Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paysage normand dans la littérature et dans l’art

 | 
Centre d'art esthétique et littérature (Université de Rouen)

Demeures et sites inspirés

Demeures et sites chez quelques écrivains de Basse-Normandie au xviie siècle

Jacques Bailbé

Texte intégral

  • 1 P.D. Huet, Les Origines de la Ville de Caen et des lieux circonvoisins, Rouen, chez Maurry, 1706, p (...)
  • 2 Lettres, éd. Gérard-Gailly, N.R.F., t. III, p. 435.

1Trois écrivains originaires de Caen retiendront notre attention, parce qu’ils illustrent d’une manière exemplaire l’attachement que portaient à leur terre natale les érudits et les poètes du XVIIe siècle, malgré les sollicitations de Paris et de la Cour, et parce qu’ils nous ont laissé, dans leurs rapides descriptions de demeures ou de sites, quelques touches caractéristiques du paysage de la Basse-Normandie. Jacques Moisant de Brieux (1611-1674), Jean Regnault de Segrais (1625-1701) et Pierre-Daniel Huet (1630-1721) appartiennent tous les trois à la célèbre Académie fondée en 1652 à Caen, place Saint-Pierre, dont on a pu dire « qu’elle étoit composée alors de sujets si éminents dans les lettres, qu’il eût été malaisé de trouver dans aucune des Académies du royaume et de celles d’Italie tant de personnages illustres par le sçavoir1 ». Mme de Sévigné le constatera en 1689 : « Caen, la plus jolie ville, la plus avenante, la plus gaie, la mieux située, les plus belles rues, les plus beaux bâtiments, les plus belles églises ; des prairies, des promenades, et enfin la source de tous nos plus beaux esprits2. »

  • 3 Les Caractères, « De la Cour », éd. Garapon, Garnier, 1962, p. 253.

2En relation constante avec les milieux intellectuels de la capitale et de l’Europe, ces trois écrivains furent en mesure de mieux apprécier les profits d’une retraite dans leur province, et ils justifient le mot de La Bruyère : « Un esprit sain puise à la cour le goût de la solitude et de la retraite3. » En effet, Moisant de Brieux, après ses études à Caen, partit pour l’Académie de Sedan, puis pour Leyde, il devint conseiller au Parlement de Metz (1633-1635), se rendit en Angleterre avant de retourner à Caen pour consacrer son temps à ses amis et à ses lectures. Au cours de ses voyages à Paris, il fit la connaissance de Chapelain, de Conrart, et de Montausier, qu’il eut la joie d’accueillir à Caen, en 1662 :

  • 4 Recueil de pièces en prose et en vers de M. de Brieux, 1671, p. 39.

Le séjour des Césars, des Dunois, des neuf Sœurs,
Caen mérite-t-il point tes pas et tes faveurs,
Ce Caen si renommé, si charmant, si superbe ?
Mais, pour bien satisfaire à tes justes désirs,
Une chose luy manque et trouble ses plaisirs ;
Pour te bien recevoir, il n’a plus son malherbe4.

3Après de brillantes études au Collège des Jésuites, Segrais découvre la Cour en 1647 à la suite du comte de Fiesque, il fréquente l’Hôtel de Rambouillet, et, en 1648, il devient gentilhomme ordinaire de Mademoiselle avant d’entrer au service de Madame de la Fayette. Il sut résister aux demandes pressantes de Madame de Maintenon qui souhaitait le placer auprès du jeune duc du Maine. Il fut élu en 1662 à l’Académie française où il succéda à son compatriote Boisrobert. Mais, en 1676, il fut lassé de vivre dans un monde pour lequel il n’avait éprouvé qu’un goût passager, et il se retira à Caen pour y terminer ses jours.

4Pierre-Daniel Huet, le savant érudit, fut de bonne heure en relations avec les hommes qui, à Paris, soutiennent la gloire des lettres, Chapelain et le duc de Montausier. Il se rend, en compagnie de Samuel Bochart, auprès de Christine de Suède. En 1670, il se consacre, aux côtés de Bossuet, à l’éducation du Dauphin, ce qui vaut au « gentilhomme normand » de recevoir ce poème :

Caen, avec les beautés dont ton climat abonde,
Que tu vas acquérir un renom glorieux
De fournir seule en France un homme assez heureux
Pour enseigner celui qui doit régir le monde !

Il faudra que Paris te cède à cette fois
L’honneur de posséder l’école de ses rois.
Elle qui se croyait en sçavoir la maîtresse.

  • 5 Sur le choix que S.M. a fait de M. Huet pour être précepteur de Mgr le Dauphin, B.M. Caen, ms. in-4 (...)

L’on va voir tes enfans de palmes tous couverts
Puisqu’un d’eux peut donner lui seul par sa sagesse
Des leçons au plus grand maître de l’Univers5.

5Malgré tous ces honneurs, il passe les dernières années de sa vie dans sa province, et il reçoit l’Abbaye d’Aunay, à douze milles au sud de Caen, comme récompense des soins donnés au Dauphin.

6Ainsi, la nostalgie de la terre natale est caractéristique du tempérament de ces écrivains, qui trouvent une ultime consolation dans la retraite et dans l’amitié, et qui apparaissent comme des sages provinciaux. Déjà Malherbe et Vauquelin de la Fresnaye avaient été sensibles aux joies simples et au calme bonheur de la vie rustique. On peut lire dans les Stances aux ombres de Damon :

  • 6 Les Poésies de M. de Malherbe, éd. Lavaud, S.T.F.M., 1937, t. II, p. 253.

L’Orne comme autrefois nous reverrait encore,
Ravis de ces pensers que le vulgaire ignore,
Egarer à l’écart nos pas et nos discours ;
Et, couchez sur les fleurs comme estoilles semées,
Rendre en si doux ébat les heures consumées
Que les soleils nous seraient cours6.

7Et dans les Diverses poésies de Vauquelin de la Fresnaye :

  • 7 A M. de Repichon, trésorier général de France, à Caen.

Bienheureux est celuy qui, bien loin du vulgaire,
Vit en quelque rivage elongné solitaire,
Hors des grandes citez, sans bruit et sans procez...
Qui voit de son chasteau, de sa maison plaisante,
Un haut bois, une pree, un Parc qui le contente,
Qui joyeux fuit le chaut aux ombrages divers7.

8Dans son château de la Fresnaye, près de Falaise, Vauquelin avait toujours goûté les aspects changeants du bocage normand :

... Les étangs poissonneux,
Les taillis chevelus, les montagnes ombrées.
Les vallons fleurissants, les verdoyantes prées,
Donnent tout le plaisir, tout le contentement
Que pourrait souhaiter un bel entendement.

  • 8 Histoire de la littérature française, t. II, p. 150.

9Pourtant, comme le remarque A. Adam, « C’est chez Segrais et chez Huet qu’apparaît pour la première fois avec cette netteté le rêve d’un retour à la vie innocente des premiers âges. La simplicité et le repos étaient les plus grandes délices de ces natures paisibles8 ».

*

  • 9 Cité par L. Tolmer, Pierre-Daniel Huet, Bayeux, 1949, p. 119.

10Ces écrivains célèbrent Caen et toutes ses gloires, et ils font preuve du même enthousiasme et de la même fierté qui inspiraient à Antoine Halley dans un poème latin intitulé Cadomus : « Caen ? Où donc trouver nature plus luxuriante ? Elle y étale largement ses richesses. Les jardins y déploient leurs trésors odorants et la terre ses brillantes constellations. Les arbres succombent sous le poids des fruits délicieux ; les bosquets se courbent en frondaisons ombreuses qui tamisent les rayons du soleil. Les champs produisent les lourds épis, joie du moissonneur. Les vertes prairies donnent, sans qu’on s’en occupe, une herbe magnifique dans cette plaine si unie qu’on la dirait passée au rouleau. La mer voisine baigne le rivage de son reflux, et l’Orne apporte à la ville richesse et fécondité9. » Les Origines de la ville de Caen, de Huet, les Origines de quelques coutumes anciennes, de Moisant de Brieux, prouvent que l’érudition peut être mise au service de la gloire provinciale, tandis que, dans le poème pastoral Athis, Segrais associe le nom de Malherbe à ses descriptions des bords de l’Orne :

  • 10 Poésies, éd. chez Chalopin, Caen, 1823, p. 118.

L’Orne délicieuse arrose un saint bocage
Que Malherbe autrefois sur ce plaisant rivage
Planta de ses lauriers sur le Pinde cueillis10.

11Et ailleurs il ajoute :

  • 11 Ibid., Athis, Chant II, p. 60.

Caen, qui par son assiette et commode et plaisante,
Par son air toujours pur, sa demeure riante,
Par ses prés, par ses eaux et par mille beautés
Justement le dispute aux plus nobles cités11.

12Mais, en dehors de la ville, ces écrivains se plaisent à décrire leurs maisons des champs ou les paysages contrastés du bocage. Moisant de Brieux possédait un hôtel à Caen, désigné sous le nom de Maison du grand cheval, à cause d’un bas-relief représentant un des cavaliers de l’Apocalypse (aujourd’hui l’hôtel d’Escoville). C’est là qu’il avait installé son Académie, et qu’il séjournait pendant la mauvaise saison. Le curé Bardou, de Cormelles-le-Royal, n’hésite pas, dans un sonnet, à comparer le propriétaire à Apollon lui-même :

Je ne pense jamais à ce grand bâtiment
Dont on ne peut assez admirer la structure,
Qu’il ne jette mes sens dans le ravissement
Par les rares beautés de son architecture.

Quand on porte les yeux dessus chaque figure,
Qui luy sert au dedans de superbe ornement,

Tapisserie de Bayeux.

Château de Creully (extrait de la Normandie Illustrée).

On croit estre déceu par quelque enchantement,
Tant l’art imite bien les traits de la nature.

Mais voyant par dehors ce logis sans égal,
Chacun diversement parle de ce Cheval
Qui sous ses pas vainqueurs tant de monstres écrase.

  • 12 Mémoires de l’Académie de Caen, 1872, p. 83.

Pour moi, de qui l’esprit est éclairé d’un Dieu,
Je dis que ce Cheval n’est autre que Pégase,
Puisqu’on voit Apollon résider en ce lieu12.

13La demeure d’été de Moisant de Brieux se trouvait à Bernières-sur-Mer ; elle était construite au bord des dunes, dans un paysage désolé. C’est là qu’il aimait à séjourner et qu’il composa la plus grande partie de ses œuvres. Son ami, le poète Garaby de la Luzerne, en fit la description suivante :

Du côté que la mer seulement retende
Par la secrète loy qui bride sa fierté
Flüe et reflüe aux bords d’une campagne nüe,
Et montre vastement son affreuse beauté,

La maison de Brieux, seule à perte de veüe,
Découvrant à tous vents l’un et l’autre côté
De parcs, de promenoirs, de costeaux dépourveüe
Règne dessus Bernière avecque liberté.

Cela, qu’on blâmerait, luy semble favorable,
Car, comme ce qu’il fait est toujours raisonnable
Et chez l’aigre censeur ne court pas de hasard,

  • 13 Vigilantis insomnium, de Moisant de Brieux, p. 18. Voir L. Gosselin, La Résidence de Moisant de Bri (...)

Il a ce que cherchoit ce Magistrat antique
Qui, pour se faire voir jusqu’en son domestique
Vouloit que sa maison fist jour de toute part13.

14Moisant lui répondit spirituellement par un autre sonnet :

Ces grands parcs, ces costeaux, ces longues avenües,
Ce beau pays couvert que tu m’as tant vanté,
Ne me donneroient pas la vie et la santé
Que m’ont su redonner mes rives toutes nües.

Sur leurs bords, mon logis s’élève dans les nües,
Et seul se laisse voir en toute liberté,
Estant ce qu’en peinture est une nudité
Près des beautés que l’art d’ornemens a pourvües.

Là je rêve en repos, là je voy le soleil
Renaistre et se coucher en pompeux appareil,
Là toute la nature à nu m’est découverte :

Enfin là, ce qu’ailleurs il ne m’est pas permis,
Je me vante d’un point, c’est qu’à maison ouverte
Ainsi qu’à cœur ouvert je reçoy mes amis

  • 14 Oeuvres choisies, éd. Travers, p. 99.

Regum aequabat opes animo14.

  • 15 Epistolae, Caen, 1670, p. 19.

15Comme Horace, il se plaît dans cette demeure « où ne brillent ni l’or ni l’argent, mais où habitent la paix et l’innocence15 ». Il y admire la splendeur de la mer, il se laisse charmer par le chant de la vague, il se sent pénétré par les parfums qui se dégagent de la nature. Le matin, il parcourt son jardin et son petit bois, et le soir, sur la plage, il admire les effets merveilleux du soleil couchant.

16La seconde résidence de Moisant, dont il portait le nom, Brieux, était située à Amayé-sur-Orne, à la limite de la commune de Bully. Il nous la présente ainsi : « Brieux, dont l’on préfère le séjour à celui de Bernière, est situé dans un vallon couvert d’arbres et fermé de costeaux, en sorte que l’on ne void point la maison et que l’on n’y peut entrer qu’avec peine. » Dans une lettre à M. de Prémont Graindorge il ajoute : « Si les vins d’Argences ont de la verdeur, nous en avons d’autres à nos portes, je dis à Ecoüille, qui sont fort agréables et pour peu que l’on eust pris soin de cultiver nos costeaux de Bully et d’Amayé, au lieu de l’agréable verdure des petits pois nouveaux qu’ils nous donnent, ils auroient

  • 16 Mémoires de l’Académie de Caen, 1872, p. 50, 415.

Par l’éclat de la pourpre et de l’or des raisins
Fait naître de l’envie au cœur de nos voisins16. »

17Quand il se rendait à Brieux, il se livrait aux plaisirs de la chasse et de la promenade, comme il le dit à M. de Triquerville :

  • 17 Ibid., p. 467 (La Belle Vision).

J’ai vu, me promenant dans l’aymable verdure
Que l’Orne de ses flots baigne si doucement,
Les Graces toutes trois règner pompeusement
Sur des trônes formés des mains de la Nature.
L’un étoit de saphirs, d’opale et de cristal ;
L’autre de pur albastre, et l’autre de coral,
Tout parfumé d’œillets, de musc, d’ambre et de roses17.

18Les aspects du paysage qui retiennent l’attention de Moisant de Brieux, dans ses brèves descriptions, sont les vastes espaces maritimes qui lui permettent de contempler l’inconstance des éléments, les divers moments de la journée, de l’aube au coucher du soleil, ainsi que l’éclat des belles fleurs. Il aime,

  • 18 Mémoires de l’Académie de Caen, 1872, p. 468.

Lors que le jour n’a plus que de foibles chaleurs,
Sortir pour admirer les traits dont la Nature
Releve de nos Prés la vivante peinture,
Rouler au petit pas sur un tapis de fleurs18.

19Et ce spectacle printanier s’harmonise aux pensées du solitaire :

Mon Dieu ! que de plaisirs ! que mes yeux sont contens
De trouver cet émail, cette vive peinture
Dont par des traits formés des mains de la Nature,
Nous voyons nos Jardins s’embellir tous les ans !

  • 19 Ibid., p. 471.

Superbes Espaliers, et vous jeune Bocage,
Mes plus cheres amours, l’honneur de notre plage,
Je m’abandonne à vous, pour vous seuls j’ay des yeux19.

  • 20 Poésies de Segrais, p. 165 (Epître à une dame).

20Simple de goûts et modéré dans ses desseins, « quoique Normand, sans finesse20 », Jean Régnault de Segrais nous donne un autre modèle du sage provincial. Il est surtout attiré par la poésie champêtre qui fleurit dans les odes, les églogues, les pastorales et les pièces galantes. Cette poésie, toute imprégnée des souvenirs de Virgile, reflète les tendances de son époque et elle manque souvent d’émotion et de profondeur. Pourtant il sait faire revivre son pays natal, ses « fertiles herbages » et ce « fécond vallon » où

  • 21 Ibid., p. 67.

L’Orne vient à Thétis faire son riche don21.

21C’est l’Orne qui l’inspire surtout, et qui lui permet d’exprimer, en abandonnant tous les raffinements de la vie de cour, la nostalgie de l’âge d’or et l’idéal de la vie de nature, où les choses gardent tout leur pouvoir d’émerveiller :

  • 22 Ibid., p. 32 (Eglogue VI).

Sur les rives de l’Orne, un berger amoureux...
Cherchait une retraite à soupirer ses peines.
Dans un bois écarté, dont les ombrages verts Ne sentirent jamais la rigueur des hivers,
Au pied d’un haut rocher, qui semble dans les nues
Vouloir cacher l’horreur de ses pointes chenues,
Est une grotte sombre, où nature fait voir
Un essai merveilleux de son divin pouvoir22.

22Nul lieu n’est plus propice à la méditation que ces « bords délicieux » et ces « claires fontaines » :

  • 23 Ibid., p. 118 (Hymne).

Si j’aborde jamais la plage réclamée.
Courbé sous le doux faix des roseaux d’Idumée,
Je les destine encore à ce charmant séjour,
Ma célèbre patrie, et ma première amour23.

23Dans son poème pastoral, Athis, qui possède un goût de terroir de bon aloi, Segrais multiplie les descriptions champêtres tout en racontant les aventures du berger Athis et de la bergère Ardène :

  • 24 Poésies, p. 67, (Athis, chant II).

Longtemps il fréquenta ces fertiles herbages
Où tant de grands bergers trouvent leurs paturages.
Dans ce fécond vallon où par mille détours,
Riche de cent ruisseaux, la Dive étend son cours.
Longtemps il parcourut cette plage brûlée
Qu’on voit jusqu’à ce golfe où, fièrement enflée
De l’agréable Laise et du bourbeux Odon,
L’Orne vient à Thétis faire son riche don ;
Mais d’un si doux accueil s’en trouve caressée,
Que la Seine jalouse en paraît courroucée
Et ne peut empêcher son eau de murmurer
Des honneurs que les flots lui semblent déférer24.

24La « noire rêverie » du berger, attiré par sa chère patrie,

  • 25 Ibid., p. 76 (Athis, chant III).

Le fit encor passer, dans ce même abandon,
Des rivages de Seule aux rivages d’Odon :
Longtemps il s’arrêta dans ces lieux où son onde
Feroit par sa clarté douter à tout le monde Si c’est lui qui s’en vient, par deux divers canaux,
A l’Orne, tout bourbeux, mêler ses sales eaux25.

25Et le poème s’achève par une sorte de consécration du berger à sa rivière normande :

  • 26 Ibid., p. 109 (Athis, chant V).

L’aimable nom d’Athis, des siècles révéré,
A son hameau depuis est toujours demeuré,
Et fait encor sur l’Orne envier sa mémoire
Aux plus parfaits bergers de Garonne et de Loire26.

26Paraphrasant Virgile, et retrouvant la simplicité et la naïveté de ses images, la Muse abondante de Segrais s’abandonne aussi aux grandes comparaisons empruntées aux spectacles naturels, avec une prédilection pour la description du cours calme ou impétueux de ces rivières normandes, qui offrent un cadre privilégié aux multiples tribulations des bergers.

  • 27 Commentarius, p. 346. Nos citations sont tirées du livre de Léon Tolmer, Pierre-Daniel Huet (1630-1 (...)
  • 28 L. Tolmer, p. 420, Commentarius, p. 341-342.

27Pierre-Daniel Huet aime sa ville et la magnifique campagne qui l’environne, et dont il connaît les moindres replis jusqu’à la mer : « Caen avait été mon principal séjour et le siège de mes études et encore que j’eusse fait mainte excursion ailleurs, cependant j’avais toujours regardé cette ville comme ma demeure fixe et celle de mes lares27. » Il se dirige souvent vers la côte, vers une demeure « entourée de rochers qui, battus par les flots, forment des grottes où, caché et n’ayant avec lui qu’un livre, il passe des journées entières avec un plaisir indicible, contemplant du rivage le délicieux spectacle tantôt de la mer calme et des navires poussés par la brise, tantôt de la mer agitée et des périls que couraient les navires28. » S’il se rend parfois à Bernières, chez Moisant de Brieux, c’est à Luc qu’il aime à se reposer. Au cours de ses randonnées, il s’arrête à la petite chapelle de la Délivrande pour faire ses dévotions à la Vierge. Le Diva servatrix est le touchant adieu du poète à sa terre natale au moment où il doit la quitter pour vivre à la Cour, et une fort belle description des charmes de la terre normande :

  • 29 Ad divam Virginem Yvrandeam Servatricem, Ode, dans P.D. Huetii Carmina, éd. Paris, Jacques Estienne (...)

Luciae valles, Doveraeque circum
Adsonant saltus, viridesque ripae,
Rupibus longe latitans marinis
Adsonat Echo
29 !

  • 30 L. Tolmer, p. 479. Ad Nicolaum Heinsium. Poeta inter aulae tumultus patriae desiderio tenetur, Carm (...)
  • 31 L. Tolmer, p. 481, Commentarius, p. 365.
  • 32 L. Tolmer, p. 481, Carmina, p. 110-114.
  • 33 Cité par L. Tolmer, p. 420.

28De retour à Caen, en 1680, il ne cache pas son bonheur : « Voici de longues années que me pèse le vain tumulte de la Cour, car j’ai la nostalgie de mon pays natal ! Où sont les douces retraites de Caen ?... Où êtes-vous jeunes garçons que j’ai connus autrefois ? Et vous, filles de l’Orne, lasses de danser en chœur avec les adolescents ? Où sont les campagnes hantées par les Nymphes gracieuses30 ? » Et c’est à Aunay-sur-Odon qu’il trouve enfin le doux repos de ses études : « Je fus si enchanté à l’aspect de ces délicieuses campagnes que je ne me souviens pas d’avoir rien vu de plus agréable et de plus frais. Telle est la variété des collines, des vallées, des bois, des prés, des champs, des fontaines, des rivières, des jardins, la magnificence de la végétation, le calme des lieux et l’air sain qu’on y respire, que si Dieu m’eut permis de choisir une retraite à ma fantaisie, je ne l’eusse pas imaginée autre que celle que j’avais sous les yeux31. » Sous les hautes futaies ou sur les bords de l’Odon, il s’entretient des nouvelles de la Cour, des rumeurs de salons, et il trouve un délassement à ses travaux d’érudition en exaltant dans une ode, Ad Tempe Alnetana, les bienfaits de la solitude : « Puissé-je trouver le repos de ma vieillesse à l’ombre des aunes touffus à travers lesquels l’Odon promène la fraîcheur de ses eaux, lui qui, jaillissant de la colline voisine, murmure dans des antres de rosée et frappe de son onde gémissante les galets multicolores ! Il serpente sous les vastes chênaies, il s’amasse en rapides, il rassemble ses flots menaçants pour les jeter dans l’Orne. Chaque année, toute une jeunesse ardente accourt pour célébrer sa source ; j’y vois les jeunes filles, au milieu des rires, tresser des couronnes et orner de fleurs odorantes les saules plantés sur les bords. L’herbe naissante revêt les rives ombreuses... Plus que tous les rivages, ce rivage me sourit ; j’y respire avec bonheur les parfums de la campagne ; je m’y couche sur des rives fleuries et j’y tresse de ma main des couronnes pour ma tête. Les fleurs me charment, mais je ne les cueille pas avec le même plaisir dans toutes les vallées... O terre aimée des Zéphirs, mère des fleurs, pieuse nourrice des études, salut ! Je revois donc enfin tes collines charmantes ; je quitte le bruyant Paris et tu m’ouvres tes bocages, tu me baignes dans tes eaux, tu charmes mes tristesses, et si je m’assieds sous tes coudriers, tu m’apportes, je le sens, la paix et le bonheur ; je crois redevenir jeune si je respire tes brises. Ici point d’orages malfaisants, point de froid rigoureux, point de chaleurs énervantes ; le soleil, de son plus bel or, aime à teindre tes collines. J’aime, O charmantes campagnes, à m’égarer dans vos détours. O ma belle Tempé ! O ma chère vallée ! accorde-moi d’aimables délassements ; endors-moi sous l’ombre de tes arbres, au frais murmure de l’Odon. L’heureux printemps m’amena sur tes bords ; je ne les quitterai qu’en pleurant, lorsque l’Haleine du nord viendra m’en exiler32. » « Vous devriez mourir de honte d’aimer tant le séjour de votre ville », lui reprochait Madame de La Fayette33. Il reste qu’il est notable de trouver chez un érudit aussi prodigieux un tel lyrisme dans l’évocation des campagnes de l’Odon, et de constater que la poésie n’est pas pour lui un simple délassement d’érudit puisqu’elle lui permet d’exprimer son profond attachement à sa terre natale. A une époque où l’on est volontiers fasciné par la Cour, Pierre-Daniel Huet entend vivre dans la solitude, ce qui n’exclut pas l’amitié et la bonne compagnie. Cet appétit de s’épanouir dans la solitude et le loisir pour mieux descendre en soi-même s’accompagne d’un amour authentique de la province et d’une certaine fierté provinciale.

*

  • 34 Les Entretiens d’Ariste et d’Eugène, Paris, Colin, 1962, p. 6.

29La description des demeures et des sites que nous proposent ces trois écrivains du XVIIe siècle est nécessairement insuffisante pour que nous puissions découvrir, dans toute sa diversité, le paysage de Basse-Normandie. De retour dans leur province, comme dans un lieu d’asile et d’élection, ils ne retiennent que les éléments propices pour alimenter leur méditation de solitaires ou pour stimuler leur vif attachement à leur terre natale. Ils savourent, dans ce paysage choisi, la joie toujours renouvelée de l’observation et de la contemplation. La nature est comme le prolongement de leur être : ils participent à ses fêtes, à son renouveau, ils sont sensibles à l’immensité des bocages ou des masses végétales, aux tapisseries de mille fleurs, aux jardins parfumés. Plus encore, ils sont attentifs aux métamorphoses du paysage, aux contrastes d’ombre et de lumière, aux reflets du soleil couchant, et surtout ils sont fascinés par le cours capricieux des rivières et par le spectacle de la mer, comme s’ils y découvraient un symbole de fécondité et de liberté. Il n’est pas indifférent d’observer qu’à la même époque le P. Bouhours situe son premier entretien au bord de la mer, et qu’il fait dire à Ariste : « Cette immense étendue d’eaux, ce flux et ce reflux, le bruit, la couleur, les figures différentes de ces flots qui se poussent regulièrement les uns les autres, ont je ne sçay quoy de si surprenant et de si étrange que je ne sçache rien qui en approche34 ; » tandis qu’un autre poète normand, Saint-Amant, se plaît à la découvrir du haut d’un rocher :

  • 35 La Solitude, v. 151-154.

Tantost l’onde brouillant l’arene,
Murmure et fremit de courroux,
Se roulant dessus les cailloux
Qu’elle apporte et qu’elle rentraisne35.

  • 36 Deuxième Memorandum, p. 249, Paris, Lemerre.

30Cette mer, dont Barbey d’Aurevilly dira qu’elle est « verte comme un herbage, quand elle est tranquille, entre deux colères36. »

  • 37 L’Honneste homme ou l’art de plaire à la Court, Paris, Toussainct Quinet, 1634, p. 75.

31Fidèles à leur tempérament normand, fiers de leur province dont ils voudraient faire partager les richesses à ceux qui aspirent à vivre dans l’indépendance et l’amitié, loin de toutes les servitudes, ces écrivains incarnent en somme, chacun à sa manière, ce bel idéal de l’honnête homme que Faret évoquait en l’opposant à la vie de Cour : « Combien plus douce et plus tranquille est la vie des Sages qui ont premièrement la paix avec eux-mêmes et la savent entretenir avec tout le monde37. »

Notes

1 P.D. Huet, Les Origines de la Ville de Caen et des lieux circonvoisins, Rouen, chez Maurry, 1706, p. 232.

2 Lettres, éd. Gérard-Gailly, N.R.F., t. III, p. 435.

3 Les Caractères, « De la Cour », éd. Garapon, Garnier, 1962, p. 253.

4 Recueil de pièces en prose et en vers de M. de Brieux, 1671, p. 39.

5 Sur le choix que S.M. a fait de M. Huet pour être précepteur de Mgr le Dauphin, B.M. Caen, ms. in-4, 254, p. 289.

6 Les Poésies de M. de Malherbe, éd. Lavaud, S.T.F.M., 1937, t. II, p. 253.

7 A M. de Repichon, trésorier général de France, à Caen.

8 Histoire de la littérature française, t. II, p. 150.

9 Cité par L. Tolmer, Pierre-Daniel Huet, Bayeux, 1949, p. 119.

10 Poésies, éd. chez Chalopin, Caen, 1823, p. 118.

11 Ibid., Athis, Chant II, p. 60.

12 Mémoires de l’Académie de Caen, 1872, p. 83.

13 Vigilantis insomnium, de Moisant de Brieux, p. 18. Voir L. Gosselin, La Résidence de Moisant de Brieux, Mémoires de l’Académie de Caen, nouvelle série, t. XVIII, p. 283.

14 Oeuvres choisies, éd. Travers, p. 99.

15 Epistolae, Caen, 1670, p. 19.

16 Mémoires de l’Académie de Caen, 1872, p. 50, 415.

17 Ibid., p. 467 (La Belle Vision).

18 Mémoires de l’Académie de Caen, 1872, p. 468.

19 Ibid., p. 471.

20 Poésies de Segrais, p. 165 (Epître à une dame).

21 Ibid., p. 67.

22 Ibid., p. 32 (Eglogue VI).

23 Ibid., p. 118 (Hymne).

24 Poésies, p. 67, (Athis, chant II).

25 Ibid., p. 76 (Athis, chant III).

26 Ibid., p. 109 (Athis, chant V).

27 Commentarius, p. 346. Nos citations sont tirées du livre de Léon Tolmer, Pierre-Daniel Huet (1630-1721), humaniste et physicien, Colas, Bayeux, 1949.

28 L. Tolmer, p. 420, Commentarius, p. 341-342.

29 Ad divam Virginem Yvrandeam Servatricem, Ode, dans P.D. Huetii Carmina, éd. Paris, Jacques Estienne, 1709, in-8, p. 92-95.

30 L. Tolmer, p. 479. Ad Nicolaum Heinsium. Poeta inter aulae tumultus patriae desiderio tenetur, Carmina, p. 109-110.

31 L. Tolmer, p. 481, Commentarius, p. 365.

32 L. Tolmer, p. 481, Carmina, p. 110-114.

33 Cité par L. Tolmer, p. 420.

34 Les Entretiens d’Ariste et d’Eugène, Paris, Colin, 1962, p. 6.

35 La Solitude, v. 151-154.

36 Deuxième Memorandum, p. 249, Paris, Lemerre.

37 L’Honneste homme ou l’art de plaire à la Court, Paris, Toussainct Quinet, 1634, p. 75.

Table des illustrations

Légende Tapisserie de Bayeux.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8649/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Château de Creully (extrait de la Normandie Illustrée).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8649/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 512k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540