Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vexin normand ou Vexin parisien ?

 | 
Jean-Pierre Fruit

Première partie. La signification des paysages

Chapitre premier. Les paysages du Vexin Normand

Texte intégral

1Le Vexin normand se présente comme un plateau aux vastes horizons, très plat en son centre, progressivement accidenté à sa périphérie, sauf au nord où sa surface tabulaire est brutalement interrompue par la cuesta du pays de Bray. Les paysages humanisés se modèlent en partie en fonction des contrastes entre le cœur du pays et ses marges, mais ils se transforment aussi graduellement du sud-est vers le nord-ouest, depuis l’Epte jusqu’à l’Andelle (cf carte no 3).

I - L’opposition entre le plateau et sa périphérie accidentée

2Qu’on aborde le Vexin normand en venant de Rouen, de la vallée de la Seine ou de Paris, on traverse d’abord des paysages accidentés, le plus souvent boisés et très fréquemment marqués par une urbanisation ponctuelle ou diffuse et la présence d’usines.

3A la limite ouest et nord-ouest du Vexin, la vallée de l’Andelle, encaissée de plus de 100 mètres, et ses affluents (Lieure, Fouillebroc) échancrent le plateau et le morcellent en un ensemble de croupes et d’éperons boisés. La forêt est fragmentée sur les deux versants de la vallée de l’Andelle et s’étale plus largement autour de Lyons-la-Forêt où elle est constituée par de magnifiques futaies de hêtres (pl. no I). Si le pays de Lyons garde ainsi un aspect avant tout sylvestre, il n’en est pas de même pour la vallée de l’Andelle, véritable rue agricole et industrielle à la fois, avec des groupements urbains : Fleury-sur-Andelle, Charleval, Pont-Saint-Pierre. Le paysage est celui, peu agréable, des vieilles régions industrielles du siècle dernier : usines construites en brique surmontées de hautes cheminées (pl. no II), cités ouvrières tristes, véritables « corons » (pl. no III). On y remarque peu de nouveaux bâtiments industriels, à peine plus de logements neufs, sauf de petits ensembles de pavillons ou des immeubles isolés. Encore est-ce un phénomène très récent qui s’observe exclusivement dans la basse vallée de l’Andelle. Au nord de Charleval, le paysage vétuste du siècle dernier est presque intact : les usines voisinent les cours de ferme où une vie agricole notable continue à persister ; les fonds alluviaux de la vallée sont couverts de grasses prairies où paissent des troupeaux de vaches laitières.

4Au sud du Vexin, les têtes de vallons des affluents de la Seine se creusent à la surface du plateau, en particulier la vallée du Cambon à Harquency, en amont des Andelys.

5Les contrastes du relief sont encore plus vifs à la limite est du Vexin normand : les vallées de l’Epte et de la Levrière rompent la platitude des horizons. Au sud de Dangu surtout le paysage montueux du Vexin français se prolonge au-delà de l’Epte : un talus regardant à l’ouest limite un lambeau de plateau morcelé en croupes par des vallées drainées ou sèches, et domine le plateau de Tourny d’une trentaine de mètres. Le haut des pentes du « Vexin bossu » est couvert de boisements plus discontinus que ceux de l’Andelle ou du pays de Lyons. La vallée de l’Epte, contrairement à celle de l’Andelle, n’est pas une rue industrielle. Cela est particulièrement vrai pour la haute vallée de l’Epte au nord de Gisors et pour la jolie vallée de la Levrière, où l’habitat rural traditionnel apparaît soigneusement entretenu, sinon reconstitué, ce qui évoque la présence de résidences secondaires de citadins. Ailleurs, les usines sont le plus souvent isolées, comme la papeterie de Bordeaux-Saint-Clair à Château-sur-Epte, si bien que les paysages ont gardé un aspect rural, sauf autour de Gisors et accessoirement de Gasny. Gisors est une petite ville de 7 000 habitants et, autour de son centre partiellement reconstruit après la dernière guerre, très animé en fin de semaine et le jour du marché, s’éparpillent des ensembles d’immeubles collectifs, des villas, des bâtiments industriels neufs qui s’impriment dans le paysage rural, contribuant ainsi à l’altérer. Ce paysage mi-rural, mi urbain se prolonge vers l’ouest le long de la route nationale en direction du Vexin central, de Gisors à Neaufles-Saint-Martin, Bezu-Saint-Eloi, Bernouville et Etrepagny. Tout au sud de la vallée de l’Epte, Gasny présente quelques similitudes avec Gisors : autour du noyau ancien d’aspect rural s’étalent usines modernes et usines en construction, villas neuves et immeubles collectifs qui se dressent au-dessus des champs de maïs. Là aussi, l’urbanisation « grignote » l’espace rural.

  • 1 Les bois et forêts qui accompagnent les accidents de la périphérie et le talus d’Etrépagny délimite (...)

6Que ce soit en sortant de la forêt de Lyons au Coudray, ou en descendant par la route de Paris le talus d’Authevernes d’où l’on domine Les Thilliers-enVexin, dès que l’on quitte les confins accidentés du Vexin, on est frappé par la transformation du paysage : l’œil n’est plus arrêté par aucun obstacle majeur. Les horizons plats ou légèrement ondulés sont interrompus seulement par des touffes d’arbres ou les frondaisons verdoyantes qui entourent les villages (pl. no IV). Le cœur du pays est constitué par des plateaux peu disséqués dont l’altitude varie entre 100 et 150 mètres. Le seul accident notable est un talus médiocre couronné de bois qui va du Coudray à l’est d’Etrepagny. Il limite au nord une surface voisine de 150 mètres d’altitude et qui se relève doucement vers le pays de Bray, et au sud une surface plus déprimée, de 110 mètres d’altitude environ qui remonte lentement vers la Seine. Entre Nojeon-le-Sec et Etrepagny, le talus est accentué par la Bonde, petite rivière qui le jalonne1. Dans tout le Vexin central, les plus gros bourgs ont un aspect rural et le pays est relativement épargné jusqu’à présent par la progression de l’urbanisation. L’agriculture domine le paysage avec ses immenses pièces de terres labourées et ses grosses fermes. Une exception toutefois doit être signalée, celle d’Etrepagny. Il est vrai qu’Etrepagny, avec ses 2.600 habitants, dominé par la cheminée de sa sucrerie, a conservé longtemps un aspect traditionnel (pl. no V), et ce n’est que tout récemment qu’aux vieilles maisons de brique s’est ajouté un quartier neuf de pavillons et d’immeubles.

7En définitive, le cœur du Vexin, plat et déboisé, semble dominé par l’agriculture, tandis que la périphérie accidentée rassemble l’essentiel de la vie urbaine et industrielle locale. Pourtant la vie agricole est loin d’être inexistante, mais les paysages agraires n’y présentent pas les mêmes aspects qu’au centre. Alors qu’au cœur du pays le parcellaire est caractérisé par l’existence de champs trapus et que 70 à 80 % de la surface agricole utile sont consacrés aux terres labourables, les finages marginaux s’individualisent par un morcellement plus grand du parcellaire et par l’extension des herbages. Cette extension est modérée dans le Vexin bossu et dans la basse vallée de l’Epte, où les herbages n’occupent que les fonds alluviaux les plus impropres à la culture. L’herbe gagne les pentes dans les vallées de la haute Epte et de la Levrière, mais elle devient un élément essentiel du paysage agraire surtout dans la vallée de l’Andelle, le pays de Lyons et sur le plateau de Morgny.

8Au centre du pays, l’habitat est fortement groupé : certaines communes, il est vrai de dimensions réduites, n’ont aucun écart, ainsi Le Thil, Gamaches, Villers-en-Vexin, Saussay-la-Campagne... En revanche à la périphérie, les écarts - hameaux et fermes isolées - deviennent plus nombreux, que ce soit en allant vers l’Epte ou vers l’Andelle. Mais la transformation des paysages agraires du sud-est vers le nord-ouest est tout aussi sensible et beaucoup plus intéressante pour notre propos.

II - De l’Epte à l’Andelle, les paysages agraires et en particulier l’habitat se transforment profondément

  • 2 Cette distinction est évidemment schématique, la transition entre les différents types de paysages (...)

9Le Vexin normand a des paysages agraires qui tiennent à la fois de ceux du pays de Caux oriental et de ceux de l’Ile-de-France, mais de manière très nuancée. En s’efforçant de simplifier, on peut en gros distinguer trois types de paysages agraires limités par des diagonales orientées du sud-ouest au nord-est2.

  1. Dans le Vexin bossu, au sud-est d’une ligne Tilly-Vesly-Dangu, les paysages prolongent ceux du Vexin français (pl. no VI). L’habitat est le plus souvent groupé en villages de forme ramassée. En dehors du village - centre communal - on compte généralement un ou deux groupements en hameaux. Les maisons y sont serrées, jointives. Les maisons-blocs, sièges des toutes petites exploitations, ou demeures actuelles ou passées d’ouvriers agricoles, sont généralement contiguës et disposées parallèlement aux rues (pl. no VII). Les grosses fermes situées dans les villages ou isolées au milieu de leurs terres sont presque toutes à cour fermée : les bâtiments se disposent autour d’une cour qui n’est ouverte sur l’extérieur que par un porche monumental (pl. no VIII). Certaines, fort anciennes, présentent des restes de fortifications ; le cas extrême est celui d’une exploitation de Chateau-sur-Epte qui s’est installée dans les ruines d’une forteresse médiévale. Les murs de tous les bâtiments sont construits en pierres plus ou moins bien appareillées et les toits sont constitués de tuiles plates brunes. Les villages se caractérisent donc par leur tassement, leur manque d’aération. De plus ils apparaissent avec netteté lorsqu’on les observe depuis la campagne. Ils ne sont pas entourés d’un épais écran de verdure, et les clos herbagers plantés de pommiers à cidre, si caractéristiques des pays normands, sont ici très peu étendus ou absents. Ils représentent partout moins de 5 % de la surface agricole utile.

    • 3 Tel que l’entendent les habitants (voir l’introduction).
    • 4 A vrai dire, cela est de moins en moins vrai autour des grandes exploitations et des villages où el (...)

    Au nord-ouest de la ligne Tilly-Vesly-Dangu et au sud-est d’une ligne Flipou-Lisors-Morgny-Bouchevilliers, c’est-à-dire dans le Vexin normand au sens strict3, le parcellaire devient massif et constitue un bon exemple d’openfield « mosaïque » analogue à celui qu’on peut trouver dans le Vexin français à l’ouest de Pontoise, mais une transformation sensible s’effectue au niveau de l’habitat (pl. no IX). Les villages et les fermes isolées s’auréolent de verdure : grands arbres, frênes, chênes, hêtres, mais surtout les clos plantés de pommiers se multiplient et s’élargissent. Le paysage familier, bien « normand » des vaches broutant à la belle saison une herbe grasse à l’ombre des pommiers, devient une constante autour des lieux habités, ce qui accentue le contraste de ceux-ci avec l’espace cultivé découvert4. Mais c’est surtout la structure interne de l’habitat qui se modifie. Les villages - de formes variées linéaires ou non - s’étalent, les maisons se desserrent, les arbres et l’herbe s’insinuent entre les espaces bâtis. Les petites maisons-blocs tendent à se disposer perpendiculairement aux rues, laissant entre elles des cours ou des jardins. La grande ferme à cour fermée se fait plus rare : dans l’ensemble, les bâtiments ne sont pas contigus et la cour de ferme peut être aperçue sans que l’on soit obligé de pénétrer par le porche (pl. no X). Il ne s’agit pas encore de cours ouvertes, mais d’un type intermédiaire entre la ferme de l’Ile-de-France et la ferme cauchoise. Enfin, on a utilisé des matériaux très divers pour la construction : les murs sont en brique, en silex, en torchis, le colombage fait son apparition. Pour les toitures, l’ardoise se montre, supplantant peu à peu la tuile vers l’ouest et le nord-ouest. Tout-à-fait à l’ouest, lorsque les frondaisons vertes de la forêt de Lyons se rapprochent, la combinaison murs de brique - toits d’ardoise s’affirme presque exclusive.

  2. Au nord-ouest de la ligne Flipou-Lisors-Morgny-Bouchevilliers le caractère « normand » - disons plutôt « cauchois » - du paysage s’affirme (pl. no XI). Le parcellaire se morcelle de plus en plus, présentant souvent des pièces allongées et de petite taille, surtout au nord. La surface toujours en herbe prend une place très importante, généralement plus de 30 % de la surface agricole utile, plus de 50 % dans la vallée de l’Andelle et les clairières de la forêt de Lyons. Par ailleurs, les clos plantés de pommiers deviennent un élément marquant du paysage : plus de 30 % de la surface agricole utile au Tronquay. Généralement, autour de ces clos et même autour de certains herbages non plantés, la haie vive remplace les barbelés qui fermaient jusqu’ici les prés.

10L’habitat se disperse de plus en plus : les hameaux, les fermes isolées se multiplient. Parfois même, comme à Lorleau, dans le pays de Lyons, la grande majorité de la population réside dans les écarts et le bourg se limite à l’église, la mairie, quelques maisons. Mais l’impression d’éparpillement que donne l’habitat est due aussi à son desserrement extrême à l’intérieur des villages et des hameaux. Les maisons s’égrènent le long des rues au milieu de la verdure des clos de pommiers et des haies vives. A la limite, hameaux et bourgs ne se distingent plus comme au Tronquay où l’on peut parler de véritables villages « chenilles ». Les petites maisons-blocs sont très souvent bâties perpendiculairement aux rues et routes, mais aussi parfois sans ordre. Quant aux moyennes et grosses fermes à bâtiments dissociés, elles sont en général à cour ouverte du type « cauchois ». Les bâtiments s’éparpillent dans une cour fréquemment herbeuse et plantée de pommiers ; les murs sont de brique ou en colombage, les toits couverts d’ardoise ou de chaume : l’on se sent vraiment ici en Normandie (pl. no XII).

11Les paysages du Vexin normand se transforment donc très sensiblement de son cœur à la périphérie, et de l’Epte jusqu’à l’Andelle. Or, certaines nuances et traits du paysage peuvent s’expliquer directement par les particularités du milieu physique.

Légende de la carte hors texte no 3 : les paysages

L’habitat

121-2-3 : Villages et hameaux.

131 - Habitat rural en ordre très lâche, maisons éparpillées, fermes à bâtiments dissociés et cours ouvertes très souvent herbeuses et plantées de pommiers.

142 - Habitat rural de transition ; ordre moins lâche, bâtiments souvent reliés par des murs qui bordent les rues. Les fermes à cour semi-fermée dominent malgré la persistance de fermes à cour ouverte et l’apparition de fermes à cour fermée.

153 - Habitat rural en ordre serré. Maisons contigües. Fermes à cour fermée dominantes ou exclusives.

  1. Villages de forme allongée

  2. Villages de forme ramassée

  3. Villages de forme allongée avec un noyau central très individualisé ou bien de forme ramassée avec un axe linéaire individualisé.

164 - Habitat urbain ou de type urbain, usines.

175 - Fermes isolées.

186 - Châteaux et manoirs.

Matériaux de construction traditionnels.

Toitures

Murs

7 - Ardoise exclusive ou très largement dominante, chaume.

Matériaux divers où domine nettement la brique brique seule, brique et silex, colombage...

8 - Ardoise et tuile utilisées à égalité.

Matériaux divers où la brique ne domine plus, usage abondant du silex et du torchis.

9 - Tuile exclusive ou très largement dominante.

Matériaux divers où la brique ne domine plus, silex et torchis.

10 - Tuile exclusive ou très largement dominante.

Pierre (calcaire grossier) non appareillée très largement dominante, brique absente ou très rare.

Utilisation du sol

11 - S.T.H. > 50 % de la S.A.U.

S.T.H. = Surface toujours en herbe

12 - S.T.H. 30 à 49 % de la S.A.U.

13 - S.T.H. 20 à 29 % de la S.A.U.

S.A.U. = Surface agricole utile

14 - S.T.H. < 20 % de la S.A.U.

15 - Herbages plantés de pommiers (grandeur réelle)

16 - Bois et forêts (grandeur réelle)

19La taille des parcelles cultivées augmente généralement en proportion de l’accroissement des labours.

CROQUIS SIMPLIFIE DE LA MORPHOLOGIE ET DES FORMATIONS SUPERFICIELLES No 4

CROQUIS SIMPLIFIE DE LA MORPHOLOGIE ET DES FORMATIONS SUPERFICIELLES No 4

Notes

1 Les bois et forêts qui accompagnent les accidents de la périphérie et le talus d’Etrépagny délimitent entre eux de larges alvéoles de pays découverts où la surface agricole utile tend à s’identifier aux finages. Nous avons ainsi successivement la zone comprise entre le vallon d’Harquency et le talus d’Etrépagny que nous appellerons « plateau ou Vexin central », la zone comprise entre l’Andelle et le vallon d’Harquency ou « plateau d’Ecouis », la zone située au nord du talus d’Etrépagny et à l’est de la forêt de Lyons ou « plateau de Morgny », et la zone méridionale située en contrebas du Vexin bossu que nous nommerons « plateau de Tourny ».

2 Cette distinction est évidemment schématique, la transition entre les différents types de paysages se faisant graduellement sans exclure des chevauchements. Ainsi des fermes à cour fermée caractéristiques du sud-est du pays se rencontrent comme des cas isolés jusqu’aux abords de l’Andelle.

3 Tel que l’entendent les habitants (voir l’introduction).

4 A vrai dire, cela est de moins en moins vrai autour des grandes exploitations et des villages où elles dominent : les pommiers à cidre sont régulièrement arrachés par leurs propriétaires qui retournent les herbages pour les transformer en parcelles de culture, consacrées d’abord au maïs (voir 1re partie, chapitre ii).

Table des illustrations

Titre CROQUIS SIMPLIFIE DE LA MORPHOLOGIE ET DES FORMATIONS SUPERFICIELLES No 4
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8851/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 434k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540