Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Flaubert et Maupassant

 | 
Jean Pierrot
, 
Joseph-Marc Bailbé

Le sens d’un centenaire

Joseph-Marc Bailbe

Testo integrale

1La publication des Soirées de Médan, le 15 avril 1880, constitue un symbole et en même temps un grand événement dans l'Histoire littéraire ; en effet désormais le roman va prendre une place de plus en plus grande dans la littérature, et le Naturalisme ira affirmant son idéologie. Le livre était composé de nouvelles relatives à la guerre de 1870 ; il devait s'appeler tout d’abord « L’Invasion comique », et fut dédié par les auteurs « A notre ami et maître, Gustave Flaubert ». Il comportait les contributions suivantes : 1) Zola : L'Attaque du moulin ; 2) Maupassant : Boule de suif ; 3) Huysmans : Sac au dos ; 4) Henry Céard : La saignée ; 5) Léon Hennique : L’Affaire du grand 7 ; 6) Paul Alexis : Après la bataille. Il est clair qu’avec Boule de suif, Maupassant apportait à l’ouvrage collectif l’immortel chef d'œuvre qui fit son succès : fraîcheur, poésie, force pathétique du témoignage, éclat et limpidité de l'écriture. Flaubert qui avait marqué certaines réticences au niveau de la conception d’ensemble, n'en reconnaissait pas moins la naissance d’une œuvre de premier ordre, et il écrivait à Maupassant : « Huit éditions des Soirées de Médan ! nom de Dieu ! Les Trois contes en ont quatre : je vais être jaloux ».

2Le 8 mai 1880 c’était la mort de Flaubert, qui jeta le monde littéraire dans la consternation. Zola a su dire, en des pages magnifiques, et sa profonde tristesse et son émerveillement toujours renaissant : « Flaubert mort. C’était Maupassant qui me télégraphiait ces deux mots sans explications. Un coup de massue en plein crâne. Nous l’avions laissé si gai, si bien portant, dans la joie du livre qu’il finissait ! Aucune mort ne pouvait m’atteindre ni me bouleverser davantage. Jusqu’à mardi, jour des obsèques, il est resté devant moi : il me hantait, la nuit surtout ; brusquement il arrivait au bout de toutes mes pensées avec l’horreur froide du plus jamais. C’était une stupeur coupée de révoltes. Le mardi matin je suis parti pour Rouen ; j’ai dû aller prendre un train à la station voisine et traverser la campagne, aux premiers rayons du soleil : une matinée radieuse, de longues flèches d’or qui trouaient les feuillages pleins d’un bavardage d’oiseaux, des haleines fraîches qui se levaient de la Seine, et passaient comme des frissons dans la chaleur. J’ai senti des larmes me monter aux yeux, quand je me suis vu tout seul, dans cette campagne souriante, avec le petit bruit de mes pas sur les cailloux du sentier. Je pensais à lui, je me disais que c’était fini, qu’il ne verrait plus le soleil. »

3Après avoir décrit le passage du convoi dans la campagne de Canteleu « au milieu des verdures, sous le vaste ciel », fait part de son étonnement devant l’indifférence des Rouennais, le romancier termine son évocation, au Cimetière monumental qui domine la ville, en suscitant une vision romantique et fantastique qui s’impose à lui : « La Ville à nos pieds, s’étendait sous un grand nuage cuivré, dont les bords, frangés de soleil, laissaient tomber une pluie d’étincelles rouges ; et c’était, sous cet éclairage de drame, l’apparition brusque d’une cité du Moyen Age, avec ses flèches et ses pignons, son gothique flamboyant, ses ruelles étranglées coupant de minces fosses noires le pêle-mêle dentelé des toitures. Une même pensée nous était venue à tous : comment Flaubert, enfiévré du Romantisme de 1830, n’a-t-il mis nulle part cette ville qui nous apparaissait comme à l'horizon d’une ballade de Victor Hugo. Il existe bien une description du panorama de Rouen dans Madame Bovary, mais cette description est d’une sobriété remarquable, et la vieille cité gothique ne s’y montre aucunement. » Il appartiendra à Maupassant de répondre au vœu exprimé par Zola, et Rouen revivra en ces termes sous la plume de l’auteur de Bel Ami en 1885 : « La Ville apparaissait un peu noyée dans la brume matinale, avec des éclats de soleil sur ses toits, et ses mille clochers légers, pointus ou trapus, frêles et travaillés comme des bijoux géants, ses tours carrées ou rondes, coiffées de couronnes héraldiques, ses beffrois, ses clochetons, tout le peuple gothique des sommets d’église que dominait la flèche aiguë de la cathédrale, surprenante aiguille de bronze, laide, étrange et démesurée, la plus haute qui soit au monde. »

4Les pages de Zola où, après la fête des sensations, surgit soudain la vision d’une citée née, semble-t-il, de quelque monde légendaire ou d’un Orient rutilant de couleurs, rappellent le don de double regard que possédait Flaubert, et qui était, selon lui, le meilleur de lui-même : vision attentive des êtres et des choses, mais aussi élaboration exigeante et lucide de thèmes récurrents qui satisfont l’artiste. Dans ce rude labeur de création littéraire toujours recommencée, et sans revenir sur l’effort de style que l’on a si opportunément mis en évidence, il semble que Flaubert pouvait faire sienne cette remarque de Maupassant : « J’écris parce que je porte en moi cette seconde vue, qui est en même temps la force et le tourment de tout écrivain ; j'écris parce que je comprends, et je souffre de tout ce qui est parce que je le connais trop, et surtout parce que, sans pouvoir le goûter, je regarde en moi-même dans le miroir de ma pensée. » Ces lignes extraites de Sur l'eau, récit de voyages, révèlent chez l'auteur de Boule de suif, une sensibilité inquiète, un style tout neuf qui n’a plus sa fougue habituelle, une méditation sur le temps et l'espace, une recherche de soi, presque tendre, au rythme de l’existence : « En somme j'ai vu de l'eau, du soleil, des nuages et des roches - je ne puis raconter autre chose-et j’ai pensé simplement ; comme on pense quand le flot vous berce, vous engourdit et vous promène. »

5Ce que Flaubert attendait de Maupassant, jusque dans ses excès, et ce que le disciple lui doit, au niveau d’une réelle vigilance du regard et d’une furtive appréciation de la vie, il était tentant de le mettre en évidence, en cette année du Centenaire de la mort de Flaubert, qui est aussi celui de la parution d'une œuvre exemplaire, en s’orientant dans les directions suivantes : création et genres littéraires, l’art et l’artiste, fortune littéraire des deux écrivains, Paris et la Normandie. Il est sûr que ce que Maupassant, attentif aux sensations, aux suites d’images, au discontinu du quotidien et à la célébration sans illusions de l’aventure humaine, n'avait pu apporter aux lettres françaises, c'est-à-dire une vraie passion, il ne manquait pas de l’attribuer à Flaubert, en lui rendant hommage : « Et puis ne suffit-il pas, pour aimer la vie, d'une longue et puissante passion ? Il l'eut, cette passion, jusqu’à sa mort. Il avait donné, dès sa jeunesse, tout son cœur aux lettres, et il ne le reprit jamais. Il usa son existence dans cette tendresse immodérée, exaltée, passant des nuits fiévreuses comme les amants, frémissant d’ardeur, défaillant de fatigue après ces heures d’amour, épuisant et violent, et repris chaque matin dès le réveil par le besoin de la bien-aimée. »

6Les textes rassemblés dans cet ouvrage répondent à un triple but qui a guidé nos efforts pour donner à cette célébration normande -double fête de l’esprit et du cœur - son originalité dans le cadre des nombreuses manifestations de l'année :

  • Associer Flaubert et Maupassant, non pour multiplier des points de rapprochement qui risqueraient à la longue d'être artificiels, mais pour rendre compte d’une sorte de continuité, d’un lien régional et affectif, qui explique rencontres et fraternité littéraires, sans aliéner le talent indiscutable de chacun dans son domaine propre. A cet égard l'étude de la tentation réaliste de Flaubert à Maupassant, celle du milieu culturel rouennais, de la vogue des publications populaires ont semblé de la plus grande importance, ainsi que la définition d’un art d'écrire dont on peut suivre l'évolution et les contrastes dans la chronique, le conte ou le roman.
  • Prolonger les travaux du Centre d’Art, Esthétique et littérature de la Faculté des Lettres sur quelques points qui ont fait l’objet d’études précises durant les dernières années : le Paysage normand de Haute et Basse Normandie, l’Orient dans la littérature du XIXe siècle, la critique d'art dans ses diverses manifestations et son évaluation comme genre littéraire, le travail théâtral et lyrique au niveau de la mise en scène, la vie de l'artiste et les interférences des arts.
  • Développer le plus largement possible l’aspect interdisciplinaire de la recherche et son impact sur l’expression contemporaine, sans négliger pour autant la participation des éminents spécialistes de l’Histoire littéraire. Il semble qu’un regard neuf porté sur l'œuvre des deux écrivains soit des plus utiles, une manière de saluer la modernité toujours renaissante. Ainsi une étude sur Flaubert botaniste dans la région normande ou sur la fortune théâtrale de Boule de suif nous paraît répondre à cette préoccupation de large ouverture et de réflexion commune ; et aussi tout ce qui touche à l’accueil de l'œuvre par la critique contemporaine. On constate que de nos jours Flaubert et Maupassant ne cessent de solliciter les efforts des réalisateurs : dans le domaine du théâtre les comédiens proposent des créations originales par et pour Flaubert ; d’autre part au cinéma et à la télévision, il existe de nombreux sujets de confrontation entre le texte littéraire et la transcription visuelle : il serait long de les énumérer. Ce qui frappe avant tout, à côté de la merveilleuse diversité des formes, des styles et des thèmes c’est une recherche poétique évidente, fondamentale, qui donne au réalisme ses limites et à l’entreprise littéraire sa grandeur légitime. Flaubert l'écrivait à Maupassant : « La poésie, comme le soleil, met l’or sur le fumier. Tant pis pour ceux qui ne le voient pas. »

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1981

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista