Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Flaubert et Maupassant

 | 
Jean Pierrot
, 
Joseph-Marc Bailbé

Milieu culturel et paysages

Le milieu culturel rouennais au temps de Flaubert

Jean-Pierre Chaline

Texte intégral

Guy de Maupassant - Portrait par Nadar

Dédicace des auteurs des « Soirées de Médan »

1Dans ce colloque littéraire, l'intervention d'un historien se traduira est-il besoin de le dire, par une approche différente, une problématique distincte - encore que complémentaire - des autres communications. Ainsi notre propos n’évoquera-t-il ni le personnage ni le style ni les thèmes favoris du grand écrivain normand, mais bien plutôt le milieu rouennais, l’humus où socialement, intellectuellement, il plonge ses racines et par rapport auquel, même s’il s’en défend, nous devons le situer.

  • 1 G. Flaubert, Madame Bovary, 2e partie, chapitre xv, p. 247 (éd. Garnier-Flammarion, Paris, 1966).

2Flaubert et, secondairement, Maupassant nous ont laissé de Rouen l’image peu flattée d’une ville de marchands, peuplée de ces « bourgeois » dont ils dénoncent à l’envi le prosaïsme et la médiocrité. On se souvient des voyageurs de Boule de suif. Rappellerons-nous de même la scène du théâtre dans Madame Bovary ? « Ils venaient se délasser dans les Beaux-Arts des inquiétudes de la vente ; mais n’oubliant pas les affaires, ils causaient encore cotons, trois-six ou indigos...1 » Tout un monde nous est ainsi dépeint, obnubilé par la fabrique, le négoce, l’argent ; pas complètement fermé sans doute aux arts, mais n'y voyant jamais qu’un divertissement, qu’une manière de repos du bourgeois après les choses sérieuses, un peu ce qu'est, en somme, la maison Tellier pour ces dignes messieurs de Fécamp...

  • 2 idem, Dictionnaire des idées reçues (éd. Aubier, Paris, 1978).
  • 3 idem, Correspondance. Publ. en cours sous la direction de J. Bruneau. Voir également C. Carlut, La (...)
  • 4 idem, Lettre à la Municipalité de Rouen au sujet d'un vote concernant Louis Bouilhet. (Paris, 1872 (...)

3Crime suprême aux yeux de l'écrivain, ce permanent de la Culture, dont l’indignation s’exprimera dans l’humour redoutable des Idées reçues - « Art : mène à l’hôpital ;... Affaires : passent avant tout..., sont dans la vie ce qu’il y a de plus important2 » - ou bien dans les diatribes d’une correspondance prolixe en la matière : « L’épais bourgeois, son inculture... », « l'inepte bourgeois... », « Rouen, ma stupide patrie...3 » La liste en serait longue, sans oublier la fameuse Lettre à la Municipalité de Rouen au sujet d’un vote concernant Louis Bouilhet, où Flaubert dénonce le « mépris pour l’intelligence » et la « crasse ignorance » des bourgeois locaux face à une « homme qui en ce siècle de gros sous consacra toute sa vie au culte des lettres...4 »

  • 5 J.-P. Chaline, La bourgeoisie rouennaise au XIXe siècle (thèse de doctorat d’Etat soutenue devant (...)

4Arrêtons là ces citations. S’inscrivant dans une longue tradition de dédain aristocratique, renouvelé par le romantisme puis par tout un siècle de contestation politico-sociale, le thème a fait fortune, à tel point qu'il pourra sembler incongru de le remettre en cause. Ne relève-t-il pas, cependant, du cliché littéraire, et ne serait-il pas lui-même, dans une large mesure, une « idée reçue » ? C’est ce qu’une étude historique du milieu culturel rouennais pourra faire apparaître, l’exposé s’appuyant ici sur quelques résultats encore inédits d'une enquête plus ample sur La bourgeoisie rouennaise au XIXe siècle, présentée l’an dernier à l’Université de Paris IV en vue du doctorat d’Etat5.

***

5Dénonçant l’inculture des bourgeois de son temps, Flaubert souligne, avec raison parfois, leur incompréhension voire leur manque de goût face à telle œuvre, tel artiste. Il n’en fait pas moins oublier l’essentiel, à savoir que cette couche sociale, seule à bénéficier alors d’une formation secondaire, se distinguait autant par le niveau de son instruction que par celui de sa fortune, l'une d’ailleurs permettant l'autre. Classe privilégiée sous l’angle économique, la bourgeoisie rouennaise, en effet, ne l’était pas moins du point de vue culturel, constituant là aussi une élite de fait hors de laquelle on ne trouve guère que des autodidactes, tel Beuzeville, cet ancien potier d’étain devenu rédacteur en chef du Journal de Rouen, ou encore le « poète-ouvrier » Théodore Lebreton, qui publiera divers ouvrages ou dictionnaires. Personnalités méritantes, d’autant plus estimables qu’elles sont exceptionnelles dans un monde populaire largement alphabétisé sans doute (n’oublions pas avant Ferry la loi Guizot de 1833, et la vingtaine d’écoles existant à Rouen au milieu du siècle), mais nettement limité à un niveau élémentaire, les classes moyennes, quant à elles, ne dépassant guère un primaire supérieur.

  • 6 E. Goblot, La barrière et le niveau (Paris, 1925).
  • 7 A. Prost, L’enseignement en France (1800-1967), p. 10 (Paris, 1968).

6C’est sur cette toile de fond qu’il faut apprécier l’instruction des quelques 15 % de la population urbaine que constitue alors la bourgeoisie rouennaise. Ne faisons certes pas de cette couche supérieure la classe de bacheliers que dépeindra Goblot6 dans l’entre-deux-guerres. Jamais, au temps de Flaubert, le baccalauréat ne fut ce « brevet de bourgeoisie » qu’ont prétendu certains par la suite. L’effectif annuel singulièrement restreint des impétrants rouennais suffirait d'ailleurs à le montrer. Ce qui distingue alors le bourgeois, ce n’est pas le diplôme, apanage d’une partie seulement de cette classe, visant les carrières libérales ; c’est bien plutôt un type de formation, guère au-dessus parfois d’une bonne instruction primaire, mais essentiellement autre. Autre par l’esprit ou les disciplines que l’on y cultive, autre par les écoles qui s’en chargeront. Les établissements ? C’est d’abord le Lycée, ouvert en l’an XIII à Rouen, rebaptisé Collège Royal sous la Monarchie Constitutionnelle puis placé en 1873 sous le patronage de Corneille. Avec ses classes enfantines (Flaubert y entre en huitième), le lycée symbolise cette « école des notables », filière séparée offrant aux classes dirigeantes « la culture dont elles ont besoin et qu’elles peuvent payer7 ». Les études en effet sont coûteuses, la pension étant de 750 F, plus les livres, et les quelques bourses allant pour la plupart à de jeunes bourgeois aux ressources familiales insuffisantes. Aussi n’y a-t-il guère que 500 à 700 élèves à l’époque de Flaubert, dont quelques dizaines seulement en classe terminale.

7Mais le lycée n’est pas seul. Toujours ont existé à ses côtés, rivales ou auxiliaires, des pensions et institutions : une vingtaine en 1830, une dizaine au milieu du siècle. Souvent moins chères que le lycée, elles offraient en même temps un internat moins « militaire », d’autant plus apprécié par les familles bourgeoises. Mais jusqu’en 1850, elles devaient mener leurs élèves aux cours du lycée. Ainsi le jeune Bouilhet, brillant lycéen, relevait-il de la pension Jourdain. La loi Falloux supprimera cette contrainte, facilitant l’essor d’établissements nouveaux à caractère, cette fois, confessionnel, dont l'institution Join-Lambert sera la réussite la plus nette à Rouen. Joignons-y pour mémoire l'institution ecclésiastique très réputée qu’était la « maison d’Yvetot », dont Maupassant, dans le bref passage qu’il y fit, ne fut certainement pas le meilleur élève...

  • 8 G. Flaubert, Madame Bovary, éd. citée, p. 51.

8Oublierons-nous enfin l’instruction des « jeunes demoiselles » ? Tout aussi spécifique, elle était assurée au milieu du siècle par une trentaine de petites pensions et, surtout, une quinzaine de couvents, certains très cotés, dont Flaubert nous donne un très bon exemple : « Mademoiselle Rouault, élevée au couvent, chez les Ursulines, avait reçu, comme on dit, une belle éducation... Elle savait, en conséquence, la danse, la géographie, le dessin, faire de la tapisserie et toucher du piano...8 » Soit les fameux « arts d’agrément », auxquels s’ajoutaient en fait de solides notions de calcul, de français voire de langues vivantes. Seules y manquent les « humanités », privilège masculin, encore que cette culture gréco-latine ait été parfois contestée : « Le latin et le grec, loin de convenir à l’éducation d’un commerçant, d’un industriel,... ne servent... qu'à retarder la plupart des jeunes gens », assure en 1847 la publicité d’une nouvelle pension. Reste à savoir si, même sceptiques sur les vertus de la latinité, des bourgeois admettront pour leurs fils un enseignement « moderne » qui, même donné au lycée, reste perçu comme inférieur à la filière classique.

9Ainsi, pour l’essentiel, la bourgeoisie rouennaise aura-t-elle reçu, bien qu’à des degrés divers, beaucoup s’arrêtant en route, un même type de formation, humaniste chez les hommes et, pour les femmes, plus pratique mais assorti d’initiation aux arts.

***

10Ce fonds commun pourra sembler superficiel peut-être, culture subie, factice, offrant juste le répertoire de banalités distinguées propre à ravir un salon de province. Comment nier pourtant qu’il ait développé, chez nombre de ceux qui en bénéficièrent, une tournure d’esprit favorable aux arts, aux lettres et aux choses du passé ? Simples virtualités sans doute, souvent étouffées par les soucis d’affaires, mais auxquelles la retraite, les rentes ou encore les loisirs de professions dites « libérales » donneront plus d’une occasion de se concrétiser.

  • 9 J.-P. Chaline, Deux bourgeois en leur temps. Documents sur la société rouennaise du XIXe siècle (R (...)
  • 10 idem, ibidem, p. 91.

11Cela se manifeste à travers un goût de la lecture attesté aussi bien par les témoignages de contemporains que par la fréquence des bibliothèques dans les inventaires notariés. A travers l’existence de petits cénacles, tel le salon du docteur Hellis, au classicisme prononcé mais attentif aux jeunes talents. Louis Bouilhet ? « Un vrai poète... Il a chez lui sève, vigueur, profonde érudition », écrit en 1856 le docteur Hellis, moins enthousiaste sur son entourage qu’il juge « débraillé » et notamment sur « Flaubert Gustave, fils du confrère, tête échevelée s’il en fut, (qui) se lance dans le roman ». « Il singe Balzac ; qu’il l’imite dans sa finesse, son coup de pinceau et son style, mais qu’il évite ses écueils et ne glorifie pas le vice et la turpitude...9 » Salons littéraires, salons musicaux aussi, comme chez le juge Chanoine-Davranches, où se produisent de vrais artistes devant le « gratin » rouennais. « Nous aimions les arts ; jamais nous ne manquions une exposition », écrit dans ses Souvenirs l’ancien négociant Curmer10, qui sous l’Empire fréquenta des acteurs et des peintres célèbres. Même s’il s’agit là d’une minorité, riche, « éclairée », cette présence à Rouen d’un noyau cultivé explique la publication tout au long du siècle de multiples feuilles littéraires tel le Colibri où écrira le jeune Flaubert, ou d’organes plus durables comme la Revue de Rouen, fondée en 1833, expression collective d’une intelligentsia locale mêlant à divers notables urbains les noms du romantique Ulric Guttinger, de l’historien normand Floquet, de l’abbé Cochet, archéologue, ou même de Marceline Desbordes-Valmore. Ajouterons-nous l’abondante édition de gravures et lithographies rouennaises, ou encore la publication, grâce à des souscripteurs, de nombreux ouvrages d’art ou d’érudition ? Autant d’occasions où s’affirme un milieu cultivé, consacrant volontiers aux Muses une partie de son temps et de son argent. Or loisirs, moyens, culture, c’est essentiellement dans la bourgeoisie, les nobles ne comptant guère à Rouen, que ces conditions se trouveront réunies. Des préoccupations culturelles multiformes de ce milieu, on prendra ici trois exemples.

12Sens esthétique et goût de l’objet rare s’unissent pour donner naissance au collectionneur, type humain bien représenté dans la bourgeoisie rouennaise du temps de Flaubert. Simple mode chez les uns, chez d’autres vraie passion digne du Cousin Pons, le fait éclate en tout cas à travers successions, legs aux musées ou ventes aux enchères. Parmi ces collectionneurs, de grands et petits bourgeois, et de toutes professions. Des objets de toute sorte aussi, des antiques aux peintures en passant par les livres rares. Ne trouve-t-on pas d’ailleurs un peu de tout cela chez Flaubert lui-même ? Les plus célèbres de ces amateurs rouennais, les frères Dutuit, héritiers d’une fortune cotonnière, allaient ainsi courir l’Europe en quête de chefs-d’œuvre, vouant un culte à Rembrandt et accumulant des trésors qu’on estimera en 1911 à quelque 3 millions de F.

  • 11 Bulletin des Amis des Monuments Rouennais, 1909, p. 170.

13Beaucoup d’autres, moins riches, tels Jules Hedou, Alfred Baudry, possédaient également un « cabinet d’art » patiemment constitué durant toute une vie. Certains, de leur vivant, en feront don à la Ville, tel André Pottier avec ses 1100 pièces de faïence ancienne, amorce d’un musée de céramique dont il sera nommé conservateur. Bon nombre, à leur mort, légueront tout ou partie de leurs trésors. « J’estime, écrira l'un d’eux, que tout homme, lorsqu’il le peut, doit une partie du fruit de son travail aux lieux qui l’ont vu naître, où il a vécu et prospéré...11 » L’amour de l’art débouche ainsi sur le mécénat, dont les Dutuit, là encore, offriront le plus bel exemple, payant de leurs deniers diverses restaurations autour de Saint-Maclou, paroisse d’où sortait leur famille.

  • 12 Voir les travaux de C. Goubault, après ceux, plus anciens, de J.-E. Bouteiller, Vauclin, et Geispi (...)
  • 13 Journal de Rouen, 22 mai 1919.

14Le goût du théâtre, avant tout sous sa forme lyrique, est une autre réalité rouennaise fondamentale. Sans engager ici une étude artistique ou institutionnelle que d'autres ont mené avant ou en même temps que nous12, comment ne pas reconnaître la place du théâtre pour la bourgeoisie urbaine d’alors ? Plusieurs scènes coexistent à Rouen au XIXe siècle, mais seul compte vraiment le Théâtre des Arts, édifié en 1776, dont les quelque 1900 places, réduites à 1600 sous le Second Empire, s’adressent essentiellement au public aisé. Qui d’autre en effet pourrait louer ces loges dont l’abonnement annuel atteint 1800 F sous le Second Empire ? N’imaginons pas, pourtant, un public uniformément paisible ou rassis : l'histoire de ce théâtre est semée de tempêtes, les débuts d’acteurs ou certaines « premières » donnant lieu à autant de batailles d’Hernani dans une salle qui naguère avait sifflé Lekain... « Aimez-vous le désordre et la confusion, le tapage et les cris, le tumulte et même les voies de fait ? Venez au spectacle chez nous », écrit le Journal de Rouen sous la Restauration. « On n’a jamais mis à débattre le prix des marchandises l’acharnement qu’on a mis ici à débattre la qualité d’un acteur13 ». De fait, en 1828-1829, on doit appeler les gendarmes ; à la première d’Antony, on brise les banquettes. Jusqu’à la fin du siècle, « aller à Rouen », dans le parler des artistes, signifiera être sifflé.

15Ces fauteurs de troubles seraient-ils seulement des énergumènes occupant des places au rabais ? Nullement. A côté de jeunes employés, on découvre des fils de famille et des gens établis, tels les occupants de cette « loge infernale » où, nous dit le Journal de Rouen, un groupe d’habitués protestait à la moindre faiblesse de l’orchestre, au moindre manquement d’un artiste... » Public exigeant, souvent passionné, qui fera à l’inverse un triomphe à Robert le Diable ou à la Dame Blanche. Aussi, lorsque leur théâtre, un siècle après son ouverture, sera détruit par les flammes, les Rouennais n’auront-ils de cesse qu’il ne soit reconstruit, encore plus luxueux qu’avant.

  • 14 Almanach de Rouen et des départements de la Seine-Inférieure et de l’Eure, annuel pendant tout le (...)

16A l’amateur d'art ou au mélomane s’ajoute enfin l’érudit, et c’est un dernier trait à souligner que la floraison extraordinaire des sociétés savantes à Rouen. Dans l’almanach local14, du milieu du siècle, elles n'occupent pas moins de 15 pages, juste après les Musées et Etablissements d’Enseignement, et avant le Commerce, façon de reconnaître leur place éminente et quasi officielle dans la cité. Sociétés nombreuses (une trentaine en fin de période), variées, mais toutes d’un recrutement essentiellement bourgeois, ne serait-ce que par leur cotisation, relativement élevée, ou la procédure d'entrée, fondée sur le parrainage et la cooptation. D’où en même temps le prestige de ces sociétés, assez riches pour publier, distribuer des prix, et comptant dans leurs membres assez de notables pour exercer une influence réelle. La plus ancienne était l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts, née en 1744. Comme son aînée, l’Académie française, elle était jalousée, moquée pour son classicisme, mais combien recherchée... Le fait qu’Achille-Cléophas Flaubert en ait été membre, et même vice-président, n’est sans doute pas pour rien dans l’ironie de son fils à cet égard. « Je ne veux être ni académicien, ni conseiller municipal ni garde national », écrit-il à Louise Colet en 1833. Et l’Académie est plus que visée dans les invectives de la fameuse lettre sur Louis Bouilhet. Flaubert eut-il été si déplacé, pourtant, dans cette compagnie, qu’une analyse sans préjugé révèle, à cette époque, plus jeune, politiquement plus nuancée et professionnellement bien plus « intellectuelle » qu’on ne pourrait le croire ?

17A l’Académie et à sa rivale la Société d’Emulation, recrutant surtout, à l’époque dans les milieux d'affaires, allaient s’ajouter, sous Louis-Philippe et Napoléon III, de multiples groupes plus spécialisés, rassemblant les bibliophiles, les amateurs d’histoire, de musique, de sciences naturelles, ou encore ces Amis des Arts qui dès la première année (1834) trouvent 200 adhérents dont le docteur Flaubert. N’est-ce pas, là encore, un signe de la permanence d’un milieu cultivé dans cette ville d’industrie et de commerce ?

***

18Sans doute en faut-il aussi souligner les limites : tout un aspect mondain entoure ces manifestations où le rite social se mêle étroitement, parfois, au souci culturel. Le spectacle, au théâtre, est aussi dans la salle... ; faire partie de tel cercle savant au recrutement choisi, n’est-ce pas d’une certaine manière affirmer son rang ? Quant aux collections d’art, ne pourrait-on y déceler un loisir qui « classe » voire une transposition de l’esprit de propriété ? Critiques souvent formulées, et quelquefois fondées. Mais comment oublier, pourtant, hors d’un refus a priori de toute culture « bourgeoise », la passion qui anime tant d’amateurs d'art, leur quête obstinée d’objets rares, leur don fréquent de collections qu’ils ne se résignent pas à voir disperser ? Comment négliger l’obscur et utile travail de tant d’érudits des sociétés savantes ? Que dire de ces fureurs lyriques déchaînées par une mise en scène ou la voix d’une cantatrice ?

19Sans doute ces bourgeois n'ont-ils guère des goûts d’avant-garde, déroutés par l’impressionnisme, choqués par trop de réalisme. Mais n’est-ce pas terrorisme intellectuel que de leur nier le droit au classicisme ? Et sait-on que Madame Bovary commença en feuilleton dans le Nouvelliste de Rouen, journal bourgeois conservateur ? En fait, avec ses limites, c’est tout un milieu bourgeois cultivé que nous découvrons, certes un peu « provincial », en retard sur les modes, méfiant envers les novateurs ; milieu, pourtant, très caractéristique de Rouen qu’il oppose nettement - et durablement - à telles autres cités voisines bien moins « intellectuelles ».

20Une ville instruite, une ville qui lit, qui se presse au théâtre ; une ville où les amateurs d’art et les érudits foisonnent ; certes, pas le Parnasse, mais sans doute une des villes les plus cultivées de France : telle est à la vérité Rouen au temps de Flaubert. Dans l’image outrancière qu’il nous en a laissé, il faut voir le reflet d’une querelle d’écoles opposant classiques et modernes, tradition et renouvellement. Qu’espérer d’une ville qui a dédaigné Bouilhet ? Qu’attendre de marchands n’appréciant pas Bastiat ? Voilà bien de quoi mépriser une cité qu’abominait déjà l’adolescent romantique : « Rouen où je me suis embêté sur tous les pavés... » Mais il y a plus profond sans doute et, consciemment ou non, s’affirme chez Flaubert un désir de se dissocier de cette ville et de ces gens-là, de ces bourgeois qu'il ridiculise pour mieux s’en distinguer. Comme si, face au monde de l’argent qui n’est jamais qu’un des visages de la bourgeoisie, l’intellectuel qu’il est, propriétaire vivant de ses rentes, appartenait vraiment à une autre classe...

21De tout cela, l’historien ne saurait être dupe. Rien n’est plus illusoire que d’opposer Flaubert à Rouen, rien ne serait plus faux que de l’isoler des bourgeois, ses semblables. Car bourgeois rouennais, il l’est malgré lui. Il l’est par sa naissance, par sa famille de notables installés, par sa formation lycéenne, par ses réactions mêmes et par toute une imprégnation qu’on mesure, par exemple, en lisant le Journal de Rouen, dont plus d’un thème se retrouve entier dans son œuvre ou sa correspondance. Et malgré ses sarcasmes envers ses concitoyens, sans doute est-il lui-même l’expression la plus accomplie d’une culture rouennaise qu’au génie près il partageait avec nombre d’entre eux.

Notes

1 G. Flaubert, Madame Bovary, 2e partie, chapitre xv, p. 247 (éd. Garnier-Flammarion, Paris, 1966).

2 idem, Dictionnaire des idées reçues (éd. Aubier, Paris, 1978).

3 idem, Correspondance. Publ. en cours sous la direction de J. Bruneau. Voir également C. Carlut, La correspondance de Flaubert. Etude et répertoire critique. (Ohio State University press, Columbus, 1968).

4 idem, Lettre à la Municipalité de Rouen au sujet d'un vote concernant Louis Bouilhet. (Paris, 1872, 20 p.).

5 J.-P. Chaline, La bourgeoisie rouennaise au XIXe siècle (thèse de doctorat d’Etat soutenue devant l’Université de Paris IV, le 31.3.1979, ex. dact. 1500 p.), à paraître en 1981.

6 E. Goblot, La barrière et le niveau (Paris, 1925).

7 A. Prost, L’enseignement en France (1800-1967), p. 10 (Paris, 1968).

8 G. Flaubert, Madame Bovary, éd. citée, p. 51.

9 J.-P. Chaline, Deux bourgeois en leur temps. Documents sur la société rouennaise du XIXe siècle (Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1977), p. 170.

10 idem, ibidem, p. 91.

11 Bulletin des Amis des Monuments Rouennais, 1909, p. 170.

12 Voir les travaux de C. Goubault, après ceux, plus anciens, de J.-E. Bouteiller, Vauclin, et Geispitz sur l’histoire du Théâtre des Arts.

13 Journal de Rouen, 22 mai 1919.

14 Almanach de Rouen et des départements de la Seine-Inférieure et de l’Eure, annuel pendant tout le XIXe siècle.

Table des illustrations

Légende Guy de Maupassant - Portrait par Nadar
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8553/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Légende Dédicace des auteurs des « Soirées de Médan »
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/8553/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 575k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540