Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paysage normand dans la littérature et dans l’art

 | 
Centre d'art esthétique et littérature (Université de Rouen)

Avant-propos

Joseph-Marc Bailbe

Texte intégral

1Le paysage, utilisé comme un simple décor, prétexte à la méditation ou à l’illustration, a longtemps été injustement dédaigné dans les conventions académiques des Salons de peinture. Avec le Romantisme de 1830 il prend un large essor, à une époque où le peintre, le poète et le romancier conjuguent leurs efforts pour aller au cœur d’une nature vivante et ouverte, sans cesse contemplée.

2Paysage témoin des spectacles de la terre et de l’eau, paysage clos de l’intimité, paysage de l’ombre et de la lumière qui suggère tous les mouvements de l’âme, toutes ces formes d’art, à travers thèmes et motifs variés, plaident en faveur de l’instinct de l’artiste à la recherche d’un espace familier, d’une communication secrète avec les harmonies naturelles. Ainsi s’instaurent des rapports dialectiques et esthétiques souvent complexes entre le réel et l’écriture. Il est clair que cette subjectivité n’est pas sans inconvénient pour l’exactitude topographique, et les cheminements touristiques traditionnels. Mais la sensibilié d’un siècle attentif à la mobilité de l’instant, à la vivacité du sentiment passionné, aux foucades de l’imaginaire, s’en accommode facilement.

3Le paysage normand n’échappe pas à ces tendances générales : sa verdure, ses nuages, ses chaumières à colombage, ses cours de ferme et ses pommiers, la moiteur scintillante de ses bords de mer, ses ruines et ses monuments prestigieux n’ont cessé de solliciter artistes et écrivains. On aime à s’attarder sur une nature familière, apaisante, proche de l’homme, et à célébrer les travaux et les jours du pays de Caux ou du pays d’Ouche, associés à certains traits caractéristiques de la psychologie normande. Ainsi Stendhal écrit dans Lamiel : « Un joli ruisseau d’eau limpide qui a l’esprit d’aller fort vite, car toutes choses ont de l’esprit en Normandie, et rien ne se fait sans son pourquoi, et souvent un pourquoi finement calculé. » Mais il semble que ce ne soit qu’un premier temps de la découverte du paysage.

4Par la suite les artistes et les écrivains manifesteront un élan commun vers ce qui est magie de la lumière et de l’espace, consécration d’un domaine préservé où se love une sensibilité inquiète.

5Boudin, Courbet, Millet, Monet chez les peintres, Barbey d’Aurevilly, Flaubert, Maupassant et Proust chez les écrivains, dessinent les volutes frémissantes d’un spectacle baroque, fascinant et immense. Autonome et pur lyrisme ! De la peinture d’atelier on passe au plein air, à la grande lumière. Il s’agit désormais de surprendre la nature, de composer à travers elle et grâce à elle, en ménageant la liberté créatrice de l’artiste, un tableau original et changeant, une poétique improvisation. Après le Romantisme et son éloquence descriptive et narrative va s’affirmant ainsi la nécessité d’un choc visuel et rythmique, qui débouche sur une vision métaphysique, où s’impose insensiblement le poids du monde et des hommes.

6La réalisation de cet ouvrage collectif ne saurait être séparée de l’Exposition sur le Paysage normand, qui a eu lieu à l’Ancien Palais épiscopal d’Evreux du 22 mars au 7 mai 1978. Qu’il me soit permis de dire toute notre gratitude à Geneviève Viallefond, conservateur du Musée, pour sa précieuse collaboration et son accueil si amical.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540