Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Flaubert et Maupassant

 | 
Jean Pierrot
, 
Joseph-Marc Bailbé

Milieu culturel et paysages

L’influence des publications populaires sur l’œuvre de Flaubert

Jacques-Louis Douchin

Texte intégral

1J’entends par « publications populaires » et non par « littérature populaire » - ce qui est très différent - une série de publications périodiques, collections ou ouvrages largement répandus dans le public par leur prix d’achat relativement peu élevé ou aisément accessibles dans les cabinets de lecture. Dans l’ensemble, ces publications se situent dans les années 1840 et, parmi elles, je me réfèrerai essentiellement à des périodiques comme la série des Français peints par eux-mêmes, 9 volumes, publiés par Henri-Léon Curmer, de 1840 à 1842, Le Prisme, Le Musée pour rire ; à des collections comme celle des « physiologies », ces petits livres à couverture jaune, édités par Aubert, particulièrement dans les années 1840-1841. J’y ajouterai une œuvre, celle d’Henry Monnier, œuvre qui peut être considérée comme publication populaire, en ce sens que Monnier se voulait être, non point créateur ou artiste, mais, pour ainsi dire, simple « enregistreur » de la réalité sociale de son temps. Le ton général, la valeur intrinsèque d’une telle œuvre la rattachent, bien évidemment, à ces publications. Accessoirement, les caricaturistes de l’époque (Monnier lui-même, Grandville, Lami, et surtout Gavarni) qui illustrèrent la série de Curmer, ont largement contribué à répandre ces œuvres ou ces collections qui avaient pour objet essentiel d’être comme le reflet - souvent humoristique - de la société contemporaine.

2Mon propos consiste à montrer combien un écrivain comme Gustave Flaubert, que l'on représente généralement comme un aristocrate de la plume, a pu, non seulement dans sa jeunesse, mais jusque dans ses dernières œuvres, puiser largement dans ces publications son inspiration personnelle.

3Il m'apparaît incontestable que Flaubert, élève du collège royal de Rouen, ou, par la suite, étudiant à Paris, a lu ces publications, y a trouvé matière à réflexion et les a, au long de sa carrière d’écrivain, bien souvent utilisées pour élaborer son œuvre.

4Les rapprochements, en effet, s’imposent, nombreux et précis.

  • 1 I, 335 a/ Les références aux œuvres de Flaubert renvoient à l’édition « l’Intégrale » (Le Seuil), 2 (...)
  • 2 Monnier, La Famille improvisée, 1831, p. 45. Cf. id. « Projet de monument à la mémoire de M. Prudho (...)
  • 3 Les Français peints par eux-mêmes, Le Maître de pension, II, p. 156.

5Certains portraits physiques de personnages flaubertiens ne sont que le décalque des « types » rencontrés dans les physiologies ou autres publications de la même veine. Les portraits de Renaud et de Gosselin, dans l’Education sentimentale (1845)1 sont l’image, très fidèlement reproduite, du Prudhomme de Monnier. Renaud porte des « lunettes d’or », sa tête est « dégarnie sur le devant et couverte seulement sur la nuque de cheveux blonds, grisonnants et frisés », sa stature était « petite et ramassée », sa chair « flasque et blanchâtre », ses mains « potelées » ; Gosselin porte « des favoris taillés comme du buis, qui s’étendaient de l’oreille à la narine », il a une « grosse cravate blanche ». Que l’on se reporte aux nombreux portraits à la plume que Monnier lui-même a faits de son personnage et l’on aura aisément reconnu l’original2. J’ajouterai que le portrait de Renaud se retrouve également dans celui du « maître de pension3 », « homme de cinquante ans, gros et rabougri, vif et sémillant malgré sa rotondité, remuant et loquace malgré ses prétentions à la dignité ».

  • 4 Cette caricature est reproduite dans Chassang et Senninger, Recueil de Textes littéraires français, (...)

6Bouvard et Pécuchet ne sont-ils pas sortis directement des cartons de Gavarni ? On peut se le demander, lorsqu’on examine de près une de ses caricatures qui représente deux gratte-papier assis à la même table et qui ressemblent fort aux « deux bonshommes » : le personnage de gauche possède le long nez de Pécuchet, celui de droite est poupon, comme Bouvard4.

7Mais l’influence des publications populaires se précise et s’amplifie lorsqu’on analyse ce que j’appellerai les personnages-types de l’œuvre flaubertienne.

  • 5 Huart, Physiologie de l'étudiant, Aubert, 1841.
  • 6 I, 279 a/.
  • 7 Physiologie de l'étudiant, p. 2.
  • 8 I, 308 b/.
  • 9 Le Prisme, Physiologie de l'étudiant en vacances, p. 278.

8Henry (Education sentimentale, 1845), c’est, certes, Flaubert arrivant à Paris pour y entamer ses études de droit, mais c’est aussi - surtout - l’« étudiant » de la « physiologie » de Huart, publiée en 18415. Henry, « ne sachant que faire les premiers jours (...) rôdait dans les rues, sur les places, dans les jardins ; il allait aux Tuileries, au Luxembourg (...) Il visita le jardin des Plantes et donna à manger à l'ours Martin6 ». L’étudiant de Huart, « une fois qu’il a trouvé un logement selon son cœur et selon sa bourse (...) passe invariablement ses huit premiers jours (...) à s’égarer dans les rues de Paris, en allant visiter tous les monuments, depuis la marmite des Invalides jusqu’à l’ours Martin7 ». Et quand Henry revenait de Paris dans sa province, « on trouvait (...) qu’il avait l’air usé, résultat probable de ses excès8 », tout comme « l’étudiant en vacances » du Prisme9, chez lequel on s’attend « à trouver (...) un perfide débauché ! »

  • 10 Les Français..., Tome I, p. 33-40, « Le débutant littéraire ».
  • 11 Monnier, Scènes populaires, Le Peintre et les Bourgeois, 1831, sc. ix.

9Jules, le second héros de la première Education, ressemble de très près à Eugène Préval, le « débutant littéraire » des Français peints par eux-mêmes10, qui après maintes désillusions, cherche un journal, rêve coulisses de théâtre, est admis, fabrique un vaudeville et échoue. De même, Morel, personnage composite, chez qui l’on peut déceler des traits de Maurice Schlésinger, qui, pour moi, doit aussi à la figure mythique du « Garçon », doit également à Nicolet, de la petite pièce de Monnier, le Peintre et les Bourgeois11 petit-bourgeois émancipé, qui joue à l’original et lutine les bonnes.

  • 12 Claudine Gothot-Mersch, La genèse de Madame Bovary, Corti, 1966, p. 50 sqq.
  • 13 Balzac, La Comédie humaine, éd. Roger Pierrot, Bibl. de la Pléiade, Tome XI, p. 1019.
  • 14 Les Français..., Tome I, 1840, p. 311.

10Autre personnage populaire des années 1840, véritable personnage-type, telle apparaît maintenant Emma Bovary. Claudine Gothot-Mersch a déjà relevé l’influence de la Physiologie du mariage et de la Muse du Département, de Balzac, sur la genèse d'Emma12. A noter que le passage de la Muse du Département qu’allègue Mme Gothot-Mersch est une reprise de la Physiologie de la femme de province, du même Balzac, parue en 1841, dans Les Français peints par eux-mêmes (tome I, 1840)13. Ajoutons-y la Physiologie de l'âme méconnue, de Soulié14, dans laquelle ont lit : « La pensée de l’âme méconnue vole des régions les plus basses des affections illégales aux régions les plus éthérées des rêves d’amour mystique. » Et Soulié ajoute : « (Le mari) joue le piquet, tandis qu’elle lit Lamartine, et il ronfle dans son lit, tandis qu'elle rêve éveillée à côté de lui (...) C'est tout son passé sacrifié et perdu dont il faut qu’elle se venge, et le mari lui doit, en souffrances qu’elle lui inflige, toutes les joies ineffables d'un amour céleste qu’il ne lui a pas procurées. »

  • 15 Les Français..., Tome III, 1841, p. 305-320.

11On sait qu’Homais, lui aussi, est un personnage composite, et que sa genèse a fait éclore toute une littérature. Sans doute doit-il, entre autres, à la Physiologie du pharmacien15 qui met en scène un pharmacien inventeur d’un remède miracle (on songe à la « promenade antiphlogistique » qu’Homais voulait fabriquer pour guérir l’Aveugle), pédant, opiniâtre dans ses recherches, homme positif féru de chimie, qui pense que sa profession n’est plus un art, mais une science.

  • 16 Les Français..., Tome VI, 1841, p. 16.
  • 17 Paul de Kock, Physiologie de l’homme marié, 1841, ch. xiv, « L’homme marié insouciant », p. 113 et (...)

12Charles Bovary doit, lui aussi, aux Physiologies. Signalons la Physiologie du médecin de village16, qui précise que « le type pur du médecin de village (...) disparaît de jour en jour et fait place au jeune médecin connu sous le nom d’officier de santé ». Quant à son « caractère », on le retrouve dans la Physiologie de l’homme marié, de Paul de Kock : « Ne croyez pas qu’il s’informe à quelle heure madame est sortie, où elle est allée. » Et devant les toilettes de sa femme, « monsieur ne dit jamais : « Ah çà ! mais comment se fait-il que nous puissions faire toutes ces dépenses ?17 ».

  • 18 II, 37 b/.
  • 19 Henry Monnier, Physiologie du bourgeois, 1841, ch. viii.

13L'Education Sentimentale doit aussi aux publications populaires. Arnoux aime la campagne : « Chaque année, aux premières feuilles (...) il décampait le matin, faisait de longues courses à travers champs, buvait du lait dans les fermes, batifolait avec les villageoises (...) etc. etc.18. » On songe au type du « bourgeois-campagnard », cher à Henry Monnier, qui lui a consacré un chapitre de sa Physiologie du Bourgeois19, et deux comédies-vaudevilles, Le Bonheur de vivre aux champs (1856) et Les Bourgeois aux champs (1858).

  • 20 Baudelaire, Quelques caricaturistes français, Le Présent, octobre 1857, p. 92.

14Quant à Rosanette, elle est la « lorette ». Selon le Dictionnaire étymologique de Dauzat, le mot daterait de 1841 et serait dû à Nestor Roqueplan. Ce n’est pas l'avis de Baudelaire qui voit en Gavarni l’« inventeur » de la lorette. « Gavarni a créé la lorette. Elle existait bien avant lui, mais il l'a complétée. Je crois même que c'est lui qui a inventé le mot20 ». Quoi qu’il en soit, en 1841, la « lorette » fait son entrée dans la galerie des Physiologies. La Physiologie de la Lorette, d’Alhoy, relate, entre autres, l’inculture foncière des lorettes qui ne savent ni le français le plus élémentaire, ni l’orthographe. Traits que l'on retrouve, maintes fois, chez Rosanette.

  • 21 Voir Champfleury, Histoire de la Caricature moderne, p. 138 sqq.

15J’ajouterai, dans le même ordre d’idées, que si Rosanette doit à Gavarni (un des rares caricaturistes de l’époque à se tenir à l’écart de la politique, et pour lequel Flaubert paraît marquer une certaine prédilection - est-ce pour cette raison ?), la Vatnaz, elle, a pu être inspirée à Flaubert par des séries de dessins (les Divorceuses, les Femmes socialistes) parues vers 184821.

16Enfin, Bouvard et Pécuchet. Il ne convient pas d’entrer ici dans l’histoire, fort complexe, de la genèse du dernier roman de Flaubert. Je voudrais seulement mettre l’accent sur un texte de Monnier, le chapitre VIII de la Physiologie du Bourgeois, intitulé « Le bourgeois campagnard ».

17J’ai pu établir, entre le texte de Monnier et celui de Flaubert, onze rapprochements précis qui me permettent de conclure à une influence directe et incontestable.

    • 22 Henry Monnier, Physiologie du bourgeois, 1841, ch. viii, p. 55.
    • 23 II, 210 a/.

    Physiologie : « (Les bourgeois campagnards) ont (...) des traités d’agriculture et de botannique (...)22 » - Bouvard et Pécuchet : « Dès le soir, ils tirèrent de leur bibliothèque les quatre volumes de la Maison rustique, se firent expédier le cours de Gasparin et s’abonnèrent à un journal d’agriculture23 ».

    • 24 p. 57.
    • 25 II, 208 b/.

    Physiologie : « (Le bourgeois campagnard) ne sort qu'armé de la serpette et du greffoir24. » B. et P. : « Ils ne sortaient pas sans leur louchet (...)25 ».

    • 26 p. 58.
    • 27 II, 214 a/.

    Physiologie : « Dès le point du jour, notre homme est sur pied (...)26. B. et P. : « Levés dès l’aube, ils travaillaient (...)27 ».

    • 28 p. 59.
    • 29 II, 209 a/.

    Physiologie : « Quel beau jour, celui où il peut annoncer à ses voisins que ses petits pois commencent à lever (...)28. B. et P. : « Ils virent enfin lever les petits pois29 ».

    • 30 p. 55.
    • 31 II, 206 a/.

    Physiologie : « Il n’est plus question désormais que de projets de retraite30. » B. et P., chapitre I, passim, et, particulièrement : « Déjà, ils se voyaient en manches de chemise, au bord d'une plate-bande, etc...31 ».

    • 32 p. 55.
    • 33 II, 207 a-b/.

    Physiologie : « Il semble, aux préparatifs qu’ils font pour aller tout bonnement s'abattre à quelques lieues de la capitale, qu’ils s’en vont au bout du monde pour fonder une colonie32. » B. et P. : le déménagement, et le voyage de Paris à Chavignolles33.

    • 34 p. 68.
    • 35 II, 259 a/.

    Physiologie : « Les soirées d’hiver sont longues, surtout à la campagne, elles se passent tristement : monsieur roupille en lisant son journal (...)34 ». B. et P. « Des jours tristes commencèrent (...) ils vivaient dans cet ennui de la campagne (...) Ils baillaient l’un devant l’autre35 »

    • 36 p. 63.
    • 37 II, 251 b/.

    Physiologie : « Le bourgeois ambitionne d’être maire (...). Sa femme : « Tu serais enchanté de te sangler le ventre avec une écharpe (...)36 ». B. et P. « Ils (...) pouvaient (...) figurer à la Chambre. Pourquoi pas ? (..) Pécuchet préférait à lui-même son ami. - Non, ça te revient ! Tu as plus de prestance !37 » (On a vu, dans Pécuchet, la « femme » du couple...) (Thibaudet, Flaubert, p. 153).

    • 38 p. 66.
    • 39 II, 251 a/.

    Physiologie : « Que n’essaierais-tu pas, pendant que tu y seras, d’organiser ici une petite compagnie de voltigeurs ?38 ». B. et P. « Pécuchet proposa de fonder un club39 ».

    • 40 p. 71.
    • 41 II, 277 b/.

    Physiologie : « (La femme du bourgeois) : je suis curieuse de savoir si aujourd’hui on daignera m’offrir du pain bénit40 ». B. et P. « Toutes les bourgeoises, maintenant, leur envoyaient le pain bénit41 ».

    • 42 p. 73.
    • 43 II, 206 b/.

    Physiologie : « Il retourne à ses dominos (...)42. » B. et P. « Bouvard (avant son départ de Paris) (..) abandonna exprès une partie de dominos (...)43 ».

Gustave Flaubert - Dessin à la plume de Liphart

Lettre de Flaubert à Guy de Maupassant

18Tout commentaire me paraît, ici, superflu. La dette de Flaubert envers Monnier est éclatante.

19Ainsi, les « personnages-types », chez Flaubert, me paraissent, dans une large mesure, empruntés aux publications populaires des années 1840.

20En ce qui concerne le mode de vie bourgeois, les idées bourgeoises, les références sont si nombreuses qu’elles grèveraient considérablement le cadre de cette étude, qui se veut avant tout une incitation à la recherche. Je me contenterai de quelques exemples significatifs.

  • 44 I, 238 a/.
  • 45 Le Musée pour rire, Tome III, 1840, n° 134. Physiologie de l’amateur de melons.
  • 46 Monnier : Physiologie du bourgeois, 1841, ch. I, p. 7.

21Il n’est guère douteux, jusqu’à preuve du contraire, que le « mari de Maria », dans Les Mémoires d’un Fou, c’est Maurice Schlésinger. Mais alléguer, à l’appui de cette thèse, comme étant un souvenir personnel précis, le fait, raconté par le jeune Flaubert, que le « mari de Maria » fit, un jour, « trois lieues à pied pour aller chercher un melon à la ville la plus voisine44 » me paraît abusif. En réalité, cette anecdote paraît illustrer ce qu’on pourrait appeler le « fonds commun » des idées reçues. Le bourgeois aime les melons ! Ce fait se trouve, en effet, souligné à la fois dans Le Musée pour rire : « L’épicier, en général, adore le melon45 » et dans la Physiologie du bourgeois de Monnier46 : « Le bourgeois du campagnard, c’est l’habitant des villes qui porte un habit marron sous un bras, un melon sous l’autre, etc. ».

  • 47 p. 108.
  • 48 Voir par ex. Le dîner bourgeois, La salle à manger, etc...
  • 49 Ch. XIII.

22« Donner à dîner est une importante affaire, la plus importante peut-être pour le bourgeois, celle qui demande le plus d’attention et de soin ». C’est ce qu’affirme Henry Monnier dans la Physiologie du bourgeois47. Et en effet, les bourgeois sont nombreux à table dans ses Scènes populaires48 ou dans bien d’autres de ses ouvrages ! De même chez Flaubert. Il y aurait sans doute une étude à faire sur les repas, réceptions etc. dans l’œuvre flaubertienne. Et combien de rapprochements significatifs avec les saynètes de Monnier ! Voir en particulier la « réception » chez le « maître de pension » Renaud dans l'Education de 184549 ou le septième tableau du Château des Cœurs, le « Royaume du Pot-au-Feu ». Gestes mécaniques, politesses convenues, aphorismes etc. se retrouvent aussi fréquemment et, pour ainsi dire, avec le même rythme que chez Monnier.

  • 50 Monnier : Scènes populaires dessinées à la plume, 1836-1839, « Un voyage en diligence », p. 24.
  • 51 I, 690/b.
  • 52 I, 675/b.
  • 53 Monnier, ibid.

23Autre aspect pittoresque du mode de vie bourgeois épinglé sur le vif par Monnier et repris par Flaubert : l’atmosphère des cours de diligence. Le personnage de l’Aveugle, dans Madame Bovary, doit beaucoup au père de Joseph Prudhomme. Dans les Scènes populaires50, on voit, dans un relais de poste, un bourgeois s’adresser à un mendiant : « Allez travailler ! (...) Des gaillards comme ça, dans la force de l’âge (...) C’est inouï (...) les autorités s’endorment ! ». Et Homais : « Malgré les lois contre le vagabondage, les abords de nos grandes villes continuent à être infestées par des bandes de pauvres (...) A quoi songent nos édiles ?51 ». Ou : « Je ne comprends pas que l’autorité tolère encore de si coupables industries !52 » fait écho à Monnier : « (Les autorités) laissent exister d’aussi coupables industries !53 ». L'emprunt, ici, est textuel.

  • 54 Scènes de la ville et de la campagne, Tome II, 1841, p. 9.
  • 55 Reprise du même thème, treize ans plus tard, dans Les bourgeois de Paris, « Le train de plaisir », (...)

24Si Flaubert a choisi la forêt de Fontainebleau comme cadre aux quelques jours idylliques que Frédéric Moreau et Rosanette connurent en juin 1848, c’est que Fontainebleau était le lieu de rendez-vous de prédilection des petits-bourgeois parisiens en mal de grand air. On lit dans Monnier54 : « On me cornait sans cesse aux oreilles : Mais allez donc à Fontainebleau, tout le monde est allé à Fontainebleau, c'est une charmante partie à faire55 »

  • 56 Monnier, La famille improvisée, 1831, p. 2.

25Bien entendu, dans ces conditions, il va de soi que les publications populaires ont nourri le Dictionnaire des Idées reçues, qui offre le « portrait-robot » du bourgeois. Une recension exhaustive dépasserait largement le cadre de cette étude. Les emprunts sont souvent textuels : on lit dans Monnier : « Un artiste, c’est un farceur56. » A quoi, fidèlement, répond l’article du Dictionnaire : « Artistes : Tous farceurs », etc. etc.

26On peut affirmer que l’immense majorité des « idées » bourgeoises - politiques, morales, philosophiques, religieuses - Flaubert les a en partie (car, bien sûr, il les entendait aussi proférer autour de lui, quand il ne les proférait pas lui-même !) puisées dans les publications populaires, dont la vocation était, précisément, de les consigner « littérairement ».

  • 57 Les Français..., « La femme de province », Tome VI, 1841, p. 6.
  • 58 Le Prisme, « Les amis de collège », par Guichardet, p. 22-25.

27Il en va de même pour les points de départ ou les thèmes généraux de certains romans. Si l'Education sentimentale de 1845 raconte l'histoire de deux « amis de collège », c’est que ce thème est, effectivement, populaire. Balzac, collaborateur des Français peints par eux-mêmes, a écrit : « Un jeune homme a quelques jours d'exil à passer dans une petite ville de province, il y retrouve l'éternel ami de collège57. » Confirmation dans le Prisme, où l’on découvre une physiologie des « amis de collège58 ».

  • 59 Les Français..., par Brucker, Tome VI, p. 375-384.
  • 60 Id., par de la Bédollière, Tome III, p. 305-320.
  • 61 Id., par Ecarnot, Tome VI, p. 145-149.
  • 62 Id., par Ecarnot, ibid., p. 9-17.
  • 63 Id., par Anna Marie (seule collaboratrice de la collection), Tome V, p. 232-259.

28En ce qui concerne tel ou tel aspect de Madame Bovary, on peut alléguer - outre la Physiologie du mariage ou celle de la Femme la plus malheureuse du monde, auxquelles j’ai déjà fait allusion - les physiologies suivantes : Le rédacteur en chef d'un journal en province59 (Homais journaliste), Le pharmacien (Homais)60, Le pensionnat de filles en province61 (Ire partie, ch. VI de Madame Bovary), Le médecin de village62 (Charles), La belle-mère63 (Madame Bovary mère). Signalons également, pour ce qui est du thème général de Bouvard et Pécuchet, en dehors de la Physiologie du bourgeois campagnard, que Monnier a repris et développé ce thème dans une comédie-vaudeville de 1855, Le Bonheur de vivre aux champs, et, en 1858, dans Les Bourgeois aux champs. Thème on ne peut plus populaire par conséquent.

  • 64 Id., « Le maître de pension », Tome II, 1840, p. 158-159.

29Enfin, les publications populaires ont exercé sur l’esprit de Flaubert leur rôle d’incitateur, dès lors qu’il a entrepris de transcrire le « style » bourgeois. On en a un exemple particulièrement frappant dans Madame Bovary. L’on sait, grâce aux travaux de Mme Gothot-Mersch, que, préparant le chapitre des Comices (scénario VI), Flaubert hésita entre un « comice agricole » et une « distribution de de prix de petites filles qui serait suivie d’un dîner ». Or, l’on trouve, dans la Physiologie du Maître de pension64, un discours de distribution de prix dont la comparaison avec la péroraison du discours du Conseiller de Préfecture ne manque pas d’intérêt.

  • Physiologie du maître de pension : « Qu’il m'est doux de proclamer ici les noms glorieux des jeunes lauréats que mes leçons ont appelés à la victoire ! Triomphes touchants, luttes pacifiques, où les rivaux sont des frères, où vainqueurs et vaincus se confondent dans une mutuelle affection ! »

  • Discours du conseiller : « Que ces comices soient pour vous comme des arènes pacifiques où le vainqueur en sortant tendra la main au vaincu et fraternisera avec lui dans l’espoir d'un avenir meilleur ! »

  • Physiologie du maître de pension : « Accourez donc, jeunes Athlètes, aimables champions de la science : venez recevoir le prix de vos généreux efforts ! »

  • Discours du conseiller : « Et vous, vénérables serviteurs, (...) venez recevoir la récompense de vos vertus silencieuses ! »

30Enfin, n’oublions pas que Flaubert, dès l'âge de seize ans, en 1837, avait, de toute évidence, marqué son goût pour le genre des « physiologies », puisqu’il en composa une lui-même, sous le titre significatif : Une leçon d'histoire naturelle, genre commis, mettant ainsi en lumière la vocation essentielle de ces petites publications, qui était d’« étudier » tel ou tel type d’humanité à la manière des « naturalistes » comme Buffon. Et s’il est abusif, comme le voulait René Dumesnil, de voir dans la Leçon d’histoire naturelle, la première ébauche de Bouvard et Pécuchet, disons que la « Physiologie » de Flaubert est, incontestablement, l’une des meilleures de la série.

  • 65 Journal de Psychologie normale et pathologique, avril-juin 1947, p. 187-188 : « Flaubert et la nais (...)
  • 66 Le fait que Flaubert ait conçu, en 1871, le projet d’écrire « l’histoire d’une famille » est curieu (...)
  • 67 Marie-Jeanne Durry, Flaubert et ses projets inédits, p. 258, sq.

31Bien entendu, cette rapide étude ne se veut, je le répète, qu’une incitation à la recherche et n’a pas, en tout état de cause la prétention d’être la première à avoir mis l’accent sur cet aspect particulier de l’inspiration flaubertienne. Dès 1947, on le sait, Jean Pommier soulignait l’influence d’Henry Monnier - et, spécialement, du personnage de Joseph Prudhomme, sur la genèse de M. Homais65. Mme Durry, examinant les projets de Flaubert, datait de 1871 une esquisse intitulée « Les Bourgeois au XIXe siècle, histoire d’une famille, du Consulat à la IIIe République66 », ouvrage que Flaubert concevait comme une « suite de scènes comme dans Henry Monnier et Saint-Antoine ». « Il est amusant, commente Mme Durry, de voir Flaubert à l’apogée de sa carrière songer encore aux Scènes populaires67 ». Personnellement, je n’en suis nullement surpris.

  • 68 Jean Bruneau, Les débuts littéraires de Gustave Flaubert, p. 424, note 103.
  • 69 Les Amis de Flaubert, no 27, déc. 1965, p. 15-17.

32Rappelons aussi que Jean Bruneau a signalé que le nom de Pécuchet se trouve, sous la forme de Péguchet, dans une saynète de Monnier68, signalons également, dans le même domaine, les études de Roger Bismut, particulièrement son intéressant article intitulé « Henry Monnier, modèle de Flaubert69 »...

33Par conséquent, il ne fait pour moi aucun doute que les portraits des « bourgeois » dans Flaubert proviennent, en grande partie, de la lecture - durant les années de collège et du séjour à Paris (1835-1843) - des publications populaires de l’époque, les Français peints par eux-mêmes, les Physiologies, les petits ouvrages de Monnier.

  • 70 Du Camp, Souvenirs littéraires, I, 7, p. 229.

34Certes, Flaubert fustige maintes fois, dans sa correspondance, ses confrères en « littérature commerciale ». Il ne se résoud jamais à reconnaître ses dettes, - j’oserai dire ses prédilections. Du Camp atteste que Flaubert prenait plaisir à la lecture de Pigault-Lebrun70. Pourquoi, systématiquement, mettre en doute les témoignages de Du Camp ? Ce silence me paraît, au contraire, une preuve supplémentaire de cette influence décisive.

35Cela dit, l'originalité de Flaubert demeure éclatante. Le personnage de Jules lui a été suggéré par le « débutant littéraire » d’une « Physiologie », mais il en a fait une figure essentielle de son œuvre, le futur Artiste qu’il sera lui-même. L’aveugle de Madame Bovary doit beaucoup, dans sa conception, dans son aspect spécifiquement pittoresque, à un personnage de Monnier. Mais il prend une dimension exceptionnelle dans le roman de Flaubert, une valeur symbolique que Monnier eût été incapable de donner à ses créations.

36Toute la différence réside là entre un écrivain de talent comme Henry Monnier, et un écrivain de génie comme Gustave Flaubert.

Notes

1 I, 335 a/ Les références aux œuvres de Flaubert renvoient à l’édition « l’Intégrale » (Le Seuil), 2 vol. Chaque page de cette édition étant divisée en deux colonnes verticales, a/ renvoie à la colonne de gauche, b/ à celle de droite.

2 Monnier, La Famille improvisée, 1831, p. 45. Cf. id. « Projet de monument à la mémoire de M. Prudhomme », dessin de 1841.

3 Les Français peints par eux-mêmes, Le Maître de pension, II, p. 156.

4 Cette caricature est reproduite dans Chassang et Senninger, Recueil de Textes littéraires français, 19e siècle, p. 287.

5 Huart, Physiologie de l'étudiant, Aubert, 1841.

6 I, 279 a/.

7 Physiologie de l'étudiant, p. 2.

8 I, 308 b/.

9 Le Prisme, Physiologie de l'étudiant en vacances, p. 278.

10 Les Français..., Tome I, p. 33-40, « Le débutant littéraire ».

11 Monnier, Scènes populaires, Le Peintre et les Bourgeois, 1831, sc. ix.

12 Claudine Gothot-Mersch, La genèse de Madame Bovary, Corti, 1966, p. 50 sqq.

13 Balzac, La Comédie humaine, éd. Roger Pierrot, Bibl. de la Pléiade, Tome XI, p. 1019.

14 Les Français..., Tome I, 1840, p. 311.

15 Les Français..., Tome III, 1841, p. 305-320.

16 Les Français..., Tome VI, 1841, p. 16.

17 Paul de Kock, Physiologie de l’homme marié, 1841, ch. xiv, « L’homme marié insouciant », p. 113 et 117.

18 II, 37 b/.

19 Henry Monnier, Physiologie du bourgeois, 1841, ch. viii.

20 Baudelaire, Quelques caricaturistes français, Le Présent, octobre 1857, p. 92.

21 Voir Champfleury, Histoire de la Caricature moderne, p. 138 sqq.

22 Henry Monnier, Physiologie du bourgeois, 1841, ch. viii, p. 55.

23 II, 210 a/.

24 p. 57.

25 II, 208 b/.

26 p. 58.

27 II, 214 a/.

28 p. 59.

29 II, 209 a/.

30 p. 55.

31 II, 206 a/.

32 p. 55.

33 II, 207 a-b/.

34 p. 68.

35 II, 259 a/.

36 p. 63.

37 II, 251 b/.

38 p. 66.

39 II, 251 a/.

40 p. 71.

41 II, 277 b/.

42 p. 73.

43 II, 206 b/.

44 I, 238 a/.

45 Le Musée pour rire, Tome III, 1840, n° 134. Physiologie de l’amateur de melons.

46 Monnier : Physiologie du bourgeois, 1841, ch. I, p. 7.

47 p. 108.

48 Voir par ex. Le dîner bourgeois, La salle à manger, etc...

49 Ch. XIII.

50 Monnier : Scènes populaires dessinées à la plume, 1836-1839, « Un voyage en diligence », p. 24.

51 I, 690/b.

52 I, 675/b.

53 Monnier, ibid.

54 Scènes de la ville et de la campagne, Tome II, 1841, p. 9.

55 Reprise du même thème, treize ans plus tard, dans Les bourgeois de Paris, « Le train de plaisir », 1854, p. 224.

56 Monnier, La famille improvisée, 1831, p. 2.

57 Les Français..., « La femme de province », Tome VI, 1841, p. 6.

58 Le Prisme, « Les amis de collège », par Guichardet, p. 22-25.

59 Les Français..., par Brucker, Tome VI, p. 375-384.

60 Id., par de la Bédollière, Tome III, p. 305-320.

61 Id., par Ecarnot, Tome VI, p. 145-149.

62 Id., par Ecarnot, ibid., p. 9-17.

63 Id., par Anna Marie (seule collaboratrice de la collection), Tome V, p. 232-259.

64 Id., « Le maître de pension », Tome II, 1840, p. 158-159.

65 Journal de Psychologie normale et pathologique, avril-juin 1947, p. 187-188 : « Flaubert et la naissance de l’acteur ».

66 Le fait que Flaubert ait conçu, en 1871, le projet d’écrire « l’histoire d’une famille » est curieux, quand on songe que Zola, à peine trois ans plus tôt - fin 1868, confiait aux Goncourt un projet semblable (Journal, 14 décembre 1868). Flaubert qui lut - et apprécia vivement - la Fortune des Rougon en 1871, avait-il voulu rivaliser avec son jeune confrère ?

67 Marie-Jeanne Durry, Flaubert et ses projets inédits, p. 258, sq.

68 Jean Bruneau, Les débuts littéraires de Gustave Flaubert, p. 424, note 103.

69 Les Amis de Flaubert, no 27, déc. 1965, p. 15-17.

70 Du Camp, Souvenirs littéraires, I, 7, p. 229.

Table des illustrations

Légende Gustave Flaubert - Dessin à la plume de Liphart
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8554/img-1.jpg
Fichier image/, 516k
Légende Lettre de Flaubert à Guy de Maupassant
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8554/img-2.jpg
Fichier image/, 605k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540