Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Vexin normand ou Vexin parisien ?

 | 
Jean-Pierre Fruit

Première partie. La signification des paysages

Chapitre II. Les particularités du milieu physique1

Texto completo

  • 1 Pour les sources et les problèmes de méthode, cf. l’annexe.

1La platitude des horizons dans toute la partie centrale du pays s’explique par la très large extension de la surface d’érosion polygénique élaborée à la fin du crétacé et au cours du tertiaire aux dépens des terrains du crétacé. Cette surface qui se prolonge vers l’ouest et le sud dans la majeure partie de la Haute-Normandie a été affectée par l’enfoncement de la vallée de la Seine et de ses affluents, mais, au cœur du Vexin normand, elle n’a été que faiblement disséquée par de petites vallées, aujourd’hui asséchées, sauf la Bonde.

2Le soubassement du Vexin normand est donc essentiellement constitué par la craie blanche du crétacé supérieur (Coniacien, Santonien, Campanien). Pourtant, la craie n’affleure qu’épisodiquement sur le plateau, sur les flancs des vallons secs où elle est souvent entaillée par de petites carrières ouvertes pour extraire le matériau destiné à l’amendement des sols insuffisamment riches en calcium. En effet, sur le plateau, la craie est généralement recouverte par deux formations superficielles à partir desquelles se sont développés les sols cultivés : l’argile à silex et le limon des plateaux (cf. carte no 4).

3L’argile à silex, pour une part résidu de l’altération de la craie, repose directement sur celle-ci. Pourtant, elle n’affleure pas partout, car elle est souvent coiffée par un manteau de limons argilo-sableux dénommés « limon des plateaux ». Lorsque le limon est épais, il est facile de le distinguer de l’argile à silex : la terre est alors « franche » et dépourvue de « cailloux » : ce sont les meilleurs terroirs agricoles. Mais lorsque les limons sont peu épais, ils s’imprègnent eux-mêmes de silex et il est très difficile de distinguer les deux formations.

4Néanmoins, les limons semblent acquérir le maximum d’épaisseur (10 à 15 mètres) sur le plateau central, le plateau d’Ecouis et à l’ouest du plateau de Tourny. Les sols des interfluves élevés y sont totalement dépourvus de silex. En revanche, autour du vallon du Cambon à Harquency et surtout au nord du talus d’Etrepagny, les limons n’apparaissent généralement qu’en placages minces et ils se mêlent facilement à l’argile à silex, quand ils ne lui laissent pas complètement la place : c’est là le domaine des « terres à cailloux ».

5L’hétérogénéité des terrains s’accroît à la périphérie du pays, là où la surface tertiaire a été disséquée par les affluents de la Seine et leurs tributaires. Le long de leurs versants, l’argile à silex des sommets parfois couverte de minces placages limoneux est relayée plus bas par de larges affleurements de craie modelés au cours des périodes froides du quaternaire par des dépôts périglaciaires qui leur donnent souvent un profil réglé. Si les parties amont des grandes vallées et les vallons secondaires sont aujourd’hui asséchés, les secteurs aval des principales vallées sont drainés et présentent un fond plat alluvial, résultat des dépôts consécutifs au dernières trangressions marines, dépôts répartis en deux étages ; une basse terrasse de 12 à 15 mètres au dessus du niveau d’étiage et qui se présente en lambeaux étroits et des alluvions modernes qui tapissent largement le fond humide des vallées.

6En outre, sur les interfluves de la périphérie, l’argile à silex est recouverte par endroits de terrains sédimentaires déposés au tertiaire : les sables du Thanétien affleurent largement au sud de Lyons-la-Forêt, autour de Lisors. A Mesnil Verclives, les sables sont coiffés par les argiles plastiques du Sparnacien qui créent un monticule aplati au sommet duquel s’est bâti le village. Au nord-ouest de Gisors, sur les interfluves entre l’Epte, la Levrière et la Bonde, les argiles sparnaciennes s’étalent largement et elles reposent parfois en discordance sur la craie ou l’argile à silex. Mais au sud-est du pays, la série des terrains sédimentaires du tertiaire est encore plus complète : elle se prolonge jusqu’aux calcaires grossiers du Lutétien. Il est remarquable de constater que, géologiquement et morphologiquement, le Vexin français se prolonge au-delà de l’Epte par les croupes accidentées du Vexin bossu. Mais à l’ouest de l’Epte, l’épaisseur de la table de calcaire grossier s’amenuise tant, que l’érosion l’a morcelé en multipliant les pentes développées dans les argiles et les sables du tertiaire. Le talus qui court de Dangu à Heubecourt et limite vers l’ouest le Vexin bossu répond à la définition d’une cuesta.

7Les particularités de la morphologie du Vexin normand n’expliquent pas seulement les paysages naturels. Les paysages humanisés leur sont aussi redevables de plusieurs de leurs aspects. Les matériaux de contruction traditionnels d’un habitat rural largement hérité des XVIIIe et XIXe siècles ont été tirés du sol. Il n’est donc pas étonnant de constater que, dans le Vexin bossu, les maisons sont bâties en pierres de calcaire grossier, tandis que, dans le reste du pays, les silex et l’argile sous diverses formes ont servi de base à la construction : torchis, colombage et torchis, blocage de silex, silex avec armature de brique, brique seule...

8Les endroits où le limon des plateaux est le plus épais et le plus continu sont les plus propices à la grande culture : les plateaux du centre, d’Ecouis et de Tourny détiennent les meilleures terres à blé et à betteraves. En revanche, au nord du talus d’Etrepagny, dans le pays de Lyons, le Vexin bossu et les vallées périphériques, la multiplication des pentes, les larges affleurements d’argile à silex, de craie, ou de terrains tertiaires sablo-argileux sont beaucoup moins favorables aux cultures. Les terrains les plus médiocres ont même été laissés en bois et forêts : les argiles sparnaciennes de l’interfluve Epte-Levrière portent le bois de Gisors. Les sables thanétiens de Lisors sont couverts par la partie sud de la forêt domaniale de Lyons. Mais il faut se garder de schématiser : la forêt de Lyons s’étend aussi sur les sols les plus divers : craie, argile à silex et même, en certains endroits, épaisses couches de limons. Les terrains argileux divers (argile à silex, argile sparnacienne, alluvions récentes) sont plus propices à la poussée de l’herbe qu’aux cultures : sur les alluvions humides des fonds de vallées, c’est même la seule utilisation du sol possible.

9L’utilisation du sol n’est pas seulement conditionnée par la qualité des terrains. Elle s’explique aussi largement par les particularités du climat. La carte no 4 montre que, dans l’ensemble, le climat du Vexin est sensiblement moins pluvieux que celui du reste de la Haute-Normandie, à l’exception du plateau d’Evreux qui est encore plus sec. A vrai dire, la hauteur des précipitations varie sensiblement du sud-est au nord-ouest : le sud-est du pays, plateau de Tourny, Vexin bossu et vallée de l’Epte au sud de Gisors, reçoit en moyenne moins de 700 millimètres par an. La sécheresse d’été s’y fait parfois cruellement sentir : l’herbe « vient » naturellement mal, sauf dans les fonds alluviaux constamment humides. A l’extrême nord et nord-ouest (Pays de Lyons), les précipitations dépassent 800 millimètres (844 mm à Lyons-la-Forêt), comme dans la majeure partie du pays de Caux et du pays de Bray. L’herbe pousse naturellement bien mieux, même sur les sols les mieux égouttés. Enfin, au centre du pays, la pluviométrie est comprise entre 700 et 800 mm et les conditions sont à la fois favorables aux herbages et aux cultures.

10En résumé, l’extension progressive de la surface toujours en herbe vers le nord et l’ouest du pays ne doit pas étonner : elle est due à la fois à l’humidité plus grande du climat, à l’extension de l’argile à silex dépourvue de limon, à la multiplication des pentes. Mais il faut se garder d’un déterminisme systématique : l’utilisation du sol est également liée aux systèmes de cultures qui s’expliquent largement par la structure des exploitations et les initiatives propres des agriculteurs. Finalement, le milieu physique n’explique qu’une partie des paysages humanisés. Il nous faudra voir maintenant dans quelle mesure ceux-ci sont le reflet de la réalité humaine présente. C’est donc par l’étude des principaux aspects de la vie humaine dans le Vexin normand que nous continuerons notre exposé.

VEXIN NORMAND No 5

VEXIN NORMAND No 5

Notas

1 Pour les sources et les problèmes de méthode, cf. l’annexe.

Índice de ilustraciones

Título VEXIN NORMAND No 5
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8852/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 556k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1974

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540