Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Flaubert et Maupassant

 | 
Jean Pierrot
, 
Joseph-Marc Bailbé

Milieu culturel et paysages

Présence de la flore française dans l’œuvre de Gustave Flaubert

Bernard Boullard

Texte intégral

1Tourmenté, impétueux, inquiet, rarement serein, il n’était pas dans le tempérament de Gustave Flaubert de demeurer le sage et fidèle amant de la nature. Aussi devons-nous considérer avec une particulière attention le fait que jamais il ne rompit avec elle, même si, parfois, il s'emporta contre elle : « La Normandie avec sa verdure m’agace les dents comme un plat d’oseilles crues. » (40)

2Le spectacle qui lui fut, tout enfant, offert dans la cour de l’Hôtel-Dieu, puis les conversations qu’il eut, adolescent, avec son père, ne l’incitaient guère à devenir amoureux de la déesse Flore. Il eut peut-être fallu que son grand-père, Nicolas Flobert Le Cadet, mort en 1814 à l'âge de 60 ans, devienne au moins octogénaire pour que la flamme de la Botanique vienne précocément lui caresser le cœur. Le Jardin sec réalisé en 1779 par le jeune étudiant vétérinaire, malgré ses multiples lacunes, traduisait une indiscutable curiosité à l’égard du monde végétal qu’il eut été aisé de transmettre au petit-fils précocément curieux des choses de la vie.

3D’ailleurs, au Collège de Rouen : « L’élève Gustave Flaubert ne consentait à briller qu’avec les maîtres qu’il estimait. Il en fut ainsi avec le savant Pouchet, professeur d’Histoire Naturelle, qui lui attribua la première place en composition » (50). Il avait été invité à disserter sur l’envoûtant groupe des Champignons. Le Dictionnaire d’histoire naturelle du distingué naturaliste rouennais Valmont de Bomare, lui avait fourni suffisamment de connaissances pour qu’il rédige 25 pages et obtienne le prix en botanique !

4Les Ecrits de Jeunesse témoignent d’une indiscutable attirance pour les choses de la nature. Même si une certaine tristesse imprègne souvent ces écrits encore hésitants, c’est quand même en se tournant vers les plantes que leur auteur adoucit ses propos en les agrémentant spontanément, d’un peu d’espoir et de beaucoup de poésie. Que désire le Pauvre (dans La Danse des Morts), si ce n’est le droit de jouir encore un peu du spectacle qui l’environne : « Laisse-moi la nature ; le pauvre n’a qu’elle, mais il l’aime comme une mère ? » (1). Dans la cour de récréation, Gustave s’efforçait de découvrir les sensations qui étaient quotidiennement offertes, l’automne venu, au fils de paysan normand se rendant en classe par les chemins encaissés : « ... pendant qu’on jouait... je me promenais le long du mur, marchant sur les feuilles tombées des tilleuls, pour s’amuser à entendre le bruit de mes pieds qui les soulevaient et les poussaient » (5). La recherche de telles jouissances intérieures ne le quitta pas de sitôt puisqu’en 1855 il écrira encore à Louis Bouilhet : « Les feuilles tombent. Les allées sont, quand on y marche, pleines de bruits lamartiniens que j’aime extrêmement... » (39).

***

5Peut-être y avait-il à travers un tel penchant pour les feuilles mortes une expression durable de la nostalgie précoce de ces « souvenirs calmes et riants comme un souvenir du premier âge » qui passaient près de lui... « comme des roses flétries » (3).

6Divers passages de la Correspondance entretenue par Gustave Flaubert avec Louise Colet nous révèlent fort bien sa grande considération envers la nature. Célèbre est la formule du printemps de 1854 : « ...on peut mettre un immense amour dans un brin d’herbe » (48), même si elle n’a point le mordant, la crudité de cette autre pensée : « Avec votre langue châtrée par les grammairiens et déjà si pauvre, si châtrée d’elle-même, pouvez-vous exprimer tout le parfum d’une fleur, tout le verdoyant d’un pré d'herbe ? » (49). Assurément il y eut quelques moments moins euphoriques, surtout dans la solitude hivernale., ou sentimentale : « Je rentre de Croisset où je me suis embêté toute la journée. Dieu me préserve de retourner à la campagne l’hiver » (47), mais, en considérant l’œuvre avec les yeux du botaniste, comme nous nous proposons de le faire maintenant, il ne fait aucun doute que Gustave Flaubert a dû, beaucoup plus qu’il ne l'avoua, et peut-être même beaucoup plus qu’il ne le pensa, « rester en contemplation devant la nature » (41).

***

7Du milieu sévère dans lequel a évolué le jeune Gustave à l’Hôtel-Dieu de Rouen, nous ne retiendrons ici que la présence d’herbe croissant entre les pavés, les frondaisons denses des arbres des tristes cours intérieures et, surtout, les draperies de lierre sur les vieux murs. Ce n’était point, assurément, un milieu euphorisant.

8Déville, heureusement, apporta quelques divertissements. En Corse, par la pensée, il s'y voyait : « ... j’entrais dans le bosquet j’ouvrais la barrière... » (25). La Seine l’envoûtait déjà, avant qu’il l’ait en permanence sous ses fenêtres ; il y faisait parfois allusion, et se consolait de l’hiver maussade en songeant à la saison des blés mûrs qui serait aussi celle des baignades en « regardant les arbres qui se mirent au bord » (29).

9A partir de 1844, au lendemain de l’attaque qui le terrassa près de Pont-l'Evêque par conséquent, Flaubert fut absorbé par Croisset et s’y tint d'une façon quasi-permanente. Séparé du fleuve par un simple chemin de halage, le parc recelait de beaux arbres qu’il est intéressant de citer : tilleuls, hêtres, ifs, marronniers à l’ombre dense, et le tulipier au feuillage splendide. Combien de fois sera-t-il question de telle ou telle de ces essences dans les écrits de l’ermite ? En outre, il se plaisait à communiquer les sensations qui l'envahissaient dans ce milieu. D’ailleurs c’était un cadre qu’il ne savait pas oublier, même lorsqu’il se trouva, exceptionnellement, à des milliers de kilomètres de Rouen. Qui ignore ses impressions écrites « A bord de la cange ? »

10Indiscutablement, le jardin de Croisset a toujours été présent à l’esprit de l’écrivain, qu’il corresponde ou compose ses œuvres. Ce n’était parfois qu’une brève allusion ou qu’une nuance poétique dans un courrier sérieux, mais on l’y décèle ! Il arrivait même que la notion de propriété se mêle aux sentiments : « ... je jouis de me retrouver chez moi, comme un petit bourgeois... en vue de mon jardin » (42) ou que l’homme de plume se fasse jardinier-conseil : « Il reste à Pissy des fleurs de quoi emplir une charrette, inutile de les perdre et il en manque dans le jardin. Leur place est toute trouvée » (45).

11Visiblement Flaubert aimait poser son regard sur la pelouse pour délasser son esprit. Il se plaisait à informer ses correspondants de l’échelonnement des floraisons qui l’émaillaient : la phénologie de l’épanouissement des primevères, des violettes, des pâquerettes... en fonction de la rigueur (ou de la clémence) de l’hiver précédent, ressort indiscutablement de la Correspondance.

12Les rivières et leur environnement végétal ont été, pour lui, de très fécondes sources d’inspiration. Qu’il séjourne à Croisset, songe à Nogent, visite le Val de Loire, ou découvre l’Adour, la flore servira de prétexte pour mettre l'eau en valeur, comme dans ce passage rédigé sous le charme de la Garonne : « ... belle aux clairs de lune quand la ville s’est tue et que les hommes laissent parler les joncs dans le courant » (23).

13Même au cœur des villes et bourgades, Flaubert n’est jamais resté insensible à la présence d’un cortège végétal, qu’il y préexiste (telle « la capucine épanouie qui grimpait autour des fenêtres » (34) de l’hôtel à Saint-Malo) ou qu’il le crée « Dans la lucarne d’un grenier, entre des capucines et des pois de senteur, une jeune femme se montra » (14), ou bien encore, au « milieu de Toucques... on passait sous les fenêtres entourées de capucines » (20). Les alignements de tilleuls ou de marronniers (comme à Croisset ?) constituent un décor fréquent pour les places et avenues qu’emprunteront Jules, à Rouen, aussi bien qu’Henry et Mme Renaud, dans Paris.

14Nous partageons le sentiment d'Alfred Colling (52) selon lequel l’écrivain empruntait surtout ses images au milieu dans lequel il vivait, à ses paysages intimes. Croisset occupe, parmi eux, une place de choix. Emile Zola l’avait bien perçu, aussi associa-t-il, dans un même éloge, l’Homme qui venait de disparaître et le Cadre qu’il avait si souvent contemplé (56).

***

15Bien que fort attaché aux habitants, à leurs mœurs, à l’histoire, Gustave Flaubert, au cours de ses voyages à travers la France, n’a pourtant jamais omis d’évoquer les paysages végétaux.

16Les pinèdes des Landes lui plurent. Il les préféra, sans hésitation, aux formations moins typées, selon lui, du Poitou et de la Guyenne. Toutefois il apprécia plus encore, à l’approche de Bayonne, la fraîcheur, l’herbe dense, et les formes ondulantes des petites collines boisées. Aux environs de Pau, vers Gavarnie, en se rendant au port de Venasque, le voyageur se fit phytogéographe... Il « intégra » la flore à son processus descriptif à un point tel qu’il éprouve le besoin de noter, plus loin encore : « ... point de plantes, pas de mousses, rien » (24) comme si, visiblement, quelque chose lui manquait. Quelques jours plus tard il parcourut l’île de Beauté, et son maquis le captiva. Il en rendra assez heureusement compte à sa sœur Caroline, sans oublier de mentionner les peuplements ligneux plus imposants, sans réduire sa sensibilité au silence ni juguler sa soif d’observations : « Vallées pleines d’ombre, maquis de myrtes, sentiers sinueux dans les fougères, golfes aux doux murmures dans les mers bleues, larges horizons de soleil, grandes forêts aux pins décharnés, confidences faites dans les chemins... » (27).

17Sept ans plus tard, la Basse-Loire et la Bretagne vont défiler sous ses yeux. Les ormeaux de Blois, les peupliers vers Bléré, les vignobles de Touraine, les phragmitaies des bords de Loire, les grands arbres de Clisson, les massifs d’ajoncs alternant avec des plages de mousse rougeâtre vers Tiffauges, la semi-nudité de Belle-Ile, et les vastes perspectives de Crozon tapissées d’une « mousse rousse comme du velours râpé » (31), rien n’échappera au regard critique de Flaubert. Une certaine poésie se marie même à l’évocation de la flore des rives de l’Elorn : « ... nous foulions ce bon sol des bois où les bouquets violets des bruyères poussent dans le gazon tendre, parmi les feuilles tombées. On sentait les fraises, la framboise et la violette ; sur le tronc des arbres, les longues fougères étendaient leurs palmes grêles. Il faisait lourd ; la mousse était tiède » (32). Le réalisme l’emporte au contraire dans le Pays de Léon, où s'imposent les activités humaines, les cultures de primeurs, avant que l’aimable sensibilité ne resurgisse au château de Kérouséré, face aux blés, aux ormeaux, aux coquelicots, aux orties, aux églantiers, aux mûres, aux digitales pourprées...

18Les paysages normands furent, chacun le sait, l’objet de soigneuses reconnaissances avant de les inclure dans les romans, tout comme la forêt de Fontainebleau, ou les environs de Nogent-sur-Seine (si fidèlement insérés dans l'Education Sentimentale que C. Chevreuil a pu, un siècle plus tard, les identifier sur le terrain (51).

***

19Avec une grande sûreté de plume, Flaubert a très souvent brossé des décors flous, tendance qu’a fort bien exprimée Pierre Danger : « ... on ne peut jamais dire qu’il y ait, à proprement parler, de tableaux, mais simplement des esquisses qui correspondent à la perception immédiate d’un instant fugitif (53). Chez Flaubert, un décor espéré peut être planté avec quelque détail, mais le plus souvent la concision sera respectée. Elle se révèle particulièrement accusée à propos des Bertaux, dont le décor est contenu en six mots : « Les poiriers déjà étaient en fleurs » (7).

20L’impressionnisme de l’esquisse ne le cède en rien à la justesse de l’évocation, qu’il s’agisse d'une baie du littoral breton, d’une colline bordant la Seine en aval de Nogent, ou du cadre dans lequel Julien vint au monde. Au Père-Lachaise, lors des obsèques de M. Dambreuse, la flore constitue le cadre, au sein duquel vont évoluer les personnages certes, mais qui captivera singulièrement « Frédéric-Flaubert » : « Les tombes se levaient au milieu des arbres... Des femmes à genoux, la robe traînant dans l’herbe, parlaient doucement aux morts. Des fumigons blanchâtres sortaient de la verdeur des ifs » (18).

21Non satisfait par l’évocation des silhouettes de plantes, des touffes qu’elles composaient, ou des tapis de « gazon » se déroulant agréablement sous les yeux, Flaubert a voulu, et su, faire vibrer les teintes des végétaux, mais avec la sensibilité qu’il expliquait à Louise Colet : « On se préoccupe trop de la couleur, et pas assez de son esprit, car la couleur dans la nature a un esprit, une sorte de vapeur subtile qui se dégage d’elle... » (Lettre à Louise Colet du 2 juillet 1852). Le choix judicieux des tons permet tantôt à la tristesse de transparaître, tantôt à la gaieté moqueuse de s’extérioriser. Les chatoiements de nuances avaient le don d’enthousiasmer Flaubert, comme ils énivraient Rodolphe et Emma progressant entre : « ... des nappes violettes » (de bruyères tout en fleurs), sous le fouillis des arbres qui étaient gris, fauves ou dorés, selon la diversité des feuillages » (9). A côté de savantes juxtapositions, une touche unique de couleur, une « bouffée », peut suffire pour appporter une note souriante dans un récit mélancolique. Nous pensons qu’effectivement c’est bien par « bouffées » que Flaubert aspirait les couleurs avant de les libérer à nouveau, savamment, de loin en loin, en cours de récit.

***

22Qui connaît Flaubert, homme d’humeur, n’est pas étonné de constater que ses « emprunts » au monde végétal sont très souvent auréolés d’inquiétude ou de romantisme, de franche poésie ou de lyrisme prononcé. « ... les paysages (composés pour ses écrits) se déroulaient avec leurs tristesses et leurs gaietés, leurs odeurs, leurs charmes » (36) reconnaissait Guy de Maupassant.

23Une certaine nostalgie avait envahi Julietta ne courant plus pour cueillir des fleurs, l’inquiétude habitait Jules regardant les chênes se balancer et bruire dans leurs feuillages, alors même qu’une délicate tristesse enveloppait Mme Bovary dans son jardin de Tostes. Emu par les roses flétries, grisé par les senteurs de foin coupé et de fleurs des bois, admiratif devant le petit pont de Quimperlé, d’une seule arche enveloppée de verdures en draperie, Flaubert devait, ailleurs, en d'autres circonstances, céder à un romantisme déprimant. Il prêtera à Rosanette, non sans une pointe d’humour, pareille langueur lorsqu’« elle devenait sérieuse, et même, avant de se coucher, montrait toujours un peu de mélancolie, comme il y a des cyprès à la porte d’un cabaret » (19). Le mot clé de cette phrase n’est-il pas celui qui désigne le résineux figé, apparemment insensible aux caprices du temps, puisque son manteau sombre ne trahit aucune influence intime des saisons ?

24Même au cœur de la nuit, les caresses de la lune sur le tulipier de Croisset, le reflet des arbres se mirant dans l’eau de la Seine, la prairie d’Yonville à demi noyée dans le brouillard léger, suffisaient pour qu’il en soit fait mention dans la Correspondance ou dans le roman. Flaubert s’est parfois plu à évoluer aux limites indécises du romantisme et du lyrisme. A l’époque à laquelle George Sand prêtait une âme aux oliviers titanesques de Valdemossa, Flaubert, adolescent, peignait la forêt de Vizzavona où les branches des : « grands arbres calcinés... encore debout au milieu de leurs frères tout verts... s’embarrassent dans celles des arbres voisins... Les vivants tiennent embrassés les morts qui allaient tomber » (26).

25Au crépuscule de la vie de l’écrivain, des soucis financiers assombrirent singulièrement le ciel de Croisset et exacerbèrent sa sensibilité : « La Seine... mugit sous le ciel noir... et les arbres, qui se tordent au vent en perdant leur feuilles, ressemblent à des personnes qui s'arrachent les cheveux. On dirait que la nature a un gros chagrin » (43).

***

26A l’image de cet extrait, un certain nombre de paysages (par le choix de végétaux particuliers, par la subtilité des comparaisons auxquelles ceux-ci sont soumis, par les nuances fines de leur port) acquièrent une indiscutable dimension psychologique, qui dissimule presque leur simple signification visuelle. Majestueux, puissant, l'environnement végétal constitue un « cadre » à la dimension du Docteur Mathurin. Ordonné dans sa diversité, inféodé au rythme des saisons, dominé par la floraison des arbres, la maturation des blés, la rosée matinale sur l’herbe, le manteau de neige, le passé de Jules s’oppose brutalement à la vie décousue qu'on mène en ville. La conjugaison du silence, d’une végétation vagabonde, audacieuse, irrespectueuse, irrésistible, et d’un vent complice, invitent immanquablement le visiteur des ruines au respect, à l'humilité, même si cette leçon que nous impose la nature fait écrire à Flaubert (dans une Lettre d’octobre 1878 à la Princesse Mathilde) : « Dans les beaux jours d’été ne la trouvez-vous, quelquefois, insultante ? ».

27Lorsqu’entrent en scène des personnages qu’habitent de tendres sentiments, ils évoluent en général au cœur d’un décor végétal vaporeux, grisant, tantôt rempli de suaves odeurs, tantôt riche de doux bruissements. Les problèmes de conscience qui ne manquaient pas, par instants, de troubler Emma, sont sous-entendus dans ces quelques lignes :... une rafale de vent fit se courber les peupliers, et tout à coup la pluie tomba ; elle crépita sur les feuilles vertes. Puis le soleil reparut, les poules chantèrent, des moineaux battaient des ailes dans les buissons humides, et les flaques d’eau sur le sable emportaient en s’écoulant les fleurs roses d’un acacia (8). En rentrant de Saint-Cloud, assis près de Mme Arnoux, Frédéric ressentait l’exaltation conjuguée de l’opulence et de la luxure alors que : « La voiture roulait, et les chèvrefeuilles et les seringas débordaient les clôtures des jardins, envoyaient dans la nuit des bouffées d’odeurs amollissantes... » (15). Les feuilles qui susurrent, le soleil qui jette des taches lumineuses dans les fourrés, il n’en faut pas davantage non plus pour que Rosanette ou Bouvard se sentent encouragés dans leurs projets intimes de conquête.

28A l’inquiétude d’Henry errant tout le jour dans la campagne, l’angoisse de Jules revenant de la chasse, et contraint à : « s'appuyer contre un chêne pour haleter un peu » (21), nous pouvons opposer la sérénité, la grandeur, la simplicité du Rocher du Grand Bey : « Au pied de File, les varechs dégouttelants s’épandaient comme des chevelures de femmes antiques le long d'un grand tombeau. L'île est déserte ; une herbe rare y pousse où se mêlent de petites touffes de fleurs violettes et de grandes orties » (33).

***

29Le mode d’approche des sciences de la nature n’a pas rebuté Flaubert qui en a fort bien assimilé l’esprit de rigueur et de précision. Lorsque ses compétences n’y suffisaient plus, il demandait l’aide de ses amis spécialisés. La Correspondance ne manque pas d’indications sérieuses en ce qui concerne le « double bonhomme » :... « un qui est épris de gueulades... un autre qui fouille et creuse le vrai tant qu’il peut » (37). Le souci de l’exactitude botanique a été poussé à son paroxysme à propos de Bouvard et Pécuchet. On sait que Pouchet, Pennetier, Baudry, Guy de Maupassant, et d’autres encore, reçurent pour mission de solutionner le « problème » du calice des fleurs de Rubiacées ! Hélas, là, la montagne accoucha d'une souris ! Les données scientifiques les plus sérieuses sont formelles : toutes les Rubiacées possèdent un calice, même s'il est parfois extrêmement discret !

30Le savoir botanique (acquis par Flaubert avec toute l'insistance et le sérieux que nous venons de suggérer) se confirme dans les propos prêtés à ses personnages. Homais conversant avec Mme Lefrançois le jour des Comices, M. de Faverges instruisant Bouvard du rôle de la luzerne dans les assolements, Pécuchet s’efforçant de respecter les principes du marcottage et du greffage, ou tentant d’expliquer la médiocrité de ses melons, sont autant d’exemples de la rigueur de Flaubert en face de la vérité scientifique. Pareillement, il entendit d'ailleurs toujours respecter l'exacte correspondance entre la plante et le milieu de vie qu’il lui assignait. Notre recherche d’éventuels « contre-sens » écologiques n’a point été couronnée de succès. Le maquis, les pins, les châtaigniers, les joncs, la christe-marine (même !), les lichens fruticuleux faisant en sorte qu’à Carnac : « des granits rient dans leurs barbes » (20)... tout cela vient à point nommé, en des lieux qui leur conviennent « écologiquement parlant ».

31Parfois Flaubert gravit encore un degré dans la précision botanique lorsqu’il s’adresse à des espèces assez rares dont il est douteux qu’il ait eu personnellement connaissance. Il en sous-entend parfaitement les aptitudes, les exigences, les habitats particuliers. Ainsi en est-il des aristoloches (17), des Caladium ou des Hibiscus (16), du Nepeta cataria (10) ou du Sophora japonica (22) pour ne citer que celles-là !

32L’écrivain eut manifestement des préférences pour certains végétaux dont il fait mention un grand nombre de fois, dans sa Correspondance ou dans ses romans. Pour qui sait avec quelle opiniâtreté il « ciselait » ses textes, le recours fréquent à telle ou telle plante ne peut relever du pur hasard. Le gazon, et le cortège de fleurs qui l’émaillaient (primevères, violettes, pâquerettes) ont été bien souvent mis à l’honneur. Leurs relations avec Croisset sont évidentes. Notons seulement que Flaubert appelait « marguerites », indistinctement, les petites pâquerettes et les grands leucanthèmes. Les ravenelles et les capucines, respectivement sur les murs et dans les encadrements de fenêtres, sont aussi très fréquemment mentionnées.

33Rien de plus naturel que Gustave Flaubert, littéralement subjugué par les rivières, ait fait un très large usage des essences ligneuses qui affectionnent la fraîcheur de leurs rives : Peupliers et Saules. Que ce soit à Rouen, à Blois, de Saumur à Ancenis, près de Quimperlé ou aux environs de Nogent, qu’il s’agisse de Jules, de Rodolphe ou de Frédéric, saules et peupliers font partie de leur cortège.

34Sans qu’il entretienne pour les varechs une grande sympathie, Flaubert les mentionne souvent sur les littoraux qu’il décrit. Le plus souvent ils pleurent, ou sont gluants, ou noircissent les rochers. L’emploi du mot fucus paraît correspondre à des pensées moins sombres, poétiques même.

***

35La mort, la destruction, les ruines, furent pour lui une obsession, une compagnie permanente et déprimante. Pourtant, comme pour donner à ces ruines un aspect plus accueillant, ou plus solennel encore, il les a toujours drapées de lierre, de ronces ou de mousse. Il s’extasiait à la Roche Maurice en remarquant que : « D'en bas, sur un grand morceau de muraille, monte un lierre ; mince à sa racine, il va s’élargissant en pyramide renversée et, à mesure qu’il s’élève, assombrit sa couleur verte qui est claire à la base et noire au sommet » (32).

36Ah ! Les lierres de l'Hôtel-Dieu ! « ... des vieillards en veste noire se promènent au soleil, le long d’une terrasse toute verdie par des lierres » (11). Gérard Genette prétend que : « ... ni Emma, ni Léon, à cette vitesse et dans cette circonstance n’ont le loisir de contempler une terrasse verdie par le lierre » (54). Nous en convenons et pensons qu'en conséquence Flaubert a tenu à introduire un peu de verdure dans le récit... les draperies de lierre de ce qui fut son premier cadre de vie ont aussitôt resurgi !

***

37Lorsque Flaubert eut recours à des énumérations destinées à rendre compte de la richesse de la flore, de sa diversité, il le fit avec un évident souci de rigueur scientifique. Qu’il s’agisse du parc de la Vaubyessard, du château de Combourg, du reposoir de Pont-l’Evêque, ou du jardin de Nogent, l’énumération botanique est rigoureuse. Nous ne saurions omettre le « spectacle changeant » que créait la diversité des arbres de la Forêt de Fontainebleau. L’évocation s’y révèle, tout à tour, respectueuse de l’habitus de chaque essence, et puissamment lyrique. George Sand ne renierait pas cette nouvelle description des chênes tourmentés ! La tâche pourra paraître facile de « recomposer » un paysage lorsque le cadre est aussi délicieux que celui du Jardin Botanique de Toulon (28). Ne soyons pas aussi sévère pour Flaubert qui a su, avec un égal bonheur, brosser un magistral tableau de la forêt... de l’abandon d’Emma : « ... entre les sapins, une lumière brune circulait dans l’atmosphère tiède. La terre, roussâtre comme de la poudre de tabac, amortissait le bruit des pas ; et, du bout de leurs fers, en marchant, les chevaux poussaient devant eux des pommes de pin tombées... » « ... De longues fougères, au bord du chemin, se prenaient dans l’étrier d’Emma... » (9). Oui, comme nous aimerions que tant de prétendus écologistes sachent, en aussi peu de lignes, passant de la terre à l'arbre, de la bruyère à la fougère, dégager l’ambiance et les traits caractéristiques de la futaie résineuse !

***

38Pour éprouver le désir de protéger il faut aimer, aimer comme une mère qu’aveugle l’attachement et qui ne distingue pas les imperfections du visage de son enfant. C’est bien une semblable passion qui habitait Gustave Flaubert. Dès 1840, plus d’un siècle avant que l’opinion publique ne s’émeuve devant la furie des vagues du présent balayant notre environnement, pluriséculaire parfois, il avoua à diverses reprises sa nostalgie de temps déjà révolus. A Ghisoni, il considéra le cadre de vie du paysan corse. En visitant le Musée de Nantes, il donna même dans le lyrisme, avant de lancer un pathétique message : « Ce grand mot de nature que l’humanité tour à tour a répété avec idolâtrie ou épouvante, que les philosophes sondaient, que les poètes chantaient, comme il se perd ! comme il s’oublie !... L’homme a coupé les forêts, il bat les mers, et sur ses villes le ciel fait les nuages avec la fumée de ses foyers » (33).

39Flaubert ne comprenait pas que l’on défigurât pareillement notre monde. Un siècle avant l’avènement des « gros engins », des « grands moyens », il tremblait déjà pour nos descendants : « ... si la Société continue à aller de ce train, il n’y aura plus dans deux mille ans ni un brin d'herbe, ni un arbre ; ils auront mangé la nature... » (35) et s’inquiétait fort en considérant que : « L’homme tourmenté remue, s’agite, abat les forêts, bouleverse la terre, s’élance sur la mer, et pleure, et rugit, et pense à l’enfer... » (6).

***

40Maints propos de Flaubert témoignent de l’extrême pression qu’exerça sur lui la nature au plan affectif. Lorsqu’il songe à ses formidables possibilités colonisatrices (susceptibles de l’effrayer parfois !) il rend hommage à la puissance du monde végétal. La facilité avec laquelle sont, tôt ou tard, dissimulées les tombes et les ruines l’a souvent frappé. « Adieu donc, vents du soir, qui soufflez sur les roses penchées, sur les feuilles palpitantes des bois endormis, quand les ténèbres viennent ; elles palpiteront longtemps encore, les feuilles des orties qui croîtront sur les débris cassés de ma tombe » (2).

41Lentement, le plus souvent, mais parfois en l’espace d’une tornade, tous les efforts de l’homme peuvent être anéantis. Flaubert ne s’en révolte point, au contraire ; considérant son jardin très malmené « en cinq minutes », il conclut avec sagesse : « Ces choses tourmentées par nous... ont eu dans cette rebuffade atmosphérique une sorte de revanche... » (38).

***

42En dépit de son perpétuel renouvellement, le spectacle de la nature peut sembler bien constant face à l’instabilité de nos états d’âme. Les exemples abondent, dans Madame Bovary notamment.

43Flaubert, plusieurs fois, profite de l'évocation des saisons pour en rapprocher les âges de la vie... bien éphémère ! A peine âgé de 25 ans il cédait déjà à la nostalgie : « Les feuilles repoussent aux arbres mais, pour nous, où est le mois de mai qui nous rende les belles fleurs enlevées et les parfums mâles de notre jeunesse » (46), cependant qu’il confiera plus tard à la Princesse Mathilde : « L’hiver est abominable... De la fenêtre de mon cabinet, j’aperçois cependant quelques primevères. Que ne puis-je refleurir comme le gazon ? » (44). Et il poursuivra : « Vos arbres de Saint-Gratien ont-ils souffert ? Ici tous les lauriers sont morts. Le temps des lauriers est fini, et pour moi celui des roses ! » (45).

44Nous passons, la Nature demeure ! « Ils dorment là, couchés, sans bruit, sous la terre, sous le gazon fleuri » (4). Le jour des obsèques d’Emma Bovary : « ... les seigles et les colzas verdoyaient, des gouttelettes de rosée tremblaient... sur les haies d’épines » (12), cependant que, les jours suivants, dans le jardin qu’elle venait de quitter à jamais : « Les feuilles de vigne dessinaient leurs ombres sur le sable, le jasmin embaumait... des cantharides bourdonnaient autour des lis en fleur... » (13).

***

45Indiscutablement, Flaubert vouait un vif attachement à la nature et se plaisait à l’étudier avec sérieux. Le style a pu, de temps en temps, se faire romantique, le fond est toujours demeuré scientifique. Flaubert n’a donc, selon nous, jamais peint la nature avec un pinceau qui tremble ; mais il l’a croquée avec un crayon bien aiguisé. Les particularités du milieu végétal, à tout moment de l’action, provoquent et expliquent le comportement des personnages, sinon celui de l'auteur qui se « projette » dans un paysage donné, puis nous y entraîne à sa suite, pour y accueillir les acteurs qu’il entend y faire évoluer.

46L’utilisation de la flore française par Gustave Flaubert appelle beaucoup d'éloges. « Amoureux du détail et visant le bloc, sachant que ce sont les perles qui composent le collier, il enfila ses perles sans en perdre une seule et tint son fil de l’autre main sans défaillance » (55). Nous vous invitons à faire pareillement vôtre ce jugement final que nous empruntons à Hélène Frejlich.

Bibliographie

Références

A. ŒUVRES DE GUSTAVE FLAUBERT

Œuvres Complètes. Préface de Jean Bruneau. Présentation et Notes de Bernard Masson. Editions du Seuil, 1964, Tome I : 799 pages ; Tome II : 793 pages.

Tome I

La Danse des Morts : (1) p. 173.

Les Funérailles du Docteur Mathurin : (2) p. 222.

Mémoires d’un Fou : (3) p. 235 ; (4) p. 243.

Novembre: (5) p. 250; (6) p. 271.

Madame Bovary: (7) p. 581; (8) p. 615; (9) p. 628; (10) p. 645; (11) p. 657; (12) p. 688; (13) p. 692.

Tome II

L'Education sentimentale : (14) p. 19 ; (15) p. 39 ; (16) p. 52 ;

(17) p. 135 ; (18) p. 147 ; (19) p. 150.

Un Cœur simple : (20) p. 168.

La Légende de Saint-Julien l’Hospitalier : (21) p. 184.

Bouvard et Pécuchet : (22) p. 211.

Voyage aux Pyrénées et en Corse : (23) p. 427 ; (24) p. 435 ; (25) p. 442 ; (26) p. 448 ; (27) p. 451 ; (28) p. 455 ; (29) p. 456.

Par les Champs et par les Grèves : (30) p. 494 ; (31) p. 521 ; (32) p. 531 ; (33) p. 539 ; (34) p. 542.

Gustave Flaubert. Souvenirs et Pensées intimes (1838-1841). Avant-propos de Lucie Chevalley-Sabatier. Buchet-Chastel, éd., 1 vol. , 1965, 110 pages.

(35) p. 92.

Lettres de Gustave Flaubert à George Sand, précédées d’une Etude de Guy de Maupassant. Charpentier éd., 1 vol. , 1884, 289 pages.

(36) p. XII.

Correspondance de Gustave Flaubert. Œuvres complètes de Gustave Flaubert. Nouvelle édition augmentée. L. Conard éd., 13 vol. , 1926 à 1954.

(37) vol. II, p. 342 ; (38) vol. III, p. 275 ; (39) vol. IV, p. 100 ;

(40) vol. V, p. 93 ; (41) vol. VI, p. 300 ; (42) vol. VII, p. 307 ;

(43) vol. VIII, p. 157 ; (44) vol. VIII, p. 226 ; (45) vol. IX, p. 27.

Correspondance de Gustave Flaubert. Edition établie, présentée et annotée par J. Bruneau. Coll. Bibl. de la Pléiade, Tome I, 1 vol. , 1973, 1177 pages.

(46) p. 270 ; (47) p. 414.

B. ŒUVRES D'AUTRES AUTEURS

Bollème Geneviève — Préface à la vie d’un Ecrivain. Extraits de la Correspondance de Gustave Flaubert. Edit, du Seuil, 1 vol. , 1963, 298 pages.

(48) p. 176.

Bollème Geneviève — La leçon de Flaubert. Union Gén. Ed., 1 vol. , 1964, 316 pages.

(49) p. 10.

Bulletin des Amis de Flaubert, no 10, 1957

(50) p. 5.

Chevreuil Claude — Nogent-sur-Seine dans la vie et l'œuvre de Flaubert. Bull. Amis de Flaubert, no 28, 1966, 5-40.

(51) p. 28.

Colling Alfred — Gustave Flaubert. L'Homme et son Œuvre. Fayard éd., 1 vol. , 1941, 380 pages.

(52) p. 40.

Danger Pierre — Sensations et Objets dans le Roman de Flaubert. A. Colin éd., 1 vol. , 1973, 363 pages.

(53) p. 114.

Debray-Genette Raymonde — Flaubert. Textes recueillis et présentés par R. Debray-Genette. Firmin Didot-Didier éd., 1 vol. , 1970, 192 pages.

(54) p. 145.

Frejlich Hélène — Flaubert d’après sa Correspondance. Soc. Fr. Et. Litt. éd., 1 vol. , 1933, 502 pages.

(55) p. 432.

Zola Emile — Œuvres complètes. Cercle du Livre précieux éd., Tome XI, 1 vol. , 1968, 830 pages.

(56) p. 122.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540