Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Paysage normand dans la littérature et dans l’art

 | 
Centre d'art esthétique et littérature (Université de Rouen)

Préface

Jean Adhémar

Texte intégral

1Le Colloque d’Evreux, avec ses vingt communications de grande qualité, apporte des éléments importants à l’histoire littéraire, et peut-être aussi une orientation nouvelle vers l’étude des rapports entre la littérature et la peinture ; il doit donc retenir l’attention des personnes intéressées par ces deux disciplines. Le choix des thèmes traités est heureux ; il va du Moyen Age aux années 1930, en étudiant soit des auteurs peu connus, soit des aspects négligés de grands auteurs comme Flaubert, Maupassant ou Zola. On appréciera les larges extraits des citations qui permettront aux chercheurs et aux étudiants de n’avoir pas besoin de se reporter à des éditions difficiles à se procurer, et qui favoriseront la méditation grâce aux commentaires que l’on pourra admirer, accepter, refuser ou contester. Cet essai de géographie littéraire aurait enchanté Thibaudet, et l’aurait amené sans doute à compléter son étude sur la Physiologie de la critique de 1930, dans laquelle il se demandait si l’on pouvait « dégager la figure d’un pays littéraire ».

*

2Si l’on en croit les géographes, de Vidal de La Blache au Professeur H. Prentout, la Normandie est « un pays vert, humide et gras, d’un sol accidenté, varié dans ses aspects pittoresques, pénétré par la mer... ». Est-ce ainsi que vont la voir les littérateurs étudiés dans ce Colloque ? En réalité, chacun d’eux en aura une vision particulière inspirée d’un de ces traits. En lisant ces essais, on constate d’autre part, chaque auteur nous le dit, que le paysage n’est pas traité pour lui-même, mais comme accompagnant, caractérisant, un état d’âme. Il ne faut pas s’en étonner, car une simple description tiendrait du guide, des inventaires officiels ou non, du XIXe siècle.

3On voit ici qu’il y a trois Normandies : celle de la mer, celle du bocage, celle des prairies vertes. Il y en a même une quatrième, celle des Normands insérés dans le paysage de leur région.

4La Normandie de la mer est celle qui semble avoir inspiré davantage les littérateurs depuis le XVIIe siècle : les dunes, les plages désertes, la mer calme ou en furie, avec leurs couleurs, reviennent souvent dans les textes. Cette séduction est fréquente même ailleurs que dans la littérature, et il faudra un jour l’étudier de façon générale ; on rappellera les promenades que fait en 1660 le cardinal Mazarin dans la région bordelaise (« il se promène sur le bord de la mer, comme il a coutume quand le temps ne s’est pas trouvé incommode » écrit Colletet), et dans le même voyage, lorsque Louis XIV a été forcé de se séparer de Marie Mancini, on le voit « pendant une partie de la nuit errer au bord de la mer en sanglotant à fendre l’âme », déjà comme un héros romantique.

5Le thème du bocage normand est fréquent, on le verra, mais plus au XVIIe siècle qu’au XIXe, et le thème des herbages, des grasses prairies l’est aussi. Chênedollé et Barbey sont sensibles aux contrastes violents de la lumière et de l’ombre, comme déjà Vauquelin des Yveteaux. Le thème du Normand, avec son parler particulier et gras, ne semble pas avoir frappé les littérateurs avant le XIXe siècle ; des études pourraient cependant être poussées dans ce domaine, car dès le XVIIe siècle au moins on voit des recherches sur le parler local (le chanoine Pedoue, par exemple, en 1631, pour Chartres et le Perche).

6Plusieurs auteurs ont tendance à rapprocher la vision de ceux qu’ils étudient de celle des peintres, et ils y arrivent tout naturellement lorsqu’il s’agit de Proust et d’Elstir (c’est-à-dire Hellen, émule de Monet, et que Proust accueillait d’un Bonjour M. Elstir). Barbey aussi a une vision de peintre, de peintre romantique, comme Chênedollé, dans la violence de ses contrastes.

7Mais une chose étonne : l’absence d’intérêt pour les sites et les monuments. Pourtant la Normandie en est riche, et Caen, avec ses grandes abbayes, les ruines de Jumièges, les églises romanes et gothiques, les châteaux ajoutent au pittoresque de la région. C’est celui qu’ont retenu les peintres mineurs et les lithographes du XIXe siècle, ceux dont la sensibilité se rapproche le plus du public, et même un Delacroix (l’Abbaye de Valmont). D’autre part les littérateurs ne sont pas venus, Maupassant et Maurice Leblanc exceptés, dans les mêmes sites que les peintres ; ils ont négligé deux sites qui ont inspiré la peinture : Villerville et sa longue plage à l’embouchure de la Seine, inspiratrice de Whistler et Monet, et les falaises d’Etretat qui ont inspiré les peintres depuis Noël, ami du père de Baudelaire, jusqu’à Courbet et aux Fauves. Seul le site de Rouen vu de la côte de Canteleu a inspiré à la fois Maupassant, Flaubert, Hugo, Paul Huet et les peintres anglais. Mais comment se fait-il qu’aucun littérateur n’ait eu de la Normandie la même vision que Poussin, avec ses bouquets d’arbres, ses larges percées (sauf Gide, mais Gide aimait-il la Normandie ?). Un historien d’art nous expliquerait peut-être, d’ailleurs, que, contrairement à ce que pensaient nos vieux amis Léon Coutil et Pierre du Colombier, les paysages de Poussin ne doivent rien à la Normandie.

Auteur

Conservateur en chef du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540