Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vexin normand ou Vexin parisien ?

 | 
Jean-Pierre Fruit

Introduction

Texte intégral

1Depuis Neuf-Marché à la lisière du Pays de Bray jusqu’à Giverny où elle apporte ses eaux à la Seine, l’Epte ouvre une large échancrure verdoyante dans les plateaux du Vexin. Elle serpente presque toujours au milieu de vastes prairies où l’on voit ses eaux miroiter, se faufilant entre les peupleraies, se blottissant sous les saules. Les versants de la vallée, drapés de riches cultures, se terminent par une couronne de bois presque ininterrompue ; sur les deux rives s’égrennent de jolis villages aux maisons de pierre tassées et couvertes de toits bruns : paysage champêtre où la silhouette de quelques usines hérissées de cheminées apporte une note discordante.

2Une seule ville rompt de manière sensible la succession des prairies, des champs et des bois : Gisors, sur la rive droite, aux portes de la Normandie. Les toits bleus et bruns de Gisors sont dominés par l’imposant donjon de son château du XIe siècle. Plus au sud, à Neaufle-Saint-Martin et à Château-sur-Epte, ce ne sont que deux tours ruinées qui émergent, là de bois touffus, ici au milieu d’une cour de ferme... Autant de témoins matériels de ce qui fut une frontière âprement défendue, celle de la Normandie et de la « France ». Depuis le traité de Saint-Clair-sur-Epte signé entre Charles le Simple et Rollon en 911, le lit de l’Epte est resté la limite entre le Duché de Normandie et le domaine royal d’abord, puis entre la province de Normandie et l’Ile-de-France ; à la veille de la Révolution, l’Epte correspondait à la limite du gouvernement de Normandie et de la Généralité de Rouen, à celle du ressort du Parlement et de la Cour d’Appel de Rouen. Les Constituants, en adoptant le nouveau cadre départemental, ont repris cette limite : toute la rive droite de l’Epte au sud de Neuf-Marché se trouve dans l’Eure ; enfin, les circonscriptions d’action régionale actuelles, englobant tel quel le cadre départemental, se conforment à la limite séculaire : sur la rive droite, on est en « Haute-Normandie ».

3Quelle est aujourd’hui la valeur de cette frontière ? Encadrés depuis des siècles par des limites historiques et administratives d’une rare permanence, les hommes ont-ils appris à vivre en fonction d’elles ? Autrement dit, une fois passé l’Epte, sommes-nous en Normandie ? Historiquement et administrativement, sans aucun doute, mais est-ce toujours vrai si l’on s’attache à l’ensemble des relations humaines ?

  • 1 Soit 100 communes, appartenant à 6 cantons.
  • 2 Pour l’Epte, seulement la partie de la vallée incluse dans le département de l’Eure.

4Il nous faut donc analyser plus précisément l’espace haut-normand situé à proximité de l’Epte. Il se pose alors un problème de limites : où s’arrêter ? Il nous a semblé bon de nous cantonner à un espace défini par des limites précises. De plus, se posait le problème de ne pas englober pour des raisons pratiques (statistiques en particulier) plusieurs départements. Nous avons donc choisi d’étudier les plateaux compris entre les vallées de l’Epte et de l’Andelle dans le cadre exclusif du département de l’Eure. Etant donné l’originalité de la vallée de la Seine, nous avons également décidé d’exclure toutes les communes limitrophes du fleuve1. L’espace ainsi défini se rapproche du « Groupe de Régions Agricoles INSEE : Vexin normand ». Mais l’on se rend vite compte que l’habitant de la vallée de l’Andelle ou des clairières de la Forêt de Lyons ne se sent nullement du Vexin normand. Localement, on réserve le terme de « Vexin normand » au cœur du plateau dont les horizons restent rigoureusement plats, où le damier des vastes champs cultivés enserre les taches vertes qui ourlent les gros villages ; au sud, lorsque l’on se rapproche de l’Epte, l’horizon se ferme de collines et de buttes boisées : c’est le « Vexin bossu » ; au nord et à l’ouest, des vallées sillonnées de petites rivières aux eaux rapides donnent une allure accidentée à la forêt et aux clairières herbagères du Pays de Lyons. Néanmoins, pour notre part, nous entendrons le Vexin normand au sens le plus large, englobant l’ensemble du plateau et ses marges accidentées entre l’Epte et l’Andelle, y compris les deux vallées2.

5Notre but est donc de déterminer avec autant de précision que possible la situation régionale d’un espace rural situé aux confins de la Normandie. Nous nous efforcerons de le faire par une approche spécifiquement géographique. Le point de départ sera l’observation visuelle, l’examen des paysages. Dans tout paysage, il existe une composante due exclusivement à la nature (relief, sols, climat) : après avoir décrit les paysages compris entre l’Epte et l’Andelle, nous ferons le bilan des facteurs explicatifs apportés par le milieu physique. Mais le paysage a aussi une signification fonctionnelle ; il exprime les rapports actuels entre l’homme et la nature : pour les paysages agraires, les structures d’exploitation et de propriété, les systèmes de cultures ; pour les paysages urbains et industriels, le niveau de développement des villes et des activités manufacturières. Il nous faudra donc examiner l’état du peuplement et les principales activités régionales pour rendre compte de certains types de paysages fonctionnels. Or, nous aurons l’occasion de voir que de l’Epte à l’Andelle les paysages agraires se transforment progressivement : les herbages permanents et les clos plantés de pommiers prennent plus d’importance, l’habitat tend à s’éparpiller et les matériaux de construction traditionnels ne sont plus les mêmes. Il n’y a rien de commun entre les villages tassés du Vexin bossu qui pressent leurs maisons de pierre contiguës, aux toits de tuile, et leurs fermes à cour fermée, sans ceinture de pommiers et d’herbages, et l’habitat éparpillé au milieu des prés et des vergers, fait de maisons de brique ou en colombage, aux toits d’ardoise ou de chaume, du pays de Lyons. Il nous faudra donc déterminer dans quelle mesure les paysages du Vexin normand qui prolongent ceux des plateaux de l’Ile-de-France et annoncent ceux du Pays de Caux sont l’image de systèmes agricoles et de structures d’exploitation caractéristiques de l’un et de l’autre espace rural franchement définis.

6Mais de nombreux éléments du paysage - la forme de l’habitat en particulier - peuvent n’être qu’un héritage : la disposition des cours de ferme, l’utilisation de certains matériaux sont souvent sans aucun rapport avec l’activité des hommes d’aujourd’hui. Est-ce un fait de civilisation ? Cet habitat avait-il un caractère fonctionnel disparu aujourd’hui ? La réponse appartient à l’historien et non au géographe. Toutefois nous formulerons ici une hypothèse : l’extension de tel type d’habitat ou de tel type de paysage n’est-elle pas le reflet de relations relativement anciennes et permanentes avec un espace voisin plus nettement individualisé ? Autrement dit, l’extension en-deçà de l’Epte du côté de la Normandie de paysages qui ressemblent plus à ceux du Vexin français ou du Valois qu’à ceux du pays de Caux est-elle le reflet de relations anciennes privilégiées avec la région parisienne et la capitale ?

  • 3 En voiture particulière : cf carte no 1.

7Pour répondre à cette question, il faudra examiner dans la mesure du possible l’ensemble des relations entre le Vexin normand et l’espace voisin. Ce sera la partie la plus importante de notre travail. A première vue, le Vexin normand est le contraire d’un pays rural enclavé ; animé par de petits centres urbains locaux, Etrepagny, Gisors, les villes de la vallée de l’Andelle, il est contigu à la vallée de la Seine où s’individualisent Les Andelys et surtout Vernon ; traversé par deux routes nationales importantes, il se trouve à proximité de l’axe de circulation de la Basse Seine matérialisé par le fleuve, la voie ferrée et l’autoroute de Normandie. Etrepagny, au cœur du Vexin, se trouve à trois quarts d’heure de Rouen et à une heure et demie de Paris3. Il faudra donc voir dans quelles directions se nouent les relations les plus importantes : localement, avec la Haute-Normandie et sa métropole Rouen, avec la région parisienne et la capitale, peut-être aussi avec Evreux, étant donné le découpage administratif.

VEXIN NORMAND : CROQUIS DE LOCALISATION 1

VEXIN NORMAND : CROQUIS DE LOCALISATION 1

Dessinée par Mme HAZARD

VEXIN NORMAND No 2. Découpage communal

VEXIN NORMAND No 2. Découpage communal

8En résumé, nous procéderons de la manière suivante :

  1. Nous analyserons les paysages en faisant ressortir toutes leurs nuances, et, après avoir déterminé quelle part réserver à leur explication naturelle, nous examinerons leur aspect fonctionnel, en particulier en quoi l’agriculture prolonge celle de la région parisienne et annonce celle de la Haute-Normandie.

  2. Nous analyserons l’ensemble des relations entre le Vexin normand et l’espace avoisinant pour essayer de découvrir si la polarisation des centres locaux et voisins, de Paris et de Rouen coïncide au moins partiellement avec les clivages dans la réalité visible, celle des paysages.

    • 4 Pour éviter d’alourdir le texte, nous avons choisi de regrouper l’essentiel dé notre méthodologie, (...)

    Enfin, sans nous livrer à une étude historique exhaustive ni à une prospective qui ne sont pas de notre ressort, nous essaierons de voir quelle est la part de l’héritage du passé dans la réalité visible et dans la situation régionale actuelle, puis quelle est leur destinée face à l’évolution spontanée et aux décisions officielles envisagées dans le schéma d’aménagement de la Basse-Seine4.

Notes

1 Soit 100 communes, appartenant à 6 cantons.

2 Pour l’Epte, seulement la partie de la vallée incluse dans le département de l’Eure.

3 En voiture particulière : cf carte no 1.

4 Pour éviter d’alourdir le texte, nous avons choisi de regrouper l’essentiel dé notre méthodologie, les sources que nous avons utilisées, dans une annexe. Nous y avons également placé des fiches sur les industries et le commerce de détail, et surtout sur les différentes relations à l’intérieur du Vexin et entre le Vexin et les autres régions. En effet, notre texte proprement dit suit un plan « géographique » et fait éclater les divers types de relations dans plusieurs chapitres ; par exemple, la propriété foncière est traitée à propos des relations locales, à propos des relations normandes non locales, parmi les relations avec Paris et avec les relations lointaines. Nous avons donc pensé qu’il serait utile de regrouper nos conclusions d’ensemble pour chaque phénomène étudié : le lecteur pourra ainsi s’y reporter à volonté.

Table des illustrations

Titre VEXIN NORMAND : CROQUIS DE LOCALISATION 1
Légende Dessinée par Mme HAZARD
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8848/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre VEXIN NORMAND No 2. Découpage communal
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8848/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1974

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540