Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Impressionnisme et littérature

 | 
Gérard Gengembre
, 
Florence Naugrette
, 
Yvan Leclerc

Solidarités

Cénacles et colonies d’artistes à Dieppe au temps des impressionnistes : émulations, enjeux et syncrétismes

Bénédicte Duthion

Texte intégral

  • 1 Pastel conservé aux États-Unis, Museum of Art, Rhode Island School of Design, Providence.
  • 2 Voir ici-même la communication de Sarah Brun, « Le peintre impressionniste sur scène : Marignan da (...)

1Sur le pastel Six amis à Dieppe1 qu’Edgar Degas (1834-1917) réalise au cours de son séjour de trois semaines chez les Halévy, à la fin de l’été 1885, figurent sur la partie droite, dans une composition verticale extrêmement serrée, Alexandre Boulanger-Cavé, critique d’art, Henri Gervex et Jacques-Émile Blanche, peintres, Ludovic Halévy2 et son fils Daniel, alors que la partie gauche est occupée par un seul portrait en pied, celui de William Sickert, peintre d’origine anglaise.

2Edgar Degas a fait poser les protagonistes dans la cour du Bas-Fort Blanc, villa de style néo-normand que la famille Blanche occupe depuis 1879. Construite sur les plans d’un architecte et peintre local, Mélicourt, et située à l’emplacement d’une courtine désaffectée de l’ancienne citadelle, le Bas-Fort Blanc domine la mer, offrant aux occupants des points de vue pittoresques sur la ville et l’horizon (fig. 10).

  • 3 Du nom d’un quartier de Dieppe, le Pollet, quartier peuplé essentiellement de pêcheurs.
  • 4 Jacques-Émile Blanche, Dieppe, Paris, Émile-Paul Frère, coll. « Portrait de la France », 1927, p.  (...)

Peu à peu, le Bas-Fort Blanc se peupla de chalets, devint une annexe de la plage. On pouvait s’y croire hors de la ville, autant dire en pleine mer. On s’y endormait comme dans une cabine de yacht. Les sirènes, les cloches des navires nous réveillaient ; les lames d’équinoxe semblaient rouler des cailloux jusqu’à nos pantoufles. Les soirs de juin, quand la mer sans ride est comme une plaque de cristal, nous entendions la rythmique plongée des rames, les voix distinctes des polletais3 dans leurs canots, et la triste mélopée des terre-neuviens allant vers les eaux du cap d’Ailly, où la sole ne sent pas la vase. De chez nous, la ville m’apparut sous des aspects nouveaux4.

Porosités et perméabilités entre peinture et écriture

3Daniel Halévy, ami d’enfance de Jacques-Émile Blanche (1861-1942), écrit à son propos qu’« il fut un jeune homme comblé de dons par la nature, de privilèges par la société, d’attentions par ses parents. » En effet, Jacques-Émile Blanche, fils d’une dynastie de célèbres médecins aliénistes (son grand-père soigna Nerval, son père Maupassant) est doué de multiples talents (musique, écriture, peinture). Après avoir longuement hésité, il se décide pour la carrière de peintre.

Fig. 10. Edgar Degas, Six amis à Dieppe, 1885, Providence, Museum of Art, Rhode Island School of Design.

4La personnalité de Blanche amène donc à s’interroger sur la figure de l’artiste qui serait à la fois et pleinement peintre et écrivain et, en l’occurrence dans le cadre de ce colloque, impressionniste dans les deux registres créatifs. Il ne s’agit pas de répondre à la question de savoir si l’écriture de Blanche pourrait être qualifiée d’impressionniste, mais de rappeler brièvement quelques faits, en guise de décor et de repères.

  • 5 Aymeris demeure son roman le plus connu.
  • 6 Toile aujourd’hui conservée au musée d’Orsay.
  • 7 Texte manuscrit 7082, bibliothèque de l’Institut.
  • 8 Toile de 1926 conservée au musée Jacques-Émile Blanche, Offranville (Seine-Maritime).

5Outre une abondante correspondance – lettres échangées avec Stéphane Mallarmé, Marcel Proust, Marie de Régnier, etc. –, Jacques-Émile Blanche a rédigé plusieurs ouvrages qui appartiennent à la catégorie des mémoires ou chroniques tels que Mes Modèles, La Pêche aux souvenirs, Dieppe, ainsi que des romans5. Enfin, et c’est cette facette qui retient plus particulièrement notre attention ici, on lui doit des textes de critique d’art rassemblés sous le titre Propos de peintre. Le premier volume de cet ensemble, De David à Degas, est ainsi préfacé par Marcel Proust : « la seule énumération des portraits que Jacques-Émile Blanche fit vers cette époque (en exceptant le mien) suffit à montrer qu’en littérature aussi, c’était l’avenir qu’il découvrait, qu’il élisait. » Proust et Blanche se rencontrent dans un salon parisien, mais c’est à Trouville que Blanche dessine l’esquisse du futur portrait de Marcel Proust6, devenu une icône. « En littérature aussi », sous-entend que dans le registre des beaux arts, Blanche se serait tourné également vers la modernité. Il dit lui-même : « je fus un jeune homme d’avant-garde7. » Cette affirmation peut surprendre tant il est vrai que la postérité a essentiellement retenu de son œuvre pictural les portraits des personnalités du monde des arts et des lettres. Mais le pinceau de Blanche s’essaya à une diversité de motifs et de manières qui parfois convergent vers celles des impressionnistes. Ainsi la toile Dieppe, la plage, matin orageux8 (fig. 11), par sa touche fragmentée, à travers le traitement du ciel et de l’écume des vagues et enfin par son titre, prend place dans le courant impressionniste, malgré sa date tardive de réalisation.

6À l’opposé de cette ouverture à des influences de l’avant-garde, Jacques-Émile Blanche s’inscrit dans la grande tradition de l’art du portrait dans lequel il excella.

  • 9 Alors que Jacques-Émile Blanche est encore enfant, une autre personnalité du monde journalistique (...)

7Dans son atelier du Bas-Fort Blanc, Jacques-Émile Blanche a fait poser de nombreux hommes de lettres. Henri de Régnier séjourne à Dieppe en 1894. Blanche réalise alors près d’une dizaine de portraits du jeune poète, qui, en retour, dédie son recueil Tel qu’en songe au peintre. De même, c’est à Dieppe, dix ans auparavant, que Blanche fait la connaissance d’Édouard Dujardin. Ce dernier demeure au Grand Hôtel de la station balnéaire. Tous deux fréquentent l’hippodrome, loisir mondain9.

  • 10 Toile appartenant aux collections du musée des Beaux-arts de Rouen.

8Après avoir fondé la célèbre Revue Wagnérienne, dans laquelle Stéphane Mallarmé et Paul Verlaine publient certains de leurs poèmes, Édouard Dujardin devient, en 1886, directeur de La Revue indépendante. Le néo-impressionnisme est bien représentée dans cette revue, puisque Pissarro, Seurat et Signac figurent parmi les peintres contributeurs au côté de Blanche. Ce dernier entreprend, à la demande de Dujardin, un portrait collectif de l’équipe de la revue, portrait qui restera inachevé, excepté celui de Stéphane Mallarmé10.

  • 11 De manière consciente et volontaire est occulté ici le monde des musiciens, l’analyse se focalisan (...)

9Aussi, ce qui frappe en premier lieu dans la colonie d’artistes à Dieppe au temps des impressionnistes, c’est sa transdisciplinarité. Peintres et écrivains se côtoient, et constituent des sources réciproques d’inspiration11.

Fig. 11. Jacques-Émile Blanche, Dieppe, la plage, matin orageux, 1926, Ofranville, musée Jacques-Émile Blanche.

Apprentissage et formation versus exclusion

10Depuis leur installation au Bas-Fort Blanc, les Blanche sont les plus proches voisins de la famille Halévy qui réside dans la villa Les Rochers.

11À la in de l’été 1885 (du 22 août au 12 septembre), Edgar Degas est accueilli en ami intime dans la famille de Ludovic Halévy, son ancien condisciple au lycée Louis le Grand à Paris. À la même période, la mère de Jacques-Émile Blanche ofre l’hospitalité à Henri Gervex (fig. 12), dont Jacques-Émile a fréquenté l’atelier, ainsi qu’à Paul Helleu, peintre et graveur plus jeune d’une génération, mais qui assimilera avec sensibilité et intelligence l’héritage conjoint des Impressionnistes et des Symbolistes.

12Or, dans son pastel Six amis à Dieppe, Edgar Degas a placé Jacques-Émile Blanche et Henri Gervex l’un à côté de l’autre. Ce choix dans la composition d’ensemble nous incite à souligner une autre caractéristique des liens et des amitiés qui se tissent à Dieppe entre les artistes. Le groupe semble fonctionner comme un vaste atelier où chacun peut apprendre et se former de manière libre, loin du carcan de l’enseignement académique délivré de maître à élève dans les écoles oicielles.

13En effet, dans sa chronique Dieppe Jacques-Émile Blanche critique, même si ce n’est qu’à demi-mot, l’enseignement des académies et des ateliers parisiens, lui préférant la transmission entre amis artistes.

Fig. 12. Henri Gervex, Paysage marin (Dieppe) vers 1885, pastel, 60 x 30 cm, Paris, musée d’Orsay.

Fig. 13. Pierre-Auguste Renoir, Vue de la côte normande aux environs de Wargemont en Normandie, 1880, huile sur toile, 50,5 x 62,2 cm, New-York, he Metropolitan Museum of Art.

  • 12 Jacques-Émile Blanche, Dieppe, op. cit., p. 61-62.

J’apprenais mon métier dans des académies parisiennes. Acharné à mon labeur, je doutais des recettes que me recommandaient mes « patrons » – appellation singulièrement impropre, pensais-je. Walter Sickert m’apporta les méthodes de son maître, quelques règles très nettes. Mais la présence à Dieppe de Renoir et de Claude Monet augmentait ma démoralisation, par l’inquiétude où me mettaient leurs méthodes empiriques. Renoir était en villégiature au château de Wargemont ; Monet à Pourville-Varengeville, chez Paul Graff, l’hôtelier d’« À la renommée des Galettes ». Chaussé d’espadrilles, coiffé du panama des pêcheurs d’Argenteuil, Renoir paraissait à Dieppe le samedi, jour de marché. Il venait aux provisions dans l’omnibus des Bérard, avec le cuisinier et le maître d’hôtel d’ancien style, qui le traitaient « en copain ». Renoir n’était pas fier, on le savait ! « Monsieur Renoir, vous n’avez pas de caractère ! lui reprocha Degas, à un déjeuner chez ma mère. Je n’admets pas qu’on fasse de la peinture sur commande. Vous travaillez pour la finance quoi12 ?

14Ce témoignage de Jacques-Émile Blanche introduit dans le cénacle dieppois deux artistes clés de l’impressionnisme en peinture, Pierre-Auguste Renoir (1841-1919) et Claude Monet (1840-1926).

  • 13 Sylvie Patry, « Renoir et la décoration, “un plaisir sans pareil” », dans Catalogue de l’expositio (...)

À la fin des années 1870, grâce à de nouveaux amateurs […] tel le banquier Paul Bérard, Renoir conçoit des décors, mais toujours dans un cadre privé et de dimensions relativement modestes. De cette période date le seul ensemble encore en place du peintre, la salle à manger du château des Bérard à Wargemont : les natures mortes (fleurs et gibier) accompagnent l’élégant mobilier du XVIIIe siècle qu’apprécie tant Renoir. Cette production décorative, rendue possible grâce à un lien étroit avec des commanditaires dont il aime à dire qu’il est « leur peintre ordinaire » conforte Renoir dans sa conviction que la grande tradition du décor ne pourra être restaurée qu’à la faveur d’une collaboration nouvelle entre l’artiste, son commanditaire et l’architecte13.

15Lorsqu’il est en villégiature en Normandie, Renoir ne réside pas à Dieppe intramuros mais il est accueilli dans la propriété de la famille Bérard, le château de Wargemont situé à l’intérieur des terres. Paul Bérard (1833-1905), banquier de profession, est un mécène de l’artiste. Aussi, au cours de ses différents séjours à Wargemont (1880, 1881, 1882, 1884), Renoir réalise un ensemble de quatorze portraits de ses hôtes ainsi que le décor intérieur de la salle à manger du château.

16Appréciant les paysages de la campagne normande comme ceux, proches, de la côte d’Albâtre, Renoir revient à Berneval à trois reprises (en 1885, 1888 et 1895) (fig. 13).

  • 14 Le Bas-Fort Blanc ayant été détruit, ce décor n’existe malheureusement plus.

17Grâce à ce nouvel ancrage territorial, Renoir fait la connaissance de la famille Blanche. Il donne des conseils à Jacques-Émile et peint pour la salle à manger du Bas-Fort Blanc un autre décor mural dont le thème rend hommage à l’opéra de Wagner Tannhaüser14.

18Quant à Claude Monet (1840-1926), c’est dans le tome trois de Propos de peintre, De Gauguin à la revue nègre, que Jacques-Émile Blanche nous livre sa vision de l’art du « maître » (fig. 14), presque une fascination à l’égard du caractère révolutionnaire de sa peinture :

  • 15 Jacques-Émile Blanche, Propos de peintre, de Gauguin à la revue Nègre, Paris, Émile-Paul frères, 1 (...)

J’étais encore étudiant quand il vint au Bas-Fort Blanc chez mes parents. Quoique je fusse un des premiers admirateurs qui achetait de sa peinture et que j’en aie fait acquérir par nos voisins de la région dieppoise, où il peignait tous les étés, sa présence m’infligeait je ne sais quelle gêne, alors que tout me poussait vers Renoir, hôte des Paul Bérard au château de Wargemont. Pourtant le prestige de Renoir, coloriste de génie, était moins convaincant, pour mes camarades et pour moi que celui de Claude Monet. Celui-ci, selon nous, incarnait l’impressionnisme, lequel révolutionnait nos esprits. Ce néologisme nous ravissait, exaltait : trouvaille disait-on de Monet lui-même. Que désignait-il ? Un ravissant nettoyage de la boîte à couleurs, une gamme de tons légers, délicieux, le mauve, le bleu ; des esquisses autorisant maintes licences pour les débutants qu’éprouvaient encore les exigences de la saine technique, solide et surveillée15.

Fig. 14. Claude Monet, La maison du douanier à Varengeville, 1882, huile sur toile, 60,3 x 81,4 cm, musée d’Art de Philadelphie, collection William L. Elkins.

19Néanmoins tous les artistes ne sont pas les bienvenus au Bas-Fort Blanc. C’est le cas de Paul Gauguin en cette même année 1885. Paul Gauguin qui séjourne à Dieppe est traité comme un artiste maudit à éviter par le groupe du Bas-Fort Blanc.

  • 16 Bruno Delarue, Caroline Chaine, Pierre Ickowicz, Les peintres à Dieppe et ses environs, Varengevil (...)

Est-ce cette peinture hésitante ou son caractère et sa tenue qui le font mépriser du groupe du Bas-Fort Blanc qui ne le traite qu’avec hostilité et dérision ? Paul Helleu le moque et le décrit de la sorte à un ami : « Un mag, mon cher, symbole d’hostellerie ; regardez-moi sa main ! il porte à l’index un bijou d’art. Ça fait mal à la santé de voir ça. Impossible d’avoir du talent avec cette dégaine. Voyez-vous il parle tout seul ! Il a l’air d’être dessiné par Albert Dürer. » Blanche le considère mégalomane, tandis que Degas se brouille avec lui tout en lui proposant de venir le visiter16.

Fig. 15. Jacques-Émile Blanche, Le Peintre haulow et ses enfants (dit aussi La famille haulow), 1895, huile sur toile, 180 x 200 cm, Paris, musée d’Orsay.

20Lorsqu’il arrive à Dieppe, Paul Gauguin est dans une situation matérielle des plus précaires. Et contrairement aux Impressionnistes, il délaisse le motif de la plage, du port et de la ville, préférant peindre la campagne environnante.

  • 17 Ibid.

21Une lettre qu’il adresse in septembre à Camille Pissarro, un ami et idèle soutien, en porte le témoignage : « Je reviens de Dieppe où j’ai passé trois mois chez un ami qui m’a donné l’hospitalité. J’ai beaucoup travaillé naturellement mais avec beaucoup de diicultés attendu qu’on est très loin de la pleine campagne ce qui n’est pas bien riche de motifs. Enin quand on n’a pas le sou, on ne choisit pas17. » L’ami auquel Paul Gauguin fait référence, s’agirait-il du peintre norvégien Fritz Thaulow dont Jacques-Émile Blanche a laissé un saisissant portrait ? (fig. 15). Aucune certitude ne conforte cette hypothèse.

Fig. 16. Walter Sickert, Vue de l’hôtel Royal, plage de Dieppe, vers 1899, Dieppe, Château-musée.

Vers un syncrétisme franco-britannique ?

  • 18 Florence Calu, Henri Loyrette, Nicole Savy et al., Proust, l’écriture et les arts, catalogue de l’ (...)

22Revenons au pastel de Degas Six amis à Dieppe, en portant notre attention désormais sur la figure isolée, le peintre Walter Sickert. Avec Whistler, il est le représentant majeur de la colonie d’artistes britanniques qui, après la guerre franco-prussienne et la paix rétablie en France, s’installent sur la côté d’Albâtre. Dieppe, du fait de sa position géographique, constitue un laboratoire privilégié d’analyse des réseaux et des échanges artistiques qui s’opèrent de part et d’autre de la Manche (ig. 16 et 17). L’hypothèse d’un possible syncrétisme culturel entre « manière britannique » et « manière française » de peindre des paysages au temps de l’impressionnisme peut être posée. Rappelons que Jacques-Émile Blanche, adolescent, a eu comme professeur d’anglais Stéphane Mallarmé. Proche des impressionnistes (textes clés sur Manet, étude consacrée à Berthe Morisot, etc.), Stéphane Mallarmé s’est entre autres distingué par ses traductions, notamment celle de la conférence retentissante « Ten O’Clock » donnée par Whistler à Londres et qui fut reprise à Dieppe en septembre 188518.

23La figure fondamentale du cercle anglais s’incarne en Walter Sickert.

Fig. 17. Walter Sickert, Le café des tribunaux, 1890, huile sur toile, 67,6 x 50,6 cm, Ottawa, musée des beaux-arts du Canada.

Fig. 18. Edgar Degas, Marine, vers 1869, pastel, 31,4 x 46,9 cm, Paris, musée d’Orsay.

24Dans les années 1820, Dieppe avait fait sa renommée autour de l’activité des bains de mer, suivant en cela l’exemple de l’Angleterre où leurissaient des stations balnéaires. Et Outre-Manche, la peinture de paysage reçut ses lettres de noblesse beaucoup plus tôt que sur le continent.

  • 19 « Artialisation », concept emprunté à Alain Roger et défini dans Court traité du paysage, Paris, G (...)
  • 20 Lettre inédite, conservées au musée d’Orsay, Paris ; fonds : Archives Claude Monet, correspondance (...)

25La présence d’un réseau extrêmement riche d’artistes à Dieppe et dans les alentours, contemporains de la révolution impressionniste, va favoriser, voire accélérer un processus « d’artialisation19 » du territoire initié par les dessinateurs et aquarellistes anglais qui reviennent en Normandie après la in du blocus franco-anglais. La plage, les lots, les chaumières, le leuve, ne seront désormais plus perçus uniquement en tant qu’éléments propres à la géographie physique du territoire mais regardés par le passant, le visiteur comme des paysages (fig. 18). De ce processus « d’artialisation » si joliment décrit par Paul Helleu dans une lettre adressée à Monet (1908)20 : « Nous sommes partis du Havre, la nuit, le matin à Tancarville nous étions dans le brouillard, dans de magnifiques Turner et Monet », nous sommes encore pleinement les héritiers.

Notes

1 Pastel conservé aux États-Unis, Museum of Art, Rhode Island School of Design, Providence.

2 Voir ici-même la communication de Sarah Brun, « Le peintre impressionniste sur scène : Marignan dans La Cigale de Meilhac et Halévy (1877) et Alaric Gigonnet dans Les Impressionnistes de Grangé et Bernard (1878) ».

3 Du nom d’un quartier de Dieppe, le Pollet, quartier peuplé essentiellement de pêcheurs.

4 Jacques-Émile Blanche, Dieppe, Paris, Émile-Paul Frère, coll. « Portrait de la France », 1927, p. 59-60.

5 Aymeris demeure son roman le plus connu.

6 Toile aujourd’hui conservée au musée d’Orsay.

7 Texte manuscrit 7082, bibliothèque de l’Institut.

8 Toile de 1926 conservée au musée Jacques-Émile Blanche, Offranville (Seine-Maritime).

9 Alors que Jacques-Émile Blanche est encore enfant, une autre personnalité du monde journalistique fréquente Dieppe et la famille Blanche ; il s’agit de John Lemoinne, alors directeur du Journal des débats et membre de l’Institut. Ses trois filles, prénommées Catherine, Marie et Rose, deviennent des camarades du jeune Jacques-Émile qui finira par épouser Rose, le 29 octobre 1895.

10 Toile appartenant aux collections du musée des Beaux-arts de Rouen.

11 De manière consciente et volontaire est occulté ici le monde des musiciens, l’analyse se focalisant sur la peinture et la littérature.

12 Jacques-Émile Blanche, Dieppe, op. cit., p. 61-62.

13 Sylvie Patry, « Renoir et la décoration, “un plaisir sans pareil” », dans Catalogue de l’exposition Renoir au XXe siècle, Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 23 septembre 2009-4 janvier 2010, Paris, RMN et musée d’Orsay, p. 48-49.

14 Le Bas-Fort Blanc ayant été détruit, ce décor n’existe malheureusement plus.

15 Jacques-Émile Blanche, Propos de peintre, de Gauguin à la revue Nègre, Paris, Émile-Paul frères, 1928.

16 Bruno Delarue, Caroline Chaine, Pierre Ickowicz, Les peintres à Dieppe et ses environs, Varengeville, Pourville et Arques-la-Bataille, Yport, Éd. Terre en vue, coll. « Le Tour de France de la peinture », 2009, p. 126.

17 Ibid.

18 Florence Calu, Henri Loyrette, Nicole Savy et al., Proust, l’écriture et les arts, catalogue de l’exposition, Bibliothèque nationale de France, 9 novembre 1999-6 février 2000.

19 « Artialisation », concept emprunté à Alain Roger et défini dans Court traité du paysage, Paris, Gallimard, 1997 et Nus et paysages, 2e éd., Paris, Aubier, 2001.

20 Lettre inédite, conservées au musée d’Orsay, Paris ; fonds : Archives Claude Monet, correspondance d’artiste, collection M. et Mme Cornebois, vente Paris Hôtel d’Assault, mercredi 13 décembre 2006.

Table des illustrations

Légende Fig. 10. Edgar Degas, Six amis à Dieppe, 1885, Providence, Museum of Art, Rhode Island School of Design.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Légende Fig. 11. Jacques-Émile Blanche, Dieppe, la plage, matin orageux, 1926, Ofranville, musée Jacques-Émile Blanche.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/883/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 12. Henri Gervex, Paysage marin (Dieppe) vers 1885, pastel, 60 x 30 cm, Paris, musée d’Orsay.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/883/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 657k
Légende Fig. 13. Pierre-Auguste Renoir, Vue de la côte normande aux environs de Wargemont en Normandie, 1880, huile sur toile, 50,5 x 62,2 cm, New-York, he Metropolitan Museum of Art.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/883/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 591k
Légende Fig. 14. Claude Monet, La maison du douanier à Varengeville, 1882, huile sur toile, 60,3 x 81,4 cm, musée d’Art de Philadelphie, collection William L. Elkins.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/883/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 15. Jacques-Émile Blanche, Le Peintre haulow et ses enfants (dit aussi La famille haulow), 1895, huile sur toile, 180 x 200 cm, Paris, musée d’Orsay.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/883/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Légende Fig. 16. Walter Sickert, Vue de l’hôtel Royal, plage de Dieppe, vers 1899, Dieppe, Château-musée.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/883/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Légende Fig. 17. Walter Sickert, Le café des tribunaux, 1890, huile sur toile, 67,6 x 50,6 cm, Ottawa, musée des beaux-arts du Canada.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/883/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
Légende Fig. 18. Edgar Degas, Marine, vers 1869, pastel, 31,4 x 46,9 cm, Paris, musée d’Orsay.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/883/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 272k

Auteur

Attachée de conservation du patrimoine et doctorante à l’université de Rouen. Elle est chef de projet patrimoine et musées en Région Haute-Normandie, au service de l’Inventaire et du Patrimoine. Dans le cadre de la première édition du festival « Normandie Impressionniste » (2010), elle a donné une réédition augmentée de Paris à la mer. La ligne de chemin de fer Paris-Rouen-Le Havre, dans la collection « Images du patrimoine » et elle a conçu un itinéraire virtuel Voyage au temps des impressionnistes. Depuis 2011, elle anime un partenariat avec le musée des impressionnismes à Giverny.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site