Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Flaubert et Maupassant

 | 
Jean Pierrot
, 
Joseph-Marc Bailbé

Illusion poétique et artistique

Fortune théâtrale de « Boule de Suif »

Tadeusz Kowzan

Texte intégral

1Comme tous les grands narrateurs français du XIXe siècle, Guy de Maupassant fut fortement attiré par le théâtre. Sur six ouvrages dramatiques qu’il a écrits, seul ou en collaboration, quatre précèdent son vrai début de conteur que devait être Boule de Suif, à savoir une amusante comédie A la Feuille de Rose. Maison turque, représentée en privé, en 1875, pour le plaisir de Flaubert, ainsi que trois pièces en vers. Deux autres ouvrages dramatiques, postérieurs aux Soirées de Médan, sont des adaptations de ses propres textes : Musotte (1891) a comme point de départ L’enfant (1882), tandis que La paix du ménage, créée à la Comédie Française quatre mois avant la mort de l’écrivain, développe une brève esquisse dialoguée Au bord du lit (1883).

2Somme toute, la place - plutôt modeste - de sa production dramatique par rapport à son œuvre narrative est à peu près pareille à celle qu’occupe le théâtre dans l’œuvre de Flaubert, elle est relativement moins importante que chez d’autres romanciers dramaturges comme Balzac ou Zola. D’autre part, nous l'avons vu, les rapports thématiques entre ses nouvelles et ses pièces de théâtre sont très insignifiants, il n’y a chez Maupassant ni Vautrin ni Thérèse Raquin.

3Il n’en reste pas moins vrai que l’auteur de Boule de Suif a un instinct dramatique incontestable, qu’il sait exploiter à merveille, dans ses ouvrages narratifs, les éléments considérés comme composantes typiques du drame : exposition, nœud, crise, péripétie, catastrophe, dénouement. Les qualités dramatiques de ses textes - dramatiques non seulement au sens général, métaphorique, mais aussi au sens technique c’est-à-dire du point de vue de la production destinée à la scène - n’échappent ni au lecteur, ni au chercheur, ni surtout à l’homme de théâtre. D’où un grand nombre d'adaptations théâtrales, cinématographiques et, de nos jours, télévisuelles de ses ouvrages.

4Notre propos est de présenter trois pièces tirées de Boule de Suif, depuis le début du siècle jusqu'à ces dernières années, et de voir comment y fonctionnent certains éléments dramaturgiques, de quelle façon l’architecture de tel ou tel ouvrage théâtral reprend le schéma de la nouvelle, dans quelle mesure et dans quel sens elle s’en éloigne.

  • 1 Avec un acte d’Adolphe Meyer Lendemain de première et un acte de Lucien Descaves Tiers Etat.

5La première théâtralisation de Boule de Suif est, à ma connaissance, celle d’Oscar Méténier (1859-1913). Fécond en tant que romancier, dramaturge et adaptateur, lié au mouvement naturaliste, il a donné au Théâtre Libre En famille (1887) ainsi qu’une adaptation de Mademoiselle Fifi (1896). Sa Boule de Suif, pièce en trois actes et quatre tableaux, fut créée au Théâtre Antoine, le 6 mai 19021, et éditée chez Ollendorff, en 1903.

  • 2 Bibliothèque de l'Arsenal, Rf. 66.150. La provenance de ces coupures n’est pas indiquée.

6Dans un dossier de la Collection Auguste Rondel, on trouve deux comptes rendus de la première représentation2. « Le Moucheur de Chandelles » affirme dans son article : « Il y a toujours quelque témérité à s’attaquer aux chefs-d’œuvre, mais il faut reconnaître que M. Méténier l’a fait avec tant de respect, tant d’ingéniosité et tant d’adresse qu’on ne saurait le lui reprocher, et il a mis à la scène avec toute l’habileté désirable l’émouvante et admirable nouvelle de Maupassant. »

7Catulle Mendès écrit, pour sa part, que l’adaptation d’Oscar Méténier « est disposée avec une intelligence très sûre des proportions, un juste choix de ce qui doit être mis en relief ou laissé dans l’ombre, et n’a rien de désordonné ni de trop languissant ; en outre, elle montre une fois de plus, par une mise en scène irréprochable et singulière à la fois, ce goût du pittoresque dans la réalité, qui caractérise M. Antoine ». Mais il remarque que la pièce n’a pas eu tout le succès qui lui semblait promis. « Comment expliquer la froideur, presque, du public, devant une œuvre qui, il y a dix ou douze ans, n’eût pas manqué de lui plaire, et même de soulever des tempêtes d’enthousiasme, des ouragans de bravos ? Eh ! c’est justement parce qu’elle eût tant réussi autrefois, qu’elle n’a guère réussi aujourd’hui ; et, plus elle a paru « Théâtre Libre », moins elle devait paraître agréable ou touchante, - puisque le Théâtre Libre, en effet, n’est plus, puisque s’est, du tout au tout, modifié, transformé, en quelques années, l’état d’esprit du public. »

  • 3 André Antoine note, dans Mes souvenirs sur le Théâtre Antoine et sur l'Odéon (première direction), (...)

8Et pourtant la pièce de Méténier est restée à l’affiche pendant plusieurs semaines3.

  • 4 Je me sers de l’édition en langue allemande : Fritz Hochwalder, Dramen t. I, Graz, Verlag Styria, 1 (...)

9Une autre adaptation de Boule de Suif que je voudrais présenter est due à Fritz Hochwalder (né en 1911), dramaturge autrichien, installé en Suisse depuis 1938. Sa comédie en cinq actes porte un titre français, Hôtel du Commerce ; elle fut écrite en 1944 et créée le 1er février 1946 à Prague, au Théâtre du 5 Mai. Elle a été reprise, notamment en Pologne, en 1957 et en 19604.

10Enfin, une Boule de Suif de fraîche date, sous forme de comédie musicale en deux parties, avec le livret de Jean Meyer (né en 1914), les couplets d’Albert Husson (1912-1978) et la musique d’Henri Sauguet (né en 1901). Œuvre lyrique, puisqu’elle contient une quinzaine de morceaux chantés : couplets, airs, duos, quatuor.

11Henri Sauguet, auteur de plusieurs opéras et ballets tirés des ouvrages littéraires (La chartreuse de Parme, Les caprices de Marianne, La gageure imprévue, La dame aux camélias, Le pain d'autrui), déclare à propos de Boule de Suif, dans une lettre qu'il a bien voulu m’adresser, le 19 août 1979 : « Ma partition, tout en essayant de conserver un style musical qui s’impose pour ce genre d’ouvrage, a cependant tenté de peindre la psychologie des personnages mis en scène par Maupassant et d’atteindre le récit par la qualité de l’écriture. »

  • 5 C’est grâce à l’amabilité de Mademoiselle Marie-Claude Billard, conservateur du Centre de Documenta (...)

12« Une musique légère, ironique ou tendre, jamais importune ou envahissante, dans la tradition d’un Messager ou d’un Reynaldo Hahn » - écrit Henry Dumoulin dans Le Progrès de Lyon (16 décembre 1978). Car c’est à Lyon, au Théâtre des Célestins, que fut créée, le 13 décembre 1978, la comédie musicale Boule de Suif, dans la mise en scène de Jean Meyer, avec les décors et les costumes de Jean-Denis Malclès5.

13Au point de vue de la fable, de la structure et de l’esprit général, les trois adaptations en question sont assez proches du récit originaire. Cette fidélité peut nous surprendre, étant donné les différences d’époque, d'origine et de genre ; nous sommes effectivement en présence d’un drame naturaliste du début du siècle, d’une pièce d’un auteur d’expression allemande datant de la fin de la Deuxième Guerre mondiale, et d’une comédie musicale écrite un siècle après la nouvelle de Maupassant. Nous examinerons quelques changements d’optique, de composition, d’effets dramaturgiques, dus au passage de la forme narrative à la forme théâtrale, aux nécessités de la scène, mais aussi à des options individuelles des adaptateurs.

14Commençons par le corpus de personnages. Si l’on recourt au critère des individus actants et parlants, il y en a quinze dans le récit initial. Tout d’abord, les dix passagers de la diligence : M. et Mme Loiseau, M. et Mme Carré-Lamadon, le comte et la comtesse Hubert de Bréville, Cornudet, Elisabeth Rousset alias Boule de Suif, et les deux religieuses dont l’une seulement, plus jeune et presque muette, a un nom (sœur Saint-Nicéphore). Ce groupe est complété par cinq autres personnages, à savoir le cocher, l’officier allemand à Tôtes, l’aubergiste et sa femme (M. et Mme Follenvie), et enfin le bedeau.

15Si l’on prend en considération le récit de Maupassant et les trois adaptations théâtrales, on constate que huit voyageurs (ceux qui viennent d’être cités moins les deux sœurs) ainsi que l’aubergiste sont présents dans toutes les versions. Ils peuvent donc être tenus pour une constante, tandis que tous les autres personnages de la nouvelle constituent l’élément variable.

16De ce point de vue, Oscar Méténier est plus fidèle au récit que ses successeurs. Il reprend les quinze personnages (la vieille religieuse y est nommée sœur Théotime) et leur ajoute le seizième, un cantonnier.

17Fritz Hochwälder supprime le bedeau et, ce qui est très significatif, il fait disparaître ou plutôt il cache l’officier prussien. Celui-ci ne cesse de jouer le rôle que Ton sait, mais il reste dans les coulisses, nous ne le voyons jamais. Le Prussien est représenté par son sabre et son casque à pointe (remplaçant la « casquette plate et cirée » qu’il portait chez Maupassant) qui tantôt sont accrochés au-dessus de la cheminée, tantôt disparaissent, tantôt sont rapportés par l'aubergiste - au gré des déplacements de leur propriétaire. Par parenthèse, Hochwälder n’emploie jamais le surnom de Boule de Suif. Les deux religieuses s’appellent, dans sa pièce, Schwester Christine et Schwester Hélène, tandis que le cocher, dont nous verrons le rôle important, porte le nom de Louis.

18L’adaptation de Jean Meyer va plus loin dans la réduction du nombre des personnages primitifs. Elle en supprime cinq (les deux sœurs, le cocher, la femme de l’aubergiste et le bedeau), et ne retient finalement que dix personnages de la nouvelle : les huit passagers de la diligence, l'officier prussien (qui parle allemand la plupart du temps) et l’aubergiste. En revanche, nous y voyons quelques personnages nouveaux - le bonimenteur, Thérésa et quatre danseuses du French cancan, - mais ceux-ci n’interviennent que dans une scène de « retour en arrière » évoquant le passé de Boule de Suif : une sorte de « théâtre dans le théâtre » où notre héroïne se produit, à l’Alcazar d’été, sous le nom de Zaza la Blonde. Un autre intermède, cette fois muet, est introduit dans la deuxième partie de la comédie musicale. Quand Boule de Suif, poussée par ses compagnons de voyage, monte enfin chez l’officier prussien, un mimodrame met en scène le comte de Bréville, M. Carré-Lamadon et M. Loiseau dans une maison close (« vue par Toulouse-Lautrec »). Evocation crue de leurs souvenirs ou de leurs rêves.

19Passons maintenant à la structure des trois adaptations par rapport au récit originaire.

20Sans compter la préhistoire (ou la préaction), faisant état de la situation à Rouen depuis la retraite des troupes françaises, on distingue facilement, dans le texte de Maupassant, trois parties constitutives : la diligence - Tôtes - la diligence. A cette division, basée sur le critère spatial et temporel, correspondent les trois moments déterminants dans la dramaturgie du récit. La partie médiane (Tôtes) voit se nouer et se dénouer ce que j’appellerai ici l'affaire Prussien - Boule de Suif, c'est-à-dire le chantage exercé par l’officier allemand, l’assaut livré par les covoyageurs contre Elisabeth Rousset, et la capitulation de celle-ci. La première et la troisième parties sont marquées, symétriquement, par deux repas dans la diligence : celui que Boule de Suif partage généreusement avec ses compagnons de route, et celui d’« après » qu’aucun d’entre eux ne se sent obligé de partager avec elle.

21Ces trois points forts, constituant le schéma dramatique de la nouvelle, on les retrouve dans les trois adaptations. Avec des variantes qui donnent une note originale à chacune d’entre elles.

  • 6 Le décor de cet acte et la situation des voyageurs ont leur source dans le passage suivant du récit (...)

22Les deux repas - et cela est un trait commun aux trois versions théâtrales - ont lieu dans l’auberge et non pas dans la diligence. D’ailleurs la pièce de Fritz Hochwälder et celle de Jean Meyer se déroulent d’un bout à l’autre dans la salle commune de l’hôtel. Seul Oscar Méténier situe son premier acte sur une route, à six kilomètres de Tôtes ; la diligence s’y trouve immobilisée par la neige, le « timon vient de se fendre ». C'était sans doute pour André Antoine une occasion de déployer un décor naturaliste : « des amoncellements de neige », « les deux roues de l’arrière, seules visibles, sont enfoncées jusqu’aux moyeux dans des ornières de neige » - précisent les indications scéniques6. C’était aussi une occasion d'introduire sur la scène un animal vivant : l’officier prussien entre à cheval, il vérifie les papiers des voyageurs. Mais le repas, dans la pièce de Méténier, aura lieu à l'Hôtel du Commerce (acte II).

23Pour justifier l’embarras des voyageurs qui recourent aux victuailles de Boule de Suif, les trois adaptations évoquent le manque de vivres à l’hôtel ou bien la mesquinerie de l'aubergiste ; celui-ci ne leur offre que des pommes de terre dans la pièce de Méténier, du pain et du vin chez Hochwälder, même « pas un morceau de pain » dans la comédie musicale.

24En ce qui concerne le deuxième repas, qui fait pendant à celui qu’on vient d’évoquer, les circonstances en sont bien différentes dans chacune des trois adaptations, l’exclusion de Boule de Suif et l'ingratitude de ses compagnons de route revêtent des formes très variées. Chez Méténier (a. III, 2e tableau), tout le monde prend « le premier déjeuner » et c’est M. Loiseau, pour une fois généreux, qui paye pour tous, sauf pour Boule de Suif. A l’acte V de la pièce de Hochwälder, les trois couples mangent leurs provisions, avant le voyage, sans penser à les partager avec Elisabeth qui doit se contenter du pain sec apporté par l’aubergiste. Dans la comédie musicale, les voyageurs déjeunent copieusement pendant que Boule de Suif se trouve chez l’officier, mais ils refusent d’attendre que celle-ci, une fois descendue, prenne quelque chose avant le départ.

25Enfin, le nœud central du récit, c’est-à-dire l'affaire Prussien - Boule de Suif, est repris par les trois adaptateurs, avec ses principales composantes : chantage - assaut - capitulation. Mais s’il n'y a pas de modification notable, de ce point de vue, dans la pièce de Méténier, les deux théâtralisations postérieures apportent des rajouts qui ont pour but de faire monter la tension dramatique. Les voici.

26Dans la pièce de l’auteur autrichien, les actes II, III et IV peuvent porter respectivement les titres « chantage », « assaut » et « capitulation ». Cependant un élément nouveau apparaît avant le dénouement, avec l’intervention du cocher Louis. Nous avons déjà vu celui-ci, à l’acte II, prêter un couteau à Elisabeth Rousset, lorsqu’elle avait appris les conditions de l’officier. Quand elle se décide à monter chez le Prussien, à la fin de l’acte III, elle emporte le couteau dans son manchon. Et à l'acte IV, alors que toute la compagnie attend dans la joie le résultat de la « mission » d’Elisabeth, le cocher survient et, en révélant lui avoir donné son couteau, provoque la panique. Tout le monde se rend compte qu’ayant bourré son crâne d’histoires de meurtre, ils ont peut-être incité la pauvre fille à tuer l’officier, et qu’ils risquent de le payer de leur propre vie. Il faut agir le plus vite possible pour empêcher le drame, mais personne n’ose monter et même Louis refuse d’intervenir. Quel soulagement lorsque M. Loiseau aperçoit le Prussien faire ses adieux à Elisabeth.

27Cet élément dramatique - hypothèse d’un meurtre et le suspens qui en résulte - réapparaît, sous une autre forme, dans le livret de Jean Meyer. Quand Boule de Suif redescend de chez l’officier avec les laissez-passer récupérés, et que ses covoyageurs ne veulent pas lui laisser le temps de manger « un morceau » avant le départ (« j’ai faim » - se plaint-elle), furieuse, elle leur déclare avoir tué le Prussien avec « un petit couteau de dessert à lame d’argent ». Les trois couples partent en catastrophe, tandis que Boule de Suif avoue à Cornudet avoir inventé toute cette fable : « Ils m’ont refusé un morceau de pain, ils méritent d’avoir peur. »

  • 7 On trouve, dans l'adaptation de Jean Meyer, quelques autres emprunts faits à des récits de Maupassa (...)

28Un officier prussien poignardé par une prostituée ? Il n’est pas difficile de trouver la source de ce motif dans l’œuvre de Maupassant. C’est bien l’histoire de Mademoiselle Fifi et de Rachel, dans la nouvelle publiée deux ans après Les soirées de Médan. Si ce motif est à peine esquissé chez Hochwälder, la référence à Mademoiselle Fifi est explicite dans la comédie musicale : l’histoire de l’assassinat est racontée par Boule de Suif avec les paroles de Rachel7.

29Il reste un aspect non négligeable des adaptations, à savoir la note finale avec l’alternative ingratitude/solidarité vis-à-vis du personnage éponyme. L’ingratitude constitue l’apanage de ses compagnons de route. Même Cornudet, qui avait pourtant refusé de s’associer à l'assaut contre Boule de Suif (« Je vous dis à tous que vous venez de faire une infamie ! »), reste - chez Maupassant - très réservé, presque indifférent, lors du deuxième repas dans la diligence. Il dirige son sarcasme contre l’égoïsme et la lâcheté de ses voisins, mais il se garde de manifester la solidarité avec Boule de Suif ; il consomme placidement ses œufs durs sans en proposer à la fille qui souffre de la faim et qui est de plus en plus exacerbée.

30En revanche, chacune des trois adaptations met en scène un personnage qui, d’une façon ou d’une autre, se montre solidaire de Boule de Suif.

31Chez Méténier, c’est la mère Follenvie qui lui remet un pain, un fromage et une bouteille de cidre, pour la route, et c’est sur le cri d’indignation de la femme de l'aubergiste « Ah ! les cochons ! » que tombe le rideau.

32Au Ve acte de la pièce de Hochwälder, Cornudet intervient, vainement, en faveur de la fille qui n’avait rien mangé depuis la veille, mais c’est le cocher Louis qui prend vraiment sa défense : il ne partira pas avant que les autres partagent leurs victuailles avec Elisabeth Rousset. Exaspérée, celle-ci refuse leur « mangeaille », elle va jusqu’à refuser de monter dans la diligence en leur compagnie, c’est pourquoi le cocher lui offre une place sur son siège.

33Enfin, l’adaptation de Jean Meyer réhabilite Cornudet. Les trois couples partis en panique, tout en abandonnant Boule de Suif à son sort, Cornudet reste auprès d’elle et déclare son intention de l’épouser. Voilà un happy end digne d’une comédie musicale, voilà la prostituée récompensée, dans le droit fil du mélodrame. Seulement... les paroles adressées par Cornudet à sa future femme : « Je t'ai aimée d'abord pour ta belle action, maintenant je sens que je vais te chérir pour toi-même, que je t’épouserai et je ferai de toi une dame qui en vaudra beaucoup d’autres », ne sont qu’une transposition du dernier paragraphe de Mademoiselle Fifi. La courageuse Rachel, rentrée, après le départ des troupes allemandes, dans la maison publique, « en fut tirée quelque temps après par un patriote sans préjugés ».

34Quelle conclusion peut-on tirer de cette confrontation rapide des trois adaptations théâtrales avec le récit de Maupassant ?

35Nous avons déjà remarqué que parmi les constantes il y a neuf personnages, ainsi que la structure tripartite avec les deux repas qui se font pendant. (Ces repas sont déplacés de la diligence à l'auberge, dans les trois adaptations, pour des raisons techniques). Ce sont surtout les variantes qui méritent d’être considérées dans leur évolution.

36Au point de vue des personnages supprimés et/ou ajoutés, chaque adaptation s’éloigne davantage du corpus initial.

37En ce qui concerne le deuxième repas et ses effets, ils sont de plus en plus drastiques en passant de Méténier à Hochwälder, de Hochwälder à Meyer.

38Mais le changement substantiel semble être l’idée du meurtre qui est introduite, dans le nœud central, par les deux derniers adaptateurs. Ce meurtre n’est qu’une hypothèse chez Hochwàlder, une simulation chez Meyer, il n’en reste pas moins vrai qu’il constitue un élément de dramatisation important (d'ailleurs emprunté à un autre texte de Maupassant).

39Enfin le dilemme solitaire/solidaire qui est peut-être le grand problème moral de Boule de Suif. Cornudet, dans le récit originaire, est vaguement solidaire de la fille. Il se rachète, nous l’avons vu, dans la comédie musicale. En revanche, chez Méténier c’est une femme du peuple, la mère Follenvie, et chez Hochwälder, un homme du peuple, le cocher Louis, qui manifestent une solidarité désintéressée avec l’héroïne.

40Dans cette optique, il n’est peut-être pas inutile d’évoquer les adaptations cinématographiques de Boule de Suif. Elles sont au nombre de trois : russe (1934), japonaise (1935) et française (1945).

41Il nous est difficile d'avoir une opinion sur le film du grand cinéaste japonais Kenji Mizoguchi (1898-1956), Maria No Oyuki (Oyuki alias Maria), puisqu’il ne semble pas avoir été diffusé en Europe.

42L’adaptation russe, première en date, est une réalisation de Mikhaïl I. Romm (né en 1901). C’était son début, et en même temps le dernier film muet tourné en Union Soviétique. Pyška (Pet-de-nonne) est assez fidèle à la nouvelle de Maupassant, sauf quelques rajouts, notamment une idylle (au second plan) entre une servante et un soldat prussien. Mais ce qui nous intéresse au point de vue des éléments constitutifs mis en relief dans les adaptations théâtrales, c’est la scène finale du film : on voit un soldat allemand qui manifeste sa solidarité avec Boule de Suif en lui donnant son pain. Une liberté qui n’est peut-être pas une infidélité à la pensée de Maupassant.

43Le film français de Christian-Jaque (né en 1904), avec les dialogues d'Henri Jeanson (né en 1900), est une fusion de deux nouvelles : Boule de Suif et Mademoiselle Fifi. L’intrigue de celle-ci s'articule adroitement avec la fable de celle-là, l’officier prussien de Boule de Suif n’est autre que le lieutenant d’Eyrik de Mademoiselle Fifi (interprété par Louis Salou), Elisabeth Rousset devient Rachel (Micheline Presle), et le film se termine par le meurtre et par la fuite de la fille. Ce qui n’est que suggéré indirectement - hypothèse ou simulation - dans les deux adaptations théâtrales, se présente comme un fait accompli dans le film de Christian-Jaque. Notons que la pièce de Hochwälder précède le tournage de ce film, tandis que la comédie musicale lui succède à trente-deux ans d’intervalle.

44Signalons, pour terminer, le rapprochement que l’on fait souvent entre Boule de Suif et le fameux western américain de John Ford La chevauchée fantastique (Stage-coach, 1939). Une diligence, une prostituée qui, malgré son dévouement, rencontre la malveillance de la part de plusieurs passagers, le repas dans une auberge, le climat d’insécurité, c’est tout ce qu’il y a de commun entre le récit de Maupassant et le film de John Ford, d’ailleurs tiré d’une nouvelle contemporaine d’Ernest Haycox. Si inspiration il y a, elle peut se situer aussi bien au niveau du film qu’au niveau de la nouvelle de l’auteur américain.

45Mais c’est un autre grand problème qui se pose et qui dépasse notre propos : l'œuvre de Maupassant comme source d'inspiration dans la littérature et dans le spectacle.

Notes

1 Avec un acte d’Adolphe Meyer Lendemain de première et un acte de Lucien Descaves Tiers Etat.

2 Bibliothèque de l'Arsenal, Rf. 66.150. La provenance de ces coupures n’est pas indiquée.

3 André Antoine note, dans Mes souvenirs sur le Théâtre Antoine et sur l'Odéon (première direction), Paris, Grasset, 1928 :
« 20 mai 1902. - Boule de Suif est tout à fait partie et nous faisons 3.000 presque tous les jours.
28 mai 1902. - Hélas ! les premières chaleurs, très fortes, vont couper l’élan de notre spectacle. Aussi vais-je fermer dans la première semaine de juin pour rouvrir le 20 septembre.
20 septembre 1902. - Réouverture hier, avec La nouvelle idole et ce soir Boult de Suif.
23 octobre 1902. - Au fond, Boule de Suif n’a pas résisté à la fermeture. »

4 Je me sers de l’édition en langue allemande : Fritz Hochwalder, Dramen t. I, Graz, Verlag Styria, 1975, p. 141-203.

5 C’est grâce à l’amabilité de Mademoiselle Marie-Claude Billard, conservateur du Centre de Documentation Théâtrale de la Bibliothèque Interuniversitaire de Lyon que j’ai eu la possibilité de consulter le dossier complet de ce spectacle. Qu’elle trouve ici mes remerciements très chaleureux.

6 Le décor de cet acte et la situation des voyageurs ont leur source dans le passage suivant du récit : « Chacun guettait pour apercevoir un cabaret sur la route, quand la diligence sombra dans un amoncellement de neige, et il fallut deux heures pour la dégager. [...] Les messieurs coururent aux provisions dans les fermes au bord du chemin, mais ils n’y trouvèrent pas même du pain [...] ».

7 On trouve, dans l'adaptation de Jean Meyer, quelques autres emprunts faits à des récits de Maupassant. Dans la première partie de la comédie musicale, Cornudet raconte l’histoire du Père Milon, tandis que, dans la deuxième partie, les paroles de Boule de Suif : « Judith ? J’ai eu une copine qui s’appelait comme ça. Une juive qui avait attrapé la syphilo et qui a tué plus de Prussiens que bien des officiers de l'active », sont une référence à la belle Irma, héroïne du Lit 29.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540