Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paysage normand dans la littérature et dans l’art

 | 
Centre d'art esthétique et littérature (Université de Rouen)

A la recherche d’un mythe

Charles Frémine et la Basse-Normandie

Mary Mc Donnell

Texte intégral

« Un œil qui sache voir la nature, un cœur qui sache aimer la nature, un esprit qui ose suivre la nature ».
Charles Frémine

1Charles Frémine (1841-1906) poète, chroniqueur et conteur de la Basse-Normandie passa son enfance et son adolescence à Bricquebec, région boisée sur un petit affluent de la Saye. De sa fenêtre à la Place des Buttes, il pouvait admirer la forteresse du Château médiéval du XIVe siècle, flanquée de tours. Aujourd’hui, sa maison a disparu et il ne reste que le relief de Robert Delandre qui témoigne du passage de Charles et de son frère Aristide, historien.

2Ecrivain du terroir, vrai régionaliste, Charles Frémine appartint à deux générations, les derniers feux du Romantisme et le Parnasse. Inspirés par Victor Hugo et Alfred de Musset, ses écrits sont imprégnés d’un réalisme allant jusqu’au naturalisme et dont le Cotentin est souvent le centre.

3Transplanté à Paris en 1868, il resta néanmoins un paysagiste. Comme bien de ses contemporains, la vie dans la capitale l’obligea à prendre divers emplois qui l’éloignèrent de ses intérêts littéraires. Cependant, sa carrière de journaliste le fit collaborer à plusieurs revues, telles que : La Revue du monde nouveau - L’artiste - La jeune France - Rappel et Au siècle dans lequel il signait « Un passant », assura au bon vivant un revenu suffisant pour continuer sa carrière de conteur et de poète.

4La première publication de sa poésie, en 1870, d’une inspiration baudelarienne, lui apporta un peu de notoriété et il fit partie des cénacles litéraires, comme les Hydropathes où il récita sa pièce la plus connue aujourd’hui : « Les Pommiers ». C’est un dialogue avec la nature dans les termes les plus simples, les plus directs et précis où ses sentiments s’expriment.

5A travers toutes les œuvres de Charles Frémine, son dialogue avec la nature prédomine. Par la réflexion et la méditation sur les formes de la nature, il transforme l’hysométrie : dépressions, plaines, plateaux, montagnes, massifs et vallées de la Basse-Normandie. Ce n’est que le fruit de l’expérience et de sa communication avec la physionomie de son pays :

« Un œil qui sache voir la nature,
Un cœur qui sache aimer la nature
Un esprit qui ose suivre la nature. »

6Sa poésie peint les beautés de Bricquebec et ses environs à l’aquarelle, de touches délicates pour évoquer un paysage, qui, par des similitudes ou par des contrastes, effleure un état d’âme rétrospectif. Conteur, il ressemble à Eugène Boudin. Sa palette contient des images claires, des tons vibrants et fluides où les personnages et l’élément dramatique sont traduits par des touches rapides, mais jamais au détriment du détail. Portraitiste de la Côte, des Iles et des Français de la Basse-Normandie, il fait penser à Joseph Turner et Jean-François Millet. Une maîtrise de termes crée la luminosité diaphane ou opaque sur la mer et sur la terre.

7L’étude suivante est consacrée à une seule tâche : souligner, mettre en évidence et donc développer le côté pictural dans les contes et la poésie de Charles Frémine. Un choix fut nécessaire et je me suis bornée à quelques œuvres représentatives :

Promenades et rencontres, 1870
Vieux airs et jeunes chansons, 1884
Bouquet d’automne, 1890
La chanson du Pays, 1893
Les Français dans les îles de la Manche, œuvre écrite en
collaboration de son frère, Aristide, en 1905.

8Promenades et rencontres, recueil de poésie de quarante-cinq pièces, dont une dizaine de la première partie sont inspirées par le paysage manchois, fut composé à l’automne de sa vie. Son frère décéda et notre poète en fut affligé. Sa mélancolie qui pencha vers le spleen romantique traverse l’œuvre entière. Cet état d’âme fut rendu plus frappant par son choix du paysage. Il faut croire que ce fut une antithèse délibérée : le contraste des splendeurs du pays avec ses contours souples et délicats sort de sa palette. Ni la Manche des tempêtes, ni les nuages menaçants, « des chevaliers » des tempêtes, ni les flux et reflux ne sont jamais suscités. Ce sont des eaux étincelantes, l’aurore ou le crépuscule, des images qui exprimaient son recueillement.

« Sa source est-là - sous les bouleaux,
Où se plaint la brise étouffée
Et le murmure de ses eaux
S’échappe du sein des roseaux,
Doux comme le chant d’une fée.

Entre deux coteaux de velours
Où le ciel, pendant les beaux jours
Laisse flotter sa robe bleue

Le ruisseau dans la mer s’épanche
Il bondit, fait quelques détours
Et puis il se mêle, pour toujours
Au flot bleu son écume blonde ! ».

9Si l’auteur dans l’œuvre précédente choisit l’antithèse comme méthode pour révéler ses sentiments personnels, son recueil, Vieux airs et jeunes chansons, 1884 fut imprégné par les saisons vertes de sa vie et de la nature.

10L’harmonie entre la mélodie et l’accompagnement règne dans les cinquante poèmes dont une dizaine précise un site en Basse-Normandie : « Pommiers »-« Chanson d’été » - « Aubade » - « La Niolle » - « Gelée blanche » - « L’autre chanson » - « Romance » - « Lever de lune » - « La falaise » - et « L’évocation ».

11De temps à autre, un brin de mélancolie d’être éloigné de son pays natal s’y infiltre et nous fait penser à Alfred de Musset : « Adieu » et « Chanson d’automne ». Néanmoins, la terre est en fleur, les forêts, les dunes, les falaises et les eaux étincellent, donnant un prisme de couleurs douces et chaleureuses digne des pastels. Le poème « Les Pommiers », maintes fois récité et mis en musique par Eugène Vasche l’illustre.

« Leurs rangs épais couvrent la plaine
Et la vallée et les plateaux ;
En droite ligne et d’une haleine
Ils escaladent les coteaux ;
Tout leur est bon, le pré, la lande ;
Mais s’il faut du sable aux palmiers,
Il faut de la terre normande
A la racine des pommiers.

Leurs floraisons roses et blanches
Sont la gloire de nos fermiers :
Heureux qui peut voir, sous leurs branches,
Croûler la neige des pommiers !

L’automne vient qui les effeuille.
Les pommiers ont besoin d’appuis
Et leurs longs bras, pour qu’on les cueille,
Jusqu’à terre inclinent leurs fruits ».

12Comme le dit Maurice Rollinat, poète régionaliste de la Creuse et du Berry :

« ... tu chantes l’amour et le beau tu l’exprimes ».

13Les vieux airs et jeunes chansons fut empreint de fraîcheur et de vigueur, mais le Bouquet d’automne, 1890, fut marqué par des flétrissures, de la fatigue et des tristesses lorsque le poète dépassa la quarantaine. Sa palette prit des tons violents et durs, son choix d’adjectifs, noms et verbes lui donne une dimension particulière : « Le flot ronge », « La mer bout et fume », « pâle de couleur et de bruit », « Le chemin marbré ».

14Deux fois il cita le lieu : « Le Raz Blanchard » et le Val d’Ornesse dans « Les alouettes », mais partout c’est le portrait de la Basse-Normandie. Dans « L’héliotrope », la dignité et la majesté de cette fleur aux cils d’or sont mises en relief par opposition au champs nu, obscure, louche où planent les cris rudes des corbeaux.

15De temps à autre, sa palette s’adoucit pour la nature, mais ne cessa point d’évoquer la tristesse. « L’été dans la plaine » montre ces deux pôles : la joie et la tristesse. Ce sont les plaines, avec leurs récoltes abondantes - symbole de bienfaisance et de fraîcheur - qui sont évoquées pour éveiller un moment délicieux d’autrefois.

16« La forêt qui chante » est une des rares pièces où Charles Fremine, cette fois, prit sa palette de mots précis pour décrire la symphonie des arbres opposée à la cruauté de la hache du bûcheron : « Les houx trempés de bronze vert et se pavoise d’écarlate, et les bourdonnements d’or ».

17Charles Frémine, poète mais aussi conteur de la Basse-Normandie, rendit hommage au Cotentin. Ces récits d’aventures réelles, mais invraisemblables souvent, de courage et d’audace, d’anecdotes créent le climat pour décrire un paysage précis, d’un réalisme allant jusqu’au naturalisme : falaises, mer, villages, habitants, oiseaux, landes, forêts et dunes.

18La chanson du pays, 1893, est donc pour les habitants du Cotentin ce qu’est l’œuvre de Monsieur Alphonse Daudet pour la Provence.

19Pour ce Bricquebecais, la description vivante est le facteur principal et l’action dramatique qui lui donne une unité, est réduite à quelques paragraphes. Fit-il un choix délibéré ou ne posséda-t-il pas le souffle créateur d’un Guy de Maupassant ? Pour nous, ce qui importe, c’est l’évocation de la physionomie de son pays : Gruchy, Gréville, Goury, les bois de Belle-Garde, les landes de Bavent, Portbail et les dunes de Carderet.

20« La maison de Millet et l’église de Gréville » évoquent deux tableaux du peintre faits pendant qu’il séjournait en son pays natal, 1870-1871 : « La maison du puits à Gruchy » et « L’église de Gréville ». La côte, en allant vers Cherbourg, se dresse en falaises dentelées. Sur un de ces reliefs granitiques et inhospitaliers domine, en surplomb, le village de Gréville, et l’on descend au hameau de Gruchy par un chemin de pruneliers. Parmi les chaumières construites en granit rugueux, garnies d’outils de pêche et de labour, se trouve celle de Jean-François Millet, avec une vigne grimpant le long du mur qui l’isole, en ruines aujourd’hui comme le consata Charles Frémine en 1905 dans son œuvre : Les Français et les îles de la Manche.

21Mais, en 1893, il partagea la vision du peintre qui s’exprima ainsi à Sensier, en 1871 :

« Ce pays-ci est réellement impressionnant et a beaucoup d’aspects d’autrefois. On se croirait (quand on veut éviter certaines modernités) au temps du vieux Breughel. »

22Les falaises déchiquetées sont peuplées d’oiseaux de mer et Charles Frémine, naturaliste, en présenta un, peu commun et rarement étudié de près par l’amateur dans un récit humoristique : « Le corbeau des falaises ».

23Entre le village d’Auderville et le port de Goury, vit cet oiseau, plus grand d’une moitié que la grande corneille dont le bec énorme et recourbé ressemble à celui de l’aigle. Noir comme de l’ébène, les yeux d’un vert pâle, il ne s’aventure jamais en dehors de la côte, préférant la solitude et la sauvagerie de son promontoire.

24Par contre, « Le ramier » nous présente la chasse aux pigeons parmi les beaux hêtres de la Belle-Garde, un sujet traité par Jean-François Millet dans « La chasse des oiseaux au flambeau ». Cependant, ce souvenir d’enfance reste incomparable avec celui de Frémine, qui ne traduit point la violence apocalyptique de la nature, ni la violence de l’acte. Pour lui, il s’agit d’une description du cadre : les arbres, la terre argileuse parsemée de touffes de bruyère, le hêtre au ramier prenant pied dans un fossé, du côté d’un taillis.

25Le jeu de lumière à la tombée du soir et le paysage automnal font partie intégrante de la description des landes de la Basse-Normandie dans « Le barbier de Monroe » et « La lande de Bavent ». De vastes espaces découverts incultes où ne poussent que des fougères naines, bruyères et ajoncs défleuris sur des talus tatoués de roches nues, mêlés aux ocres de la terre et à la pourpre des rayons se fondent et créent une atmosphère fantastique, irréelle.

« Moirée et chatoyante au jeu du couchant qui la frappait horizontalement, elle se déployait au loin sur la bruyère comme une écharpe de pourpre et de feu ».

26« La danse » nous présente un contraste entre ces terres incultes et un tableau de la forêt de Montécho et la plaine fleurie. Mais, ce sont les dunes de Carteret, au mois de juillet, qu’il faut voir, habillées de chardons bleus, de pavots jaunes, de touffes violacées de serpolet et de liserons.

« Et toujours les dunes se déroulent blanches et vermeilles, multipliant leur formes, arrondissant leurs croupes, avivant leurs arêtes, creusant des entonnoirs, des cirques, de vastes arènes d’où la végétation est absente et qui semblent préparés pour de fantastiques spectacles, pour de mystérieux combats ».

27L’œuvre, Les Français dans les îles de la Manche, présente une description détaillée de toute la côte. Des randonnées avec un itinéraire souple permit à Charles Frémine de communier avec la nature. La maîtrise de sa palette où des sentiments personnels se fondent dans les images réelles et les tons contrastés de lumière vibrante et fluide, nous fait penser aux tableaux de Joseph Turner, d’Eugène Boudin et de temps à autre à Jean-François Millet par le réalisme magique, par l’évaporation de la forme et la réalité immédiate d’où sa rêverie s’envole. Comme le dit Eugène Boudin à Monet :

« Tout ce qui est peint directement et sur place a toujours une force, une puissance, une vivacité de touche qu’on ne retrouve plus dans l’atelier. »

28Le périple dans ces contes de Frémine commence à l’ouest : à Barneville, à Carteret, réunies depuis 1965 en une seule commune mais séparées par l’estuaire de la Gerfleur ou Havre de Carteret. La Gerfleur, avec un climat doux et une campagne verdoyante sur les falaises schisteuses du cap, contrastant avec les dunes voisines, est souvent noyée dans le crachin ou menacée par l’impitoyable mer. Devant un tel spectacle, c’est la grande tristesse : « La lamentation des vagues », « son haleine pour serrer de plus près les mailles de son réseau », « les chiens verts aboyant, hurlant ».

« On les voyait bondir, sans cesse flagellés par les âpres lanières de fouets invisibles. Sur leurs reins vigoureux, le soleil qui brillait par éclats, mettait l’ombre rapide et violâtre des nuées. Ils accouraient toujours, beaux et hardis, échevelés, s’amoncelant, s’écrasant au pied de la falaise, dont ils tentaient l’escalade ».

29De loin et de près, nous voyons les dunes de Barneville. De loin, c’est un tableau d’une lande fauve dentelée d’écume, mais de près, les détails surgissent. Ce sont les routes, des « charnières » à fond de sable blanc, et les « herbiers » aux algues et aux eaux courantes.

30La promenade continue et nous arrivons vers la côte Est du village de Morsalines, « au péril des flots », avec sa plage de sable noir et ses trous d’eau, et la Pernelle dominant le débouché de la vallée de la Saire. De là, c’est la direction de Barfleur, Fermanville, Gréville, Gruchy, Goury, Jobourg et la Hague.

31Toutes les variétés d’aspects du paysage sont décrites avec un réalisme magique tel que nous voyons les vallons boisés, la sauvagerie tempérée par des ruisseaux, des ravins tortueux, des coteaux crêtés de roches et de bruyère, les quelques menhirs et tombelles dans les landes de Beaumont. L’écrivain représenta la mer et la terre où l’absence de personnages lui permit d’exprimer la lutte de l’homme contre la mer dans une sobriété absolue comme le fit Jean-François Millet dans « Le Castel Vendon » (« La Mer près de Gruchy ») ou dans ses tableaux des « Rochers du Catel ».

32Les deux hommes possédèrent leur palette : la couleur du langage écrit et la couleur de la peinture. Chacun traduit les beautés du pays qu’ils partagèrent en commun à des époques différentes. Millet, le grand peintre de Barbizon fut paysagiste surtout du Cotentin. Charles Frémine, poète et conteur régionaliste transplanté ne posséda pas le souffle créateur de Millet, mais ne cessa jamais de chanter la Basse-Normandie.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

FERMIGIER, André — Jean-François Millet. Genève, Albert Skira, 1977.

FREMINE, Charles — Promenades et rencontres. Paris, L. Toinon et Cie, 1870.

FREMINE, Charles — Vieux airs et jeunes chansons. Paris, Alphonse Lemerre, 1884.

FREMINE, Charles — Bouquets d’automne. Paris, Alphonse Lemerre, 1890.

FREMINE, Charles — La chanson du pays. Paris, Jouvet, 1893 FREMINE, Charles — Les Français dans les îles de la Manche, Paris, Alphonse Lemerre, 1905.

LEBERRUYER, Pierre — Bricquebec et ses environs dans l’œuvre des Fremine.

LEVY, Jules — Les hydropathes. Paris, André Delpeuch, 1928.

SABATIER, Robert — La poésie du dix-neuvième siècle. Paris, Albin Michel, 1977.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540