Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paysage normand dans la littérature et dans l’art

 | 
Centre d'art esthétique et littérature (Université de Rouen)

A la recherche d’un mythe

Le paysage normand dans l’œuvre de Maurice Leblanc

Claude Noisette De Crauzat

Texte intégral

1La Normandie est présente dès l’origine dans la vie de Maurice Leblanc puisque c’est à Rouen que naît, en 1864, le futur père d’Arsène Lupin. Sa famille est aisée, son père armateur est en relations avec les gloires rouennaises, quant à sa mère, elle fut accouchée par le père de Flaubert, chirurgien.

2Très jeune, Maurice est en contact avec la terre, avec le fantastique issu d’un paysage familier. La guerre de 1870 amène les Prussiens jusqu’à la capitale normande, mais son père embarque le jeune garçon à bord de l’un de ses caboteurs pour l’Ecosse qui l’accueillera pendant un an. On imagine sans peine ce que cet esprit à l’intelligence trop aiguë pour n’être pas souvent conduite par le rêve, a pu tirer de ce contact avec les landes s’étendant sur des centaines de kilomètres, sous un ciel bas et changeant, descendant vers une mer plus grise que verte, tous éléments qui, par certains points, devaient évoquer en lui une nostalgie de son propre sol.

3Son retour à Rouen, au bout d’un an de séjour écossais, le voit, fort brillant élève, à la pension Patry, puis au lycée Corneille. Mais déjà, le contact avec sa province se fait, de la façon la plus enrichissante qui soit. Tout d’abord, grâce aux relations paternelles, c’est l’histoire humaine de la région de Rouen ou du pays de Caux qu’il découvre avec les meilleurs guides qu’on puisse imaginer : Gustave Flaubert, à qui il rend fréquemment visite à Croisset, et Guy de Maupassant. Auprès d’eux il voit se dessiner un peuple avec ses particularités, son caractère parfois difficile à percevoir pour le « horzin », et surtout - au-delà d’une apparence quotidienne - son héritage fabuleux de légendes, de sorcellerie, d’atavisme venu des Celtes, des Romains et surtout des grands envahisseurs vikings qui doivent marquer à jamais cette terre.

4Grâce à ces maîtres, Maurice entrevoit au-delà des avarices sordides, des tares, des physiques desséchés par un labeur ingrat, les descendants de croisements mystérieux auxquels le destin a légué un sol où chaque pierre, chaque haie, chaque rivière est porteuse d’une histoire, où les siècles s’enchevêtrent dans un formidable puzzle qu’il appartient à quelque héros né de ce vieux monde de déchiffrer. Déjà, dans ces causeries il évoque ce catalogue de monarques, d’hommes célèbres, qu’il inscrira dans « l’Aiguille Creuse » :

« César, Charlemagne, Roll, Guillaume le Conquérant, Richard, Roi d’Angleterre, Louis le Onzième, François Ier, Henri IV, Louis XIV » et peut-être rêve-t-il de celui qui, dans son Roman achèvera l’orgueilleuse liste « Arsène Lupin ».

  • 1 La Comtesse de Cagliostro, ch. vii.
  • 2 L’Aiguille Creuse, ch. viii.

5Mais, au-delà de ces évocations historiques ou littéraires, sa découverte de la réalité normande, il la fera par les innombrables excursions qui l’emmèneront sur la Seine d’abord avec le bateau de la Bouille, puis, plus loin sur la flotte paternelle1 : « Toute l’histoire du joli fleuve se déroulait ainsi en paysages charmants (...) La forêt de Brotonne, les ruines de Jumièges, l’abbaye de Saint-Georges, les collines de la Bouille, Rouen, Pont de l’Arche (...). Les spectacles merveilleux, les belles églises gothiques, les couchers de soleil et les clairs de lune, tout lui était prétextes à déclarations enflammées. » C’est ensuite une série d’excursions où pendant les fins de semaines, il va découvrir ce pays de Caux où dans quelques années, Arsène Lupin surgira comme un surhomme jonglant avec l’histoire et les siècles qui entassent leurs trésors et leurs énigmes2 :

« Rouen... Dieppe... Le Havre... Le Triangle Cauchois... Tout est là... D’un côté la mer, d’un autre la Seine. D’un autre les deux vallées qui conduisent de Rouen à Dieppe. »

  • 3 Cité par P. Lazareff, préface d’« Arsène Lupin, gentleman cambrioleur », Paris, Livre de Poche, 19 (...)

6Hélas pour notre futur écrivain, la vie d’un jeune notable rouennais ne peut s’écouler dans ces rêveries, et le fils de l’armateur se retrouve dans les bureaux de la fabrique de Cardes Mironde-Pichard. Pour ce jeune homme remarquablement doué, cela devrait être le début d’une confortable vie bourgeoise au sage destin d’homme d’affaires. Faut-il penser qu’il y avait en lui une bonne part du caractère de son futur héros, et qu’il pouvait déjà dire, paraphrasant Flaubert « Arsène Lupin, c’est moi » ; toujours est-il que, négligeant les cardes, il s’installe dans quelque recoin de l’usine où il noircit des pages de littérature plutôt que de comptes3 :

« L’usine avec son fracas s’évanouissait. Le petit peuple des ouvriers se dissipait comme de vains fantômes ? J’étais heureux... J’écrivais. »

7La rencontre décisive avec la littérature sera une fois encore liée à Flaubert. On imagine à Rouen, square Solférino, aujourd’hui square Verdrel, un médaillon du maître de Croisset en présence de tous les écrivains naturalistes auxquels Leblanc se trouve mêlé. Il n’en faudra pas davantage pour déclencher une vocation : il décide d’abandonner les cardes et de se donner à tout jamais aux lettres. Il quitte donc Rouen pour s’établir à Paris, faire du Droit et séjourner près de sa sœur, Georgette, maîtresse, inspiratrice et interprète de Maurice Maeterlinck, le père de Pelléas et Mélisande. Très vite, Maurice Leblanc s’impose d’abord par son élégance, dandy de la belle époque, et, comme journaliste au Figaro, à Comoedia, au Gil Bias.

8Il donne des nouvelles très proches de Maupassant, quelques romans, une pièce pour le Théâtre libre d’Antoine.

9Il faut reconnaître que le succès ne vient pas couronner ces efforts, mais le destin va surgir à nouveau en la personne de l’éditeur Pierre Lafitte, qui, lançant « Je sais tout », magazine promis dès ses premiers numéros à un très grand succès, lui commande une série de nouvelles policières dont le héros serait une sorte d’anti-Sherlock Holmès français. Ainsi naît Arsène Lupin qui fut d’abord baptisé Lopin, à cause d’un conseiller municipal de Paris un peu véreux qui, protestant de l’usage de son nom, devait imposer celui de Lupin.

10A partir de ce moment (1905), jusqu’en 1935 date de « La Cagliostro se venge », le dernier de la série, Leblanc va transporter son héros dans une vingtaine de récits dont un bon nombre - et c’est en cela qu’il nous intéresse ici - auront pour cadre la Normandie. Cette Normandie, il pourra la retrouver lors de ces nombreux séjours qu’il y fait, et pour certains, hautement fantastiques. Il accompagna en effet Maeterlinck et Georgette dans de curieuses locations : château de Tancarville, Saint-Wandrille alors désertée par les moines, Jumièges, Etretat. Dans ces grandes ruines, parmi ces étonnants vestiges de pierre, le père d’Arsène Lupin participe à des représentations nocturnes des drames de Maeterlinck, au clair de lune, écoutant « ce qu’a vu le vent d’Ouest », cependant que se forment dans son esprit les aventures de son héros, dans la musique du dialogue de Pelléas et Mélisande.

11Pourtant - et nous y rejoindrons enfin la terre normande-, la « science-fiction » le tentera toujours comme en témoigne « Le formidable événement », roman où, par un cataclysme inattendu, la Normandie touche à nouveau l’Angleterre, la Manche s’asséchant brusquement.

12C’est finalement loin de la terre natale, dans une période bien peu glorieuse, qu’en 1941, Maurice Leblanc s’éteindra à Perpignan.

*

  • 4 La Comtesse de Cagliostro, ch. i.

13Personnage unique que cet Arsène Lupin, en qui son auteur a mis tant de ses propres rêves, brigand mais jamais assassin (seul le destin lui impose ses « Trois crimes »), fils naturel d’un professeur de boxe et d’une jeune aristocrate déchue, redresseur de torts, prenant au riche pour rendre au faible. Son goût pour les déguisements l’autorise à changer sans cesse de personnalité - physique autant que civile-, assurant rarement son propre nom : il est tantôt prince Sernine, Raoul d’Andrésy, Horace Velmont ou Don Luis Perenna. Il se heurte au génie du fameux détective anglais Herlock Sholmes avec qui il sort soit à égalité d’un furieux match-nul, ou, lorsqu’il donne l’apparence de perdre, il est toujours gagnant par sa fantaisie. Charmeur, il voit tomber tous les cœurs, mais surtout, il est un surhomme, avec une confiance totale dans son exceptionnel destin4 :

« Il l’embrassa avec une violence soudaine, puis se mit à danser et à pirouetter sur lui-même. Et, revenant vers elle : « Mais ris donc, petite fille, s’écria-t-il. Tout cela est très drôle. Ris donc. Arsène Lupin ou Raoul d’Andrésy, qu’importe ! L’essentiel, c’est de réussir. Et je réussirai. Là-dessus, vois-tu, aucun doute. Pas une somnambule qui ne m’ait prédit un grand avenir et une réputation universelle. »

  • 5 Idem.

14Mais ces femmes auxquelles il demande de partager son destin, sont vouées à quelle divinité malfaisante. Toutes acceptent de jouer un rôle provisoire où chacune se sait perdante devant la fabuleuse destinée masculine. Lui-même en est conscient, et c’est bien le drame de ce dominateur que de devoir son salut à ces véritables héroïnes wagnériennes amenées à périr pour le rachat et le salut de ce Siegfried normand, ignorant la peur mais aussi le repos. Par elles, ce qu’il gagne en volonté, en puissance se trouve en un instant réduit à néant. Parmi elles, des monstres comme Josine Balsamo, comtesse de Cagliostro, ou Dolorès Kesselbach, mais que d’êtres touchants comme Raymonde de Saint-Véran, aux yeux pailletés d’or ou l’exquise Clarisse d’Etignes, au physique aurevillyen5 : « Dix-huit ans ! Des lèvres voluptueuses... Les yeux pleins de rêve... un frais visage de blonde, rose et délicat, avec des cheveux pâles comme en ont les petites filles qui courent sur les routes du pays de Caux, et un air si doux et tant de charme !... »

15Dans cette exquise apparition nous comprenons sans peine comment ce brigand normand retrouve, avec sa première amoureuse une sorte de communion spirituelle et physique, incarnation de ce pays qu’il va tant aimer, où doivent se dérouler ses aventures les plus dramatiques.

*

16C’est en effet toute une géographie normande que cette série d’exploits. Quelques aventures se situent à Paris, certaines en Bretagne, d’autres en Auvergne mais pour les meilleures, c’est toujours notre province qui en est le théâtre.

  • 6 L’Aiguille Creuse, ch. viii.

17N’est-ce pas ainsi que la déduction du jeune Isidore Beautrelet, détective amateur6, le démontre avec évidence :

« Un éclair illumina l’esprit de Beautrelet. Cet espace de terrain, cette contrée des hauts plateaux qui vont des falaises de la Seine aux falaises de la Manche, c’était toujours, presque toujours là, le champ même des opérations où évoluait Lupin.

Depuis dix ans, c’était précisément cette région qu’il mettait en coupe réglée, comme s’il avait eu son repaire au centre même du pays où se rattachait le plus étroitement la légende de l’Aiguille Creuse.

L’affaire du Baron de Cahorn ? Sur les bords de la Seine, entre Rouen et Le Havre. L’affaire de Tibermesnil ? A l’autre extrémité du plateau, entre Rouen et Dieppe. Les cambriolages de Gruchet, de Montigny, de Crasville ? En plein pays de Caux. Où Lupin se rendait-il quand il fut attaqué et ligoté dans son compartiment par Pierre Aufrey, l’assassin de la rue La Fontaine ? A Rouen. Où Herlock Sholmès, prisonnier de Lupin, fut-il embarqué ? Près du Havre.

Et tout le drame actuel, quel en fut le théâtre ? Ambrumésy, sur la route du Havre à Dieppe.

Rouen, Dieppe, Le Havre, toujours le triangle cauchois. »

18Néanmoins, Maurice Leblanc agissant comme le narrateur de « la Recherche du Temps Perdu », se plaît à nous égarer, à mélanger les noms, les lieux, nous emmenant dans son propre pays de Caux, conjuguant cette terre qu’il aime et connaît si bien avec ses rêves ou plutôt ceux de son héros.

  • 7 Le collier de la Reine, nouvelle placée dans Arsène Lupin, gentleman cambrioleur, nous montre aill (...)

19La chronologie de parution des œuvres place « la Comtesse de Cagliostro » assez tardivement, après 813, bien que ce roman soit celui où nous est révélé le début de la carrière prometteuse de l’aventurier, bien sûr en Normandie7. Ce livre est remarquable par une répartition géographique chère à l’auteur. L’action débute dans un château, près de la mer. Peu à peu les personnages sont entraînés de-ci de-là à travers la région pour rejoindre la Seine, mais une partie du dénouement a lieu à la mer.

20Pour la Manche, point de fantaisie, c’est toujours Etretat, sa Porte d’Amont, son Escalier du Curé, son Aiguille qui nous retiennent. Par contre, les châteaux eux-mêmes, leurs noms, leurs descriptions forment un mélange des grandes demeures où Maurice Leblanc a pu passer.

  • 8 La Comtesse de Cagliostro, ch. i.

21Le château de la Haie d’Etignes où débute la Comtesse de Cagliostro est situé par l’auteur à Bénouville, à l’est d’Etretat. La description en est réduite, mais nous savons qu’il est en partie médiéval8 :

« La première clé (lui ouvrit) une petite porte basse, après laquelle il monta un escalier taillé au creux d’un vieux rempart, à moitié démoli, qui flanquait une des ailes du château. La deuxième lui livra une entrée secrète, au niveau du premier étage. »

22Une étude un peu attentive du château de Tancarville où une aile XVIIIe s’adosse et communique avec les vieux éléments médiévaux, nous donne la clé de cette demeure ainsi déplacée près d’Etretat.

23Un autre théâtre d’exploits étonnants, dans l’Aiguille Creuse, se présente également, au début du livre, comme un étrange recoupement d’éléments imaginés ou réels recomposés.

  • 9 L’Aiguille Creuse, ch. i.

24L’action débute près de Dieppe dans un domaine décrit en ces termes9 :

« Le vieux château apparut. Jadis demeure abbatiale des prieurs d’Ambrumésy, mutilé par la Révolution, restauré par le Comte de Gesvres auquel il appartient depuis vingt ans, il comprend un corps de logis que surmonte un pinacle où veille une horloge, et deux ailes dont chacune est enveloppée d’un perron à balustrade de pierre. Par-dessus les murs du parc et au-delà du plateau que soutiennent les hautes falaises normandes, on aperçoit, entre les villages de Sainte-Marguerite et de Varengeville, la ligne bleue de la mer. »

  • 10 Idem.

25Mais le chef-d’œuvre d’Ambrumésy, d’ailleurs déménagé et remplacé par des moulages grâce aux équipes d’Arsène Lupin, c’est la ruine de l’église abbatiale10 :

« ... La Chapelle-Dieu, véritable bijou de sculpture, que le temps et les révolutions avaient respectée et qui fut toujours considérée avec les fines ciselures de son porche et le menu peuple de statuettes, comme une des merveilles du style gothique normand. »

26Dans cette description plus précise pour la géographie que pour une analyse architecturale il faut l’avouer, un peu vague, l’observateur va pouvoir retrouver les vrais sources.

27Ambrumésy y est venu d’Ambrumesnil - notons ici une des rares déformations de noms propres, comme on le remarquera plus loin-, le château est situé à l’emplacement exact du célèbre manoir d’Ango, dominant Varengeville, son architecture est un compromis entre deux abbayes sécularisées au XIXe siècle : Valmont surtout, avec sa « Chapelle des Dix-Heures » et ses Ruines, et Gruchet le Valasse où surgit le pinacle à horloge dans un vaste manoir voué à n’être plus aujourd’hui qu’une entreprise laitière !

  • 11 Idem, ch. x.

28Il faut noter que le roman s’achève dans la réelle ferme de la Neuvillette, entre Dieppe et le Tréport, décor décrit dans une page proche de Maupassant, esquisse bien significative11 :

« Des plaines légèrement ondulées se déroulaient à perte de vue. Un peu sur la gauche, de belles allées d’arbres menaient vers la ferme de la Neuvillette dont on apercevait les bâtiments... »

  • 12 La Barre-y-va, ch. i.

29Si nous devons nous attarder plus loin à une Normandie fantastique, il n’en faut pas pour cela passer sous silence une charmante propriété, théâtre de la Barre-y-va, discrète comme l’exquise Catherine, l’une de ses propriétaires. Nous sommes ici dans la vallée de la Seine, à une lieue de Tancarville. C’est une vision romantique sinon impressionniste que nous propose l’auteur pour décrire le château de Radicatel, site aujourd’hui défiguré par l’usine des eaux de la ville du Havre, une route à quatre voies et les proches raffineries de Port-Jérôme12 :

« Le jour commençait à poindre quand il déboucha en face d’une charmante petite église accroupie dans de la verdure naissante, au bas d’une étroite vallée qui monte sur les falaises cauchoises, et près d’une mince rivière sinueuse qui va se jeter dans la Seine. Derrière lui, par-delà les vastes prairies, et sur le large fleuve qui tourne autour de Quillebeuf, des nuages fins et longs, d’un rose de plus en plus rouge, annonçaient la proche ascension du soleil (...) Une magnifique allée à quatre rangées de vieux chênes suivait la rivière et conduisait à un petit manoir que l’on apercevait à travers les barreaux d’une grille. La rivière obliquait à cet endroit, passait sous un terre-plein, remplissait des douves garnies de pointes de fer, puis tournait encore et pénétrait dans un domaine qu’encerclait un haut mur de pierre à contreforts de briques. »

30En toute honnêteté, avouons que la rivière qui détient par ailleurs la clé de l’énigme est davantage celle qui arrose Gruchet le Valasse, quelques kilomètres plus loin, que les fossés actuels, chargés d’assainir le marais de la Seine. Mais, encore une fois, l’environnement actuel est récent.

31Avant de quitter cette géographie exacte ou transposée, inspiratrice de bien des actions, il nous faut revenir au problème des noms propres.

  • 13 Arsène Lupin, gentleman cambrioleur, ch. ii.

32Certes, Ambrumésy était venu d’Ambrumesnil, mais partout ailleurs, nous l’avons dit, l’exactitude est quasi de règle. Il faut cependant noter le château de Malaquis13, mélange de Tancarville, Dieppe, Valmont (le château et non l’abbaye), situé de façon totalement imaginaire sur un rocher dans la Seine, entre Jumièges et Caudebec. Partout ailleurs, les noms des lieux et surtout de personnes, sont tirés de villages ou hameaux de Seine-Maritime.

33Le bourg de Doudeville devient « les frères Doudeville », dévoués bandits - détectives dans 813, Quevillon, avec son château visité par Voltaire, que borde la Seine est le patronyme d’un brigadier de gendarmerie de l’Aiguille Creuse. C’est en Picardie - hors de Normandie-, d’où un certain mépris - que l’on trouve Formerie, mais c’est le nom d’un juge d’instruction avec lequel le héros a des relations difficiles, quant aux aristocrates, conjurés de l’Affaire Cagliostro, ils sont de bonne souche normande, et leurs patronyme est celui de leur terre d’origine : Oscar de Bennetot, la Vaupalière, Rolleville, d’Aupegard, d’Ormont ou Roux d’Estières.

34A cela s’ajoutent des noms de rues de Rouen : le ménage de Mélamare possède la demeure Mystérieuse, aventure parisienne où le surnom de Lupin est d’Enneris, autre voie de la capitale normande.

35Mais au-delà du monde bien réel, très vite discernable grâce à ses nombreuses clés, il y a la vraie Normandie de Leblanc, celle qui est à la dimension du héros et du rêve, hors du monde logique, hors du temps, une terre natale transfigurée par le jeu de l’histoire, du génie de l’homme exceptionnel qui s’en rend maître, et par les hasards de la nature, conjugués avec l’action de personnages titanesques.

  • 14 La Comtesse de Cagliostro, ch. xii.

36Pour Lupin, comme pour Leblanc, lorsqu’ils fouillent ce pays14 :

« ... plus rien ne demeurait que l’étonnement de pénétrer ainsi dans les régions interdites du passé mystérieux que le temps et l’espace défendaient contre la curiosité des hommes. »

  • 15 Idem.

37C’est la découverte sans cesse renouvelée d’une véritable vision cosmique de la province, où les hommes des autres périodes historiques se sont ingéniés à agrandir ce pré-carré à la taille de ces royaumes fabuleux que décrivent les contes de fée15 :

« Quelle jolie pensée d’associer à leurs biens terrestres le ciel lui-même ! Grands contemplateurs, grands astronomes comme leurs ancêtres de Chaldée (les moines), prenaient leurs inspirations là-haut ; le cours des astres réglait leur existence, et c’était aux constellations qu’ils demandaient précisément de veiller à leurs trésors. Qui sait même si le lien de leurs sept abbayes ne fut pas choisi au préalable pour reproduire sur le sol normand la figure gigantesque de la Grande Ourse ?... Qui sait... »

38C’est ainsi qu’en forçant un peu la figure astronomique, Maurice Leblanc situe le circuit des abbayes sur une sorte de Grand Chariot avec Fécamp, Valmont, Montivilliers, Gruchet le Valasse, puis la queue avec Saint-Wandrille, Jumièges et Boscherville.

  • 16 La Barre-y-va, ch. xi.

39La première aventure de Lupin et du sol normand était donc « préparée » par des moines du XIIe siècle, mais celle de la Barre-y-va met en présence deux acteurs réunis dans l’Antiquité pour le plus grand bien de notre aventurier, la Seine et l’armée romaine. En effet le fleuve, se gonflant par l’effet du Mascaret, envahit un ancien tombeau romain empli de trésors dont le métal s’écoule à marée descendante. Cela nous vaut une description à la Turner de ce phénomène aujourd’hui atténué par la canalisation de la Seine16 :

« Sous la poussée formidable de la marée, que le vent soulevait et décuplait, l’énorme vague devait déferler dans la Seine, emplissant la vallée de remous, de montagnes d’eau qui bondissaient et tourbillonnaient.

... Une demi-heure s’écoula. Au loin, sur la Seine, dont on apercevait la courbe immense, la grande bataille s’éloignait, entraînant son escorte de tempête et d’averses, en laissant derrière elle un fleuve élargi secoué de frissons, mais dont la ruée devenait moins rapide. »

  • 17 Idem, ch. xv.

40Cette Normandie dont la peinture n’est pas due à Claude Monet mais à Turner ou à Delacroix, prend sa dimension complète avec l’Histoire, mais une histoire orientée vers l’héroïsme17 :

« Eh bien, aujourd’hui, dans ce même pays de Caux, vieux pays de France ou l’Histoire a toujours été propice aux grandes aventures et mêlée aux grands secrets nationaux, nous nous heurtons à l’un de ces problèmes passionnants qui font tout l’intérêt de la vie. »

41Une fois de plus, cela doit s’ajouter à une accumulation de faits fantastiques : Normandie d’abord à la Jérôme Bosch, puis à la Courbet avec son obsession du héros :

« ... Et puis, après, c’est tout le chaos du Moyen-Age, toutes les secousses du pays, luttes contre les hommes de l’Est, contre les hommes du Nord, contre les Anglais. Tout s’est évanoui dans les Ténèbres. Même plus Légende... A peine une bribe du passé qui surgit au XVIIIe siècle.. Puis le drame qui se prépare... Et moi qui apparais !... »

42Grâce à cette alliance de la Terre et de l’Histoire, le héros prend sa vraie dimension :

« ... Elles le regardèrent comme... un personnage d’essence particulière, en dehors des proportions humaines. »

43Mais l’aventure qui met le plus en relief cette alliance de Lupin et de cette Terre redevenue grâce à lui un paysage héroïque et fantastique, c’est l’Aiguille Creuse. Assurément, la Seine, l’architecture médiévale jouent leurs rôles mais, cette fois c’est vraiment la Terre normande, au moment où elle domine, grandiose, la mer normande, c’est-à-dire la Manche.

  • 18 L’Aiguille Creuse, ch. viii.

44Jamais Leblanc n’atteint une qualité picturale, une exaltation si profonde, un lien si complet avec le paysage normand18 :

« En face de lui, presqu’au niveau de la falaise, en pleine mer, se dressait un roc énorme, haut de plus de quatre-vingt mètres, obélisque colossal, d’aplomb sur sa large base de granit que l’on apercevait au ras de l’eau et qui s’effilait ensuite jusqu’au sommet, ainsi que la dent gigantesque d’un monstre marin. Blanc comme la falaise, d’un blanc gris et sale, l’effroyable monolithe était strié de lignes horizontales marquées par du silex, et où Ton voyait le lent travail des siècles accumulant les unes sur les autres les couches calcaires et les couches de galets.

... Et tout cela puissant, solide, formidable, avec un air de chose indestructible contre quoi l’assaut furieux des vagues et des tempêtes ne pouvait prévaloir. Tout cela, définitif, immanent, grandiose malgré la grandeur du rempart de falaises qui le dominait, immense malgré l’immensité de l’espace où cela s’érigeait.

... Ses yeux pénétraient dans l’écorce rugueuse du roc, dans sa peau, lui semblait-il, dans sa chair. Il le touchait, il le palpait, il en prenait connaissance et possession... il se l’assimilait...

L’horizon s’empourprait de tous les jeux du soleil disparu, et de longs nuages embrasés, immobiles dans le ciel, formaient des paysages magnifiques, des lagunes irréelles, des plaines en flammes, des forêts d’or, des lacs de sang, toute une fantasmagorie ardente et paisible. »

45Le paysage normand de Maurice Leblanc est avant tout le fruit d’une connaissance profonde. L’enfance de l’écrivain, ses relations l’avaient préparé à regarder la campagne du pays de Caux. Mais contrairement à Maupassant, à Flaubert, c’est moins le monde quotidien des paysans, du labeur qu’il y voit. Beaucoup plus proche de Marcel Proust il prend, juxtapose une réalité, mais s’appuie sur elle pour y placer tous ses rêves. Ses fantasmes, à lui bourgeois rouennais, frère d’une actrice exaltée, journaliste qui se croit romancier raté, son Temps Retrouvé, c’ast dans une Normandie fabuleuse qu’il les recherche. C’est donc la Seine, la mer, les côtes de la Manche qui, dans un temps absolu où l’Histoire est vaincue, vont lui permettre d’édifier la statue fabuleuse d’Arsène Lupin, surhomme qui est davantage qu’un héros de roman, incarnation héroïque d’un paysage à la Delacroix, à la Rubens, à la Barbey d’Aurevilly.

  • 19 Le Formidable Evénement, ch. vi.

46Mais il faut croire que Leblanc, vieillissant, ne pouvait se contenter d’un paysage réel, d’un héros encore humain. Aussi, nous l’avons dit, dans « le Formidable Evénement », il plonge dans la Science-Fiction, domaine qu’il avait déjà abordé avec « les Trois Yeux ». Donc, une catastrophe y assèche la Manche, ce qui agrandit la Normandie jusqu’aux côtes anglaises. Ce n’est plus Arsène Lupin qui conquiert ce territoire, mais un nouveau héros, plus wagnérien encore19 :

« Et soudain, il se mit à rire en pensant - et c’était certes l’idée la plus surexcitante et la plus propre à lui donner un dernier coup de fouet, - en pensant que lui, Simon Dubosc, normand de vieille race, il abordait l’Angleterre au point même où Guillaume le Conquérant, duc de Normandie, avait débarqué au XIe siècle ! La belle aventure de jadis ressuscitait. Pour la deuxième fois, l’île vierge était conquise, et conquise par un Normand ! »

47La démarche intellectuelle est achevée, la Normandie cauchoise, le vieux fleuve, la côte sont absorbés dans un extraordinaire paysage vierge où l’imagination la plus poétique et la plus délirante va être enfin libérée. Ici Maurice Leblanc dépasse le paysage réel, il crée une Normandie imaginaire, refuge à jamais recommencé de ceux que le concret peut gêner. Cependant n’est-ce pas dans ses pages précédentes que nous préférons retrouver notre province. Dans ses vallées, ses collines, ses grèves, à la suite des grands aventuriers, de César à Lupin, ne pouvons-nous pas mieux y mêler nos propres rêves. A notre tour, notre imagination ne pourra-t-elle y découvrir, au-delà de ces paysages encrassés par la récente industrie, les visions que Poussin, Delacroix, Monet nous aident à mieux retrouver. Monde du songe, de l’enfance, de la fantaisie, de la transfiguration du réel, à coup sûr à jamais intact, hors des atteintes du Temps.

Notes

1 La Comtesse de Cagliostro, ch. vii.

2 L’Aiguille Creuse, ch. viii.

3 Cité par P. Lazareff, préface d’« Arsène Lupin, gentleman cambrioleur », Paris, Livre de Poche, 1972, à qui nous empruntons de nombreux éléments de cette courte biographie.

4 La Comtesse de Cagliostro, ch. i.

5 Idem.

6 L’Aiguille Creuse, ch. viii.

7 Le collier de la Reine, nouvelle placée dans Arsène Lupin, gentleman cambrioleur, nous montre ailleurs ce dernier, tout enfant.

8 La Comtesse de Cagliostro, ch. i.

9 L’Aiguille Creuse, ch. i.

10 Idem.

11 Idem, ch. x.

12 La Barre-y-va, ch. i.

13 Arsène Lupin, gentleman cambrioleur, ch. ii.

14 La Comtesse de Cagliostro, ch. xii.

15 Idem.

16 La Barre-y-va, ch. xi.

17 Idem, ch. xv.

18 L’Aiguille Creuse, ch. viii.

19 Le Formidable Evénement, ch. vi.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540