Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paysage normand dans la littérature et dans l’art

 | 
Centre d'art esthétique et littérature (Université de Rouen)

Demeures et sites inspirés

Le paysage normand dans l’œuvre de Chênedollé1

Claudine Lacoste

Texte intégral

  • 1 Les œuvres de Chênedollé étudiées ici sont son journal et les Etudes poétiques parues en 1820 et ré (...)
  • 2 page 131. J’emprunte les citations du journal de Ch. aux Extraits du journal de Chênedollé (1802-18 (...)

« Il faut absolument que je devienne le poète local du « Bocage », le poète du pays, le poète bas-normand par excellence. Il faut que je retrace toutes les scènes du Bocage, les vieux châteaux, les vieilles ruines, les vieilles églises, les sites pittoresques des bords de la Vire, de Campeaux, de Saint-Martindon, de Bure, de Pontbellanger. Il faut que je peigne, que je ramène sans cesse en mes vers les bruyères, les bois, les rochers de Saint-Martindon et de Pontbellanger : il faut que je peigne les bruyères de « Landelles », de « Pontbellanger » à toutes les heures, au lever du soleil, à son coucher lorsque l’horizon s’enflamme de pourpre et d’or ; au matin, lorsque les paysages sont si frais, et si riants, à midi lorsque sur ces bruyères tout est aride, dévoré, brûlé par le soleil ; il faut les peindre en hiver avec leurs neiges, leurs glaces, leurs solitudes de neige, sillonnées par un seul sentier, troué par le pied du voyageur. Que d’images neuves, originales.... riantes, majestueuses il y a là2. »

1Voilà ce qu’écrivait Chênedollé dans son journal, à la date du 23 octobre 1828. A cette date, le poète approche de la fin de son existence : il est né, je le rappelle, en 1769, il mourra en 1833. Si le poète vieillissant a jugé bon de noter cet impératif au milieu de ses pensées dignes d’être retenues, c’est certainement parce qu’il a conscience et de la place de choix que le paysage normand occupe dans son existence et dans son œuvre, et de la richesse poétique de ce paysage, nettement localisé.

  • 3 Je voudrais exprimer ici mes chaleureux remerciements aux propriétaires actuels du château du Coise (...)

2Le paysage normand a joué un rôle primordial dans la formation de la sensibilité du poète, et toute sa vie Chênedollé restera un amant passionné de sa petite terre natale. Il est né à Vire, au cœur du Bocage, il a passé la plus grande partie des années de sa jeunesse au château du Coisel3, à quelques kilomètres de Vire, et c’est dans ce même château qu’après la Révolution et son retour d’émigration, il vivra son âge d’homme, effectuant seulement de loin en loin des séjours à Paris.

3Sa vie s’est écoulée en longues promenades et en longues contemplations dans des paysages qu’il aimait profondément et dont il goûtait le charme caractéristique. Quand le poète se penche sur son passé, ce sont ces longues stations qu’il évoque avec le plus de mélancolie :

  • 4 p. 152.

« Je me surprenais à neuf ans, devant le coteau de Burcy chargé de moissons et si riche de lumière en été. Souvent, immobile j’ai contemplé ce spectacle pendant des heures entières, quand la chaleur frémissait ardemment dans les airs4. »

4et en regard de ce portrait du futur poète à neuf ans, on peut citer cette réflexion de 1823 :

  • 5 p. 126.

« Depuis trente ans je m’occupe de l’étude de la nature. Je l’observe sans cesse, je m’étudie sans cesse à la prendre sur le fait5. »

5avec cette identification constante dans l’esprit du poète entre le paysage normand et la nature en général.

6Pour ne pas dénaturer la réalité, il faut, avant d’aborder l’œuvre, rappeler que, suivant une mode générale de l’époque, le contact avec la nature, pour profond et sincère qu’il soit, n’est jamais coupé de l’influence littéraire :

  • 6 p. 100.
  • 7 p. 101.

« Je ne me rappelle jamais sans le plus touchant intérêt, une après-midi de janvier 1789 que je passai dans les champs de Saussai à lire les « Idylles » de Gessner par un beau jour de gelée et de soleil : la terre était couverte de neige et il faisait très froid, mais le soleil était superbe ; je passai deux heures au pied d’un fossé à l’abri du vent à lire Gessner. J’ai rarement éprouvé un plaisir aussi vif, un enchantement pareil à celui-là... J’ai eu le sentiment de la poésie au plus haut degré6. »
« Jamais aucune lecture ne m’a autant charmé que l’« Arcadie » de Bernardin de Saint-Pierre. Ce fut ma première lecture à mon retour du collège ; je la fis en toute liberté, errant dans la campagne. Je fus ravi, transporté... (...)7 »

« Il faut peindre dans un petit ouvrage les sensations d’enivrement que j’éprouvai le 1er printemps que je passai au Coisel (1789) en sortant du collège. Avec quelles délices j’errais dans les champs et dans les prés. C’est là que j’ai lu Bernis, le « Jérusalem », l’« Héloïse » de Jean-Jacques avec délices. Toutefois je ne sentais pas encore un très grand besoin de peindre ce que j’avais sous les yeux et je voyais la nature plutôt encore dans les poètes que dans elle-même6. »

7Il n’est pas question de refaire ici l’itinéraire intellectuel du poète sur lequel jouèrent, outre les influences de Rousseau, Buffon, Bernardin de Saint-Pierre, puis Ducis et Delille, celles de la poésie bucolique antique si bien connue du poète. Je dirai seulement que Chênedollé ne se débarrassera jamais complètement du poids des admirations fanatiques de sa jeunesse, et que sa poésie restera encombrée de l’arsenal mythologique le plus traditionnel : Flore dispense largement ses dons dans des poèmes sillonnés par le « char éblouissant » du « grand Astre des deux », et où soufflent tantôt le « froid Aquilon » (ou les « noirs Aquilons ») et le « fougueux Borée », tantôt les « jeunes Zéphyrs ». On ne peut pas reprocher à un poète d’appartenir à son époque, et l’œuvre mérite qu’on ne s’en tienne pas à certaines apparences un peu désuètes.

8De cette imprégnation constante de la nature normande, recherchée consciemment et volontairement pour les plaisirs indicibles qu’elle procure, quel est le résultat dans l’œuvre écrite, poèmes ou confidences du journal ? Quel est le paysage normand perçu par le poète ?

9Une remarque capitale s’impose d’emblée : le souci du poète de traduire dans leur spontanéité et leur spécificité ses perceptions et les émotions qu’elles déclenchent, entraîne le plus souvent une absence de composition dans les tableaux, dont les éléments sont rendus dans le désordre naturel de la perception.

10Ces éléments reviennent régulièrement, et la place de choix est accordée au vallon ou, dénomination bien normande, au val : le vallon « riant » ou « délicieux », parfois « tortueux », et le val « enchanté » sont prolongés de coteaux « riants » ou « éclatants ». C’est un paysage de contrastes, beaucoup plus violents qu’on ne se l’imagine généralement, et l’on voit dans ces vallons ou sur ses coteaux se multiplier les rocs et les « rochers noirâtres », les « vieux rochers au front chauve » ou les « roches hautaines », s’y creuser de « pittoresques abîmes », s’y étirer de « longs amphithéâtres » dominés de cimes, accessibles cependant aux pieds humains.

  • 8 Journal, p. 155.

11Mais si les grands horizons, les vastes échappées sont rares bien que le poète affectionne tout particulièrement les positions élevées, en revanche le paysage est riche et poétique, vivant aussi, dans sa délimitation même. Sa richesse tient à deux éléments que le poète privilégie : l’eau et la végétation. L’eau est partout présente, et sous toutes ses formes naturelles. C’est l’étang de Chênedollé « vaste et paisible » qui « répète en (son) miroir le ciel brillant et pur8 », c’est

  • 9 Etudes poétiques, le Donjon de Vire.

« (...) le torrent, dont l’onde, à grand bruit divisée,
Court, sans cesse écumante et sans cesse brisée9 »

12ou la

  • 10 Etudes poétiques, le Val de Vire.

« bondissante cascade à l’éternel murmure10 »

13Un « luxe de ruisseaux » et de « fraîches cascades » répandent fraîcheur et bruits si agréables à l’oreille musicienne du poète.

14De cette profusion d’eau découle tout naturellement une végétation abondante, et les arbres envahissent le paysage, au point que les bois parfois en arrivent à couronner même le front des rochers. Toutes les essences du climat normand sont représentées : l’orme ou les « chênes centenaires », les sapins « qu’un vent pesant balance », les hêtres, « grands hêtres » « dont le front jusqu’aux cieux s’élance », les peupliers « aux longs et frais rameaux » qui (balancent) « leur sommet vacillant » dans le miroir de l’étang de Chênedollé, « l’érable à sucre » qui a « une si belle et si poétique tête ». C’est une végétation luxuriante, qui existe depuis toujours.

15Là où il n’y a pas d’arbres, l’œil du poète se réjouit à contempler la bruyère ou les fleurs. L’enchantement atteint son paroxysme au printemps quand la végétation recommence à s’épanouir, et le poète, en homme de la campagne attentif à ses réalités, se plaît à évoquer toutes les variétés de fleurs qu’il sait identifier. A côté de la pervenche « aux pétales d’azur » ou de « l’humble violette à l’haleine embaumée » dont on peut reconnaître le lourd passé littéraire, fleurissent aussi « le crocus au front d’or », « l’hépatique empourprée », « le viorne argenté » dont le poète aime « les globes de neige », l’ébénier qui balance ses « longues grappes d’or », l’iris à la « tête d’azur »

  • 11 Etudes poétiques, une Vue de printemps.

« et la rouge pivoine, au pavot réunie...11 »

16sans compter les fleurs des arbres fruitiers qui rivalisent « d’éclat et de couleurs » : « la cerisaie en fleurs » embaume l’atmosphère, tandis que les pommiers

  • 12 Etudes poétiques, la Gelée d’avril.

« balançaient leurs rameaux empourprés ou blanchis12. »

17Cette symphonie sans cesse renouvelée de couleurs et de parfums crée la poésie du paysage et flatte agréablement la sensualité du poète, toujours en éveil.

18Tous les sens du poète en effet participent à l’appréhension du paysage normand : à côté du rôle important des parfums et des couleurs, il faut faire un sort au moins égal à la perception de la lumière et de la température.

19Les couchers de soleil abondent dans l’œuvre de Chênedollé, en poésie comme en prose :

  • 13 Le Val de Vire.

« Montre-moi le Soleil aux bords de l’occident,
Quand, des splendeurs du soir encor tout ardent,
Il descend radieux derrière ces grands hêtres, (...)
Rougit leurs vastes troncs ; à travers leurs rameaux
Enfonce et brise au loin ses lumineux faisceaux ;
Et d’un or enflammé teint le front du nuage
Où, sans foudres encor, dort le muet orage13. »

  • 14 Journal, p. 176.

« Le coucher du soleil a été très remarquable. Il s’est couché dans une crevasse de lumière : des images semblables aux flammes rousses et aux fumées ardentes d’un grand incendie assistaient au coucher du soleil. Bientôt le ciel prit les teintes les plus riches. De grandes hachures coupaient le ciel, et en formaient le haut d’un grand tableau : sur cette toile immense brillaient la pourpre, le nécarat, le violet, la couleur de chair, le jaune cuivré, richement mêlés et fondus ensemble. Peu après, le ciel passa au violet sombre et au pourpre rembruni et les couleurs de ce ciel en se reflétant sur les horizons lointains des collines couvertes de bois, les teignaient d’un bleu noir qui tranchait vivement avec quelques touches encore brillantes du ciel14. »

20et à ces couchers de soleil font pendant la disparition de la lune et le lever du soleil, ainsi que les effets de clair de lune :

  • 15 Journal, p. 46.

« Quelle riante matinée se prépare ! L’orient est couleur de topaze et de pourpre mêlées et confondues. La lune décroissante fait briller sur l’azur du ciel ses cornes d’argent légèrement émoussées. De blanches vapeurs s’élèvent entre les arbres d’une forêt où fument les cabanes des bûcherons. L’or et la pourpre pâlissent par degrés à mesure que le soleil approche de l’horizon. Les vapeurs se dissipent et la lune s’efface et s’évanouit dans l’azur du ciel, qui blanchit et prend une teinte d’un vert insensible dans le point où le soleil va se montrer. Il se montre enfin. D’abord ce n’est qu’un point de flamme, bientôt c’est un cercle de feu ; enfin c’est le soleil tout entier dans sa magnificence. Il fait glisser ses traits au travers de vapeurs empourprées de ses rayons et regarde à travers les feuillages avec une majesté sans bornes15. »

21De même le poète est très sensible aux variations de la température : il sait apprécier avec un raffinement très délicat la fraîcheur d’un sous-bois, ou cette qualité unique de l’atmosphère d’un jardin au lever du jour quand l’humidité de la rosée ajoute une dimension poétique à la fraîcheur et à la transparence de l’air, ou la touffeur de l’air du soir qui fait s’exhaler et se confondre les parfums, aussi bien que l’accablement créé par le soleil de plomb de l’été ou le froid mordant de l’hiver quand la bise balaie la neige et cingle le visage. C’est donc par tous les pores que le poète s’est pénétré du paysage normand, et l’œuvre est orientée vers la traduction de ces moments qui, tous, et chacun pour des raisons particulières, sont des moments privilégiés.

22Le paysage est donc saisi dans l’instant vécu par le poète, avec une évolution permanente obtenue par la traduction poétique des effets de lumières ou de variations de températures. La multiplication de ces instantanés crée finalement la durée du paysage, car s’il y a évocation permanente de changements, il y a également retour fatidique des mêmes données.

23Ce qui frappe également dans cette peinture du paysage normand, c’est la juxtaposition de la nature inculte (sauvage serait excessif), et de la nature cultivée. J’ai mentionné plus haut la place des arbres fruitiers : en effet les vergers participent de cette luxuriance générale, ils sont « magnifiques » et capables de rivaliser avec la végétation exotique. La nature cultivée est toujours toute proche, et si nous avons trouvé des rochers surplombant des abîmes, je citerai trois vers dans lesquels la succession des éléments évoqués est caractéristique de l’appréhension de la nature normande par Chênedollé :

  • 16 Le Val de Vire.

« Ces tortueux vallons, ces fraîches cascatelles
Que l’oiseau dans ses jeux, effleure de ses ailes ;
Et, sous leurs froments d’or, ces coteaux éclatants...16 »

24Les champs de blé et les gras pâturages entrent pour une grande part dans la satisfaction qu’il éprouve au contact de la nature. Voici le récit d’une des nombreuses promenades que relate le journal du poète :

  • 17 Journal, p. 127.

« J’ai été aujourd’hui à Vire. Il y avait plaisir étant à cheval à effleurer du regard les champs, les herbages, les moissons qui se jouaient sous les fraîches brises du printemps. Il y avait plaisir à passer sous les voûtes parfumées de ces acacias en fleurs qui balançaient leurs longues grappes d’albâtre sur les froments en épis qui ondoyent à leurs pieds...17 »

25Un champ de blé est pour lui un spectacle toujours renouvelé dont il ne se lasse jamais :

  • 18 Journal, p. 126.

« Je jouis du blé vert, et j’en jouis en moisson.
En mars je ne connais rien de beau, de riant, de magnifique comme un beau champ de blé qui rit sous les premières haleines du printemps18. »

26Comme on trouve la complémentarité forêts et vergers, bruyères et champs de blé, on trouve le couple fleurs sauvages et fleurs cultivées. Chênedollé vouait à son jardin un culte passionné :

  • 19 Journal, p. 103.

« On pourrait dans ce moment appeler le jardin du Coisel « le jardin d’agréable fraîcheur ». Il est impossible de rien voir de plus riant, des gazons plus frais et touffus, de plus magnifiques lilas, une plus grande abondance de fleurs, de vergers plus riches et couverts de plus beaux pommiers et cerisiers. Les rossignols ont voulu encore une fois enchanter la solitude du poète ; jamais les concerts des oiseaux n’avaient été si doux19. »

  • 20 Chênedollé parle de son jardin, mais étant donné les dimensions et l’ordonnance de ce « jardin », i (...)

27Mais si dans ce jardin20 les fleurs abondent, le poète goûte pardessus tout le charme des roses. J’en donnerai pour preuves les nombreux essais poétiques fragmentaires consacrés à la rose dans son journal, ou des remarques comme celle qui relate la joie du poète à son retour au Coisel après un séjour à Paris :

  • 21 Journal, p. 125.

« J’ai encore trouvé les roses très fraîches et très belles. Au moins j’en ai encore joui, quoique leur grand éclat fût passé. Une de mes douleurs à Paris a été de n’avoir pu jouir dans toute leur fraîcheur de mes belles roses du Coisel21. »

  • 22 Ce n’est pas une indication fictive, et le rocher en question est identifiable à coup sûr.

28Le poète confond donc dans un même amour tous les aspects de la nature mais comme cette nature est nettement localisée - c’est toujours Vire et ses environs, comme le prouve le titre des poèmes, le Château de Domfront, le Donjon de Vire, le Val de Vire - il en résulte une présence constante de l’homme qui anime joyeusement le paysage : j’en veux pour preuves la seconde partie du poème le Val de Vire, dans lequel le poète retrace une expérience familière. A la sortie de Vire, dominant la ville et les vaux de Vire, un rocher sert d’observatoire au poète, qui passe là de longues heures en méditations22. C’est une véritable ruche qu’il a alors sous les yeux : si le naturaliste s’isole sur le flanc des coteaux à la recherche du « lychen inconnu », ailleurs, inlassablement, les moissonneurs, suivant la saison, manient la faucille ou la charrue, travaillent ou se rassemblent pour la fête, tandis que des manufactures de papiers et de tissus montent les rumeurs d’une activité infatigable.

29Le journal confirme en maints endroits ce goût du poète pour les activités champêtres :

  • 23 p. 125-126.

« J’ai revu aujourd’hui avec délices tous les travaux de la moisson ; j’ai vu scier, j’ai vu lier, j’ai vu charrier. Rien ne me plaît comme de voir un atelier de moissonneurs dans un champ...23 »

30et la phrase détaille avec complaisance la variété des tâches, avec le procédé de l’anaphore mettant en avant la subjectivité du poète-témoin :

« J’aime à voir les jeunes garçons (...) j’aime à entendre le joyeux babil (...) j’aime à entendre les éclats de rire (...) j’aime à voir (les jeunes filles) se pencher (...) j’aime à voir le métayer (...) j’aime à voir le valet de la ferme (...) j’aime à voir glaner le pauvre (...) »

31pour aboutir à la conclusion :

« J’aime tous les travaux champêtres ; j’aime à voir labourer, semer, moissonner, planter, tailler, émonder les arbres, aménager les forêts23. »

  • 24 La Gelée d’avril.

32Ainsi se dégage de l’œuvre l’image d’un paysage normand varié, riche et foisonnant, où la nature est rarement cruelle : s’il lui arrive, dans sa colère, de ruiner en une nuit les promesses de riches récoltes24, c’est l’exception. Le plus souvent elle dispense ses dons avec une remarquable générosité et elle offre aux hommes un cadre harmonieux où il fait bon vivre. Tel est le premier volet du diptyque, et le paysage normand apparaît alors comme une réincarnation du paysage bucolique de la poésie latine, alliant la beauté et la fécondité, mais senti dans les réalités de l’expérience quotidiennement vécue.

*

33Mais Chênedollé ne serait pas poète s’il n’était pas homme de contradictions. La Révolution l’a chassé de chez lui et lui a fait découvrir la montagne : la découverte des Alpes a été pour lui un choc qui a ébranlé profondément et définitivement sa sensibilité.

34Le journal témoigne encore une fois en faveur de cette affirmation. Avec la précision chronologique qui est une des caractéristiques du long regard jeté par le poète sur son passé, il note à la date du 12 septembre 1820 :

  • 25 Journal, p. 103.

« Il y a aujourd’hui vingt-trois ans que nous partîmes de Berne pour le voyage des Hautes-Alpes. Nous allâmes coucher à Interlacken. C’est là que j’eus pour la première fois la sensation des hautes montagnes. Le lendemain nous nous rendîmes à Lauterbrunnen. C’est dans ce voyage que j’ai joui le plus complètement de mon être et que j’ai été enlevé le plus parfaitement à toutes les misères, à tous les soins, à tous les chagrins de la vie25. »

  • 26 Journal, p. 104.

35Bien qu’il ait ressenti le monde alpestre comme « le tombeau de la nature26 », il avait découvert une nouvelle dimension de l’espace qui devait le hanter jusqu’à la fin de ses jours :

  • 27 Journal, p. 73, à la date de 1815.

« J’ai besoin de vastes horizons... Mon imagination étouffe lorsqu’elle est renfermée dans d’étroits vallons, ou dans des horizons bornés. Elle n’est à l’aise que sur les hauteurs, et pour tout dire sur les Alpes. Ma pensée a besoin d’errer dans de grands espaces et de se lancer dans l’immensité27. »

36et cette constatation est suivie de huit vers sur les « cimes du Mont Jura ».

37Au sentiment d’infini perceptible pour le poète pour la première fois, s’ajoute la découverte de l’excès et des contrastes - non plus à l’échelle humaine comme entre les « coteaux » semés de rochers et les prés verdoyants de sa Normandie natale, - mais contrastes qui se heurtent violemment, dans lesquels le beau et l’horrible se côtoyant entraînent la terreur et l’attirance.

38Et il est de fait que, parallèlement au paysage normand bucolique - et intensément senti par le poète comme une réalité vécue, nous l’avons vu - se dessine un paysage beaucoup plus tourmenté, beaucoup plus poétique aussi parce qu’il permet tous les jeux de l’imagination.

39Il est étonnant de voir cet amant des grands arbres séculaires goûter les ravages de la tempête :

  • 28 Journal, p. 149.

« Une vingtaine des plus beaux hêtres du bois de Vassy ont été renversés, brisés, tordus par la tempête du 15 février ; c’était merveille de voir ces colosses brisés, déchirés, tordus par la tempête, tomber, rouler les uns sur les autres, enlevant des mottes de terre de 30 p. de circonférence28. »

40ou lui que nous prenions pour un amateur de la mesure, accoler les mots « violent » et « poétique » :

  • 29 Journal, p. 145.

« Aujourd’hui pour la première fois, nous avons été à voile sur l’étang de Chênedollé. La course a été poétique : nous avions un gros temps, la vague était dure. Comme nous étions au milieu de l’étang, il est survenu un grain assez violent. Le vent soufflait grand frais (sic), la vague se brisait avec force : la voile était fortement tendue... (...)29 »

41étant bien entendu que la poésie ne peut naître que de la commotion violente.

42En effet, comme son contemporain et ami Chateaubriand, Chênedollé trouve à l’automne des charmes que les autres saisons n’ont pas :

  • 30 Journal, p. 98.

« L’automne est poétique. Un ciel serein et sans nuages, une belle prairie, un ruisseau limpide sont des objets qui peuvent plaire un moment, mais qui n’attachent pas longtemps, on demande bientôt le ciel nébuleux et grisâtre de l’automne, les forêts jaunies et à demi dépouillées, le rocher caverneux avec ses vieilles mousses et ses longues graminées ; ce sont tous ces objets qui donnent la couleur poétique. Un ciel d’azur avec un beau soleil est très peu poétique. Il n’y a de poésie que dans le sombre et le mélancolique30. »

43D’où la place importante que tiennent les vents et les nuages :

  • 31 Journal, p. 48.

« J’aime à entendre le sifflement lugubre des vents dans les vieilles branches des sapins. J’aime à entendre le murmure du vent dans la bruyère ou l’herbe flétrie31. »

44car ils sont prometteurs de bouleversements spectaculaires :

  • 32 Journal, p. 170.

« Un soleil orageux descendait dans les ombres du soir, et jetait à travers le rouge sombre et ardent des nuages de longs rayons blafards qui divergeaient à travers les masses ténébreuses de ces Alpes aériennes32. »

45Enfin, en contrepoint de la fécondité de la nature normande, le poète est sensible aux excès de cette fécondité, dont la pérennité s’oppose au caractère éphémère des productions humaines. Le portrait du poète serait gravement incomplet - et du même coup le tableau du paysage normand - si l’on n’insistait pas sur le goût de Chênedollé pour les ruines historiques qui foisonnent dans le Bocage. Il voulait évoquer les vieux châteaux, les vieilles ruines, les vieilles églises ; il l’a fait en partie avec le Château de Domfront, ou avec le Donjon de Vire. Là encore c’est un contraste violent qui attire invinciblement le poète, le contraste entre la vie qui naît et se développe malgré tous les obstacles, et la ruine qui meurt, contraste entre l’éternité et le fini :

  • 33 Le Donjon de Vire.

« J’aime... (...)
La colonne en ruine, et les palais déserts
Dont l’arbuste a percé les frontons entr’ouverts (...)
Ces créneaux mutilés par l’âge et les autans
Que la mousse a jaunis et que verdit le lierre ; (...)
Ces hauts murs escarpés, jadis teints de carnage,
Où la ronce serpente, où l’églantier sauvage
Vacille au gré des vents, et prête à ses débris
Le jeune et frais éclat de ses bouquets fleuris(...)33 »

46La nature s’empare donc irrésistiblement des témoins croulants de l’orgueil humain.

47Ainsi le tour d’horizon est complet, et le paysage du bocage normand vu par Chênedollé apparaît comme double : d’un côté c’est un paysage poétique, dont l’harmonie est composée de parfums, de couleurs, de lumières (mais où la ligne tient peu de place), paysage vivant, sensuellement appréhendé par le poète ; mais d’un autre côté, et plus subtilement, ce paysage peut être aussi terre de bouleversements et de violence.

*

48Quel rôle le paysage normand a-t-il joué pour le poète ?

49Je ne reviendrai pas sur la présence constante du paysage dans la vie et dans l’œuvre : elle est trop évidente ; mais je voudrai montrer qu’elle est vitale, et montrer comment le poète joue du paysage normand, aussi bien dans sa vision personnelle que dans son œuvre.

50Les choses sont variables naturellement suivant l’humeur du poète et suivant les circonstances. Très souvent le paysage normand est perçu dans toute sa richesse parce qu’il est source de jouissances esthétiques, qui sont la fin même de la perception. Si la jouissance s’impose parfois d’elle-même, il arrive aussi qu’elle soit recherchée en tant que telle : le poète se sent attiré invinciblement par un sous-bois, par les ruines du donjon de Vire, ou par le rocher des Cordeliers, mais il les choisit aussi comme buts de promenade.

51Le paysage normand est vital pour Chênedollé, car le poète ne s’épanouit pleinement qu’au contact de la nature dans laquelle il puise le meilleur de son inspiration : le Val de Vire est pour lui un trésor de poésie dont il s’imprègne voluptueusement. Quand on cherche en quoi consiste l’apport réel de la nature dans l’œuvre de Chênedollé, on rencontre des termes qui reviennent sans cesse sous la plume du poète, et qui pour lui sont interchangeables : rêverie, méditation, contemplation. Le paysage normand est donc la source vive de toute l’œuvre puisque

  • 34 Le Val de Vire.

« Là, tout est inspirant, tout est poétique34. »

52Je terminerai sur un exemple d’une de ces méditations, relatée dans le journal à la date du 17 octobre 1816. Elle montre par quel jeu de l’imagination le poète concilie les exigences contradictoires de sa sensibilité puisque, nous l’avons vu, tout en aimant viscéralement son bocage, il en avait senti les limites :

« Aujourd’hui, je me promenais sur le rocher des Cordeliers ; c’est là que je me rends ordinairement quand je veux me redonner une idée des Alpes. L’endroit est très sauvage, très pittoresque. Je n’ai qu’à agrandir l’échelle et tout de suite je m’y retrouve dans une partie des Alpes. J’ai vu voler à mes côtés un corbeau de la grande espèce, qui est venu se placer à quatre pas de moi, sur la pointe d’un rocher. Ses ailes d’un noir de geai brillaient comme l’argent nouvellement poli, réfléchissant les rayons du soleil. Je l’ai contemplé longtemps, et bientôt par une exagération poétique, agrandissant la sphère, j’ai cru voir en lui un aigle des Alpes. J’ai répété les vers de Fontanes :

Les aigles planent près de moi
Et je partage leur empire.

  • 35 Journal, p. 86.

J’ai eu là un moment d’inspiration poétique et je me suis cru vraiment dans les Alpes et dans le Jura35. »

53Là est peut-être le secret du sortilège qu’exerce sur Chênedollé le paysage normand : cadre naturel et familier de toute sa vie, il est l’enracinement du poète, mais aussi il est assez riche dans sa mesure même pour se prêter à toutes les fantasmagories du monde intérieur du poète.

*

54Tel est le paysage normand pour Chênedollé : sur ce thème, l’imbrication entre la vie et l’œuvre est si étroite qu’il est impossible de les démêler l’une de l’autre.

55Gentilhomme examinant avec attention et passion ses terres cultivées, esthète jouissant de la luxuriance de la nature, rêveur s’égarant dans les sous-bois ou descendant sous les frais ombrages de la Vire pour s’y perdre en lui-même, penseur méditant du haut du rocher des Cordeliers, Chênedollé, face au paysage normand - il faudrait dire, dans le paysage normand - est multiforme, et ceci parce que le paysage normand est lui-même senti dans sa variété alliant le coteau à la plaine, l’eau au rocher, la verdure libre à la culture, la beauté à la richesse. C’est une nature généreuse, mais à la mesure de l’homme, qui y trouve un équilibre bénéfique.

56C’est le cadre dans lequel est profondément enraciné le poète, mais, pour nécessaire et attrayant que soit ce cadre, le poète a éprouvé le besoin de le transcender pour ne pas le sentir comme une contrainte. Là est l’originalité de Chênedollé à cette date : dans cette contradiction fondamentale entre le plaisir que lui procure le paysage normand, et la conscience qu’a le poète des limites de ce paysage (si le Bocage a le charme, il lui manque le grandiose indispensable aux grandes envolées) ; d’où la façon qu’a le poète d’idéaliser ce qu’il contemple, voire de transposer le paysage à la hauteur de ses aspirations intérieures.

57Si être poète consiste à manier magistralement une forme originale et musicale, on peut émettre des réserves sur le talent de Chênedollé ; mais si être poète consiste à vibrer profondément à l’unisson de la nature environnante sentie comme source vive de la sensibilité et de la pensée, alors Chênedollé peut être considéré comme un authentique poète du Bocage normand.

« Au bord de la Seine » par Paul Langlois.

« Moulin à vent à Etretat » par Corot.
Photo des Musées Nationaux

Mesnil-Aumont, côté jardin.

Un modèle possible de Chavignolles : Mesnil-Aumont, côté cour.

Notes

1 Les œuvres de Chênedollé étudiées ici sont son journal et les Etudes poétiques parues en 1820 et rééditées en 1822.

2 page 131. J’emprunte les citations du journal de Ch. aux Extraits du journal de Chênedollé (1802-1833) publiés par Mme de Samie chez Domin à Caen, 1922. Sur Ch. consulter A l’aube du romantisme : Chênedollé, essais biographique et littéraire, par Mme de Samie, chez Domin à Caen, 1922.

3 Je voudrais exprimer ici mes chaleureux remerciements aux propriétaires actuels du château du Coisel, Monsieur et Madame Melin, qui m’ont ouvert avec beaucoup de cordialité l’accès de leur parc, ainsi qu’à Monsieur Henry Lesage qui m’a guidée avec joie et compétence à travers la ville de Vire et ses environs.

4 p. 152.

5 p. 126.

6 p. 100.

7 p. 101.

8 Journal, p. 155.

9 Etudes poétiques, le Donjon de Vire.

10 Etudes poétiques, le Val de Vire.

11 Etudes poétiques, une Vue de printemps.

12 Etudes poétiques, la Gelée d’avril.

13 Le Val de Vire.

14 Journal, p. 176.

15 Journal, p. 46.

16 Le Val de Vire.

17 Journal, p. 127.

18 Journal, p. 126.

19 Journal, p. 103.

20 Chênedollé parle de son jardin, mais étant donné les dimensions et l’ordonnance de ce « jardin », il faudrait parler de parc.

21 Journal, p. 125.

22 Ce n’est pas une indication fictive, et le rocher en question est identifiable à coup sûr.

23 p. 125-126.

24 La Gelée d’avril.

25 Journal, p. 103.

26 Journal, p. 104.

27 Journal, p. 73, à la date de 1815.

28 Journal, p. 149.

29 Journal, p. 145.

30 Journal, p. 98.

31 Journal, p. 48.

32 Journal, p. 170.

33 Le Donjon de Vire.

34 Le Val de Vire.

35 Journal, p. 86.

Table des illustrations

Légende « Au bord de la Seine » par Paul Langlois.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende « Moulin à vent à Etretat » par Corot.Photo des Musées Nationaux
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8652/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Mesnil-Aumont, côté jardin.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8652/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Un modèle possible de Chavignolles : Mesnil-Aumont, côté cour.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8652/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540