Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paysage normand dans la littérature et dans l’art

 | 
Centre d'art esthétique et littérature (Université de Rouen)

Demeures et sites inspirés

Fontenelle et les forêts normandes

Alain Niderst

Texte intégral

1Fontenelle a laissé une réputation de sécheresse, qui fut établie dès le XVIIIe siècle et répercutée par plusieurs générations. Qu’il ait composé des vers tendres, qu’il ait chanté les bocages et le clair de lune, ne suffit pas à convaincre de sa sensibilité. On se refuse à croire qu’il ait vraiment été amoureux et qu’il ait su comprendre les beautés de la nature. On pense, on a dit très tôt, que ses poésies étaient détestables et que tout y sentait l’artifice et la convention.

  • 1 Discours sur la nature de l’églogue, dans Oeuvres, Paris, Les libraires associés, 1766, t. IV, p. 1 (...)
  • 2 Ibid., p. 135.
  • 3 Ibid., p. 143-144.

2Dans la définition qu’il a lui-même donnée de l’églogue, il n’a pas caché ses préférences. Blâmant la vulgarité de Théocrite, dont les « discours sentent trop la campagne & [...] conviennent à de vrais Paysans plutôt qu’à des Bergers d’Eglogues1 », il affirme que « la Poésie pastorale n’a pas de grands charmes, si elle est aussi grossière que le naturel ou si elle ne roule précisément que sur les choses de la campagne2 ». Ce genre doit donc fuir le réalisme qui le déforme et l’abaisse ; il est destiné à chanter le véritable bonheur de l’humanité, qui réside seulement dans le repos et l’amour ; les chèvres et les brebis pourraient donc disparaître ; « l’illusion et, en même temps, l’agrément des bergeries [...] consiste à n’offrir aux yeux que la tranquillité de la vie pastorale, dont on dissimule la bassesse3 ». Cette définition proprement académique exclut, à la limite, toute évocation de la nature - si ce n’est quelques traits banals destinés simplement à rappeler les conventions du genre, et non à camper un décor précis.

3Cet homme apparemment si sec, qui se propose une conception « irréaliste » et presque abstraite de la pastorale, ne semble donc pouvoir être un paysagiste. Quelle figure peut-il faire auprès de Flaubert ou de Maupassant, qui nous rendent toutes les couleurs, tous les bruits, tous les parfums, de la campagne normande ?

4A lire ses églogues, on ne retrouve que quelques mots, quelques formules, toujours les mêmes, qui semblent purement conventionnels - les « bois », le « pré », le « bocage », le « cristal de la fontaine », le « hameau », les « forêts », le « village ». Tous ces termes se retrouvent dans les œuvres de ses contemporains - Segrais, Mme Deshoulières, Longepierre. Et encore - ceux-ci se permettent quelques notations précises qu’on chercherait en vain dans les pastorales de Fontenelle. Longepierre évoque les bords de la Saône et du Doubs, puisque c’est près de Verdun-sur-le-Doubs qu’il avait son manoir et qu’il composa ses vers. Il cite le serpolet, le thym et la marjolaine. Segrais s’est voulu le poète de la Basse-Normandie. Au début de son Athis, il donne la carte de la région où il situe son poème - cette plaine boisée qui s’étend entre Caen et la mer et qui est irriguée par l’Orne, la Dives, la Seulles et l’Avée. Il mentionne les pins, les chênes, les ormeaux, les fougères, les aulnes, les trembles, les alisiers. Chez Fontenelle rien de tel : une seule fleur est nommée, l’œillet, et deux animaux, le chien et le mouton...

5Il paraît donc absurde de chercher dans cette œuvre des paysages précis. Et pourtant Fontenelle eut l’expérience de la vie rustique en Normandie. Il résida dans plusieurs châteaux du Roumois. Dans son adolescence, il passa souvent la belle saison aux Andelys, chez son oncle, Thomas Corneille. Son père possédait des bois à La Feuillie Deux maisons surtout l’accueillirent, où il se livra à des activités champêtres qui de sa part peuvent nous surprendre.

6Près de Bourgtheroulde, près, plus exactement, de la bourgade de Bosguérard-de-Marcouville, se trouve le grand domaine de la Mésangère. Cette propriété appartenait à Guillaume Scott, un conseiller au Parlement de Rouen, qui avait épousé, en 1678, Marguerite Rambouillet, la fille de Mme de la Sablière. Ces deux familles, issues de la haute bourgeoisie calviniste, étaient fortunées et cultivées. Guillaume Scott mourut à trente-quatre ans, le 16 juillet 1682. Sa veuve, que l’on appelle toujours Mme de la Mésangère, était alors âgée de vingt-quatre ans. Elle partageait, affirme le Mercure Galant en mai 1678, « les avantages de sa famille qui est tout esprit ». Elle attendit 1690 pour se remarier avec Charles de Nocé, qui devait plus tard devenir l’un des roués de Philippe d’Orléans, et qui la délaissa et la rendit malheureuse.

7Durant ses années de veuvage, elle partagea sa vie entre la maison qu’elle possédait à Rouen, rue du Gros-Horloge, et le vaste domaine de la Mésangère. Eprise sans doute de poésie idyllique, elle inspira à La Fontaine Daphnis et Alcimadure. Dans cette pièce, le poète loue

  • 4 Fables, XII, 24, v. 14.

« Ces nobles sentiments, ces grâces, cet esprit4 ».

8Il l’exhorte surtout à se remarier et lui conte les malheurs de la fière Alcimadure afin de la disposer à suivre son conseil. Fontenelle la peignit sous le nom de Clarice :

« ... un esprit qui pensât finement,
Et qui crût être un esprit ordinaire.
Timide sans sujet, & par là plus charmant...

  • 5 Oeuvres, t. IV, p. 355-356.

... un cœur plein de droiture,
Vertueux sans rien réprimer,
Qui n’eût pas besoin de s’armer
D’une sagesse austère & dure...5 »

9et, dans cette pièce, il avoue que Clarice lui semble par l’Amour « faite exprès » pour lui, car elle est exactement celle dont il rêvait.

10Le domaine de la Mésangère est perdu au milieu d’immenses forêts. Ne reste maintenant qu’une aile du château primitif, et le parc, que la légende affirme dessiné par Le Vau, a été envahi par les herbes, qui en ont voilé la disposition. Derrière la haute grille, une longue allée devait mener au château, et derrière le château se devine une esplanade entourée de bosquets. En fait, ne subsistent du parc que les statues : un cerf à droite, une biche à gauche de la grille ; derrière la maison, un faune et un lévrier sur la droite, une dryade et un lévrier sur la gauche ; le long du mur, de droite à gauche, Mars, l’Amour avec un aigle, l’Amour couronnant Flore, Hercule et Apollon ; au bout de l’esplanade, Mercure et Bacchus se font face. Ces belles statues louis-quartorziennes sont maintenant usées et verdies. Leur symbolisme nous paraît assez clair. La chasse, qui devait être l’un des divertissements favoris des châtelains, est représentée par le cerf, la biche et les chiens. La guerre, la force et la poésie, par Mars, Hercule et Apollon. Mais l’idylle domine, avec le faune, la dryade, l’Amour qui maîtrise l’aigle, et surtout, au bout de la perspective, l’Amour adolescent qui couronne Flore.

  • 6 Trublet, Mémoires pour servir à l’histoire de la vie et des ouvrages de M. de Fontenelle, Amsterdam (...)

11Le Portrait de Clarice semble indiquer que Fontenelle fut amoureux de Mme de la Mésangère et que les poèmes qu’il lui dédia ne furent ni purement conventionnels, ni inspirés par quelque protecteur. D’ailleurs, on voyait encore, au XVIIIe siècle, des vers qu’il avait gravés de sa main sur les hêtres des allées6. Mais, dans un autre château du Roumois, il eut une autre aventure.

12Le manoir de Launay, à Saint-Paër, près de Duclair, avait été construit sous Henri IV. II fut acquis, en 1653, par Claude Fournier. Son fils, Claude III, seigneur de Joigny fut un libertin décidé. D’une de ses chambres, il avait fait « une espèce de temple de sceptique » ; sur la cheminée était le portrait de Montaigne, « avec sa balance et sa devise : Que sais-je ? ». Les volets des croisées portaient sur le côté que l’on voyait le jour, des sentences « sur l’Eternité, sur Dieu, sur le paradis et l’enfer », et sur l’autre côté, qui apparaissait, une fois qu’ils étaient clos, « une tout autre morale et des passages d’opéras ». On trouvait encore dans cette maison un vieux plastron noir avec cette inscription : certissimo verum incertudini, et, dans un cabinet, une figure de femme que l’Amour chassait avec ces mots : fuge, credule, et ces vers sur une porte :

  • 7 Cideville, Traits, notes et remarques, ms. Rouen, O. 40, p. 141.

« De l’heure, ni du vent, il ne m’importe guère,
Pourvu que ma bergère
Me donne toujours
De beaux jours7. »

  • 8 Ibid., loc. cit.

13A son ami Cideville, Fontenelle avoua avoir passé dans cette demeure une dizaine de jours près de M. de Joigny, qu’il jugeait « plaisant et de bonne compagnie8 », et Cideville, qui acheta le château en 1716, rima une petite pièce pour lui rappeler les heures de bonheur qu’il y avait connues :

  • 9 Correspondance Cideville, ms. Rouen.

« J’interroge à Joigny ces lieux beaux autrefois,
Lorsque, peuplés des dieux au son de votre lyre,
La dryade de votre choix
En dérobant sa marche au cocu de satyre,
Vous cherchoit au fond de mes bois :
Tout se tait ; je relis vos archives champêtres
Et des chiffres mystérieux,
Des ff et des cœurs enlacés sur nos hêtres
M’apprennent que pour vous l’Amour vint dans ces lieux...
Si vous avez orné mes bosquets de rosiers,
Venez, l’Amitié vous appelle,
Venez les planter de lauriers...9

14Ces ff pourraient signifier Fontenelle-Fournier, et le « cocu de satyre » ne serait autre que le châtelain. Celui-ci s’était marié, le 4 mai 1669, avec Marie Bigot, qui mourut en octobre 1690, âgée d’environ quarante-cinq ans. Il épousa, en secondes noces, le 2 juillet 1693, Marie-Anne de la Houssaye de Rougemontier ; celle-ci, veuve en 1715, se remaria un an plus tard avec M. de Rupierre. Serait-ce elle la dryade du poète ? Fixé à Paris depuis 1691, Fontenelle peut très bien être venu passer une ou deux semaines à Launay, au moment où le seigneur de Joigny s’était remarié avec cette femme qui était certainement beaucoup plus jeune que lui.

15Le château de Launay fut brûlé par la foudre en 1701, et il n’en resta que les murs. La maison est telle, encore maintenant, qu’elle fut rebâtie, mais le parc est tombé à l’abandon, comme celui de la Mésangère et l’on n’y trouve aucune statue ; au loin, dans une belle perspective, se devinent les forêts du Trait et de Jumièges.

16Dans le domaine de la Mésangère paraissait régner une atmosphère moins libre, moins impie, que dans celui de Launay. Mais, à cette réserve près, les séjours de Fontenelle dans l’une et l’autre demeure semblent se confondre : une liaison amoureuse, des cœurs ou des vers gravés sur les arbres des allées, un climat de pastorale vécue, avec les masques de berger et de dryade que prennent le poète et sa maîtresse. La végétation, hêtres, sapins et tilleuls, est la même dans les deux propriétés. Mais le château de la Mésangère est plus sauvage, blotti au milieu de bois immenses, alors que celui de Launay, situé sur une hauteur, domine les vallées et les forêts qui l’entourent.

  • 10 Oeuvres, t. II, p. 9.
  • 11 Ibid., t. II, p. 11.
  • 12 Ibid., t. II, p. 12.
  • 13 Ibid., toc. cit.

17Que reste-t-il dans l’œuvre de Fontenelle de ces belles maisons et de ces moments heureux ? La marquise des Entretiens sur la pluralité des mondes est Mme de La Mésangère, comme on l’a affirmé dès le XVIIIe siècle. Le livre s’ouvre sur une rapide évocation des plaisirs qui pouvaient se rencontrer dans ce manoir : « des Fêtes, des Parties de Jeu ou de Chasse10. » Puis l’écrivain élude la description du château où son amie était allée passer l’automne. Se souvenant sans doute de Clelie, il note avec humour : « On a souvent décrit des châteaux pour de moindres occasions. Mais je vous ferai grâce sur cela11. » Dans le premier soir, le parc est tout de même évoqué : « un frais délicieux » ; les rayons de la lune, « qui ne venaient à nous qu’entre les branches des arbres faisoient un agréable mélange d’un blanc fort vif avec tout ce vert qui paraissoit noir12 » ; les étoiles n’étaient voilées par aucun nuage ; « elles étoient toutes d’un or pur & éclatant, & qui étoit comme relevé par le fond bleu où elles sont attachées13 ».

  • 14 Le Cat, Eloge de M. de Fontenelle, Rouen, Besongue, 1759, p. 53.

18Le Cat affirme que la brune Iris de la première églogue est Mme de la Mésangère elle-même14. Toutes les pastorales, sauf la septième, la Statue de l’Amour, parurent en 1688. Il serait donc tentant d’y chercher des images du domaine de la Mésangère.

19Certes, le poète a fui toute précision. Pourtant la nature qu’il nous peint a son originalité. Elle est beaucoup plus sauvage que celle qu’ont célébrée Mme Deshoulières, Longepierre ou Segrais. Les forêts, les bois sont plus souvent mentionnés, et aussi les bocages : ce terme ne signifie pas au XVIIe siècle, comme maintenant, « des champs et des prés enclos par des levées de terre ». Furetière, dans son Dictionnaire, fait de bocage un synonyme de « bosquet » ; ces deux mots désignent de petits bois...

  • 15 Oeuvres, t. IV, p. 13.
  • 16 Ibid., t. IV, p. 40.
  • 17 Ibid., t. IV, p. 14.
  • 18 Deuxième églogue.

20En revanche, dans ces pastorales, « les prés » ne sont qu’une fois cités15, ainsi que « les champs silencieux au lever du jour16 ». Un paysage, si Ton veut bien être attentif, se discerne peu à peu à la lecture de tout le recueil. On devine une plaine où se trouve un hameau. Dans cette plaine paissent les troupeaux. Une colline ou un coteau la dominent. C’est là que monte Alcandre pour épier le bal du hameau et il y parvient « par des chemins couverts17 ». C’est là aussi que monte Licidas pour retrouver Silvanire18. Tout autour des paturages, ce sont des bois. Les arbres sont touffus, et, comme dans le parc de la Pluralité des Mondes, des rayons jouent à travers les rameaux. C’est dans ces bosquets que se rencontrent les bergers et les bergères. Il est même non loin de là un site plus singulier, le seul que Fontenelle ait décrit précisément :

  • 19 Oeuvres, t. IV, p. 65.

« Dans le fond d’un Vallon est un lieu solitaire
Proche cependant d’un Hameau ;
Rarement un Berger y mene son troupeau,
Mais un Berger souvent y suivit sa Bergere.
D’arbres épais il est environné [...]
Un clair ruisseau tombant d’une colline
Y roule entre les fleurs qu’il y vient abreuver,
Et quoiqu’il soit encor près de son origine,
Déjà ses petits flots savent faire rêver19 ».

21Faut-il reconnaître les environs de la Mésangère dans ce paysage qui se crée peu à peu au fil des Pastorales ? C’est vraisemblable. Le hameau pourrait être Bosguérard-de-Marcouville, ou, tout simplement, les bâtiments qui sont dans le domaine. Les bois sont assez accidentés pour offrir cette colline et ce vallon qu’évoque le poète. Le château, avec ses grilles, les statues et les allées de son parc, a été oublié. Nous en étonnerions-nous ? Il ne convenait évidemment de représenter ici que la naïveté champêtre, et tous les fruits de l’art et de la richesse devaient être bannis.

22Certes, ces évocations demeurent trop vagues pour que nous osions conclure. Quelques détails même ne conviennent pas. Délie dans la Seconde Eglogue s’écrie :

« Quittez, mes chers moutons, le cours de la rivière ».

23Or, il n’est près de la Mésangère aucune rivière. L’Oison, la plus proche, coule à une quinzaine de kilomètres. Cette notation pourrait nous troubler, et peut-être même nous faire songer à Launay, qui domine les vallées de la Seine et de l’Austreberthe. Mais ce n’est là qu’un vers bien rapide, bien terne, et cette rivière n’est sans doute qu’un poncif légué par la tradition. En fait, il est probable qu’avec un grand désir d’abstraire et de généraliser, avec aussi quelques additions conventionnelles, Fontenelle s’est fait ici le poète du parc et de la forêt de la Mésangère. Rien, en revanche, ne rappelle précisément Launay, qui semble absent de toute l’œuvre imprimée du poète.

  • 20 Ibid., t. IV, p. 19, 42.
  • 21 Ibid., t. IV, loc. cit.
  • 22 Ibid., t. IV, p. 21.

24En tout cas, ces pastorales, sans prés, sans fleurs et sans moissons sont emplies des humides verdures normandes. Ce sont les « ramures », les « ombrages épais20 », les buissons21 les « lieux solitaires22 »,

  • 23 Ibid., t. IV, p. 23.

« ... les sombres lieux où l’on rêve à loisir23 »,

  • 24 Ibid., t. IV, p. 43.

25« les arbres touffus24 »,

  • 25 Ibid., t. IV, p. 24.

« L’Echo qui des Bergers connoit tous les amours25 ».

  • 26 Nouvelle Description de la France, Paris, 1718, t. V, p. 98.

26Même les moutons ne sont pas purement académiques ; ils n’émanent pas seulement des poèmes de Virgile ou de Théocrite ; dans le Roumois, nous dit Piganiol de la Force, « l’on nourrit quantité de bestiaux, & surtout des moutons26 ».

27Etrange poésie qui se construit sur le refus de tout ce qui l’a nourrie. Alors que le domaine de la Mésangère, avec sa belle hôtesse, ses verdures profondes, ses moutons et leurs pâtres, ses statues et ses sauvages retraites, était la matière la plus poétique qui se pût offrir à un auteur d’églogues, alors que l’amour et la nature s’offraient à lui et qu’il n’avait qu’à les chanter naïvement, victime de son siècle, et surtout de sa doctrine, et peut-être de son tempérament, il s’est efforcé de ne rien dire de précis ; il a voulu faire de ses strophes un langage conventionnel qui pût être celui de tous les amants et de tous les temps. Ce n’est qu’avec peine que nous parvenons, derrière les protestations banales, à retrouver un sentiment sincère, dans les verdures à peine crayonnées et trop chamarrées à reconnaître des hêtres et des tilleuls réels. Enfin, la poésie, dans ces vers, se dissimule ; l’élégante monotonie de la prosodie la voile et l’étouffe. Il est difficile d’entendre les élans du poète, s’il les maîtrise et les contraint ; il est difficile de reconnaître les sites qui l’ont inspiré, s’il n’en fait qu’une garniture de coussin ou d’éventail, qu’une parure vague et convenue.

28Les paysages sourdent à peine. Exténués par un vocabulaire et un rythme insipides, ils parviennent parfois à se laisser deviner, puis ils s’évanouissent - et paradoxalement, c’est peut-être le charme le plus poignant de ces poèmes, cette écriture qui se fuit et pourtant se trouve parfois... Mais n’est-ce pas le paradoxe et le charme de maintes poésies, peut-être même à la rigueur, de toute poésie ? On se réjouit toujours, lorsque le concret et le sincère affleurent dans les vers. Mais pourquoi s’en réjouirait-on, si cette impression était fréquente ou prolongée ? N’est-ce pas que toute littérature est comme un jeu avec le sentiment et le réel ? Un jeu pour cacher et redécouvrir le réel ?

Château de la Mésangère près de Bosguérard-de-Marcouville (extrait de Châteaux de l’Eure).

29En ce cas, les églogues de Fontenelle, avec leurs rubans fanés et leurs grâces apprises, ne seraient qu’un exemple un peu plus impressionnant que les autres, des difficultés, des ambiguïtés de toute entreprise littéraire, qui se réfère à un réel qu’elle dissimule obstinément et pourtant découvre, qui se veut révélatrice et commence, en tissant son langage comme un écran, par voiler ce qu’elle doit révéler.

30Si les mots sont d’abord un effort vers la généralité, si les harmonies du peintre sont d’abord convenues et soumises au goût et aux Ecoles, la beauté n’est-elle qu’une singularité furtive, une brisure dans les accords imposés ? C’est le moment où sous les ombrages de l’Astrée, nous retrouvons une rivière miroitante au soleil du Forez, le moment où la campagne romaine, avec sa pauvreté et ses charmes, émerge dans les mythologies de Poussin, et le véritable amour dans les fureurs convenues de Phèdre et d’Oreste.

Notes

1 Discours sur la nature de l’églogue, dans Oeuvres, Paris, Les libraires associés, 1766, t. IV, p. 133.

2 Ibid., p. 135.

3 Ibid., p. 143-144.

4 Fables, XII, 24, v. 14.

5 Oeuvres, t. IV, p. 355-356.

6 Trublet, Mémoires pour servir à l’histoire de la vie et des ouvrages de M. de Fontenelle, Amsterdam, Rey, 1759, p. 128 ; Le Cat lui avait dit qu’on trouvait des vers de Fontenelle sur « l’écorce des hêtres qui composaient la principale allée de ce Parc » ; Tougard, Documents concernant l’histoire littéraire du dix-huitième siècle... Rouen, Lestringant ; Paris, Picard, 1912, t. I, p. 31 : Trublet écrit : « J’ai entendu parler et à M. de Fontenelle même des vers gravés sur les hêtres du parc de la Mésangère ».

7 Cideville, Traits, notes et remarques, ms. Rouen, O. 40, p. 141.

8 Ibid., loc. cit.

9 Correspondance Cideville, ms. Rouen.

10 Oeuvres, t. II, p. 9.

11 Ibid., t. II, p. 11.

12 Ibid., t. II, p. 12.

13 Ibid., toc. cit.

14 Le Cat, Eloge de M. de Fontenelle, Rouen, Besongue, 1759, p. 53.

15 Oeuvres, t. IV, p. 13.

16 Ibid., t. IV, p. 40.

17 Ibid., t. IV, p. 14.

18 Deuxième églogue.

19 Oeuvres, t. IV, p. 65.

20 Ibid., t. IV, p. 19, 42.

21 Ibid., t. IV, loc. cit.

22 Ibid., t. IV, p. 21.

23 Ibid., t. IV, p. 23.

24 Ibid., t. IV, p. 43.

25 Ibid., t. IV, p. 24.

26 Nouvelle Description de la France, Paris, 1718, t. V, p. 98.

Table des illustrations

Légende Château de la Mésangère près de Bosguérard-de-Marcouville (extrait de Châteaux de l’Eure).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8651/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende La Vire
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8651/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende La Vire
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8651/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

Auteur

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540