Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paysage normand dans la littérature et dans l’art

 | 
Centre d'art esthétique et littérature (Université de Rouen)

Le pays des noms

Les haies en Normandie : remarques linguistiques et ethnographiques

Patrice Brasseur

Texte intégral

  • 1 Ces ouvrages sont publiés par les éditions du C.N.R.S.

1L’Atlas Linguistique Normand (ALN) dont je vais vous présenter deux cartes, fera partie de la collection du Nouvel Atlas Linguistique de la France dont une vingtaine de volumes sont déjà parus. Pour ce qui concerne les provinces avoisinantes, les deux premiers tomes de l’Atlas Linguistique de l’Ile-de-France et de l’Orléanais (ALIFO) par Mme Simoni-Aurembou et le tome I de l’Atlas Linguistique de la Bretagne Romane, de l’Anjou et du Maine (ALBRAM)1 par MM. Guillaume et Chauveau ont été publiés. Le premier tome de l’ALN paraîtra en 1980. La calligraphie des cartes est en cours.

  • 2 Le parler normand d’Aurigny est aujourd’hui éteint.

2Les mots qui figurent sur les cartes ont été obtenus au moyen d’un questionnaire qui comprenait environ 2.500 questions, qui ont été posées chacune dans 111 communes de Normandie et dans les îles anglo-normandes de Jersey, Guernesey et Sercq2. Les informateurs étaient des cultivateurs ou des personnes ayant exercé une profession en rapport direct avec l’agriculture ; la majeure partie était âgée de plus de 70 ans ; tous étaient natifs de leur commune ou y étaient arrivés en bas âge. Ce choix est dû aux impératifs du questionnaire dont la moitié porte sur l’agriculture, l’élevage et la vie à la ferme. D’autre part, il fallait trouver des gens disponibles pour consacrer du temps à cette enquête : les gens âgés sont généralement plus libres.

3Pour intégrer cette intervention dans un colloque consacré au paysage normand, j’ai choisi le thème de la haie, dont il est inutile de dire l’importance dans l’écosystème du bocage, dans l’économie rurale ancienne (production de bois) et pour ses implications juridiques (matérialisation de la propriété et donc matière à nombreuses chicanes).

4Il existe deux grands types de haies en Normandie :

  • la haie de jardin, tondue tous les ans ou même deux fois par an ; elle dépasse rarement 1,80 m. Elle est plantée de plain-pied. Elle peut être en aubépine, mais aussi en troène, charme, buis, laurier, etc.., sans qu’on puisse distinguer de types régionaux.
  • la haie de haut jet, qui prend des aspects différents selon les régions. Par exemple, elle est presque toujours composée de hêtres plantés sur talus, parfois en doubles rangées, dans le Pays de Caux, alors qu’en Basse-Normandie, les chênes dominent largement et les hêtres sont rares. Et même, il est difficile de faire de la Basse-Normandie un bloc, car le sud de la Manche et le sud-ouest de l’Orne sont le domaine du châtaignier. Ces haies sont généralement plantées sur des talus (sauf aux pts 63, 71, 76 pour les haies de pied3 et au pt 32 pour la sillie). On en coupe le bois le plus souvent tous les 7 ou 9 ans, selon les régions, ces délais étant prescrits par les baux. Aujourd’hui ces usages sont rarement respectés et bien des haies ont 20 ans et plus.

A - Haie de jardin

Commentaire phonétique de la carte de l’ALN4 :

  • 4 Comme tous les dialectologues français, nous utilisons l’alphabet phonétique de Gilliéron dans l’A (...)

5Sans entrer dans les détails, nous pouvons faire plusieurs remarques :

6Le mot « haie » se présente avec un /é/ (fermé) ou /è/ (ouvert) plus ou moins long selon les points. D’autre part le h initial (étymon francique hâppia) peut être complètement tombé, comme en français, ne laissant comme trace que le hiatus avec la voyelle finale de l’article (ex. : pt 93). Mais il a pu se maintenir sous la forme d’une légère expiration, inconnue du français standard (ex. : pt 87). Ou même, cette expiration s’est renforcée et a abouti à un phonème proche de /r/ (ex. : pt 80) ou tout simplement à /r/ (ex. : pt 61). C’est ce que nous verrons mieux dans la carte de l’ALN de la haie de haut jet.

  • 5 Ce type de diphtongaison est plus rare dans notre province ; il est répandu surtout dans le domain (...)

7Nous observons, dans quelques points la formation d’un certain nombre de diphtongues secondaires à premier élément accentué5. Par exemple, au pt 7, une diphtongue issue de/è/, au pt 61, une diphtongue issue de /é/, au pt 38 une diphtongue issue de in et même, au pt 31, une triphtongue. D’autre part, au pt 113, nous rencontrons une diphtongue ascendante issue d’un /è/5. Le maintien des diphtongues, qui sont des éléments instables, montre bien que certains parlers normands sont encore vivants et non sclérosés, au moins dans la bouche des anciens.

8Le groupe /pl/ a subi une palatalisation pour aboutir à /py/ (ex. : pt 23). Ce phénomène, qui a été décrit par un des pères de la dialectologie normande, Charles Guerlin de Guer, dès 1899, concerne les groupes pl, bl, cl, gl, fl, qui évoluent respectivement vers /py/, /by/, /ky/, /gy/, /fy/ ; il se produit dans les deux tiers de la Basse-Normandie.

9Dans bien des parlers locaux du Nord de la France, le i accentué de la finale latine -ina s’est nasalisé en i nasal, puis en é nasal, plus ouvert et d’une prononciation plus aisée. Cette voyelle nasale a pu se maintenir devant une consonne nasale articulée ou bien subir une dénasalisation plus ou moins complète. C’est ce que nous observons ici pour le mot latin spina ‘épine’. Au pt 109 par exemple, la dénasalisation n’est que partielle ; au pt 71, elle est totale. Ailleurs encore on aura le mot français, comme au pt 64.

10Evoquons aussi le traitement en -i des infinitifs et participes passés des verbes du premier groupe dont la désinence est précédée d’une palatale, qui n’est ici représenté que par un seul exemple (pt 51), mais qui concerne une grande partie des parlers bas-normands.

11Enfin, nous notons quelques évolutions locales, dont l’aire d’extension est plus ou moins grande : l’ouverture de /i/ en finale (pts 11, 13), l’évolution de an vers on (pts 14, 23, 24) ou in (pt 12), la prononciation en/a/vélaire de la finale des substantifs et participes en -ée (pts 9, 12), ce traitement s’étendant à tous les participes passés et aux mots en au pt 1.

Commentaire lexicologique et étymologique de la carte ‘haie de jardin’

  • 6 Dans les cartes à aires, le mot écrit en grand vaut pour tous les pts de l’aire. Si un mot est pré (...)

12Nous traçons une carte simplifiée, à partir de la carte de l’ALN qui peut dérouter les non-dialectologues. Nous ne tenons plus compte des formes phonétiques, mais seulement des types lexicaux6.

13 Haguée est à rapprocher de l’ancien français hague ‘haie’ ; la géographie linguistique excluant le rapprochement avec l’étymon anglo-saxon haga (FEW XVI, 112 b) ‘fruit de l’aubépine’ qui produit des formes comme rague, hague dans le Nord du département de la Manche. Héyure est un dérivé de haie donné par Wartburg (FEW XVI, 113 b et suiv. : anc. francique * hagja ‘haie’).

14Haie d’épines : épine signifie ‘prunellier’ (épine noire) ou ‘aubépine’ (épine blanche). Si on ne précise pas, c’est de l’aubépine qu’il s’agit.

15Haie taillée, haie tondue, haie tousée : touser signifie ‘tondre, tailler’ en ancien français.

16Haiedebout signife ‘haie qui n’est pas plantée sur un talus’.

17 Plante, planté, plantée, plantis, plantin : ces mots ont bien entendu une étymologie commune, sur plantare (FEW IX 20 b et suiv.). Il faut noter que les deux exemples donnés par Godefroy à l’article plante sont tirés de textes normands.

18 Lisse, lissée : Lisse est bien attesté en ancien français au sens de ‘barrière, palissade, clôture d’un champ’. Outre l’acception de ‘haie’, ce mot signifie en Normandie (pts 4, 5, 6, 8, 9, 10, 13 de l’ALN) ‘planches à claire-voie d’une barrière’ et (dans l’est de l’Orne et presque toute l’Eure) ‘perche servant de barrière’. A ce dernier sens, on trouve aussi LICHE dans le Pays de Caux et le Roumois.

19 Palis est tiré de palus ‘pieu’. Robert le donne au sens de ‘clôture faite de pieux’.

20 Fossé, banc, banque : ces mots désignent communément en Normandie une élévation de terre plantée. Pour banc, banque, le FEW donne un étymon germanique * banks (I 236 a).

21 Sève, bien attesté dans la partie occidentale du Pays de Caux est certainement issu de sapa ‘sève (des plantes)’, mais nous ne le trouvons pas dans les glossaires normands.

22 Epinée est un dérivé d’épine ‘aubépine’.

23La carte simplifiée montre quelques aires compactes, avec une prédominance du lexème français en Haute-Normandie. Le morcellement est beaucoup plus grand en Basse-Normandie : les types lexicaux sont variés et les formes relevées diffèrent souvent d’un point à l’autre. Mais, contrairement à ce qu’on observe pour d’autres cartes de l’ALN, il n’y a pas ici de bipartition de la Normandie au niveau d’une ligne Caen-Alençon.

Remarques ethnographiques :

a) les haies pliées

24Pour faire des haies denses, hermétiques (avec le noisetier principalement), on plie les baliveaux qu’on a obtenu après quelques années de plantation. S’ils sont trop gros, on fait une légère incision pour pouvoir les courber. Le bois, maintenu à l’horizontale par des ligatures, émet de jeunes pousses verticales, que l’on taille dès que la hauteur voulue est obtenue. Les haies pliées, qui sont caractéristiques du paysage du centre et de l’est de l’Orne, deviennent rares. On ne les connaît qu’aux pts 52, 53, 54, 55, 56, 57, 58, 66, 67, 68, 69, 70.

25Cette habitude de plier les baliveaux se retrouve un peu partout et n’est pas spécifiquement normande. En effet, on entrelace les jeunes pousses pour boucher les brèches faites par les bestiaux. Il faut signaler aussi la pratique peu répandue dans notre province du marcottage du saule et du noisetier, quand il s’agit de remplacer des arbustes morts dans une haie.

26Nous ne relèverons que deux mots spécifiques pour « plier (la haie) » : plesser (ou plesser) sur le latin plexus ‘plié’ et plionner qu’on retrouve dans le mot plion qui désigne, dans les parlers du sud de l’Orne un morceau de bois plié en arc de cercle qu’on adapte au manche de la faux, quand on coupe les céréales.

27Enfin, au pt 77, les témoins ont décrit une technique originale visant à favoriser le développement des radicelles, pour une meilleure reprise des plants. On couche les arbustes à la plantation ; ils se redresseront en poussant : c’est la haie plantée sur ventre.

b) les haies renforcées

28Dans le Pays de Bray, les haies de jardin sont souvent renforcées dans les endroits dégarnis et fréquemment même sur toute leur longueur, avec une sorte de treillis en losange, fait de branches fendues, liées ensemble au fil de fer. Elles sont ainsi totalement hermétiques et jouent le même rôle que les clôtures grillagées : empêcher les petits animaux, et particulièrement les volailles, de passer. Mais, bien souvent, ces haies servent de clôtures aux herbages, où elles deviennent superflues, puisque de simples pieux plantés dans les brèches suffiraient à retenir les vaches. Il semblerait que leur fonction première ait été oubliée et que ces haies renforcées correspondent simplement à l’idée que se font les habitants de cette région de la haie basse.

29Nous avons vu ces haies aux pts 94, 95, 96, 97, 98, 99, 100, 101, 102.

  • 7 On retrouve enfiques sous la forme affiches (pts 65, 67, 68, 70) ou affiques (pts 61, 62, 63, 64, (...)

30Ces branches fendues portent le nom d’échalas, de jalons, d’enfiques7, selon les pts d’enquêtes.

c) les haies « artificielles »

31Elles étaient courantes aux pts 60, 61, 63, 64, 66, 68, 71, 74, 78, 82, situés dans le Pays d’Auge, le Pays d’Ouche, le Lieuvin et la vallée de la Seine. Nous n’en avons vu que de rares vestiges, et seulement dans le Pays d’Auge, au pt 64. Voici comment elles étaient faites : on plantait tout d’abord deux rangées parallèles de jalons ; on garnissait ensuite l’espace ainsi délimité de ronces, du produit de l’élagage des haies, etc... Le tout était maintenu serré par de longues perches fixées horizontalement, extérieurement aux rangées de jalons. Les perches se faisant face étaient reliées par des ligatures en fil de fer. Au pt 68, on pratique de cette façon sur les haies nouvellement plantées, après avoir recourbé les jeunes scions ; et on serre la haie avec une « machine à lier les plantes (= haies) ». Notons qu’au pt 66, cette même machine est appelée « mécanique à serrer les plantes ».

32Au pt 82, les témoins appellent ces haies artificielles des haies SÈQUES (= sèches).

33D’autre part nous avons recueilli, à propos de ces haies, le lexique concernant les perches horizontales : des voliges (pt 60), des plions (pts 63, 71), des harts (pts 66), des liures (pt 74), des rames.

34Il faut enfin signaler, au pt 21, l’existence des cordées ou haies cordées. Ce sont des clôtures fabriquées avec des branches de saule ou de noisetier coupées, qu’on enchevêtre. Elles sont provisoires et ne durent guère plus de trois ans.

B - Haie de haut jet

Commentaire phonétique de la carte de l’ALN

  • 8 On distinguera le français régional qu’on pourrait définir sommairement comme la forme locale du f (...)

35Avec cette carte, nous pouvons tracer la ligne isoglosse du traitement de h initial d’origine germanique en Normandie. Localement, Le /h/, qui note une forte expiration, peut aboutir à /r/. Il s’agit là probablement d’une évolution récente. Le dialecte tend en effet à perdre son originalité par rapport au français, son identité. Le locuteur ramène volontiers au français standard la prononciation d’un phonème dialectal. Dans ces régions, les patoisants sont toujours embarrassés lorsqu’ils doivent écrire des mots avec h ou r initiaux. Il y a parfois même confusion totale en français régional8. Par exemple, un mot comme hangard devient fréquemment rangard.

CARTE SIMPLIFIÉE DE LA HAIE DE JARDIN

CARTE SIMPLIFIÉE DE LA HAIE DE JARDIN

CARTE SIMPLIFIÉE DE LA HAIE DE HAUT JET

CARTE SIMPLIFIÉE DE LA HAIE DE HAUT JET

CARTE DE L’ALN DE LA HAIE DE JARDIN

CARTE DE L’ALN DE LA HAIE DE JARDIN

CARTE DE L’ALN DE LA HAIE DE HAUT JET

CARTE DE L’ALN DE LA HAIE DE HAUT JET

36Cette isoglosse longe la mer et ne s’en écarte sensiblement que dans le plateau du Neubourg. Précisons que les îles anglo-normandes ne connaissent pas ce phénomène ; cette affirmation étant fondée sur d’autres exemples qui permettent la comparaison avec la Normandie continentale. A la périphérie de cette aire, nous trouvons des formes avec /h/ (qui note une légère expiration) : elles sont comme la transition avec les formes de type français.

37Les points 41, 42, 54, 55, 56, 57 forment une aire compacte où l’on note le traitement en a fermé de certaines terminaisons de é long secondaire. Cela apparaît aussi dans d’autres exemples, comme au pt 41 /brâ/ ‘broie’ (voir les formes communes brée, brie), au pt 56 /j’étá/ ‘j’étais’, au pt 54 /fèrzá/ ‘effraie’ (voir les formes communes frézée, ferzée).

38Nous retrouvons les diphtongues issues de o ouvert (dans les pts 2, 3, 16, 22, 26), de /é/ (dans les pts 31, 38, 40, 53, 61), de /è/ (dans les pts 103, 107, 112).

39Deux exemples (pts 50, 78) montrent la persistance de la prononciation ancienne de -oi- : /wè/.

  • 9 Fossé, issu du latin fossatum se présente en ancien français avec un -t ou un -l final. Dans les î (...)
  • 10 En Normandie, la chute des consonnes finales est de règle dans la plupart des parlers. Sercq et, d (...)

40L’une des originalités du parler serquiais apparaît dans la prononciation du mot fossé9. En effet, dans l’île de Sercq, /t/ a pu se maintenir à la finale de tous les mots10. Il n’y apparaît cependant d’une façon régulière qu’en finale absolue et seulement au singulier.

Commentaire philologique de la carte ‘haie de haut jet’

41Remarquons tout d’abord que cette haie n’existe pas dans la plaine de St-André et dans le Vexin normand. D’autre part il y a polysémie aux pts 68, 69, 78 qui sont dans le prolongement de cette aire : plante désigne les deux types de haie.

42Le type haie a une aire d’extension beaucoup plus grande dans la carte ‘haie de haut jet’ que dans celle ‘haie de jardin’. Ce qui montre bien que, pour les trois quarts de la Normandie, la haie de haut jet est la haie par excellence.

43La distinction entre deux sortes de haies, au niveau du lexique, ne se fait bien que dans le Pays de Caux et en Basse-Normandie (sauf dans le Nord de la Manche où les haies taillées sont rares). On note par exemple fossé/sève, fossé/haie, passée/haie etc... dans le Pays de Caux, fossé/lisse, haie/palis, haie/plantin, etc... en Basse-Normandie, sans que jamais deux aires puissent exactement se superposer. La profusion de ces différenciations lexicales donne une idée du morcellement des parlers normands et de l’infinie variété de leurs nuances.

44Dans bien des pts d’enquêtes, où l’opposition entre deux mots désignant chaque type de haie n’est pas précisément marquée, les locuteurs ont recours à des qualificatifs divers :

  • haie de bois franc : le bois franc est le bois qu’on laisse pousser, par opposition avec le bois qu’on taille.
  • grande haie, haie à haute futaie, futaie, haie de haut jet : ces mots se comprennent aisément.
  • haie de pied désigne une haie qui n’est pas plantée sur un talus, comme nous l’avons vu plus haut.

45Outre ces mots, nous relevons :

  • fossé : la partie désigne le tout ; FOSSÉ signifiant ‘talus’, on assimile la haie de haut jet toujours plantée sur un talus, au talus lui-même. Avec ce sens, FOSSÉ possède une aire d’extension morcelée mais vaste. Avec l’acception ‘haie de jardin’ il n’apparaît qu’au pt 1. Mais on ne s’étonnera pas de constater l’absence d’un mot spécifique pour un type de haie peu courant autrefois dans les îles anglo-normandes comme dans le nord de la Manche.
  • passée : le sens que nous avons recueilli n’est pas donné par le FEW (711 b : * passare). Les attestations relevées dans les glossaires normands sont ‘chemin dans une futaie’ à Tôtes (Seine- Maritime), ‘chemin d’accès à une ferme’ dans la région du Havre. (Ces chemins sont la plupart du temps bordés d’arbres, dans le Pays de Caux). Ici encore on passe aisément du sens de ‘passage entre des alignements d’arbres, c’est-à-dire entre deux haies de haut jet’ à la haie elle-même.
  • sillie : c’est un hapax en Normandie. Il faut, semble-t-il, le dériver de secare ‘scier’ (puis ‘tailler’) : FEW XI 369 a, b). En effet, des substantifs issus de secare désignent en occitan la haie, le talus boisé. Phonétiquement l’évolution est tout-à-fait normale, puisque, dans cette région du bocage virois, les participes et substantifs en-(i)é, -(i)ée aboutissent, comme nous l’avons vu plus haut, à -/î/, -/I/. * Sciée donne donc /siyĭ/.

46Les particularités régionales ne donnent pas forcément lieu à des créations lexicales. (Qu’elles soient pliées ou renforcées, les haies sont toujours des haies). La seule différenciation concerne la haie de jardin et la haie de haut jet, peut-être parce que leur fonction n’est pas la même. En effet la seconde joue le rôle de limite de propriété et sert à la production de bois de chauffage tandis que l’autre a pour but de protéger les cultures des dégâts que pourraient causer les animaux. Mais une carte synthétique montrerait que plus de la moitié de la Normandie ne connaît pour les deux types de haies qu’un lexème unique, que ce soit haie, lisse ou plante. Des différences qui peuvent être sensibles pour un observateur ne sont donc pas toujours pertinentes pour le locuteur, l’usager. Il est donc difficile d’appréhender globalement les raisons de la pauvreté lexicale de certains parlers normands sur ce chapitre. Une enquête plus approfondie serait sans doute nécessaire pour déterminer l’importance relative des divers types de haies. Nous n’avons pu donner d’indications que pour le nord de la Manche.

47D’autre part, à la polysémie qu’on observe dans certains points s’oppose un polymorphisme dans d’autres. Ainsi, par exemple, la haie de jardin se nomme un palis ou un planté au pt 24, une épinée, une plantée ou une haie au pt 22, une haie ou une sève au pt 113 (la haie de haut jet était appelée fossé dans ces deux derniers points).

48Enfin, certaines régions très pauvres du point de vue du lexique et de la phonétique dialectale connaissent la diversité du point de vue ethnographique. C’est le cas ici, par exemple, du pt 68 qui ne compte pas moins de quatre sortes de haies.

49Une conclusion d’ensemble ne nous paraît donc pas possible, peut-être parce que le dialectologue a souvent tendance à privilégier la différence. A la limite, elle relève même d’un choix idéologique, selon qu’on croit à l’unité ou à la diversité de la province, à sa cohésion ou à sa bipartition en Haute et Basse-Normandie, à l’existence d’une culture régionale propre.

Notes

1 Ces ouvrages sont publiés par les éditions du C.N.R.S.

2 Le parler normand d’Aurigny est aujourd’hui éteint.

3 Les mots composés en petites capitales correspondent à des graphies de formes dialectales. Les formes phonétiques seront inscrites entre barres obliques

4 Comme tous les dialectologues français, nous utilisons l’alphabet phonétique de Gilliéron dans l’Atlas Linguistique de la France.

5 Ce type de diphtongaison est plus rare dans notre province ; il est répandu surtout dans le domaine haut-normand.

6 Dans les cartes à aires, le mot écrit en grand vaut pour tous les pts de l’aire. Si un mot est précédé d’une virgule, c’est qu’il a été recueilli concuremment avec le mot dominant de l’aire ; sinon, il est le seul usité.

7 On retrouve enfiques sous la forme affiches (pts 65, 67, 68, 70) ou affiques (pts 61, 62, 63, 64, 71, 72, 74, 75, 81) ou même fiches (67) au sens de ‘morceaux de bois fendus, plantés verticalement dans une haie pour boucher les brèches’. De même fiqueron (pt 97) désigne un morceau de bois quelconque planté dans une haie. Ces mots sont à rattacher à l’étymon figicare ‘enfoncer’ (FEW III 506 a et suiv.).

8 On distinguera le français régional qu’on pourrait définir sommairement comme la forme locale du français parlé, qui conserve bien des traits dialectaux mais peut avoir une aire d’extension vaste, du parler local qui est la forme particulière du dialecte en un point donné.

9 Fossé, issu du latin fossatum se présente en ancien français avec un -t ou un -l final. Dans les îles anglo-normandes, ce mot a la même forme de pluriel que les mots en -et, tandis que, dans la plupart des parlers bas-normands, il se comporte au pluriel comme les mots en -el (pluriel-iaux).

10 En Normandie, la chute des consonnes finales est de règle dans la plupart des parlers. Sercq et, dans une moindre mesure, Guernesey, font exception. Voir « Les principales caractéristiques phonétiques des Parlers normands de Jersey, Sercq, Guernesey et Magneville » dans Annales de Normandie, XXVIII, 1, p. 49-04 et XXVIII, 3, p. 275-303.

Table des illustrations

Titre CARTE SIMPLIFIÉE DE LA HAIE DE JARDIN
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8655/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Titre CARTE SIMPLIFIÉE DE LA HAIE DE HAUT JET
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8655/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre CARTE DE L’ALN DE LA HAIE DE JARDIN
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8655/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Titre CARTE DE L’ALN DE LA HAIE DE HAUT JET
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8655/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

Auteur

Chargé de Recherche au C.N.R.S.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540