Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paysage normand dans la littérature et dans l’art

 | 
Centre d'art esthétique et littérature (Université de Rouen)

A la recherche d’un mythe

La Haute-Normandie de Meilhac et Halévy à travers la comédie-vaudeville et l’opéra bouffon

Denis Desloges

Texte intégral

1Sous le Second Empire, l’opéra-bouffe développe des arguments imaginés soit à Paris soit en dehors des limites de la société du moment : la Vie parisienne, la Diva..., nous montrent les joies de la « modernité impériale », la Belle Hélène, Orphée aux enfers, nous conduisent vers une Antiquité souriante, la Périchole introduit le spectateur dans un monde péruvien, les Brigands nous entraînent vers l’Espagne des contrebandiers, la Grande-Duchesse invite à sourire aux dépens de nos voisins d’Outre-Rhin...

2Entre 1858 et 1886, le librettiste est un Parisien : Henri Meilhac et Ludovic Halévy ont aimé le petit ruisseau de la rue du bac et se sont endormis, la fenêtre ouverte, bercés par les rumeurs joyeuses du « grand Paris » célébré par Zola. Dans ce contexte, il serait apparemment vain de rechercher une présence provinciale, une vision de la Normandie à travers des œuvres marquées au coin de la modernité.

3Boieldieu, enfant de Rouen, avait travaillé sous la Restauration pour des livrets désireux de dépayser le spectateur : l’action de la Dame Blanche se passe dans les montagnes de l’Ecosse et il faudra attendre Tannée 1877 pour que le village de Corneville devienne le cadre d’un gentil opéra-comique.

4Pourtant, dans le théâtre de Meilhac et Halévy - soit dans les œuvres correspondant à la période impériale soit dans les œuvres de la période républicaine - se dégage une image de la Normandie, discrète et comme cachée au détour d’une scène ou d’une réplique. Ce sentiment littéraire de la Normandie chez deux auteurs du Boulevard peut être étudié de façon précise grâce aux œuvres complètes éditées par Calmann-Lévy entre 1858 et 1902 dispersées, pour la plupart des libretti, à travers les bibliothèques d’art lyrique...

L’itinéraire en Basse-Normandie : le voyage a Trouville

5Dès l’époque qui nous concerne, il faut - pour plus de clarté - distinguer la Haute-Normandie, bien connue de Meilhac et Halévy, de la Basse-Normandie dont la représentation passe inaperçue dans le livret bouffon. Les protagonistes fréquentent rarement les plages de Deauville et de Trouville récemment mises à la mode par l’aristocratie et par la bourgeoisie. Là où Zola, dans la Curée, fixera les lugubres soirées de Renée et de Maxime à Trouville où, pour tuer le temps, on entonne les airs de la Belle Hélène, face aux vagues, grâce à l’accompagnement d’un piano qui a les voix des grandes eaux, Meilhac et Halévy donnent de Trouville une image assez peu conventionnelle au fil des répliques des quatre premières scènes de la Vie parisienne qui, dans le détail du texte, méritent quelque attention.

6Nous nous trouvons dans la gare du chemin de fer de l’Ouest (rive gauche) où, par les caprices de la géographie, le train de Trouville va arriver dans la gare desservant la ligne du Havre. Raoul de Gardefeu et Bobinet, le petit Bob, attendent la belle Métella de retour de Trouville où elle est allée souhaiter la fête de sa tante. Le train de Trouville entre en gare et les voyageurs se dispersent non sans avoir montré - en un chœur amusant - les leçons que la météorologie normande leur a données.

  • 1 Acte I, scène iv.

« Le ciel est noir
Il va pleuvoir
Dans un instant, la chose est sûre !
Vite courons,
Et nous hâtons,
Ou nous n’aurons pas de voiture1. »

7Enfin paraît Métella au bras de Gontran, un charmant jeune homme. Le voyage à Trouville n’aura été qu’une escapade dans un cadre de loisir et de détente loin des embarras de la vie parisienne des années 1866. Comme Renée Saccard, nous imaginons aisément Métella en train de fredonner, sur le sable fin des plages normandes, le grand air d’Hélène « Il nous faut de l’amour, n’en fût-il plus au monde ! ».

8Ailleurs, dans une nouvelle de 1887, nous suivons les espoirs et les illusions d’une fort jolie parisienne. La jeune baronne de Léoty imagine son mari pétri de toutes les vertus et amateur passionné des plages normandes.

  • 2 Ludovic Halévy, « Un grand mariage » dans Princesse, p. 159. Paris, Calmann-Lévy, 1887.

« Il aime par-dessus tout Paris... Comme moi...
Il s’ennuie à la campagne... Comme moi...
Il s’amuse à Trouville... Comme moi2. »

9Telle est l’esquisse du climat de Trouville. La Haute-Normandie et, en particulier, le département de la Seine-Inférieure (la Seine-Maritime de 1978) sont des décors plus familiers aux écrivains. Pour nous rendre en ces terres, nous passerons de la rive gauche de la Seine à la rive droite en empruntant le bateau de Trouville que, plus tard, Félicité prendra afin de faire empailler son perroquet au Museum d’Histoire Naturelle du Havre. Meilhac et Halévy prendront le train...

L’Itinéraire en Haute-Normandie : le voyage a travers le triangle cauchois

  • 3 Sur l’histoire de la villa Orphée, voir L’expression de la modernité dans les livrets d’opera buffa (...)

10 L’histoire de la villa Orphée : Au début de sa carrière, Jacques Offenbach avait acheté une villa sur les hauteurs d’Etretat face à la mer. Il devait y recevoir ses amis pour des petites « séries » balnéaires amusantes et originales. Le passage de Jacques Offenbach en Etretat a laissé quelques souvenirs : le sigle du musicien en fer forgé sur la grille d’entrée, les noms des chambres de la villa qui rappellent les succès de Meilhac et Halévy (La Belle Hélène, la Grande Duchesse, la Chambre bleue, chambre de Jacques Offenbach et de son épouse Herminie3).

11L’atmosphère des fêtes et des réunions d’amis était très détendue ; la correspondance personnelle de Jacques Offenbach rappelle, çà et là, au fil des ans, les divertissements du moment : les soirées musicales ou Hector Crémieux, Georges Bizet, Meilhac, Halévy, chantaient les refrains de la plage de Nauplie, l’expédition au pied des falaises dans un char à bancs, les couplets dignes d’un chansonnier que Jacques Offenbach composait pendant l’heure du bain pour se moquer de tel estivant obèse ou de tel autre un peu timoré face au péril des vagues...

12Cependant, les amis qui séjournaient dans la petite station balnéaire pouvaient trouver, parfois, le temps long.

  • 4 Cité par Daniel Halévy dans l’Introduction aux Carnets édités chez Calmann-Lévy en 1935.

« Me voici revenu à Paris - écrit Ludovic Halévy le 16 août 1863 - et ravi d’y être rentré. Etretat m’ennuyait à mourir et j’y ai mené l’existence la plus vide et la plus monotone. Si je n’avais pas été soutenu par le sentiment de mon devoir de ne pas laisser seules ma mère et ma sœur, je n’aurais certainement pas pu y passer ces cinq longues semaines4. »

13Le voyage pour Etretat a néanmoins marqué la sensibilité des librettistes et nous retrouvons dans les pièces composées entre 1858 et 1881 un itinéraire original...

14 L’itinéraire cauchois et la topographie d’après Meilhac et Halévy

15Lorsque, après avoir consulté les affiches du Perrey d’Etretat, les librettistes prenaient le train du Havre à la gare du chemin de fer de l’Ouest (la gare Saint-Lazare), une longue expédition de quatre heures attendait le voyageur : un changement à Beuzeville (gare de Bréauté - Beuzeville), la correspondance de la ligne des ifs, les fréquents arrêts, le brimbalement de l’omnibus d’Etretat.

16A travers le triangle cauchois, dans une région de prairies et de champs coupés par les hauts talus boisés des fermes cachées derrière la verdure, Meilhac et Halévy ont vu défiler les décors que Maupassant devait aimer quelques années plus tard. Bien que la ligne soit aujourd’hui en partie abandonnée, il est possible de suivre le chemin d’Etretat entre la gare de Bréauté - Beuzeville et la mer en apercevant, de la route, la ligne ferroviaire qui passe par des petites gares en briques rouges près desquelles paissent les vaches.

17Redire que le Français ignore la géographie est un lieu commun digne du sottisier des idées reçues ; cependant cette remarque pourrait s’appliquer aux librettistes et à leurs protagonistes qui, dans une géographie d’opérette, mélangent au fil des voyages les sites et les lieux vus rapidement de la voiture de première classe.

  • 5 La vie parisienne, Acte I, scène i.

18Ecoutons tout d’abord les employés de la ligne de l’Ouest5 :

« Nous sommes employés de la ligne de l’Ouest,
Qui dessert Saint-Malo, Batignolles et Brest,
Conflans, Triel, Poissy,
Barentin, Pavilly.
Vernon, Bolbec, Nointot,
Motteville, Yvetot,
Saint-Aubin, Viroflay,
Landerneau, Malaunay,
Laval, Condé, Guinchamp,
Saint-Brieuc et Fécamp ».

19Voilà bien un itinéraire de fantaisie où Normands et Bretons s’égareront aisément ! Pourtant les gares de la ligne du Havre (de Paris à Bréauté Beuzeville très exactement) figurent dans un désordre savant pour des raisons de rythme (cette énumération est un chœur d’ouverture). La géographie normande de Meilhac et Halévy est une géographie hâtive et emportée par le mouvement de la locomotive, une sorte de Lison bon enfant qui laisse pour le moins des souvenirs mêlés dans l’esprit du voyageur distrait.

20Dans le Château à Toto, un autre opéra-bouffe, méconnu cette fois-ci, représenté pour la première fois le 6 mai 1868 au théâtre du Palais-Royal, sorte de raccourci des souvenirs champêtres de Meilhac et Halévy, Crécy-Crécy, un noble déchu, nous présente, dès la scène III du premier acte, la situation du château de la Roche-Trompette.

« La route qui part d’ici pour aller à Barentin était aux La Roche-Trompette, celle qui part de chez nous pour aller à Harfleur était aux Crécy-Crécy. »

  • 6 Le château à Toto, Acte I, scène x, air de Toto sur le patrimoine nobiliaire.

21Là encore, la vision du voyageur gauchit la réalité locale et le librettiste semble avoir retenu de son voyage entre Rouen et Le Havre deux gares distantes de 63 kilomètres, c’est assez dire combien la précision est absente des remarques scéniques dans certains opéras où le héros bouffon voit facilement dans les hauteurs de la campagne de Rouen, entre Notre-Dame de Bondeville et Pavilly, « des monts, des montagnes et des plaines6. »

22Dans Manon, opéra-comique de 1884, Meilhac qui collabore avec Philippe Gille fait glisser, par le biais de la remontée des souvenirs, le décor de la route du Havre sur le chemin d’Etretat, le chemin le plus court d’Alphonse Karr.

23Après avoir quitté l’hôtel de Transylvanie, les héros doivent se retrouver au cinquième acte, quelque part entre Rouen et Le Havre, destination du convoi de Manon (l’actuelle route de Paris) ; or, de cette route qui traverse les terres du Pays de Caux par Yvetot et Saint-Romain de Colbosc, le promeneur cherchera en vain une vue sur la mer, seul le voyageur avisé pourra reconnaître sur la gauche, entre Saint-Aubin Routot et Gainneville, les côtes de la rive gauche de la Seine (Honfleur et la côte Sainte-Catherine) et la ligne bleutée de l’estuaire, au-dessus des derniers champs, comme devinée à travers les arbres.

  • 7 Voir aussi les descriptions données par Zola dans La bête humaine (début du chapitre il et chapitre (...)

24Pourtant, voici la description du décor que suggère le librettiste7 :

  • 8 Acte V, scène iii. Voir aussi, pour mémoire, le décor proposé par le théâtre des Arts pour la prepr (...)

« La route du Havre, un chemin poudreux. Quelques arbres desséchés par le vent de la mer ; un talus à droite où poussent des genêts, des ajoncs ; au fond un chemin creux ; à l’horizon la mer8. »

25En un beau décor, nous découvrons la route d’Etretat au Havre bien connue pour son panorama et sa flore des falaises (aujourd’hui, la route du littoral).

  • 9 Alphonse Karr, Le chemin le plus court, Paris, Lévy, 1866 (Première partie. Chapitre ii, p. 20).

« Il y a cinq ou six lieues du Havre de grâce au petit port d’Etretat. On y va du Havre presque toujours en montant, à travers champs, sans rien voir qui ressemble à la mer, il semble presque que l’on est dans une plaine de la Beauce ; mais il vient un moment où, après une dernière montée, l’horizon se dévoile, et, à près de cinq cents pieds au-dessous du spectateur, on découvre la mer jusqu’à une grande distance9. »

26Ce souvenir de campagne, revenu après une promenade faite entre Etretat et Le Tilleul, est caractérisé par des métonymies qui permettent la reconstitution d’un véritable paysage onirique où le rêve se joue des paysages du monde éveillé.

27Par la bouche du sergent qui accepte de détacher Manon, nous devinons la proximité d’Octeville sur Mer, le dernier village avant Sainte-Adresse.

  • 10 Scène iii.

« Là-bas est le village
Vous l’y ramènerez vous-même, avant ce soir10. »

28A la scène v, Manon « descend péniblement et comme brisée par la fatigue, le petit sentier tracé sur le talus », Des Grieux évoque aussi, comme pour encourager Manon, le plateau de Caux et ses horizons.

« Nous fuirons tous les deux !... Au-delà de ces plaines
Nous porterons nos pas !... »

29Pourtant, la Haute-Normandie ne saurait avoir nourri la sensibilité de Meilhac et Halévy au seul niveau d’une géographie cocasse agrémentée de sites imaginés au gré de la fantaisie et des voyages. Déjà, nous avons constaté qu’au nom de l’illusion théâtrale, tel décor apprécié par l’écrivain s’impose dans le canevas de l’action comme porté par une sorte de mémoire affective : d’autres tableaux méritent notre attention.

Le musée imaginaire de Meilhac et Halévy, les beaux décors normands

  • 11 Comédie-vaudeville en 3 actes et un prologue représentée pour la première fois sur le théâtre des V (...)

30Les sites de la Haute-Normandie qui servent de toiles à l’action dramatique, non comme de simples prétextes mais comme le cadre propre à une action définie et caractérisée, sont - le plus souvent - précisés avec assez de bonheur : par exemple, l’action de la Roussotte11 est localisée avec soin par les librettistes. Dans le prologue qui se déroule en Normandie vers l’année 1868, Dubois-Toupet nous apprend que la ferme où sont élevés ses enfants irréguliers doit se trouver vraisemblablement quelque part entre Goderville et la vallée de la Lézarde - la région de Montivilliers.

  • 12 Prologue, scène iii.

« Il ne faut pas plus d’une heure, n’est-ce pas ? pour aller d’ici au Havre, à l’endroit où l’on s’embarque sur les transatlantiques12 »

31Le décor lui-même est suggéré avec l’intelligence de la couleur locale. Les indications de l’auteur évoquent le cadre d’une nouvelle de Maupassant (Histoire d’une fille de ferme).

« Une cour de ferme en Normandie. A droite, la maison du père Savarin. A gauche, jardin et hangar. Au fond, petit mur avec porte charretière au milieu ; la porte est à claire-voie. Chaise rustique à droite, premier plan. Banc à gauche, premier plan. »

  • 13 La ferme de Catherine. Un clos entouré de haies vives. Au fond, sur un praticable, un petit sentier (...)

32De la même façon, l’acte III du Château à Toto nous introduit dans une ferme cauchoise, chez la paysanne Catherine, une fille au cœur généreux13.

  • 14 Comédie de Meilhac en 4 actes représentée pour la première fois sur le théâtre du Palais-Royal le 2 (...)

33A côté du décor purement cauchois, Meilhac et Halévy songent aussi à représenter le littoral normand. Deux pièces se déroulent à Etretat. Gotte, une comédie de 188614, se déroule en partie à Truc-sur-Mer où le librettiste moqueur a imaginé les trois derniers actes : une place à Truc-sur-Mer, un meublé à Truc-sur-Mer.

34Alfred et Marceline se rendent aux bains, cette dernière hante le casino de la plage. La place du village est animée pendant la belle saison : c’est là que se répandent les dernières nouvelles.

« Le garçon épicier
Les journaux de Paris, le journal du Havre, le journal de Rouen.

Premier marin :
Donnez-moi le journal du Havre

  • 15 Gotte, acte, II, scène i.

Deuxième marin :
Et moi le journal de Rouen...15 »

35Le dernier tableau de la Belle Hélène : la plage de Nauplie (A Nauplie. Un site au bord de la mer. Jeux de toute espèce. Des sièges à gauche. Tableau animé : les uns jouent, les autres se promènent) n’est autre que le décor de la plage d’Etretat où Meilhac et Halévy font évoluer les héros d’Homère. Ici, ce ne sont pas les souvenirs qui masquent la réalité topographique par une métamorphose du paysage normand. Les souvenirs sont là certes, et les librettistes savent les utiliser, mais les réminiscences de voyage cèdent le pas au sourire voire au clin d’œil du Parisien expert en l’art de la mode fait de caprices et d’engouement futile.

Oreste à Achille — L’eau est-elle bonne, ce matin, bouillant Achille ?

Achille — Je ne sais pas.

Parthénis, une hétaïre — Vous n’avez pas pris votre bain ?

Achille — Non... Je ne l’aime pas, moi, cette plage de Nauplie. Elle a été adoptée par le grand monde, mais on y est très mal pour se baigner.

Ajax deuxième — Pas de sable, tout galet : ça ne doit pas vous aller.

Achille — Pourquoi ça ?

Ajax deuxième — A cause de votre talon.

  • 16 La Belle Hélène, Acte III, scène ii.

Achille, furieux — Mon talon !... toujours !... O ma mère16 !

36Plus loin encore, Agamennon, en peignoir de bain, avoue qu’il voudrait bien rentrer pour s’habiller. Calchas grelotte après le bain du matin. Achille et Laena, une autre hétaïre, évoquent le climat normand.

Achille — Le fait est que la brise est un peu... brr

Laena — Quelle idée la reine a-t-elle eue de venir aux bains de mer avant l’époque habituelle ?

Ajax premier — C’est afin de se remettre. Elle en avait besoin.

37Ainsi, outre le caractère plus proprement satirique, les beaux décors normands chez Meilhac et Halévy (la chaumière ou la plage) sont autant de lieux de paix et de repos : un havre de calme pour le Parisien fatigué, un locus amoenus où il fait quand même bon vivre. Que ce soit le citadin ivre d’air pur qui savoure la tranquillité des champs dans la ferme du Château à Toto ou dans la chaumière de la Roussotte, que ce soit le prince fatigué des affaires publiques qui veut trouver près des falaises normandes un moment d’apaisement dans la tourmente, que ce soient les bourgeois de Gotte qui partent pour les joies de la pêche, le décor normand est un moment de répit dans l’action dramatique où le temps pourrait presque suspendre son cours. Arrivé en Normandie, le buffo cantante laisse tomber le masque et retrouve la sagesse de la simple nature tel Toto, le roi des gobichonneurs, qui décide de vivre à la campagne.

  • 17 Le Château à Toto, Acte II, scène viii.

38« Après avoir mené là-bas
Un train de tous les diables,
Après tant de bruit, de fracas,
Tant de plaisirs coupables,
Il est doux de se reposer17... »

39N’est-ce pas déjà l’univers d’une certaine éthopée normande qui se dessine en filigrane ?

L’animation du paysage normand : les hommes, leur portrait et leur langage

40Le théâtre de Meilhac et Halévy présente des Parisiens, des cocodès ou des bourgeois dont les silhouettes se découpent sur le décor des falaises d’Alphonse Karr. Dans ce paysage, il est intéressant de se demander comment le librettiste perçoit l’autochtone, le Normand ou la Normande.

  • 18 A propos de Courbet, Halévy, écrivit dans ses Carnets (Tome I, p. 109 et 110 de l’édition Calmann-L (...)

41La physionomie du Normand selon Meilhac et Halévy : Deux types de personnages se croisent dans les libretti : le paysan et la paysanne. L’homme semble sorti d’un tableau de Courbet, ainsi, lorsque dans le finale du Château à Toto, Raoul apparaît transformé, le librettiste précise que le protagoniste doit ressembler trait pour trait à un paysan de Courbet, peintre auquel Ludovic Halévy rendra un hommage non dissimulé dans ses Carnets18

42De la même manière, le pêcheur de tourteaux ou la Normande obéissent à un dessein réaliste que n’eût pas refusé Maupassant, écrivain tout-à-fait remarquable aux yeux de Ludovic Halévy, qui, encore une fois, célèbre, dans ses Carnets, l’artiste réaliste dont la sensibilité de Normand s’exprime par des œuvres modernes éloignées des productions de l’art bourgeois.

  • 19 Acte II, scène viii.

43Dans Gotte19, Henri Meilhac imagine la Normande d’Etretat un jour de promenade sur le Perrey. « Entre une Normande en bonnet de coton fumant sa pipe et traînant un marmot accroché à ses jupes ». Et les bourgeois de Paris de se moquer en aparté de ces gens curieux si peu policés. Nous sommes fort loin des jolies normandes et des gracieux Normands imaginés en 1877 par Clairville et Gabet pour le finale des Cloches.

44Une psychologie simplifiée : Le caractère du Normand est simplifié à l’extrême comme pour faciliter le jeu théâtral lyrique fait de conventions et de simples caricatures. Meilhac, le dessinateur du Journal pour rire, a croqué trois personnages :

    • 20 Gotte, Acte II, scène x.

    la Normande du pays de Caux. Elle est volage (les marins d’Etretat comparent facilement les femmes du pays aux Parisiennes infidèles20. La Normande est aussi superstitieuse ; ainsi Niquette, au début du troisième acte du Château, imagine la présence du diable sous un tas de foin.

  • le paysan cauchois. Il est sale. Le père Savarin, protagoniste du prologue de la Roussotte, avoue ne pas avoir eu le temps de débarbouiller les enfants dont il a la charge.

  • 21 Scène ii.

45« Sont-ils gentils, hein ?... Et ce n’est rien ça ! Si vous les aviez vus débarbouillés21. »

46Les parents ne dissimulent pas leur étonnement.

« Dubois-Toupet — Sapristi ! Ils ne sont pas très propres.

  • 22 Scène v.

Savarin — C’est pas ma faute... Le petit a roulé dans la poussière en courant après le régiment... Quant à la petite, elle est tombée dans la mare aux canards... Mais si vous voulez que je les débarbouille... ?22 »

  • 23 Acte II, scène vii.

47 le pêcheur de tourteaux. Le Normand, bien évidemment, est avare. Dans le Château, lors de la scène de la vente aux enchères de l’Acte II, un plaisant remaniement de la célèbre scène que Scribe avait composée quarante-trois ans plus tôt pour Boieldieu, la Vicomtesse tente de soudoyer le notaire pour obtenir à vil prix le manoir de la Roche-Trompette. Le pêcheur de tourteaux du littoral d’Etretat pratique, à sa manière, le commerce saisonnier. Ecoutons Courtebec, le Parisien de Gotte23.

« Voici des tourteaux que je viens d’acheter... J’ai tout bonnement rencontré un Normand qui criait : (il chante pour imiter le Normand) Tourteaux à vendre !... Tourteaux...

Combien ces deux-là ? lui ai-je demandé - Six francs...

Moi qui connais les Normands je lui en ai offert trente sous... Il fallait le voir - Trente sous pour des tourteaux pareils... trente sous ! - Mettons quarante et n’en parlons plus, et je les ai eus.. Je les ai eus pour six francs, il n’a pas voulu en démordre... »

48Bien que le Normand soit toujours plus rusé que le Parisien, ce dernier parle un français très pur, celui de l’Académie, que le Normand pourrait lui envier. La langue du paysan cauchois de Meilhac et Halévy est, en effet, un salmigondis, satire du vrai cauchois, destiné à faire rire le spectateur des Variétés ou du Palais-Royal. En faisant du patois cauchois un langage aux effets grotesques faciles à comprendre, le librettiste renoue, de cette façon, avec la tradition de l’héritage de Molière.

49Nombreux sont les exemples amusants mais sans grand intérêt grammatical relevés au fil d’une lecture de Meilhac et Halévy.

50Dans ces pages, nous ne trouverons pas la même manière que dans les essais de George Sand ou dans ceux de Barbey d’Aurevilly.

51Les paysans de Meilhac et Halévy s’expriment tous avec une égale ignorance de la grammaire et du vocabulaire. Boulotte et les bergers de Barbe-Bleue, Pitou et Catherine, le père Savarin...

52Les Normands ne savent jamais leur conjugaison (C’est drôle qu’on peuve voir... Le Château, II, 5, « On voira » Le Château, III, 3, « Il y a aussi le garde champêtre qui te sarche » Le Château, III, 3) et, tout particulièrement, ils ne savent pas conjuguer le verbe aller (« Je m’en vas les chercher » - « Je m’en vas les rattraper » La Roussotte Prologue, scène III). Ils malmènent l’imparfait et vont même jusqu’à créer d’étranges syllepses. (« Tout le monde se tordiont de rire... Toi seule tu n’te tordions pas » Le Château, I, 5). Ils usent de formes estropiées ou mal prononcées (« me v’là »). L’adjectif démonstratif est écorché : « c’t imbécile ».

53L’analyse linguistique du libretto du Château offre un terrain riche à l’investigation. Dans cet opéra, Meilhac et Halévy utilisent avec assez de bonheur les barbarismes et les solécismes cauchois entendus dans la région du littoral en particulier.

Les fermiers portent des « affiquets », II, 4 (Pitou).

Pour Catherine, le verbe hésiter est remplacé par « barguigner », III, 4.

Chez Pitou encore, les amoureux se « becquotent », II, 5,

Jeanne s’ensauve, 11,5. Les gendarmes deviennent des « marischaussés », III, 3 (Catherine). Des exclamations comme « Par la morguenne ! » sont fréquentes dans la bouche du buffo cantante normand. On trouve également, dans ce dictionnaire aberrant, quelques cas de création verbale pour le moins originaux. Catherine toujours avoue au jeune fermier « Je t’hais tant, tant j’tantipathe », I, 5.

54Enfin, la grammaire cauchoise est comme calquée dans ses moindres aspects.

  • 24 Voir Bouvard et Pécuchet de Flaubert, chapitre x, p. 303 de l’édition Garnier-Flammarion où le bas- (...)

« All’dort » pour Elle dort, III, 10, Catherine.
« Allé y dire », III, 9.
« Quoiqui s’est passé », III, 3, Pitou.
« Qué sentiment ! », II, 10, Catherine24.

55Le héros bouffon ne comprend même plus l’objet du discours de son interlocuteur lorsque ce dernier use de liaisons singulières.

« Ah ! ces marquises... je les haïs-t-y... » affirme Catherine devant le Parisien étonné, II, 7.

56Entre paysans, certains termes ne sont pas plus clairs : Pitou demande humblement qui sont ces maris-chaussés dont on parle à la ferme...

  • 25 Le même procédé plus atténué pourrait être relevé chez Clairville et Gabet dans les rôles de Gaspar (...)

57Pourtant certains tours, il est vrai, se rencontrent aujourd’hui chez le paysan cauchois. La satire est cependant souvent facile et comme naïve, expression de l’ironie du Parisien, le véritable patois du Pays de Caux ne pouvant être compris du touriste25.

  • 26 La confrontation du vocabulaire normand de Meilhac et Halévy avec le lexique de Mensire dans Le pat (...)

58Que l’on songe, par exemple, aux contes normands du havrais Jehan Le Povre Moyne26 !

59La fantaisie et le désir d’adapter à la scène une situation précise se devinent également dans les us et coutumes évoqués par les écrivains : Toto apprécie la potée normande (espèce de pot-au-feu accompagné de viande de porc) mais va danser la bourrée au finale de l’acte II. Là encore, le librettiste s’égare plaisamment...

60En revanche, la représentation morale du paysan permet un renversement des rôles et des masques, l’opposition classique entre la ville et la campagne se fait plus subtile à mesure que le citadin se transforme au contact de la nature.

  • 27 Protagonistes de Gotte.

61La philosophie des champs : Il est, chez Meilhac et Halévy, une morale de la campagne. A côté des bourgeois parisiens tels Courtebec et Alfred27 qui descendent à la plage chargés « d’objets maritimes » : ceintures de sauvetage et bouées pour éviter un accident,

  • 28 Gotte, Acte I, scène i (liste des achats de Courtebec).

« Une ceinture de natation, une seconde ceinture dans le cas où la première serait abîmée, un filet pour pêcher les gros poissons, un autre filet pour pêcher les poissons plus petits... un filet pour les moyens28. »

62les petits crévés apprécient les joies et la paix de la campagne. En un hymne à la nature, Toto, à deux reprises, définit sa nouvelle existence rustique.

  • 29 Le château à Toto, Acte II, scène viii, Couplets de Toto.

« A la place des perdreaux et des bisques le laitage extrait de nos mains des choses saines cuites sans aucun art, des assiettes pleines de choux et de lard29. »

  • 30 Scène vii Rondo de Toto sur la vie aux champs.
    « Restons au village
    Et tous les matins
    Buvons du laita (...)

63A l’acte III30, Toto résumera en quelques maximes sa vie en Normandie : se coucher avec les poules, mordre le pain bis, se promener dans les champs pour voir se lever l’aurore. La morale du château est, à cet égard, exemplaire : le palefrenier se fait gandin et le jeune Raoul devient garçon de ferme à l’allure débraillée : ainsi, peut-être, sera-t-il aimé de la belle Catherine ?

64Le paysage normand chez Meilhac et Halévy apparaît ainsi comme le cadre extérieur particulièrement propice à l’expression de l’œuvre lyrique légère. Normandie de convention, Normandie d’opérette, Normandie parfois livresque, pourraient être les expressions consacrées qui essaieraient de définir cette terre d’accueil, coin de la réalité vu à travers un tempérament et une sensibilité d’artiste. Il y a peu d’extérieurs dans le théâtre de Meilhac et Halévy et souvent les espaces libres et aérés sont de simples lieux de convention assez mal délimités et comme imprécis : ce sont les décors de la fable ou du conte, ceux de l’illusion comique ou de l’illusion théâtrale : les toiles d’Orphée aux enfers ou de Barbe-Bleue.

65Le décor normand traduit certainement ces instants de joie et de bonheur revécus dans la joie d’écrire comme autant de souvenirs heureux le plus souvent. Le décor et le contexte normands chez Meilhac et Halévy peuvent également servir à la définition de la manière des librettistes dont l’observation du vécu se double d’une interprétation quasi primesautière. Le paysage normand est la parfaite illustration du « réalisme de fantaisie » propre à Henri Meilhac et à Ludovic Halévy.

Notes

1 Acte I, scène iv.

2 Ludovic Halévy, « Un grand mariage » dans Princesse, p. 159. Paris, Calmann-Lévy, 1887.

3 Sur l’histoire de la villa Orphée, voir L’expression de la modernité dans les livrets d’opera buffa de Meilhac et Halévy, p. 35 et 36, Thèse de Lettres Modernes, Rouen, 1976.

4 Cité par Daniel Halévy dans l’Introduction aux Carnets édités chez Calmann-Lévy en 1935.

5 La vie parisienne, Acte I, scène i.

6 Le château à Toto, Acte I, scène x, air de Toto sur le patrimoine nobiliaire.

7 Voir aussi les descriptions données par Zola dans La bête humaine (début du chapitre il et chapitre vu notamment : « les coteaux se succèdent » « On entrait dans le pays tourmenté, les côtes et les vallons dont la houle énorme allait jusqu’à Malaunay, bossuant le sol... » « C’était ainsi une continuelle succession d’obstacles à franchir ». Hugo lui-même voit dans les pentes crayeuses de la falaise de Villequier, où repose Léopoldine, un cadre particulièrement accidenté (Demain dès l’aube. « J’irai par la forêt, j’irai par la montagne. ») De la vallée de la Sainte Austreberthe aux sites de la vallée de la Seine, la sensibilité de quelques artistes du XIXe siècle s’est exprimée à travers un paysage « romantique » c’est-à-dire avant tout pittoresque.

8 Acte V, scène iii. Voir aussi, pour mémoire, le décor proposé par le théâtre des Arts pour la preprise de Manon en novembre 1975.

9 Alphonse Karr, Le chemin le plus court, Paris, Lévy, 1866 (Première partie. Chapitre ii, p. 20).

10 Scène iii.

11 Comédie-vaudeville en 3 actes et un prologue représentée pour la première fois sur le théâtre des Variétés, le 28 janvier 1881. Musique de Lecoq, Hervé et Boullard. Livret de Millaud, Meilhac et Halévy.

12 Prologue, scène iii.

13 La ferme de Catherine. Un clos entouré de haies vives. Au fond, sur un praticable, un petit sentier venant de la campagne, à droite une maisonnette avec un balcon. A gauche, un hangar, du foin sous ce hangar, - au loin en vue, le château à Toto...

14 Comédie de Meilhac en 4 actes représentée pour la première fois sur le théâtre du Palais-Royal le 2 décembre 1886.

15 Gotte, acte, II, scène i.

16 La Belle Hélène, Acte III, scène ii.

17 Le Château à Toto, Acte II, scène viii.

18 A propos de Courbet, Halévy, écrivit dans ses Carnets (Tome I, p. 109 et 110 de l’édition Calmann-Lévy) à la date du 11 mai 1866, « Courbet est un grand peintre, sa remise des chevreuils est un chef d’œuvre ». Admirant la femme couchée, il évoque « le merveilleux talent » du peintre enfin reconnu. On imagine facilement Raoul dans le costume du cavalier au foulard rouge (Le retour de la foire de Flagey. Musée de Besançon) ou sous les traits d’un moissonneur (La sieste pendant la saison des foins dans les montagnes du Doubs. Musée du Petit-Palais).

19 Acte II, scène viii.

20 Gotte, Acte II, scène x.

21 Scène ii.

22 Scène v.

23 Acte II, scène vii.

24 Voir Bouvard et Pécuchet de Flaubert, chapitre x, p. 303 de l’édition Garnier-Flammarion où le bas-normand est plaisamment ridiculisé. « Victorine et (Victor) employaient un affreux langage, disant : mé itou pour « moi aussi », bère pour « boire », al pour « elle », un deventiau, de l’iau ». Flaubert n’ignorait pas, néanmoins, que le Normand a ses lettres de noblesse... D’autre part, à propos de Flaubert, il est piquant de remarquer au passage combien les dernières lignes du manuscrit de l’ébauche pour Bouvard et Pécuchet semblent s’inspirer de l’opéra-bouffe ou de la comédie-vaudeville.

25 Le même procédé plus atténué pourrait être relevé chez Clairville et Gabet dans les rôles de Gaspard et de Grenicheux.

26 La confrontation du vocabulaire normand de Meilhac et Halévy avec le lexique de Mensire dans Le patois cauchois d’Yvetot révèle quelques enseignements : de nombreux termes prétendus cauchois ne figurent pas au glossaire : barguigner est une réminiscence de l’Ancien Français, par la morguenne est un tour villageois, il appartient au répertoire des jurons du paysan de la comédie affirme Littré, affiquet est pris à contre-sens par les librettistes : « affiquets : menus objets de la toilette féminine » R. Mensire.

27 Protagonistes de Gotte.

28 Gotte, Acte I, scène i (liste des achats de Courtebec).

29 Le château à Toto, Acte II, scène viii, Couplets de Toto.

30 Scène vii Rondo de Toto sur la vie aux champs.
« Restons au village
Et tous les matins
Buvons du laitage
Extrait de nos mains
Plus d’perdreaux ni d’bisque
Ni d’veuve Cliquot.
A c’jeu-là l’on risque
D’s’éreinter trop tôt !...
Non, des choses saines
Cuits’sans aucun art,
Des assiettes pleines
De choux et de lard !
Des fruits et le reste
Pour notre dessert,
Viv’la vie agreste !
Mettons-nous au vert »
(Les formes d’apocope ont été définies par la partition et non pour des raisons linguistiques).
Voir aussi la scène viii où Toto et Raoul prennent leur petit déjeuner dans la cour de la ferme : un bol de lait et de grandes tartines.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540