Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paysage normand dans la littérature et dans l’art

 | 
Centre d'art esthétique et littérature (Université de Rouen)

A la recherche d’un mythe

Rouen et sa « bohême de haute mer »

Bernard Baritaud

Texte intégral

  • 1 « Revenir sur mes pas en passant par Rouen, le Havre, Naples, Londres, Mayence, serait un voyage p (...)
  • 2 « Mais il faut insister sur la cohérence de l’univers romanesque de Mac Orlan : ce qu’il a vu en 1 (...)
  • 3 L’expression est employée à diverses reprises, dans Les Bandes : (E.O. Editions de la Belle Page, (...)

1Rouen est, avec, entre autres, Paris (Montmartre), Londres, Naples, etc..., un lieu privilégié de la géographie sentimentale de P. Mac Orlan. Cela veut dire que, plus que le cadre même de la ville, aujourd’hui détruite, qu’il a connue1, les personnages fréquentés alors, certains visages entrevus, le souvenir de scènes, de situations, d’histoires rapportées, serviront de point de départ à l’écrivain, ou lui permettront de fixer, par rapprochements, certains éléments - thèmes ou détails - de son univers2. Ainsi, les compagnons d’errance nocturne s’effaceront devant les personnages littéraires, le fait divers entrera dans la légende. Car la « bohème de haute mer », ainsi qu’il la qualifie lui-même, que P. Mac Orlan a connue à Rouen au début du siècle, relève de la littérature, exactement de la création, plus que de l’histoire, littéraire3. Aussi, les souvenirs de la période rouennaise de l’écrivain, nous intéressent moins aujourd’hui que la manière dont il a tiré parti des éléments rassemblés durant cette période.

  • 4 B. Baritaud, « L’Italie dans l’œuvre de P. Mac Orlan », Micromégas, rivista di studi e confronti i (...)

2Cette période : comment, de livre en livre, un même personnage se retrouve-t-il sous des masques différents, ce que cache la répétition de telle situation, l’explication suggérée, par un détail rapporté, à telle scène d’un roman, voire à tel grand thème de l’œuvre. Les anecdotes liées à la bohême normande ne sauraient donc être que prétextes : d’une part, les mutations qu’elles subissent, au gré des pages, permettent d’approcher le complexe mécanisme de la création littéraire chez l’écrivain, d’autre part, ces mutations même attestent l’importance de la composante rouennaise dans le thème du passé dont il a été, ailleurs, signalé combien il est essentiel chez P. Mac Orlan4.

  • 5 Rue Saint Vincent, précédé d’une étude d’A. Billy, Ed. du Capitole, 1928. Les dix premiers chapitr (...)
  • 6 II paraît utile de se reporter au texte Le rugby et ses paysages sentimentaux, publié en tête de R (...)
  • 7 Cette photo est notamment reproduite dans le P.M.O. de P. Berger - éd. Seghers - Coll. Poètes d’au (...)

3Celui qui s’appelait alors P. Dumarchey semble avoir effectué plusieurs séjours à Rouen. Deux photographies, reproduites dans l’édition originale de Rue Saint Vincent5, permettent de dater au moins deux de ces séjours : l’une, p. 64, représente le jeune homme vêtu en rugbyman, parmi ses camarades d’équipe, et, au-dessous, figure la mention : Rouen 18996. L’autre, p. 160, reproduit l’image d’un Pierre Dumarchey dandy, vêtu d’un costume aux pantalons étroits, coiffé d’une casquette, une cigarette tenue négligemment dans la main gauche. Sous le cliché figure la mention : Rouen 19017.

4Un troisième séjour de P. Mac Orlan en Normandie est daté de 1905 :

  • 8 Rouen dans Villes, o.c. p. 115.

5« Mon vieil ami Robert Duquesne, qui écrivait son livre Monsieur Homais voyage, s’était retiré à Dieppedalle dans une charmante auberge au bord de l’eau... Duquesne m’avait demandé d’illustrer son livre. La besogne était agréable. On ne voyait que nous deux à Quillebeuf et sur les bords de la Risle8. »

Le livre de R. Duquesne a été publié par la Librairie Universelle à Paris (achevé d’imprimer 30.10.1905). Il comprend 36 illustrations, de facture assez médiocre, toutes signées du sigle, Image (c’est le premier ouvrage où est indiqué le nom de plume du futur écrivain), qui figure également en bas et à gauche de la photographie de P. Dumarchey en « dandy », datée de 1901, mentionnée ci-dessus.

6Or, si les récits évoquant les souvenirs de ses séjours rouennais ne manquent pas d’informations souvent utiles, P. Mac Orlan évoque toujours en prenant avec le passé, ses distances littéraires, les dates, le cadre, les activités du jeune homme qu’il était alors.

  • 9 Rouen dans Villes, o.c. p. 83.

7« Vers la fin de 1901, j’entrai dans la rue des Charrettes, à Rouen, comme une ombre, dans une rue composée en studio9 ».

  • 10 Paul Lenglois, né à Bois-Guillaume-sur-les-Rouen, le 21.12.78, avait 4 ans de plus que P. Mac Orla (...)

8Pierre Dumarchey rencontre d’autres garçons, jeunes et démunis comme lui, cette « bande » de Rouen, composée de camarades dont les noms reviendront, à différentes reprises, sous la plume de P. Mac Orlan : entre autres Robert Duquesne, étudiant en médecine et romancier, Edouard Hibou, coureur cycliste et arbitre de rugby, et Paul Langlois, qui deviendra grand reporter10.

  • 11 « Personne dans la bande ne semblait plus particulièrement désigné pour devenir quelqu’un » (Rouen (...)
  • 12 « Cette ville était éblouissante » Rouen - Villes, o.c. p. 85.
  • 13 Mais on trouve également, dans Monsieur Homais voyage, le thème, constamment développé dans toute (...)

9Ces jeunes gens ont en commun, outre le sentiment d’un avenir fort incertain11, leur goût pour le sport, (ils pratiquent le rugby et l’aviron), de vagues aspirations pour la liberté et le confort relatif que paraît devoir réserver une carrière artistique, une certaine fascination pour Rouen12, quelques lectures. Le livre de R. Duquesne montre le cas fait de Flaubert13, mais plus significative paraît avoir été, à la même époque, la découverte, par le groupe, de Lautréamont.

  • 14 Rouen, dans Villes, o.c. p. 93-94.

10« Nous connaissions tous le Mercure de France, les tableaux de Van Gogh et de Gauguin, les chansons de Bruant, les dessins de Steinlen. Nous connaissions également Jarry et son Ubu roi. Ce fait constituait même un brevet d’admission dans notre club. Les Chants de Maldoror donnaient également un droit d’admission. Quelques-uns parmi nous pouvaient réciter du Mallarmé. En toute sincérité ce bagage était maigre. Enfin, il complétait le programme du lycée et suffisait à nous donner une confiance sans laquelle nous n’aurions pu vivre sur les routes que nous avions prises, sans trop les choisir14 ».

11L’important est que les membres les plus doués du groupe - et c’était le cas de P. Mac Orlan - singulièrement réceptifs à ce qu’ils voyaient et à ce qu’ils entendaient, faisaient ainsi provision d’images. Aussi peut-on faire clairement remonter à la période rouennaise certains thèmes mac orlaniens.

12Par exemple, l’écrivain mentionne, à diverses reprises, dans ses souvenirs, d’une part, le logement qu’il occupait à Rouen : une chambre, à l’étage, au-dessus d’un bar tenu par deux femmes, d’autre part, l’assassinat d’un matelot.

  • 15 Rouen, dans Villes, p. 87. Un peu plus loin, P. Mac Orlan précise qu’il avait loué une chambre à l (...)

13« J’étais libre l’après-midi et j’allais prendre le café à l’Albion Bar, devant le regard sérieux de Miss Annah J... qui tenait, avec sa sœur, ce commerce délicat15 ».

  • 16 Les Bandes, op. cit., p. 70.
  • 17 Le Chant de l’Equipage, E.O., l’Edition française illustrée, 1918, référence o.c., p. 90.
  • 18 Mademoiselle Bambù, référence o.c., p. 371.
  • 19 Port d’eaux mortes E.O. Au Sans Pareil, 1926. Une des 4 nouvelles composant Sous la lumière froide(...)
  • 20 Le Chant de l’Equipage dans o.c., p. 85.
  • 21 La Pension Mary Stuart, 1958. Hippocrate et ses amis. Cette nouvelle a été réunie à Port d’eaux mo (...)
  • 22 II y a celui qui pense, et celui qui exécute, celui qui agit et celui qui regarde agir, celui que (...)

14Dans Les Bandes, il précise le nom de la patronne de l’Albion : Anna Jacob16. Le thème de la chambre située au-dessus du bar sera repris dans Le Chant de l’Equipage où Joaquim Heresa habite au premier étage du Poisson sec, qu’il exploite à Rouen17, dans Mademoiselle Bambù, où, dans la deuxième partie de l’ouvrage, le narrateur, Monsieur Nicolas, rappelle avoir occupé une chambre au premier étage de l’Albion18, dans Port d’eaux mortes, dont l’action se déroule à Brest, et où le narrateur loue une chambre au-dessus d’un café, Le beau Patron19. Tous ces bars sont tenus par des femmes : Frances, anglaise, veuve d’un français tombé aux Dardanelles possède le Beau Patron, une irlandaise, Tilly, est la barmaid de l’Albion, qui appartient à Luisa Lewis, dans Mademoiselle Bambù, avant d’être racheté par Hérésa, le Poisson sec du Chant de l’Equipage appartenait à « une très jolie maltaise d’origine israélite20 », miss Annah, secondée par une barmaid nommée Tilly, et dans La Pension Mary Stuart21, la propriétaire est aidée par une irlandaise, Eilidh O’Fynn. Cette Eilidh O’Fynn égorgera, dans sa chambre, un client, Jean-François de la Providence de Dieu, qui avait autrefois tué, par erreur, la sœur de la jeune femme. Dans Le Chant de l’Equipage, Tilly meurt d’un coup de couteau, dans une rue obscure. On mesure donc la fréquence de quelques thèmes, tous liés à l’expérience rouennaise de P. Mac Orlan, dans des textes écrits à des périodes différentes. Le Chant de l’Equipage, 1918, Port d’eaux mortes, 1926, Rue des Charrettes (Rouen), 1927, Père Barbançon (2e partie de Mademoiselle Bambù), 1946, Les Bandes, 1947, La Pension Mary Stuart, 1958 : le dédoublement des personnages, la double personnalité qui fascine P. Mac Orlan22, et la mort violente, par couteau, le plus souvent, peuvent être rapprochés d’autres notations : la musique, la danse (les barmaids dansent le cakewalk), et, plus significative, la « fermeture » des différents établissements. En effet, Hérésa ferme boutique, dans Le Chant de l’Equipage, pour s’embarquer, le Beau Patron changera de propriétaire après le départ du narrateur de Port d’eaux mortes, et Mary Stuart fermera sa pension à la suite du crime qui y a été commis :

  • 23 La Pension Mary Stuart, o.c., p. 58.

« Tiens, écris ceci, en gros, avec un crayon bien noir.
Elle dicta :
Fermé pour cause de décès
Je clouai la pancarte sur le volet qui fermait la porte23. »

15La fermeture des volets, sur une façade désormais aveugle et anonyme correspond, chaque fois, à la conclusion d’une aventure, à la fin d’une période rouennaise, pour l’auteur, comme pour ses personnages :

  • 24 Rouen dans Villes, p. 120 (o.c.).

16« Les derniers jours que j’ai vécus à Rouen furent d’une tristesse sans emploi. J’habitais une chambre sordide au-dessus du Critérion, à l’angle de la rue des Charrettes et de la Vicomté. Je ne sais si la maison existe toujours. Tout autour de moi, la ville se rétrécissait implacablement comme si une vis géante eût resserré les divers éléments hostiles qui se groupaient en faisceau pour m’expulser24 ».

17Ainsi, la perception de la ville, à la fois physiquement sentie et imaginée, se modifie en fonction des dispositions de l’artiste. La ville n’existe pas, ou plutôt, il y a deux villes : la ville réelle, et la ville rêvée, dédoublement calqué sur celui des personnages Mac Orlaniens.

  • 25 Rouen dans Villes p. 96 (o.c.).

18« Nous vivions comme si Rouen, son pont transbordeur, ses cargos, ses industriels et ses demoiselles de haute bourgeoisie n’eussent point existé25 ».

  • 26 « A table, c’étaient constamment des allusions au voyage. Il parlait de diligences, de traîneaux e (...)
  • 27 Rouen dans Villes, o.c., p. 89.
  • 28 Sous la lumière froide, E.O. ; H. Jonquières et cie, 1926. Ce récit prendra le titre de Docks à pa (...)

19Rouen est donc moins une ville réelle qu’un lieu de rencontres, un espace privilégié, symbole, probablement, de la grande aventure de la mer transposée par une imagination littéraire. Et il n’est pas douteux que les marins - le capitaine Conrad est cité - apportaient à la « bande » de Rouen le souffle du large, et la tentation du départ, dont se fait l’écho R. Duquesne, en les caricaturant. A partir d’un objet différent de ceux dont il a l’usage courant, un téléscope en l’occurrence, M. Homais est fasciné par des mirages26 identiques à ceux qui entraîneront Krühl dans l’aventure du Chant de l’Equipage, ce livre qui donnera, treize ans plus tard, une heureuse forme littéraire aux aspirations des garçons de la « bande » de Rouen. De même, on ne peut manquer d’établir un rapprochement entre les « mauvais petits anges de la rue des Charrettes », qui allaient, en guenille, de bar en bar, dans la nuit d’hiver, chantant La Part à Dieu et demandant l’aumône27 et Tess, la petite fille aveugle qui se prostitue dans Docks28. Ainsi Rouen aura été, pour P. Mac Orlan et pour ses camarades, moins découverte de certains aspects d’une misère qu’ils connaissaient déjà, que tentation de l’imagination, « lieu d’adolescence », déterminant, par les expériences de son réalisme déprimant, pour les orientations de celui qui l’a vécu, mais auquel le passage des années a définitivement conféré la « distance » de la création littéraire.

Image

« Le bassin de l’Eure au Havre » par Boudin,

Image

« Villerville, rue de l’Eglise » par Gustave Morin.

Image

Vue de Rouen.

Image

« Port en Bessin, vue prise près des signaux », par A. Maugendre.

Image

« Falaise d’Etretat après l’orage » par Courbet.

  • 29 Op. cit., (Mademoiselle Bambù) ; Ire éd. complète : 1950, chez Gallimard, d’une composition romane (...)

20Dans l’œuvre de P. Mac Orlan, l’évolution d’une chanson, et celle d’un personnage, permettent de mesurer les étapes de ce procédé. Ainsi, dans Filles et Ports d’Europe et Père Barbançon29, l’écrivain cite le texte de la chanson de Tilly, barmaid du Critérion. On y trouve des éléments de l’expérience rouennaise : la barmaid du Critérion :

(« Au Critérion bar, après la débine,
Tu f’sais la barmaid pour les Norvégiens,)

21la misère

(« Je venais t’chercher dans la lumière blème
D’un sal’petit jour sans sèch’s et sans blé »),

22le départ de Rouen, ici pour l’armée

  • 30 Mademoiselle Bambù, op.cit., dans o.c., p. 372.

(« Quand j’ai débordé de Rouen et d’ses fêtes
Pour aller trimer dans l’camp d’Mourmelon
Je t’ai dit adieu en tournant la tête...30 »)

23Une autre chanson, Nelly, dont le texte figure dans Chansons pour accordéon, et qui est dédiée à Paul Lenglois, reprend les mêmes thèmes, sous une forme à peu près identique : les vers concernant la barmaid du Critérion, et la misère sont exactement les mêmes ; quant au départ pour l’armée, il devient

  • 31 Nelly, créée par Laure Diana, reprise, notamment, par G. Montero, musique de V. Marceau, Chansons (...)

« Quand j’me suis taillé de Rouen et d’ses fêtes
Pour jouer au griv’ton, dans l’camp d’Mourmelon,
Je t’ai dit adieu en tournant la tête...31 ».

24Paul Lenglois est nommément désigné dans une troisième chanson inspirée par l’expérience rouennaise : Jean de la Providence de Dieu :

« Y’avait Machin, chose et Lenglois,
Y’avait Frances et c’était moi
Nous étions tous les cinq à l’aise
Dans le vieux bar de l’Irlandaise... »

25On retrouve, dans cette chanson, une date précise :

(« C’était en l’an dix neuf cent deux... »),

la misère

(« Lenglois très fauché mit les voiles

Pour retrouver sa bonne étoile... »),

26le départ, la fin de l’aventure,

  • 32 Musique de Philippe Gérard dans Mémoires en chansons, Gallimard, 1962. Citations dans o.c., p. 377 (...)

(« Que sont devenus mes copains ?
A dir’vrai je n’en sais plus rien
L’Irlandaise a fermé boutique
Lenglois et Chose ont disparu...32 »).

27En outre, la personnalité de Jean de la Providence de Dieu, qui est, rappelons-le, un des personnages de la Pension Mary Stuart, introduit le rêve et l’exotisme par le mystère même de son nom.

  • 33 Mémoires en Chansons, Avant-propos, o.c., p. 301.

28On peut donc mesurer combien la chanson permet à P. Mac Orlan, d’évoquer le passé : « Je suis souvent présent dans le décor et l’action de ces chansons. Par exemple, dans Jean de la Providence de Dieu : je buvais à sa table dans le bar de Frances, à Rouen. Mon vieux camarade Paul Lenglois, l’auteur de Monsieur de Jonkhère, était à mes côtés. Quand nous nous séparâmes, à l’aube, Jean de la Providence demeura dans le bar pour cuver son vin. Frances commit l’erreur de le laisser dormir ; le lendemain il disparut en emportant le contenu de la caisse. C’est alors que nous sûmes qu’il n’avait jamais été matelot...33 ».

29Ainsi les personnages des chansons et ceux des récits et des romans, viennent du même passé, et composent, par le prisme de la création artistique, un univers parallèle, plus vivant, et plus durable que la réalité dont il est issu. Le passé devient une valeur littéraire.

  • 34 « C’est le mystérieux Star qui traverse La Pension Mary Stuart et Pont d’eaux mortes sous le nom d (...)
  • 35 Rouen dans Villes, o.c., p. 99.

30Une autre illustration de ce processus nous est offerte par un personnage dont la personnalité ambiguë semble avoir dominé la « bande » rouennaise, que P. Mac Orlan fera revivre dans ses récits, et dont P. Lenglois voudra faire le héros de son Monsieur de Jonkhère34. Qui était ce Star ? Physiquement, il est obèse. « C’était un gros homme qui pouvait ressembler au roi d’Angleterre Edouard VII35 ».

  • 36 Mademoiselle Bambù, o.c., p. 353.
  • 37 Mademoiselle Bambù, o.c. p. 443. Il convient également de remarquer que si le Monsieur de Jonkhère (...)
  • 38 Rouen dans Villes, o.c., p. 100.

31Dans Mademoiselle Bambù, une autre incarnation de Star, Paul Uhle, est présenté comme « un gros homme en forme de poire...36 » Mais cette corpulence s’accompagne ici chez Père Barbançon, nouvel aspect de Star, d’une légèreté aérienne : « Détaché de la grappe de ballons de couleurs dont les enfants se divertissent, il en possédait cette obésité légère que l’on peut admirer sans effort au bout d’une ficelle indulgente37. » La notion d’obésité, contradictoirement liée à une impression de vide, à l’image d’une baudruche, crée une impression de malaise que renforcent la « petite voix pointue » du personnage, peu en rapport avec sa corpulence38.

  • 39 Rouen dans Villes, o.c., p. 105. Ces traits de caractère se retrouvent dans les différents personn (...)

32Moralement, Star est vaniteux, volontiers pontifiant, paresseux et méchant. « Il était plus dangereux que la lèpre. Sournois et mielleux, il servait d’indicateur à la police, dénonçait et mentait pour se tirer d’affaires lui-même...39 ».

  • 40 La référence au code de la navigation des Frères de la Côte, et les cris de Star : « Ah, bande de (...)
  • 41 Rouen, Villes, o.c. p. 100. Ce détail sera repris dans Mademoiselle Bambü : Père Barbançon porte u (...)

33Les facéties, les lubies et les mésaventures du personnage déconcertent. A sept heures du matin, Oncle Paul se lave les pieds dans le ruisseau, le long du trottoir, devant le bar de Mary Stuart (La Pension Mary Stuart). A la suite d’une dispute avec le frère de P. Mac Orlan, Jean Dumarchey, qu’il a provoqué et poussé à l’eau pendant une partie d’aviron sur la Seine, Star est débarqué et abandonné par la « bande » sur l’île aux Cerises40. Le même Star porte sous son bras un gros morceau de sucre de pomme de Rouen, enveloppé d’un papier coloré noué d’une faveur à chaque bout. Il a ainsi une arme redoutable et d’apparence inoffensive41.

34Ces détails, parmi d’autres, contribuent à composer une personnalité louche, inquiétante, et multiforme : Star reparaît de livre en livre sous des noms différents.

  • 42 « C’est pourquoi sachant que de tant d’intrépides assauts, le monstre était toujours sorti vivant, (...)

35Dans Mademoiselle Bambù, Snark, ou Paul Uhle, ou Barbançon surgissent, frappent, disparaissent, menacent. Barbançon existe moins que le narrateur n’imagine son existence. Star est donc devenu une menace, une de ces « forces » négatives et maléfiques qui, selon P. Mac Orlan, contribuent à l’inquiétude contemporaine. Son ubiquité fait de lui un mythe42.

36Mais ce mythe est l’œuvre de l’écrivain.

  • 43 Rouen dans Villes, o.c., p. 105-106.

37« Cet homme qui eut une grande influence sur ma destinée littéraire, car, pour la première fois, il m’apprit la manière de commander à mes instincts et de les utiliser sans danger, ne présentait, cependant, aucune de ces qualités ou de ces vices qui font d’un aventurier un personnage littéraire. Il rayonnait froidement ; mais la lumière trouble dont il éclairait son atmosphère ne pouvait se reproduire et n’était pas de celles qui donnent à un livre une impression de puissance et de vérité43 ».

  • 44 « Je dois beaucoup à Rouen, rue des Charrettes, à l’Albion Bar »... La Petite Cloche de Sorbonne, (...)
  • 45 Le Rire jaune, 1914. A. Méricant.

38P. Mac Orlan a pris conscience, vraisemblablement, à son contact (entre autres) de la différence entre la vie vécue et la vie imaginée sur laquelle il basera, nous le savons, la distinction entre aventurier actif, et aventurier passif. Que l’écrivain ait rencontré un tel personnage à Rouen est révélateur de sa dette envers la ville44. Rouen est un des buts du voyage (le narrateur du Rire Jaune45, fuyant Paris et l’épidémie du rire qui tue cherchera à gagner Rouen), mais un but qui s’achève à la mer, que l’on ne peut jamais atteindre, comme l’aventure active est un mirage qui s’éloigne chaque fois qu’on croit l’approcher. En fait, le personnage du Rire Jaune découvre une ville déserte et dévastée par l’épidémie. Et, dans les autres textes de P. Mac Orlan où l’action se déroule à Rouen, les personnages quittent la ville à l’issue de leur séjour.

  • 46 La Bandera, (Gallimard, 1931).
  • 47 « J’étais encore incapable de donner un nom à la grande joie qui m’annoncerait la venue de jours v (...)

39Rouen, symbole de l’aventure active, ville d’initiation, ville inspiratrice, constitue également la plaque tournante de l’aventure : là, des destins aveugles s’orientent avec difficulté et dans l’incertitude vers le bien, ou vers le mal. C’est à Rouen que Gilieth, dans La Bandera46, a commis le crime à la suite duquel il s’exile, devient légionnaire, et meurt tragiquement. C’est à Rouen, au contraire, que d’autres jouent, gagnent ou perdent la chance, comme les personnages de Port d’eaux mortes47.

  • 48 Le Rire jaune offre un bel exemple de l’art visionnaire de P. Mac Orlan : « Au bout d’une heure de (...)
  • 49 Port d’eau mortes, o.c., p. 115.

40Rouen est donc une ville aux structures superposées : non seulement la ville bourgeoise et la cité des ombres et des rêves évoqués plus haut, mais encore la ville du passé, détruite par la guerre48, et le port d’aujourd’hui. Mais surtout, par rapport à cette ville du passé, avant qu’elle ne fût détruite, construction imaginaire, ville mythique où Star - Oncle Paul - Barbançon ne cesse de fasciner et de dégoûter à la fois un groupe de garçons, sportifs et misérables, composant cette « bohème de haute mer » dont peu pourront écrire, plus tard : « Un ruban rouge à ma boutonnière m’isolait parfaitement de mon passé. Je ne craignais plus rien49 ».

Notes

1 « Revenir sur mes pas en passant par Rouen, le Havre, Naples, Londres, Mayence, serait un voyage parmi des ruines : il ne reste plus rien des décors où j’ai vécu durant que j’étais jeune ». Chansons pour accordéon, Gallimard, 1953 - citation dans o.c., vol. contenant l’œuvre poétique p. 207 (Les œuvres complètes (o.c.) de P. Mac Orlan, en 25 volumes, sont publiées par le Cercle du Bibliophile, 1969-1971).

2 « Mais il faut insister sur la cohérence de l’univers romanesque de Mac Orlan : ce qu’il a vu en 1901-1902 à Rouen et à Londres, les personnages qu’il a rencontrés alors (et dont assurément il a magnifié et enrichi les destins réels), le poursuivront, sous une forme ou sous une autre, durant toute sa vie d’écrivain ». G. Sigaux - Préface au vol. des o.c. comprenant Sous la lumière froide et Mademoiselle Bambù, p. 8.

3 L’expression est employée à diverses reprises, dans Les Bandes : (E.O. Editions de la Belle Page, 1947). « Rouen et sa Bohême de haute mer pouvaient agir puissamment sur l’imagination d’adolescents sensibles », (vers 1901) p. 66. « Nous autres, nourris par les racontars de la grande bohème de haute mer, nous fréquentions l’Albion Bar, le Critérion Bar, un peu comme les succursales de ces étranges cabarets marins de San Francisco et de Punta Arenas, dans la Terre de Feu », p. 67. « En vérité le climat de cette bohême marine, sportive et littéraire me paraît encore d’une incontestable personnalité. A Rouen, j’étais plus près de Londres et des Bahamas que de Paris et de Barbizon », p. 68.

4 B. Baritaud, « L’Italie dans l’œuvre de P. Mac Orlan », Micromégas, rivista di studi e confronti italiani e francesi - Bulzoni éditeur - Rome n. 9. La note 93 de cet article, en particulier, mentionne la préface de G. Sigaux au volume comprenant l’œuvre poétique de P. Mac Orlan dans les o.c. de l’écrivain : « Car le passé est, dans l’univers de Mac Orlan, la plus puissante valeur littéraire - et le mot qui introduit de la façon la plus discutable à sa mélancolie particulière. » p. 9.

5 Rue Saint Vincent, précédé d’une étude d’A. Billy, Ed. du Capitole, 1928. Les dix premiers chapitres seront repris dans Villes, Gallimard, 1929.

6 II paraît utile de se reporter au texte Le rugby et ses paysages sentimentaux, publié en tête de Rugby : le match des matches (La Table Ronde, 1968) : « Mais avant de rafraîchir à l’air libre les photographies jaunies, témoignage de cette époque, il me faut parler de la Normale Sportive Rouennaise, dont le maillot noir, coupé d’une large bande jaune, rappelait celui du lycée d’Orléans... Je fis un stage d’une année à l’Ecole normale de Rouen, un milieu très agréable de jeunes Normands robustes et compréhensifs » (vol. des o.c. contenant ce texte : p. 428429). Le maillot porté par P. Mac Orlan sur cette photographie correspond bien à celui de l’Ecole normale de Rouen. Il semble donc que le jeune homme ait effectué un premier séjour dans cet établissement en 1899, alors que ses biographies datent généralement de 1901, son arrivée à Rouen (comme correcteur d’imprimerie à la Dépêche de Rouen).

7 Cette photo est notamment reproduite dans le P.M.O. de P. Berger - éd. Seghers - Coll. Poètes d’aujourd’hui, 1951. Elle illustre ce que P. Mac Orlan a souvent écrit de l’importance, et de la valeur sociale, d’une certaine élégance vestimentaire, pour un homme jeune, surtout lorsqu’il traverse des moments difficiles.

8 Rouen dans Villes, o.c. p. 115.

9 Rouen dans Villes, o.c. p. 83.

10 Paul Lenglois, né à Bois-Guillaume-sur-les-Rouen, le 21.12.78, avait 4 ans de plus que P. Mac Orlan. Outre sa carrière de journaliste (A. Salmon évoque le reporter pendant la guerre d’Espagne dans ses Souvenirs sans fin), il a publié quelques ouvrages dont Monsieur de Jonkhère, gentilhomme d’aventures. (Ire éd., 1927, La Renaissance Moderne - 2e édition, 1931, Editions Cosmopolites, Paris. Les citations de cet article se référeront à cette 2e édition). P. Mac Orlan a préfacé ce livre qui lui est dédié et où l’on sent son influence. La « bande » de Rouen est évoquée, notamment dans Rouen (Villes), Les Bandes, Le Rugby et ses paysages sentimentaux, op. cit.

11 « Personne dans la bande ne semblait plus particulièrement désigné pour devenir quelqu’un » (Rouen - Villes, o.c. p. 94).

12 « Cette ville était éblouissante » Rouen - Villes, o.c. p. 85.

13 Mais on trouve également, dans Monsieur Homais voyage, le thème, constamment développé dans toute l’œuvre de P. Mac Orlan, selon lequel tout voyage, toute aventure, se révèlent nécessairement décevants : M. Homais et Léon quittent Yonville pour faire un voyage à Pont-Audemer, mais ne pouvant oublier ni, l’un, son officine, ni, l’autre, Emma Bovary, ils abrègeront leur séjour et rentreront au plus vite. D’autre part, si P. Mac Orlan a rendu hommage, ici ou là, à l’auteur de Madame Bovary, P. Lenglois évoque également Flaubert dans son roman : Monsieur de Jonkhère, gentilhomme d’aventures ; par exemple, la demeure d’un de ses personnages est située « sur la route qui va de Rouen à Ry, pays où séjournèrent la plupart des personnages que Flaubert fit vivre avec Madame Bovary ». (Ed. Cosmopolites, 1931, p. 149).

14 Rouen, dans Villes, o.c. p. 93-94.

15 Rouen, dans Villes, p. 87. Un peu plus loin, P. Mac Orlan précise qu’il avait loué une chambre à l’Albion Bar.

16 Les Bandes, op. cit., p. 70.

17 Le Chant de l’Equipage, E.O., l’Edition française illustrée, 1918, référence o.c., p. 90.

18 Mademoiselle Bambù, référence o.c., p. 371.

19 Port d’eaux mortes E.O. Au Sans Pareil, 1926. Une des 4 nouvelles composant Sous la lumière froide (Ed. complète, Gallimard, 1961). On a le sentiment que le cadre de Port d’eaux mortes, Brest, est, en fait, une transposition sentimentale de Rouen, tant certains éléments de la « bande » que l’auteur a fréquentée dans cette dernière ville s’y trouvent fidèlement transposés. D’autre part, dans presque tous les textes cités, P. Mac Orlan mentionne que le plancher rugueux sentait la lessive : Port d’eaux mortes, Mademoiselle Bambù, Rouen, Les Bandes.

20 Le Chant de l’Equipage dans o.c., p. 85.

21 La Pension Mary Stuart, 1958. Hippocrate et ses amis. Cette nouvelle a été réunie à Port d’eaux mortes, Sous la lumière froide et Les Feux du Batavia pour composer l’édition définitive de Sous la lumière froide, en 1961, chez Gallimard.

22 II y a celui qui pense, et celui qui exécute, celui qui agit et celui qui regarde agir, celui que l’on est et celui que l’on voudrait être, bref, toutes les nuances de la distinction que P. Mac Orlan établit entre aventurier actif, c’est-à-dire vivant l’aventure, et aventurier passif, imaginant l’aventure et envoyant les autres la vivre à sa place.

23 La Pension Mary Stuart, o.c., p. 58.

24 Rouen dans Villes, p. 120 (o.c.).

25 Rouen dans Villes p. 96 (o.c.).

26 « A table, c’étaient constamment des allusions au voyage. Il parlait de diligences, de traîneaux et de caravanes, et ne ménageait point les conseils à son fils sur la conduite à tenir en route... » Monsieur Homais voyage, op. cit., p. 32.

27 Rouen dans Villes, o.c., p. 89.

28 Sous la lumière froide, E.O. ; H. Jonquières et cie, 1926. Ce récit prendra le titre de Docks à partir de 1927 et sera réuni avec Port d’eaux mortes, Les Feux du Batavia et La Pension Mary Stuart, sous son titre original. Le thème de l’enfance - pureté dans la misère - vice est un élément du sujet très riche du récit : Tess qui, aveugle, supportait les infamies et les misères du monde, éprouvera une immense déception et deviendra vertueuse en recouvrant la vue.

29 Op. cit., (Mademoiselle Bambù) ; Ire éd. complète : 1950, chez Gallimard, d’une composition romanesque qui s’est développée de 1932 à 1948.

30 Mademoiselle Bambù, op.cit., dans o.c., p. 372.

31 Nelly, créée par Laure Diana, reprise, notamment, par G. Montero, musique de V. Marceau, Chansons pour accordéon, Gallimard, 1953, citations o.c., p. 290-291.

32 Musique de Philippe Gérard dans Mémoires en chansons, Gallimard, 1962. Citations dans o.c., p. 377, 378, 379. Il faut noter que, là encore, la fin de la période rouennaise est soulignée par la fermeture du cabaret.

33 Mémoires en Chansons, Avant-propos, o.c., p. 301.

34 « C’est le mystérieux Star qui traverse La Pension Mary Stuart et Pont d’eaux mortes sous le nom d’Oncle Paul et qui, plus tard, donnera naissance à Snark - père Barbançon... » G. Sigaux. Préface au vol. des o.c. contenant Sous la lumière froide et Mademoiselle Bambù, p. 8.

35 Rouen dans Villes, o.c., p. 99.

36 Mademoiselle Bambù, o.c., p. 353.

37 Mademoiselle Bambù, o.c. p. 443. Il convient également de remarquer que si le Monsieur de Jonkhère, qui prend le nom de Star, de P. Lenglois, n’est pas obèse, il est souvent représenté en situation avec des obèses, par exemple face à un magnat de la presse : « Dans son bureau, M. Brique reposait, énorme. Ses petits yeux embusqués derrière un binocle à triples verres clignotaient. », p. 46.

38 Rouen dans Villes, o.c., p. 100.

39 Rouen dans Villes, o.c., p. 105. Ces traits de caractère se retrouvent dans les différents personnages inspirés par Star : Oncle Paul, dans Port d’eaux mortes (1926) et La Pension Mary Stuart (1958) et Père Barbançon (Mademoiselle Bambü, 1950). Plus sympathique, le personnage de P. Lenglois, Monsieur de Jonkhère ; Star décide, pourtant, lui aussi, d’être le « mauvais bougre » (p. 40).

40 La référence au code de la navigation des Frères de la Côte, et les cris de Star : « Ah, bande de salauds, vous ne perdrez rien pour attendre ». Rouen, Villes, o.c., p. 113 préfigurent l’abandon de Krühl par le capitaine de son bateau, Heresa, sur une île sans trésor à la fin du Chant de l’Equipage, op. cit.

41 Rouen, Villes, o.c. p. 100. Ce détail sera repris dans Mademoiselle Bambü : Père Barbançon porte une barre de fer courte et pesante enveloppée dans du papier glacé qu’il appelle son « silencieux » (o.c., p. 371). P. Lenglois également semble avoir été frappé par l’artifice : « le vieil ami ne sortait plus qu’avec un tranchet de cordonnier soigneusement roulé dans un inoffensif papier glacé, lequel était noué d’un ruban rose. C’était, disait Star, une arme très sûre. » (Monsieur de Jonkhère, p. 149). Indépendamment de l’anecdote on peut voir là un signe de la capacité de simulation de Star, et le dangereux papier orné de faveurs symbolise, comme l’obésité-ballon rouge, l’ambiguïté du personnage.

42 « C’est pourquoi sachant que de tant d’intrépides assauts, le monstre était toujours sorti vivant, les baleiniers déclaraient que Moby Dick était non seulement présente partout à la fois mais encore que rien ne pouvait la faire mourir (au fond, l’immortalité c’est l’omniprésence dans le temps) », H. Melville, Moby Dick, trad, de L. Jacques ; J. Smith et J. Giono, Gallimard, éd. de 1941, p. 191.

43 Rouen dans Villes, o.c., p. 105-106.

44 « Je dois beaucoup à Rouen, rue des Charrettes, à l’Albion Bar »... La Petite Cloche de Sorbonne, Gallimard, 1959, dans o.c., p. 89.

45 Le Rire jaune, 1914. A. Méricant.

46 La Bandera, (Gallimard, 1931).

47 « J’étais encore incapable de donner un nom à la grande joie qui m’annoncerait la venue de jours vécus régulièrement, quand l’Oncle Paul proposa de jouer la Chance, comme il eut proposé de jouer le malheur, la défaite, la maladie et la mort » o.c. p. 102.

48 Le Rire jaune offre un bel exemple de l’art visionnaire de P. Mac Orlan : « Au bout d’une heure de marche, nous traversâmes un des faubourgs de Rouen, Saint-Sever je crois, et nous pûmes imaginer les derniers moments de la vieille cité normande. Cà et là, en tas, en grappes, dans des attitudes burlesques de pantins détraqués, des cadavres jonchaient les rues et les places ». o.c., p. 131.

49 Port d’eau mortes, o.c., p. 115.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540