Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paysage normand dans la littérature et dans l’art

 | 
Centre d'art esthétique et littérature (Université de Rouen)

Demeures et sites inspirés

Le paysage normand d’après quelques documents de l’art et de la littérature médiévaux

Régine Colliot

Texte intégral

  • 1 Pour une description de tempête, voir Florence de Rome (v. 5365-5397), (éd. A. Wallenskold. S.A.T.F (...)

1Dans les textes des épopées médiévales le paysage apparaît rarement sous forme de description réelle, et n’est presque jamais la représentation fidèle d’une réalité concrète ; quand il est évoqué, il apparaît comme motif d’accompagnement obligatoire d’une situation psychologique ou morale définie, ou d’un personnage présenté dans un comportement précis : ainsi la mer est le lieu des errances à but mystique, la forêt, le lieu de refuge des exilés et bannis, des aventuriers et brigands. La plupart des textes ne décrivent au sens propre ni la mer, ni la forêt, se bornant à la nommer et à la définir par des termes toujours identiques, qui reparaissent avec monotonie : la forêt est « gaste, soutainne », le bois « plainier », le vent « orible », la mer « plaine de mons et de vaux1 ». Il s’agit d’évocations, de mentions, pourrait-on dire, non de descriptions.

  • 2 Voir Chrétien de Troyes. Yvain ou Le Chevalier au Lion, éd. M. Roques, Paris, 1965, (v. 370-394).
  • 3 La Prise d’Orange, éd. Cl. Régnier, Paris, 1967, (v. 635-668).
  • 4 Voir Chrétien de Troyes. Cligès, éd. A. Micha, Paris, 1957, (v. 5488-5576).

2Certes la littérature allégorique, courtoise, ou arthurienne, propose à l’auditeur des décors naturels plus nombreux, mais peu différenciés au demeurant, constitués par les mêmes éléments : le Jardin d’amour possède obligatoirement une fontaine énigmatique2 et un grand arbre, refuge des oiseaux, végétal étrange et parfois magique3 ; la tour, chef d’œuvre d’architecture, est prison d’amour4, le château est lieu d’illusions et de « merveilles », le lac contient un palais enseveli ; le paysage alors nécessite une lecture symbolique, un décryptage, non pas la simple vision.

  • 5 Villehardouin, La conquête de Constantinople, éd. E. Faral, Paris, 1961, par. 127-128.
  • 6 Adenet le Roi, Berte aus grans piés, éd. A. Henry, Paris, 1963, (v. 1962-1972).
  • 7 La Chanson de Roland, éd. G. Moignet, Paris, 1969, (v. 2271-2273).

3Il existe parfois des vues du réel dans l’œuvre médiévale, mais elles sont exceptionnelles ; il faut qu’il s’agisse d’un Journal de voyage, comme la chronique de Villehardouin5, qui nous rapporte l’apparition de Constantinople à la flotte des Croisés, ou d’un paysage réellement vu par le conteur : le panorama de Paris contemplé de Montmartre vers 1275 par Adenet le Roi6, et même l’évocation plausible, quoique schématique, du paysage pyrénéen autour de l’agonie de Roland7 dans le manuscrit d’Oxford. Mais ces tentatives sont bien rares ; le sujet de notre colloque nous engageait donc dans une voie difficile, mais il nous a permis cependant de préciser des aspects originaux du paysage normand, autour de récits et à propos de documents normands.

*

  • 8 The Bayeux tapestry and the norman invasion, with an Introduction by Lewis Thorpe, London, The Foli (...)
  • 9 Guernes de Pont Sainte-Maxence, La vie de saint Thomas Becket, éditée par Emmanuel Walberg, Paris, (...)
  • 10 Robert le Diable, roman d’aventures, publié par E. Loseth, d’après les manuscrits A et B, S.A.T.F., (...)
  • 11 Cartulaire du Mont Saint-Michel, manuscrit du XIIe siècle, bibliothèque d’Avranches, folio 25. (Rep (...)

4Dans la célèbre Tapisserie de Bayeux, nous avons isolé deux scènes connues, mais significatives, qui représentent deux lieux célèbres de la Normandie, la ville de Bayeux elle-même (tableau 26) et le Mont Saint-Michel (tableaux 19-20)8. Ces deux cadres se retrouveront précisément dans deux œuvres dont nous analyserons plus loin des fragments instructifs : La vie de saint Thomas Becket par Guernes de Pont Sainte Maxence9 (1174) et la chanson épique de Robert le Diable (XIIIe siècle)10. Comment se présentent ces deux paysages dans la Tapisserie ? Ils ont trait tous deux à l’amitié éphémère d’Harold le Saxon et du duc Guillaume le Bâtard, le futur Conquérant. Les bateaux d’Harold poussés par la tempête abordent sur le territoire du comte Gui de Ponthieu, qui le fait prisonnier ; le duc Guillaume se fait livrer Harold par Gui. Puis Guillaume et Harold (ce dernier sans doute malgré lui) vont de compagnie faire une expédition contre les Bretons : leur armée arrive au Mont Saint-Michel et passe le Couesnon (tableau 20). Dans la Tapisserie, le Mont est figuré par une butte arrondie, dont la base est formée de stries claires sur un terrain couleur sable, représentant assez habilement les fonds moirés que l’on voit s’étendre alentour. L’abbaye au sommet est bien petite par rapport à ses dimensions actuelles, mais outre la stylisation habituelle dans ces graphismes, elle était alors réduite à l’église romane : les voûtes esquissées sont romanes ; la première église, Notre-Dame sous terre est du Xe siècle, et la nef de l’église supérieure est du XIe siècle. Cette même architecture romane se retrouve tracée dans le Cartulaire du Mont Saint-Michel11 (manuscrit du XIIe siècle de la Bibliothèque d’Avranches). Le folio 25 représente la Donation du duc de Normandie Robert le Libéral (où l’on a pu reconnaître un des prototypes de Robert le Diable). Le duc fait apporter des offrandes à l’archange triomphant du démon au-dessus de l’autel : le dernier épisode diabolique de la vie de Robert se passera au Mont Saint-Michel. Les toits de petites tuiles colorées de l’abbaye sont identiques dans le folio du Cartulaire et le tableau 20 de la Tapisserie de Bayeux ; ce dernier montre l’armée de Guillaume s’enlisant dans les flots vaseux du Couesnon : les chevaux et les hommes perdent pied et tombent la tête la première : mais le saxon Harold figuré comme une sorte de géant à longues moustaches, sort du Couesnon, tirant « hors des sables » un de ses compagnons de la main droite, en portant un deuxième à son cou, et n’abandonnant pas du bras gauche son propre bouclier ; la bordure en bas du tableau représente des poissons variés ; deux légendes disent : Hic Willem dux et exercitus ejus venerunt ad montem Michaelis et hic transierunt flumen Cosnonis. Hic Harold dux trahebat eos de arena. Cette représentation du Mont fait large part à la réalité.

  • 12 Wace, Roman de Rou, (v. 5543-5724), éd. AJ. Holden, Paris, 1973. Pour l’examen des sources et la co (...)

5Aux tableaux 26 et 27 se présente la scène fameuse et controversée pour le lieu comme pour les circonstances du serment de fidélité d’Harold à Guillaume. La Tapisserie et Wace12 (Roman de Rou) placent l’événement à Bayeux (Hic Willelm venit Bagias dit la légende), l’Interpolatio d’Orderic à Rouen, Guernes au château de Bur, à huit kilomètres de Bayeux. La Tapisserie, Wace, la Brevis Relatio montrent Harold jurant sur un grand nombre de reliques : on lit dans la Brevis Relatio : Ei (Guillaume) homagium et fidelitatem fecit Heraldus, et ei... tria sacramenta super filacterium quod vocabant oculum bovis, quod ei fidem et promissionem, quam ei faciebat, bene custodiret. Bayeux est représenté sur la Tapisserie (tableau 26) par une butte surmontée d’un château : celui-ci ne peut être que le vieux château de Bayeux construit par le duc Richard Ier. La porte principale en haut d’une sorte d’escalier majestueux semble en bois à croisillons colorés, elle est ornée d’une double poutre faisant saillie, terminée par une tête d’animal fantastique, telle celle de la proue des drakkars ; les murailles sont surmontées d’une palissade faite de pieux serrés ; une chaîne semble barrer un accès ; une coupole à petites tuiles colorées couronne le centre du château. Il est sans doute délicat d’affirmer que le vieux château de Bayeux, édifié au Xe siècle, se présentait comme le montre la célèbre broderie : cependant les éléments choisis sont plausibles, d’après ce que l’on peut connaître des demeures des Vikings. Et l’on a vu que la figuration du Mont utilisait le réel.

  • 13 Pour la vie de Guillaume, Wace suit essentiellement dans son Roman de Rou les chroniqueurs Guillaum (...)

6Le tableau 27 montre Guillaume13 sur un trône surélevé de 4 marches portant l’épée pointe en l’air de la main droite, intimant de la main gauche l’ordre de jurer à Harold, lequel prête serment debout entre deux reliquaires ornés d’étoffes précieuses sur lesquels il pose la main droite et la main gauche ; le premier reliquaire très grand et à plusieurs compartiments semble avoir été apporté sur un brancard, le second plus petit est posé sur un autel surélevé de trois marches. La scène est très solennelle et les assistants à droite et à gauche la commentent en montrant Harold du doigt ; et elle l’est en effet, puisqu’elle contient en puissance le parjure d’Harold, la légitimité de la conquête de l’Angleterre et la justice divine manifestée à la bataille d’Hastings : la plupart des détails figurant sur la Tapisserie se retrouvent dans le Roman de Rou de Wace, cette concordance est intéressante.

*

7Le serment d’Harold nous introduit tout naturellement à la première œuvre littéraire que nous examinerons : il s’agit de la biographie à la fois historique et sanctifiée de Thomas Becket par Guernes de Pont Sainte-Maxence (1174), Guernes est l’un des rares écrivains à définir ce que l’on pourrait appeler « le Château Maudit ».

8Il s’agit du château et du domaine de Bur, tout près de Noiron la Poterie, non loin de Subies, à deux lieues environ de Bayeux. Guernes écrit (Strophes 1020-1021) :

  • 14 Guernes de Pont Sainte-Maxence, Vie de saint Thomas Becket, strophe 1020, (v. 5096-5105).

La chambre de Bur a estrange destinée ;
Mainte dure novele a sovent escultée :
Rainilz i fu Harald par serement donée,
L’ost d’Engleterre i fu del Bastart afiée,
E la mort saint Thomas afiée e jurée.
Tut li mielz de la curt se sunt entrafié
De faire e de furnir cele grant cruelté,
Mais en mun livre n’erent ne escrit ne nomé :
Quant par amendement lur ad Deus pardoné
N’erent par mun escrit el siècle vergundé14.

9c’est-à-dire en traduction : « La chambre de Bur possède une étrange destinée ; ses murs ont souvent entendu de terribles nouvelles ; Rainilz y fut fiancée par serment à Harold, l’armée d’Angleterre y jura sa foi au Bâtard, la mort de saint Thomas y fut promise et jurée. Tous les plus grands de la cour ont prêté serment entre eux d’accomplir et d’exécuter cet horrible forfait ; mais en mon livre ces barons ne seront pas mentionnés ni nommés, puisque grâce à leur repentir Dieu leur a pardonné ; ils ne seront pas par mon livre déshonorés aux yeux du monde ». (v. 5096 à 5105).

10Le jongleur Guernes fait preuve ici d’une sensibilité à l’ambiance, très subtilement moderne, puisque nous nous trouvons en présence d’une réflexion désintéressée d’un écrivain à propos d’un lieu, lieu défini comme voué au tragique, fait pour entendre des paroles tragiques, et senti comme tel. Guernes remarque qu’à un siècle de distance les murs de la chambre royale de Bur ont entendu 3 serments qui ont changé l’histoire de l’Angleterre, de 1066 à 1170. C’est ici que s’établit le lien sacré par fiançailles entre Harold et Guillaume, ici que fut levée l’armée pour la conquête de l’Angleterre, ici que la mort de Thomas Becket fut suggérée par Henri II à son entourage ; dans ces murs clos prirent naissance trahisons, assassinats, guerres. Il y a donc prédestination reconnue comme telle par Guernes de ce château maléfique.

  • 15 H. de Toustain, Essai sur l’Histoire du château de Bur près Bayeux, Caen, 1865. Le plan du château (...)
  • 16 Bur est appelé dans les chartes normandes Burum juxta Bajocum, Burum in Bajocensi pago, Burgum juxt (...)
  • 17 Traduction de l’entrevue de Richard II et de son frère Guillaume, comte d’Hiesmes, en 1002, dans le (...)

11Qu’est-ce que ce château de Bur où Guillaume et Harold se lièrent par un serment hypocrite ? (Guernes est le seul à nommer Rainilz la fille du Batard fiancée à Harold). Nous suivons ici les indications fournies par le petit ouvrage très rare de H. de Toustain15, qui a joint à son descriptif un plan des fortifications de Bur existant en 1865. Quand on traverse le cimetière de Noiron la Poterie, on parvient par un large chemin de terre à deux prairies dont l’une est nettement en surélévation : là se trouvent les restes d’une vaste enceinte de pierres appareillées, de forme oblongue, trouée d’une porte écroulée, limitant un champ de décombres très important, au milieu duquel un puits se laisse reconnaître. En dehors de l’enceinte les ruines de la chapelle Sainte-Catherine de Bur sont ensevelies dans l’herbe ; non loin des murailles coule la Dieulette, ruisseau clair qui se jette dans la Drôme. C’est là tout ce qui reste de l’imposant château de Bur-le-Roi16 (qu’il ne faut pas confondre avec Balleroy) construit par Richard Ier au Xe siècle au moment de l’édification du vieux château de Bayeux. Les ducs normands l’avaient bâti en plein bois du Vernay et du Tronquoy, où ils aimaient pratiquer la chasse avec leur cour. On sait par exemple que Richard II chassait en 1002 dans les bois du Vernay « buisson » de la forêt de Bur17. Puis Guillaume le Conquérant, Henri II Plantagenet et ses fils y séjournèrent, Eléonor d’Aquitaine y vint retrouver son époux.

12Le paysage autour des restes silencieux de Bur est peu accidenté, verdoyant ; deux étangs furent asséchés au XVIIIe siècle ; la forêt commençait presque au temps des ducs rois à ses murailles.

  • 18 Guernes, c p. 155, strophe 1009, (v. 5041 et v. 5046).

13Guernes nous décrit encore la scène où les trois archevêques excommuniés par Thomas à son retour en Angleterre vinrent tomber aux pieds d’Henri II au château de Bur, provoquant la colère dramatique du roi18 :

14« Mais les trois compagnons, quand ils furent passés (en Normandie) se rendirent directement à Bur. Là ils ont trouvé le roi, ils se sont jetés à ses pieds, ils lui ont crié miséricorde. » (Strophe 1009, v. 5041). « Le Roi Henri alors a changé de visage. Il a prié les évêques de se redresser, il leur a commandé d’expliquer la cause de leur douleur ». (Strophe 1010).

  • 19 Guernes, op. cit. (v. 5031) : « Un homme, leur dit le roi, qui a mangé mon pain, qui est venu pauvr (...)

15Le roi s’abandonna devant son entourage à une fureur désespérée qui surprit tous les assistants (« Un homme, dit le roi, qui a mangé mon pain19... ») et il prononça les paroles qui déterminèrent le meurtre de Becket. Voici la teneur du serment de Bur, daté selon Guernes de la veille de Noël 1170 (Strophe 1019).

  • 20 Guernes, op. cit. p. 157, (v. 5091-5095).

16« Donc ils jurèrent entre eux sur les reliques qu’en tous endroits du monde où ils pourraient le trouver, ils lui arracheront la langue en la tirant sur le menton, et lui crèveront les deux yeux. Ils ne respecteront ni église, ni autel, ni la date20 ». Une partie des courtisans quitta en effet le château immédiatement pour courir aux ports d’embarquement : Barfleur, Wissant : seuls les 4 barons assassins parvinrent 8 jours plus tard à Canterbury.

17La malédiction pesant sur Bur se vérifia rapidement ; après la mort d’Henri II et les disparitions tragiques de tous ses héritiers, Philippe Auguste s’empara en 1204 du château ; aucun prince, semble-t-il, ne l’habita plus, et il s’écroula dans le silence et l’abandon ; ce lieu où les passions et la haine furent si intenses, n’est pour ainsi dire plus discernable.

*

18La légende de Robert le Diable va nous entraîner vers d’autres châteaux tragiques, dans des sites célèbres de la Normandie. Sur la colline de Moulineaux, dans le creux d’une des cinq grandes boucles de la Seine en aval de Rouen, entre la forêt qui le surplombe, le dernier reste de la forêt de la Londe, et la pente qui descend vers la large vallée de la Seine, un ensemble de trois tours se dresse, regardant vers le fleuve, celles des extrémités encore imposantes (elles sont d’ailleurs en partie restaurées) encadrent la tour centrale plus ruinée. Du château, le panorama forestier a longtemps été majestueux, toute la région n’étant qu’une continuité de forêts : forêt de Roumare sur la rive droite, forêt des Essarts rejoignant presque la Londe au delà de la colline, immense forêt de Bretonne sur la rive gauche (l’antique Arelaune). Au XIe siècle ce poste de guet fortifié devait baigner dans un océan de végétation. Un puits très profond au centre de la cour existait déjà à l’époque gallo-romane.

  • 21 Roger Parment, Le Château Robert le Diable, p. 8.

19Un plan du vieux château de Robert le Diable datant de 176721 montre le dessin rectangulaire des murailles, les 6 tours, l’emplacement du long souterrain et des galeries voûtées autour de la cour, le logis principal dans un angle, près de la tour qui contenait l’escalier voûté, le pont d’accès sur la façade du château. La cartouche du plan porte les indications suivantes : « Ce château selon Masseville a dû être bâti par Robert le Diable, fils d’un gouverneur de Neustrie dans le VIIIe siècle. Il fut détruit par Jean sans Terre lorsqu’il abandonna la Normandie à Philippe Auguste. Il paraît cependant que depuis ce temps il aura été remis en deffense puisque l’on a trouvé des boulets dans les ruines. »

  • 22 Le Dit de Robert le Diable, éd. Karl Breul, Halle, 1895.
  • 23 Le Miracle de Robert le Diable, publié dans le t. VI des Miracles de Notre Dame, S.A.T.F. 1881, éd. (...)
  • 24 E. Loseth, Robert le Diable, roman d’aventures, S.A.T.F., Paris, 1903, préface. Origine de la légen (...)

20A ce château est donc rattachée par tradition la figure énigmatique de ce Robert le Diable dont on cherche toujours l’authentique modèle. Quelqu’il soit, une célèbre chanson de geste du XIIIe siècle l’a pris pour héros. Sa vie nous est exposée aussi par d’autres œuvres, un Dit22, un Miracle23, et la légende est internationale. La chanson de geste française est conservée par deux manuscrits : A (Bibl. nat. f. Fr. 25 516, 2e moitié du XIIIe) et B (Bibl. nat. f. Fr. 24 405, fin XIVe s.). L’édition E. Loseth indique en Préface24 que l’histoire de Robert le Diable n’est que la mise en forme dans un cadre chrétien et normand du Conte folklorique du Teigneux, largement répandu dans la littérature européenne, anglaise et allemande en particulier : un couple qui n’a pas d’enfant l’obtient en s’adressant à un être surnaturel, génie ou démon, lequel s’en empare quand il devient un jeune homme. Mais le jeune homme échappe au démon : de son séjour chez son maître il garde des cheveux en or. Pour masquer cette anomalie il se couvre la tête d’un foulard : on le croit teigneux. Devenu jardinier chez un roi, il s’attire l’amour de la princesse par sa conduite et ses vertus et finira par l’épouser. Tel est le schéma du Conte du Teigneux dont quelques éléments reparaissent dans la Légende de Robert le Diable avec toutefois cette différence essentielle que l’emprise du démon ne se marque pas par une curiosité capillaire mais par une terrible et durable perversion morale. De plus toute la première partie de la vie du héros est spécifiquement normande.

21Le cadre normand emprisonne le héros pendant toutes les années démoniaques de sa jeunesse, la vie repentante et sainte de Robert se situant à Rome et aux alentours de Rome. Un duc de Normandie et sa très belle épouse n’ont pas d’enfant au bout de 17 ans de mariage ; un jour que son mari est parti chasser (le décor des forêts de grande chasse normande est évoqué à plusieurs reprises) la duchesse désespérée fait une ardente prière au diable pour obtenir un fils

Il avint après Pentecoste,
Li quens ala au bos cachier.

La duchoise a le ceur dolant
Qu’ele ne pot avoir enfant.
« Dieu, fait ele, com me haés,
Que fruit doner ne me volés !... (Ms. A. v. 33-38)
Diable, fait el, je te proi
Que tu entenges ja vers moi :
Se tu me dones un enfant,
Che te proi dès ore en avant. » (Ms. A. v. 45-49)

22Au retour de la chasse, le duc, à peine débotté, porte, dit le texte, son épouse sur le lit en la voyant si belle.

Mais li dus en meïsme l’heure
De chachier vient, plus ne demeure ;
S’est en la sale amont puiés,
De ses oesses s’est descauchiés ;
Entre en la chambre d’or parée,
Ileuc a sa moillier trovée.
Li dus regarde sa biauté.
Lors se li prist tel volenté
De lui faire et d’a lui gésir,
Tant en ot li dus grant désir,
Que il l’emporte sor son lit
Tantost, et en fait son délit. (Ms. A. v. 51-62)

23La duchesse se repent presque aussitôt de sa folle prière :

Or n’i a plus, la dame porte
L’enfant, qui mout le desconforte.
Car el set bien Dieu n’i a rien,
Et que jà ne fera nul bien. (Ms. A. v. 69-72)

24Un fils naîtra donc de cette union, très beau, très fort, très grand, un magnifique géant, mais un monstre de méchanceté, dévorant ses nourrices, battant et maltraitant tous les prêtres, clercs, petites gens, cassant maladivement à coups de pierre les verrières des églises. Bientôt il fait germer contre lui la haine universelle. Son père alors le chasse, vraisemblablement du vieux château de Rouen (c’est-à-dire la Basse-Vieille-Tour, construite vers le milieu du Xe siècle par le duc Richard Ier). Car le texte dit que Robert se réfugie dans les forêts qui entourent « Roem sor Saine ».

Vai(t) s’ent et met tost a la voie.
En une forest se desvoie
Qui près est de Ro’èm sor Saine.
Grant route de larons en maine
Et de robeors mal faissans
Car teus gens li erent plaissans. (Ms. A. v. 207-212)

25Devenu chef de brigands, il s’épanouit dans le mal (« Or peut de mal faire a plenté »). Il écume les forêts et les routes autour de Rouen, tuant pèlerins, marchands, faisant brûler les abbayes, forçant les femmes ; les manuscrits précisent qu’il fait pendre, brûler ses victimes, arracher les yeux (Ms. B. v. 220). Le duc et la duchesse ne sachant quel parti prendre, pensent alors à l’armer chevalier, lui conférant ainsi une mission sainte qui devrait l’amender.

Tout en laira son malvais visse,
Sa crualté et ses mesfaits
Puis qu’il sera chevaliers fais. (Ms. A. v. 242)

26Le duc envoie des messagers chercher Robert dans les forêts ; on le trouve dans « son repaire » dit le manuscrit B. Pourquoi pas dans le poste de Moulineaux dont on sait qu’il existait déjà au moins sous une forme rudimentaire au XIe siècle ?

Robert quièrent et son repaire.
Dit li ont que li dus le mande...
A sa cit de Roëm l’agarde,
Tost voist a luy, ja n’ara garde,
Car par le conseil de sa mere,
Le fera chevalier son pere. (Ms. B. v. 250-257)

27Robert congédie alors ses brigants et retourne à Rouen.

A Roem descent en la sale. (Ms. B. v. 262)

28Ce sont donc les environs de Rouen qui selon la chanson de geste ont vu se déployer les activités diaboliques de Robert et sa vocation au mal. Robert sera armé chevalier, une nuit de Pentecôte, à Argences (ou Argentes) près de Caen. Cette localité proche de Vimont-Val-es-Dunes est mentionnée aussi dans Wace. Comme on le constate, les localisations réelles sont nombreuses dans la légende.

A Argences fu cele honor
Et cele feste et cele joie. (Ms. A. v. 270)

29On voit combien la fixation normande de la légende est accomplie au XIIIe siècle.

30En l’honneur du nouveau chevalier, un tournoi est organisé au Mont Saint-Michel.

I ont pris un tornoiement
Al mont Saint Michel en Bretaigne. (Ms. A. v. 276)

31Les tentes du jeune duc seront dressées sur les « marches » du mont :

Robers qui plus ne vault atendre
Envoie pour ses hosteus prendre
Pres de la marce de la mer. (Ms. B. v. 283)

32Plein d’enthousiasme pour le combat, Robert ne veut cependant faire aucune dévotion à l’archange, vainqueur du Démon ; le Diable ne veut pas s’humilier devant Saint-Michel. Le jeune chevalier ne fait donc aucune prière au sanctuaire : celà étonne et scandalise :

Mais ainc orison ne vaut faire
A mostier ne a saintuaire.
Si compaignon l’en ont blâmé. (Ms. A. v. 289)

33Robert s’élance contre ses adversaires, et nul ne lui résiste ; mais, comme s’il s’agissait d’une guerre réelle, il leur coupe la tête, ou les massacre à coups d’épée.

Et, aussy com che fust de guerre,
Robiers sor l’abatu s’arreste
Si li trence erramment la teste. (Ms. B. v. 290)

34Les combattants se dispersent alors rapidement, et Robert retourne auprès de ses parents. Ils sont alors installés dans la formidable forteresse d’Arques, dominant la ville, près de Dieppe, une des plus importantes de la Normandie. Arques est dite ici demeure des ducs en titre, alors que le premier château fut construit par Guillaume d’Arques, oncle du Conquérant, de 1038 à 1043. Pris par Guillaume le Batard en 1053, il sera rebâti en pierre par le duc-roi Henri Ier en 1145, et flanqué alors d’un nouveau donjon à contreforts. Mais c’est surtout le lieu élevé d’Arques qui est remarquable, sur une butte dominant les vallées de la Béthune et de la Varenne, et découvrant au loin la mer. La profonde forêt d’Arques s’étendait presque au pied et jusqu’à la vallée de l’Eaulne, le paysage est très large et très varié et comparable au panorama d’Avranches. Ce lieu de perspectives dominées sera celui où Robert le Diable dominera sa vie dans une grande révélation épouvantée et la changera du tout au tout.

35Faisant ici une brève digression sur la symbolique des paysages dans la légende, on peut dire que Robert, conçu presque au bord de la Seine dans la Basse-Vieille-Tour, accomplissant sa carrière de brigand assassin dans les chemins touffus des forêts rouennaises, massacrant ses adversaires dans les limons du Mont Saint-Michel, connaît le repentir, après avoir su ce qu’il était, dans les hauteurs de la forteresse d’Arques.

Ja avint puis qu’il ert un jor
El chastel d’Arces a sejor
U la duçoisse estoit venue,
Et li dus i ot court tenue. (Ms. A. v. 335-338)

36Bien vite Robert s’ennuie au château et part razzier en campagne : il détruit et incendie complètement une abbaye de nonnes, après avoir égorgé et poignardé sauvagement toutes les religieuses.

Robert en ochist de ses mains
Plus de cinquante des plus beles ;
Le fer lor met ens es mameles,
Si les ochist et si les tue.
Puis prent le feu, par tout le rue. (Ms. A. v. 344-348)

37Il retourne à la ville, sinistre, dégouttant de sang, et seul : devant lui, on s’enfuit, on ferme portes et fenêtres.

Tant par avoit hideuse chière. (Ms. A. v. 358)

38Soudain il fait un retour sur lui-même, et se demande d’où lui vient cette frénésie du mal.

Pense que cele mesestanche
Li soit venue de naissanche,
Et que coupes i ait sa mere. (Ms. A. v. 383)

39Il court jusqu’au château, décide d’interroger sa mère ; dans la chambre où elle se tient, il brandit l’épée sur elle, menace de la tuer si elle ne parle pas ; la duchesse voit l’épée « claire et tranchante », tombe aux pieds de son fils. Robert lui annonce une mort immédiate

Se vous esraument ne me dites
Por coi je suis si ypocrites
Et si plains de male aventure... (Ms. A. v. 413-415)

40La duchesse refuse d’abord de parler, mais Robert annonce qu’il « fera boire son épée dans sa cervelle ». Alors elle confesse à son fils la vérité. Cette scène dramatique de violence morale dans la chambre de la forteresse annonce la confession forcée de la Reine de Danemark à son fils Hamlet.

41Robert enfin éclairé et plein d’épouvante décide de partir pour Rome demander l’absolution au Pape ; celui-ci le renvoie à un pieux ermite, qui reçoit du ciel même l’indication des pénitences nécessaires et terribles. Robert ne reviendra jamais en Normandie, il deviendra ermite à son tour dans une forêt aux environs de Rome, où il mourra.

42La seconde partie de sa vie se passant loin des paysages normands, nous ne lui consacrons qu’une brève allusion.

43Ainsi la vie criminelle du héros se déroulait dans des lieux bien connus du public du XIIIe siècle, et l’imagination des auditeurs les recréait facilement, même si les descriptions proprement dites manquent : on reconstituait l’ambiance de ces châteaux, situés dans des décors naturels sauvages ou imposants, qui s’accordaient aux scènes dramatiques évoquées.

*

  • 25 Pour la biographie et le caractère de Robert le Magnifique, la source principale est le Roman de Ro (...)

44Il était tentant de chercher un duc possesseur de toutes ces demeures, de nature suffisamment excessive pour pouvoir incarner Robert le Diable ; si aucune identification absolue entre un personnage historique et notre héros ne paraît possible, il semble que le duc Robert25, père de Guillaume le Conquérant ait pu servir de modèle approximatif, surtout par le fait qu’à 24 ans, en pleine puissance, il abandonne tout pour partir vers la Terre Sainte, et n’en reviendra pas.

  • 26 A. Holden, op. cit. p. 137. Dans Wace, du vers 2247 au vers 2288 on trouve une esquisse originale d (...)
  • 27 Guillaume de Jumièges et l’Interpolatio d’Orderic sont la source de la lutte de Robert contre la fa (...)
  • 28 La légende concernant les fers dorés et les incidents romanesques survenus pendant le voyage de Rob (...)
  • 29 Guillaume de Jumièges ne parle pas des circonstances de la mort de Robert, alors que Wace parle d’e (...)

45Pourquoi cet appétit de pénitence, ce grand repentir à la fleur de l’âge ? On parlait de fratricide, de duché conquis par le meurtre de son aîné Richard III. Assurément Richard II, père de Robert le Magnifique, n’eut pas à s’adresser au démon pour obtenir une descendance car il eut de très nombreux enfants, de sa femme légitime et de sa concubine ; Robert était son second fils. Le court règne de Richard III (1027-1029) commença par une lutte armée entre les deux frères, Robert s’étant enfermé en rebelle26 dans le donjon de Falaise dont Richard fit le siège. Il fut vainqueur, épargna son cadet, et retourna à Rouen pour y mourir avec plusieurs de ses conseillers. Fut-il empoisonné, et par qui ? Robert devint duc, mena une guerre contre les Talvas de Bellême27, possesseurs du château de Domfront ; vainqueur, il exigea une soumission humiliante, le vieux Guillaume de Talvas dut la faire « à quatre pattes » une selle sur le dos ; il en mourut. Robert sévit aussi contre Hugues, évêque de Bayeux, à qui il retira de grands biens. Il attaqua la Bretagne. Mais en contre-partie il manifestait une piété ardente, faisait de grands dons au Mont Saint-Michel, fondait surtout l’abbaye de Cérisy : ce père du Conquérant régla toutes ses affaires terrestres avant son départ pour Jérusalem et fit reconnaître le petit Guillaume, âgé de 6 à 7 ans pour son héritier. Il oscilla donc entre les actes de terreur et les manifestations de piété, et cette conduite voyante continua pendant son pèlerinage. Il s’en alla pieds nus, mais sa suite était richement pourvue, et Wace raconte les épisodes spectaculaires de son voyage : don d’un manteau splendide à la statue de Constantin à Rome, fers de ses chevaux forgés en or28 et mal attachés à dessein jonchant le pavé de Byzance ; ses dévotions accomplies à Jérusalem, il tomba malade, se fit porter en litière et mourut à Nicée en Bithynie, le 2 juillet 103529. On l’y enterra. Son corps fut exhumé presque 50 ans plus tard par des messagers de son fils, le duc-roi Guillaume, qui voulait le ramener en Normandie ; mais à la nouvelle inattendue de la mort du Conquérant, le corps fut abandonné dans les monts de Calabre ; de même le héros Robert le Diable mourait dans les bois autour de Rome...

  • 30 Pour l’attitude du duc Robert à l’égard de l’évêque de Bayeux et de divers monastères (celui de Cer (...)

46Il existe une similitude certaine entre le destin coupé par un pèlerinage mortel du duc Robert, et l’histoire du frénétique, puis repentant30 Robert le Diable ; le souvenir et la légende se sont unis pour hanter la colline de Moulineaux.

*

47De la tragédie historique, nous passerons à la tragédie romanesque en évoquant la colline des Deux Amants près de Pitres, rendue célèbre par le Lai de Marie de France. A proximité de Pitres, au débouché de la vallée de l’Andelle, au lieu dit Amfreville s’élève une colline de belle hauteur à base crayeuse, partant des pâturages et des champs de la vallée ; son sommet est couvert d’un bois touffu. Un chemin, au tracé très visible, monte le long de la colline en suivant une pente assez raide. C’est le chemin que parcourra jusqu’à la mort l’infortuné prétendant de la fille du roi de Pitres ; au sommet, les restes d’un prieuré ont fait place à un château, depuis maison de retraite.

  • 31 P. Jonin, Les Lais de Marie de France, traduits de l’Ancien Français, Paris, 1972, p. 80.
  • 32 Voir Les Lais de Marie de France, publiés par Jeanne Lods. Paris, 1959, p. 91.
    « La demeisele s’atur (...)
  • 33 Les Lais de Marie de France, op. cit, p. 92.
    Sur le munt vint ; tant le greva
    Ileoc cheï, puis ne lev (...)

48Nous rappellerons en un bref résumé cette aventure très connue : un roi de Pitres, père abusif et trop aimant, n’accordera sa fille en mariage qu’à celui qui la portera dans ses bras sans se reposer jusqu’au faîte de la colline : c’est une ruse pour la garder toute à lui ; le texte de Marie de France dit (nous suivons ici la traduction de Pierre Jonin)31 : « Il était fixé par le sort et le destin qu’il devrait l’emporter dans ses bras hors de la ville jusqu’au sommet de la montagne sans jamais s’arrêter. Certains (prétendants) firent de tels efforts qu’ils parvinrent jusqu’à mi-hauteur de la montagne, mais ils ne purent continuer au delà. » Celà importait peu à la princesse qui ne les aimait pas ; mais elle finit par s’éprendre d’un jeune noble de son entourage, presque un adolescent, et veut que l’amoureux choisi par elle triomphe. Elle obtient d’une tante un peu sorcière un philtre de vigueur qui doit ressusciter en chemin les forces de l’amant défaillant ; la princesse jeûne, et se présente vêtue d’une seule chemise32. L’amant ravi emporte la jeune fille dans la montée, et se refusera malgré ses prières à boire la potion magique. Est-ce orgueil ? désir de mérite ? enivrement du contact de la bien-aimée ? Il arrive au sommet de la colline, s’affaisse et meurt : son amie elle aussi meurt de douleur sur son corps33.

  • 34 P. Jonin, op. cit. Les Deux Amants, p. 79 et 83.

49Le paysage et le lieu sont décrits avec précision dans le Lai : « Il est bien vrai qu’en Neustrie, que nous, nous appelons maintenant Normandie, se trouve une haute montagne prodigieusement grande. Au sommet sont enterrés deux jeunes gens. Près de cette montagne à l’écart, un roi qui était seigneur des Pistrois, fit construire une ville en y consacrant tous ses soins et son attention. Il tira son nom de celui des Pistrois, et la fit appeler Pitres, nom qui lui est toujours resté par la suite. La ville et les maisons subsistent encore. Nous connaissons bien le pays appelé le val de Pitres34. » Ainsi parle Marie de France vers 1170. Elle ajoute : « Du côté de la Seine, dans la prairie, au milieu de la foule assemblée, le roi a conduit sa fille ». Si on regarde la vue en arrière de la colline des Deux Amants, on aperçoit en effet sur la gauche, un peu cachée par la pente, la ville de Pitres et au bas, de grandes prairies. Ou bien Marie de France a vécu dans le val de Pitres, comme elle le dit, ou on le lui a décrit.

  • 35 P. Jonin, op. cit. p. 84 : « Ami, buvez donc. Je vois bien que vous vous fatiguez. Reprenez ainsi v (...)

50Le jeune homme, après l’effort démesuré qu’il a fourni, tombe pour ne plus se relever. Il avait déjà marqué sa fatigue à mi-pente, puis aux deux tiers de la colline. A mesure qu’il monte, grandit l’angoisse de la bien-aimée qui partage pour ainsi dire son épuisement35.

51Le paysage, par sa configuration participe au drame ; il constitue l’obstacle terrible, et mortel, au bonheur. C’est le facteur principal de la tragédie, et le grand vainqueur des malheureux humains, qui ont tenté vainement de triompher de lui avec de pauvres moyens humains ; la terre et la nature sont plus fortes que l’espérance et les plans des hommes ; on le pressentait dès le départ de l’histoire. Le lieu, incarnation du destin, porte à son sommet les deux cadavres que l’on y ensevelira.

  • 36 P. Jonin, op. cit. p. 85.
  • 37 J. Lods. Les Lais de Marie de France :
    « Puis ad geté e espandu
    Li veissel u le beivre fu ;
    Li muns en (...)

52Marie de France signale que la jeune fille désespérée éparpille le contenu de la fiole de vie sur tout le sommet de la montagne. Alors, dit le texte « la montagne s’en imprègne et la valeur de tout le pays aux alentours en devient plus grande. On y trouve depuis quantité de plantes médicinales qui ont poussé grâce au philtre36 » il faudrait vérifier si les plantes salutaires foisonnent encore dans le bois37... C’est la nature qui profite injustement de la fiole de vie et en devient plus fertile : elle gagne en tout.

  • 38 P. Jonin, op. cit., p. 85.

53La découverte des deux corps est ainsi relatée : « Le roi et tous ceux qui les attendaient, ne les voyant pas revenir, partent à leur recherche et les trouvent dans cet état. Le roi alors tombe à terre, évanoui... Pendant trois jours ils les ont laissés sur le sol. Puis ils envoient chercher un cercueil de marbre dans lequel ils placent les deux jeunes gens. Sur le conseil des assistants on les enterre au sommet de la montagne. Ensuite tous se dispersent38. » Les témoins ont jugé qu’il fallait laisser les jeunes gens là où ils s’étaient donné la plus grande preuve d’amour. Ils reposent au milieu du sol fertilisé par le philtre inutile, sur la hauteur qui les a tués et qui les garde. Un prieuré bâti ensuite à Amfreville perpétuait le souvenir de la légende : il existait encore au XVIIIe siècle et « patronait » l’église paroissiale d’Amfreville.

54Le paysage de Pitres est donc un véritable « actant » du drame, et le principal. Il survit aux hommes dont il fixe la mort et la mémoire ; le récit contient une vision implacable de la nature que ne renieraient pas certains poètes du XIXe siècle : la nature anéantissant les hommes et les dévorant de Vigny ou de Leconte de Lisle.

*

  • 39 Elie de Saint Cille, chanson de geste publiée par Gaston Raynaud, S.A.T.F. Paris, 1879, accompagné (...)

55Nous n’avons encore mentionné que des lieux tragiques de la Normandie, associés à des actions néfastes ou dangereuses ; nous évoquerons pour terminer le pays imaginaire d’un nain, personnage équivoque, mi-bandit, mi-serviteur loyal, le Galopin d’Elie de Saint-Gille39 : ce petit homme étrange donné comme un nabot de trois pieds et demi, mais noble (rien moins que le fils de Thierri d’Ardenne, champion de Roland) essaie de voler pour le compte d’Elie, dont il est devenu le vassal, le coursier Prinsaut, cheval de combat appartenant à l’émir Lubien. Galopin est aussi malin et agile que petit, et dompteur de chevaux d’instinct. Pour mettre Lubien en confiance, il s’invente tout un passé, et un passé normand :

  • 40 Op. cit. (v. 1868-1873).

Sire, d’outremer sui, del val desous Luiserne.
Marcheans ere riches encore ersoir al vespre :
Une barge menoie, ains hon ne vit tant bele,
Tant i avoit argent et de l’or de Palerne...
XX destriers i avoit et XX mules moult beles. » (v. 1868)40

  • 41 Georges Pillement, La France inconnue, Nord et Normandie, Paris, 1959, p. 33.

56Cette ville de Luiserne d’outre-mer n’est pas quelque ville sarrazine mais Lucerne Outre-mer, au nord d’Avranches, non loin de l’abbaye de Hambye, et « le val desous Luiserne » est la vallée du Thar ; en 1145 deux moines Prémontrés venus de l’abbaye mère d’Ardenne fondèrent l’abbaye de la Lucerne, centre religieux important dont les ruines subsistent41 au milieu de grands arbres et de buissons qui l’entourent d’un cadre de verdure. Construits à la fin du XIXe siècle, l’abbatiale montre encore la façade flanquée de contreforts, le transept, surmonté d’une belle tour carrée à triple arcature de baies, et dispersés autour de l’église le lavabo, l’entrée de la salle capitulaire, divers bâtiments fermiers. Tout témoigne d’une vie chrétienne fervente : or le nain Galopin n’a rien de mystique : ce voleur d’occasion, vante en connaisseur avec nostalgie un cheval imaginaire, comme sa patrie La Lucerne, qu’il aurait perdu

  • 42 Elie de Saint Gille, op. cit. (v. 1235-1241).
    « Voir, je n’i montai onques, ne a ceval ne sis
    Ne ne s (...)

« Il a maigre la teste et Toil apert et fier,
Petites orilletes, si a le crin dengié,
Les jambes longes, si ot coupé le piet. » (v. 1890)42

57Piqué dans son amour propre, l’émir va protester que son coursier Prinsaut est plus beau, et Galopin ne tardera pas à le lui voler.

58Galopin, quand il s’est présenté à Elie de Saint-Gille (vers 1180) qui vient de tuer les voleurs, ses compagnons, a déclaré :

  • 43 Op. cit., v. 1180.

« Biau sire, Galopin,
Et si sui nés d’Ardane, fieus au conte Tieri,
Berrars si fu mes freres, li preus et li gentis43 »

  • 44 G. Pillement. La France Inconnue. Nord et Normandie, p. 82.
  • 45 Elie de Saint Gille, op. cit., v. 2006.

59Tierri d’Ardane ou d’Ardene était originaire par tradition épique des Ardennes du Nord Est de la France ; cependant l’abbaye d’Ardane à 3 kilomètres de Caen est l’abbaye-« mère » de celle de la Lucerne ; l’origine supposée de La Lucerne pour Galopin fils de Tierri d’Ardane, est-elle due à une association de lieux, inconsciente, ou malicieuse, de la part du jongleur ? Dans la plaine de Caen en direction de Bayeux non loin de Norrey s’élèvent les restes importants de ce qui fut l’abbaye d’Ardenne ou d’Ardane44, fondée dans le premier tiers du XIIe siècle par Gilbert, disciple de saint Norbert : c’était le plus important monastère des Prémontrés en Normandie. L’église restaurée se dresse encore au milieu des bâtiments conventuels, celui de la porte Saint-Norbert, les écuries, la grange abbatiale... : derrière le nain Galopin se profilent deux des plus célèbres abbayes de la Normandie du XIIe siècle. Et Galopin a tout du maquignon normand, rusé, menteur, brutal, voleur, dompteur de chevaux à coups de bâton45. La Manche n’est-elle pas pays éleveur de race chevaline ? L’épisode héroï-comique qui se déroule entre l’émir Lubien et Galopin met en scène deux maniaques du cheval. A l’arrière plan, les deux abbayes fournissent la « couleur locale ».

  • 46 Le Saint Gille du poème n’est pas dans le Midi, mais dans l’Anjou, ainsi que l’expliquent la topogr (...)

60La réalité du pays normand authentifie de façon ironique un personnage déconcertant. C’est une preuve de plus à l’appui de la localisation dans la moitié Nord de la France de l’action d’Elie de Saint-Gille46.

*

61Cette brève revue nous a permis de parcourir un certain nombre de lieux encore célèbres, ou oubliés, de la Normandie ; elle prouve à nos yeux la présence concrète de l’environnement autour des héros et des faits, et leur étroite association, même si il n’y a pas description proprement dite des lieux ; auditeurs et lecteurs étaient appelés à des reconstitutions incessantes, et ils y étaient mentalement entraînés.

62Les jongleurs situaient de préférence les scènes dans les décors prestigieux de l’époque, châteaux, abbayes, promontoires ; ils accordaient les caractères et les actions aux lieux, par une démarche qu’on pourrait qualifier presque de préromantique. Telle demeure suscite telle tragédie, tel cadre est prédisposé à l’assassinat, à la mort ; tel château préside à la naissance d’un héros démoniaque. Les lieux ont déjà une âme. On s’imprègne de l’atmosphère, on la goûte avec une crainte attrayante. Ainsi le lieu garde le souvenir prisonnier : littérature et paysage s’associent dans la mémoire.

Notes

1 Pour une description de tempête, voir Florence de Rome (v. 5365-5397), (éd. A. Wallenskold. S.A.T.F., t. I, Paris, 1909).

2 Voir Chrétien de Troyes. Yvain ou Le Chevalier au Lion, éd. M. Roques, Paris, 1965, (v. 370-394).

3 La Prise d’Orange, éd. Cl. Régnier, Paris, 1967, (v. 635-668).

4 Voir Chrétien de Troyes. Cligès, éd. A. Micha, Paris, 1957, (v. 5488-5576).

5 Villehardouin, La conquête de Constantinople, éd. E. Faral, Paris, 1961, par. 127-128.

6 Adenet le Roi, Berte aus grans piés, éd. A. Henry, Paris, 1963, (v. 1962-1972).

7 La Chanson de Roland, éd. G. Moignet, Paris, 1969, (v. 2271-2273).

8 The Bayeux tapestry and the norman invasion, with an Introduction by Lewis Thorpe, London, The Folio Society, 1973, tableaux 26-27, tableaux 19-20.

9 Guernes de Pont Sainte-Maxence, La vie de saint Thomas Becket, éditée par Emmanuel Walberg, Paris, C.F.M.A., 1936.

10 Robert le Diable, roman d’aventures, publié par E. Loseth, d’après les manuscrits A et B, S.A.T.F., Paris, 1903.

11 Cartulaire du Mont Saint-Michel, manuscrit du XIIe siècle, bibliothèque d’Avranches, folio 25. (Reproduit dans Visages de la Normandie, éd. des Horizons de France, Paris, 1944).

12 Wace, Roman de Rou, (v. 5543-5724), éd. AJ. Holden, Paris, 1973. Pour l’examen des sources et la controverse, voir t. III, p. 148-149.

13 Pour la vie de Guillaume, Wace suit essentiellement dans son Roman de Rou les chroniqueurs Guillaume de Jumièges (Gesta Normannorum Ducum, VII, 13), Guillaume de Poitiers (Gesta Guillelmi Ducis Normannorum et Regis Anglorum, I, 41, 6, II, I), Guillaume de Malmesbury (Gesta regum Anglorum, III, 236, 238).

14 Guernes de Pont Sainte-Maxence, Vie de saint Thomas Becket, strophe 1020, (v. 5096-5105).

15 H. de Toustain, Essai sur l’Histoire du château de Bur près Bayeux, Caen, 1865. Le plan du château est fourni dans l’ouvrage de H. de Toustain, p. 4.

16 Bur est appelé dans les chartes normandes Burum juxta Bajocum, Burum in Bajocensi pago, Burgum juxta Bajocas. De Toustain, op. cit. p. 6. Le livre de Toustain nous a été obligeamment prêté par la Bibliothèque de la Tapisserie de Bayeux.

17 Traduction de l’entrevue de Richard II et de son frère Guillaume, comte d’Hiesmes, en 1002, dans le bois du Verney, contée par Wace, dans l’ouvrage de Toustain, p. 12-13.

18 Guernes, c p. 155, strophe 1009, (v. 5041 et v. 5046).

19 Guernes, op. cit. (v. 5031) : « Un homme, leur dit le roi, qui a mangé mon pain, qui est venu pauvre à ma cour, et que j’ai élevé très haut, pour me frapper au visage a levé son talon ; il a outragé tout mon lignage et tout mon royaume ; la douleur m’en vient au cœur, de ce que personne ne m’en ait vengé !. »

20 Guernes, op. cit. p. 157, (v. 5091-5095).

21 Roger Parment, Le Château Robert le Diable, p. 8.

22 Le Dit de Robert le Diable, éd. Karl Breul, Halle, 1895.

23 Le Miracle de Robert le Diable, publié dans le t. VI des Miracles de Notre Dame, S.A.T.F. 1881, éd. G. Paris et U. Robert.

24 E. Loseth, Robert le Diable, roman d’aventures, S.A.T.F., Paris, 1903, préface. Origine de la légende, pages XXX-XXXIV.

25 Pour la biographie et le caractère de Robert le Magnifique, la source principale est le Roman de Rou de Wace lequel s’appuie en premier lieu sur Guillaume de Jumièges, V, 1-17 et VI, 1-12 (Interpolatio Orderic Vidal à VI, 2, 4, 7, II). C.F.A. J. Holden Roman de Rou, t. III, p. 134. A. Holden cite en additions aux renseignements du chroniqueur utilisés par Wace, des documents de l’abbaye de Cérisy, où Wace était bien introduit, la chronique de Robert de Torigny, les Gesta regum de Guillaume de Malmesbury, et des épisodes de caractère anecdotique, probablement de source orale.

26 A. Holden, op. cit. p. 137. Dans Wace, du vers 2247 au vers 2288 on trouve une esquisse originale des mœurs et du caractère de Robert.

27 Guillaume de Jumièges et l’Interpolatio d’Orderic sont la source de la lutte de Robert contre la famille de Bellême.

28 La légende concernant les fers dorés et les incidents romanesques survenus pendant le voyage de Robert en Orient serait commune en Europe et d’origine byzantine. Elle serait passé des gardes Scandinaves de Byzance aux normands de France. L’Interpolatio de Saint-Etienne de Caen raconte l’histoire des fers de manière identique. (Pour la source première, voir l’article de G. Paris : « Sur un épisode d’Aimeri de Narbonne « Romania, IX, 1880, p. 515-546).

29 Guillaume de Jumièges ne parle pas des circonstances de la mort de Robert, alors que Wace parle d’empoisonnement, ainsi que pour le comte Drogues, compagnon de Robert. Orderic signale aussi les deux morts. Guillaume de Malmesbury affirme que le duc Robert a bien été empoisonné, (voir éd. A. Holden, p. 138-139-140).

30 Pour l’attitude du duc Robert à l’égard de l’évêque de Bayeux et de divers monastères (celui de Cerisy, celui de Préaux qu’il rebâtit et dota richement) voir abbé A. Maurice. En forêt de Brotonne, essai historique sur les plus anciens vestiges de la Presqu’île de Brotonne, Caudebec en Caux, 1933, p. 143.

31 P. Jonin, Les Lais de Marie de France, traduits de l’Ancien Français, Paris, 1972, p. 80.

32 Voir Les Lais de Marie de France, publiés par Jeanne Lods. Paris, 1959, p. 91.
« La demeisele s’aturna
Mut se destreint e mut juna... (v. 161-162)
Devers Seigne en la praërie
En la grant gent tut assemblée,
Li reis ad sa fille menée.
N’ot drap vestu fors la chemise, (v. 168-171)

33 Les Lais de Marie de France, op. cit, p. 92.
Sur le munt vint ; tant le greva
Ileoc cheï, puis ne leva. (v. 202-203)
Lez lui se cuche e estent,
Entre ses braz 1’estreint et prent,
Suvent li baise oïlz e buche
 ; Li dols de li al quor la tuche,
Iliec murut la dameisele. (v. 221-225)

34 P. Jonin, op. cit. Les Deux Amants, p. 79 et 83.

35 P. Jonin, op. cit. p. 84 : « Ami, buvez donc. Je vois bien que vous vous fatiguez. Reprenez ainsi vos forces » et, au plus loin : « Ami, buvez votre médicament. »

36 P. Jonin, op. cit. p. 85.

37 J. Lods. Les Lais de Marie de France :
« Puis ad geté e espandu
Li veissel u le beivre fu ;
Li muns en fu bien aruséz ;
Mut en ad esté amendez
Tut le païs e la cuntree ;
Meinte bone herbe i unt trovee
Ki de cel beivre orent racine, (v. 212-217)

38 P. Jonin, op. cit., p. 85.

39 Elie de Saint Cille, chanson de geste publiée par Gaston Raynaud, S.A.T.F. Paris, 1879, accompagné de la rédaction norvégienne traduite par E. Koelbing.

40 Op. cit. (v. 1868-1873).

41 Georges Pillement, La France inconnue, Nord et Normandie, Paris, 1959, p. 33.

42 Elie de Saint Gille, op. cit. (v. 1235-1241).
« Voir, je n’i montai onques, ne a ceval ne sis
Ne ne sai chevalcier ne je ne l’ai appris...
Et je menrai ces autres tout che ferré chemin.
S’il ne voillent aler, par les saints que Dieu fist,
Jes avrai d’un baston afolés et conquis. »

43 Op. cit., v. 1180.

44 G. Pillement. La France Inconnue. Nord et Normandie, p. 82.

45 Elie de Saint Gille, op. cit., v. 2006.

46 Le Saint Gille du poème n’est pas dans le Midi, mais dans l’Anjou, ainsi que l’expliquent la topographie d’Elie et les noms de lieux qui y figurent. (Saint Gille est près d’Angers dans la Chanson).

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540