Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Flaubert et Maupassant

 | 
Jean Pierrot
, 
Joseph-Marc Bailbé

Écriture, réalisme et histoire

Présence de Gustave Flaubert dans Mont-Oriol

Roger Bismut

Texte intégral

1Associer la mémoire de Gustave Flaubert, en ces journées consacrées au centenaire de la mort du romancier rouennais, à celle de cet autre Normand, que la Normandie marqua sans doute plus profondément que son maître, n'était pas seulement une heureuse idée : elle eût empli de joie Guy de Maupassant, qui s’est voulu tout à la fois le disciple et le continuateur de Gustave Flaubert, mais qui s’était laissé convaincre par son aîné que la véritable fidélité est celle qui va de l’avant, non celle qui remet les pas du disciple dans ceux de son devancier. Il y a néanmoins dans cette fidélité autre chose et davantage qu’une simple filiation littéraire. Si je ne craignais de verser dans l'occultisme ou tout au moins dans la parapsychologie, j’oserais reconnaître chez Maupassant je ne sais quels rites de résurrection, une constante tentative d’identification de l'élève au maître, comme si un tel effort visait, « en le voulant extrêmement » (style de Madame Bovary), à ressusciter le grand mort : un peu ce que furent les Tables tournantes pour le proscrit de Guernesey, avec cette différence que par Maupassant un seul être est inlassablement convoqué. De cette osmose obsessionnelle avec l’ami, le maître, peut-être le père, je ne donnerai qu’un exemple, le plus frappant selon moi. Un des textes les plus justement célèbres du plus célèbre roman de Flaubert décrit le surgissement de Rouen sous les regards d’Emma se rendant tous les jeudis au rendez-vous de l'amour : modèle de composition je serais tenté de dire musicale, et qui témoigne d’un attachement charnel du romancier à sa ville natale. Or le passage est retranscrit presque textuellement à trois reprises dans l’œuvre de Maupassant : dans la nouvelle Un Normand, l’un des Contes de la Bécasse, dans Bel Ami, lorsque Du Roy et Madeleine Forestier, mariés depuis peu, vont visiter les vieux parents de Du Roy, qui, étrange hasard, demeurent à Canteleu, enfin et surtout au début de la seconde version du Horla ; mais dans cette dernière nouvelle, il y a plus : la maison où le narrateur paresse, et d'où il regarde vapeurs et péniches descendre nonchalamment vers Le Havre, c’est très exactement la maison de Croisset, ce qui témoigne déjà d’une identification spatiale entre le romancier et j'allais dire son double ; en outre, la nouvelle, rédigée sous forme de journal, porte une date en son début, et cette date, c’est le 8 mai, date qui a rendu Maupassant orphelin sentimentalement, littérairement, et peut-être au plan de l’état-civil. Il est impossible d’y voir un effet du hasard : je dirai bien plutôt que l’identification spatiale se double ici d’une identification temporelle, si bien que l’on serait porté à se demander, comme l’a fait Jeanne Bem, si le Horla ne serait pas en dernière analyse le double de Maupassant, Flaubert donc, et s’il ne faudrait pas attribuer une valeur symbolique à l’incendie allumé par le narrateur, et qui consume sa propre maison. Le brasier est censé dévorer le monstre invisible tapi dans la demeure. Ne pourrait-on pas voir dans cet embrasement volontaire une transposition romanesque d'un homme en quête de son identité, et soucieux d’en finir une bonne fois avec une trop chère hantise et trop obsédante présence ?

***

2Cet exemple du Horla est un exemple limite, car, si mon interprétation est valable, nous nous trouvons ici en présence d’une véritable substitution d’identité. Pour être moins troublantes, les influences flaubertiennes dans les autres ouvrages de Guy de Maupassant n’en sont pas moins révélatrices du soin constant du jeune écrivain de décorer ses récits d’ornements empruntés au grand romancier. J’ai noté, dans les préfaces que Garnier-Flammarion m’avait demandées pour les Contes de la Bécasse, Mademoiselle Fifi, Les Contes du Jour et de la Nuit, et la Main Gauche, la présence de Flaubert dans la plupart de ces récits ; le talent de Maupassant embrassant plusieurs registres, il pratique l’imitation avec éclectisme. tantôt il se borne à nommer le bateau de Saint-Cloud comme la diligence d’Hivert, L'Hirondelle, c’est le cas de Souvenir, l’un des Contes du jour et de la nuit ; tantôt, comme dans la Parure, nouvelle tirée du même recueil, il retraite avec Mathilde Loisel le personnage de Madame Bovary : les stupéfiantes parentés textuelles entre le portrait de l’une et de l'autre ne doivent pas faire oublier qu’avec Mathilde il a réalisé une manière de contre-Emma, et d’abord parce que, si la dette tue Emma Bovary, c’est Mathilde Loisel qui, par sa volonté de réparer, tue la dette. On serait donc tenté de voir dans le dénouement de la nouvelle une fin balzacienne, qui, par là s’éloignerait du dénouement du roman flaubertien, qui est la mort. Mais l’impression est de courte durée : Mathilde a manqué sa vie pour payer l’ivresse d'un soir de bal ; du moins avait-elle la consolation de se dire que par son sacrifice elle a maintenu saufs son honneur et celui de son commis économe de mari : le fermoir d'une rivière de brillants prêtée par une amie s’est ouvert, la parure n'a pas été retrouvée. Pendant dix ans les Loisel ont payé capital, intérêts, et intérêts d’intérêts pour remplacer la parure perdue ; une petite phrase, en fin de nouvelle vient anéantir la valeur même de ce sacrifice. « Mais, ma pauvre Mathilde, la mienne était fausse, elle valait au plus cinq cents francs ! » Un trésor de strass, aurait dit G. Flaubert. Là est le véritable nihilisme de Maupassant : une vie gâchée, et gâchés aussi les motifs pour lesquels on avait consenti à gâcher sa vie. Face à ce drame burlesque, la mort d’Emma confine au tragique. La différence avec Flaubert est là, et je crois que Maupassant y tenait, car c'est par ce biais que le nouvelliste innove sur le romancier.

3Une lecture minutieuse de Bel Ami m’avait de même convaincu que Maupassant avait voulu refaire, en pénétrant dans les coulisses de la presse politique et de la presse d'affaires, non pas seulement ce qu’avait fait Balzac avec Illusions perdues, mais ce qu’avait tenté Flaubert dans L'Éducation Sentimentale : ce présupposé recevait une confirmation avec les parentés de tous ordres, et non uniquement textuelles et thématiques, qui pouvaient se saisir entre le roman de 1869 et son cadet de seize ans, et notamment le fait que des personnages de L'Education, ou ayant servi de modèles à ceux-ci dans la réalité, des personnages de Madame Bovary encore, avaient voyagé d’un roman à l'autre. Une étude donnée voici maintenant treize ans à la Revue d’Histoire Littéraire de la France dresse l’état complet de ces emprunts, mais laisse à Maupassant toute son originalité lors même qu'il trouve son matériau ailleurs qu'en lui-même. Il est probable qu’un examen systématique des romans, des nouvelles de Maupassant confirmerait cette tendance du disciple à rencontrer le maître sans trêve, mais aussi sans servilité. On aurait tort du reste, en retrouvant sous la plume de Maupassant des expressions parfaitement calquées sur des phrases de Flaubert, d’imaginer on ne sait quel plagiat ; l’élève, qui a écrit sur le maître une étude où la tendresse le dispute à la lucidité, s’était à ce point pénétré de tout ce qu’écrivait Gustave Flaubert que certaines des tournures lui revenaient en mémoire, « comme un écho lointain, comme le son d’une cloche apporté par le vent », des phrases obsédantes comme un air entêtant que Guy se répétait dans une façon de gueuloir, et qui sont tout naturellement passées dans son propre fonds, qui sait, sans que lui-même y ait pris garde. Peut-on expliquer autrement que la gouaille vulgaire de Rosanette aux courses, interpellant Madame Arnoux : « Ohé là-bas les femmes honnêtes, l’épouse de mon protecteur ohé ! » se retrouve presque textuellement dans l’Héritage, nouvelle à dimension de court roman, dans laquelle Coralie et ses invitées, croisant sur la Seine des grisettes en goguette, s’entendent interpeller : « Ohé ! les femmes honnêtes ! » ?

4Le roman Mont-Oriol, qui lui fut sans doute inspiré par un séjour à Chatel-Guyon, station thermale du Massif Central, dont le volume raconte la naissance, était un sujet aussi peu flaubertien que possible : balzacien plutôt, si l’on considère la volonté puissante du banquier fondateur de la station des eaux d'Enval, qui, par le jeu conjugué de l'argent et de la publicité (mais l’un ne va pas sans l'autre, ou plutôt l’un ouvre les ressources de l'autre) parvient à doter un filet d’eau, inopinément jailli de l’arrachement d’un piton rocheux, de toutes les vertus curatives ; il s’assure le concours de sommités médicales, de géologues, et, moins d’un an après l’explosion qui a extirpé le morne, la station d’Enval est en état de marche, avec hôtels de luxe, casino, troupes de comédiens venues de Paris, armée de médecins etc.. Un écrivain proche de notre temps me semble avoir repris ce thème dans deux de ses comédies, Knock et Donogoo Tonka, qui présentent plus d’un point de ressemblance avec Mont Oriol. Anti-flaubertien par les ressorts psychologiques qu’il met en œuvre, le roman l’est encore par son éthique sentimentale. Paul Brétigny, homme excessif, qui a tenté naguère de se tuer par chagrin d’amour (c’est même cette confidence, faite à sa sœur par Gontran de Ravenel, qui éveille au début la curiosité de Christiane Andermatt), apparaît comme sujet à des pulsions sexuelles élémentaires : au physique comme au moral, il a bien des traits de Maupassant lui-même, le cynisme (je devrais dire le faux cynisme) en moins. C’est l’homme des sincérités successives : la passion qui le jette aux pieds de Christiane se dilue et s'estompe aussitôt que la jeune femme attend un enfant de lui ; et c’est sans fausse honte qu’il manifeste sa lassitude à sa maîtresse et passe de Christiane à la plus jeune des filles Oriol. Cette sensualité brutale à l’emporte-pièce lui vient du romancier. L’autre aspect de lui-même, le cynisme gouailleur qui implique un profond mépris de la femme (mais un mépris qui dissimule une extraordinaire défiance de soi, l’éternelle interrogation angoissée devant la femme-sphinx, et, pour tout dire, une impuissance sentimentale), le romancier l'a incarné dans Gontran, aristocrate décavé, parisien jusqu’au bout des ongles, en l’étoffant, il est vrai, d’autres traits qu'il n’a pas tirés de son propre fonds, mais de l'observation quotidienne des viveurs parisiens, dont il a placé une bonne brochette parmi les hôtes habituels de Walter, dans Bel Ami : spirituel, parasite à l’occasion, son beau-frère, le banquier juif Andermatt lui rappelle sans détours qu’il a mangé son patrimoine, qu’il est perdu de dettes, et que le salaire qu’il lui verse pour des activités fictives n’est autre chose qu’une pension déguisée ; il affiche en outre une insolence de bon ton, raillant chez Andermatt les calculs de l’affairiste, mais n’hésite pas à reprocher plus tard à Brétigny d’avoir enfreint les lois de l’amitié et de la simple décence en devenant l’amant de Christiane Andermatt. Ses goûts, le temps d’une saison thermale, le portent vers la plus jeune des filles Oriol, dont il convoite la main, sur les instances d'Andermatt, car il la sait richement dotée mais le père Oriol, auvergnat et paysan, le voyant ferré, reporte sur son aînée, moins plaisante, la dot qui, dans l’esprit d’Andermatt, doit servir ses projets d’agrandissement de la station, car les terrains qui la constituent sont situés dans le périmètre communal. Aucun scrupule ne retient Gontran, qui, avec la même aisance, abandonne la fillette et fait la cour à l’aînée, qu’il épouse en fin de roman. Chez Flaubert, la réussite est l’apanage des sots : elle est nécessaire pour que la sottise survive et prospère. Chez Maupassant, elle appartient aux cyniques et aux forts, rapaces de haut vol, financiers ou rastaquouères.

5Ces différences étant marquées, qui devaient l'être, on n’en sera que plus frappé par une sorte de parti-pris de rendre Flaubert présent à toutes les pages. Et d'abord, l’homme Flaubert, plus encore que Flaubert l’écrivain. J’avais déjà rencontré Gustave Flaubert dans Une Vie, sous l’aspect pour le moins inattendu du Baron du Perthuis des Vauds, qui n’est Flaubert ni au physique ni au moral, mais qui meurt comme Flaubert, et dans des circonstances - la critique moderne l’a démontré - qui sont très exactement celles qui entourèrent l’apoplexie fatale du romancier. C’est en effet après avoir signé l'acte de vente des Peuples, propriété familiale, pour payer les dettes de son petit-fils Paul De Lamare (un nom prédestiné, relevons-le au passage, puisque le porte celle qui fut le modèle le moins contesté d’Emma Bovary), c’est après avoir tout réglé que le vieux baron s’écroule sur sa table de travail, foudroyé par un transport au cerveau. Or Gustave Flaubert avait émietté son patrimoine pour renflouer, ou tenter de renflouer, Commanville, le mari de Caroline. Lui restait du moins la maison de Croisset, dont j’ai dit tout à l’heure combien Maupassant lui était attaché, et que le romancier y a planté là le décor du Horla. Or Lucien Andrieu a révélé dans les Amis de Flaubert, voici quelques années, que « le jour de la mort de Flaubert, Charles Lapierre, venu s'incliner devant le corps, de son œil exercé de journaliste, remarqua sur la table de travail de l'écrivain un papier bleu d’assignation grand ouvert. Etait-ce l’obligation de vendre Croisset, choc qui a tué l’écrivain ? Nous ne le saurons sans doute jamais. La menace qui depuis tant d’années l’angoissait, fut mise à exécution peu après le grand départ ». Deux faits me semblent devoir confirmer l’hypothèse de Lucien Andrieu : d'abord le faible écart de temps entre la mort de Flaubert (avec le détail du papier bleu d’assignation) et la vente de Croisset permet de penser qu’en effet ce papier visait bien la maison ; ensuite, et surtout, l'étrange parenté entre la mort du baron et celle de Flaubert nous induit à croire que deux effets aussi étonnamment semblables ne peuvent avoir eu que des causes très proches : vente des Peuples ici, papier bleu d’assignation là, comment ne pas conclure que le papier bleu avait eu sur Flaubert l'effet que sur le baron a dans Une Vie l’aliénation de la propriété familiale ? En faisant ainsi mourir le baron, le romancier livrait (peut-être à son insu) la clé du mystère de la mort de Flaubert.

6Dans Mont-Oriol, c’est un autre aspect de la biographie de Flaubert qui est mis à contribution : je veux parler du couple Andermatt, dont les deux éléments sont les protagonistes du roman : Will, le banquier, est le cerveau de l'opération immobilière qui conduit à la naissance de la station thermale, et sa femme Christiane est l’héroïne du principal épisode sentimental. Maupassant a choisi une fois de plus (il avait déjà dans Bel Ami tenté la formule) de marier un homme d’affaires juif à une jeune fille catholique - issue de la bonne bourgeoisie dans Bel Ami, de l’aristocratie terrienne dans Mont-Oriol. Il est bien vrai que dans Bel Ami, Walter a comme modèle le directeur du Gaulois, Arthur Meyer, qui parraina les débuts journalistiques et littéraires de Guy de Maupassant, et qui - mais ce fut près de quinze ans après Bel Ami - épousa une authentique descendante des Fitz-Jammes et des Turenne. Il semble pourtant qu’un autre modèle ait fourni des traits à Walter ; et cette impression devient quasi-certitude si on rapproche du couple des Walter celui des Andermatt qui paraît dans Mont-Oriol. Il est bien vrai que la monarchie de Juillet, la Deuxième République et plus encore le second Empire ont favorisé en France la promotion de la communauté israélite : des juifs, dont Crémieux et Goudchaux, entrent aux conseils ministériels dès le gouvernement provisoire ; le banquier juif Fould finance le coup d’Etat de Louis-Napoléon et devient ministre du Prince-Président et dictateur, puis empereur. D’autres concours, ceux des frères Péreire notamment, lui viennent, et Napoléon III, tout comme sa femme Eugénie - qui, de 1897 à 1902, militera activement dans les rangs dreyfusistes - nourrissent à l’égard de leurs concitoyens juifs une vive sympathie ; rappelons aussi que la petite cour de Compiègne chante et danse sur les airs d’Offenbach. L’ascension économique et sociale, et, bien que dans une plus faible mesure, politique de la société juive se poursuivra pendant les vingt premières années de la IIIe République, période qui a été peinte avec tant de vérité par Maupassant et par Marcel Proust, et où l’on voit un Swann faire bon ménage et même se lier d’amitié avec les Guermantes. Le boulangisme, où l’on a décelé non sans apparence des relents d’antisémitisme, porte le premier coup d’arrêt à cette ascension. Dès lors, Edouard Drumont, et Paul Bourget - transfuge de la société israélite dont il fut l’enfant chéri - occupent le devant de la scène. Vous connaissez la suite. Or Mont-Oriol fut écrit dans les années qui précédèrent le boulangisme. Ecoutez ce que dit Maupassant pour expliquer le mariage de Christiane de Ravenel et de William Andermatt :

7« Son père croyait à tout, selon les heures, et quand sa vieille amie Mme Icardon, qui, liée avec beaucoup d’israélites, désirait le mariage de Christiane et d’Andermatt, commença à le prêcher, elle sut bien par quels raisonnements il fallait l’attaquer. Elle lui montra la race juive arrivée à l’heure des vengeances, race opprimée comme le peuple français avant la Révolution, et qui, maintenant, allait opprimer les autres par la puissance de l’or. Le marquis, sans foi religieuse, mais convaincu que l’idée de Dieu n’était qu’une idée législatrice, plus forte pour maintenir les sots, les ignorants et les timorés, que la simple idée de Justice, considérait les dogmes avec une indifférence respectueuse, et confondait dans une estime égale et sincère Confucius, Mahomet et Jésus-Christ. Donc le fait d’avoir crucifié celui-ci ne lui apparaissait nullement comme une tare originelle, mais comme une grosse maladresse politique. Il suffit par conséquent de quelques semaines pour lui faire admirer le travail caché, incessant, tout-puissant des Juifs persécutés... Et il consentit au mariage de William Andermatt avec Christiane de Ravenel. Quant à elle, sous la pression insensible de Mme Icardon, ancienne camarade de sa mère, devenue sa conseillère intime depuis la mort de la marquise, pression combinée avec celle de son père, et devant l’indifférence intéressée de son frère, elle consentit à épouser ce gros garçon très riche, qui n’était pas laid, mais qui ne lui plaisait guère, comme elle aurait consenti à passer un été dans un pays désagréable. »

8En fait Maupassant ne faisait que décrire une réalité qu’il avait sous les yeux, mais il ne pouvait manquer d’évoquer un autre couple à la vie duquel Gustave Flaubert fut mêlé intimement, pendant vingt années de sa vie, et avec lequel il conserva toujours des relations d’amitié : je veux parler du couple Schlésinger. Tout a été dit depuis trente ans sur la manière dont Elisa Foucault, devenue en premières noces la femme du capitaine Judée, fut littéralement « vendue » à l’éditeur de musique Maurice Schlésinger, quand son mari eut pris la fuite pour se dérober à des poursuites judiciaires motivées par une escroquerie. Quand Flaubert connut à Trouville en 1836 - il n’avait pas encore 15 ans - le ménage Schlésinger, c’était encore un faux ménage, puisque Judée vivait et que le divorce n’existait plus (ou pas encore). Cependant Maurice Schlésinger se comporta en tous points comme un époux. Cédant aux instances d’Elisa, il se convertit au catholicisme. Peu de temps plus tard, une fille naquit, qui, du fait de la situation irrégulière de la mère, fut déclarée fille de Maurice, et de mère non dénommée. Comme tous ces détails, subodorés par Maxime Du Camp, mais après la mort de Flaubert, et mis au jour par Gérard-Gailly et tous les flaubertistes qui suivirent, n’étaient pas connus de Gustave Flaubert, il est normal qu’aucun de ses écrits autobiographiques n’en fasse état. A peine peut-on dire que dans L'Éducation Sentimentale, l'auteur laisse percer comme la prescience d’un secret : l’attitude gênée de Marie Arnoux lorsque Frédéric devient pressant, les contretemps que Flaubert imagine pour empêcher Frédéric et Marie de se rejoindre, l'animosité latente que Frédéric devine dans le comportement de Marthe envers sa mère. Du moins, la partie visible de l'iceberg a-t-elle été utilisée par l’apprenti romancier d’abord, le romancier ensuite, le maître enfin. Dès 1838, l’écolier - il n’est pas encore bachelier - écrit une nouvelle, Passion et vertu, qui, sans être véritablement l’esquisse de Madame Bovary, est passée presque entièrement dans le roman de Flaubert, et où l’adolescent, ravagé par sa passion pour Elisa, a mis des souvenirs de sa rencontre de Trouville. L’héroïne se prénomme Mazza (MA c’est la dernière syllabe de la future Emma, et ZA - nous le savons par une lettre de Gustave à Mme Schlésinger - c’est le diminutif que Maurice donnait à Elisa). Le mari se nomme Willers, il est agent de change, spéculateur, toutes circonstances qui, dans le contexte de l’époque, laissent deviner que ce mari est juif, même - je devrais dire surtout - si ses funérailles sont des funérailles catholiques (Maurice aussi, je viens de le rappeler s’était converti). Editeur de musique, Schlésinger ne bornait pas ses activités à cette profession. Il était venu à Trouville attiré par la perspective de spéculations foncières ; il y achète des terrains, contribue financièrement à la construction du Casino, et quête personnellement pour l'érection d'une église. Or, il semble que Maupassant ait fait passer pêle-mêle dans son roman, dans ses deux romans, Mont-Oriol comme Bel Ami, devrais-je dire, les données biographiques qu’il tenait de Flaubert, et les données romanesques trouvées dans les œuvres de jeunesse, dont on sait qu’il put en consulter les manuscrits, avec l’accord de Caroline Commanville, nièce de Flaubert, devenue après son veuvage Madame Franklin-Grout. Comme Arthur Meyer le fera huit ans après la mort de Maupassant (ici c’est la réalité qui imite la fiction !), mais aussi comme l’avait fait Schlésinger, Walter se convertit au moment de son mariage ; il n'est pas absolument certain que Will Andermatt en ait fait autant - Maupassant est muet sur ce point -, mais d'une part les spéculations foncières qu’il mène à bien dans la région d Enval (transposition littéraire de Châtel-Guyon) évoquent celles de Maurice Schlésinger, celles de Willers dans Passion et vertu, et, comme Schlésinger avait personnellement quêté pour l'édification d’une église, Andermatt fait procéder à la bénédiction des sources nouvellement découvertes, avec grand renfort de prêtres et d’enfants de chœur en surplis. Mais un an avant cette cérémonie, qui ouvre la seconde partie du roman, Andermatt, dès le jaillissement de l’eau, a l’idée d’organiser une fête de charité, qui lui permettra de faire connaissance avec les petites Oriol, et de les investir, pour se rendre maître des terrains qui constituent leur dot. Cette fête s’organise avec la participation active du curé ; Maupassant prend soin de préciser que la quête rendit cent-dix francs, qui, joints aux cinq-cents francs d'Andermatt, aux cinquante francs du marquis et aux cent francs de Paul Brétigny, faisaient un total de sept-cent-soixante, ce qui ne s’était jamais vu dans la paroisse. Quête pour l’édification d’une église, ou quête de charité, dont le produit sera distribué entre les pauvres du curé, c’est du pareil au même. L’intention est identique. Sur ce point encore, Andermatt a, si je puis dire, profité des agissements de Maurice Schlésinger.

***

9La place de l’épisode sentimental est considérable dans Mont-Oriol : mariée à Andermatt, homme d’affaires peu rompu aux raffinements du cœur, Christiane n’a connu par lui ni la révélation des sens, ni l’ivresse d’une tendresse partagée. Paradoxalement, Maupassant, pour qui la femme recèle des trésors de ruse, et qu’il est vain de connaître ou même de tenter de connaître, a fait de Madame Andermatt une personne toute simple, point aussi enfantine ni niaise que Madame Walter, que Bel Ami mène à sa convenance, mais dont la coquetterie a vite fait de se laisser désarmer par les initiatives hardies de Paul Brétigny. Ce dernier, je l’ai dit, est l'homme des ardentes sincérités successives : capable de toutes les folies pour conquérir la grisette ou l’actrice, il verse dans tous les excès, provoquant en duel ceux qu’il trouve sur sa route, ou tentant de mettre fin à ses jours si sa passion est contrariée. Quand Christiane lui est présentée, dans la petite station thermale où elle fait sa cure en famille, il arrive justement auréolé du prestige de l’homme qui n’hésite pas à tuer ou à se tuer, disons plutôt à tenter de se tuer. La conquête de Christiane est menée de main de maître. Mais l’année suivante, la jeune femme attend de lui un enfant. Il s’en lasse alors, s’en dégoûte ensuite, le lui laisse entendre, puis le lui dit avec une certaine goujaterie, et lorsque Gontran, frère de Christiane, qui, sur les injonctions d’Andermatt, a d’abord courtisé Charlotte, la plus jeune et la plus plaisante des filles Oriol, que son père avait mieux dotée que Louise, son aînée, la lâche ensuite et se rabat sur Louise à qui son finaud de père a donné les terrains les plus proches de l'établissement thermal, donc les plus chers dans l’immédiat, Paul Brétigny, emporté comme toujours, excessif une fois encore, laisse déborder sa tendresse, déclare son amour à Charlotte avec autant d’ardeur qu’il avait assiégé Christiane, et, surpris par le père Oriol, signe une promesse de mariage. Le personnage de Paul est, me semble-t-il, traité en charge, et, par voie de conséquence, Christiane apparaît quelque peu sotte de conserver intacte sa passion, et de souffrir démesurément pour l’amour d’un tel agité. Avec Christiane, comme pour Madame Walter de Bel Ami, Maupassant a imaginé des caractères qui sont aux antipodes des femmes de la plupart de ses nouvelles, et de deux héroïnes de ses romans, Michèle de Burne de Notre Coeur, et la mystérieuse Madeleine Forestier, de Bel Ami, qui, elles, posent à l’homme et au romancier de lancinantes interrogations.

10Il n’en demeure pas moins que, toutes choses inégales d’ailleurs, c’est Christiane Andermatt qui est, dans le roman, une transposition du personnage de Madame Bovary : transposition infidèle (ce qui constitue la vraie fidélité, dès lors qu’un romancier qui copie servilement n’est pas un romancier, mais un démarqueur), mais transposition tout de même. J’ai dit tout à l’heure ce que la célèbre nouvelle La Parure peut devoir, et parfois textuellement, à Madame Bovary ; mais parce que l’aventure se déroule à Paris, ville tentaculaire où chacun ignore chacun, et donc peu propice aux fermentations des villes de province, seul bouillon de culture possible pour le bovarysme, et encore parce que, au lieu de se faire tuer par la Dette, comme Emma, Mathilde Loisel, ayant perdu une rivière de diamants prêtée pour un soir de bal, gâche sa jeunesse entière et ruine sa féminité pour remplacer et payer cette rivière de diamants, et donc tue la Dette, Mathilde ne tombe pas dans le bovarysme. Or Christiane Andermatt est aussi une Madame Bovary, avec en moins tout ce qui fait éclore le bovarysme : parisienne, riche et titrée, elle n’accède pas, comme Emma, à une position supérieure à celle de sa famille, mais qui lui semble inférieure à ce qu’elle vaut, ou ce qu’elle croit valoir - autre condition sine qua non de l’éclosion du bovarysme, selon le créateur du terme, Jules de Gaultier. Andermatt est plus riche, certes, mais tout au long du roman, Gontran, frère de Christiane et aristocrate insolent, lui fait sentir tout l’écart entre l’aristocratie terrienne, fût-elle discrètement appauvrie, et la ploutocratie, juive de surcroît. A sa manière, selon Gontran, sinon selon Maupassant, Christiane s’est mariée au-dessous et non au-dessus de sa condition. Sur un point, évidemment, et ce point est capital, elle est mûre pour l’adultère, sinon pour le bovarysme ; c’est qu’Andermatt ne lui a apporté aucune révélation des sens. A mainte reprise, Maupassant revient sur ce thème, montrant en Christiane une femme, une enfant plutôt, dont les sens demeurent endormis, qui trouve son futur mari point laid et plutôt gentil, et consent à l’épouser comme d’autres acceptent de passer quelques mois dans un pays désagréable. Il semble que la venue du couple aux eaux d’Enval est motivée par la stérilité de Christiane : celle-ci ne s’en accommode pas trop mal, et plusieurs notations - lorsque notamment le romancier peint la jeune femme savourant la caresse de l’eau chaude du bain thermal - révèlent une sensualité à la fois intacte et sereine. Il faudra l’assaut de Brétigny qui, pour parler comme Flaubert, lui remue le tempérament, pour qu’elle cède à sa première caresse, qui lui brise les reins. Je montrerai tout à l’heure, lorsque sera venu le moment des rapprochements strictement textuels, combien Maupassant a emprunté à Flaubert de détails dans la scène où elle s'abandonne. Pour l’instant, je m’interrogerai sur l’état sentimental de Christiane. Déçue, ou mieux demeurée endormie sur le plan sexuel, a-t-elle au moins la compensation de se savoir aimée, chérie, de se dire à tout moment qu’un homme pense à elle ? Pas même. Ecoutons les réflexions que Maupassant lui prête lorsqu’elle n’a pas encore cédé à Brétigny, mais que celui-ci s’est déjà déclaré :

« Son mari ! C’était donc son mari, cet homme rose et bavard qui lui disait avec indifférence : « Vous allez bien, ce matin, chère amie ? » Elle lui appartenait, à cet homme, corps et âme, de par la puissance d’un contrat. Etait-ce possible ? - Oh ! comme elle se sentait seule et perdue ! Elle avait fermé les yeux pour regarder au-dedans d’elle-même, au fond de sa pensée. Et elle les voyait, à mesure qu’elle les évoquait, les figures de tous ceux qui vivaient auprès d'elle : son père, insouciant et tranquille, heureux, pourvu qu’on ne troublât point son repos : son frère, railleur, et sceptique, son mari, remuant plein de chiffres, et qui lui annonçait : « J’ai fait un joli coup tantôt », quand il aurait pu dire : « Je t’aime. »

11Or, ce n’est pas de Madame Bovary que viennent ces notations. Maupassant les a tirées des papiers de son maître, précieusement conservés, puis dissipés au vent des enchères de 1910 à 1930, par Caroline Commanville, devenue Mme Franklin-Grout, et auxquels il eut indubitablement accès, puisque il a été autorisé par la nièce à reproduire et publier certains écrits de l’oncle, de Passion et Vertu, justement, où se trouve le couple que j’évoquais tout à l’heure. Je transcris aussi les réflexions de Mazza, qui intéressent surtout pour éclairer la nature des rapports entre les époux :

« Et quand le soir, son époux, l'âme tranquille, le front calme, rentrait chez lui, lui disant qu’il avait gagné aujourd’hui, qu’il avait fait le matin une bonne spéculation, acheté une ferme, vendu une rente, et qu’il pouvait ajouter un laquais de plus à ses équipages, acheter deux chevaux de plus pour ses écuries, et qu’avec ces mots et ces pensées il venait à l’embrasser, à l’appeler son amour et sa vie, oh ! la rage lui prenait à l’âme, elle le maudissait, repoussant avec horreur ses caresses et ses baisers, qui étaient froids comme ceux d’un singe. »

12Même en faisant abstraction de la différence des époques, et sans doute aussi des tempéraments, le mépris de Mazza pour son mari est passé presque tel quel chez Christiane Andermatt, et de plus - mais les illustrations de Ferdinand Bac dans l’édition Ollendorff y sont peut-être pour quelque chose - l’aspect physique d’Andermatt, en dépit de l'expresse mention « ce petit homme qui n’était pas laid », n’est pas sans évoquer celui d’un singe.

13Un personnage de Mont-Oriol, que l’on pourrait qualifier d’épisodique, vient tout droit, avec les transpositions nécessaires, de Madame Bovary : entre le père Cloviche, ce semi-paralytique, dont on ne sait au juste s’il est infirme ou simulateur, et l'aveugle de la diligence, les ressemblances sont frappantes, à cela près que Maupassant l’a incorporé à l’action, alors que dans Madame Bovary, le mendiant aveugle, aveugle comme Homère, dit-on, aveugle comme Tirésias, figure le destin d’Emma, et manque de peu d’être celui du pharmacien ; dans Mont-Oriol, le père Cloviche risque tout au plus, comme la mort subite de M. Aubry-Pasteur, en cours de traitement, et juste le jour de l’inauguration solennelle de la station, de porter un coup à la dite station thermale. On sait comment Andermatt avait imaginé de faire du père Cloviche une sorte de publicité vivante pour les vertus curatives des eaux d’Enval, en prouvant au public qu’immergé dans l’eau chaude surgie des sources, le paralytique allait se mettre à galoper. Je m’avise au passage que Maupassant s’est peut-être aussi souvenu de Polyte, le stréphopode, que Charles opère, mais qui gagne la gangrène et que le docteur Canivet ampute de la jambe malade. Mais le vieux Clovis est plus proche de l’aveugle que la pommade antiphlogistique d’Homais n’a pas guéri, et qui vient régulièrement à Yonville récriminer devant l’officine du pharmacien, lequel tente, mais en vain, de le faire arrêter. Dans Mont-Oriol, le vieux perçoit tout de suite le parti qu’il peut tirer de la situation. Andermatt aussi pense à le livrer à la police, quand il vient, en gémissant, dire à tous ces bons messieurs que les sources d’Enval ont aggravé son mal. Là où la menace n’a pas réussi, la corruption fait merveille. Acheté par la société sur les instigations d’Andermatt, le paralytique sur commande dira désormais tout ce que l’on voudra. Ici encore apparaît la différence avec le modèle. A noter aussi que l’épisode, dans Mont Oriol, s’achève sur une chanson en patois presque inintelligible que le vieux Cloviche entonne à tue-tête. L’aveugle aussi offre aux voyageurs de la diligence le spectacle des yeux blancs qu’il roule, et le régal de la chanson, qu’il redira sous les fenêtres d'Emma au moment où elle agonise.

14Je passerai plus promptement sur deux autres épisodes de Mont Oriol : le premier, le feu d’artifice raté, au soir de l’inauguration de la station, me paraît dériver de l’épisode similaire de Madame Bovary, après les comices. Mais une fois de plus, Maupassant a mis ici sa marque personnelle, comme Flaubert d’ailleurs. Les pétards et les fusées sont mouillés dans Madame Bovary : c’est à peine si, de temps à autre, une chandelle monte péniblement dans le ciel, avec quelques retombées phosphorescentes : ce qui n’empêche pas Homais, aussitôt éteinte la dernière fusée, d’aller s’enquérir auprès de Binet si toutes précautions ont été prises pour éviter un incendie... un incendie quand les fusées même ne brûlaient pas !... Ce qui ne l’empêche pas non plus, dans son compte rendu au Fanal de Rouen, de parler de véritable kaléidoscope, de décor d’Opéra, de rêve des Mille et une nuits, donnant à ce festival avorté les contours qu’il avait rêvés qu’il eût. Or le feu d’artifice dans Mont-Oriol ne réussit que trop bien, puisque Gontran, le facétieux Gontran, le fait partir trop tôt, et que toutes les roues, palais, décors d’Opéra, fontaines, scènes animées, s’embrasent en même temps, au désespoir de Petrus Martel, directeur du Casino, qui voit dans le déclenchement prématuré du feu d'artifice la ruine de sa carrière, car l’incident doit immanquablement irriter le puissant Andermatt. Dans l’esprit de Gustave Flaubert, il était entendu que Yonville l’Abbaye est la cité dérisoire, celle où les fromages sont pires qu’ailleurs, le paysage sans caractère, et la culture médiocre ; elle sécrète la laideur et l’ennui, et il n’est pas jusqu’à son nom qui ne soit porteur de négation, puisque les ruines de l'abbaye qu’il évoque n’existent même plus. Dans un pareil décor, comment le feu d’artifice des comices pouvait-il ne pas rater ? Le roman de Maupassant n’est pas moins négateur que celui de Flaubert, mais il l’est autrement, en annexant la caricature, et en substituant le grotesque gai - ou plutôt ricaneur - au grotesque triste de son maître.

15J’ai cru enfin découvrir, dans le grand discours que tient M. Aubry-Pasteur à la table d’hôte, dans la soirée qui suit l’explosion du morne, un reflet des grandes recherches scientifiques - ou pseudo-scientifiques - de Bouvard et Pécuchet. Il y a dans le livre ultime de Gustave Flaubert, qu’on pourrait qualifier d’Anti-Pantagruel, un discours sur la science qui se double d’une revanche de la réalité sur le discours. Je me demande dans quelle mesure ce discours, ou plutôt ce cours de géologie, qui révèle aux esprits éblouis de tous les pensionnaires les arcanes hydrographiques de l’Auvergne, éveillant tout de suite chez Andermatt des calculs pratiques, et chez les dames Paille, fort dévotes, une sorte d’inquiétude comme devant la révélation d’un mystère interdit, n’est pas lui aussi entaché de dérision, et si Maupassant, que Flaubert avait souvent consulté sur les falaises d’Etretat, pour pouvoir y mener ses deux bonshommes sans commettre d’impair sur le relief, le régime des vents et des marées, n’a pas repris à sa manière ici le discours sur la science, rendant encore un discret, mais vif hommage à celui qui s’était hissé à la hauteur d’un Rabelais, mais d’un Rabelais nié pour ainsi dire, et en tous cas contrefait. Il y a du reste dans Madame Bovary même quelque chose qui annonce Bouvard et Pécuchet (mise à part la consonance bovine dans le titre du premier roman, et doublement bovine dans celui du second) : c’est le discours d’Homais aux époux Bovary pour leur expliquer d’entrée de jeu le régime climatique d’Yonville : l’écho moliéresque du discours, construit sur le modèle de celui de Sganarelle sur les humeurs peccantes, ne peut laisser de doute quant à l’intention parodique de l’auteur.

***

16Il me resterait, pour confirmer cette obsédante présence de Gustave Flaubert dans le roman thermal de Guy de Maupassant, à livrer quelques exemplaires particulièrement significatifs des emprunts du cadet à l'aîné. Pour éviter d’allonger un exposé déjà bien long, je me suis limité aux plus probants : après quoi, j'en aurai terminé.

17Du directeur du Casino, Petrus Martel, Maupassant écrit qu’il jugeait le gilet inutile aux champs. Or, il s’agit là d’une idée reçue figurant au Dictionnaire de Flaubert, et dont il y a des reflets dans les propos de Charles comme dans ceux de Rodolphe (« Il disait que c’était bien assez bon pour la campagne »). On ne peut non plus manquer de rapprocher la question de Paul Brétigny à Christiane : « Aimez-vous la musique, madame ? » et la réponse de celle-ci : « Beaucoup ! » de ce bref dialogue d’Emma et de Léon, qui viennent de se connaître : « Vous faites de la musique ? demanda-t-elle - Non, mais je l’aime beaucoup. » « Il semble, dit un peu plus loin Paul Brétigny, qui décidément, paraît être passé maître dans l’art de manier le poncif, il semble, en regardant cette plaine, que la pensée ouvre les ailes, n’est-ce pas ? Et elle s'envole, elle plane, elle passe, elle s’en va là-bas, plus loin, vers tous les pays rêvés que nous ne verrons jamais. » Une telle phrase fait écho à un autre poncif, celui d’Emma sur la mer, lorsque, sur le ton dont Léon avait dit : « Oh ! j’adore la mer ! », elle s’exclame : « Et puis ne vous semble-t-il pas que l’esprit vogue plus librement sur cette étendue sans limites, dont la contemplation vous élève l’âme, et donne des idées d’infini, d'idéal ? »

18On rapprochera encore de tous les passages où Maupassant précise le caractère de Paul Brétigny, celui de Madame Bovary où Rodolphe se donne également à Emma comme une âme tourmentée : « Eh quoi, ne savez-vous pas qu’il y a des âmes sans cesse tourmentées ? Il leur faut tout à tour le rêve et l’action, les passions les plus pures, les jouissances les plus furieuses, et l’on se jette ainsi dans toutes sortes de fantaisies, de folies. » Et la réaction d’Emma : « Alors elle le regarda comme on contemple un voyageur qui a passé par des pays extraordinaires » n’est-elle pas fidèlement reprise par Maupassant dans ce texte de Mont-Oriol : « Elle entrevoyait en effet d’autres pays, les pays bleus, les pays roses, les pays invraisemblables et merveilleux, introuvables et toujours cherchés... » ? Paul Brétigny, pour émouvoir davantage Christiane, évoque devant elle l'ivresse qu’il y aurait pour des êtres s’aimant éperdument, à passer des jours entiers « dans une cabane comme celle-là ». Or une hutte de sabotiers est le lieu de fréquents rendez-vous entre Emma et Rodolphe.

19Voici maintenant deux descriptions de clairs de lune, dans Madame Bovary, et dans Mont-Oriol.

  • 1 Les pages renvoient pour Madame Bovary à l’édition Garnier (texte établi et commenté par Claudine G (...)

« La lune, toute ronde et couleur de pourpre, se levait à ras de terre, au fond de la prairie. Elle montait vite entre les branches des peupliers, qui la cachaient de place en place, comme un rideau noir, troué. Puis elle parut, éclatante de blancheur, dans le ciel vide qu'elle éclairait ; et alors, se ralentissant, elle laissa tomber sur la rivière une grande tache, qui faisait une infinité d’étoiles ; et cette lueur d’argent semblait s'y tordre jusqu’au fond, à la manière d’un serpent sans tête couvert d’écailles lumineuses. Cela ressemblait aussi à quelque monstrueux candélabre, d’où ruisselaient, tout du long, des gouttes de diamant en fusion. »
(Mme B. p. 2031)

« ... puis, après le soleil couché, l’horizon était devenu rouge comme un brasier qui va s’éteindre, le lac eut l’air d'une cuve de sang. Et soudain, sur la crête de la colline, la lune presque pleine se leva, toute pâle dans le firmament encore clair. Puis, à mesure que les ténèbres se répandaient sur la terre, elle monta, luisante et ronde, au-dessus du cratère tout rond comme elle. Il semblait qu’elle dût se laisser choir dedans. Et, lorsqu’elle fut haut dans le ciel, le lac eut l’air d’une cuve d’argent. Alors sur sa surface tout le jour immobile, on vit courir des frissons, tantôt longs et tantôt rapides. On eût dit que des esprits, voltigeant au ras de l’eau, laissaient traîner dessus d’invisibles voiles... »
(M.-O., p. 1211)

20Une courte phrase du roman de Maupassant : « Christiane fut émue, la lune et les ruines ayant sur elle la même influence que sur presque toutes les femmes » constitue un clin d’œil au Dictionnaire des idées reçues, où les deux mots figurent et ont un impact sur deux passages de Madame Bovary.

21J’ai déjà dit quelques mots des deux scènes où Emma s’abandonne à Rodolphe et Christiane à Brétigny.

« Elle renversa son cou blanc, qui se gonflait d’un soupir ; et, défaillante, tout en pleurs, avec un long frémissement et se cachant la figure, elle s’abandonna. » (Mme B., p. 165)

« Alors, sans un cri, sans révolte, sans résistance, elle se laissa retomber sur l’herbe, comme si cette caresse lui eût cassé les reins en brisant sa volonté. Et il la prit aussi facilement que s’il cueillait un fruit mûr. » (M.-O., p. 132)

22Ici encore la ressemblance est frappante. Passé le premier moment de stupeur et peut-être de remords, sentiment, il faut le reconnaître, qui est tout-à-fait étranger à Emma, Christiane fait ces réflexions :

« Tout à coup, elle prononça presque tout haut : « Mais je l’aime... je l’aime ! », comme si elle eût constaté une chose nouvelle et surprenante qui la sauvait, qui la consolait, qui l’innocentait devant sa conscience. Une énergie subite la redressa ; en une seconde son parti fut pris. Et elle se remit à se coiffer en murmurant : « J'ai un amant, voilà tout. J’ai un amant. » (M.-O., p. 141)

23Or ce passage vient tout droit, pour une part de L'Éducation Sentimentale : « Et un tremblement nerveux la saisit : Pourquoi cela ? est-ce que je l'aime ? » Puis tout à coup : « Mais oui, je l’aime... je l'aime ! », et pour une autre de Madame Bovary : Elle se répétait : « J’ai un amant ! un amant ! »

24Bien que la même idée ait été utilisée dans Mont-Oriol et dans Madame Bovary dans des intentions différentes, on ne peut manquer de faire entre deux passages le rapprochement. Paul Brétigny, dans sa passion pour Christiane, éprouve une obscure jalousie envers Andermatt, à qui la loi donne tous les droits sur Christiane, et cherche à lui faire promettre qu’elle se refusera toujours à son mari. Rodolphe, lui, ainsi qu’il est dit dans le roman, « n’avait aucune raison de haïr ce bon Charles - et à ce propos, Emma lui avait fait un grand serment qu’il ne trouvait pas non plus du meilleur goût. » La différence s’explique par le fait que Rodolphe est, vis-à-vis d’Emma, dans une situation de supériorité, alors que Brétigny est encore... encore, le plus amoureux des deux. De même c'est Emma qui envisage de fuir avec Rodolphe, alors que c’est Paul qui en prie Christiane.

25Le docteur Mazelli, cet aimable aventurier, qui s'est impatronisé chez une duchesse espagnole, a hérité du pharmacien Homais une foule de recettes et de secrets. On le voit donner au chef d’excellents conseils sur la cuisine, à la femme de chambre des avis précieux sur l’hygiène de la tête, au cocher des renseignements fort utiles de médecine vétérinaire. De même le pharmacien, assistant au dîner des Bovary, « se tournait vers la bonne, lui adressant des conseils pour la manipulation des ragoûts et l’hygiène des assaisonnements ; il excellait à faire quantité de confitures, vinaigres et liqueurs douces etc... »

26Notons encore - mais cette fois, c’est Christiane, enceinte de Paul, qui est l’amoureuse, et Paul qui se lasse - que la jeune femme prend plaisir à s’humilier devant l’amant : « Elle ne se croyait plus sa maîtresse, mais sa femme, sa compagne, sa dévouée, sa fidèle, son esclave prosternée. Et Emma : « Je suis ta servante et ta concubine ! Tu es mon Roi, mon idole ! Tu es bon ! tu es beau ! tu es intelligent ! tu es fort ! » Lors de sa dernière visite à Rodolphe, lorsqu’Emma vient en solliciteuse, et que Rodolphe, ne les ayant pas, refuse les 3.000 Francs implorés, voici comment Emma réagit : « Mais, moi, je t’aurais tout donné, j’aurais tout vendu, j'aurais travaillé de mes mains, j’aurais mendié sur les routes, pour un sourire, pour un regard ! »

27C’est l’annonce du mariage de Brétigny avec Charlotte Oriol qui hâte l’accouchement de Christiane. J’ai trop abusé de votre patience pour vous infliger la double lecture parallèle de cet accouchement et de l’agonie, puis de la mort de Madame Bovary. Relisez les deux textes. Vous serez frappés par les similitudes d’assonances, de rythmes, avec le même point d'orgue : « Mais après une convulsion plus longue et plus violente que les autres, il lui semblait que tout le dedans de son corps s’échappait d’elle tout à coup. » - Et dans Madame Bovary : « Une convulsion la rabattit sur le matelas... »

28Ces ressemblances, dont j’ai volontairement abrégé l’énumération, car on en trouverait d’autres, aussi probantes, ne sont pas fortuites. Sont-elles conscientes ? Répondre oui serait taxer le romancier de plagiat ; et tout ce que j’ai tenté de dire au long de cet exposé visait à faire ressortir l’originalité du jeune romancier face à son grand aîné.

29J’avais évoqué en début d’exposé une manière de pratique incantatoire de faire revivre par la constante convocation du grand mort celui que Maupassant ne s’était jamais consolé de perdre. Je vois aussi dans cette intertextualité - et ceci ne contredit pas cela - le besoin d’un tempérament de s'assimiler un autre tempérament, bien différent sous certains aspects : de la même façon, à en croire Montaigne et les récits des anciens voyageurs, les guerriers de certaines tribus du Nouveau-Monde dévoraient leurs ennemis vaincus pour se parer de leurs vertus. Maupassant n’a pas tué Flaubert, il ne l’a pas dévoré, et il n’était pas son ennemi. Le thème de notre colloque insistait sur la manière dont ils communiaient tous deux dans l’amour de leur Normandie natale. C’est ailleurs aussi qu’il faudrait chercher des points de convergence ou de divergence. Je n’ai pas voulu, je n’aurais pas voulu, parce que là n’était pas le sujet, évoquer leurs rapports sur le plan de l’idéologie. Malheureusement - ou heureusement - en portant au petit écran une adaptation de Mont-Oriol, Serge Moati et Geneviève Dormann ont abordé ce problème, et même, si l’on s’en tient au premier, il a plus fait que l’aborder. J’ai cru devoir répondre dans le Monde des 5-6 avril aux allégations qui présentaient Maupassant comme un antisémite mondain, et Mont-Oriol comme une manière de reflet de la France Juive de Drumont, qui n’était pas paru lorsque Maupassant écrivit son roman. J’ai dépassé depuis trop longtemps les limites qui m’étaient imparties pour traiter maintenant ce thème, mais je me tiens prêt à répondre à vos interrogations, et peut-être à dégager, non pas seulement sur Mont-Oriol, mais sur l’ensemble de l’œuvre de Maupassant, ce qui me paraît être une vérité d’évidence. Curieusement, Flaubert ne serait pas absent de cette mise au point. Une caricature célèbre reprochait à ce dernier de dépecer, décortiquer au scalpel le cadavre d’Emma ; et voici qu’à notre tour, pour employer une expression quelque peu osée de Maupassant lui-même, nous déculottons leurs personnalités. Mais après tout, l’immortalité n’impose-t-elle point de telles servitudes ?

Notes

1 Les pages renvoient pour Madame Bovary à l’édition Garnier (texte établi et commenté par Claudine Gothot-Mersch), et pour Mont-Oriol à l’édition originale (Paris, Havard, 1887).

Auteur

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540