Version classiqueVersion mobile

Images sculptées au seuil des cathédrales

 | 
Franck Thénard-Duvivier

Glossaire des termes architecturaux, iconographiques et religieux

Texte intégral

1 Voir aussi les précisions et les schémas donnés dans la présentation du corpus.

2 Bas-relief : sculpture adhérant au fond, d’un relief moins accentué que le demi-relief et le haut-relief, tandis que la sculpture en ronde-bosse est entièrement détachée de tous les côtés.

3 Boustrophédon : mode d’écriture antique (parfois pratiqué en grec, en étrusque ou en latin) qui suit une ligne ininterrompue, de gauche à droite et de droite à gauche, à la manière des sillons d’un champ ; d’où l’étymologie du mot (du grec bous, « bœuf » et strophein, « tourner »). Ce mode de lecture est mis en œuvre dans les vitraux et, plus rarement, dans les cycles sculptés comme c’est le cas au portail de Saint-Ouen de Rouen.

4 Caricature : repris de l’italien caricatura (caricare, « charger »), le mot n’apparaît dans la langue française qu’au XVIIIe siècle et il connaît une extension sémantique au XIXe siècle avec l’essor de la caricature politique. La caricature est une « image grossissant, pour s’en amuser ou s’en moquer, un trait ou des éléments d’un portrait (« portrait à charge ») ; par extension, le genre d’art des images satiriques ; métaphoriquement, toute présentation déformée de la réalité (d’où caricatural) » (F. Bœspflug, Caricaturer Dieu ? Pouvoirs et dangers de l’image, Paris, Bayard, 2006, p. 195).

5 Console : pierre saillante, généralement sculptée, destinée à recevoir la retombée d’un arc ou à soutenir une statue. Sur la façade occidentale de Saint-Jean de Lyon, les consoles des statues colonnes sont sculptées en bas-relief.

6 Cycle (iconographique) : ensemble d’images qui entretiennent une relation de nature thématique, structurée au sein d’un même espace continu ou pas, mais clos sur lui-même ; lequel correspond le plus souvent à un élément architectonique (une rangée ou un panneau de quadrilobes). Par exemple le cycle de la Genèse (portail des Libraires, portail central à Lyon) ou celui de saint Ouen (portail de la Calende, portail des Marmousets).

7 Exemplum : « récit bref donné comme véridique et destiné à être inséré dans un discours (en général un sermon) pour convaincre un auditoire par une leçon salutaire » (J. Le Goff). Au portail de la Calende, les cycles de Job (au trumeau) et du Mauvais Riche (sur le contrefort ouest) donnent à voir de véritables exempla sculptés.

8 Hagiographie : étude de la vie et des actions des saints ; ouvrage consacré à la vie d’un ou de plusieurs saints, à ses miracles (in vita ou post mortem) ou à la translation de ses reliques. Les principaux cycles hagiographiques sculptés sont consacrés aux deux principaux évêques rouennais du VIIe siècle : saint Ouen (portail de la Calende, portail des Marmousets) et saint Romain (Calende). À Lyon, deux cycles plus modestes illustrent la vie de saint Jean-Baptiste, patron de la primatiale (portail central) et celle de saint Pierre en hommage à l’évêque commanditaire Pierre de Savoie (portail nord).

9 Historié : décoré de scènes à personnages, et notamment de scènes tirées de l’Écriture sainte, de la vie des saints, tandis que les motifs ornementaux sont géométriques ou végétaux.

10 Indulgences : accordées pour certaines donations, elles sont des récompenses qui exemptent leurs bénéficiaires de certaines observances religieuses (comme l’abstinence de viande pendant le Carême) ou qui leur accordent une réduction de temps post mortem dans le lieu d’attente qu’est le purgatoire. L’octroi d’indulgences dépend du pape mais ce dernier peut le déléguer aux cardinaux ou aux évêques.

11 Pan de mur : terme qu’on peut utiliser, dans le cadre des portails rouennais, pour désigner le montant vertical sur lequel retombe l’arcade extérieure de l’archivolte : il sépare les piliers des ébrasements (piédroits) de ceux des faces intérieures des contreforts.

12 Piédroit (pied-droit) : montant vertical encadrant l’ouverture d’une porte (dans les ébrasements). Situé entre le soubassement et la statue-colonne (donc en position de piédestal), il prend la forme de piliers saillants en « éperon » dans les portails rouennais, lyonnais et avignonnais.

13 Portail : composition monumentale à une ou plusieurs portes extérieures formant une baie ouvrant vers l’extérieur par des ébrasements généralement ornés de piliers sculptés et de statues-colonnes.

14 Programme (iconographique) : notion centrale en histoire de l’art qui fait l’objet d’une réflexion renouvelée depuis les années 1990 et continue de faire débat aujourd’hui. Faute de preuves matérielles, l’historien est souvent amené à supposer l’existence d’un « programme » qui permet de faire le lien entre les différents acteurs du processus de création et de réception (commanditaire, maître d’œuvre et artisans, « public » supposé ou potentiel). Mais un programme iconographique n’est pas toujours homogène et achevé ou résultant d’un projet global. Si le portail des Marmousets offre un programme iconographique achevé, fruit d’une véritable pensée programmatique, celui des Libraires continue de nous interroger par son apparent « désordre » visuel.

15 Quadrilobe : Motif ornemental constitué par quatre arcs de cercle égaux, tangents ou sécants, tandis qu’au sens strict, le quatre-feuilles est constitué par quatre arcs brisés.

16 Série (iconographique) : ensemble limité d’images qui sont rassemblées par le chercheur dans le cadre de son étude. Notre propre corpus est composé de huit séries qualifiées d’« ensembles iconographiques » qui correspondent chacun à une « unité architecturale » du monument : les sept portails et les consoles sculptées de la façade lyonnaise.

17 Translation : transport d’une partie ou du corps entier d’un saint. Ce déplacement peut s’effectuer sur une courte distance ou prendre la forme d’un voyage de plusieurs jours ou de plusieurs mois ; il peut également s’agir du transfert des reliques d’une châsse dans une autre. Enfin, un certain nombre de rituels peuvent être considérés comme des translations : la découverte (inventio) ou l’arrivée (adventus) de nouvelles reliques, leur transfert dans une châsse plus belle (elevatio), ou encore leur ostension solennelle (ostensio).

18 Trumeau : au sens strict, pan de mur entre deux embrasures au même niveau ; par métonymie, on appelle généralement trumeau le pilier central qui divise une porte à deux vantaux. À Rouen, leur forme saillante peut évoquer une « proue de bateau ».

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search