, Tourny, Mainneville et Ecos.

VEXIN NORMAND. EQUIPEMENT COMMERCIAL COMMERCES NON ALIMENTAIRES (sauf les garages et stations-services et les pharmacies) No 11

VEXIN NORMAND. EQUIPEMENT COMMERCIAL COMMERCES NON ALIMENTAIRES (sauf les garages et stations-services et les pharmacies) No 11

VEXIN NORMAND. SERVICES DE SANTE No 12

VEXIN NORMAND. SERVICES DE SANTE No 12

VEXIN NORMAND. SERVICES DIVERS No 13

VEXIN NORMAND. SERVICES DIVERS No 13

VEXIN NORMAND. HIERARCHIE DES VILLES ET BOURGS RURAUX SELON L’EQUIPEMENT EN COMMERCES ET EN SERVICES No 14

VEXIN NORMAND. HIERARCHIE DES VILLES ET BOURGS RURAUX SELON L’EQUIPEMENT EN COMMERCES ET EN SERVICES No 14

TABLEAU 7. HIÉRARCHIES DES VILLES ET BOURGS RURAUX DU VEXIN NORMAND D’APRÈS L’ÉQUIPEMENT EN COMMERCES ET SERVICES D’UN NIVEAU MOYEN

TABLEAU 7. HIÉRARCHIES DES VILLES ET BOURGS RURAUX DU VEXIN NORMAND D’APRÈS L’ÉQUIPEMENT EN COMMERCES ET SERVICES D’UN NIVEAU MOYEN

Sources : I.N.S.E.E. 1968

  • 18 Deuxième partie, premier chapitre.

64Notons bien ici qu’il ne s’agit que d’une hiérarchie établie selon l’équipement en commerces et services. Le rayonnement effectif de ces centres sera étudié ultérieurement18.

65L’évolution de la population et sa composition par âges sont très révélateurs du dynamisme d’une région. Nous terminerons donc le tableau humain du Vexin normand par l’étude de l’évolution démographique.

IV - LA MAJEURE PARTIE DU VEXIN NORMAND N’EST PAS CARACTERISEE PAR UN FORT DYNAMISME DEMOGRAPHIQUE19

  • 19 On ne trouvera pas ici une analyse exhaustive de la démographie du Vexin normand, mais quelques tra (...)
  • 20 La variation des définitions de l’I.N.S.E.E. entre 1954 et 1962 nous contraint à fragmenter les rés (...)

66Nous examinerons d’abord l’évolution de la population entre les trois derniers recensements20.

67Si, de 1954 à 1962, la population a globalement stagné, de 1962 à 1968, on a assisté à une légère reprise de la croissance démographique (1,20 %) (cf. tableau no 8). L’excédent naturel a été de 0,9 % et de 0,7 % par an en moyenne pendant ces deux périodes. C’est grâce à lui que la population a pu se maintenir ou progresser. Pendant la première période, le solde migratoire a été très fortement négatif (— 7,5 %) et il a contribué à annuler l’effet de l’excédent naturel (+ 7,6 %). Pendant la deuxième période, malgré une diminution de l’excédent naturel - commune à toute la France - la croissance démographique a repris grâce à une sensible amélioration du solde migratoire qui est devenu nettement moins négatif (— 3,2 %). Elle est restée malgré tout très modérée.

68L’évolution de la population par canton de 1954 à 1968 fait apparaître une opposition tout à fait remarquable entre les deux cantons orientaux limitrophes de l’Epte et le reste du Vexin normand. A l’est, l’augmentation de la population a été continuelle d’un recensement à l’autre, plus spécialement dans le canton de Gisors. Dans les cantons de l’ouest et du nord-ouest, ceux de Fleury-sur-Andelle et Lyons-la-Forêt, la tendance a été constamment négative, plus fortement encore pendant la première période. Dans les 9 communes du canton des Andelys et dans celui d’Etrépagny, l’évolution a été contradictoire. De 1954 à 1962, la population a augmenté dans celui d’Etrépagny et diminué dans celui des Andelys, tandis qu’entre 1962 et 1968, la tendance s’est inversée : le canton d’Etrépagny a même accusé la perte de population la plus forte de tout le Vexin normand.

TABLEAU 8. EVOLUTION DE LA POPULATION DE 1954 A 1968

TABLEAU 8. EVOLUTION DE LA POPULATION DE 1954 A 1968

69Il est indispensable de descendre à l’échelon communal pour mieux saisir l’évolution démographique (cf. cartes nos 15, 16). L’on s’aperçoit alors que la plus grande partie du pays en superficie a vu sa population diminuer ou, pour le mieux, stagner. De larges zones rurales accusent une perte de population continue de 1954 à 1968. Il s’agit de tout le nord du pays ; nord du pays de Lyons, plateau de Morgny, vallée de la Levrière au nord de Saint-Paer, haute Epte. Il s’agit aussi de la majeure partie du sud du pays ; plateau de Tourny, Vexin bossu et vallée moyenne de l’Epte. Le canton d’Ecos ne doit donc pas son essor démographique aux plateaux agricoles, même pas à son chef-lieu, qui a lui aussi perdu des habitants.

70En revanche, dans le cœur agricole du Vexin central et sur le plateau d’Ecouis, l’évolution a été souvent contraire pendant les deux périodes. Un grand nombre de petites communes rurales qui avaient vu leur population diminuer de 1954 à 1962 l’ont vue augmenter entre 1962 et 1968, ou inversement : Circonstances fortuites ? Dans les petites communes, la diminution de la population s’explique très largement par le seul solde migratoire négatif, mais parfois l’excédent naturel est également négatif et vient renforcer le déficit (plusieurs communes du Vexin bossu).

71L’évolution contradictoire du Vexin central ne revêt qu’une importance relativement secondaire lorsqu’il s’agit de petites communes. Elle est beaucoup plus grave lorsqu’il s’agit d’Etrépagny. De 1954 à 1962, la population d’Etrépagny s’est accrue de 11,6 %. Au contraire, de 1962 à 1968, elle a régressé de 4,9 % par le pur effet d’un solde migratoire négatif, fait qui mérite d’être signalé pour une unité urbaine... Il faut dire que, pendant cette période, deux usines employant plus de 10 salariés y ont fermé leurs portes. Mais ce n’est pas la seule raison. Sans doute faut-il évoquer une politique insuffisante dans le domaine du logement, expliquant peut-être aussi l’essor pendant cette période de petites communes rurales voisines dont la population avait diminué de 1954 à 1962. En revanche, ces dernières années, de nouveaux logements et des équipements ont été construits, et il est permis de penser que l’évolution néfaste sera enrayée.

  • 21 Cf. 2e partie, chapitre premier et chapitre ii.
  • 22 Cf. 2e partie chapitre iii.

72A part le cas particulier d’Etrépagny, la diminution de la population sur les plateaux du Vexin ne pose pas de problèmes aigus. C’est une maladie de langueur qui affecte plus ou moins l’ensemble des plateaux de Haute-Normandie. La diminution de la population dans la vallée de l’Andelle est beaucoup plus grave. Certaines communes dont la population avait augmenté légèrement de 1954 à 1962, grâce à un fort excédent naturel, l’ont vue diminuer très sensiblement de 1962 à 1968 (Radepont, Perruel, Fleury). Pour d’autres, l’évolution a été inverse (Perriers, Vascoeuil). Il n’en reste pas moins que la tendance a été globalement à la baisse, sauf à Pont-Saint-Pierre, grâce à un fort excédent naturel. Dans la vallée de l’Andelle, la perte de population a été exclusivement due à un solde migratoire très fortement négatif. La longue crise des industries textiles, la difficile et lente reconversion qui l’a accompagnée, en sont la cause. La population ouvrière de la vallée a pris depuis longtemps l’habitude de migrer quotidiennement en quête de travail vers la proche vallée de la Seine ou vers Rouen et Elbeuf. Peu à peu, les migrations sont devenues définitives. Il est vrai que joue ici plus qu’ailleurs encore la médiocrité du logement, très largement hérité du siècle dernier21. La situation est grave car, comme nous l’avons vu, les villes de la vallée sont animées par une notable activité de commerces et de services et par l’industrie. L’exode définitif de la population, non compensé par de nouveaux arrivants, risque de mettre en péril l’activité commerciale ; de nombreux commerçants s’en plaignent déjà. Les industriels déplorent de leur côté le manque de main-d’œuvre.. cercle vicieux, puisque les gens sont partis faute de trouver un emploi bien rémunéré et surtout des logements décents, et de nouvelles usines hésitent à s’installer faute de main-d’œuvre... La situation est pratiquement désespérée pour la haute vallée, tandis qu’elle est moins grave plus au sud vers le confluent avec la Seine. Les marges est de la vallée, vallées du Fouillebroc et de la Lieure, et l’ouest du pays de Lyons, ont suivi une évolution un peu différente ; la perte de population très prononcée entre 1954 et 1962, causée par un solde migratoire négatif, a été relayée depuis 1962 par la croissance très rapide d’un certain nombre de communes par l’effet conjugué d’un fort excédent naturel et d’un solde migratoire positif. C’est le cas de Ménesqueville, Touffreville et surtout de Lyons-la-Forêt, qui bénéficie de l’expansion des activités de loisirs22.

VEXIN NORMAND. EVOLUTION DE LA POPULATION de 1954 à 1962 No 15

VEXIN NORMAND. EVOLUTION DE LA POPULATION de 1954 à 1962 No 15

VEXIN NORMAND. EVOLUTION DE LA POPULATION DE 1962 à 1968 No 16

VEXIN NORMAND. EVOLUTION DE LA POPULATION DE 1962 à 1968 No 16
  • 23 Les Thilliers ont progressé grâce à l’expansion des pépinières Derly qui exigent une main-d’œuvre a (...)

73Les secteurs en croissance continue depuis 1954 sont finalement exceptionnels dans le Vexin normand. En dehors de Pont-Saint-Pierre déjà cité et de deux communes du Vexin des plateaux, Le Thil et Les Thilliers23, il s’agit de l’ensemble Gisors-Bézu-Saint-Eloi-Saint-Paer (+ 1.009 habitants de 1962 à 1968) et de Gasny-Fourges (+ 398 habitants pendant la même période). De 1962 à 1968, ces communes de la vallée de l’Epte et de ses abords immédiats ont véritablement « monopolisé » la croissance démographique du pays. Elles lui ont apporté 1407 habitants, soit 63,5 % des apports positifs pendant cette période (809 habitants de plus pour les autres communes en croissance). Cette expansion considérable est due à la conjonction d’un excédent naturel satisfaisant et surtout d’un solde migratoire très positif. Elle s’accompagne d’une croissance des emplois et de la construction active de nouveaux logements.

GRAPHIQUE No 3

GRAPHIQUE No 3

Structures par âges de la population

74Le Vexin normand est donc encore victime dans son ensemble de l’exode rural. La croissance de quelques communes, dont les plus remarquables sont Gisors et Gasny, ne parvient pas à éponger les départs. L’exode n’affecte d’ailleurs pas seulement le monde rural ; il touche aussi les villes : Etrépagny depuis 1962 et surtout la vallée de l’Andelle... La composition par âges de la population reflète cette évolution.

  • 24 Néanmoins, la population active est un peu plus importante qu’en France (41,3 % de la population to (...)

75Comparée à celle de la France entière, la population totale du Vexin normand montre davantage de jeunes de moins de 20 ans (les jeunes de moins de 20 ans constituent 35,5 % de la population totale dans le Vexin contre 32,4 % en France) et un excédent moins sensible de vieillards (respectivement 14,6 % et 13,5 % de la population totale). La population adulte du Vexin normand est donc inférieure à celle de l’ensemble de la France (49,4 % contre 55 % de la population totale)24. Il n’en reste pas moins que, grâce à une abondance de jeunes, l’âge médian du Vexin normand est plus bas que dans l’ensemble de la France : 32 ans au lieu de 34 ans.

76Les pyramides des âges du Vexin normand et de la France entière illustrent encore mieux la composition par âges (cf. graphique no 3). Les deux pyramides ont la même forme d’ensemble, mais celle du Vexin est beaucoup plus élargie à la base et resserrée dans les tranches comprises entre 20 et 65 ans.

77La première caractéristique de la population du Vexin normand est donc l’importance des jeunes de moins de 20 ans. L’existence d’un taux de natalité très fort jusqu’à l’avant-dernier recensement l’explique. L’explosion démographique d’après-guerre y a été plus forte que dans la France en général. De 1954 à 1962, le taux de natalité a été de 20,2 % (cf. tableau no 9). Depuis 1962, la baisse de la natalité a été plus marquée en valeur relative que pour l’ensemble de la France : elle est passée à un taux de 18,5 %, tandis que la mortalité progressait, réduisant sensiblement l’excédent naturel. Toutefois, le taux de natalité est encore plus élevé que dans la France en général, et la tranche de 0 à 4 ans y est plus fournie en valeur absolue.

TABLEAU 9. MOUVEMENT NATUREL DE LA POPULATION : 5 CANTONS

TABLEAU 9. MOUVEMENT NATUREL DE LA POPULATION : 5 CANTONS

* Taux annuels moyens bruts pour 1.000 personnes.
Sources : I.N.S.E.E.

  • 25 Les jeunes adultes de 20 à 35 ans représentent :
    17.4 % de la population totale du Vexin normand
    19.5 (...)

78La deuxième caractéristique de la population du Vexin normand est le déficit d’adultes, spécialement de jeunes adultes et de femmes25. C’est là l’image de l’exode rural dont nous avons parlé précédemment. Le départ des jeunes adultes est particulièrement marqué dans la classe de 20 à 24 ans, plus encore chez les femmes que chez les hommes.

  • 26 La composition par âge de chaque canton étant trop peu différente, nous n’avons pas cherché à l’étu (...)

79La baisse sensible de la natalité, comme pour la France en général, est due en partie au fait que les classes « creuses » parviennent à l’âge de procréer. En outre, comme par surcroît beaucoup de jeunes adultes quittent le pays, il est permis d’être assez pessimiste sur l’évolution démographique ultérieure, à moins que le pays ne retienne mieux ses habitants...26.

80Parti de l’examen des paysages, nous sommes parvenu à en expliquer beaucoup d’aspects. Les particularités du milieu physique expliquent bien sûr les paysages naturels et certains aspects des paysages humanisés : matériaux de construction anciens, utilisation du sol. Beaucoup de paysages s’expliquent aussi par leur contenu fonctionnel actuel ; cela va de soi pour les paysages urbains et industriels, bien que certains aspects soient visiblement hérités du passé, comme les corons et les vieilles usines de la vallée de l’Andelle. La majeure partie de l’utilisation du sol et le parcellaire s’expliquent aussi par les activités actuelles et le cadre dans lequel elles se déroulent. Mais il reste des traits du paysage inexpliqués par elles ou par le milieu physique : l’aspect des villages et la disposition des cours de fermes, l’extension variable des vergers de pommiers dont bien peu sont encore exploités, l’utilisation de l’ardoise et non de la tuile à l’ouest pour les toitures, etc... Est-ce uniquement un héritage du passé ? Dans ce cas, il nous faudrait examiner sans plus attendre comment se sont élaborés les paysages au cours de l’histoire.

81A vrai dire, pour définir la situation régionale du Vexin normand, nous nous en sommes surtout tenu jusqu’ici au critère des paysages. Il en existe un autre, celui de la vie de relations, des flux, qui font apparaître des espaces polarisés par les centres urbains. Nous nous consacrerons donc maintenant à l’étude de l’ensemble des relations intérieures et extérieures du Vexin normand, cherchant à voir si certaines limites d’influence coïncident avec la réalité visible des paysages.

Notes

1 Dans les limites de notre étude : I.N.S.E.E. Recensement de 1968. Population municipale.

2 Selon les critères de I.N.S.E.E., quatre unités ont été retenues comme urbaines : Etrépagny : 2.637 habitants - Gisors : 7.329 habitants - Fleury-Charleval : 3.240 habitants - Pont-Saint-Pierre-Romilly : 3.027 habitants. La population urbaine totalise donc 14.252 habitants, soit le 1/3 de la population totale.

3 Du recensement de 1968, il n’a été possible d’obtenir que très tardivement (courant 1971) les résultats d’un sondage au 1/20e concernant la composition de la population active par catégories socio-professionnelles par cantons seulement. Aussi n’avons-nous pas pu retrouver le cadre territorial précis de notre étude, mais seulement l’addition des résultats de cinq cantons : Fleury, Lyons, Etrépagny, Gisors et Ecos, à l’exclusion des neuf communes étudiées dans le canton des Andelys. Pour l’étude de la répartition géographique de la population active, après avoir retenu du recensement de 1968 la composition socio-professionnelle par canton, nous avons dû surtout nous en tenir aux résultats du recensement de 1962 : outre la composition socio-professionnelle par canton, nous nous sommes surtout intéressés à la composition de la population active par secteurs d’activité économique au niveau communal. A partir de là, nous avons pu élaborer le graphique no 2 et la carte no 6. Nous avons pu également en tirer des renseignements précieux concernant les migrations quotidiennes de travail et les emplois offerts par chaque commune.

4 Globalement, en 1962, la population active résidente montre la prédominance très nette du secteur secondaire, ce qui confirme les constatations précédentes : 45,2 % des travailleurs sont employés dans le secteur secondaire, 28,2 % dans le secteur tertiaire, 26,6 % dans le secteur primaire (agriculture, pêche, sylviculture). A cet égard, les définitions de l’I.N.S.E.E. sont d’ailleurs peu satisfaisantes : sont inclus dans le secteur secondaire les activités de réparation et d’entretien, garages, réparation automobile, mécaniciens ruraux, etc... qui devraient plutôt être rattachés aux services, donc au secteur tertiaire. Mais, même si l’on transfère ces activités dans le secteur tertiaire, le secteur secondaire reste majoritaire.

5 Saussay-la-Campagne, Bernouville, Bézu-Saint-Eloi, Neaufles-Saint-Martin.

6 Selon l’enquête préfectorale de l’Eure de 1967 (cf. annexe méthodologique), 839 travailleurs de l’industrie (employés dans les établissements de plus de 10 salariés) viennent de l’extérieur du Vexin normand pour y travailler. La confrontation de ces chiffres avec ceux du recensement de 1962 ne nous permet pas de donner des résultats numériquement précis, mais seulement une « fourchette » indicative.

7 Notre exposé sur l’agriculture n’a pas pour but l’étude exhaustive des structures d’exploitations et des systèmes de culture à travers tout le Vexin normand, qui serait l’objet d’un autre travail de recherche, partiellement réalisé dans deux mémoires de maîtrise d’étudiants à propos de deux cantons : B. Demagny pour le canton d’Etrépagny (Rouen, 1968) et D. Salhorgne pour celui de Gisors (Rouen, 1970).

8 Les trois catégories dont nous faisons part ont été choisies pour le Vexin normand par M. A. Frémont dans sa thèse sur « l’élevage en Normandie ». Notre but n’étant pas l’analyse fine des structures d’exploitations, nous n’avons pas cherché à établir des coupures correspondant à des potentialités du système de culture. A titre de référence, nous donnerons les résultats des travaux de maîtrise cités ci-dessus qui ont abouti à la délimitation de seuils plus précis.
Les chiffres cités ci-dessus sont extraits du dépouillement du fichier de la Mutuelle agricole de l’Eure.

9 Paragraphe élaboré à partir des mémoires de B. Demagny et D. Salhorgne et de documents du Centre de Gestion de l’Eure. Les résultats concernent donc essentiellement les cantons d’Etrépagny et de Gisors et les 60 grandes exploitations en gestion. Mais à partir de la connaissance des structures d’exploitation et de la thèse de M. A. Fremont, il est permis de tenter une généralisation à l’ensemble du Vexin normand. Les chiffres fournis sont ceux des exploitations en gestion des différentes catégories (cf. tableau no 4).

10 Cf. Thèse de M. A. Frémont, op. cit, p. 536.

11 Pour plus de renseignements, on se reportera aux fiches analytiques de l’annexe.

12 Nous reviendrons plus en détail ultérieurement sur le commerce des produits agricoles (cf. 2e partie).

13 Comprises au sens large : maçonnerie, charpente, couverture, plomberie, installation de chauffage, peinture en bâtiment, installation électrique.

14 Soit 70,4 % des établissements artisanaux et industriels employant moins de 10 salariés.

15 Pour un tableau plus complet des industries, se reporter au tableau no 6.

16 On se reportera pour cela aux cartes analytiques nos 11, 12, 13

17 Un certain nombre de services ont été répertoriés sur le tableau no 7 et un barême chiffré leur a été attribué. Selon le total obtenu, une hiérarchie simple a pu être élaborée et reportée sur la carte no 14 par un système de cercles proportionnels. Cette hiérarchie n’est évidemment qu’indicative.

18 Deuxième partie, premier chapitre.

19 On ne trouvera pas ici une analyse exhaustive de la démographie du Vexin normand, mais quelques traits essentiels pouvant donner une image du dynamisme de la région, globalement, et surtout à travers l’espace géographique.

20 La variation des définitions de l’I.N.S.E.E. entre 1954 et 1962 nous contraint à fragmenter les résultats en deux périodes : 1954-1962 (population municipale définition 1954), 1962-1968 (définition 1962).

21 Cf. 2e partie, chapitre premier et chapitre ii.

22 Cf. 2e partie chapitre iii.

23 Les Thilliers ont progressé grâce à l’expansion des pépinières Derly qui exigent une main-d’œuvre abondante.

24 Néanmoins, la population active est un peu plus importante qu’en France (41,3 % de la population totale contre 41,08 %).

25 Les jeunes adultes de 20 à 35 ans représentent :
17.4 % de la population totale du Vexin normand
19.5 % de la population totale de la France
Les adultes de 50 à 65 ans représentent :
14,3 % de la population totale du Vexin normand
15 % de la population totale de la France.

26 La composition par âge de chaque canton étant trop peu différente, nous n’avons pas cherché à l’étudier. Pour procéder à une étude plus fine, il aurait été indispensable d’avoir les résultats par commune. Comme I.N.S.E.E. ne fournit aucun renseignement de cet ordre, nous avons dû y renoncer.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. CATÉGORIES SOCIO-PROFESSIONNELLES - 1968
Légende Source : i.n.s.e.e.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-1.jpg
Fichier image/, 384k
Titre POPULATION ACTIVE PAR CATEGORIES SOCIO-PROFESSIONNELLES Graphique No 1
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-2.jpg
Fichier image/, 308k
Titre POPULATION ACTIVE SELON LES CATEGORIES D’ACTIVITE ECONOMIQUE, DOMINANTES -1962- No 6
Légende 1) COMMUNES A POPULATION ACTIVE AGRICOLE TRÈS IMPORTANTE (> 40 %)1 Secteur secondaire < 20 %2 Secteur secondaire 20 à 40 %2) COMMUNES OU AUCUN SECTEUR DE LA POPULATION ACTIVE NE DOMINE3 < 50 % secteur secondaire< 40 % primaire< 30 % tertiaire3) COMMUNES A POPULATION ACTIVE OUVRIÈRE DOMINANTE
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-3.jpg
Fichier image/, 500k
Titre POPULATION ACTIVE PAR SECTEURS D’ACTIVITE ECONOMIQUE GRAPHIQUE No 2
Légende 1 point par commune
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-4.jpg
Fichier image/, 156k
Titre TABLEAU 2. LES STRUCTURES D’EXPLOITATIONS
Légende A - Nombre d’exploitations par classe de taille en % du nombre total d’exploitations.B - Superficie occupée par catégorie d’exploitation (classe de taille) en % de la surface agricole utile.Sources : Mutuelle agricole de l’Eure - D.D.A. 1967
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-5.jpg
Fichier image/, 60k
Titre TAILLE DES EXPLOITATIONS AGRICOLES No 7
Légende Dessinée par Mme HAZARD
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-6.jpg
Fichier image/, 500k
Titre TABLEAU 3. UTILISATION DU SOL en % de la S.A.U. totale
Légende Sources : Enquête communautaire 1967, D.D.A.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-7.jpg
Fichier image/, 148k
Titre VEXIN NORMAND. COMMERCES ET SERVICES LIES A L’AGRICULTURE No 8
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-8.jpg
Fichier image/, 240k
Titre VEXIN NORMAND. EQUIPEMENT COMMERCIAL COMMERCE ALIMENTAIRE No 9
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-9.jpg
Fichier image/, 248k
Titre TABLEAU 6. 1968 - ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS DE PLUS DE 10 SALARIÉS
Légende * Établissements soumis à notre enquête.° Autres établissements sur lesquels nous avons obtenus des renseignements.Sources : I.N.S.E.E.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-10.jpg
Fichier image/, 740k
Titre No 10. INDUSTRIES et artisanat 1968
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-11.jpg
Fichier image/, 512k
Titre VEXIN NORMAND. EQUIPEMENT COMMERCIAL COMMERCES NON ALIMENTAIRES (sauf les garages et stations-services et les pharmacies) No 11
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-12.jpg
Fichier image/, 252k
Titre VEXIN NORMAND. SERVICES DE SANTE No 12
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-13.jpg
Fichier image/, 200k
Titre VEXIN NORMAND. SERVICES DIVERS No 13
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-14.jpg
Fichier image/, 232k
Titre VEXIN NORMAND. HIERARCHIE DES VILLES ET BOURGS RURAUX SELON L’EQUIPEMENT EN COMMERCES ET EN SERVICES No 14
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-15.jpg
Fichier image/, 244k
Titre TABLEAU 7. HIÉRARCHIES DES VILLES ET BOURGS RURAUX DU VEXIN NORMAND D’APRÈS L’ÉQUIPEMENT EN COMMERCES ET SERVICES D’UN NIVEAU MOYEN
Légende Sources : I.N.S.E.E. 1968
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-16.jpg
Fichier image/, 364k
Titre TABLEAU 8. EVOLUTION DE LA POPULATION DE 1954 A 1968
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-17.jpg
Fichier image/, 208k
Titre VEXIN NORMAND. EVOLUTION DE LA POPULATION de 1954 à 1962 No 15
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-18.jpg
Fichier image/, 256k
Titre VEXIN NORMAND. EVOLUTION DE LA POPULATION DE 1962 à 1968 No 16
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-19.jpg
Fichier image/, 228k
Titre GRAPHIQUE No 3
Légende Structures par âges de la population
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-20.jpg
Fichier image/, 216k
Titre TABLEAU 9. MOUVEMENT NATUREL DE LA POPULATION : 5 CANTONS
Légende * Taux annuels moyens bruts pour 1.000 personnes.Sources : I.N.S.E.E.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8853/img-21.jpg
Fichier image/, 116k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540