Version classiqueVersion mobile

Images sculptées au seuil des cathédrales

 | 
Franck Thénard-Duvivier

Chapitre 8. Le culte des saints

Texte intégral

  • 1 Voir la présentation historique (chapitre 1) et l’étude des cycles de bas-reliefs (chapitre 6).
  • 2 F. Thénard-Duvivier, « Cathédrale de Rouen et abbaye Saint-Ouen : une concurrence asymétrique au X (...)

1Au XIVe siècle, à l’époque de la papauté d’Avignon, le siège archiépiscopal de Rouen demeure l’un des plus convoités, au cœur des jeux d’influence du pape, du roi et du chapitre. Si ce contexte n’intervient pas directement dans la conception des cycles de bas-reliefs de la cathédrale et de l’abbaye Saint-Ouen, il oriente en partie la politique architecturale des clergés qui entendent assumer, chacun à leur manière, une part de l’identité normande à la veille de la guerre de Cent Ans. Aussi le culte des saints apparaît-il à travers ces cycles de bas-reliefs comme un enjeu de la rivalité qui existe entre la cathédrale et l’abbaye Saint-Ouen depuis la fin du Xe siècle1. Certes, cette concurrence est devenue « asymétrique » au XIVe siècle car les ambitions de la cathédrale Notre-Dame dépassent le seul diocèse au sein duquel les programmes iconographiques traduisent justement une certaine spécialisation des sanctuaires2. Celle-ci se manifeste notamment à travers les choix narratifs mis en œuvre dans les cycles de bas-reliefs autour de la représentation des miracles, des reliques et du culte des saints ou encore de l’image du saint évêque.

LES MIRACLES REPRÉSENTÉS DANS LES BAS-RELIEFS

  • 3 A. Vauchez, Saints, prophètes et visionnaires…, Paris, A. Michel, 1999, p. 19-32.

2Dans un récit hagiographique, qu’il soit écrit ou sculpté, les miracles montrent la virtus du saint, c’est-à-dire son pouvoir immanent, considéré comme le signe le plus évident et incontestable de sa sainteté, comme la manifestation d’un « surnaturel efficace et accessible3 ». Ainsi, bon nombre de Vies se présentent comme une suite de miracles in vita et post mortem. Il s’agit même de montrer que le saint a accompli des miracles dès son enfance : c’est le cas pour saint Ouen, évêque de Rouen de 641 à 684, qui fait surgir une source d’un rocher et en pleine sécheresse comme l’illustrent ses différentes Vitae et les bas-reliefs (fig. 80). Les hagiographes privilégient aussi les « miracles pratiques », notamment les guérisons, afin de promouvoir le culte voire le sanctuaire de pèlerinage car les fidèles espèrent une plus grande efficacité du saint au contact de ses reliques. C’est la raison d’être des pèlerinages et, de fait, le « fonds de commerce » des sanctuaires abritant des reliques. D’où les enjeux multiples qui se sont agrégés autour du culte des saints rouennais.

LA PROMOTION PAR LE MIRACLE ?

  • 4 Michel Rouche, « Miracles, maladies et psychologie de la foi à l’époque carolingienne en Francie » (...)

3Les principaux miracles mis en scène sont de type « christologique » : ils reprennent les miracles du Christ, notamment ceux de la guérison des infirmes. Aussi les guérisons occupent-elles la première place avec environ 30 % des miracles figurés dans les bas-reliefs et plus de 50 % de ceux des recueils hagiographiques (tableau 8). On retrouve cette prépondérance dans l’ensemble des sanctuaires normands (72,3 %) et à la période carolingienne4.

  • 5 D. Gonthier et C. Le Bras, « Analyse socio-économique… », op. cit., tableaux p. 21, 27 et 32. Leur (...)

Tableau 8. Analyse comparative des miracles de saint Ouen5

Tableau 8. Analyse comparative des miracles de saint Ouen5

4La catégorie des « secours » rassemble des miracles plus disparates : source et pluie miraculeuses, libération d’un prisonnier. Ils permettent d’élargir la portée et l’attractivité des miracles de saint Ouen en figurant tous les types de miraculés et plus particulièrement les femmes et les enfants. L’insistance sur les rites au portail des Marmousets (douze contre quatre dans les textes) est révélatrice de la fonction de l’iconographie dans le culte des reliques locales. Les bas-reliefs mettent en scène la célébration de l’unité autour de la châsse du saint et la défense des privilèges de l’abbaye à travers la procession de Rots ou les donations ducales.

  • 6 Jean-Marie Sansterre, « Les justifications du culte des reliques dans le haut Moyen Âge », dans E. (...)

5On retrouve, dans le cycle de Saint-Ouen, la même distinction entre les miracles in vita et ceux post mortem que dans les sources textuelles. Cette dichotomie narrative ne doit pas occulter que les miracles accomplis pendant la vie du saint ou après sa mort sont réputés avoir la même « réalité » et la même efficacité. Néanmoins les miracles opérés autour des reliques du saint démontrent leur puissance et la sanctification du corps6. En fait, la fonction ou la portée des miracles semblent varier selon la chronologie : ceux de l’enfance sont annonciateurs de la vocation, de l’élection par Dieu ; ceux de l’épiscopat sont de véritables instruments de la prédication et même de l’évangélisation (pour Romain) ; enfin, les miracles post mortem (pour saint Ouen seulement) offrent de véritables outils pour la promotion du culte des reliques.

LES MIRACLES « OUBLIÉS » DU CYCLE DE SAINT ROMAIN ?

6Pourquoi le célèbre épisode de la « gargouille » vaincue par saint Romain, évêque de Rouen de 631 à 639, ne figure-t-il pas dans le cycle de bas-reliefs du portail de la Calende qui exalte justement son rôle de protecteur de la cité ? En effet, la légende raconte comment le saint a réussi à délivrer la population rouennaise en enchaînant, avec l’aide d’un prisonnier, le dragon qui la menaçait avant de le ramener triomphalement dans la ville. De plus, ce miracle est supposé à l’origine du privilège dit de la « fierte » (la châsse) Saint-Romain qui permettait au chapitre de la cathédrale de Rouen de libérer chaque année un condamné à mort pour lui faire porter la châsse du saint.

  • 7 Amable-Pierre Floquet, Histoire du privilège de saint Romain, Rouen, 1833 (cité d’après le compte- (...)

7Si la légende et le privilège sont censés remonter à l’époque de saint Romain, on n’en trouve la mention que dans un texte de 1394 (pour la gargouille) et dans une enquête de 1210 (pour le privilège). Cette dernière porte sur le refus du gouverneur du château de délivrer un prisonnier à la demande du chapitre : les témoins attestent que « sous les règnes de Henri II et de Richard Cœur de Lion, le prisonnier avait toujours été libéré ». En définitive, le roi Philippe Auguste autorise la concession du privilège7. Tout porte à croire que la légende de la gargouille aurait été inventée au cours du XIVe siècle pour justifier le privilège du chapitre ; ce qui expliquerait son absence dans le cycle de la cathédrale réalisé dans le premier quart du siècle.

  • 8 M. Schlicht, Un Chantier majeur, op. cit., p. 237.
  • 9 J. Le Maho, « Rouen… », art. cité, p. 173-176.

8De même, comment expliquer l’absence de référence à l’inondation miraculeusement arrêtée, en 1296, par la relique du bras de Romain que présente l’archevêque Guillaume de Flavacourt (1278-1306) pour stopper l’eau ? Là encore, il s’agit d’une mention tardive dans les textes, en l’occurrence dans la Chronique abrégée des Archevêques de Rouen rédigée entre 1453 et 14838. D’ailleurs, l’emplacement même de la chapelle Saint-Romain, au nord-est de la cathédrale dont elle dépend, est probablement lié à la construction de la légende. Située à la limite de la hauteur des hautes eaux de la Seine, cette chapelle semble ainsi jouer un rôle protecteur, dès lors attribué aux reliques qu’elle pouvait abriter9. Ce lien entre la topographie et un « monstre » redouté est souvent à l’origine de la légende du « héros » local qu’incarne généralement le saint évêque pendant le haut Moyen Âge. C’est aussi un signe de l’évangélisation et de la lutte contre le paganisme. Mais dans le cas de cette légende tardive, il s’agit de conforter le culte du saint évêque et d’affirmer les privilèges du chapitre au XVe siècle : la crue de la Seine en 1497 offre l’occasion de faire appel à la protection de saint Romain.

9Nul doute que si les épisodes de la gargouille ou de l’inondation avaient déjà été fixés dans les sources hagiographiques, ils auraient été représentés dans les bas-reliefs du XIVe siècle comme ils le seront dans les vitraux des XVe et XVIe siècles. Mais le contexte politique n’est pas le même à ces deux périodes. Outre la guerre de Cent Ans, les rapports entre le pouvoir royal et les pouvoirs locaux ont évolué. Aussi la commande, en 1521, d’une verrière par la confrérie Saint-Romain s’inscrit-elle dans le contexte d’affirmation forte des privilèges du chapitre et de la figure du saint évêque comme symbole de l’identité rouennaise : elle intervient après que le roi a confirmé le privilège de la fierte à la demande de l’archevêque Georges II d’Amboise en 1512 (voir la fig. 126, p. VII du cahier d’illustrations).

SAINT OUEN OU LA PROMOTION D’UN CULTE « UNIVERSEL » ?

10La mise en scène des miracles n’a pas véritablement pour but de prouver la sainteté d’Ouen ou de Romain car nul ne la conteste au XIVe siècle : il s’agit surtout de la rehausser au niveau des grands saints de la Chrétienté. D’où la nécessité de montrer la variété et l’étendue de leur puissance voire de prouver leur renommée « internationale ».

  • 10 E. Vacandard, Vie de saint Ouen, op. cit., p. 343.
  • 11 D. Gonthier et C. Le Bras, « Analyse… », art. cité, p. 9.

11C’est le cas dans l’hagiographie de saint Ouen. Sous couvert de raconter une guérison miraculeuse, certains récits, exaltent en fait la puissance universelle du saint. Prenons, par exemple, l’histoire d’un malade auvergnat qui va rechercher la guérison auprès de saint Martin à Tours. Le saint lui apparaît pendant une nuit et lui enjoint de se rendre en Normandie, sur le tombeau de saint Ouen, afin d’y recouvrer la santé. Suivant son conseil, le malade se fait porter à Rouen où il guérit avant de rentrer chez lui à pied10. Ce récit permet, d’une part, de montrer que la puissance miraculeuse du saint normand n’est pas inférieure à celle du plus grand saint thaumaturge français et, d’autre part, d’affirmer que les pèlerins viennent de toute la chrétienté. Comme le relèvent Dominique Gonthier et Claire Le Bras, « la particularité de la clientèle de saint Ouen est, avant tout, d’être internationale11 ». C’est le rôle joué par l’épisode du voyage à Rome figuré dans les deux portails (Cal D41-E39 ; StO F1-E4, schéma 11) : faute de pouvoir montrer l’origine géographique des miraculés, les concepteurs des cycles mettent en scène le rayonnement du saint.

  • 12 AASS, 24 août, IV, 1867, p. 830, no 28 (cité par E. Vacandard, Vie, op. cit., p. 343).

12Dans les cycles iconographiques, la figure du saint évêque correspond plus logiquement à l’archétype du XIVe siècle qu’à celui des hagiographes du XIe siècle. Ces derniers vont jusqu’à raconter l’histoire du pèlerinage d’un sourd-muet et d’un paralytique venus de Rome et des Pouilles pour chercher à Rouen une guérison qu’ils n’ont pu obtenir de leurs saints italiens, pourtant parmi les plus prestigieux de la chrétienté… Là où saint Pierre lui-même aurait failli, le saint rouennais a réussi : à peine le paralytique touche-t-il son autel que son infirmité disparaît ! D’où la conclusion du moine Fulbert qui est l’auteur de ce recueil de Miracula : « C’est vrai que Rome a de la chance, mais la Normandie n’en a pas moins, car si l’une a [saint] Pierre, l’autre a [saint] Ouen12. »

  • 13 Lucien Musset, « Recherches sur les pèlerins et les pèlerinages en Normandie jusqu’à la Première C (...)

13Comme l’a montré Lucien Musset, le moine hagiographe n’hésite pas à développer les arguments les plus convaincants aux yeux des Rouennais13. Il va jusqu’à présenter saint Ouen comme celui qui a « sauvé la patrie » lors du retour de ses reliques dans une Normandie menacée par la disette en 918. Par ailleurs, il présente son saint patron comme le protecteur contre la sécheresse. On retrouve ce thème représenté à deux reprises dans chacun des cycles de bas-reliefs consacrés à saint Ouen : enfant, il fait apparaître une source (Cal B39 ; StO F7, fig. 80) ; évêque, il prie pour faire tomber miraculeusement la pluie (Cal C41 ; StO F3). Sur ce point, saint Ouen apparaît complémentaire de saint Romain qui est, comme nous l’avons vu, le protecteur contre les inondations.

LE CULTE DES SAINTS ET LA COURSE AUX RELIQUES

  • 14 Voir au chapitre 5, (cycle de saint Romain) et au chapitre 6, (cycle de saint Ouen).

14Le cycle sculpté au portail des Marmousets tend à montrer que le principal saint évêque rouennais n’est pas l’évangélisateur Romain (dont les reliques sont conservées à la cathédrale) mais le thaumaturge saint Ouen : celui qui commande à la nature (miracles de la source, de la pluie, des oiseaux) et qui guérit les malades ; celui dont les reliques sont conservées à l’abbaye Saint-Ouen. Déjà au portail de la Calende, le cycle de saint Ouen met davantage en scène la portée pastorale – en tout cas populaire – de ses miracles (guérison, vision, exorcisme, miracle de l’eau) tandis que le cycle de saint Romain montre la dimension évangélisatrice et liturgique de ses miracles (destruction des temples païens, miracle de la messe, intervention de l’ange lors de sa tentation14). Aussi la légende de saint Ouen semble-t-elle davantage se prêter au culte « populaire » des reliques et à un pèlerinage de plus grande ampleur que celui de saint Romain en grande partie limité à la procession de la fierte au moment de l’Ascension.

L’EXODE DES CORPS SAINTS

  • 15 A. Legris, « L’exode des corps saints… », art. cité, p. 133 et p. 125-126. La datation est contest (...)
  • 16 Brigitte Beaujard, « Victrice de Rouen et le culte des saints en Gaule à la fin du IVe siècle », d (...)
  • 17 Cet épisode est connu par la charte (datée du 17 novembre 872) que l’évêque Riculphe fait rédiger (...)

15Face aux invasions normandes, les clergés mettent leurs reliques à l’abri. Le premier « exode » a lieu en 84115 et conduit les moines à abriter les reliques de leur saint patron et celles des premiers martyrs (dont saint Nicaise) dans leur domaine de Gasny-sur-Epte (actuellement dans l’Eure) dans un lieu suffisamment éloigné de la Seine sans l’être trop de Rouen. Lors du raid normand, la ville de Rouen et le monastère Saint-Pierre (Saint-Ouen) sont incendiés. On compte plus d’une vingtaine de reliques ainsi emportées lors des invasions normandes : les premiers martyrs, une dizaine d’évêques (dont Romain, Ouen et Ansbert), des fondateurs d’abbayes (dont Wandrille et Philibert), des abbés et abbesses de Normandie. Ainsi, l’évêque Victrice mentionne les reliques d’au moins treize saints différents dans son célèbre sermon De laude sanctorum (« À la louange des saints ») prononcé à Rouen vers 39516. Au IXe siècle, une partie de ces reliques accompagnent celles d’Ouen dans son exode à Gasny où Riculphe, archevêque de Rouen – et abbé de Saint-Ouen – se rend en 872 pour vénérer la dépouille de son illustre prédécesseur. Il en profite pour faire ouvrir la châsse et pour prélever quelques parcelles du corps de saint Ouen17.

  • 18 L. Musset, « Ce qu’enseigne… », art. cité, p. 115.
  • 19 L. Musset, « Les translations… », art. cité, p. 101.
  • 20 Notamment le corps du saint martyr Quirin et quelques ossements de Nicaise et de Scuvicule ; A. Le (...)

16En 876, quand les Normands remontent la Seine jusqu’à Saint-Denis, les moines ne se sentent plus en sécurité à Gasny et partent se réfugier à Condé-sur-Aisne (diocèse de Soissons) dans une villa dépendant de leur monastère18. La majeure partie des reliques rouennaises y séjourne pendant une quarantaine d’années tandis que celles des « martyrs » du Vexin sont dirigées vers Malmédy (diocèse de Cologne) ou vers Weiswampach (diocèse de Trèves19). L’époque de « l’exode des corps saints » est celle d’une vaste redistribution des reliques, voire d’un véritable trafic dans certains cas. Ainsi, l’accueil des reliques est parfois l’occasion d’en prélever quelques parcelles : à Condé, les moines de Saint-Ouen doivent accorder quelques reliques à deux clercs munis de lettres de Charles le Chauve20.

  • 21 M. Arnoux, « La conversion… », art. cité, p. 274 ; L. Musset, « Les translations… », art. cité, p. (...)

17Une fois les Normands installés et convertis, les moines de Saint-Ouen et les habitants de Rouen souhaitent recouvrer leur saint patron. La légende indique que les Rouennais considèrent l’absence des reliques comme la cause d’une grande sécheresse. Sollicité par ses nouveaux sujets, le duc de Normandie, Rollon, envoie deux officiers présenter la requête des Rouennais au roi Charles le Simple dont dépend Condé-sur-Aisne21. Le retour des reliques de saint Ouen, en février 918, est l’occasion d’une grande procession, non sans rappeler celle de 684 après la mort d’Ouen. Outre la pluie tant attendue, les miracles se multiplient. Les hagiographes en ont retenu un particulièrement symbolique :

  • 22 Selon E. Vacandard, Vie, op. cit., p. 319-310.

Parvenue à Longpaon, la fierte [la châsse], que les porteurs avaient déposée par terre, s’alourdit au point qu’il fut impossible de la soulever. Les Rouennais, avertis de ce phénomène extraordinaire, comprirent la leçon que le saint entendait leur donner. Tous, clercs et fidèles, l’archevêque Francon et le duc Rollon en tête, se précipitèrent à la rencontre de l’hôte mystérieux qui revenait honorer leur cité de sa présence. Le duc en prit occasion pour léguer aux religieux de Saint-Pierre tout le domaine compris entre Longpaon et leur abbaye. Après avoir signé la charte de cette donation, Rollon se prosterna dévotement devant le corps saint, et revendiqua l’honneur de porter lui-même les reliques sur ses épaules22.

18Si un bas-relief du portail des Marmousets représente le don d’une charte au saint évêque, rien ne permet d’identifier le personnage agenouillé comme étant le duc (fig. 97c) ni d’affirmer qu’il s’agit de l’épisode du retour des reliques.

LE CULTE DES RELIQUES DE SAINT OUEN

19L’ampleur exceptionnelle des cycles rouennais de bas-reliefs consacrés à Romain et à Ouen témoigne de l’importance de leur culte à travers les siècles. Ainsi celui de saint Ouen existe dès le VIIe siècle ; il connaît un nouvel essor avec le retour des reliques dans le diocèse au Xe siècle et avec la multiplication des miracles autour de son tombeau à Rouen. L’intérêt que leur portent les ducs de Normandie a également joué un rôle non négligeable dans l’exaltation de son culte. Les sources hagiographiques du XIe siècle traduisent cet essor. Les programmes iconographiques du XIVe siècle montrent que leur culte n’est pas éteint mais qu’il nécessite sans doute un nouvel élan. En tout cas, il fait toujours l’objet d’une apparente concurrence entre la cathédrale de Rouen et l’abbaye Saint-Ouen qui se traduit par les cycles du portail de la Calende et du portail des Marmousets probablement sculptés à une ou deux décennies d’écart.

  • 23 Voir P.-A. Sigal, « Le déroulement des translations de reliques… », dans E. Bozoky et A.-M. Helvét (...)

20Le cycle de l’abbaye met en scène un certain nombre de rituels liés au corps ou aux reliques de saint Ouen : son cortège funéraire ; la cérémonie d’élévation des reliques par l’évêque Ansbert vers 688 ; des scènes de dévotion devant la châsse (dont certaines à l’occasion de son ostension solennelle le jour de la fête du saint) ; ou encore trois cortèges processionnels. Ces scènes illustrent les deux grandes périodes de translation des reliques de saint Ouen : celle des déplacements du corps en dehors du diocèse, pour fuir les invasions (841 et 876) puis pour regagner son sanctuaire (918) ; celle des translations rituelles, principalement sous la forme de processions, d’ostensions ou d’élévations des reliques (XIe-XIIe siècles23).

  • 24 F. Pommeraye, Histoire de l’abbaye, op. cit., p. 103 ; E. Vacandard, Vie de saint Ouen, op. cit., (...)
  • 25 E. Vacandard, Vie, op. cit., p. 326 ; L. Réau, Iconographie, op. cit., t. iii. 2, 1959, p. 1016.

21Le culte de saint Ouen a dépassé les limites du diocèse pour se diffuser dans le nord et en Île-de-France. On peut mesurer l’étendue de sa renommée à travers les églises et les localités placées sous son patronage : une quarantaine d’églises au XVIIe siècle selon Dom Pommeraye24. Cette géographie des patronages de saint Ouen correspond largement à celle des possessions de l’abbaye au Moyen Âge, à celle des lieux de miracles et à l’origine géographique des miraculés ainsi que le rapportent les sources hagiographiques. Certains sanctuaires essaient même de rivaliser avec Saint-Ouen. Par exemple à Démuin, dans le diocèse de Soissons (non loin de Condé-sur-Aisne), on propose aux pèlerins atteints de surdité de guérir grâce à la relique du doigt de saint Ouen25.

  • 26 J. Le Maho, « Les lieux… », art. cité, p. 48.
  • 27 E. Vacandard, Vie, op. cit., p. 322.

22Par ailleurs, l’abbaye Saint-Pierre à Rouen est progressivement appelée « Saint-Pierre et Saint-Ouen » au Xe siècle, puis seulement « Saint-Ouen » à partir du XIe et au XIIe siècle. Ce nouveau patronage traduit évidemment la vitalité du culte de saint Ouen. Le sanctuaire comporte deux autels : l’un dédié à saint Pierre et l’autre à saint Ouen où sont exposées ses reliques dans une châsse d’or rehaussée de pierreries et protégée par une pièce de tissu précieux26. Ainsi l’abbaye devient un grand centre de pèlerinage aux Xe-XIe siècles à mesure que se multiplient les miracles autour de la châsse du saint, ceux-là même que racontent les hagiographes du « Livre noir » et dont certains ont inspiré les sculpteurs des bas-reliefs du portail des Marmousets. Enfin, à partir de 1318, la construction d’une nouvelle église abbatiale participe à la nouvelle mise en valeur des reliques du saint patron. Le portail méridional a pour fonction d’exalter la vie et le culte du saint tandis que le monument constitue, selon Elphège Vacandard, « une sorte de châsse gigantesque que couronne une tour centrale, merveilleuse d’élégance et d’élévation27 ».

  • 28 Selon la Translatio s. Audoeni, ii (AASS, op. cit., p. 822-824). Voir L. Musset, « Les translation (...)
  • 29 D’après J. Le Maho, « Autour d’un millénaire : l’œuvre architecturale à Rouen de Richard Ier, duc (...)
  • 30 D’après le témoignage de Guillaume de Malmesbury, Gesta pontificum anglorum, Rolls Series, 1964, l (...)
  • 31 Dom A. Wilmart, « Les reliques de saint Ouen à Cantorbéry », Analecta bollandiana, 51, 1933, p. 28 (...)

23Le culte des reliques représente un véritable enjeu financier pour les sanctuaires qui n’hésitent pas à promouvoir leurs propres reliques et à en amasser d’autres, quitte à ne pas être très regardants sur la question de leur authenticité et même à leur provenance. Par exemple, vers 988-989, deux moines français auraient tenté de voler les reliques mais ils échouent à la suite de l’intervention du duc Richard Ier28. Ou encore, des clercs prétendant appartenir à l’abbaye Saint-Ouen de Rouen réussissent à vendre au roi d’Angleterre Édouard le Confesseur (1042-1066) des reliques probablement fausses29. Au début du XIe siècle, la reine anglaise Emma (fille de Richard Ier) fait même figure de véritable collectionneuse de reliques : profitant d’un séjour à Rouen, elle aurait acquis de manière illicite le corps supposé de saint Ouen à un moine de Rouen qui cherchait à payer la rançon de son neveu30. Ces reliques auraient abouti à la cathédrale de Cantorbéry Le culte des saints 279 dont un manuscrit du XIIe siècle en rapporte les miracles, mais le clergé rouennais en a toujours rejeté l’authenticité31.

  • 32 E. Vacandard, Vie, op. cit., p. 314 ; A. Masson, L’Abbaye, op. cit., p. 15.
  • 33 Nicole Herrmann-Mascard, Les Reliques des saints…, Paris, Klincksieck, p. 297 ; P. J. Geary, Le Vo (...)
  • 34 Léon Pressouyre, « Reliques et cathédrales gothiques, le cas de la France », dans C. Arminjon et D (...)

24Par ailleurs, pour obtenir des financements pour la reconstruction de l’église abbatiale, l’abbé Nicolas (1042-1092) envoie, jusqu’en Angleterre, des moines qui emportent avec eux un reliquaire contenant quelques parcelles du corps de saint Ouen. Les miracles se multiplient sur leur passage et encouragent les dons32. Cette pratique des « quêtes avec reliques » apparaît dès les Xe-XIe siècles et elle se développe jusqu’au XIIIe siècle tandis que les autorités ecclésiastiques essaient d’en réglementer les abus. Cela représente en effet une ressource non négligeable pour le financement des chantiers d’églises33. Ne pourrait-on pas voir une allusion à cette « tournée » dans les deux bas-reliefs montrant deux moines transportant la châsse de saint Ouen (fig. 99) ? En outre, les textes mentionnent l’ostension des reliques comme moyen de financer un chantier de construction dès le milieu du XIe siècle pour les établissements monastiques de la France septentrionale et Saint-Ouen apparaît dans la dizaine de cas recensés. Puis la pratique s’étend aux cathédrales au siècle suivant et notamment à celle de Rouen34.

  • 35 F. Lifshitz, The Norman Conquest, op. cit., p. 279-281.
  • 36 L. Violette, « Nicaise, du martyr du Vexin au saint rouennais… », dans O. Dumoulin et F. Thélamon (...)

25En définitive, les efforts déployés par l’abbé Nicolas pour promouvoir le culte de saint Ouen sont sans doute révélateurs de deux phénomènes : d’une part, un certain affaiblissement du pèlerinage dans la seconde moitié du XIe siècle ; d’autre part, la recherche de nouvelles ressources financières pour terminer le chantier de reconstruction. L’abbé cherche même à susciter de nouveaux cultes en obtenant en 1090 des ossements des saints Godard et Romain auprès de l’abbé Odon de Saint-Médard de Soissons35. En parallèle, le monastère tente de promouvoir le culte de saint Nicaise en le présentant comme le premier évêque de Rouen36. Mais les deux tentatives ne rencontrent pas le succès escompté. Ces difficultés sont largement liées à la concurrence accrue entre les lieux de pèlerinage et à l’essor du culte de saint Romain à la fin du XIe siècle.

LA CATHÉDRALE DE ROUEN ET LE CULTE DE SAINT ROMAIN

  • 37 Certains auteurs considèrent que le corps entier de saint Romain demeure dans la cathédrale (J. Le (...)
  • 38 J. Le Maho, « Les lieux… », art. cité, p. 52.
  • 39 M. Baylé, « La cathédrale romane », dans 396-1996. xvie centenaire, op. cit., p. 192.

26Pendant les invasions normandes, le corps de saint Romain est abrité à l’intérieur des murailles, dans la crypte de la cathédrale, et il est de fait le seul à demeurer dans la cité tandis que les autres reliques, notamment celles de saint Godard et peut-être même le chef de saint Romain, sont transportées à Soissons37. Face aux calamités qui s’abattent sur Rouen et la Normandie, la dévotion populaire s’intensifie et saint Romain devient le protecteur de la cité ; ce qu’il ne cesse pas d’être, même après le retour des reliques de saint Ouen en 918. Sous le règne du duc Richard Ier (945-996), les reliques de saint Romain sont restituées à leur sanctuaire primitif alors connu sous le nom d’église Saint-Romain, une dépendance de la cathédrale dans le faubourg nord de la cité (actuelle église Saint-Godard38), tandis qu’une chapelle haute est dédiée au saint dans la tour de la façade occidentale de la cathédrale de Rouen39. Réinstallées dans la crypte, dans le sarcophage rouge attribué au tombeau primitif, les reliques de saint Romain deviennent rapidement l’objet d’un pèlerinage que les chanoines de la cathédrale vont promouvoir à travers un livret rédigé sous l’épiscopat de Robert (989-1037), le fils de Richard Ier, et dans lequel ils racontent les guérisons et les événements miraculeux survenus dans l’église Saint-Romain. À travers cette translation du Xe siècle et la « propagande » hagiographique qui l’accompagne, l’intention du clergé cathédral est de concurrencer le pèlerinage de Saint-Ouen dont le contrôle vient de leur échapper depuis la transformation de l’abbaye rouennaise en établissement autonome, peu avant 975.

  • 40 J. Le Maho, « Une monnaie rouennaise aux environs de l’An Mil : le denier de “Saint-Romain” », dan (...)

27L’importance accordée par le duc au culte de saint Romain est confirmée par l’existence d’une monnaie frappée à son nom. Ainsi, le trésor monétaire découvert à Fécamp en 1963 révèle trois deniers d’argent portant sur une face la légende « Rotom (agus) civi (tas) » et, sur l’autre, « S(anct)e Romane ». Cela témoigne probablement du privilège de battre monnaie accordé par le duc à l’église Saint-Romain de Rouen autour des années 980-98540. Par ailleurs, des monnaies au nom de Saint-Ouen ont été retrouvées pour une période plus ancienne (années 940-950). En accordant un privilège monétaire aux deux principaux sanctuaires de pèlerinage au Xe siècle, le duc reconnaît la vitalité spirituelle et économique du culte des saints évêques, tout en ménageant chacun des deux clergés concurrents.

  • 41 A. Legris, « L’exode… », art. cité, p. 216 ; J. Le Maho, « Les lieux… », art. cité, p. 54.
  • 42 L. Violette, « Orderic Vital », dans 396-1996. xvie centenaire, op. cit., p. 81.

28Face à la concurrence des moines de Saint-Ouen qui ont obtenu des reliques des saints Godard et Romain, le clergé séculier contre-attaque en déplaçant les reliques de Saint-Romain vers la cathédrale. La collégiale perd donc sa fonction de sanctuaire de pèlerinage à la fin du XIe siècle quand l’archevêque Guillaume Bonne-Âme (1079-1110) décide de la translation des reliques de saint Romain vers la cathédrale41 ; elles y restent jusqu’à la Révolution. L’archevêque prend aussi des mesures pour relancer le culte de saint Romain : un nouveau reliquaire ; une procession annuelle avec octroi d’indulgences pour les participants appelée le grand « pardon » de saint Romain. Il réussit ainsi à promouvoir saint Romain au titre – non officiel – de saint patron de la ville de Rouen qui caractérisait jusque-là saint Ouen. Enfin, la fête de saint Mellon est avancée d’un jour afin de laisser la journée du 23 octobre au seul Romain42.

29Au début du XIVe siècle, le programme iconographique du portail de la Calende semble s’inscrire dans cette campagne de promotion du culte des saints à la cathédrale. À la même époque, la reconstruction de l’église abbatiale déplace la concurrence sur le terrain du projet architectural d’ensemble. Et une dizaine d’années plus tard le programme du portail des Marmousets apparaît comme une nouvelle contre-attaque sur le terrain de la sculpture monumentale, en réponse directe aux deux cycles de bas-reliefs de la cathédrale.

CATHÉDRALE NOTRE-DAME ET ABBAYE SAINT-OUEN AU XIVe SIÈCLE

  • 43 J. Le Maho, « Le trésor de la cathédrale de Rouen », dans J.-P. Caillet (éd.), Les Trésors des san (...)
  • 44 Catherine Vincent, Des Charités bien ordonnées, Paris, ENSJF, 1988, p. 61, 77, 89, 91.

30La concurrence dans le culte des saints est relayée par les pratiques religieuses et gravée dans la pierre des portails gothiques. Pour sa part, la cathédrale possède des atouts indéniables au XIVe siècle : culte marial ancien ; culte de saint Romain depuis la fin du XIe siècle ; nombreuses reliques (saint Sever ou encore saint Évode43). Son prestige attire les pèlerins et les confréries, donc les donateurs. La cathédrale compte au moins douze confréries à la fin du Moyen Âge dont certaines figurent parmi les plus anciennes de Rouen contre trois au plus pour l’abbaye Saint-Ouen, dont une confrérie dédiée à saint Vulgan au XIVe siècle et une autre à saint Ouen (au XVe siècle ?)44. Par ailleurs, le chantier des portails latéraux et de la chapelle de la Vierge apporte un prestige considérable à la cathédrale et rehausse le culte de ses saints. Dès lors, le prestigieux projet de reconstruction entrepris par l’abbé Marc-d’Argent à partir de 1318 participe à la même surenchère qui anime les deux centres de pèlerinage depuis le Xe siècle. La réalisation de deux programmes de bas-reliefs à quelques années d’intervalle confirme une véritable émulation monumentale. Néanmoins les ambitions des clergés évoluent au cours des XIIIe et XIVe siècles : la concurrence entre les sanctuaires devient « asymétrique ».

LA PÉRIODE DUCALE COMME UN « ÂGE D’OR » ?

31L’influence du « Livre noir » et des textes hagiographiques des Xe-XIe siècles se manifeste à travers le choix des épisodes de la Vie de saint Ouen, mais aussi à travers la mise en scène de son culte au portail des Marmousets. Or, ces sources remontent à l’époque ducale pendant laquelle l’abbaye Saint-Ouen a bénéficié de la protection et des bienfaits de la famille des ducs. Auparavant, le souvenir des évêques rouennais n’est guère présent dans la mémoire collective et dans les cultes officiels. La période ducale voit l’essor du culte des saints évêques bénéficier de la ferveur populaire qui trouve son origine dans le rôle supposé de leurs reliques dans la prospérité retrouvée du duché après les invasions normandes. L’hagiographie joue un rôle prépondérant dans cette exaltation de la sainteté normande qui reçoit le soutien de la famille ducale. Les sources écrites et iconographiques insistent dès lors sur les liens entre la dynastie ducale et les saints Romain ou Ouen par l’intermédiaire de leurs « promoteurs » : le clergé de la cathédrale ou celui de l’abbaye Saint-Ouen de Rouen.

32Dès Rollon, premier duc de Normandie (911-927), l’histoire ducale rencontre celle du culte de saint Ouen : le duc intervient auprès du roi Charles le Chauve pour obtenir le retour des reliques du saint à Rouen en 918 ; il manifeste sa dévotion en se prosternant puis en portant la châsse ; il fait le don à l’abbaye d’une grande partie de la vallée de Darnétal. Ses successeurs font preuve de la même dévotion ou plutôt du même souci de faire oublier la période troublée des invasions normandes en aidant ce grand monastère rouennais à renaître. Ils s’efforcent donc de lui reconstituer un patrimoine foncier. L’abbaye Saint-Ouen est l’un des principaux bénéficiaires du mécénat ducal. Toutefois, la politique du duc vis-à-vis de l’Église est ambivalente : d’un côté, il apparaît comme un généreux mécène ; de l’autre, il développe la puissance ducale au détriment du clergé et des établissements monastiques.

  • 45 Translatio beati Audoeni anno 941 (PL, 162, col. 161).
  • 46 M. Arnoux, « La conversion… », art cité, p. 274.
  • 47 Voir au chapitre 6.
  • 48 Cette dîme est ensuite confisquée par le duc Guillaume (1035-1087). Sa récupération par l’abbaye e (...)
  • 49 J. Le Maho, « Autour… », art cité, p. 75.

33Le duc Richard Ier (945-996) est considéré comme le nouveau fondateur de l’établissement monastique ; situation dont il profite pour réformer en y introduisant la stricte observance de la règle bénédictine, probablement sous l’influence de Guillaume de Volpiano (962-1031). Certes, les hagiographes préfèrent évoquer la volonté de saint Ouen lui-même qui apparaît en songe au duc pour lui enjoindre de « donner à l’abbé Hildebert l’ordre de garder et de protéger plus sérieusement son église et de veiller à ce que les frères se lèvent plus tôt le matin45 ». Il s’agit d’un « texte de propagande46 ». Cette vision nocturne du duc Richard figure dans un bas-relief du portail des Marmousets (fig. 98c47). Les sources mentionnent ce chantier vers 985-989, sous l’abbatiat d’Hildebert (mort en 1006). Le duc a non seulement financé une grande partie de la restauration de l’église abbatiale mais il a également commandé une nouvelle châsse (vers 985-989) dans laquelle les restes de saint Ouen sont transférés au cours d’une cérémonie fastueuse. Auparavant, Richard Ier a fait le don à l’abbaye du domaine de Saint-Martin-des-Bois et de la dîme du domaine de Rots en Basse-Normandie48. Ainsi « choyée par la famille princière » qui en fait « la première des grandes abbayes dynastiques de la Normandie, établissements où s’exprimait un soutien fervent de l’Église à la personne du duc49 », Saint-Ouen ne tarde pas à faire renaître le pèlerinage qui avait fait son renom à l’époque pré-normande.

  • 50 Selon Dudon de Saint-Quentin : « dans la ville de Rouen, [le duc Richard] fit agrandir la merveill (...)

34Le mécénat de Richard Ier bénéficie également à la cathédrale et notamment au culte de saint Romain, érigé en protecteur tutélaire de la cité depuis les invasions normandes. Afin d’effacer ce passé douloureux et de se réconcilier, lui l’héritier des envahisseurs, avec ses sujets rouennais, il se doit d’afficher une dévotion particulière pour le saint patron de Rouen. D’où la cérémonie de translation des reliques du saint de la cathédrale vers l’église placée sous son patronage ; ses donations et la dédicace d’une chapelle « Saint-Romain » dans son palais. Par ailleurs, Richard Ier puis ses successeurs font réaliser des remaniements et des agrandissements de la cathédrale de Rouen50.

  • 51 J. Le Maho, « Autour… », art cité, p. 64.

35Face au duc, l’archevêque de Rouen n’a plus le poids qu’avait l’évêque métropolitain au temps de Romain et Ouen : le duc assume l’essentiel des responsabilités d’assistance publique. Les richesses fiscales et foncières de l’Église ont été largement redistribuées au profit du duc : l’Église a perdu une grande partie de ses propriétés après la refonte de la cité et son repeuplement à la fin du IXe siècle ; la plus grande partie des droits de douanes et des taxes portuaires est versée au trésor ducal, alors qu’en 876, ces ressources profitaient encore pour moitié à l’abbaye Saint-Pierre (Saint-Ouen). C’est ce que montre Jacques Le Maho, en rappelant que « Rollon s’était bien gardé de restituer ces droits aux religieux lorsque ceux-ci, rentrés d’exil en 918 avec les reliques de leur saint patron, s’étaient réinstallés dans leur monastère : il n’eut aucun mal en revanche à leur céder la vallée de Longpaon (aujourd’hui Darnétal), c’est-à-dire la partie la plus rurale des faubourgs51 ». La générosité ducale n’est ainsi que la portion congrue des richesses confisquées à l’Église normande !

36Le mécénat ducal revêt une dimension hautement politique : il s’agit de faciliter la renaissance intellectuelle et spirituelle de la Normandie, mais aussi d’afficher la grandeur du duché à travers son architecture ou encore à travers le culte de ses saints. Quatre siècles plus tard, avec le remaniement des façades latérales de la cathédrale de Rouen (entre 1281 et les années 1320) et avec la reconstruction d’une nouvelle église abbatiale Saint-Ouen (à partir de 1318), on retrouve la même volonté de prestige de la part du clergé rouennais par l’intermédiaire de l’archevêque Guillaume de Flavacourt (1278-1306) et de l’abbé Marc-d’Argent (1303-1339). Certes, le contexte politique évolue considérablement entre le premier quart du siècle qui voit aboutir les revendications provinciales avec la « Charte aux Normands » en 1315, et la seconde moitié du siècle qui est secouée par les rivalités franco-anglaises dont la Normandie constitue un des enjeux.

37Outre le souci de rehausser les saints évêques normands, notamment Ouen, au niveau de ceux de la Chrétienté, l’insistance sur la période des ducs de Normandie apparaît comme un moyen d’encourager les donations, celles des simples fidèles et des grands seigneurs. C’est d’ailleurs ce que fait Charles V en 1364. Les images de procession urbaine semblent mettre en scène une sorte d’unité du corps ecclésiastique – voire du corps civique ? – autour des reliques. Ces représentations constituent-elles une sorte d’appel à la concorde urbaine autour du saint patron normand ? En tout cas, la conception des cycles de bas-reliefs se fait dans le contexte de la démonstration de prestige du clergé rouennais – archevêque puis abbé de saint Ouen – et peut-être dans celui de l’affirmation d’une identité normande en cette veille de la guerre de Cent Ans qui écartèle la Normandie entre les royaumes de France et d’Angleterre…

  • 52 L. Violette, « Le mythe de saint Romain au Xe siècle ? », dans F. Beaurepaire et al., La Normandie (...)

38Une telle mise en perspective historique de sources hagiographiques n’est pas exceptionnelle. Louis Violette l’a montré, à partir des différentes Vies de saint Romain52. Celle de Gérard de Brogne, rédigée dans la seconde moitié du Xe siècle, participe à la constitution du mythe de saint Romain et à la naissance de ce que l’auteur appelle un « mythe national normand ». Le contexte est celui de la conversion récente et incomplète des anciens envahisseurs normands : les archevêques de Rouen, Hugues (943-989) puis Robert (990-1037) ont pour tâche de parachever cette conversion. Les voici dans le même rôle que saint Romain trois siècles auparavant ! Et on en retrouve des échos dans la Vita Romani composée à cette époque. Ainsi, dans un épisode représenté au portail de la Calende (Cal E35) on assiste à un dialogue entre le saint évêque et des démons (dont les têtes dépassent derrière des créneaux dans le quadrilobe) avant qu’il ne les chasse de leur refuge (la forteresse figurant le temple païen). L’hagiographe rapporte la prophétie légendaire que les démons annoncent à Romain :

  • 53 Texte cité selon L. Violette, op. cit., p. 131.

Aujourd’hui, jour d’injustice, vous nous chassez de nos sièges. Mais moi aussi je vais par revanche envoyer contre vous une nation venue de l’extrémité de la mer et d’îles inconnues, qui obligera les vôtres chassés à leur tour de leur demeure, soit à aller chercher refuge à l’étranger, soit à subir chez eux le joug de maîtres étrangers. Et vous n’en aurez pas fini avec la calamité, car je ferai en sorte que vos os et ceux des autres serviteurs de Dieu, ôtés de leurs demeures, connaissent les pérégrinations d’un exil insolite, et portés à travers des territoires étrangers, doivent trouver de nouvelles résidences53.

39La Vita romani écrite par Fulbert de Jumièges traduit également la place qu’occupe Romain dans la mémoire collective : il apparaît comme le patron officiel du duché normand. Au cœur de cette promotion se situe le rôle supposé des reliques du saint durant l’invasion des Normands au IXe siècle : on leur attribue le rapide retour au calme et à la prospérité. Il est vrai que la Normandie de Rollon, c’est-à-dire de l’envahisseur sédentarisé, est en plein essor. En fait, la nouvelle dynastie favorise ce nouveau culte et l’hagiographe Fulbert œuvre dans le sens d’un saint patron commun aux conquérants et au peuple conquis. À la destruction du paganisme en Normandie, répond deux siècles plus tard celles des envahisseurs païens qui finissent par s’installer et qu’il faut convertir. Les translations de retour annoncent le renouveau de la foi, l’essor du culte des saints et de la naissance du mythe de la « nation normande », fruit de la symbiose entre Normands et peuples autochtones. Du point de vue des hagiographes, cette renaissance est permise grâce à la bienveillance des saints évêques locaux érigés en véritables patrons de la Normandie ducale au Xe siècle. Le « nationalisme » de ces sources a influencé la conception des programmes iconographiques rouennais et notamment le « Livre noir » de la bibliothèque monastique. En fait, le récit sculpté du XIVe siècle se fonde essentiellement sur la narration des Xe-XIe siècles. Il réutilise certains aspects du mythe normand pour mieux mettre en scène les aspirations de son époque.

UNE VÉRITABLE PROPAGANDE PRO DOMO

40Exceptionnel à bien des égards, le programme de bas-reliefs de Saint-Ouen de Rouen a incontestablement été conçu pour la promotion du culte des reliques du saint patron de l’abbaye. Or, en raison de sa localisation dans le seul portail permettant l’accès des pèlerins dans le sanctuaire abbatial, il joue un rôle d’accueil dans le cadre du parcours de pèlerinage. Le contexte architectural confirme cette fonction puisque le portail des Marmousets est intégré dans un vaste porche dont la structure intérieure offre des « places assises » à proximité ou en face du récit sculpté de la vie et des miracles de saint Ouen. Comment ne pas imaginer que les pèlerins s’y soient assis en écoutant probablement les commentaires ou les exhortations d’un desservant du culte de saint Ouen ? Une telle « préparation » serait ainsi associée à la dévotion en permettant au fidèle de se « remémorer » les hauts faits et les miracles du saint. Aussi ces images sculptées participent-elles à un certain conditionnement propice à la dévotion voire au miracle.

41Sous le porche méridional de l’abbatiale, le premier « contact » avec saint Ouen est donc visuel : il sert d’étape préparatoire au contact « physique » avec les reliques et la virtus du saint, dans l’espoir que se produisent des miracles comme ceux sculptés dans les bas-reliefs du portail. Ici, l’image monumentale « atteste » de l’authenticité des reliques dont elle montre la translation et l’élévation, puis les processions de la châsse les contenant. Il s’agit aussi d’authentifier les miracles accomplis in vita par le saint lui-même ou encore post mortem grâce à ses reliques ou à ses apparitions (schéma 19, p. iv du cahier d’illustrations).

42Le programme iconographique du portail des Marmousets traduit une intention nette de « propagande » hagiographique à travers la mise en scène des miracles et du culte de Saint-Ouen. Ainsi, l’utilisation même du boustrophédon favorise les enchaînements narratifs dans un espace architectonique relativement compartimenté (par les piliers en éperon) mais il souligne aussi la continuité des pouvoirs thaumaturgiques du saint et de ses reliques à travers la mise en scène de ses miracles in vita et post mortem. Enfin, le programme iconographique apparaît au service d’une idéologie qui transparaît à travers l’exaltation d’un passé mythifié, celui de l’époque ducale et notamment du Xe siècle.

43Les cycles de bas-reliefs et de vitraux sont conçus comme les nouveaux vecteurs de la promotion hagiographique des moines de Saint-Ouen au XIVe siècle. C’est un moyen de relancer le culte des reliques et de contribuer à la reconstruction du sanctuaire en attirant les pèlerins et leurs offrandes, comme c’était déjà le cas au XIe siècle sous l’abbatiat de Nicolas (1042-1095) avec le chantier de la nouvelle abbatiale mais aussi la rédaction du fameux « Livre noir » recueillant la plupart des récits concernant le saint patron. D’où un programme iconographique largement consacré aux miracles et aux donations de l’époque ducale, laquelle coïncide avec l’essor du culte de saint Ouen. Il a très probablement été conçu en même temps que le reste du projet monumental de l’abbé Jean Roussel (1303-1339), même si les bas-reliefs ne sont probablement montés dans le portail porche qu’au tournant des XIVe et XVe siècles. D’ailleurs à cette époque, la relance du pèlerinage est encore plus nécessaire qu’au début du XIVe siècle car les finances de l’abbaye ont souffert de la guerre, des multiples procès et des prélèvements pontificaux. Mais le pèlerinage de Saint-Ouen n’atteint jamais la renommée – tant désirée par les moines – de celui du Mont-Saint-Michel, malgré la tentative de le concurrencer grâce à un petit prieuré Saint-Michel qui leur appartient sur le Mont-Gargan à l’est de Rouen (voir le schéma 19 p. IV du cahier d’illustrations).

UN NOUVEAU PARTAGE DES RÔLES AU XIVe SIÈCLE

  • 54 C. Vincent, « Les mutations du culte des saints à Rouen du XIIIe au XIVe siècle », dans P. Bouet e (...)

44Comment expliquer le choix d’une sorte de recentrage voire de repli sur deux saints évêques locaux par les concepteurs des programmes iconographiques au XIVe siècle alors que le modèle de la sainteté et les pratiques liées au culte des saints ont évolué ? Faut-il y voir une réaction face aux mutations du culte des saints à Rouen aux XIIIe-XIVe siècles ? En réponse à la « préoccupation de personnalisation » exprimée par les fidèles à travers les confréries, les archevêques et les chanoines sont « les artisans de la promotion d’une sainteté cléricale, le plus souvent épiscopale et très locale54 ». La mise en image de la sainteté épiscopale dans les bas-reliefs rouennais est révélatrice d’une certaine évolution des églises épiscopales du nord de l’Occident à la fin du Moyen Âge : leur vie religieuse présente une tonalité résolument « séculière », ancrée dans l’histoire locale, peu perméable aux nouveautés que constitue l’implantation des ordres mendiants ou l’adoption des figures récentes de sainteté.

45En l’absence d’autres sources, textuelles notamment (recueils de miracles ou translations de reliques par exemple), pour le XIVe siècle, l’analyse du programme iconographique du portail des Marmousets atteste la vitalité de la fonction sanctuariale de l’abbaye et du culte voué à son titulaire ou, du moins, l’indéniable volonté de les raviver au début du XIVe siècle. Mais plutôt qu’une véritable concurrence, on perçoit plutôt une émulation ou, en tout état de cause, un partage des rôles entre la cathédrale et un monastère qui n’est plus tout à fait périurbain et remplit, plus que la première, le rôle de soutien des dévotions à l’une des plus prestigieuses figures de sainteté du diocèse.

46Outre l’évolution des pratiques religieuses, les programmes iconographiques du portail de la Calende et du portail des Marmousets sont révélateurs du nouveau contexte politico-religieux qui s’est mis en place dès le XIIIe siècle à la suite du rattachement du duché au domaine royal. La réaction de l’archevêque Guillaume de Flavacourt se traduit par une série de chantiers monumentaux visant à exalter le prestige de l’Église rouennaise et particulièrement de ses évêques. Outre le remaniement des façades latérales de Notre-Dame, il reconstruit la Chapelle de la Vierge pour en faire la nécropole archiépiscopale. Cette prétention se traduit par la réalisation des verrières de la chapelle et des bas-reliefs au portail de la Calende. En réponse, l’abbé Jean Roussel se lance lui aussi dans un projet monumental grandiose qui comprend des programmes hagiographiques destinés à exalter les saints locaux. On retrouve à cette époque, la même utilisation de l’hagiographie comme outil de propagande qu’à l’époque ducale. En définitive, la rivalité entre les sanctuaires apparaît comme la source de la commande ecclésiastique et, par conséquent, des programmes iconographiques.

47Toutefois, la concurrence apparaît « asymétrique » dans la mesure où le programme du portail de la Calende n’est pas conçu suivant les mêmes finalités que celui du portail des Marmousets. Ce dernier est directement pensé en lien avec le culte des reliques de saint Ouen avec l’espoir de relancer son pèlerinage dans le cadre du vaste chantier de reconstruction de l’église abbatiale à partir de 1318. En revanche, les programmes de bas-reliefs de la cathédrale de Rouen dépassent le cadre de la simple concurrence des sanctuaires rouennais pour s’inscrire dans une politique de prestige de l’église métropolitaine. La cathédrale s’impose comme nécropole archiépiscopale (avec la nouvelle Chapelle de la Vierge) et ducale (avec les gisants des ducs de Normandie), tandis que le clergé rouennais affirme ses prétentions à l’échelle du royaume. La reprise et l’adaptation de formes architecturales de Notre-Dame de Paris ou de la Sainte-Chapelle participent d’une sorte d’appropriation et de dépassement du « modèle francilien » pour instituer un nouveau canon architectural et ornemental qui est repris – en ce qui concerne les bas-reliefs quadrilobés – à Saint-Ouen, à la cathédrale de Lyon ou au palais des papes d’Avignon.

  • 55 Vincent Tabbagh, « Les Italiens dans le clergé séculier du diocèse de Rouen aux XIVe et XVe siècle (...)

48Depuis le rattachement de la Normandie au domaine royal en 1204, la véritable « concurrence » s’exerce surtout avec la cathédrale de Paris. Dès lors, le sentiment de rivalité est davantage le fait du clergé régulier de Saint-Ouen et de son abbé que de celui de la cathédrale de plus en plus marqué par des ambitions davantage politiques et individuelles que cultuelles et collectives. Ainsi le recrutement des chanoines dépasse largement l’horizon normand car une prébende rouennaise continue de représenter un avantage financier non négligeable : la présence des Italiens atteste de ces enjeux à l’échelle de la chrétienté55. Les attentions du clergé séculier rouennais sont tournées vers Paris et Avignon, siège pontifical au XIVe siècle, au détriment de la promotion des cultes dans leur cathédrale, à l’exception de la procession de la fierte Saint-Romain qui constitue un privilège auquel le chapitre rouennais est attaché et qu’il ne cesse d’affirmer face au pouvoir temporel.

49Les programmes iconographiques des bas-reliefs rouennais sont conçus au XIVe siècle, mais ils s’inspirent largement des sources hagiographiques composées aux Xe-XIe siècles dans un tout autre contexte spirituel et politique. À cette époque, le culte des reliques est en plein essor et il bénéficie du soutien du pouvoir ducal. En procédant à des translations ou à des élévations de leurs reliques respectives, le clergé de la cathédrale de Rouen et celui de l’abbatiale Saint-Ouen participent à leur promotion concurrentielle. Cette dernière est amplifiée par la production hagiographique, notamment par les recueils de translations et de miracles. Au XIVe siècle, la promotion du culte des saints passe par l’image monumentale à travers la mise en scène des vies de saint Romain et de saint Ouen sur la façade de la cathédrale de Rouen, puis une ou deux décennies après, à travers l’exaltation du culte de son saint patron par l’abbaye Saint-Ouen.

50Au portail de la Calende comme à celui des Marmousets, la politique monumentale et certains aspects du programme iconographique participent clairement à l’affirmation de l’identité normande, à travers la mise en scène des saints évêques. À la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe siècle, quand sont à l’œuvre des mouvements de centralisation tant politique (menée par le roi de France) que religieux (menée par la papauté) entraînant un affaiblissement des identités locales, ces dernières ne s’avouent pas vaincues et relèvent la tête dès que l’occasion leur en est donnée, par exemple lors de l’arrivée sur le siège de Rouen d’un archevêque sensible à la dimension locale de sa fonction : Guillaume de Flavacourt.

Notes

1 Voir la présentation historique (chapitre 1) et l’étude des cycles de bas-reliefs (chapitre 6).

2 F. Thénard-Duvivier, « Cathédrale de Rouen et abbaye Saint-Ouen : une concurrence asymétrique au XIVe siècle ? », dans C. Vincent (dir.), Cathédrale et pèlerinage, Louvain-la-Neuve, 2010, p. 295-319.

3 A. Vauchez, Saints, prophètes et visionnaires…, Paris, A. Michel, 1999, p. 19-32.

4 Michel Rouche, « Miracles, maladies et psychologie de la foi à l’époque carolingienne en Francie », dans E. Patlagean et P. Riché (dir.), Hagiographie, op. cit., p. 356-357.

5 D. Gonthier et C. Le Bras, « Analyse socio-économique… », op. cit., tableaux p. 21, 27 et 32. Leur étude porte sur douze sanctuaires normands (colonne « Normandie) dont Saint-Ouen de Rouen (colonne « Saint-Ouen »).

6 Jean-Marie Sansterre, « Les justifications du culte des reliques dans le haut Moyen Âge », dans E. Bozoky et A.-M. Helvétius (dir.), Les Reliques…, Turnhout, Brepols, 1999, p. 88.

7 Amable-Pierre Floquet, Histoire du privilège de saint Romain, Rouen, 1833 (cité d’après le compte-rendu de Raynouard dans le Journal des Savants, août 1834, p. 3).

8 M. Schlicht, Un Chantier majeur, op. cit., p. 237.

9 J. Le Maho, « Rouen… », art. cité, p. 173-176.

10 E. Vacandard, Vie de saint Ouen, op. cit., p. 343.

11 D. Gonthier et C. Le Bras, « Analyse… », art. cité, p. 9.

12 AASS, 24 août, IV, 1867, p. 830, no 28 (cité par E. Vacandard, Vie, op. cit., p. 343).

13 Lucien Musset, « Recherches sur les pèlerins et les pèlerinages en Normandie jusqu’à la Première Croisade », Annales de Normandie, octobre 1962, p. 132-133.

14 Voir au chapitre 5, (cycle de saint Romain) et au chapitre 6, (cycle de saint Ouen).

15 A. Legris, « L’exode des corps saints… », art. cité, p. 133 et p. 125-126. La datation est contestée par F. Lifshitz, « The Exodus of Holy Bodies Reconsidered: The Translation of the Relics of St Gildard of Rouen to Soissons », Analecta Bollandiana, 110, 1992, p. 329-340.

16 Brigitte Beaujard, « Victrice de Rouen et le culte des saints en Gaule à la fin du IVe siècle », dans 396-1996. xvie centenaire, op. cit., p. 20-21.

17 Cet épisode est connu par la charte (datée du 17 novembre 872) que l’évêque Riculphe fait rédiger à cette occasion.

18 L. Musset, « Ce qu’enseigne… », art. cité, p. 115.

19 L. Musset, « Les translations… », art. cité, p. 101.

20 Notamment le corps du saint martyr Quirin et quelques ossements de Nicaise et de Scuvicule ; A. Legris, « L’exode… », art. cité, p. 169-170.

21 M. Arnoux, « La conversion… », art. cité, p. 274 ; L. Musset, « Les translations… », art. cité, p. 99.

22 Selon E. Vacandard, Vie, op. cit., p. 319-310.

23 Voir P.-A. Sigal, « Le déroulement des translations de reliques… », dans E. Bozoky et A.-M. Helvétius (dir.), Les Reliques, op. cit., p. 213. Voir aussi le glossaire en fin d’ouvrage.

24 F. Pommeraye, Histoire de l’abbaye, op. cit., p. 103 ; E. Vacandard, Vie de saint Ouen, op. cit., p. 323-328 et 363-364 ; abbé Sauvage, Notes sur saint Ouen, son culte, ses ouvrages, Rouen, 1886, p. 9 et suiv.

25 E. Vacandard, Vie, op. cit., p. 326 ; L. Réau, Iconographie, op. cit., t. iii. 2, 1959, p. 1016.

26 J. Le Maho, « Les lieux… », art. cité, p. 48.

27 E. Vacandard, Vie, op. cit., p. 322.

28 Selon la Translatio s. Audoeni, ii (AASS, op. cit., p. 822-824). Voir L. Musset, « Les translations… », art. cité, p. 102.

29 D’après J. Le Maho, « Autour d’un millénaire : l’œuvre architecturale à Rouen de Richard Ier, duc de Normandie », Bulletin des Amis des monuments rouennais, oct. 1995-sept. 1996.

30 D’après le témoignage de Guillaume de Malmesbury, Gesta pontificum anglorum, Rolls Series, 1964, lii, p. 419 (cité par Patrick J. Geary, Le Vol des reliques au Moyen Âge, Paris, Aubier, 1993, p. 85).

31 Dom A. Wilmart, « Les reliques de saint Ouen à Cantorbéry », Analecta bollandiana, 51, 1933, p. 285-292. Voir aussi L. Musset, « Les contacts entre l’Église normande et l’Église d’Angleterre de 911 à 1066 », dans R. Foreville (dir.), Les Mutations socioculturelles au tournant des XIe-XIIe siècles, Paris, CNRS, 1984, p. 73-83.

32 E. Vacandard, Vie, op. cit., p. 314 ; A. Masson, L’Abbaye, op. cit., p. 15.

33 Nicole Herrmann-Mascard, Les Reliques des saints…, Paris, Klincksieck, p. 297 ; P. J. Geary, Le Vol, op. cit., p. 99 et suiv.

34 Léon Pressouyre, « Reliques et cathédrales gothiques, le cas de la France », dans C. Arminjon et D. Lavalle (dir.), 20 siècles en cathédrales, Paris, Monum, 2001, p. 174 et 177.

35 F. Lifshitz, The Norman Conquest, op. cit., p. 279-281.

36 L. Violette, « Nicaise, du martyr du Vexin au saint rouennais… », dans O. Dumoulin et F. Thélamon (éd.), Autour des morts. Mémoire et identité, Presses universitaires de Rouen, 2001, p. 377-386 ; J. Le Maho, « Les lieux de pèlerinage rouennais… », op. cit., 2004, p. 50.

37 Certains auteurs considèrent que le corps entier de saint Romain demeure dans la cathédrale (J. Le Maho et A. Legris) ; d’autres affirment qu’il est emporté vers Soissons, intégralement (F. Lifshitz) ou seulement sa tête (E. Vacandard).

38 J. Le Maho, « Les lieux… », art. cité, p. 52.

39 M. Baylé, « La cathédrale romane », dans 396-1996. xvie centenaire, op. cit., p. 192.

40 J. Le Maho, « Une monnaie rouennaise aux environs de l’An Mil : le denier de “Saint-Romain” », dans F. de Beaurepaire et al., La Normandie, op. cit., p. 203-205.

41 A. Legris, « L’exode… », art. cité, p. 216 ; J. Le Maho, « Les lieux… », art. cité, p. 54.

42 L. Violette, « Orderic Vital », dans 396-1996. xvie centenaire, op. cit., p. 81.

43 J. Le Maho, « Le trésor de la cathédrale de Rouen », dans J.-P. Caillet (éd.), Les Trésors des sanctuaires, de l’Antiquité à l’époque romane, Nanterre, 1996, p. 132.

44 Catherine Vincent, Des Charités bien ordonnées, Paris, ENSJF, 1988, p. 61, 77, 89, 91.

45 Translatio beati Audoeni anno 941 (PL, 162, col. 161).

46 M. Arnoux, « La conversion… », art cité, p. 274.

47 Voir au chapitre 6.

48 Cette dîme est ensuite confisquée par le duc Guillaume (1035-1087). Sa récupération par l’abbaye est l’enjeu de la procession figurant en bonne place sur plusieurs bas-reliefs du portail des Marmousets.

49 J. Le Maho, « Autour… », art cité, p. 75.

50 Selon Dudon de Saint-Quentin : « dans la ville de Rouen, [le duc Richard] fit agrandir la merveilleuse cathédrale, édifiée en l’honneur de la Mère de Dieu, par une adjonction faite dignement en longueur, en largeur et en hauteur » (De Moribus, op. cit., p. 290) ; cité par M. Baylé, « Les évêques et l’architecture normande », dans P. Bouet et F. Neveux (dir.), Les Évêques, op. cit., p. 153.

51 J. Le Maho, « Autour… », art cité, p. 64.

52 L. Violette, « Le mythe de saint Romain au Xe siècle ? », dans F. Beaurepaire et al., La Normandie, op. cit., p. 130-131.

53 Texte cité selon L. Violette, op. cit., p. 131.

54 C. Vincent, « Les mutations du culte des saints à Rouen du XIIIe au XIVe siècle », dans P. Bouet et F. Neveux (dir.), Les Saints, op. cit., p. 159 ; Des Charités, op. cit., p. 301-303.

55 Vincent Tabbagh, « Les Italiens dans le clergé séculier du diocèse de Rouen aux XIVe et XVe siècles », dans M. Colin et F. Neveux (dir.), Les Italiens en Normandie, Caen, PUC, 2000, p. 83-96.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search